Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Économie marocaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
said
Lieutenant
Lieutenant


messages : 744
Inscrit le : 29/12/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 10 Fév 2009 - 21:21

Citation :
Renault et PSA ne fermeront pas d'usines en France pendant cinq ans

[ 10/02/09 ] 1 commentaires
L'Elysée va octroyer un prêt de 6 milliards d'euros aux deux constructeurs, plus 500 millions pour Renault Trucks, et permettre un nouvel accès au crédit à leurs filiales financières à hauteur de 1 milliard. Mais le renoncement aux licenciements en France durera nettement moins longtemps que le prêt.

Des milliards comme s'il en pleuvait : réunissant hier à l'Elysée les grands patrons du secteur automobile, Nicolas Sarkozy leur a confirmé l'octroi d'un « prêt participatif » de 6 milliards d'euros sur cinq ans, pour remédier à la crise du crédit, à répartir équitablement entre Renault et PSA. Dispositif complété par un autre prêt d'environ 500 millions pour Renault Trucks, filiale du suédois Volvo qui exploite des usines en France.

« Ce n'est pas un don, ce n'est pas une subvention, c'est un prêt assorti d'un taux d'intérêt à 6 %, a poursuivi le président au terme d'une négociation complexe. Renault et PSA ont pris un engagement très important, de ne fermer aucun de leurs sites pendant la durée de ces prêts, et de tout faire pour éviter les licenciements. »

Autre source de liquidités, les deux filiales de crédit des groupes automobiles, RCI Banque et Banque PSA Finance, verront leur aide doublée, passant de 1 à 2 milliards d'euros de crédits (soit 1 milliard chacune). Quant aux équipementiers situés en aval des constructeurs, ils recevront 300 millions de cash supplémentaires, le double de ce qui avait été annoncé en leur faveur en décembre. Renault et PSA apportent cette fois deux tiers des fonds, et l'Etat un tiers. A l'issue de ces tractations avec l'Etat, les constructeurs ont, comme prévu, renvoyé l'ascenseur... mais pas pour l'éternité : « Renault ne fera pas de plan social en 2009 dans ses usines automobiles en France », souligne le groupe, qui est en train de boucler un plan de départs de près de 6.000 personnes, annoncé en juillet dernier. Le constructeur s'engage à lancer dans l'Hexagone cinq nouveaux modèles, un nouveau moteur d'ici à 2012, puis ses véhicules 100 % électriques. PSA, lui, « ne fermera pas d'usine en France, et lancera dans les deux ans à venir, dans chacune de ses cinq usines de montage françaises, un à plusieurs nouveaux modèles ». De plus, « dans les circonstances actuelles, le groupe ne mettra pas en oeuvre de plan de licenciements en France ». Mais, le constructeur dirigé par Christian Streiff ne serait pas mécontent s'il arrivait à dépasser d'ici à cet été les objectifs de son plan de départs volontaires en cours (3.550 personnes en France).

Le dilemme du plan gouvernemental est qu'il laisse entière la question des surcapacités de production. La France s'est avant tout battue, ces dernières semaines, pour que Renault et PSA laissent intactes leurs usines dans l'Hexagone. Sous-entendu, « si vous voulez fermer une usine, faites-le ailleurs ». En raisonnant sur l'ensemble des constructeurs présents en Europe, chacun convient que la crise ne fait qu'aggraver les surcapacités structurelles. Christian Streiff, lors des états généraux de l'automobile, les avait évaluées à 4 ou 5 millions de voitures par an en Europe de l'Ouest. Exprimé autrement, l'état-major de Renault considère qu'en 2009, au vu de la chute de la demande de voitures neuves attendue entre 15 et 20 %, « il y aurait 20 usines de trop en Europe ».
Le projet à Tanger décalé

Or, pour l'instant, hormis l'Hexagone, où ils suppriment des emplois, les deux constructeurs français sont sur un mode expansionniste à l'étranger. Côté Renault, l'un des gros projets est incarné par la nouvelle usine de Tanger, un investissement de 350 millions d'euros dans sa phase initiale, et 600 millions à terme. Y renoncer provoquerait sans nul doute des tensions entre la France et le roi du Maroc, Mohammed VI. Carlos Ghosn considère qu'il ne s'agit pas de délocalisation, puisque la gamme Logan n'aurait jamais été produite en France. Cependant, Renault admet que le projet pourrait prendre jusqu'à un an de retard.

Chez PSA, la nouvelle C3 Picasso commence à être construite dans l'usine slovaque du groupe (Trnava), à côté des Peugeot 207. Et les travaux de la future usine de Kaluga, en Russie, ont débuté, mais celle-ci est officiellement destinée au marché local, ce qui répond mieux que le précédent exemple à la « doctrine Sarkozy ».http://www.lesechos.fr/info/auto/4829203.htm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 10 Fév 2009 - 21:31

y aura pas de délocalisation, l'état marocain a déjà réalisé ses engagements dans le cadre de l'accord avec renault ( le chemin de faire reliant le site et le port de tanger 30 km, aire de stockage...)
Revenir en haut Aller en bas
marques
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1909
Inscrit le : 05/11/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 10 Fév 2009 - 23:17

le projet de Renault à Tanger n'est pas une delocalisation d'une usine qui existe déjà en France...

c'est un projet nouveau pour des modéles low-cost et qui ne vient pas en concurrence avec les usines francaises qui fabriquent d'autres gammes de voitures
Revenir en haut Aller en bas
big boss
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 755
Inscrit le : 03/04/2008
Localisation : Casablanca, Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 11 Fév 2009 - 1:31

Citation :
Label’Vie/Carrefour: Les détails du contrat de franchise

· Objectif: atteindre 75 millions de clients d’ici 2011

· Et quintupler son CA à plus de 5 milliards de DH

· Pas de droit d’entrée, mais des prestations de services à payer


«L’ACCORD Label’Vie/Carrefour est un deal win-win». C’est en ces termes que commente Zouhaïr Bennani, président du groupe Best Financière propriétaire de la chaîne de supermarchés Label’Vie, le contrat de franchise exclusive conclut avec le géant mondial d’hypermarché, Carrefour.
«Ce deal de franchise vient renforcer notre savoir-faire, de 25 ans, et nous permet de gagner plus de temps», assure-t-il.
Sans cette opération, le modèle d’hypermarché de Label’Vie aurait, aux dires de son président, «traîné beaucoup plus d’années avant de trouver le bon concept, le meilleur format et la stratégie adéquate».
A travers ce deal, les supermarchés Label’Vie garderont leurs identités visuelles. En revanche, les futurs hypermarchés de la société (6 unités d’ici 2011) bénéficieront, en plus de l’enseigne, d’une force commune des achats, du sourcing, de la politique des ressources humaines et des systèmes d’informations. «Cela nous permettra de démarrer l’activité hypermarché avec une plate-forme solide», précise Bennani. Concrètement, l’apport réel de Carrefour se traduit par l’accès au réseau d’approvisionnement mondial du groupe français. «Il faut savoir que ce géant de la distribution dispose de plus de 1.000 acheteurs qui font leur sourcing à la source», indique Bennani. Et d’ajouter, «cela se traduira par des prix compétitifs pour une large gamme de produits».
Résultat pour le consommateur: des promotions intéressantes tous les jours, «ce qui n’aurait jamais pu être atteint même avec 15 ou 20 hypermarchés». Pour son président, Label’Vie ne constitue pas encore une force d’attraction pour pouvoir disposer de ce type de produits.
L’accès pour Label’Vie à la marque distributeur de Carrefour, est le second apport de cette opération. Cette marque, l’une des plus connues dans le monde, propose pratiquement 2.000 références. Le groupe est une enseigne multipluridisciplinaire, implantée dans plus de 33 pays, partant du Chili en passant par l’Argentine et la Chine.
Par ailleurs, «Carrefour propose des produits et services très diversifiés. De plus, il possède une capacité impressionnante d’adaptation aux cultures», fait observer Bennani. Sa politique est d’accompagner le consommateur tout au long de sa vie, en passant par l’éducation, la sécurité alimentaire. «A ce propos, plusieurs pays s’inspirent des normes Carrefour dont la renommée n’est plus à faire dans le domaine de la santé alimentaire», indique-t-il.
Un autre apport consiste à profiter du «know how» de Carrefour, que ce soit dans le développement que dans le choix d’un emplacement ou encore de l’aménagement de magasins.
Au niveau du coût de l’opération, aucun montant n’est avancé par le management de Label’Vie.
En revanche, le contrat qui lie les deux entités ne comporte pas de droit d’entrée, compte tenu de leur qualité de professionnels de la distribution. «A travers cet accord, Carrefour pourra accéder à une clientèle marocaine qui était hors de son territoire», estime Bennani. De l’autre côté, Label’Vie doit s’acquitter des achats effectués dans la plate-forme de Carrefour ainsi que la prestation de savoir-faire d’aide pour l’ouverture de nouveaux magasins. «Nous verserons de l’argent sur les ouvertures de magasins et l’accompagnement», révèle-t-il.
Par ailleurs, cette transaction se traduira par une première ouverture à Salé, le 19 février. «C’est un choix stratégique pour nous, car la ville qui comprend plus de 500.000 habitants ne disposait d’aucune surface moderne», affirme Bennani.
Le magasin proposera à cette population plus de 30.000 références. De plus, elle sera dotée d’une surface de vente de 5.500 mètres carrés, 600 places de parking et de 250 employés dédiés.

Objectifs


EN termes de clients, l’objectif de Label’Vie serait de quintupler sa clientèle, sachant que la chaîne de supermarchés capte plus de 15 millions de consommateurs par an.
Idem pour le chiffre d’affaires qui se situe à plus de 1 milliard de DH en 2008, et qui devrait passer, selon Bennani, à 5 milliards de DH en 2011.

leconomiste.com

Revenir en haut Aller en bas
http://far-maroc.forumpro.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 11 Fév 2009 - 2:10

Citation :
Légère baisse du taux de chômage en 2008 au Maroc

2009-02-10 07:23:26

RABAT, 9 février (Xinhua) -- L'économie nationale du Maroc a créé 133.000 emplois nets en 2008, permettant ainsi au taux de chômage de reculer à 9,6% au lieu de 9,8% en 2007, a indiqué lundi le Haut commissariat au Plan (HCP) du Maroc.

En milieu urbain, le taux de chômage a atteint 14,7% contre 15, 4%, alors qu'en milieu rural, ce taux a grimpé de 3,8% à 4%, entre 2007 et 2008, a précisé le HCP, qui vient de publier sa dernière note sur la situation du marché du travail durant l'année écoulée.

Les baisses les plus importantes du taux de chômage en milieu urbain ont été observées chez les jeunes âgés de 25 à 34 ans et chez les diplômés, a souligné le HCP, ajoutant que la population active en chômage a enregistré une baisse relative de 1,3% au niveau national.

Selon le HCP, la population active âgée de 15 ans et plus a atteint 11.267.000 personnes en 2008 au Maroc, soit une hausse de 1,1% par rapport à l'année 2007.

En matière d'emploi, 310.000 postes d'emplois rémunérés ont été créés et 177.000 emplois non rémunérés ont été perdus, ce qui s'est traduit globalement par une création nette d'emploi de 133. 000 postes. Le volume global de l'emploi est passé en conséquence entre 2007 et 2008 de10.056.000 à 10.189.000 personnes.

Dans le milieu urbain marocain, tous les secteurs d'activité économique ont contribué à la création des nouveaux emplois, a ajouté le HCP citant dans ce cadre les services (80.000 emplois), les BTP (39.000 emplois), l'industrie (30.000 emplois) et l'agriculture, forêt et pêche (2.000 emplois).

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 12 Fév 2009 - 14:00

Citation :
12/02/09 10:13
Renault : le projet industriel de Tanger n'est pas remis en cause


Dans le cadre de la conférence de présentation des résultats 2008 de Renault, Carlos Ghosn a précisé que le projet d'usine de Tanger au Maroc n'est pas remis en cause. "Nous repoussons les capacités de Tanger car les marchés sont actuellement mauvais mais nous ne renonçons pas à ce projet", a déclaré le Président de Renault.

"Tanger est une usine prévue essentiellement autour de la gamme Logan avec des voitures destinées aux pays émergent et nous restons optimistes sur le fait que ces pays vont repartir dès que la crise sera finie" a expliqué Carlos Ghosn.

Devant les difficultés rencontrées depuis plusieurs mois, Nissan a annoncé en début de semaine une série de mesure s d'économies qui s'insèrent dans un plan d'urgence. Renault est concerné par deux projets industriels qui devaient voir le jour dans le cadre de l'alliance des deux constructeurs.

L'alliance Renault Nissan va en effet revoir ses projets en Inde et au Maroc. En Inde, les cadences de production vont être réduites et au Maroc, Nissan annonce carrément suspendre sa participation dans le projet industriel.

Au Maroc, Renault et Nissan ont débuté en 2008 les travaux d'implantation d'un complexe industriel près de Tanger pour produire des véhicules économiques dérivés de la plate-forme Logan et des véhicules utilitaires Nissan. Le nouveau complexe devait avoir une capacité de 200.000 puis de 400.000 véhicules par an à terme pour un investissement capacitaire initial de plus de 600 Millions d'Euros.


(C) Finance Plus

http://bourse.challenges.fr/news.hts?menu=news_actualites&urlAction=news.hts%3Fmenu%3Dnews_actualites&idnews=FPS090212_20320035&numligne=8&date=090212
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 13 Fév 2009 - 8:52

Citation :
Renault deja en el aire el futuro de las plantas en España

Ghosn apela a las incertidumbres del mercado automovilístico tras anunciar una caída de beneficios del 78%

EFE 12-02-2009

El presidente del Grupo Renault, Carlos Ghosn, ha apelado hoy a las incertidumbres generadas por la crisis del automóvil para eludir un posicionamiento claro sobre el futuro de las plantas en España de la marca francesa, que ha visto caer sus beneficios un 78% en 2008 hasta los 599 millones de euros.

En el acto de presentación de resultados del grupo, que ha tenido lugar este jueves en París, Ghosn ha señalado que "este año tiene demasiadas incertidumbres y, a partir de ahí, veremos la capacidad productiva que necesitamos, pero, de momento, no tenemos ningún modelo en nuestros planes futuros que sea compatible con la planta de Valladolid".
"No creo -ha continuado - que ningún fabricante tome una decisión ahora tal como están las cosas porque no se ha tocado fondo y las reestructuraciones cuestan muchos dinero y hay que tenerlo preparado para cuando se supere esta fase, en la que nos enfrentaremos a un escenario totalmente nuevo".

Patrick Pelata, el director general del Grupo, no ha arrojado más luz sobre el asunto y se limitó a indicar que en los contactos actuales entre la firma y los gobiernos español y castellano-leonés se analizan las vías de futuro de las plantas en el horizonte de 2010 ó 2013. "Estamos -ha dicho Pelata- en tratos con estos gobiernos para ver la mejor forma de utilizar la planta de Valladolid y hemos lanzado ciertas ideas: podemos acabar con la negociación a finales del mes que viene".

Ghosn ha puntualizado también la situación de la planta de Tánger y ha explicado las causas por las que esta inversión se había paralizado.

En este sentido, el presidente de Renault ha subrayado que la fábrica marroquí está destinada a la producción de la gama Logan, de Dacia, un coche dirigido a los mercados emergentes que no tiene sentido producir en Europa Occidental y ha añadido que Nissan tenía programado montar en este escenario un utilitario de bajo coste dirigido a los mismos mercados. Para Ghosn, estos productos no suponen ninguna competencia con los arquetipos de vehículos que se producen en Europa.
Ghosn ha precisado que la situación de crisis no ha escapado a esos mercados emergentes y esa coyuntura, junto a la necesidad del grupo de reducir gastos, ha motivado la paralización de dicha planta, pero ha apuntado que superada la crisis se retomará su viabilidad.
Revenir en haut Aller en bas
naourikh
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

messages : 453
Inscrit le : 19/03/2007
Localisation : Devant un PC
Nationalité : Maroc-Belgique

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 13 Fév 2009 - 12:10

Il n'y a pas beaucoup de gens ici qui parlent espagnol, n'y aurait-t-il pas moyen d'avoir l'article en français svp? Ou en anglais, à la rigueur...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 13 Fév 2009 - 16:01

En resume' Renault dit que due a la crise economique que Tanger est pour le moment paralise' et que quand la crise economique sera depase'e, ils continueront avec le project.
Avec toutes les chauses qui se disent tous les jours, je met toutes ces nouvelles, tant positives que negatives, entre parentaises.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 13 Fév 2009 - 16:04

Yakuza a écrit:
Citation :
12/02/09 10:13
Renault : le projet industriel de Tanger n'est pas remis en cause


Dans le cadre de la conférence de présentation des résultats 2008 de Renault, Carlos Ghosn a précisé que le projet d'usine de Tanger au Maroc n'est pas remis en cause. "Nous repoussons les capacités de Tanger car les marchés sont actuellement mauvais mais nous ne renonçons pas à ce projet", a déclaré le Président de Renault.

"Tanger est une usine prévue essentiellement autour de la gamme Logan avec des voitures destinées aux pays émergent et nous restons optimistes sur le fait que ces pays vont repartir dès que la crise sera finie" a expliqué Carlos Ghosn.

Devant les difficultés rencontrées depuis plusieurs mois, Nissan a annoncé en début de semaine une série de mesure s d'économies qui s'insèrent dans un plan d'urgence. Renault est concerné par deux projets industriels qui devaient voir le jour dans le cadre de l'alliance des deux constructeurs.

L'alliance Renault Nissan va en effet revoir ses projets en Inde et au Maroc. En Inde, les cadences de production vont être réduites et au Maroc, Nissan annonce carrément suspendre sa participation dans le projet industriel.

Au Maroc, Renault et Nissan ont débuté en 2008 les travaux d'implantation d'un complexe industriel près de Tanger pour produire des véhicules économiques dérivés de la plate-forme Logan et des véhicules utilitaires Nissan. Le nouveau complexe devait avoir une capacité de 200.000 puis de 400.000 véhicules par an à terme pour un investissement capacitaire initial de plus de 600 Millions d'Euros.


(C) Finance Plus

http://bourse.challenges.fr/news.hts?menu=news_actualites&urlAction=news.hts%3Fmenu%3Dnews_actualites&idnews=FPS090212_20320035&numligne=8&date=090212
Revenir en haut Aller en bas
lida
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2073
Inscrit le : 01/11/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 13 Fév 2009 - 21:12

esperons bien .
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13165
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Sam 14 Fév 2009 - 4:54

Maroc: pluies abondantes, inondations et récoltes prometteuses

Citation :
RABAT (AFP) — Jamais, en un demi-siècle, le Maroc n'a été aussi arrosé qu au cours des quatre derniers mois: plus de 50 personnes ont été tuées, des régions sont inondées, les dégâts importants et les barrages pleins, mais, paradoxalement, les récoltes promettent de battre des records.
"Les pluies de cette année sont exceptionnelles et historiques. L'ensemble des régions du pays ont été touchées y compris le sud désertique", déclare à l'AFP le secrétaire d'Etat à l'Eau Abdelkébir Zahoud.
Selon lui, le taux de remplissage des 114 barrages du pays a atteint 80%, du jamais vu depuis 1963.

"Les pluies ont réalimenté les nappes phréatiques, mettant fin au pompage et la fonte des neiges va encore augmenter leur capacité", souligne-t-il. "Avec un stockage de 12,8 milliards de mètres cubes grâce aux barrages, notre autonomie en eau est d'au moins trois ans."

"Nous continuerons à construire des barrages, ajoute-t-il, car les 114 existants nous assurent une sécurité face à une sécheresse devenue structurelle", le Maroc ayant connu 18 sécheresses graves au cours des trente dernières années.

Abdelkébir Zahoud estime que sécheresse et inondations constituent désormais deux phénomènes extrêmes dus au réchauffement climatique et il appelle les pays développés à "préserver l'environnement".
Des pluies torrentielles se sont abattues sur plusieurs régions du Maroc depuis le mois de septembre, provoquant la mort d'une cinquantaine de personnes, ainsi que des dégâts matériels importants.

Sur l'ensemble du Maroc, quelque 3.000 maisons ont été inondées et plus de 300 totalement détruites, selon les autorités.

A titre d'exemple, plus de 100.000 hectares ont été inondés dans le Gharb, une riche plaine agricole qui s'étend jusqu'à Larache (80 km au nord) et Meknès (120 km à l'est de Rabat), avec une superficie de 380.000 hectares cultivés.

Plus de 7.000 personnes sinistrées y ont perdu leurs biens à cause de ces inondations.

"C'est catastrophique. Ma maison en pisé s'est effondrée, les eaux ont détruit mes cultures et l'état ne veut rien rembourser", affirme Ahmed Berrich, un agriculteur local, dont les terres ont été inondées par le déversement des eaux du barrage Al Kansera (120 km à l'est de Rabat).
Le Gharb a reçu depuis octobre une moyenne de 600 millimètres de pluie, le double de ce qui a été enregistré ces trente dernières années pour la même période, selon un responsable régional du ministère de l'Agriculture, Abdelaziz Bousraref.

Ces pluies diluviennes ne font pourtant pas le malheur de tous.
"Les performances de la campagne agricole s'annoncent prometteuses", a ainsi indiqué le Haut Commissariat au plan (HCP, public), qui table sur une récolte de céréales de 70 millions de quintaux.

Les pluies abondantes des derniers mois ont renforcé les "espoirs des fellahs" en des récoltes exceptionnelles au printemps, explique à l'AFP le ministre de l'Agriculture Aziz Akhennouch. "Nous avons de quoi travailler pendant trois à quatre ans pour les périmètres irrigués", soit 1,5 million d'hectares sur les 8 millions cultivés, précise-t-il.

Selon le HCP, les résultats de l'agriculture marocaine en 2009 devraient contribuer à assurer un taux de croissance de l'économie de 6,7% contre 5,8% en 2008. Un coup de pouce du ciel finalement bienvenu face à "un ralentissement de la croissance des activités non agricoles, qui passerait de 5% en 2008 à 3,9% en 2009, suite à la récession" économique mondiale, conclut le HCP.
Revenir en haut Aller en bas
big boss
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 755
Inscrit le : 03/04/2008
Localisation : Casablanca, Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Sam 14 Fév 2009 - 14:25

Citation :
Le Maroc adopte un plan 2009-2015 pour relancer industrie et exportations


RABAT - L'Etat, les banques et le patronat marocains ont signé un contrat 2009-2015 pour développer l'industrie et relancer les exportations, qui sera doté de 12,4 milliards de dirhams (1,13 milliard d'euros), a-t-on indiqué samedi de source officielle à Rabat.

Créer 220.000 emplois directs et augmenter le produit intérieur brut (PIB) de 50 milliards de dirhams (4,5 milliards d'euros) comptent parmi les objectifs de ce "Pacte national pour l'émergence industrielle" signé vendredi à Fès (centre) en présence du roi Mohammed VI.

En vertu des conventions signées, une plate-forme industrielle devrait être créée à Kénitra (30 km au nord de Rabat), un Institut des métiers de l'aéronautique à Casablanca et une école d'ingénieurs, en partenariat avec l'Ecole centrale de Paris.

Le contrat-programme, qui compte au total 111 mesures dont 48 concernent la compétitivité des entreprises, sera centré sur l'offshoring, l'automobile, l'aéronautique et l'électronique.

Le ministre de l'Education nationale Ahmed Akhchichine a souligné la nécessité de "combler le retard accusé par le Maroc en matière de recherche scientifique". "Toutefois, un effort colossal se déploie", a-t-il ajouté.

Le plan marocain intervient "dans une conjoncture internationale perturbée, l'objectif étant de donner plus de visibilité aux acteurs économiques", a indiqué de son côté le ministre des Finances Salah Eddine Mezouar.

(©AFP / 14 février 2009 12h15)

.
Revenir en haut Aller en bas
http://far-maroc.forumpro.fr/
Anti-SAM
1ere classe
1ere classe
avatar

messages : 76
Inscrit le : 26/01/2009
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Sam 14 Fév 2009 - 23:05

Merci big boss pour cet article mais j'ai une petite question.
en quoi consiste le projet aéronautique Question

_________________
Fire & Forget
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Sam 14 Fév 2009 - 23:41

Anti-SAM a écrit:
en quoi consiste le projet aéronautique Question
En la fabrication de certains composants pour avions civils, tels les cablages. La fabrication de ces composants exige beaucoup de mains d'oeuvres. Nombre de fabricants ont des usines au Maroc, ce qui donné lieu a pas mal de création d'emplois et un transfert de technologie non négligeable.
Revenir en haut Aller en bas
Anti-SAM
1ere classe
1ere classe
avatar

messages : 76
Inscrit le : 26/01/2009
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Sam 14 Fév 2009 - 23:53

comme SNECMA et EADS maroc
merci pour ces Clarifications. Smile

_________________
Fire & Forget
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Les pluies qui s'abattent sur le Maroc   Dim 15 Fév 2009 - 21:01

Ces pluies ont remplie tous les barrage du Maroc à 80%, du jamais vu. Grâce à la sagesse de sa majesté Hassan II, les barrages peuvent alimenté l'agriculteur Marocaine près de 3ans.

Les nappes phréatique se sont bien remplie elle aussi...

Citation :
Maroc : pluies abondantes, inondations... et récoltes prometteuses
-
Jamais, en un demi-siècle, le Maroc n’a été aussi arrosé qu’au cours des quatre derniers mois : plus de 50 personnes ont été tuées, des régions sont inondées, les dégâts importants et les barrages pleins, mais, paradoxalement, les récoltes promettent de battre des records.


"Les pluies de cette année sont exceptionnelles et historiques. L’ensemble des régions du pays ont été touchées y compris le sud désertique
", déclare à l’AFP le secrétaire d’Etat à l’Eau Abdelkébir Zahoud.

Selon lui, le taux de remplissage des 114 barrages du pays a atteint 80%, du jamais vu depuis 1963.

"Les pluies ont réalimenté les nappes phréatiques, mettant fin au pompage et la fonte des neiges va encore augmenter leur capacité
", souligne-t-il. "Avec un stockage de 12,8 milliards de mètres cubes grâce aux barrages, notre autonomie en eau est d’au moins trois ans."

"Nous continuerons à construire des barrages, ajoute-t-il, car les 114 existants nous assurent une sécurité face à une sécheresse devenue structurelle", le Maroc ayant connu 18 sécheresses graves au cours des trente dernières années.

Abdelkébir Zahoud estime que sécheresse et inondations constituent désormais deux phénomènes extrêmes dus au réchauffement climatique et il appelle les pays développés à "préserver l’environnement".

Des pluies torrentielles se sont abattues sur plusieurs régions du Maroc depuis le mois de septembre, provoquant la mort d’une cinquantaine de personnes, ainsi que des dégâts matériels importants.

Sur l’ensemble du Maroc, quelque 3000 maisons ont été inondées et plus de 300 totalement détruites, selon les autorités.

A titre d’exemple, plus de 100.000 hectares ont été inondés dans le Gharb, une riche plaine agricole qui s’étend jusqu’à Larache (80 km au nord) et Meknès (120 km à l’est de Rabat), avec une superficie de 380.000 hectares cultivés. Plus de 7000 personnes sinistrées y ont perdu leurs biens à cause de ces inondations.

"C’est catastrophique. Ma maison en pisé s’est effondrée, les eaux ont détruit mes cultures et l’état ne veut rien rembourser", affirme Ahmed Berrich, un agriculteur local, dont les terres ont été inondées par le déversement des eaux du barrage Al Kansera (120 km à l’est de Rabat).

Le Gharb a reçu depuis octobre une moyenne de 600 millimètres de pluie, le double de ce qui a été enregistré ces trente dernières années pour la même période, selon un responsable régional du ministère de l’Agriculture, Abdelaziz Bousraref.

Ces pluies diluviennes ne font pourtant pas le malheur de tous. "Les performances de la campagne agricole s’annoncent prometteuses", a ainsi indiqué le Haut Commissariat au plan (HCP, public), qui table sur une récolte de céréales de 70 millions de quintaux.

Les pluies abondantes des derniers mois ont renforcé les "espoirs des fellahs" en des récoltes exceptionnelles au printemps, explique à l’AFP le ministre de l’Agriculture Aziz Akhennouch. "Nous avons de quoi travailler pendant trois à quatre ans pour les périmètres irrigués", soit 1,5 million d’hectares sur les 8 millions cultivés, précise-t-il.

Selon le HCP, les résultats de l’agriculture marocaine en 2009 devraient contribuer à assurer un taux de croissance de l’économie de 6,7% contre 5,8% en 2008. Un coup de pouce du ciel finalement bienvenu face à "un ralentissement de la croissance des activités non agricoles, qui passerait de 5% en 2008 à 3,9% en 2009, suite à la récession" économique mondiale, conclut le HCP.

Source : AFP
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 17 Fév 2009 - 15:16

machae allah

Citation :
Hausse du taux de remplissage des barrages à 80,5 pc à la mi-février 2009 (officiel)

Rabat- Les dernières pluies qui se sont abattues sur le Maroc ont été bénéfiques pour les barrages, qui ont affiché un taux de remplissage global de 80,5 pc, soit un total de 12,5 milliards de m3, selon les dernières statistiques, arrêtées au 16 février courant par le secrétariat d'Etat chargé de l'Eau et de l'Environnement.

Au 16 février 2008, le taux de remplissage des barrages avait atteint 46,6 pc seulement, pour des réserves estimées à 7,3 milliards de m3, précise le secrétariat d'Etat chargé de l'Eau et de l'Environnement.

Plusieurs barrages ont dépassé leur capacité de stockage. C'est le cas des barrages d'Idriss 1-er, d'El Kansera et de Sidi Echaheb, situés sur l'oued Sebou, et de Hassan Addakhil, situé au sud de l'Atlas au niveau d'Errachidia.

Al Wahda, le plus grand barrage du Royaume situé sur l'Oued Sebou, a enregistré, à la mi-février, 3,65 milliards de m3 de réserve d'eau, soit un taux de remplissage de 98,5 pc, contre 70,9 pc une année auparavant.

D'une capacité de stockage de 2,65 milliards de m3, le barrage Al Massira (sur l'oued Oum Errabii) a atteint un taux de remplissage de 37,4 pc contre 16,1 pc, alors que les réserves en eau du Barrage Bin Al Ouidane (Oued Oum Arrabii) se sont élevées à quelque 1 milliard de m3, soit un taux de remplissage de 83,9 pc au lieu de 53 pc.

Pour sa part, le barrage Sidi Mohamed Benabdeellah (sur le Bouregreg) a enregistré, au 16 février courant, un taux de remplissage de 80 pc à 780 millions de m3, contre 32,3 pc seulement une année auparavant.

Le Maroc compte quelque 110 grands barrages d'une capacité totale d'environ 16 milliards de m3.

MAP
Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division
avatar

messages : 6961
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 17 Fév 2009 - 18:14

Lkhayr fat,lhamdoullah.li msha bnya makhouf.
Revenir en haut Aller en bas
tomcat
Sous lieutenant
Sous lieutenant
avatar

messages : 682
Inscrit le : 16/04/2008
Localisation : far-maroc.forumpro.fr
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 17 Fév 2009 - 18:55

Citation :
Zaha Hadid: Reconversion du port de Tanger

Quand l’urbain prend le large à la Zaha Hadid, le petit port de Tanger prend des airs de grand projet et d’avenir, d’espoir et de hauteur. Il se mesure aux plus légendaires, et pour cause, après Londres, Osaka ou encore Bueno Aires, Tanger se rêve et se dessine de la main des plus grands et des plus novateurs.

Tanger se dessine de la main de Zaha Hadid et il en résulte un projet résolument nouveau, avec un concept fort et encré dans une analyse consciencieuse du site. Le projet prend racine dans la vielle ville et s’en éloigne pour porter l’ambition d’une approche urbaine moderne, la liaison médina-port-ville est entièrement maitrisée, en découle une fluidité de mouvement qui redonne place au port dans la ville et l’inscrit dans une continuité naturelle. Reste à savoir ce qu’il adviendra de cette vision de grandeur, elle nous aura peut être donné de nouvelles pistes, elle nous aura certainement permis de rêver de modernité ... à Tanger.







Revenir en haut Aller en bas
big boss
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 755
Inscrit le : 03/04/2008
Localisation : Casablanca, Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 17 Fév 2009 - 19:50

Très belle la reconversion du port de Tanger , j'éspere que ça deviendra du concret merci tomcat pour l'info et les images ils sont magnifiques.

Revenir en haut Aller en bas
http://far-maroc.forumpro.fr/
gigg00
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2112
Inscrit le : 18/06/2008
Localisation : Kenitra-Venise
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Économie marocaine   Mar 17 Fév 2009 - 19:55

la 1ere phase de de ce proget doit etre acheve dans cette annee a en croire l'article vieux de 3 ans:

Citation :
L'Office d'exploitation des ports (ODEP) a décliné un projet en deux phases pour la reconversion du port de Tanger vers les activités de croisière et de plaisance après le transfert de son trafic passagers et de marchandises vers le futur port Tanger-Med (45 km à l'est de Tanger).
Les grandes lignes de ce projet d'envergure ont été dévoilées par des responsables de l'ODEP à l'occasion d'une rencontre, ce week-end à Tanger, des membres de l'association internationale pour la collaboration entre les ports et les cités (RETE). Une association qui a pour objectif de promouvoir la coopération entre les ports et les villes portuaires, principalement dans le pourtour méditerranéen.
Le projet de reconversion prévoit la création progressive de quatre pôles de plaisance : croisière, pêche, circuit de tourisme avec le sud de l'Espagne, et plaisance et animation.
Pour ce faire, le projet prévoit de grands travaux d'extension des infrastructures du port. Il s'agit notamment de l'extension des quais pour pouvoir recevoir les grands bateaux de croisières dépassant les 200 m.

L'ODEP de Tanger dispose déjà d'un planning avec des objectifs précis. Une première phase du projet (2006-2009) prévoit d'atteindre le chiffre de 300.000 touristes de croisières en se situant comme point de transit pour le trafic des croisières au passage du détroit. Une deuxième phase (2010-2015) ambitionne de faire du port de Tanger une station à part entière pour le tourisme de croisières et de plaisance. L'objectif de 600.000 croisiéristes pour cette 2-eme phase semble réalisable compte tenu de la position stratégique du port au carrefour des grandes lignes maritimes au niveau du détroit. A travers ce projet, le port de Tanger s'inscrira en acteur majeur dans la politique de développement de nouveaux produits touristiques. Un voeu qui avait fait l'unanimité des opérateurs touristiques réunis récemment à Tanger dans le cadre des assises nationales du tourisme.
Le président du RETE, M. Luis Estrada Liaquet, a exprimé, à cette occasion, la disposition de l'association à apporter son soutien au projet de reconversion du port de Tanger. En effet, l'association qui regroupe les responsables de plusieurs grands ports de la Méditerranée, dispose d'un précieux savoir-faire en matière d'intégration des plate-formes portuaires dans leur environnement socio-économique. M. Estrada a passé en revue quelques expériences de reconversion et de développement des activités portuaires auxquelles l'association a apporté son concours dans plusieurs pays. Des expériences qui ont été couronnées de succès et qui peuvent être édifiantes pour le projet du port de Tanger.
Le projet de reconversion du port de Tanger se présente, dès à présent, sous de bonnes auspices. Des responsables de l'ODEP ont reçu récemment l'un des plus grands opérateurs européens des croisières pour négocier la mise à disposition des quais du port de Tanger. Il s'agit d'un opérateur britannique dont la flotte dessert les quatre coins du monde et qui a affiché 30 millions de clients en 2005.

Source : Al-Bayane
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 17 Fév 2009 - 20:32

veillez SVP a ne pas deformer la page,redimensionnez la pic en 800* ou bien prenez une miniature(thumb)
merci Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 17 Fév 2009 - 21:10

moi j'aurais bien vu le port militaire labas,ca aurait fait des economies et les officiers auraient logés a tanger meme aulieu de louer a ksar sghir ou de faire la navette

on y aurait meme basé les gros batiments de notre marine ainsi que les panther plutot que casa.

une marina ca aurait eté celle de la riviera allant de cabo negro a tetouan meme si il en existe deja mais petite,elle est magnifique et des paquebots y auraient jeter l'ancre le temps d'une journée pour visiter chaouen ou tetouan ....
Revenir en haut Aller en bas
bansheequader
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 496
Inscrit le : 25/11/2008
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 18 Fév 2009 - 2:53

Je suis pas d'accord avec toi, pour ce qui est de la region Cabo Kabila, il y a deja 3 port de plaisance : Mdiq Kabila et marinasmir.

Marina smir peut acceuillir des bato de taille trés importante dailleu l'été dernier un énorme bato anglais qui s'apelle vive la vie a passé un long moment labas, de plus si paquebo il dois y avoir, il peut réster au large et faire venir les touriste grace a de plus petite embarquations.

Pour ce qui est du port de tanger, il rreprésente une pièce maitresse dans le projet touristique de tanger, de plus les plaisancier tangerois vont représentais une source de valeure ajouté importante pour ce port et pour la région bref il va etre un attraction importante pour tanger donc a ne pas mettre en temps que port militaire.

Pour ce qui est du port moilitaire son emplacement est stratégique : légérement a l'ouest de tanger med et donc en plein ilieu du détroit ( hors selui de tanger est a l'éxtrémité du détroit !!)

Les autorité ont fait les bon choix
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Économie marocaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Économie marocaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Désolée mais je déteste les lampes à économie d'énergie... (sujet fusionné)
» harira ( Soupe marocaine )
» Fajitas à la marocaine
» Sites gratuits proposant des cours en bibliothéconomie
» Comprendre qu'est-ce que c'est la biblioéconomie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: