Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Armée Suisse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Jeu 24 Nov - 17:13

Citation :
L’aviation suisse dans le brouillard


24 novembre 2016/ Actualité Industrie et matériels


Le 22 novembre, le ministre suisse de la Défense, Guy Parmelin, a présenté à la presse helvétique le rapport intermédiaire du groupe d’experts mandatés début 2016 pour explorer le cadre et le calendrier de l’achat d’un nouvel avion de combat.

La chasse suisse actuelle est en effet vieillissante. De 25 à 30 Northrop F-5 E/F «Tiger II» (54 encore en service en 2014) volent encore, mais plus pour longtemps. L’armée de l’air possède par ailleurs 34 Boeing F-/A-18 C/D «Hornet». Cependant, le constructeur américain a annoncé qu’il arrêterait la mise à jour des logiciels de l’appareil à partir de 2023. L’avion est donc promis à une obsolescence certaine et rapide. Pour remplacer ces appareils, Berne avait présenté un projet d’achat de 22 Gripen E que le peuple suisse avait repoussé lors d’un référendum en mai 2014.

Lundi dernier, et en dépit du vote de 2014, les experts ont expliqué qu’un nouvel avion de combat était nécessaire pour assurer la défense de l’espace aérien suisse. Ils ont aussi précisé que leurs choix sur les besoins de l’armée, les spécificités du futur appareil et sur la marche à suivre n’étaient pas encore arrêtés. Jusqu’à présent, le calendrier prévu est le suivant : rendu du rapport définitif au printemps 2017, premier achat en 2022, première livraison en 2025 et mise en service en 2030.

Pour pallier le départ du Tiger et tenir les F-/A-18 jusqu’en 2030, le groupe d’experts prévoit une dernière grosse modernisation de ces derniers pour un coût maximal fixé à 455 millions d’euros. Le rapport définitif ne devant par ailleurs paraître qu’au printemps 2017, le Département fédéral de la défense (DDPS) a prévu de demander au Parlement un crédit de recherche anticipé de 10 millions de francs suisses pour faire avancer le dossier : «Le processus doit être raccourci, non seulement afin d’acquérir un nouveau jet, mais aussi un nouveau système de défense sol-air, puisque le projet BODLUV a été suspendu», réclame Ida Glanzmann-Hunkeler, conseillère nationale et membre du groupe d’experts qui supervise l’achat du futur avion.

Le processus de choix est particulièrement complexe. En effet, depuis le rejet de l’avion suédois, les acteurs du secteur de la construction aéronautique aptes à répondre aux Suisses sont restés les mêmes : Airbus, Boeing, Lockheed Martin, Dassault Aviation, Sukhoï et Saab. Et dans les milieux militaires, le calcul est vite fait. Le Gripen E avait avant tout été choisi pour son prix plus abordable (3,1 milliards d’euros). Et pourtant, les citoyens suisses ont rejeté l’achat. Comment ces derniers vont–ils alors réagir face au nouveau projet, quand on sait que le prix du prochain avion, bien que non précisé, serait évalué à plus du double du coût du projet refusé ? Est-ce ainsi pour contourner cet obstacle que les milieux suisses de la Défense évoquent un achat en deux tranches espacées de cinq ans ?

Sans surprise, les Verts rejettent l’idée en bloc. Idem du côté du Groupe pour une Suisse sans armée. A leurs yeux, le Conseil fédéral n’a pas tiré les leçons du «non» au Gripen, synonyme de refus de la population pour tout avion de combat. Une lecture que le gouvernement ne partage pas, jugeant que le peuple s’est avant tout prononcé contre l’avion suédois en soi. «Il est de toute façon trop tôt pour aborder cet aspect. Les tâches dévolues aux Forces aériennes doivent encore être précisées et détermineront le type et le nombre de jets», a temporisé Guy Parmelin.

Et le remplacement de l’avion de combat suisse n’est pas le seul défi du ministre. Ce dernier doit également trouver une solution pour la modernisation du système de défense antiaérienne du pays, un projet baptisé BODLUV 2020 pour un système polyvalent de portée intermédiaire (15-40 km). Ce dernier a été suspendu au printemps dernier et soumis à une enquête administrative. Celle-ci, achevée à la mi-septembre 2016, a conclu que les recommandations du Parlement ont été globalement respectées mais que la gestion du programme BODLUV 2020 pourrait connaître des améliorations sensibles en termes de transparence et de coûts.

Le projet voté au Parlement prévoyait une dépense maximale de 500 millions de francs suisses. Début 2016, les évaluations les plus basses tablaient sur au moins 1,1 milliard de francs suisses. Enfin, au moment de la suspension du projet, deux systèmes se trouvaient en finale. Le CAMM-ER de MBDA (GB) et l’IRIS-T «SL» (Surface Launched) de l’allemand Diehl. Les deux systèmes offrent une défense à 360° et aucun n’a été recalé. Mais le groupe qui pilote les tests estime que la portée du CAMM-ER (annoncée à 45 km) n’est pas suffisante, pendant que l’IRIS-T SL ne fournirait pas les mêmes performances en cas de mauvais temps. Ces critiques n’ont pas manqué d’être rejetées par les constructeurs. Il n’empêche, la suspension du programme n’a pas encore été levée.

http://www.ttu.fr/laviation-suisse-brouillard/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Ven 9 Déc - 20:16

Citation :
09/12/2016

Police aérienne 24/24 : seconde phase !  





Le développement de la disponibilité du service de police aérienne se poursuivra par étapes jusqu’à fin 2020. A terme, il est prévu que deux avions armés soient opérationnels 24 heures sur 24, 365 jours par an. La prochaine étape débutera le 2 janvier 2017 : à compter de cette date, le service de police aérienne sera disponible 365 jours par an de 8h00 à 18h00, week-ends et jours fériés compris.

Le projet PA24 va permettre de réaliser en quatre étapes la disponibilité opérationnelle permanente avec deux avions armés prêts à décoller en l’espace de 15 minutes au maximum soit QRA15 (Quick Reaction Alert) en temps normal, en cas de crise on peut abaisser le temps à 8 minutes, pilote dans l’avion moteur éteint (QRA8) et finalement pilote dans l’avion moteur allumé soit QRA3.

2017, phase II :

La première étape a débuté au commencement de 2016 : pendant 50 semaines, deux avions armés étaient disponibles les jours ouvrables de 8h00 à 18h00. La deuxième étape débutera prochainement : dès le 2 janvier 2017, la disponibilité sera étendue puisque les avions seront prêts à être engagés 365 jours par an, donc aussi les week-ends et les jours fériés.


2019, phase III :

Dès 2019 et le lancement de la troisième étape, les avions de combat se tiendront prêts de 6h00 à 22h00 et, fin 2020, dans le cadre de la quatrième étape, le service sera étendu encore une fois puisque les avions seront prêts à être engagés 24h sur 24, 365 jours par an. Par ailleurs, avant fin 2020, une disponibilité des avions 24 heures sur 24 peut être garantie pour une durée limitée en tout temps ou de façon imprévue.

La police du ciel :

Les deux appareils sont affectés à des hot missions et à des live missions. Dans le premier cas, il s’agit d’intercepter des aéronefs qui violent gravement les règles du trafic aérien ou la souveraineté dans l’espace aérien suisse. Par live missions, on entend le contrôle ponctuel des aéronefs d’Etats étrangers qui requièrent une autorisation de vol diplomatique (diplomatic clearance) pour le survol du territoire suisse.

La réalité :

En 2015, près de 300 avions ont été ainsi contrôlés. On dénombre par ailleurs pour la même année 44 violations de notre espace aérien.

Les structures :

Le site principal du projet PA24 est la Base aérienne de Payerne. Toutefois, en cas de fermeture des pistes de l’aérodrome, les vols se dérouleront à partir d’Emmen ou de Meiringen. Pour concrétiser intégralement le projet à la fin 2020, une centaine de postes supplémentaires seront créés aux Forces aériennes, à la Base logistique de l’armée et à la Base d’aide au commandement. Les frais supplémentaires se monteront à près de 30 millions de francs par an. Ce montant comprend essentiellement des coûts de personnel, des coûts pour la sécurité des vols et des coûts d’exploitation. La PA24 permettra à terme que des mouvements aériens avec des avions de combat puissent se dérouler en dehors des horaires habituels du service de vol, y compris parfois sous forme de vols supersoniques. Ces tâches sont indispensables pour assurer en permanence la sécurité du trafic aérien et protéger 24 h sur 24 les droits souverains de la Suisse.



Photos : 1 Interception d’un F-27 par un Hornet@ Swiss Air Force 2 F/A-18 à Payerne @ P.Kümmerling

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2016/12/09/police-aerienne-24-24-seconde-phase-862661.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Jeu 19 Jan - 19:55

Citation :
18 jan. 2017 | Par Rédaction

Thales va moderniser les radar Master suisses


radar Master © Centre des médias électroniques de la Base Logistique de l'Armée



Thales annonce avoir remporté le marché de la modernisation des radars Master des forces aériennes de la Confédération suisse. D’un montant de 74 millions d’euros, le contrat marque la première étape liée au projet de modernisation du programme FLORAKO qui a pour objectif de prolonger la disponibilité des radars et de les maintenir opérationnels jusqu’en 2030, indique Thales.

La modernisation de l’ensemble des radars fixes de surveillance de longue portée sera développée sur le site de Thales à Limours en région parisienne, et sera réalisée conjointement avec RUAG défense précise le communiqué de l'industriel français. « Cette modernisation s’étendra sur une durée de 60 mois à l’issue du test du dernier radar. Elle comprend une phase de développement de deux ans pour utiliser les dernières technologies radar. »

Les forces aériennes de la Confédération suisse disposent d’un système de commandement et de contrôle de défense aérienne pleinement opérationnel depuis 2004, conçu par Thales.

http://www.air-cosmos.com/thales-va-moderniser-les-radar-master-suisses-88803
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Mer 8 Fév - 19:13

Citation :
08/02/2017

Nouvel avion de combat : regain d’intérêt !




A quelques mois du lancement officiel du programme d’acquisition d’un nouvel avion de combat pour notre pays, on peut déjà noter un regain d’intérêt de la part des avionneurs.

Dassault se prépare à la compétition :

Ce matin à Berne, l’avionneur français Dassault Aviation a officiellement annoncé l’ouverture prochaine d’un bureau de liaison. Cette phase est la première ne vue d’une participation au renouvellement des flottes d’avions combat Northrop F-5 E/F « Tiger II » et Boeing F/A-18 C/D « Hornet ».

Les prétendants :

La relance du projet d’un nouvel avion de combat annoncée le 24 février 2016 par nouveau ministre de la Défense Guy Parmelin avec le lancement des travaux préparatoires prévus pour l’évaluation d’un nouvel avion de combat. Un crédit EEP (études de projets, essais et préparatifs d'achat) pour l'acquisition d'un nouvel avion de combat sera soumis au Parlement en cette année.

Dès l’annonce du projet, l’avionneur suédois a communiqué de son côté qu’il serait opérationnel dès le mois de mai 2016 avec son bureau à Berne. Airbus DS a suivi au printemps et les deux avionneurs étaient déjà en présent l’été dernier au meeting aérien de Möllis avec le Gripen C et un Eurofighter T1 en démonstration. Durant l’été c’est l’avionneur américain Lockheed-Martin qui a présenté dans son F-35, lors d’une soirée dans un grand hôtel de la capitale.

Dassault dont on attendait une prise de position depuis quelques semaines vient donc de confirmer son intention de concourir.

L’autre avionneur américain Boeing se tient pour l’instant en retrait avec le F/A-18 E/F « Super Hornet » est attend d’en savoir un peu plus sur les modalités concernant les Offsets et les possibles demandent de participation de l’industrie suisses dans le développement futur de l’avion.

La compétition devrait donc démarrer avec :
•JAS-39 Gripen E de Saab.
•L’Eurofighter T3 d’Airbus DS.
•Le F-35A “Lightning II“ de Lockheed-Martin *.
•Rafale F-3R de Dassault Aviation.

En attente : Le F/A-18 E/F « Super Hornet » de Boeing

*A noter que Lockheed-Martin propose également le F-16 « Viper » depuis peu pour les clients qui ne désirent pas le F-35. Une contre-offre pourrait donc être faite avec cet appareil le cas échéant.

Une compétition intéressante :

La future évaluation des appareils va donc s’effectué avec les standards les plus élevés avec un nouveau venu, le F-35. Contrairement à 2008, les avionneurs disposent tous d’éléments très proches de ce qui pourra être livrés en 2025. Si l’on ajoute le « Super Hornet » nous aurons alors un très large choix. Cependant, ce choix peut tout aussi se réduire comme peau de chagrin. En effet, si notre pays demande une participation pour l’industrie avec engagement en vue du développement de l’avion , les concurrents américains pourraient donc quitter la compétition prématurément comme Boeing au printemps 2008.

Il faut pour l’instant compter sur une grande inconnue, le montant dont pourra disposer l’armée pour cet achat. Rappelons que les Forces aériennes ont besoins de 50 à 55 appareils. Dans l’idéal, il faudrait compter sur un budget de l’ordre de 9 à 10 milliards de nos francs. La réalité des finances pourrait nous ramener à une fourchette comprise entre 5,8 à 7 milliards pénalisant du même coup les appareils les plus chers.

Fourchette de prix de base en chf (ces chiffres peuvent évolués et ne tiennent pas compte des ristournent, ni de l'évolution du taux change)

F-35A : 110 à 115 millions + env 10 millions pour le réacteur (prix séparé).

Eurofighter T3 : 105 à 110 millions.

Rafale F-3R : 103 à 108 millions.

Gripen E, Super Hornet : 90 à 95 millions.

F-16Viper : 85 à 88 millions.

Pour le prix total, il faudra ajouter 300 millions pour l’adaptation des infrastructures, sauf pour les avions les plus petits, Gripen E, F-16. Ajoutez les coûts pour l’armement air-air, air-sol, pièces détachées, moteurs de réserve et APU, simulateurs, nacelles reco et de désignation laser, formation.

Le choix de l’avion prendra également en compte les coûts de maintenance moyens de l’avion sur l’ensemble de la durée de service.

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/02/08/nouvel-avion-de-combat-regain-d-interet-863024.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Lun 20 Mar - 18:24

Citation :
20/03/2017

Système suisse de vol en conditions dégradées!





La société suisse RUAG intègre un système d’assistance au pilotage pour les conditions DVE (Degraded Visual Environment) sur les hélicoptères Airbus EC635 des Forces aériennes suisse. Ce nouveau système est également développé dans la cadre d’un partenariat avec l’OTAN.

l'Armée suisse prend part en collaboration avec RUAG à un projet d'essai de systèmes DVE (Degraded Visual Environment). Les tests dans le terrain doivent fournir des données sur l'utilisation et l'efficacité de systèmes par mauvaises conditions de visibilité. Les conditions atmosphériques empêchent souvent l'engagement d'hélicoptères dans le terrain, raison pour laquelle les Forces aériennes cherchent à réaliser des progrès dans le domaine des vols en conditions dégradées. Ces progrès doivent élargir l'éventail des engagements possibles et, surtout, contribuer à la sécurité aérienne, ce dont l'aviation civile profitera également. Les essais ont eu lieu à l'Älggialp et portaient sur la problématique du « white out », voile blanc en français. Dans l'aviation, c'est ainsi que l'on décrit la détérioration des conditions de visibilité à cause de bourrasques de neige. Les tests, qui se concentrent sur l'aptitude au vol et l'efficacité des systèmes DVE par neige tourbillonnante, ont permis d'enrichissants retours d'expériences dans ce domaine.

Les essais en conditions de « voile blanc » ont été effectués à partir de la base d'hélicoptères d’Alpnach, en Suisse, où RUAG Aviation possède également un centre d'excellence indépendant pour l'entretien, la réparation et la révision des hélicoptères (MRO). Les essais DVE se sont déroulés du 20 au 23 février 2017 derniers. Les essais DVE de l'OTAN ont eu lieu dans l'intérêt de la technologie et du partage des connaissances, au-delà des frontières internationales, sur des solutions spécifiquement conçues pour améliorer la sécurité et atténuer les risques pour les pilotes et les hélicoptères. RUAG Aviation est devenu un acteur clé dans les essais pour ce type de problèmes au sein de l'OTAN, intégrant un système d’assistance de sécurité pour le pilote. Ce nouveau système antivoile blanc a été monté sur un EC635 des Forces aériennes suisses. Cet hélicoptère a servi de démonstrateur de capacité et sera utilisé pour d'autres essais par la suite, dans d'autres conditions atmosphériques qui influencent négativement sur la visibilité. Les tests par nébulosité et brouillard ainsi que lors de précipitations se dérouleront prochainement à Manching en Allemagne.



Photos : 1 EC635 des Forces aériennes suisses en conditions DVE 2 Système électronique d’aide au DVE @RUAG/DDPS

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/03/20/systeme-suisse-de-securite-en-vol-degrade-pour-l-ec635-863257.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Jeu 30 Mar - 17:22

Cool
Citation :
A400M : Berlin veut «utiliser» les Suisses


30 mars 2017/ Actualité Industrie et matériels


Comme l’a appris TTU des milieux de la Défense helvétique, les Suisses ne sont pas ravis des manières de leur ami allemand. Ces derniers mois, Berlin s’est en effet vanté de travailler sur un projet de partage de capacités de transport aérien en commun avec la République Tchèque et la Suisse. Selon Berlin, le projet impliquait l’achat d’un à deux A400M par Berne. Les treize avions des trois pays auraient été stationnés en Allemagne, où la Luftwaffe aurait pris en charge la maintenance et la formation des pilotes.

Alors qu’Allemands et Français s’apprêtent à mutualiser une flotte de C130J, l’idée n’est pas saugrenue, à un détail près : les Suisses n’ont aucun besoin de ce type, ni l’intention d’acheter le moindre A400M. En réalité, c’est Ursula von der Leyen qui a présenté l’idée à Guy Parmelin lors du dernier sommet de Davos. Depuis, les Allemands ont fait comme si les Suisses étaient dans la barque alors qu’il n’en est rien.

Cette mascarade, peu appréciée à Berne, devrait néanmoins prendre fin. Car, comme le révélait récemment la chaîne allemande ARD, le secrétaire d’Etat à la défense, Markus Grübel, a reconnu par écrit que l’Allemagne ne trouve pas d’acheteur pour… treize A400M commandés mais non désirés.

Ces treize avions font partie du lot de 53 appareils commandés par la Bundeswehr. Pourtant, les besoins allemands ont été fixés à 40 A400M. Au moment de la commande, l’Allemagne a sans doute pensé qu’elle pourrait les revendre facilement. Mais c’était sans compter les multiples pannes qui grèvent le projet A400M et éloignent les acheteurs potentiels. De son côté, Airbus a refusé de réduire le volume de la commande allemande.

«Aucune vente n’a pu se faire à ce jour», a confirmé pour sa part M. Grübel. Aujourd’hui, Berlin n’a donc d’autre choix que d’utiliser ces avions pour son propre compte. Mais pour cela, il faudra aménager deux bases avec des coûts supplémentaires imprévus évalués à 500 millions d’euros (sans les frais de fonctionnement et de maintenance).

http://www.ttu.fr/a400m-berlin-veut-utiliser-suisses/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Lun 24 Avr - 17:50

Citation :
24/04/2017

Nouvelle interception aérienne ce dimanche !





Les Forces aériennes suisses ont dû intervenir dimanche dans le cadre du service de police aérienne (PA24) en raison d’un jet d’affaires circulant sans liaison radio. L’avion en provenance de Beyrouth se dirigeait vers Paris.

L’Armée de l’air italienne a informé dimanche matin à 10h20 la centrale d’engagement de la défense aérienne des Forces aériennes suisses qu’un jet d’affaires se trouvait sans liaison radio dans l’espace aérien du Tyrol du Sud. L’avion avait décollé de Beyrouth et volait en direction de Paris. Suite à cette information, la centrale d’engagement des Forces aériennes suisses a déclenché une hot mission afin d’éclaircir la situation dans les airs. Comme l’avion ne réagissait pas aux multiples appels passés sur la fréquence internationale d’urgence, et vu la tenue en France du premier tour de l’élection présidentielle, la centrale d’engagement a immédiatement informé les armées de l’air française et allemande.

A 10h31, un F/A-18 des Forces aériennes suisses a décollé de Payerne pour accomplir un service de police aérienne. Dans l’intervalle, la sécurité des vols de Zurich a réussi à rétablir les communications radio avec l’appareil. Toutefois, vu la situation actuelle en matière de politique de sécurité, la centrale d’engagement de défense aérienne a pris la décision de poursuivre la hot mission. A 10h38, l’avion de combat a établi le contact visuel avec le jet d’affaires au-dessus de la Suisse centrale et l’a ensuite accompagné jusqu’à la frontière. L’Armée de l’air française a exprimé ses remerciements pour le traitement du cas mais a renoncé à prendre elle-même d’autres mesures. (Sources DDPS)

Photo : Exercice d’interception avec un Challenger de la Luftwaffe @ Swiss Air Force

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/04/24/nouvel-interception-aerienne-ce-dimanche-863492.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Mar 25 Avr - 18:23

Citation :
25/04/2017

Une Commission du National veut équiper les Hornet pour l’air-sol !





La Commission de la politique de sécurité du Conseil national a achevé l’examen du message sur l’armée 2017. Par 13 voix contre 6 et 4 abstentions, elle a approuvé le programme d’armement. A une courte majorité, elle a décidé de proposer à son conseil de relever de 20 millions de francs le crédit global correspondant, afin de rétablir une capacité limitée pour les Forces aériennes de mener des attaques au sol.

A sa dernière séance, la commission s’était déjà prononcée en faveur de trois des quatre projets d’acquisition de matériel prévus; il lui restait à prendre une décision au sujet du crédit d’engagement relatif à la prolongation de la durée d’utilisation des avions de combat F/A-18. Elle avait demandé au DDPS de lui fournir des informations complémentaires à ce sujet. Après avoir discuté du rapport succinct fourni par le département, elle a décidé, par 11 voix contre 10 et 3 abstentions, de proposer à son conseil de voter un crédit global de 920 millions de francs (le projet du Conseil fédéral n’en prévoyant que 900). L’objectif est d’équiper les Forces aériennes afin qu’elles soient en mesure, dans un scénario de défense, d’attaquer au sol des cibles à longue distance. Cette capacité n’existe plus depuis 1994.

Eu égard aux profondes transformations survenues ces dernières années dans le domaine de la politique de sécurité, la majorité de la commission estime que cette capacité doit impérativement être rétablie, et ceci le plus rapidement possible étant donné que 5 à 10 ans seront nécessaires pour restaurer cette capacité de combat. Selon elle, les expériences qui seront faites dans le domaine de l’entraînement et dans l’utilisation de la technique, pourront aussi être exploitées avec un nouvel avion de combat. Une minorité estime pour sa part qu’il n’est pas utile qu’un pays aussi petit et aussi densément peuplé que la Suisse dispose d’une capacité à mener des attaques au sol. Pour elle, il est irréaliste de penser que la Suisse doive avoir recours un jour à cette capacité. Elle souligne enfin que la situation budgétaire ne permet pas de pareilles dépenses pour le moment.
Le Conseil national se penchera sur cet objet à la session d’été.


Photo : Boeing F/A-18C « Hornet » à Payerne @ P.Kümmerling

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/04/25/la-commision-du-national-veut-equiper-les-hornet-pour-l-air-863495.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Mar 16 Mai - 20:04

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19167
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Suisse   Mar 23 Mai - 19:01

Citation :
22/05/2017

Des Challenger 604 pour remplacer le Beech 1900D !




Berne, Lors de la séance du 17 mai 2017, le chef du DDPS a informé le Conseil fédéral sur les négociations concernant l’acquisition de deux avions de la Garde aérienne suisse de sauvetage Rega. Il s’agit d’avions d’occasion de type Bombardier Challenger CL604 destinés à remplacer le Beech 1900D du Service de transport aérien de la Confédération. Pour cet achat, le DDPS souhaite proposer un crédit d’armement de 13 millions de francs dans le message sur l’armée 2018.

La Confédération a besoin d’importantes capacités de transport aérien, notamment pour l’armée. L’avion Beech 1900D du Service de transport aérien de la Confédération (STAC) nécessitera, fin 2018, l’investissement de deux à trois millions de francs pour la modernisation de son avionique et de sa cabine. Ce maintien de la valeur deviendrait superflu en cas d’achat des deux avions d’occasion de la Rega et le Beech 1900D pourrait être vendu.

A l’avenir, les deux CL604 permettraient de gagner en autonomie et de remplir diverses missions : rapatriement et évacuation sanitaire (MedEvac) rapides de citoyens suisses, soutien à des actions d’aide humanitaire (HUMRO) et au Corps pour l’aide en cas de catastrophe, transport de détachements, réalisation de modules d’instruction à l’étranger et engagements divers. Les deux appareils pourraient en outre être mis à la disposition du Secrétariat d’Etats aux migrations (SEM) pour le rapatriement de personnes expulsées pour lequel la location coûteuse d’avions supplémentaires pourrait être évitée.

Etant donné que la Rega vend ses avions avec leur équipement médical pour le transport de blessés, la Confédération pourrait couvrir ses propres besoins pour ce type de transports ou en faire bénéficier les engagements subsidiaires (avec le soutien de la Rega ou d’autres prestataires) en cas d’urgence médicale impliquant des citoyens suisses à l’étranger.

Des dépenses inutiles pour la location d’appareils de remplacement pourraient également être évitées en cas de panne ou d’entretien normal d’un des deux avions. De plus, les CL604 pourraient remplir des missions d’engagement avec plus de souplesse, d’efficacité et de stabilité dans un périmètre plus large avant d’atteindre la fin de leur durée de vie en termes d’heures de vol (prévue pour 2031).

Pour l’achat de ces avions, le DDPS souhaite proposer un crédit d’armement de 13 millions de francs dans le message sur l’armée 2018. Au final, c’est le Parlement qui tranchera.

Le STAC effectue non seulement des vols en faveur des département fédéraux, mais aussi des engagements militaires, notamment pour les contingents des opérations de promotion de la paix de Swissint et des Forces aériennes dans les Balkans, ainsi que des vols de mensuration pour swisstopo. Le service utilise une flotte mixte constituée de jets commerciaux, d’avions à hélice et d’hélicoptères. (Sources DDPS).



Photos : 1 Challenger 604 de la REGA 2 Le Beech 1900D @ DDPS

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/05/22/des-challenger-604-pour-remplacer-le-beech-1900d-863694.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armée Suisse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Armée Suisse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 21 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
 Sujets similaires
-
» l'armée suisse
» Les moyens et l'organisation du Génie Suisse
» groupe compresseur armée suisse moteur cox 1600
» Armée Suisse
» Cirrus SR20 dans l'armée de l'air??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Europe-
Sauter vers: