Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fusillade de Carcassonne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
patriote
2eme classe
2eme classe


messages : 16
Inscrit le : 03/03/2008
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Fusillade de Carcassonne   Lun 30 Juin - 13:27

Fusillade de Carcassonne: une "erreur humaine", selon la justice
30/06/2008 18h04

Des militaires français du 3e Régiment parachutiste d'infanterie marine au lendemain de la fusillade qui a blessé 17 personnes, le 29 juin 2008 à Carcassonne
©AFP - Eric CabanisCARCASSONNE (AFP) - L'enquête judiciaire sur la fusillade dimanche à la caserne de Carcassonne, qui a fait 17 blessés par balles, privilégie une "erreur humaine" et "un acte involontaire" de la part du tireur, qui devrait être mis en examen mardi pour "blessures involontaires", selon le procureur.

"Des négligences inacceptables" ont été commises et devront "être sanctionnées", a déclaré le président Nicolas Sarkozy, qui s'est déplacé lundi au chevet de victimes à Carcassonne et Toulouse. "Toute la chaîne" militaire impliquée dans ce drame "devra s'expliquer", non seulement le sergent, mais aussi "l'encadrement", a-t-il dit.

"La réaction sera rapide et sévère", a averti le président, chef des armées, avec à ses côtés le ministre de la Défense Hervé Morin et le général Bruno Cuche, chef d'état-major de l'armée de Terre.


Nicolas Sarkozy, Hervé Morin, ministre de la Défense et Gérard Larrat, maire de Carcassonne, le 30 juin 2008 à Carcassonne
©AFP - Eric CabanisLa garde à vue du sergent parachutiste de 28 ans, qui a tiré à balles réelles sur la foule lors d'un exercice de démonstration, a été prolongée, a indiqué lundi le procureur de la République de Montpellier, Brice Robin, en charge de l'enquête.

Parallèlement à l'enquête judiciaire, une "enquête de commandement" a été diligentée par l'armée.

Le sous-officier, sous les drapeaux depuis huit ans et bien noté par sa hiérarchie, devrait être présenté mardi au juge d'instruction. Une circonstance aggravante devrait être retenue contre lui pour non-respect des règles de sécurité.

La garde à vue de trois autres militaires, qui participaient à la même démonstration, a été levée.


Une balle réelle et une balle à blanc
©AFP/SirpaPour la justice, qui dispose de plusieurs films du drame, dont un tourné "en temps réel" par un militaire, l'"erreur humaine" ne fait aucun doute. Le sergent, dont le test d'alcoolémie s'est révélé négatif, s'est trompé entre balles réelles et munitions à blanc, pourtant distinctes, "lorsqu'il a rechargé son arme", selon le procureur.

Il avait sur lui plusieurs chargeurs, a-t-il poursuivi. "Le malheur a voulu qu'il choisisse par réflexe un chargeur qui était dans une poche et qui malheureusement contenait des balles réelles", a ajouté M. Robin.


La fusillade de Carcassonne
©AFP/infographieCes balles provenaient "d'un résidu de tirs d'une opération qui remontait à fin juin. Il n'est pas normal qu'il les ait eues sur lui", a-t-il poursuivi.

L'exercice des parachutistes du 3e RPIMa, basé à Carcassonne, consistait à "extraire un otage". "Il y a eu à chaque fois quatre militaires qui tiraient à balles à blanc. Tout s'était très bien déroulé jusqu'à la malheureuse sixième représentation" de la journée, a rappelé le procureur.

Les soldats reculaient deux par deux, a-t-il expliqué, et c'est en se retirant que le sergent a dirigé son arme contre un adversaire potentiel. La justice devra notamment éclaircir la raison pour laquelle "le supposé ennemi est sorti de la foule au milieu notamment de jeunes enfants qui étaient dans des poussettes", a ajouté M. Robin.

Le procureur a souligné que d'autres films, dont un tourné par un Anglais, étaient en possession de la justice.



Déclarations du ministre de la Défense Hervé Morin qui s'est rendu dimanche 29 juin soir au chevet des victimes du drame de Carcassonne.
©AFPTV"Sur le coup, les gens tombaient, on a cru que ça faisait partie de l'exercice, et puis on a vu du sang!", a raconté à l'AFP un témoin de la fusillade. "Immédiatement, un responsable a crié au micro depuis le camion-sono: +Arrêtez le feu+!", a poursuivi ce témoin, âgé de 44 ans et qui a souhaité rester anonyme.

Cinq enfants figurent parmi les blessés dont un garçonnet de 3 ans touché au coeur et au bras. Sur les 17 blessés, 15 sont des civils et deux des militaires.

L'état des blessés est "encore préoccupant" mais il "évolue dans le bon sens", a déclaré Nicolas Sarkozy à sa sortie de l'hôpital pour enfants du CHU Purpan de Toulouse.

source AFP
Revenir en haut Aller en bas
 
Fusillade de Carcassonne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Procès de la fusillade à Carcassonne du 3e RPIMa : "Le colonel Du Vignaux vit au quotidien avec ce drame"
» Attentat et fusillade en Norvège.
» Fusillade aux USA : débat sur le port d'armes
» Carcassonne : 14 juillet 2012 un embrasement dans « Le jardin des étoiles »
» LFMK Carcassonne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: