Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Crash boursier planétaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naourikh
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 453
Inscrit le : 19/03/2007
Localisation : Devant un PC
Nationalité : Maroc-Belgique

MessageSujet: Crash boursier planétaire   Ven 10 Oct 2008 - 15:53

Krach boursier planétaire
LeSoir.be Rédaction en ligne

vendredi 10 octobre 2008, 15:40


La crise, minute par minute Les marchés financiers n’en finissent plus de dégringoler, empêtrés dans ce qui s’apparente à la plus grosse débâcle boursière jamais connue. Comme toutes les places européennes, le BEL 20 est en forte baisse, le titre KBC est en grosses difficultés. Tout comme BNP Paribas à Paris. Plusieurs Bourses ont suspendu leurs cotations. Wall Street a ouvert en nette baisse. La pression est maximale pour les grands argentiers du G7 qui se réunissent à Washington ce vendredi.
15h36 La Bourse de New York a ouvre en nette baisse, avec un recul de 1,62% du Dow Jones et de 3,25% du Nasdaq.

15h22 A Francfort, le Dax cède 10,10 % à 4.393,55 points, soit son plus bas niveau depuis le mois de mai 2005.

15h18 A New York, le baril de pétrole est tombé sous les 80 dollars pour la première fois depuis le 10 octobre 2007.

15h18 La Bourse de Sao Paulo, première place financière d’Amérique du Sud, chute de 5,81 % quelques minutes après l’ouverture.

15h10 La chute de la Bourse de Paris s’accélère, l’indice CAC 40 chutant de 9,35 %.

15h08 Le chef du gouvernement espagnol Jose Luis Rodriguez Zapatero demande à Nicolas Sarkozy, président en exercice de l’UE, de « réunir d’urgence les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Eurogroupe » pour une « action forte et coordonnée » face à la crise financière.

13h56 Le BEL 20 perd 6,36 %. Tous les indices qui le composent sont dans le rouge, excepté Colruyt, à l’équilibre. KBC Group (- 12,54 %) enregistre les plus grosses pertes. GDF Suez perd 11,01 %, CNP 8,43 % et Agfa Gevaert 8,2 %.

13h55 A la Bourse d’Amsterdam chute de 7,27 %. ING perd 7,37 %. A Paris, le CAC 40 cède 9,06 %, BNP Paribas chute de 13,53 %. Francfort perd 9,67 %, Londres 6,97 %, l’Eurostoxx 50 9,22 %.

13h38 L’autorité boursière italienne annonce l’extension aux actions de toutes les entreprises cotées en Italie de l’interdiction des ventes à découvert, facteur de spéculation, jusqu’à la fin du mois d’octobre.

13h36 Le gouvernement espagnol a entériné son plan de soutien aux banques, qui prévoit la création d’un fonds de 30 milliards d’euros pour rouvrir le robinet du crédit.

13h03 Le principal indice de la Bourse de Vienne, l’ATX, dégringolait de 10,97 % à 11H00 GMT après la réouverture des cotations, interrompues toute la matinée.

12h52 A Bruxelles, l’action KBC Group poursuit sa chute avec près de -12 %. Dexia perd près de 6 %. GDF Suez, -9,16 %. Le BEL 20 : – 5,35 % vers 13h.

12h42 La Bourse de Shanghai a perdu 3,57 % en clôture.

12h35 L’indice de la Bourse de Bombay en Inde a plongé de 7,07 % à la clôture.

12h15 A Bruxelles, l’action KBC Group perd près de 11, 25 %. Dexia plus de 5 %. GDF Suez plus de 10 %. Le BEL 20 n’est pas en forme : – 6,05 % vers 12h.

11h43 La Bourse de Bangkok a clôturé sur une baisse de 9,61 %.

11h28 L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la séance de sur un plongeon de 9,62 %, sa pire chute en pourcentage en 21 ans.

11h07 L’indice AEX des principales valeurs de la Bourse d’Amsterdam perdait 6,66 % en milieu de matinée. Le groupe d’assurances néerlandais Aegon, dont l’action a connu de fortes baisses en début de semaine, perd 6,30 %, alors que le groupe bancaire ING était en recul de 9,34 %.

11h00 L’action KBC Group perd près de 12 %. Dexia près de 4 %. GDF Suez 8,5 %. Ce qui titre le BEL 20 vers le bas : – 5,48 % entre 10h30 et 11h00.

10h49 La Bourse de Zagreb est en chute importante pour la seconde journée consécutive, son principal index, le Crobex, reculant peu après l’ouverture de 13,21 %, une perte record.

10h45 La livre sterling est tombée à un plus bas ce vendredi pendant les échanges asiatiques face au billet vert, à 1,6792 dollar, un niveau plus atteint depuis novembre 2003, dans un cadre de remontée générale du dollar qui bénéficiait de l’aversion au risque sur des marchés inquiets.

10h39 La Bourse de Hong Kong clôture en baisse de 7,19 %.

10h35 La Banque centrale européenne (BCE), la Banque d’Angleterre et la Banque nationale suisse continuent d’alimenter les marchés en liquidités, proposant 88 milliards d’euros supplémentaires au secteur financier. La BCE a offert jusqu’à 74 milliards d’euros, tandis que la Bank of England et la SNB fournissaient chacune 7 milliards d’euros.

10h33 L’indice BUX de la bourse de Budapest chutait de plus de 12 % vendredi à 10h00, dans le sillage des bourses européennes. La devise nationale hongroise, le forint, a perdu environ 10 % de sa valeur en 24 heures en passant de 249 forints jeudi à 272 forints pour un euro ce vendredi matin.

9h57 La Bourse d’Athènes chute dans les premiers échanges, l’indice composite FTSE/Athex plongeant de 8,61 %.

9h56 La cotation a été suspendue jusqu’à au moins 12h00 à la Bourse de Vienne car plusieurs valeurs chutaient de plus de 10 %.

9h51 L’indice AEX des principales valeurs de la bourse d’Amsterdam était en baisse de 6,13 %.

9h50 La Bourse de Prague a ouvert en forte baisse son indice phare PX chutant de 13,8 % à l’ouverture.

9h42 Les transactions à la Bourse de Bangkok ont été suspendues après une chute de l’index composite de plus de 10 %.

9h33 Les Bourses nordiques ont ouvert en forte de baisse de près de 7 % en moyenne

9h32 L’indice PSI-20 de la Bourse de Lisbonne a enregistré peu après son ouverture une forte baisse de 7,32 % plombé par le secteur énergétique.

9h26 Le Bel 20 affiche une chute de 7,62 %.

9h23L’indice vedette de la Bourse de Milan, le SP/Mib chute de 9,09 % à 19.884 points, vers 09h20 (07H20 GMT), creusant très fortement ses pertes peu après l’ouverture.

9h22 La Bourse de Londres s’effondre en début de séance, le Footsie ayant perdu plus de 10 % dans les premiers échanges.

9h20 L’indice Ibex-35 de la Bourse de Madrid enregistrait une forte chute de 8,22 % à 9.088,9 points quelques minutes après l’ouverture, tout comme les principaux indices européens.

9h09 La Bourse de Paris s’enfonce très rapidement peu après l’ouverture, le CAC 40 enfonçant successivement les seuils de -7 %, -8 % et -9 % pour plonger de 9,77 % à 3.106,24 points à 09H08 (07H08 GMT).

8h55 L’indice IMKB de la Bourse d’Istanbul a chuté de 8,09 % à l’ouverture, cédant 2.498,72 points par rapport à la clôture la veille pour atteindre son plus bas niveau depuis août 2005, à 28.379,99 points.

8h47 La Bourse de Paris devrait ouvrir en forte baisse, le contrat à terme sur le CAC 40 lâchant 7,41 % une quarantaine de minutes avant le début de la séance.

8h39 La Bourse de Séoul a clôturé en hausse de 4,13 %, limitant lesdégâts par rapport à d’autres places asiatiques. L’indice KOSPI a perdu 53,42 points à 1.241,47 points.

8h02 Les deux Bourses de Moscou, le RTS et le Micex, n’ouvriront pas ce vendredi matin comme habituellement, sur ordre des autorités de régulation des marchés

8h02 L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo plonge de 9,62 % à la clôture.

7h30 La Bourse de Sydney a clôturé sur un plongeon de 8,3 % dans le sillage des places asiatiques paniquées par la crise financière mondiale.

7h20 La banque centrale indienne a annoncé l’injection de 400 milliards de roupies (8,2 milliards de dollars) dans le système financier du pays grâce à la baisse d’un taux d’intérêt, face à la crise financière mondiale.

6h25 La Bourse de Manille s’est effondrée de 8,3 % vendredi à la clôture contaminée par la nouvelle vague de panique qui a fait de nouveau fortement chuter Wall Street la veille. L’indice composite a dévissé de 190,64 points à 2.097,80 points.

6h12 La Bourse de Tokyo s’effondrait de plus de 10 % vendredi en début d’après-midi, sa pire chute en 21 ans, en proie à la panique après le nouveau plongeon historique de Wall Street la veille.

5h44 Le baril de pétrole Brent pour livraison en novembre est tombé vendredi sous les 80 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Dans les échanges matinaux, le baril de pétrole Brent pour livraison en novembre perdait 3,58 dollars à 79,08 dollars, après avoir terminé à 82,66 dollars jeudi à Londres.

5h29 La Bourse de Bangkok a chuté de 7,27 % vendredi matin dans un marché affolé par la poursuite de la crise financière mondiale et des désordres politiques en Thaïlande. L’index composite des principales valeurs au Stock Exchange of Thailand (SET) a perdu 36,36 points et s’établissait à 463,63 points à l’ouverture de la séance.

4h33 La Bourse de Shanghai était en baisse de près de 4 % peu après l’ouverture vendredi, dans le sillage des places occidentales la veille, ont indiqué des courtiers.

4h13La Bourse de Hong Kong a ouvert sur un plongeon de 7,7 % vendredi dans le sillage de Wall Street qui s’est de nouveau effondré la veille. L’indice Hang Seng chutait de 1.225,72 points à 14.717,52 points.

4h13 L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo chutait de 10,64 % à la mi-séance, sur un marché en proie à la panique.

(afp, ap, belga)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Ven 10 Oct 2008 - 16:03

Citation :
15h18 A New York, le baril de pétrole est tombé sous les 80 dollars pour la première fois depuis le 10 octobre 2007.

cheers pourvu que ca dure,un baril a 30 dollars,ma krahna
Revenir en haut Aller en bas
naourikh
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 453
Inscrit le : 19/03/2007
Localisation : Devant un PC
Nationalité : Maroc-Belgique

MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Ven 10 Oct 2008 - 16:24

CIVIL a écrit:
Citation :
15h18 A New York, le baril de pétrole est tombé sous les 80 dollars pour la première fois depuis le 10 octobre 2007.

cheers pourvu que ca dure,un baril a 30 dollars,ma krahna

Oui, c'est un des seuls points un peu positifs de cette crise. Bon, 30 dollars faut pas trop réver, ca ne descendra plus jamais jusque la mais bon meme une baisse modeste c'est toujours bon a prendre.
Néamoins, tu dois savoir que les baisses de prix sur le marché sont moins vites répércutées à la pompe que les hausses.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Ven 10 Oct 2008 - 16:30

a qui le dit tu,surtout au maroc,ils vont rien baisser surtout le prix des transports
Revenir en haut Aller en bas
freedom
Aspirant
Aspirant


messages : 502
Inscrit le : 06/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Ven 10 Oct 2008 - 16:38

mais ca allège les dépenses de l'état au moins, les subventions vont coûter moins chère, cependant cela risque de faire mal à nos amis du golf, ils se sont fait entuber sur les deux plan;
ils avaient investi leur petrodollars dans la bourse, et maintenant après le crash ils accusent des pertes colossales, et la baisse du prix du pétrole retarde le re-gonflement de leurs caisses, ça peut donner un coup de frein aux projet pharaoniens qu'ils entreprennent, mais ma peur c'est que ca soit leurs investissement au Maroc qui soient freinés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Ven 10 Oct 2008 - 16:39

parcontre les epragnes seront plus consequentes,vu que la FY09 est basée sur un prix +125$ Cool
ajoutons a ca moins d´importation de blé(recolte 2008 etait moyenne) et des prix bas de petrol,ca sera benefique pour la balance et le budget
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Ven 10 Oct 2008 - 22:51

j'ai lu qlq part sur le forum qu'au dessous de 90$ le barril un pays que vous connaissez sera dans la M****
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3321
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Sam 11 Oct 2008 - 14:39

je l'ai lu aussi et franchement ça fai pas plaisir pour eux mais pour nous si Twisted Evil Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Sam 11 Oct 2008 - 15:47

Le malheur des uns fait le bonheur des autres.
Plus de 80 Milliards de dollars de recette en 2008 quoi qu'il arrive

Citation :
L’Algérie a réalisé, durant les huit premiers mois de l’année 2008, un excédent commercial de 29,03 milliards de dollars, contre 19,97 milliards de dollars durant la même période de l’année écoulée, indiquent les douanes nationales.


La chute du Brent est conjoncturel, un retour a la hausse est prévisible
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Sam 11 Oct 2008 - 15:54

tu devrai etre un analyste chez morgan Stanley alors..
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3321
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Sam 11 Oct 2008 - 21:49

il a raison les pays de l'opep ne laisseront pas faire c trop bas a moins de 80 dollard ils vont reduir leur production
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Sam 11 Oct 2008 - 23:25

younes-spirit a écrit:
il a raison les pays de l'opep ne laisseront pas faire c trop bas a moins de 80 dollard ils vont reduir leur production
tu te rappelle de l'époque quand le baril coutait 30$, l'opec faisait réunion après réunion pour décider d'une baisse de production mais en vain, il y avait toujours un pays qui n'était pas satisfait de la recette et qui voulait récupérer ses pertes en augmentant la quantité produite à cause du prix bas, surtout qu'ils avaient du mal à digérer le cota du KSA.
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3321
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Lun 13 Oct 2008 - 12:42

aujourd'hui ç'est pas la meme chose je t'explique la loi de finance 2009 du maroc par exemple a été prevu avec un baril a 120 dollar et un cout elevé de cereale on prevoit le pire la le baril baisse et donc meme les cereales baisseront aussi un peu enfin inchallahe
alors que l'algerie qui a prevu aussi la meme chose un baril a 140 dollar meme s'est lancé dans des operation d'achat d'arme ennorme et exorbitant sans parler des megaprojet qu'elle compte faire tout ça pese lourd sur son porte monnaie l'algerie compte ennormement sur le petrol et le gaz naturel pour ses exportation
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Lun 13 Oct 2008 - 20:12

scratch mais tout ça ne veut pas dire que si on baisse la production le prix va grimper Laughing je sais qu'on a déjà essayé cette méthode auparavant mais en vain Laughing déjà il faut savoir que les cotas n'arrangent pas tout le monde, donc quand tout les pays producteurs atteint le maximum de production on st content sinon dès quand commence à limiter les pays commencent à se pointer du doigt. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Ven 17 Oct 2008 - 14:37

[/quote]Le monde est "plus dangereux" à cause de la crise financière, estime le chef d'état-major des armées
"Ce serait une grave erreur de dire: puisque c'est une crise internationale financière qui n'est pas militaire, réduisons notre effort de défense" a affirmé ce soir le général Jean-Louis Georgelin, chef d'état-major des armées, sur la chaîne Public Sénat. "Plus le monde est chaotique, plus il est incertain et, par conséquent, plus il est dangereux et plus les risques de conflits émergent. Nous constatons que la guerre reste pour les Etats une option pour régler un certain nombre de conflits et, par conséquent, il serait irresponsable de baisser la garde".

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/10/le-monde-est-pl.html
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Ven 17 Oct 2008 - 14:53

Ce que craint le Général Georgelin se produit déjà au Pentagone.
Un texte intéressant à ce sujet. Bonne lecture.
Citation :
Un modèle pour la réforme du Pentagone?
13/10/2008
Depuis quelques jours et en relation évidente avec la crise financière, surgit à nouveau la question du Pentagone, de son budget qui pourrait être réduit en fonction de la crise financière, mais aussi de sa réforme fondamentale. Tous ces événements sont évidemment liés les uns aux autres, notamment la réduction du budget et le besoin de réforme. Actuellement, les partisans d’une réforme fondamentale se retrouvent en position de force à cause des pressions de la crise financière. On a vu le 10 octobre notre référence au texte du 9 octobre de William S. Lind. Avec ce texte, on reparle à nouveau des “réformateurs du Pentagone” qui eurent leur heure de gloire dans les années 1970 et 1980 et dont il reste aujourd’hui des partisans, – Lind lui-même, mais aussi Winslow Wheeler…
Lind : «In the face of falling defense budgets, the work of the military reformers of the 1970s and 1980s may prove useful. They argued that by putting people and ideas over hardware, we could have more effective forces at a lower cost. Military reform was scuppered by the vast tide of money that flowed into DOD starting in 1980. […] Fortunately, a few people have kept the reformers' ideas alive and updated them, waiting for the financial crisis that has now come. Winslow Wheeler and the Strauss Military Reform Project have published several books on the subject, with a new volume soon going to press…»
Comme le rappelle Lind, Gates lui-même a fait allusion aux “réformateurs du Pentagone” dans de récents discours. C’est une indication qu’il existe dans la pensée du secrétaire à la défense, qui a de solides chances de se succéder à lui-même en janvier 2009, une inclination très nette à se tourner vers les idées réformatrices pour attaquer le problème du Pentagone.
Par conséquent, il est tout à fait justifié de s’attacher à un article que vient de publier Wheeler, notamment dans Armed Forces Journal d'octobre 2008, sur le site CounterPunch et sur le site de l’institut où il travaille, le Center for Defense Information, – le 9 octobre pour ce dernier. Ce texte est intéressant parce que, au-delà de la critique, Wheeler s’attache à proposer un schéma fonctionnel pour mettre en place un dispositif permettant, selon lui, de lancer une réforme fondamentale du Pentagone avec l’arrivée de la nouvelle administration.
Il propose de faire appel notamment à deux organismes extérieurs très compétents et intègres, pour assurer un “audit” de la situation général du Pentagone: le Congressional Budget Office (CBO) et le Government Accounting Office (GAO); de mettre en place une commission indépendante d’enquête qui accueillera et intégrera les données du CBO et du GAO en même temps qu’elle sollicitera divers avis dont seront exclues les personnes et organisations liées au complexe militaro-industriel; de geler les procédures d’acquisition a Pentagone pendant que l’enquête donne ses effets, pour tenter d’établir une situation nouvelle en intégrant les orientations de cette enquête.
Voici le passage du texte de Wheeler comprenant ces propositions:
«The need for integrity in Pentagon expenses is not just a matter of satisfying green-eyeshade accountants. It also means having reliable estimates of cost, schedule and performance for programs. Habitually, at the beginning of an enterprise, the Defense Department underestimates costs, overstates performance and cites a schedule it cannot maintain. Real reforms could be simple, but vested interests with all the power in today’s system will oppose them vehemently.
»Ending the addition of billions of dollars of dubious pork projects to defense bills each year would require a process to sort out the junk from the worthy projects, if any. Members of Congress who argue that their earmarks are good ideas should have no problem with competent, independent evaluation of their proposals and a good-government process for implementing them. In short, any earmark proposed to any defense (or any other) bill should have:
»• An estimate from the Congressional Budget Office for all costs, past, present and future.
»• An evaluation from an independent entity (one with no material interest in the project, which eliminates the Pentagon) to determine if the project is needed and, if needed, whether the proposed solution can be effective. In most cases, GAO can and should provide such evaluations.
»• A requirement that any earmark that successfully emerges from the CBO and GAO evaluations must be submitted to a competitive bidding process, for initial and for any follow-on work.
»Weeding out irrelevancies from the military services’ budgets should be performed by an independent panel. While the views of the military services and of other interested parties should be heard, their membership on any such review panel must be barred for it to have credibility. Similarly, retired military officers who have any pecuniary relationship with defense corporations must also be barred. And finally, any person accepting membership on the panel, as well as staff, should be barred from accepting any future position with any entity that can gain from the panel’s decisions.
»Commensurate with a review panel should be a pause in new contracting and other expenses in the Pentagon, other than contractual obligations already incurred and war expenses that must be paid. New contract obligations and new program, or milestone, decisions should be held in suspension. The purpose of this important step is to permit the program review panel to operate in an atmosphere of seriousness and purpose, and to force the Pentagon to start down the long-avoided road of financial management integrity.
»While new spending is suspended, the Pentagon’s audit agencies and qualified public accounting firms should undertake a maximum effort to audit the entire Pentagon system. The basis for understanding current programs and the financial consequences of new decisions must be established. Without doing so, there is little hope the hardware review panel will be able to understand the consequences of its own decisions. It is also a fundamental question of the Pentagon finally putting aside its empty promises and to actually fix its financial accounts so that future program enterprises are initiated in a system that understands the future consequences of its current decisions.
»After the initial audit, any program, project or activity that has not received a clean audit should be placed on a public watch list for special oversight and frequent periodic reports to the defense secretary and Congress. Programs and their managers that fail should be noted, and new money for programs and promotions for managers that cannot pass an audit should be suspended, except for programs — but not managers — that the Pentagon and Congress jointly certify as essential despite their fiscal turpitude.
»Failure to fix the Pentagon on this essential measure will mean that none of the other reforms will be meaningful. How can you control an acquisition process that you cannot accurately measure in terms of cost, schedule and performance?»
Il nous semble manifeste que les propositions de Wheeler tracent une orientation assez précise vers ce que pourrait être une action de réforme radicale au sein du Pentagone. L’essentiel est bien entendu de réaliser cette action par l’extérieur, hors des canaux et des réseaux habituels de la bureaucratie pentagonesques. (C’est la seule méthode possible pour les réformateurs qui veulent attaquer une citadelle bureaucratique; ce fut notamment la méthode suivie par Gorbatchev in illo tempore.)
Face au Pentagone, la chose n’a pas été souvent tentée, et jamais à cette échelle bien entendu, qui semblerait impliquer une sorte d’arrêt de fonctionnement du processus d’acquisition et de planification interne pendant un certain temps. Il faut signaler que certaines des initiatives de Gates semblent préfigurer cette sorte d’action, comme par exemple le “gel” du processus d’acquisition du programme KC-45. Ce constat renforce l’hypothèse d’une “complicité” entre Gates et les milieux réformateurs, qui pourrait être soutenue par un Congrès qui devrait activer un état d’esprit réformateur sérieux, pour l’instant encore potentiel mais déjà manifesté.
Tout cela est bel et bon mais il n’est pas temps de se dissimuler l’ampleur et la difficulté de la tâche. Si le schéma Wheeler est suivi, le Pentagone identifiera aussitôt une attaque extérieure et mobilisera toutes ses forces contre elle. Le risque est celui d’une guérilla bureaucratique où le seul fait de gagner du temps représente une victoire, parce que les “réformateurs” doivent agir vite et efficacement dans une situation où le fonctionnement du Pentagone ne peut être interrompu trop longtemps. Si ce fonctionnement reprend, selon les nécessités opérationnelles, après une tentative comme celle que propose Wheeler, et cette tentative qui ne serait pas verrouillée définitivement, la bureaucratie retrouvera aisément le dessus. L’action réformiste, pour espérer avoir quelque espoir de réussir, doit être à mi-chemin entre la persuasion et le coup d’Etat institutionnel, mais très vite avec l’accent mis sur le coup d’Etat institutionnel devenant coup de force tout simplement….
http://www.dedefensa.org/article-un_modele_pour_la_reforme_du_pentagone_13_10_2008.html
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Mar 21 Oct 2008 - 0:01

Citation :
Crise financière: chômage mondial record en vue d'ici fin 2009

GENÈVE (AFP) — La crise financière pourrait provoquer un nombre record de chômeurs dans le monde d'ici 2009, a prévenu lundi le Bureau international du travail (BIT), alors que les licenciements se multiplient déjà en Europe et aux Etats-Unis dans la finance et l'automobile.

Selon des estimations préliminaires du BIT, "le nombre de chômeurs (dans le monde, ndlr) pourrait passer de 190 millions en 2007 à 210 millions fin 2009", soit une augmentation drastique de 20 millions de personnes touchées par la débâcle financière mondiale.

Si ce chiffre est effectivement atteint, ce sera une "première historique", a souligné le directeur général de l'organisation Juan Somavia lors d'un point de presse, prévenant qu'il pourrait en réalité s'aggraver en fonction de l'impact de la crise sur l'économie réelle.

Quel que soit le triste record, l'impact de la crise "va être global" et touchera la plupart des économies mondiales, a résumé M. Somavia.

Et comme toujours, les principales victimes devraient être les "personnes les plus vulnérables".

Le nombre de "travailleurs pauvres" qui vivent avec moins d'un dollar par jour pourrait croître de 40 millions tandis que celui des personnes gagnant moins de deux dollars pourrait augmenter de 100 millions entre 2007 et 2009, selon le directeur du BIT.

Mais cette fois, "les classes moyennes du monde entier" devraient également payer un lourd tribut, même s'il reste encore difficile à évaluer, prévient encore M. Somavia.

Les secteurs économiques les employant traditionnellement, tels que le bâtiment, la finance, les services, la construction et le tourisme, ont déjà commencé à souffrir. Certains écrèment à tour de bras leur personnel.

Depuis plusieurs semaines, les constructeurs automobiles occidentaux ont ainsi annoncé des licenciements massifs: 6.000 chez le français Renault, 1.680 chez le japonais Nissan, 6.000 encore chez le suédois Volvo cars, 3.500 chez l'allemand Daimler... et ce ne pourrait être qu'un début selon les analystes.

En septembre, la faillite de plusieurs banques aux Etats-Unis et en Europe ont également mis sur le carreau des milliers d'employés.

Les statistiques pour l'emploi des économies développées illustrent déjà le mouvement. L'économie américaine a détruit 159.000 emplois en septembre, un record depuis mars 2003. Quant à la Grande Bretagne, elle a enregistré un pic en août avec 5,7% de chômeurs.

Comme la France qui a connu une hausse de plus de 40.000 chômeurs en août, Londres frôle la barre des deux millions de sans-emploi.

Pour beaucoup, la récession n'est plus un spectre.

Dans ce contexte, "nous avons besoin d'une action rapide et coordonnée des gouvernements pour prévenir une crise sociale qui pourrait s'avérer sévère, longue et globale", a prévenu M. Somavia.

Car la crise d'aujourd'hui "n'est plus seulement une crise de Wall Street, c'est aussi une crise de toute la rue", a insisté le responsable estimant qu'après la finance, un plan de sauvetage concentré sur l'économie réelle et les questions sociales est désormais nécessaire.

La protection des entreprises durables ainsi que "le travail décent doivent être au coeur du Sommet sur la crise financière annoncé récemment par les présidents (français et américain, ndlr), Nicolas Sarkozy et George W. Bush", a-t-il réclamé.

Selon M. Somavia, la crise doit être ainsi saisie comme une "opportunité" de rééquilibrer la mondialisation devenue "inéquitable et non durable" en restaurant l'importance de l'économie réelle au détriment de la sphère financière.

"Le système financier international doit revenir à sa fonction fondamentale, qui est le prêt", a-t-il martelé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crash boursier planétaire   Aujourd'hui à 19:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Crash boursier planétaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» méditation planétaire
» Gouvernement Occulte planétaire 2015
» C’est quoi les Dimensions Planétaires
» Le réchauffement de la planète, une escroquerie?
» Horloge astronomique de Besançon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: