Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Airbus A400M

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Jeu 8 Sep 2016 - 17:28

Citation :
Essais sur pistes sommaires pour un A400M de l’armée de l’Air


Posté dans Forces aériennes par Laurent Lagneau Le 08-09-2016




En août, à Woodbridge [Royaume-Uni], Airbus Defence & Space a mené une campagne d’essais visant démontrer les capacités de l’avion de transport A400M Atlas à opérer depuis des terrains sommaires. Pendant 4 semaines, l’appareil MSN-2 a ainsi multiplié les décollages et les atterrissages sur une piste en sable de 1.600 m de long.

De son côté, l’armée de l’Air, qui comptait, au 1er juillet, 9 exemplaires de l’A400M, a également lancé une campagne d’expérimentation, selon une méthode incrémentale (*), sur des pistes sommaires, avec le concours de l’Équipe de marque avions de transport tactique (EMATT), une unité du Centre d’expertise aérienne militaire (CEAM).

C’est ainsi que, pendant une semaine, un A400M parti de la base aérienne 123 d’Orléans-Bricy a enchaîné décollages et atterrissages sur la piste de la base avancée de Madama, qui, dans le nord du Niger, est actuellement utilisée par la force Barkhane. Et les photographies prises à cette occasion ne sont pas sans rappeler celles des Transall C-160 sortant d’un nuage de sable…

Et, selon l’armée de l’Air, les premiers résultats ont confirmé que « l’appareil est pleinement en mesure d’utiliser cette piste sommaire, de jour comme de nuit. » Et cela, dans « des conditions optimales de sécurité et un cadre d’emploi adapté », tout « en garantissant une préservation optimale de l’intégrité de l’avion, de l’équipage, des passagers et des matériels transportés. »

Ce n’est qu’en juin dernier que la Direction générale pour l’armement (DGA) a réceptionné le premier A400M (MSN-33) à disposer de capacités tactiques, comme l’aérolargage, l’autoprotection, la capacité à utiliser des terrains sommaires pour des posés d’assaut et le ravitaillement en vol des avions de transport et de combat.

L’objectif de l’armée de l’Air est de pouvoir disposer, d’ici la fin de l’année, de 6 de ses A400M dotés de ces capacités tactiques, avec trois appareils déjà en service rétrofités et la livraisons de deux autres avions neufs.



(*) C’est à dire que l’on commence par développer (ou tester) les fonctionnalités les plus importantes avant de passer progressivement à celles qui sont secondaires.

http://www.opex360.com/2016/09/08/essais-sur-pistes-sommaires-pour-a400m-de-larmee-de-lair/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Jeu 13 Oct 2016 - 14:20

Citation :
mercredi 12 octobre 2016

Un Français à la tête du GEIE Europrop



Le Français Christophe Bruneau est le nouveau patron du GEIE Europrop international (EPI), la structure qui assure le développement et la fabrication du moteur européen TP400 de l'avion européen A400M/Atlas.
EPI a été sous les feux de la rampe ces dernières années : la dérive du calendrier de l'Atlas est aussi celle des moteurs, qui ont connu, par ailleurs, de gros soucis. Dans une liste longue, on peut citer la perte d'un avion (qui allait être livré à la Turquie) suite à un problème probable de régulation, des problèmes sur la résistance des entrées d'air, et celle, la plus connue, des boîtiers de transmission.
On peut aussi rappeler que les turbines sont les plus puissantes (11.000 cv) jamais construites dans le monde occidental, et mobilisent l'Espagnol ITP, l'Allemand MTU, le Français SNECMA, le Britannique Rolls-Royce.
Christophe Bruneau est issu de Safran : il a commencé comme directeur adjoint des moteurs spatiaux, puis a intégré EPI en 2007 comme directeur de programme, en charge de la certification civile du TP400. Puis il a créé et dirigé une cofiliale de Sagem et MTU, Aerospace Embedded Solutions GmbH. Il ne le cache pas, son principal défi, dans son nouveau poste, sera de produire à l'heure et en qualité les TP400, dont chaque A400 nécessite quatre exemplaires.


http://lemamouth.blogspot.fr/2016/10/un-francais-la-tete-du-geie-europrop.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Lun 14 Nov 2016 - 18:24

Citation :
Airbus trials 'buddy-buddy' refuelling for A400M

Gareth Jennings, London - IHS Jane's Defence Weekly

14 November 2016



Airbus Defence and Space (DS) has conducted 'buddy-buddy' refuelling of the A400M Atlas airlifter during capability-expansion trials flown out of the Seville production and testing facility in southern Spain, the company announced on 14 November.

Two flights were flown involving a pair of A400Ms, during which 50 contacts were made between the centreline hose and drum unit (HDU) of the tanker, and the probe of the receiver. This HDU station would typically be used to refuel large aircraft, with the two wing-top pods being used for fast jets and helicopters.

As noted by Airbus DS, the A400M has a basic fuel capacity of 63,500 litres which can be increased with two extra cargo hold tanks carrying 7,200 litres each, and can refuel from the HDU at a rate of 2,000 litres (600 US gallons) per minute.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Lun 14 Nov 2016 - 18:38


Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Sam 19 Nov 2016 - 21:17

Citation :
Stop à "l'A400M-bashing" !


L'armée de l'air prévoit une "montée en puissance majeure" de l'avion de transport militaire début 2017. La fin des turbulences pour Airbus ?

Par Guerric Poncet, à Orléans

Modifié le 19/11/2016 à 09:10 - Publié le 18/11/2016 à 19:10 | Le Point.fr



Les A400M de l'armée française vont multiplier leurs missions. © IAKOVOS HATZISTAVROU / AFP/ IAKOVOS HATZISTAVROU



Le colonel Michel Gallazzini, commandant de la base aérienne 123 d'Orléans où sont stationnés les A400M Atlas français, prévoit « une montée en puissance majeure dès mars 2017 » pour ces nouveaux avions de transport militaire. Outre les quatre appareils dont il dispose actuellement sur le tarmac, six autres sont en cours de « retrofit », la mise à niveau vers un standard plus moderne, dans les ateliers d'Airbus. Ils devraient revenir renforcer la flotte de l'armée de l'air à partir de mars 2017, a expliqué l'officier à la presse, mercredi 16 novembre. Airbus, encore plus optimiste, prévoit de rendre les appareils « avant la fin de l'année 2016 », charge ensuite aux militaires de les réaligner au plus vite.


Outre les retards à répétition et les surcoûts massifs (6 milliards d'euros) du programme, l'A400M a été confronté à un problème majeur sur ses moteurs 1 et 3 (*). Mais une solution a été trouvée et ces soucis « sont identifiés et sont traités », selon un représentant d'Airbus, responsable des services A400M en France. « Il faut arrêter l'A400M-bashing dans la presse ! » s'émeut pour sa part le lieutenant-colonel Diane (**), ingénieur de l'air et responsable de la maintenance opérationnelle des Atlas français. L'officier, qui a subi de plein fouet les turpitudes du programme, salue aujourd'hui la fréquence des contrôles sur les moteurs – toutes les 650 heures de vol, soit un an d'exploitation de l'avion, et non plus toutes les 20 heures. « Trois de mes quatre A400M sont aujourd'hui disponibles », assure-t-elle.


Où en sont les capacités tactiques ?


Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'est ému à plusieurs reprises du retard de développement des capacités tactiques de l'A400M, avec des mots parfois très durs contre Airbus. Voici un bilan de l'avancement de ces fonctions tant attendues, par les équipages comme par ceux qu'ils transportent et ravitaillent :


– Pour le ravitaillement en vol des avions, plusieurs appareils équipant des pays européens ont participé à des essais concluants, assure Airbus. Des F18 espagnols et un autre A400M ont été alimentés en carburant par un A400M, alors qu'un essai a permis de valider le ravitaillement d'un A400M par un A330-MRTT, le nouvel avion ravitailleur européen. Pour le ravitaillement par l'A400M des autres appareils européens, dont le Rafale ou l'Eurofighter, « cela va désormais aller très vite », nous assure le représentant d'Airbus.

– Côté ravitaillement en vol des hélicoptères, rendu difficile à cause des turbulences provoquées par l'avion, Airbus dit étudier « un meilleur placement de l'hélicoptère, avec un allongement de la perche ». « Il n'y a pas de faisabilité acquise aujourd'hui, nous ne savons pas si cela va fonctionner », concède le représentant d'Airbus. Cette capacité est pourtant essentielle pour les armées.


– Pour le parachutage de soldats, le constructeur bute encore une fois sur les turbulences : si les paras sautent en même temps des deux portes latérales, ils risquent de se percuter sous l'avion, entraînés par les turbulences provoquées par l'appareil. Et les déflecteurs développés à la hâte ne semblent pas avoir résolu le problème : il faut pour le moment se limiter à 60 paras par largage, au lieu des 116 prévus.


– Concernant l'atterrissage sur terrain sommaire, ou « non préparé », une campagne d'essais a été menée récemment à Madama (Niger), avec plusieurs décollages et atterrissages sur une période de deux semaines, nous confie l'armée de l'air. Cette capacité est essentielle pour que l'A400M mène des missions tactiques, et non plus seulement logistiques, d'aéroport à aéroport. Si les résultats ont été « très satisfaisants », selon les militaires, ils ne sont « pas représentatifs » de ce à quoi les machines seront confrontées en cas d'utilisation dans les zones sableuses sur le long terme. L'infiltration de sable et l'impact sur les pales des hélices composites – moins solides que les hélices en métal – seront surveillés lors des prochains essais.

– Combien d'A400M aux nouveaux standards ? Selon Airbus, 6 des 10 A400M de l'armée de l'air seront conformes aux attentes du ministre de la Défense fin 2016 : les deux derniers à avoir été livrés, ainsi que 4 des 6 appareils qui doivent être rendus après le « retrofit », c'est-à-dire la mise à niveau chez Airbus.


Un remaniement qui semble porter ses fruits


Venant de l'univers des avions civils, Airbus n'a pas encore complètement embrassé la culture militaire. L'industriel a remanié ses équipes A400M il y a quelques mois et depuis, « cela fonctionne beaucoup mieux », de l'avis des officiers que nous avons rencontrés. Une bonne chose, car comme le rappelle un autre officier, « les retards pour les fonctions de l'A400M se traduisent par des morts et des blessés chez nos camarades ». En effet, quand ce n'est pas un avion qui va ravitailler une base avancée, il faut emprunter la route, infestée d'engins explosifs improvisés (IED).

(*) Les hélices des moteurs 1 et 3 tournent dans le sens des aiguilles d'une montre, celles des moteurs 2 et 4 dans le sens inverse, afin d'optimiser l'aérodynamique. Les quatre moteurs étant exactement identiques, les réducteurs d'hélice (boîte de transmission de puissance, ou PGB pour « propeller gearbox ») des moteurs 1 et 3 ont été équipés d'un pignon de plus que ceux des moteurs 2 et 4. C'est ce pignon supplémentaire qui faisait vibrer l'ensemble, entraînant une usure prématurée de l'arbre.


(**) Par mesure de sécurité, l'armée demande à la presse de ne pas publier les noms de famille des militaires, sauf pour certains officiers, dont le commandant de la base.


http://www.lepoint.fr/economie/stop-a-l-a400m-bashing-18-11-2016-2084075_28.php#xtor=CS2-239
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Lun 28 Nov 2016 - 17:16

Citation :
A400M : l’éclaircie s’annonce


28 novembre 2016/Actualité Industrie et matériels




Les six A400M espérés pour la fin décembre par l’armée de l’Air seront au rendez-vous. Tom Enders l’a confirmé à Jean-Yves Le Drian la semaine dernière.

Pour y parvenir, Tom Enders a dû rappeler au minis­tre la mobilisation organisée de l’usine de Séville. Où le per­sonnel a pratiqué les trois huit, travaillé le dimanche. Des équipes renforcées par des spécialistes venus d’autres entités du groupe. Complétant cette mobilisation, la validation par l’AESA du rétrofit du boîtier réducteur (PGB, avec un pignon supplémentaire) a permis à Airbus Military d’affirmer qu’en mars prochain, l’armée de l’Air disposera en tout d’une dizaine d’A400M, dont six au standard tactique. Une véri­table flotte.

Les essais de poser sur des terrains difficiles ont été réalisés (à Manama), permettant aux pilotes d’affirmer que «l’appareil peut se poser partout». Restera à affiner l’autoprotection. Celle choisie à l’origine par les clients était, certes, «futuriste», mais pas vraiment opérationnelle. La solution, si sa mise au point s’avère encore trop compli­quée, sera d’utiliser une autre version déjà opérationnelle, utilisée par d’autres appareils français…

A Brienne, on a donc qualifié cette rencontre de «positive». Pour Airbus, elle doit symboliser le début de la fin des difficultés d’un appa­reil n’étant pas encore totale­ment mature. Et pour l’armée de l’Air, l’occa­sion de faire savoir qu’il fallait mettre un terme au bashing contre l’A400M.

http://www.ttu.fr/a400m-leclaircie-sannonce/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Sam 25 Mar 2017 - 17:40

Citation :


PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Mer 5 Avr 2017 - 16:01

Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3708
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Airbus A400M   Mer 5 Avr 2017 - 18:50

Ils n'ont jamais pensé a payer des royalities au Maroc pour avoir empreinter le nom de notre toujours chaîne de montagnes.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Ven 5 Mai 2017 - 20:06

Citation :
Publié le 05/05/2017 à 07:54

A400M : le pépin des opérations aéroportées


L'A400M, un avion polyvalent mais difficile à mettre au point./Photo DDM, Thierry Bordas.



Mal né, l'A400M plombe les comptes d'Airbus, accumule les retards comme les milliards de surcoûts, et n'est pas apte, pour l'heure, à effectuer des opérations aéroportées : il ne peut potentiellement larguer que 30 paras par une seule porte.

C'est un général de l'Armée de l'Air qui le dit. «Notre A400M Atlas ne répond pas aux besoins des opérations aéroportées, son utilisation pour le largage du fret et des personnels n'est pas encore ouverte aujourd'hui, mais nous sommes confiants dans ses grandes capacités d'allonge, il reste l'avion de l'avenir».

Ce jour de mars 2017, à Toulouse ? Côté sérieuses difficultés de l'A400M à pouvoir larguer hommes et matériels, le pilote ne trahit pas un secret devant les militaires qui l'écoutent, parmi lesquels des officiers de la 11e Brigade parachutiste…

L'exorbitant feuilleton de l'Atlas est par définition suivi de près dans la capitale d'Airbus et désormais Pôle national des opérations aéroportées, à Francazal.

Risques de collision sous l'avion

Déjà, l'année précédente, en mars 2016, les soucis opérationnels de la machine avaient nourri quelques conversations, lorsque la 11e BP avait accueilli le Groupement des industriels de défense et de sécurité terrestre et aéroterrestre (Gicat). Sièges inadaptés pour des parachutistes équipés, largages des chuteurs opérationnels OK par la tranche arrière, mais non sans difficultés…

Un an plus tard ? Un autre point fait toujours souci. «Sur l'A400M, si on largue en simultané trente paras par chaque porte, soit soixante au total -comme on fait habituellement sur C130, avec une ouverture automatique du parachute grâce à une sangle attachée à l'intérieur de la carlingue- le flux d'air généré par les hélices est tel que les paras peuvent se croiser sous l'avion, avec tous les risques que cela implique», confirme à présent un professionnel, préférant rester anonyme, sans remettre en cause les qualités de la machine pour le reste, sa capacité, à transporter plus de 30 tonnes sur 4 500 km, «car il faudrait quatre Transall pour en faire autant».

Contacté, le service communication de l'avionneur militaire nuance et récapitule, pour sa part : «Nous avons certifié l'aérolargage d'une charge de 8 tonnes, démontré qu'on pouvait larguer 16 t, la charge la plus lourde contractuellement. Nous ne sommes pas loin, non plus, de la certification du largage de 24 fois une tonne, tandis que côté personnels, nous avons certifié le «dropping» de 30 parachutistes par une porte latérale et continuons les tests pour pouvoir larguer les personnels par les deux portes».

Et pas exactement un détail pour les principaux concernés dont le service technique suit le dossier au plus près : «Tout l'objet du parachutiste est d'avoir une grande mobilité stratégique pour agir vite et loin, mais une petite mobilité tactique, sa priorité étant d'arriver aussi groupé que possible au sol.

Pouvoir sortir simultanément des deux portes, et relativement serré, assure ainsi la cohésion de la force qui est toujours dans une phase vulnérable quand elle arrive à terre», souligne ainsi un officier… dans l'attente de la relève des Transall exténués, de nouveaux C130 pour pallier… et, à l'heure où le Mali puis Barkhane viennent de rappeler que le largage de parachutistes restait d'actualité.

Parachutes plus adaptés ? Amélioration des flux d'air ? «Tout le monde travaille et les choses progressent. Ça fait partie des aléas normaux sur un programme d'une telle complexité», répondent les «éléments de langage».


Déboires et coûts

L'A400M ayant collectionné dès le début les déboires, le 29 mars 2009, Thomas Enders, aujourd'hui président d'Airbus Group, avait estimé «qu'il vaudrait mieux annuler le programme», avant même le premier vol de l'avion, le 11 décembre 2009, à Séville. Evaluée à 20 milliards d'euros, l'enveloppe financière approcherait désormais les 30. Ce qui ne va pas sans irritation du côté de Paris et Berlin, vu les surcoûts, retards de livraison et disponibilités réelles de l'appareil, sachant qu'en février dernier, l'Armée de l'air allemande affirmait qu'un seul de ses huit avions était en état de fonctionnement.

Pierre Challier


http://www.ladepeche.fr/article/2017/05/05/2568883-a400m-le-pepin-des-operations-aeroportees.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Mer 31 Mai 2017 - 21:10

Voici une vidéo publié par la Bundeswehr qui montre le DASS (Defensive Aids Sub System) maintenant installé sur ses avions de transport militaire A400M

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Mar 27 Juin 2017 - 14:30

Citation :
A400M : les moteurs définitifs bientôt certifiés et en production

Par Michel Cabirol | 27/06/2017


(Crédits : © Fabrizio Bensch / Reuters)


"La solution définitive du TP400 devrait être certifiée dans le courant de l'été par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), confie à La Tribune le président de Safran Aircraft Engines, Olivier Andriès. Le moteur définitif devrait entrer en production d'ici à la fin de 2017"

Décidément, il y a manifestement du mieux pour l'A400M et ses moteurs, qui avaient en partie plombé son envol ces dernières années. Et les bonnes nouvelles continuent d'arriver pour le moteur TP400 et sa boite de transmission de puissance (Propeller Gear Box ou PGB) en souffrance. "La solution définitive du TP400 devrait être certifiée dans le courant de l'été par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), confie à La Tribune le président de Safran Aircraft Engines, Olivier Andriès. Le moteur définitif devrait entrer en production d'ici à la fin de 2017". Ce que confirme d'ailleurs le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général André Lanata.


Avant le salon du Bourget, lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE), le général Lanata avait jugé "la solution palliative parfaitement vivable" pour la boîte de transmission du moteur en attendant la solution définitive à partir de la "fin 2017".

Quelque 80% de la flotte d'A400M en service a déjà été retrofitée (modernisée) avec une solution intermédiaire, précise Olivier Andriès. Les flottes britanniques et françaises l'ont en revanche été à 100%. Cette solution permet aux armées de l'air de décaler la première inspection de chaque boîte de transmission de puissance à 650 heures au lieu de 50 heures auparavant. Ce qui leur permet de faire voler a peu près normalement leurs A400M. Ainsi, sur les 11 appareils dont elle dispose, l'armée de l'air française en a six opérationnels aujourd'hui. Ce que le chef d'état-major de l'armée de l'air juge "très satisfaisant". Du coup, les motoristes retrofiteront "au cas pas cas" les appareils avec la solution définitive à partir de la fin 2017, explique Olivier Andriès

Une vision positive de l'A400M

D'une façon générale, le chef d'état-major de l'armée de l'air a une "vision positive" de l'évolution de l'A400M. L'armée française attend 15 A400M d'ici à 2019, fin de l'actuelle Loi de programmation militaire (LPM), la livraison des 35 derniers devant être redéfinie dans la LPM à venir du nouveau gouvernement. Une telle position tranche avec les tensions apparues entre le maître d'oeuvre de l'appareil Airbus et l'Allemagne, l'autre client clé de l'avion de transport militaire aux multiples retards. Selon un rapport du ministère allemand de la Défense, auquel Reuters a eu accès début mai, Airbus pourrait avoir besoin de 12 à 18 mois supplémentaires pour résoudre les problèmes entachant l'efficacité opérationnelle de l'A400M.

Outre les difficultés liées à son moteur, l'appareil a pâti en 2016 de l'absence de capacités tactiques prévues dans le contrat, comme le largage de parachutistes par les portes latérales, des équipements électroniques de défense et le ravitaillement en vol d'hélicoptères. "J'estime que tout ça est désormais en partie derrière nous (...), estime le général André Lanata. Nous sommes passés d'un avion de transport logistique à un avion de transport tactique". Ainsi, un hélicoptère de transport NH90 peut être livré dans la journée à Gao (Mali) par un A400M, qui est de retour en France le soir pour une autre mission, observe-t-il, parlant de "changement d'échelle" pour le transport aérien militaire par rapport au Transall, le précédent avion de transport.

Défauts de jeunesse handicapants

Le général Lanata a estimé qu'Airbus avait pris la mesure du retard de livraison des pleines capacités tactiques de l'A400M. "Les standards de l'appareil continuent à progresser", souligne-t-il. Pour autant, il considère comme handicapant les "défauts de jeunesse" de l'appareil pour les opérations de l'armée de l'air. Certains A400M seront indisponibles le temps qu'Airbus les équipe des fonctionnalités prévues avant de revenir dans une flotte qui ne sera plus homogène. "J'ai besoin d'une flotte qui est au même standard, réclame le chef d'état-major de l'armée de l'air. Il faut une optimisation des chantiers de retrofit. Il faut qu'un équipage qui monte dans un avion sache ce qu'il a entre les mains".
En tout cas, le président de la République Emmanuel Macron qui est arrivé lundi dernier à bord d'un A400M pour inaugurer le salon aéronautique du Bourget, a mis les projecteurs sur cet appareil cloué au pilori en Allemagne mais encensé par les équipages de l'armée française. Cet appareil a d'ailleurs plusieurs pistes de commandes à l'export...

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/a400m-les-moteurs-tp400-defintifs-bientot-certifies-et-en-production-741599.html
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1896
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Airbus A400M   Mer 5 Juil 2017 - 20:57

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Mar 31 Oct 2017 - 15:52

Citation :
Pour Airbus, la mise au point des capacités tactiques de l’A400M est un « défi extrêmement complexe »

Laurent Lagneau31 octobre 2017




En juillet, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), le général André Lanata, estimait que les problèmes de boîtes de transmission moteur (Propeller Gear Box) de l’avion de transport A400M « Atlats » semblait « plutôt derrière nous ». Et, la disponibilité s’était améliorée, passant de 0/1 à 5/6 avions disponibles sur les 11 livrés par Airbus.

Pour autant, à en croire Christian Cambon, le président de la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, la disponibilité de cet appareil est repartie à la baisse. « On nous parle de trois fonctionnels sur les onze que nous avons, à telle enseigne que, pour intervenir sur les zones touchées par l’ouragan Irma, nos troupes ont dû emprunter des A400M allemands! », a-t-il dit, lors de l’audition de Joël Barre, le Délégué général pour l’armement (DGA).

Mais le sujet principal reste la mise au point des capacités tactiques de l’A400M. Les premiers avions ont été livrés dans un standard qui ne correspondait pas à celui qui était attendu par l’armée de l’Air. D’où le plan « Hexagone », lancé pour doter ces avions de fonctionnalités tactiques prioritaires, dont notamment l’atterrissage sur terrain sommaire, la détection de missiles ou encore le largage des charges par gravité.

Pour le moment, ce plan a fonctionné puisqu’Airbus a livré 6 avions dotés de ces capacités en 2016. Mais la mise au point des autres, dont le ravitaillement en vol des hélicoptères, les contre-mesures électroniques et le largage simultané de parachutistes par les portes latérales.

« J’appelle de mes vœux la fixation d’un nouveau jalon, comparable au plan Hexagone, pour garantir non pas l’arrivée des fonctionnalités tactiques au fil de l’eau mais une capacité opérationnelle stabilisée incluant un nombre d’avions dans un nouveau standard, donc leur rétrofit et une échéance précise », avait indiqué le général Lanata, en juillet.

Selon un rapport du ministère allemand de la Défense, évoqué en mai par Reuters, il faudrait 12 à 18 mois à Airbus pour régler cette question des capacités tactiques. « Étant donné le sous-financement du programme et les demandes attendues liées aux pénalités de retard, Airbus ne fera pas les investissements nécessaires pour réaliser les améliorations requises », estimaient les auteurs de ce document, pour qui « l’utilisation opérationnelle de l’avion était de ce fait menacée. »

Et a priori, ce rapport ne s’était pas trompé. « La réalisation des capacités techniques contractuelles et les coûts associés demeurent des défis extrêmement complexes. Il en est de même pour la sécurisation de commandes suffisantes à l’export, la réduction des coûts, l’efficience industrielle et le risque commercial », a ainsi fait savoir Airbus, via un communiqué relatif à ses résultats sur les 9 premiers mois de l’année.

Durant cette période, 12 A400M ont été livrés par Airbus, soit un de plus par rapport à la même époque, en 2016. « Les niveaux de production ont été ajustés pour absorber les stocks », a précisé le constructeur, ajoutant que ces « défis pourraient avoir un impact significatif sur le programme. »

Ainsi, Airbus a déboursé 150 millions d’euros de plus pour l’A400M, dont 80 millions au troisième trimestre. Cette somme reflète « l’ajustement de production et les dommages-intérêts induits », certains clients, comme l’Allemagne, lui ayant infligé des pénalités pour ne pas avoir respecté le calendrier des livraisons.

Plus de 7 ans après avoir obtenu une rallonge de 3,5 milliards d’euros auprès des clients de l’A400M, dont le coût avait été évalué 20 milliards d’euros, Airbus espère bien obtenir de nouvelles aides financières, ou au moins l’abandon des pénalités financières.

http://www.opex360.com/2017/10/31/pour-airbus-la-mise-au-point-des-capacites-tactiques-de-la400m-est-un-defi-extremement-complexe/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21922
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Airbus A400M   Ven 10 Nov 2017 - 15:20

Citation :
Airbus avait été prévenu d’une « faiblesse logicielle » avant l’accident d’un A400M à Séville

Laurent Lagneau 9 novembre 2017




Le 9 mai 2015, un avion de transport A400M « Atlas » (le MSN023), destiné à la force aérienne turque, s’écrasa près de Séville, peu de temps après avoir décollé de l’aéroport San Pablo pour un vol d’essai. Quatre des six membres de l’équipage y laissèrent la vie.

Selon les premiers éléments, il apparut que trois des quatre turbopropulseurs (TP400-D6) de l’appareil étaient tombés simultanément en panne. Les soupçons se portèrent sur un défaut du FADEC (Full authority digital engine control), leur logiciel de contrôle.

Chaque TP400-D6 de l’A400M est géré par deux calculateurs : l’ECU (Engine Control Unit) et l’Engine Protection and Monitoring Unit (EPMU). Aussi, dix jours après le drame, Airbus, demanda à ses clients d’effectuer des vérifications sur ces derniers.

Puis, le 28 mai, Airbus, via Marwan Lahoud, qui était alors le directeur de sa stratégie, confirma que l’accident n’était pas la conséquence d’une erreur de pilotage ou d’un défaut de conception de l’A400M mais d’un « sérieux problème de qualité dans l’assemblage final. » L’hypothèse d’un logiciel de contrôle des turbopropulseurs qui aurait été mal installé fut dès lors avancée.

Début juin, le constructeur donna le scénario de l’accident. Les moteurs 1, 2 et 3 ne répondirent pas aux sollicitations de l’équipage et subirent un « gel de puissance au décollage » jusqu’à la mise en position de ralenti (flight idle) de la manette des gaz. Seulement les trois TP-400 restèrent à nouveau bloqués, ce qui lui fit perdre de la puissance, jusqu’à l’accident.

Un rapport confidentiel du ministère espagnol de la Défense, cité par l’agence Reuters, donne les raisons de ce drame en expliquant que les données nécessaires au bon fonctionnement des turbopropulseurs avaient été effacées après un premier échec du chargement d’un logiciel au moment de l’assemblage de l’A400M perdu. Comment cela a-t-il pu être possible? Par un « manque de coordination » et des « décisions mal avisées », conclut le document.

Mais le rapport va encore plus loin en affirmant que, en octobre 2014, Airbus et l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) avaient été prévenus par le motoriste Europrop International (Rolls-Royce, MTU et Safran) que des « erreurs d’installation logicielle risquaient de provoquer des pertes de données touchant aux moteurs » et que des « techniciens risquaient de ne pas être avertis de l’existence d’un problème avant le décollage. »

Sollicité par Reuters, Airbus a répondu que l’accident était le résultat de « multiples et divers facteurs et causes afférentes » et que, depuis, il a fait en sorte que « l’enchaînement des causes identifiées ne se reproduise plus ». Quant à l’AESA et EPI, ils se sont abstenus de tout commentaire.

Cela étant, l’enquête met aussi en avant des dissensions entre Airbus et EPI, notamment au sujet de la responsabilité de l’installation des logiciels servant à contrôler les moteurs.

Ainsi, dans le cas de l’A400M détruit à Séville, ce sont des techniciens d’Airbus qui ont procédé à l’installation du programme, en l’adaptant au système informatique de l’appareil. Seulement, EPI a estimé que cette procédure aurait dû être exécutée par son personnel, « en s’appuyant sur son propre système », au regard du « droit civil ».

Le problème est que l’A400M est un avion faisant l’objet d’une certification civile européenne. D’où la confusion entre droit civil et droit militaire. En outre, Airbus affirme que la conception du logiciel ne « répondait pas » à son cahier des charges, ce que conteste EPI.

Quoi qu’il en soit, les enquêteurs espagnols estiment que l’avertissement adressé par le motoriste en octobre 2014 ne donna pas lieu à une réponse « adaptée » de la part d’Airbus.

« Les mesures adaptative qui ont résulté de cette information n’étaient pas suffisantes », ont-ils en effet écrit, ajoutant qu’une « analyse du risque intégral de la procédure d’installation » aurait dû être effectuée.


http://www.opex360.com/2017/11/09/airbus-avait-ete-prevenu-dune-faiblesse-logicielle-avant-laccident-dun-a400m-seville/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Airbus A400M   

Revenir en haut Aller en bas
 
Airbus A400M
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
 Sujets similaires
-
» AirBus A400M
» BOING VS AIRBUS ratage européen ou protectionnisme américain
» ma passion pour les airbus
» Essais de parachutage à partir de l' A400M
» Un A400M à l'ETAP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Aviation militaire-
Sauter vers: