Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Missiles

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Missiles - Page 8 Empty
MessageSujet: Missiles   Missiles - Page 8 Icon_minitimeSam 20 Déc 2008 - 21:54

Rappel du premier message :

Citation :
Missiles


Un missile est un projectile autopropulsé et guidé, constitué de :

Un propulseur : moteur fusée, réacteur (généralement statoréacteur), voir les deux (une fusée donnant l'impulsion de départ, avant d'être relayée par un statoréacteur)

Un système de guidage, qu'il soit externe (téléguidage) ou indépendant (autoguidage).

Une charge utile : ce peut être une charge militaire (explosive, incendiaire, chimique, biologique, etc), un système électronique (drone de reconnaissance, missile scientifique ou expérimental) voire un simple poids pour équilibrer l'engin (missile cible), ou pour transporter une masse inerte (missile de propagande transportant des tracts)

Remarque : dans son acception initiale le terme de missile désignait un projectile, quel qu'il soit. Ce sens est aujourd'hui obsolète mais peut encore se trouver dans des ouvrages datant d'entre les deux guerres mondiales. La règle généralement utilisée de nos jours veut que :

les engins possédant un guidage soient nommés missiles, quel que soit le système de propulsion.

les engins propulsés par un autre moyen qu'une fusée à poudre soient nommés missiles. À part quelques prototypes datant des environs de la Seconde Guerre mondiale, tous ces engins ont un système de guidage.

les fusées à poudre sans guidage soient nommées roquettes (de l'anglais rocket = fusée).

que les projectiles (guidés ou non) se déplaçant sous la surface de l'eau soient nommés torpilles

Cependant, il existe des exceptions, tels les projectiles des lance-roquettes multiples qui, de nos jours, sont le plus souvent autoguidés tout en conservant le nom de roquettes, ou des prototypes datant d'une période où les systèmes électroniques étaient bien plus coûteux, fragiles et volumineux qu'actuellement. Une telle utilisation de ce terme est exceptionnelle et, en général, due à un contexte historique particulier (prototype ancien, dénomination qui perdure bien qu'elle soit devenue impropre).

Propulsions
Différents types de propulsions ont été ou sont utilisés. Ce sont principalement des fusées, des réacteurs ou des engins mixtes.

Fusées :
A carburant solide : c'est encore le propulseur le plus courant pour les petits missiles. En particulier les missiles individuels anti-char.
A carburant liquide : la dangerosité des carburants et comburants employés a été la cause de leur abandon progressif. Ce type de propulsion est cependant extrêmement efficace pour l'envoi de "gros" missiles utilisant une technologie moyenne voire faible. Le premier missile réussi utilisant cette propulsion a été le V2 allemand de la Seconde Guerre mondiale.
Réacteurs :
Simple flux : des essais ont été effectués après la Première Guerre mondiale, abandonnés à cause du prix de revient de tels missiles.
Eventuellement double-flux ou turbo-fan ou modèle plus moderne que le simple flux.
Stato-réacteur : le propulseur actuellement le plus courant sur les missiles. Bon marché, faciles à fabriquer et solides, les statoréacteurs sont devenus le principal mode de propulsion des missiles non semi-balistiques (une fusée est nécessaire pour la sortie de l'atmosphère)
Stato-réacteur "classique" à carburant liquide :
Stato-réacteur à carburant gazeux : le carburant est stocké sous forme de gaz comprimé (rare car le container est lourd), ou de produits solides, se décomposant en gaz inflammables lorsqu'ils sont chauffés. Les carburants gazeux se mélangeant mieux au comburant (air) que les carburants liquides, ce systèmes est plus efficace à très grande vitesse (Mach 5 et plus). Ce type de stato-réacteur extrêmement rapide est souvent nommé scramJet.
Stato-fusée : les stato-fusées sont des stato-réacteurs à carburant solide. Le carburant est déposé sur la paroi interne du réacteur. L'alimentation en comburant se fait par une prise d'air, identique à celle d'un stato-réacteur "classique". Les stato-fusées sont extrêmement économiques en entretien. Cela entraîne des économies d'argent, de personnel qualifié ainsi qu'une fiabilité accrue après de longues périodes de stockage. Sont aussi parfois nommés stato-fusée des stato-réacteurs dont les prises d'air peuvent être fermées, et où un comburant (généralement de l'oxygène stocké sous forme liquide) peut être injecté. Cela permet au moteur de se comporter comme un stato réacteur en atmosphère, ou en fusée. En 2007, ce type de moteur en est, généralement, au stade expérimental.
Fusée/Stato-réacteur : ce couple de propulseurs est classique pour les missiles Sol-Air, Sol-Mer et Sol-Sol. La fusée donne au stato-réacteur la vitesse qui lui est nécessaire pour fonctionner, puis il est éjecté. A contrario, de nombreux missiles Air-Air, Air-Mer, Air-Sol ne sont propulsés que par un stato-réacteur, la vitesse initiale permettant l'ignition du stato-réacteur étant la vitesse de l'avion tirant le missile.


Guidage
D'un point de vue technique, il existe de nombreux systèmes de guidage différents. Ils dépendent des caractéristiques de la cible et du degré de précision que la mission et la munition rendent nécessaires.

Guidage inertiel : tout d'abord utilisé sur les missiles à longue portée (missiles stratégiques et missiles de croisière) ; il utilise une centrale inertielle associant trois gyroscopes (un pour chaque axe), ce qui leur permet de maintenir un cap de façon prolongée. Cependant, les gyroscopes étant victimes d’une certaine dérive sur les longues distances, on tend à leur adjoindre aujourd’hui un système de guidage par GPS pour recaler leur positionnement. Des bombes et missiles de dernière génération mis en œuvre par l'armée américaine fonctionnent ainsi.
Guidage topographique : certains missiles de croisière comparent en permanence la topographie du terrain survolé à une carte préalablement établie qu’ils gardent en mémoire, repérant ainsi toute variation par rapport à l’itinéraire fixé.
Guidage laser : lorsqu’une grande précision est requise (missile anti-char ou anti-bunker), on utilise généralement un guidage laser. La cible est illuminée par un laser dont la tache est perçue par le système d'autoguidage du missile qui s'aligne dessus pour assurer l'impact.
Guidage vidéo : une caméra permettant généralement une vision nocturne est installée dans le nez du missile et permet de guider le missile à distance.
Guidage infrarouge : essentiellement utilisé par les missiles sol-air et air-air de courte portée, un autodirecteur infrarouge permet de se caler sur le rayonnement infrarouge émis par les tuyères du turboréacteur ou du turbomoteur de l'appareil ennemi. L'avantage de ce genre de système est son autonomie et son fonctionnement passif (il ne produit que peu de signaux détectables). La portée du détecteur d'infrarouges n’excède toutefois guère une vingtaine de kilomètres.
Guidage radio : avec le filoguidage et l'autoguidage inertiel, c'est le système le plus anciennement utilisé. Il a cependant été abandonné pour des application militaire, sa sensibilité au contres mesures électronique (brouillage, prise de controle) le rendant peu fiable.
Guidage optique/astral : certains missiles semi-balistique sont doté d'un télescope leur permettant de repérer des étoiles servant de repère de navigation. Ce système n'est utilisable qu'hors atmosphère ou à très haute altitude, faute de quoi il ne serait possible de tirer les missiles que par des nuits sans nuages. Nota: ce système est toujours associé à d'autres systèmes.
Guidage par variation de pesanteur : certains missiles semi-balistiques ont été équipés de systèmes détectant les variation de pesanteur. La croûte terrestre n'étant pas homogène, la pesanteur varie légèrement suivant l'endroit ou l'on ce trouve, et non uniquement suivant l'altitude. L'étude de ces variation est une technique traditionnelle de l'étude du sous-sol. A partir du moment ou il a été possible de miniaturiser suffisamment un système d'évaluation de la pesanteur, il a été possible de se servir de cette information pour guider un missile. Une des difficultés rencontrées à été la constitution de cartes recensant ces variations. Les éventuelles cibles rechignant à laisser un ennemi potentiel avoir accès a de telles informations. De tels systèmes de mesure de pesanteur utilisent l'atténuation de la pesanteur entre 2 points superposés, et non le calcul de la pesanteur associè à la connaissance de l'altitude. Nota: ce système est toujours associé à d'autres systèmes.
Guidage par détection des anomalies magnétiques : la cause de ces anomalies est, là aussi, les variations de composition et d'épaisseur de la croûte terrestre. Nota: ce système est toujours associé à d'autres systèmes.
Filoguidage : certains missiles à courte portée (comme les missiles anti-char) utilisent un guidage par fibre optique ou par câble électrique. Ils dévident derrière eux, durant leur vol, un long fil grâce auquel un opérateur leur expédie des informations depuis la station de tir, souvent afin de les guider. Le poste de tir est généralement constitué d'un système de pointage optique opéré par un tireur.
Guidage radar : tout d'abord employé sur les missiles sol-air et air-air de moyenne et longue portée, qui ont généralement recours à un guidage radar actif (le missile possède alors son propre radar) ou bien semi-actif (dans ce cas, le missile utilise le radar de l’avion lanceur). Le guidage radar semi-actif est utilisé par le AH-64 Apache de dernière génération pour guider ses missiles antichar, à la place du filoguidage utilisé jusqu'à présent.
Certains missiles, souvent anti-navires, utilisent successivement plusieurs types de guidage: inertiel juste après leur lancement, puis radar lorsqu’ils ont localisé leur cible. D'autres se calent sur les ondes électromagnétiques émises par leurs cibles (cas des missiles anti-radar). De nos jours, tous les missiles devant parcourir de grandes distances (balistique, semi-balistique, croisière) associent différentes techniques, complémentaires les unes des autres.
http://aviondecombat.e-monsite.com/rubrique,missiles,224942.html
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
MAATAWI

messages : 14797
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
Missiles - Page 8 Unbena24Missiles - Page 8 Unbena25
Missiles - Page 8 Unbena21Missiles - Page 8 Unbena26
Missiles - Page 8 Unbena27Missiles - Page 8 Unbena20

Missiles - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Missiles   Missiles - Page 8 Icon_minitimeVen 26 Fév 2010 - 10:22

Missiles - Page 8 11921910

_________________
Missiles - Page 8 Star3Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autresMissiles - Page 8 Star3
Missiles - Page 8 Captur10
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Missiles - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Missiles   Missiles - Page 8 Icon_minitimeSam 27 Fév 2010 - 1:05

Regardez la puissance de l'explosion du Granit à la fin de la vidéo.
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
Alloudi

messages : 7413
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Missiles - Page 8 Unbena24Missiles - Page 8 Unbena26
Missiles - Page 8 Unbena28Missiles - Page 8 Unbena25
Missiles - Page 8 Unbena23

Missiles - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Missiles   Missiles - Page 8 Icon_minitimeVen 24 Sep 2010 - 10:03

Citation :
MBDA dévoile le Simbad RC


24/09/2010

Le missilier européen élargit sa gamme de systèmes surface-air à très courte portée embarqués sur navires militaires. Face au développement des menaces asymétriques et la nécessité, pour les marines, d'augmenter les capacités d'autodéfense et délais de réaction, MBDA dévoile le Simbad RC. Après le Tetral, un lanceur quadruple totalement automatisé, le nouveau système reprend le même concept pour cette fois, se positionner sur la gamme des lanceurs manuels du type Simbad. Equipé comme son aîné de 2 missiles Mistral 2, le Simbad RC, rechargeable à bord, ne nécessite plus de servant. La mise en oeuvre se fait automatiquement depuis le CO du navire. Couplé au système de veille du bâtiment, le Simbad RC permet de réduire significativement le délai de réaction, soit moins de 5 secondes entre la phase de préparation et le tir. Il offre une capacité tout temps, ce qui n'est pas le cas sur les lanceurs manuels armés par un servant, soumis aux aléas météorologiques et dont la vigilance peut être variable. Compact, le Simbad RC est destiné aux petits bâtiments de type patrouilleurs ou corvettes. Il peut assurer l'autodéfense d'unités logistiques et compléter les moyens surface-air des grands bâtiments de combat. D'une portée d'environ 6 km, le Mitral 2, équipé d'un autodirecteur infrarouge, est efficace contre aéronefs et drones, missiles antinavire et, aussi, de petits mobiles de surface.

Avec son nouveau système, MBDA espère convaincre les marines soucieuses de renforcer l'autodéfense à courte portée, notamment en zones littorales, de leurs plateformes. Le groupe vise aussi le remplacement des systèmes Simbad manuels vendus ces dernières années. Il faut dire que les clients du missile Mistral, dans le domaine naval, sont nombreux. Qu'il s'agisse de lanceurs Sadral, Tetral ou Narval, le Mistral équipe 15 marines dans le monde et même 27 pays si l'on ajoute les versions terrestres (soit 17.000 missiles livrés jusqu'ici). En France, le Mistral est embarqué sur le porte-avions Charles de Gaulle, les bâtiments de projection et de commandement, les frégates antiaériennes et anti-sous-marines du type F70, les frégates de surveillance, certains avisos, ainsi que les bâtiments de ravitaillement.



http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=114053



Citation :
AU SALON DE SINGAPOUR, MBDA DEVOILE SON SYSTEME DE DEFENSE ANTI-AERIENNE SIMBAD-RC

A l'occasion du salon de Singapour qui se déroulera du 2 au 7 février, MBDA va présenter le SIMBAD-RC, dernier-né de sa gamme de systèmes de défense anti-aérienne navals. Le SIMBAD-RC est un système de défense anti-aérienne à courte portée commandé à distance qui garantit une grande efficacité contre toute une série de menaces, des avions de chasse jusqu'au petites menaces de surface telles que les navires d'attaque rapide (FIAC), en passant par les missiles antinavires.

Le SIMBAD-RC a été développé pour répondre aux besoins des marines opérant sur le littoral ou en haute mer. Il est particulièrement adapté aux navires à équipage réduit et satisfait aux exigences de conception des navires modernes, et notamment aux besoins de furtivité et à ceux des navires très rapides. Le double lanceur commandé à distance du SIMBAD-RC, qui permet de déployer deux missiles Mistral 2 « tir et oubli » peut apporter la capacité d'autodéfense primaire nécessaire à tous les navires de guerre, tels que les patrouilleurs et les gros bâtiments de soutien, ou bien encore compléter les défenses aériennes principales des navires de guerre de premier rang, tels que les frégates et les destroyers. Il suffit d'un opérateur, manœuvrant depuis un poste compact installé à bord du navire, pour commander deux systèmes de lancement SIMBAD-RC. L'opérateur n'étant pas exposé aux éléments, ce tout nouveau système de MBDA garantit une grande disponibilité, dans toutes les conditions météorologiques et quel que soit l'état de la mer.

En configuration de base, le SIMBAD-RC est constitué de deux tourelles légères gyro-stabilisées, équipées d'une caméra thermique et d'une caméra de jour grand champ. Le système comprend également un poste compact dédié (SMU-RC) capable de gérer deux tourelles et qui fonctionne en interface avec le système de combat ou les capteurs de surveillance du navire. Différentes configurations tourelle/SMU-RC sont possibles, suivant la taille du navire et les besoins de l'équipage (par exemple une tourelle et un SMU-RC, ou deux tourelles et un SMU-RC).

Chargé facilement et rapidement, le SIMBAD-RC offre des temps de réaction très courts en cas d'attaque complexe et multiple. Ses missiles tir et oubli permettent un réengagement rapide après le lancement, et le temps entre la mise à poste et le lancement du missile est inférieure à cinq secondes. La tourelle peut en outre être asservie au radar ou au système optoélectronique du navire.

Le SIMBAD-RC marque une amélioration par rapport au système SIMBAD original actuellement utilisé, entre autres, par la Marine française. Les postes de tir SIMBAD existants présentant le même encombrement sur le pont du navire et les mêmes interfaces mécaniques, ils peuvent être facilement mis au niveau du SIMBAD-RC.

Avec son autodirecteur infrarouge passif avancé, le Mistral 2 a été conçu pour assurer une défense efficace contre les attaques saturantes constituées par les missiles ou les avions à passage ou manœuvre rapide. Il a également fait la preuve de son efficacité contre les attaques menées par les petits navires tels que les navires d'attaque rapide (FIAC). Intégré en diverses variantes de lancement navales et terrestres, le missile Mistral a déjà été commandé par près de 30 pays dans le monde. Les essais opérationnels auxquels il a été soumis attestent d'un taux de réussite nettement supérieur à 90 %.

http://www.mbda-systems.com/mbda/site/ref/scripts/newsFO_complet.php?lang=FR&news_id=298

_________________
Gloire à nos aieux  Missiles - Page 8 Icon_sal
Missiles - Page 8 Marche10
Revenir en haut Aller en bas
Viper
Modérateur
Modérateur
Viper

messages : 7672
Inscrit le : 24/04/2007
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :
Missiles - Page 8 Unbena12Missiles - Page 8 Unbena13
Missiles - Page 8 Unbena15Missiles - Page 8 Unbena10

Missiles - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Missiles   Missiles - Page 8 Icon_minitimeVen 24 Sep 2010 - 17:11

Voici une video de promo de MBDA intéressante, je relève 2 points intéressants :

1- MBDA n'a voulu léser aucun constructeur d'avions européens les 3 sont présent dans la vidéo
2- on dirait que c'est à la mode de flingué du SU-30 dans les video de promo... Laughing