Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La mort d'un jeune d'origine marocaine, tué a amsderdam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
omar
Caporal
Caporal


messages : 139
Inscrit le : 06/04/2007
Nationalité : Maroc

MessageSujet: La mort d'un jeune d'origine marocaine, tué a amsderdam   Ven 26 Oct 2007 - 20:44

ci, la douce ambiance des canaux et la beauté des maisons à pignon d'Amsterdam semblent lointaines. A Slotervaart, les petits immeubles sont gris, les mines tristes, et les poubelles débordent de papiers. Dans ce quartier de 45 000 habitants, qui fait partie d'Amsterdam, une trentaine de véhicules ont brûlé ces derniers jours, dont celui d'un handicapé, le 23 octobre.







On distingue les traces des violences qui se déclenchent la nuit tombée, lorsque quelques dizaines de casseurs s'en prennent à la police, à des bâtiments publics ou à des voitures. Un jeune traîne, parka blanche, tee-shirt bleu ciel et pantalon "baggy". Qu'a-t-il vu ? "Rien, un peu de bagarre." Qu'en pense-t-il ? "C'est marrant, non ?..." La cause ? "Un gars du coin, abattu par des bâtards de flics..."

L'anonyme tourne les talons, craignant d'avoir affaire à l'un de ceux qui traquent l'absentéisme scolaire. Dans le quartier, peuplé à 50 % d'étrangers, un tiers des adolescents sont en décrochage.

Le "gars du coin", Bilal B., 22 ans, est entré, dimanche 14 octobre, dans le commissariat de la place August-Allebé. Il a blessé deux agents avec un couteau avant d'être abattu. Le jeune homme souffrait de troubles psychiques. Connu pour divers actes criminels depuis 1998, il avait lui-même réclamé son internement quelques jours plus tôt. Il effectuait une promenade avec son éducateur mais a échappé à sa surveillance.

La nouvelle de la mort du jeune d'origine marocaine s'est vite répandue. Ahmed Marcouch, le responsable travailliste de la mairie de quartier, les travailleurs sociaux, la mosquée, le comité des mères : tout le monde s'est immédiatement mobilisé. La situation semblait sous contrôle jusqu'à ce que quelques dizaines de jeunes descendent dans la rue. Depuis, les échauffourées se sont étendues à des quartiers voisins, faisant surgir le spectre d'émeutes "à la française".

Lodewijk Asscher, adjoint au maire travailliste d'Amsterdam, réfute la comparaison : "Les jeunes des banlieues françaises sont sans perspectives. Chez nous, la situation est moins dramatique, le chômage moins répandu. Nous investissons 100 millions d'euros dans la restructuration sociale et physique de nos quartiers, 70 millions pour l'éducation et la prévention." Toutefois, confesse M. Asscher, "les talents de nombreux jeunes sont mal exploités et nous courons le risque d'une ville coupée en deux".

Favorable à une "approche douce", la mairie préfère ne pas insister sur le facteur religieux, à savoir la question de l'islam, omniprésente dans le débat public néerlandais depuis l'assassinat en 2004 du cinéaste Theo Van Gogh par un jeune islamiste, originaire de Slotervaart. Depuis, une bonne partie de l'opinion a tendance à confondre immigration, insécurité et islamisme.

Les inquiétudes nées des événements de Slotervaart viennent du fait que Bilal B. connaissait des membres de la cellule terroriste Hofstad, et que tout le monde dit savoir que des recruteurs sont à l'oeuvre dans le quartier, où une trentaine d'associations quadrillent le terrain pour empêcher les jeunes d'être attirés dans les mosquées intégristes. Pendant longtemps, les autorités ont toléré des prêches où l'on évoquait la lapidation des femmes, la punition des homosexuels et la haine des juifs. La mosquée Al-Tawhid, rue Jan-Hanzen, a été l'un de ces lieux. L'assassin de Van Gogh est passé par là.

A la mairie, M. Marcouch, fils d'un immigrant marocain et ex-policier, expérimente quotidiennement les effets de la radicalisation. Un jour, un gamin de 11 ans l'a traité, en arabe, de "traître". L'homme ne dévie pas de sa ligne dure : "intolérance contre l'intolérance", responsabilisation des parents de casseurs, avec pénalité financière à la clé s'il le faut.

La démarche est critiquée par des travailleurs sociaux. Lodewijk Asscher l'approuve, mais veut distinguer le phénomène de la violence de celui du radicalisme religieux : "Ceux qui cassent ne sont pas des radicaux. D'ailleurs, ces derniers sont plus difficiles à repérer."

Chronologie
2 novembre 2004. Le cinéaste Theo Van Gogh est poignardé par Mohamed Bouyeri, un Néerlandais d'origine marocaine, islamiste venant du quartier Slotervaart, une zone "difficile" à l'ouest d'Amsterdam.

Juillet 2005. Mohamed Bouyeri est condamné à la réclusion à perpétuité. Les menaces contre certains élus se multiplient, dont le populiste Geert Wilders et la députée libérale d'origine somalienne Ayaan Hirsi Ali.

Mars 2006. Les élections municipales sont placées sous le signe des tensions communautaires et de violences dans certaines banlieues.

Mai 2006. Ayaan Hirsi Ali décide de quitter les Pays-Bas pour s'installer à Washington.

Novembre 2006. Le ministre du logement réclame un plan pour 140 quartiers qui, selon lui, menacent de "s'enflammer". Il réclame notamment un plan social qui nécessiterait 160 milliards d'euros d'investissements sur dix ans.

14 octobre. Un jeune déséquilibré originaire de Slotervaart tente de poignarder deux policiers et est abattu, ce qui déclenche des émeutes nocturnes à Amsterdam.

27 octobre. Le gouvernement débloque 27 millions d'euros pour lutter contre l'extrémisme.
Revenir en haut Aller en bas
 
La mort d'un jeune d'origine marocaine, tué a amsderdam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» deux médecins relaxés après la mort d'une jeune mère
» Une jeune Autrichienne djihadiste morte en Syrie
» ORIGINE de la SONNERIE AUX MORTS
» Orthophoniste chez un jeune enfant
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: