Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Commerce d'armement

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26
AuteurMessage
Samyadams
Administrateur
Administrateur
Samyadams

messages : 7149
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Commerce d'armement - Page 26 Ambass10Commerce d'armement - Page 26 Unbena31
Commerce d'armement - Page 26 Unbena20

Commerce d'armement - Page 26 Empty
MessageSujet: Commerce d'armement   Commerce d'armement - Page 26 Icon_minitimeMer 11 Fév 2009 - 17:32

Rappel du premier message :

De bonne ou de mauvaise qualité, les armes russes semblent quand même bien se vendre
Citation :
Nouveau record des exportations d'armements russes ( selon Vedomosti)
09/ 02/ 2009

MOSCOU, 9 février - RIA Novosti. Le volume des exportations d'armements russes en 2008 a battu un nouveau record grâce aux gros contrats de livraison d'avions, lit-on lundi dans le quotidien Vedomosti.
Le montant des exportations d'armements russes en 2008 s'est chiffré à 8 milliards de dollars, a indiqué une source au sein d'un département du gouvernement chargé de la coopération militaire et technique. Ce montant
a été également confirmé par une source à Rostekhnologuii.
En outre, la part des exportations de Rosoboronexport, monopole des livraisons de systèmes d'armement en Russie, s'est chiffrée à 6,725 milliards de dollars, estime l'interlocuteur du Kommersant. Le reste représente des fournitures de composantes ou des contrats signés avant l'octroi à Rosoboronexport du monopole des exportations de systèmes assemblés en 2007. Il s'agit des livraisons de missiles antichars et de systèmes de DCA du Bureau d'études de construction d'appareils de Toula, des fournitures à l'Inde des missiles BrahMos, conçus par une entreprise mixte comprenant le Groupement de recherche et de production de Reoutov, et d'autres systèmes.
Ce chiffre représente un nouveau record des exportations d'armements russes, fait remarquer Konstantin Makienko, expert du Centre d'analyse des stratégies et des technologies. Selon le Service fédéral de coopération militaire et technique, le volume des livraisons de 2007 a atteint 7,4 milliards de dollars (la part de Rosoboronexport se chiffrant à 6,1 milliards) et celui de 2006 est évalué à 6,46 milliards de dollars (dont 5,3 milliards ont représenté les contrats de Rosoboronexport).
La partie russe parvient à conserver de tels volumes importants tout d'abord grâce à la validité des gros contrats de livraison des chasseurs Su-30. Selon un responsable d'une entreprise aéronautique, on a fourni l'année dernière plus de 40 avions de ce type: de 8 à 10 Su-30 MKA en Algérie, 6 Su-30 MKM en Malaisie, près de 16 Su-30 MKI, compte tenu des équipements destinés à l'assemblage de ces appareils sous licence, en Inde, 8 Su-30 MK2V au Venezuela et 2 Su-30 MK2 en Indonésie.
Avec les armements, le montant de ces livraisons atteint 30% du volume total des exportations, fait remarquer une source au sein de l'industrie aéronautique.
Rosoboronexport et la Chine ont signé à la fin du janvier un nouveau contrat important de livraison de 122 moteurs pour les chasseurs chinois J-10 pour une somme de près de 500 millions de dollars, a annoncé un responsable d'une entreprise aéronautique russe.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27723
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Commerce d'armement - Page 26 Unbena32Commerce d'armement - Page 26 Unbena24
Commerce d'armement - Page 26 Unbena25Commerce d'armement - Page 26 Unbena26
Commerce d'armement - Page 26 Cheval10Commerce d'armement - Page 26 Unbena15
Commerce d'armement - Page 26 Medail10

Commerce d'armement - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Commerce d'armement   Commerce d'armement - Page 26 Icon_minitimeLun 27 Mai 2019 - 17:17

Citation :
27.05.2019

Le Brésil aurait réussi à vendre ses Mirage 2000


Commerce d'armement - Page 26 _11c75

Alors que le premier des 36 Gripen commandés par le Brésil pourrait voler en août (mais les livraisons n'interviendront qu'en 2021), l'armée de l'air brésilienne aurait réussi à se débarrasser de la douzaine de Mirage 2000 retiré du service en 2013. Il s'agit de 9 Mirage 2000C et de 2 Mirage 2000B.

La vente a été lancée en 2016 mais elle n'avait jamais abouti. Une nouvelle annonce a été faite en fin d'année dernière; la mise à prix du lot d'avions (qui ne sont pas en état de vol) tournait autour de 500 000$.

Commerce d'armement - Page 26 _11b77

Mais le dépôt des offres a été repoussé à plusieurs reprises (dernière date donnée: 9 avril). Deux offres avaient été faites, pour une valeur quasi identique, autour de 452 000$. Pour en savoir plus sur les conditions de vente, voir ce document qui détaille le prix et la localisation de chaque avion.

Selon Intelligence Online, "l'armée de l'air brésilienne vient de céder sa flotte d'avions de chasse Mirage 2000 à un courtier français établi au Emirats. Cette entreprise cherche ainsi à se positionner sur le lucratif marché des Aggressor Squadrons auprès des armées de la région."

Ce serait donc la société Procor (dont le nom apparaît dans le document ci-dessus), basée près de Paris, qui aurait racheté le lot. Procor est une société de commerce dans le domaine de l'aéronautique militaire et la défense.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/05/27/le-bresil-aurait-reussi-a-vendre-ses-mirage-2000-20266.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27723
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Commerce d'armement - Page 26 Unbena32Commerce d'armement - Page 26 Unbena24
Commerce d'armement - Page 26 Unbena25Commerce d'armement - Page 26 Unbena26
Commerce d'armement - Page 26 Cheval10Commerce d'armement - Page 26 Unbena15
Commerce d'armement - Page 26 Medail10

Commerce d'armement - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Commerce d'armement   Commerce d'armement - Page 26 Icon_minitimeDim 30 Juin 2019 - 16:51

Citation :
30/06/2019

Affaires Pilatus, l’industrie soutient l’avionneur !


Commerce d'armement - Page 26 _12e222

Dans un communiqué, la société faîtière en matière d’industrie suisse, Swissmem prend clairement position en faveur de l’avionneur Pilatus en ce qui concerne l’appui logistique en direction des clients de l’avion école PC-21 utilisé par l’Arabie Saoudite et les EAU.

Rappel :

Mercredi dernier, Le gouvernement suisse a interdit toutes les activités de l'avionneur Pilatus en Arabie saoudite et dans les Emirats arabes unis qui s'apparentent, selon lui, à un soutien logistique aux forces armées de ces pays. Le Ministère des Affaires étrangères (DFAE) indiqué avoir découvert que des prestations de support logistique comportent notamment l’assistance technique, la gestion des pièces de rechange ainsi que la résolution de problèmes rencontrés avec l’avion Pilatus PC-21 et des simulateurs. Le ministère a souligné que ces prestations "ne sont pas compatibles avec les objectifs de politique étrangère que s’est fixés la Confédération et qu'en conséquence, "une interdiction de fournir ces prestations a dès lors été prononcée".

En ligne de la décision, le DFAE pense à l’engagement militaire de ces deux pays dans le conflit qui les opposent au Yemen.

Précision sur le PC-21 :

Pour faire suite à de nombreux commentaires erronés dans les journaux et sur les forums. Il est important de rappeler les éléments suivants en ce qui concerne l’avion formateur PC-21. Cet avion n’est pas engagé dans le conflit au Yemen et ne le pourrait pas. En effet, la spécificité de celui-ci tien du fait qu’il ne peut en aucun cas être armé ou modifié en ce sens. Une tentative de modifier l’électronique de bord en vue de l’équiper d’armes, rendrait l’avion totalement impossible à tenir en vol. Ceci est dû au système de simulation spécifique qui contrôle et rend l’avion utilisable. Une déconnection obligation de celui-ci rendrait l’avion incontrôlable.

Une loi qui se trompe de cible :

L’application de la loi fédérale sur les services de sécurité extérieure (BPS) visait à interdire les entreprises de mercenaires en Suisse. Maintenant, il rate l'objectif et rencontre plutôt des sociétés comme Pilatus. Cela met en danger de nombreux emplois, connaissances technologiques et sites de production en Suisse. Swissmem regrette la décision de l'EDA d'interdire les services de Pilatus en Arabie saoudite et dans les Émirats arabes unis et demande une clarification rapide de la base juridique. Cela peut être fait à la fois par un jugement du Tribunal administratif fédéral et par la voie parlementaire. Les entreprises technologiques suisses doivent continuer à pouvoir exercer leurs activités en Suisse dans l’intérêt de l’industrie, en particulier de la sécurité et de la politique économique suisses.

La loi fédérale sur les services de sécurité privés étrangers (BPS) est entrée en vigueur en 2015. L'objectif de la loi était de réglementer l'activité des sociétés de sécurité privées à l'étranger. Ceux-ci avaient commencé à offrir des "services de mercenaires" de la Suisse aux zones de conflit étrangères. Cela aurait pu nuire à l'image de la Suisse. Cet objectif a été atteint car ces entreprises ont depuis migré ailleurs.

Dommages aux entreprises de technologie suisses et à leurs employés :

L’industrie suisse réussit grâce à des produits à la pointe de la technologie. La vente de ces produits implique aujourd'hui presque toujours des services de maintenance et de formation. Dans le cas de Pilatus, la décision prise par un organe subordonné du DFAE montre à plusieurs reprises, par exemple, que le BPS a été formulé de manière inappropriée et frappe maintenant les mauvaises personnes:

Les avions d’entraînement Pilatus peuvent être vendus comme biens militaires spéciaux avec un permis d’exportation en vertu de la loi sur le contrôle des marchandises. L'entretien et la formation sont maintenant interdits. La conséquence en est une interdiction d'exportation de facto des avions d'entraînement vers des pays comme l'Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis.

La numérisation conduit de plus en plus à une superposition de produits civils et liés à la sécurité. Des services tels que la formation et la maintenance sont souvent indissociables des produits. D'autres produits tels que les composants et instruments optiques, les simulateurs et d'autres applications de haute technologie sont potentiellement concernés. La décision du DFAE a donc un impact important. Cela compromet les connaissances des entreprises suisses en matière de sécurité et affaiblit ainsi la capacité de la Suisse à conserver les compétences nécessaires à la sécurité du pays.

Le BPS est contraire à d'autres lois (comme la loi sur le contrôle des marchandises et le matériel de guerre) et crée une confusion juridictionnelle au sein de l'administration fédérale (notamment entre le SECO et l'EDA). Cela crée une incertitude juridique.

Pilatus est l'une des principales entreprises de technologie du monde avec plus de 2000 emplois en Suisse. Elle a récemment lancé le P-24, le premier avion de transport de passagers au monde développé et produit en Suisse. De plus, les emplois chez les fournisseurs sont nombreux. Le BPS met en péril nombre de ces emplois ainsi que les investissements futurs en Suisse. L'essentiel, c'est que le BPS mène à une pratique beaucoup plus sévère que les pays comparables. L'interdiction de facto de certains services et de certaines exportations de biens dans le secteur de la sécurité affecte donc généralement le secteur.

Précision rapide nécessaire :

Ironiquement, la décision du DFAE justifie désormais un risque d'imagerie différent pour la politique étrangère. Les États concernés le qualifieront d'acte hostile de la part de la Suisse et le pénaliseront éventuellement dans d'autres secteurs de l'économie. En outre, la réputation de la Suisse en tant que partenaire fiable est entachée. Il en va de même pour les entreprises telles que Pilatus, qui, après avoir approuvé ces exportations et passé les contrats correspondants avec leurs clients, peuvent s’attendre à une sécurité juridique de la part de l’État dans l’exécution de ses obligations. La décision dans l'affaire Pilatus est donc importante du point de vue économique, de la sécurité et de la politique étrangère. Il aurait fallu que ce soit le Conseil fédéral, ce qui aurait été possible en vertu de la loi. Les entreprises industrielles et technologiques suisses doivent pouvoir continuer à exporter des produits et à exécuter les contrats de service nécessaires. Swissmem soutiendrait donc la société Pilatus si elle engageait des poursuites. En outre, Swissmem demande au Parlement d’adapter le BPS dans les meilleurs délais et de garantir la sécurité juridique.(Source communiqué swissmem).

Photo : PC-21 formateur pour l’aviation saoudienne @ Pilatus

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/06/30/affaires-pilatus-l-industrie-soutient-l-avionneur-867645.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Commerce d'armement - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Commerce d'armement   Commerce d'armement - Page 26 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Commerce d'armement
Revenir en haut 
Page 26 sur 26Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26
 Sujets similaires
-
» Almanach du Commerce et de l'Industrie Paris 1862
» Le commerce équitable
» Boites à camembert... la fin??
» Tout le monde le connais
» 10 objections

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: