Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Première croisade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 1:29

Première croisade

La première croisade est une croisade qui s'est déroulée de 1096 à 1099 suite, entre autres, au refus intervenu en 1078 des Turcs Seldjoukides de laisser libre le passage aux pèlerins chrétiens vers Jérusalem.





Arrow Prémices:

En 1078, les Turcs seldjoukides délogent de Jérusalem les Arabes abbassides qui y étaient installés depuis 637. Une période de libre accès à Jérusalem par les pèlerins chrétiens se termine alors. Dans le même temps, vaincus à la bataille de Manzikert en 1071, les Byzantins ne peuvent empêcher les Turcs de s'établir à Nicée en 1078 et d'y fonder un royaume en 1081.

À la fin du xie siècle, l'empereur Alexis Ier Comnène, dont l'empire chrétien d'Orient est menacé par les Turcs, demande à plusieurs reprises le secours de Rome contre les Seldjoukides. En 1095 lors d'un séjour en France, le pape Urbain II prend acte de la fureur des chevaliers à qui les Turcs barrent dorénavant la route de Jérusalem (que les Arabes avaient toujours laissée libre) et répond à la demande d'Alexis Ier. Ainsi, le 27 novembre 1095, au cours du concile de Clermont qu'il a fait réunir, le pape lance un appel à la croisade, et prêche pour secourir l'empereur byzantin et la libération de la Terre sainte à Jérusalem. En échange de leur participation à la croisade, il promet le pardon de leurs péchés aux chevaliers qui iraient porter secours aux chrétiens d'Orient.

Il désigne Adhémar de Monteil, évêque du Puy-en-Velay, pour diriger cette croisade.



Arrow La croisade populaire:

Le petit peuple réagit en grand nombre, notamment à l'appel de Pierre l'Ermite qui l'a prêchée en Berry et où il lança le fameux « Dieu le veut », en Orléanais, à Poissy où Gautier Sans-Avoir le rejoint, en Champagne et en Lorraine.
Le 12 avril 1096 c'est avec quelques 15 000 pèlerins que Pierre l'Ermite et Gautier Sans-Avoir parviennent à Cologne. Ces croisades populaires s'accompagnent de persécutions contre les juifs.

Gautier, emmenant une majorité de Français, quitte le premier Cologne et gagne la Hongrie où le roi Coloman lui accorde le libre passage. À Semlin, dernière place hongroise avant le territoire byzantin, des incidents avec les Hongrois se soldent par le dépouillement de seize traînards. Arrivant à Niš le 18 août, Gautier continue sa route via Sofia, Philippopoli et Andrinople jusqu'à Constantinople qu'il atteint le 20 juillet sous escorte byzantine.

Les troupes de Pierre l'Ermite atteignent à leur tour Semlin, prennent la ville d'assaut et y massacrent 4 000 Hongrois. D'après le chroniqueur Albert d'Aix, ils auraient agi ainsi après avoir vu suspendus aux remparts les armes et les vêtements appartenant à des pélerins qui faisaient partie de la bande de Gautier et qui avaient été tués.

Pour faire bonne mesure, ils investissent ensuite et pillent Belgrade, désertée de ses habitants qui avaient trouvé refuge en territoire byzantin sur l'autre rive de la Save. Tentant de renouveler leurs exploits à Niš, les troupes de Pierre sont mises au pas par le gouverneur Nicétas qui ne leur permet de continuer leur chemin qu'à la condition expresse de ne s'arrêter désormais pas plus de trois jours devant une ville.

Cette troupe se présente finalement devant Constantinople le 1er août 1096. Là, l'empereur Alexis Ier leur conseille, dans un premier temps, d'attendre la croisade menée par les barons, mais devant leurs excès, il leur fait traverser le Bosphore le 6 août et leur assigne la place forte de Kibotos (Civitot).

En septembre ils rasient les environs de Nicée et une bande, dirigée par un noble italien du nom de Renaud s'empare du château de Xerigordon. Le 29 septembre, un contingent d'hommes armés envoyé par le sultan Kilij Arslan reprend la place forte.

Le 21 octobre 1096, las d'attendre, ils se remettent en mouvement vers Nicée, mais ils sont exterminés à peine sortis du camp de Civitot. Gautier-sans-Avoir, le comte de Hugues de Tubingue et Gautier de Teck perdent la vie dans ce combat. Sur 25 000 hommes, seuls 3 000 parviennent à regagner l'empire byzantin. Ils s'amalgament à la croisade des barons, donnant les terribles tafurs.

30 000 croisés se retrouvent à Civitot. Les premiers arrivants sont les compagnons de Pierre l’Ermite, rejoints par les croisés de Gautier sans Avoir et un certain nombre de croisés italiens et allemands. La plupart des croisés ne sont pas enclins à la prudence et à la patience et font route vers Nicomédie, en territoire turc. Là une querelle oppose les Allemands et les Italiens aux Français. Les premiers choisissent pour chef un Italien du nom de Renaud, et les Français choisissent Godefroy Burel. Pierre l’Ermite a totalement perdu son influence sur les croisés.

Malgré les conseils d’Alexis, les croisés attaquent les villes turques. Renaud, à la tête de six mille allemands et italiens prend la forteresse de Xerigordon et l’utilise comme base pour piller les environs de Nicée. En représailles, le sultan seldjoukide Kılıç Arslan Ier envoie une armée qui coupe les points d’eau approvisionnant Xerigordon, assiège la citadelle puis la prend d’assaut. Les croisés n’ont comme choix que la mort ou la conversion à l’Islam.

Le sultan Turc Kılıç Arslan envoie ensuite des espions à Civitot qui font courir le bruit que Renaud et ses croisés ont pris Nicée. Pierre L’Ermite était alors à Constantinople pour ramener des vivres au camp et la plupart des chefs demandent à attendre son retour, mais la plupart des croisés, enthousiasmés par la victoire et aussi par la perspective du pillage, et soutenus par Godefroy Burel, veulent y aller immédiatement. Le 21 octobre, vingt cinq mille croisés prennent la route de Nicée, laissant quelques femmes, enfants, vieillards et malades à Civitot.

A trois miles du camp, à un endroit où la route est resserrée, l’armée turque attend en embuscade les croisés, qui sont pour la plupart massacrés. Les garçons et les filles les plus jeunes sont épargnés pour être réduits et vendus en esclavage. Seuls trois mille croisés, conduits par Godefroy Burel, s’enfuient et reviennent à Civitot, qui est assiégé par les Turcs. Mais les Byzantins réussiront à évacuer les croisés rescapés par bateaux.


Arrow La croisade des barons:

Si les souverains ne répondent pas à l'appel du pape, de grands féodaux le font :

Like a Star @ heaven Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, qui en 1087 a participé à la Reconquista ;
Like a Star @ heaven Guillaume des Baux et son fils Raymond des Baux ;
Like a Star @ heaven Bohémond de Tarente et son neveu Tancrède de Hauteville de la famille des princes normands d'Italie ;
Like a Star @ heaven Hugues le Grand, comte de Vermandois, frère du roi de France Philippe Ier ;
Like a Star @ heaven Robert Courteheuse , duc de Normandie, fils de Guillaume le Conquérant, son chevalier banneret Jean des Landes .
Like a Star @ heaven Robert, comte de Flandre ;
Like a Star @ heaven Godefroy de Bouillon, duc de Basse-Lotharingie, son frère Baudouin de Boulogne et leur cousin Baudouin du Bourg ;
Like a Star @ heaven Étienne II, comte de Blois ;
Like a Star @ heaven Enguerrand Ier, comte d'Amiens et son fils Thomas ;
Like a Star @ heaven Hugues II, comte de Saint-Pol et son fils Enguerrand.

Arrow Quatre armées se constituent par des regroupements régionaux :

Like a Star @ heaven les Lorrains, menés par Godefroy de Bouillon et Baudouin de Boulogne, qui traversent l'Allemagne et les Balkans ;
Like a Star @ heaven les Normands d'Italie, conduits par Bohémond de Tarente et Tancrède de Hauteville, débarquant en Épire ;
Like a Star @ heaven les Méridionaux autour de Raymond de Saint-Gilles, qui passent par l'Italie du Nord, la Serbie et la Macédoine ;
Like a Star @ heaven les Français dont Hugues le Grand, Robert Courteheuse et Robert de Flandre.

Like a Star @ heaven Le premier à partir fut Hugues de Vermandois, comte de Vermandois et frère cadet du roi de France Philippe Ier. Il quitta la France vers le milieu du mois d'août 1096 avec une suite respectable et passant par l'Italie, il reçut l'étendard de Saint-Pierre à Rome. Godefroi de Bouillon, seigneur de Bouillon et duc de Basse-Lotharingie, qui finança son expédition par la vente ou en hypothéquant certaines de ses possessions, partit également au mois d'août 1096. Bohémond de Tarente décida de se croiser lorsque les premières troupes françaises traversèrent l'Italie, et abandonnant le siège d'Amalfi qu'il était en train d'entreprendre, il leva une armée normande et partit pour Constantinople, avec son neveu Tancrède. Le comte de Toulouse, Raymond de Saint-Gilles, rassembla, quant à lui, avec le légat du pape Adhémar de Monteil, la plus grande des armées des croisés, qui traversa la Dalmatie, non sans difficultés, durant l'hiver et parvint à Thessalonique début avril 1097 et Constantinople le 21 du même mois.


Arrow L'arrivée à Constantinople:

L'un des premiers à répondre à l'appel d'Urbain II, en 1095, Godefroy de Bouillon devient aussi l'un des principaux chefs de la première croisade. Parti de Vézelay avec une suite nombreuse, il passe par Ratisbonne, Vienne, Belgrade et Sofia, arrive à Constantinople le 23 décembre 1096, et se heurte aussitôt à Alexis Ier Comnène. Les Méridionaux se présentent devant Constantinople en avril 1097. Des incidents surgissent avec l’arrivée de troupes plus importantes, entre Raymond de Toulouse et les mercenaires petchenègues, entre Bohémond et les habitants de Castoria qui lui refusent le ravitaillement.

Alexis Ier se méprend des intentions des croisés, qu'il croit venus offrir leurs services à son empire pour récupérer ses terres - à l'instar de ces troupes scandinaves qui depuis plusieurs siècles se mettaient à son service. Il exige donc un serment de fidélité et la promesse de restituer à l'empire byzantin les terres qui lui ont appartenu avant la conquête turque et de tenir en fief de l’empereur toutes les autres terres conquises.

Hugues de Vermandois, arrivé le premier à Constantinople après un naufrage lors de la traversée de l’Adriatique, prête sans difficulté à Alexis le serment. S'estimant féal sujet et homme lige du seul empereur germanique, Godefroy de Bouillon refuse tout d'abord de prêter le serment d'allégeance exigé par le basileus de tous les chefs croisés. Il faut lui couper les vivres pour le faire céder. Il sacrifie enfin ses principes à l'esprit de croisade et prête à contrecœur le serment requis. Il s'engage ainsi à remettre au basileus tous les territoires ayant appartenu à l'empire byzantin qu'il pourrait enlever à l'Islam. Triomphant et magnanime, Alexis Comnène témoigne de sa satisfaction en le comblant de somptueux cadeaux : chevaux de prix et vêtements de parade, tissus précieux et coffrets remplis de besants d'or. Raymond de Saint-Gilles, prétextant qu’il ne pouvait servir d’autre suzerain que le Christ, se borne à jurer de respecter la vie et l’honneur de l’empereur. Bohémond de Tarente prêterait volontiers serment, si on le nomme grand domestique de l’Orient, charge qui lui donnerait le commandement des forces impériales en Asie Mineure, par conséquent le commandement de l’expédition. Cependant, Tancrède de Hauteville se soustrait au serment en passant sur la rive asiatique.[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 1:30

Arrow La traversée de l'Anatolie (Turquie):

Après la réunion des quatre armées, les croisés avec des troupes byzantines se dirigent vers Nicée qui est assiégée à partir de mai 1097. Cependant, lorsque la ville est sur le point d'être prise, le 16 juin, les Turcs font le choix de se rendre aux Byzantins et les croisés sont surpris, sinon déçus, de voir soudain le drapeau byzantin flotter sur la ville qu'ils s'apprêtaient d'attaquer.

Les croisés reprennent leur route vers la Terre sainte. De son côté Qilij Arslan Ier bat le rappel des Turcs seldjoukides et attaque par surprise les croisés à la bataille de Dorylée, le 1er juillet 1097. La victoire des croisés leur ouvre la voie de l'Anatolie.

L’armée progresse difficilement, endurant la faim et la soif, perdant ses chevaux en grand nombre et rendant les guides grecs responsables de ses maux. Vainqueurs des Danichmendides et de l’émir de Cappadoce à Héraclée, les croisés traversent le Taurus et sont accueillis favorablement en Cilicie par les Arméniens installés là depuis le milieu du XIe siècle.


Arrow Le siège et la prise d'Antioche:

Le 20 octobre, les croisés arrivent devant Antioche. Le neveu de Bohémond, Tancrède, et Baudouin de Boulogne s’emparent des places ciliciennes de Tarse et de Mamistra, qu’ils abandonnent à la suite de dissensions. Baudouin se rend ensuite dans le Haut-Euphrate, où il prend Ravendel et Turbessel, qu’il laisse en fief aux compagnons arméniens qui l’ont guidé. Appelé à Édesse par l’arménien Thoros, désireux de secouer la tutelle turque, il devient son fils adoptif et héritier.

Le blocus d’Antioche commence en novembre, avec du matériel apporté par une flotte génoise. Mais l’hiver rend le ravitaillement difficile. Malgré les victoires remportées sur les armées de Damas (décembre), puis d’Alep (février 1098), le moral des assiégeants est très bas. Les défections sont nombreuses (Pierre l'Ermite, Étienne II de Blois, et le chef du contingent byzantin soupçonné d’intriguer avec les Turcs). Bohémond parvient à se faire promettre la ville au détriment de l’empereur byzantin s’il y entrait le premier.

Une émeute débarrasse Baudouin de Boulogne de Thoros d’Edesse en mars 1098. Baudouin, son héritier, fonde le comté d'Édesse. Bohémond parvient à entrer dans Antioche avec la connivence d’un des défenseurs (3 juin 1098). Les croisés, entrés dans la ville, se trouvent en situation d’assiégés, entre la garnison turque restée dans la citadelle, et les renforts conduits par l’atabey de Mossoul, Kerbogha. Une série de visions et la découverte de la sainte Lance leur permettent de garder le moral. Mais des fugitifs, persuadés de la chute imminente de la ville, ont rejoint Alexis Comnène qui a atteint Philomelium à la tête d’une armée de secours. Alexis, qui veut garder les conquêtes faites par la croisade (Smyrne, Éphèse, Sardes), et ne tient pas à se mesurer à Kerbogha, rebrousse chemin. Bohémond de Tarente, victorieux de Kerbogha (28 juin), maîtrise Antioche. Seul Raymond de Saint-Gilles prétend faire respecter les droits de l’empereur sur la ville. Mais comme Alexis n’a pas porté assistance à ses vassaux, ceux-ci se considèrent déliés de leur engagement. La croisade a rompu avec Byzance.

Durant l’été, tandis qu’une épidémie sévit à Antioche et emporte le légat Adhémar de Monteil, les croisés se répandent dans les régions voisines, s’emparent au sud de Lattaquié et de Ma`arrat, ou consolident leurs positions en Cilicie. Les tergiversations du conseil des barons au sujet d’Antioche et du commandement irritent le reste de l’armée, qui détruit les fortifications de Maarrat, conquise par Saint-Gilles pour le forcer au départ.
Après la prise d'Antioche, lassé de la querelle interminable qui oppose Bohémond de Tarente et Raymond de Saint-Gilles, Godefroy se retire temporairement chez son frère Baudouin à Édesse, d'où il rejoint les croisés lorsqu'ils reprennent enfin la route pour Jérusalem. Certains chroniqueurs évoquent la présence de pratiques anthropophages au cours du siège d' Antioch . Ainsi, après la conquête de la Palestine, Raoul de Caen, chroniqueur de la première croisade écrivait : « A Maarat, les nôtres firent cuire les païens adultes dans des marmites et embrochèrent les enfants pour les manger rôtis. »

Il s'agit cependant ici d'une légende née de rumeurs entretenues par Bohémond de Tarente au début du siège d'Antioch. Celui-ci sait qu'il y a des espions turcs dans les environs alors il met en scène des marmites où il fait bouillir des corps afin de semer l'effroi chez l'ennemi en se faisant passer pour des anthropophages. Il est éventuellement possible que certains croisés poussés dans les ultimes retranchements de la survie aient pu sombrer dans telles pratiques mais il ne s'agissait sûrement pas alors de pratiques faites avec plaisir au grand jour dans des marmites. Bohémond de Tarente va de ce fait inspirer la peur chez les musulmans qui vont se faire écho de cette découverte.


Arrow Le sac de Jérusalem:

L’armée croisée prend la route de Jérusalem (13 janvier 1099), remontant la vallée de l’Oronte, sans être inquiétée par les émirs arabes de la région. Rejoignant la côte, elle s’empare de Tortose et de Maraclée. Sous la pression de ses soldats, Raymond de Toulouse doit abandonner le siège d’Arqa dont il comptait faire le centre de ses futures possessions. Suivant la côte jusqu’à Jaffa, les croisés entrent à Bethléem le 6 juin et mettent le siège devant Jérusalem le lendemain.

La ville, fortifiée et entourée de ravins, sauf au nord, attend des secours d’Égypte. Les assiégeants manquent d’eau, de bois et d’armes et ne sont pas assez nombreux pour l’investir. Une expédition en Samarie et l’arrivée d’une flotte génoise à Jaffa fournissent le matériel nécessaire à la construction de machines de siège. Une série de jeûnes purificateurs, une procession autour de la ville rend son sens de pèlerinage à la croisade. Après un assaut difficile de deux jours, la ville est prise le 15 juillet. « Entrés dans la ville, les pèlerins poursuivaient, massacraient les Sarrasins jusqu’au Temple de Salomon… où il y eut un tel carnage que les nôtres marchaient dans le sang jusqu’aux chevilles ». La ville est pillée, sa population musulmane, juive et de chrétiens grecs, coptes, syriens, arméniens sont massacrée. Le sac de Jérusalem fut épouvantable, mais peut être amplifié par des chroniqueurs et des clercs pour en faire un récit d'apocalypse et démontrer que la purification rituelle de la ville qui attend le retour glorieux du Christ était à ce prix.

Dans les mois qui suivent, un certain nombre de pèlerins, croyant avoir rempli leur vœu, repartent pour l’Occident et y portent la nouvelle du triomphe de la chrétienté. Ayant refusé dignement la couronne de Jérusalem, Godefroi de Bouillon prend le titre d’avoué du Saint-Sépulcre, réservant ainsi les droits de l’Église sur le nouvel État. C'est donc son frère qui devient roi sous le nom de Baudouin Ier de Jérusalem. En juillet, avec les autres princes, il surprend l’armée égyptienne de secours à Ascalon, assurant la survie de son État. En septembre, il reste seul avec trois cents chevaliers et deux mille piétons pour défendre ses conquêtes (Jérusalem, Jaffa, Lydda, Ramla, Bethléem, Hébron) auxquelles s’ajoutent bientôt la Galilée.

En Occident, la croisade continue à être prêchée. Le pape Pascal II prononce l’excommunication contre ceux qui n’ont pas accompli leurs vœux, renvoyant à Jérusalem les déserteurs, tels Étienne de Blois et Hugues de Vermandois.


Arrow Conséquences:

Un certain nombre de pèlerins après avoir accompli leurs dévotions reprennent le chemin de retour. ils ont délivré Jérusalem et par la même accompli leur voeu. D'autres croisés s'apprêtent à rester en Orient. Godefroy de Bouillon est choisi par ses pairs comme prince de Jérusalem. Il refuse d'être nommé roi du Royaume de Jérusalem. Il dit : « Je ne porterais pas une couronne d'or, là où le Christ porta une couronne d'épines ». Il prend alors le nom d'Avoué du Saint-Sépulcre, soit advocatus Sancti Sepulchri, réservant les droit éminents du nouvel Etat à l'Eglise. En septembre il reste seul dans ses nouvelles possessions avec seulement 300 chevaliers et 2000 piétons. Les établissements francs sont très isolés les uns des autres et mal reliés à la mer.

En Occident, la nouvelle de la prise de Jérusalem provoque le départ de nouvelles armées dépassant parfois le millier d'hommes. Mais fautes d'ententes, ces "arrières" croisades échouent toute en Anatolie devant les Turcs qui ont refait provisoirement leur unité. La mer devient alors le seul moyen de communication avec l'Occident. L'archevêque Daimbert de Pise, arrivé à Jaffa avec 120 bateaux, se fait nommer patriarche latin de Jérusalem et suzerain de la principauté d'Antioche et du royaume de Jérusalem, se fait donner un quart de Jérusalem et la totalité de Jaffa. Godefroy, de son côte promet aux Vénitiens qui viennent de prendre Haïpha, le tiers de toutes les villes qu'ils aideraient à conquérir7. Quelques mois plus tard après la mort de Godefroy son frère Baudouin, Comté d'Édesse, se fait couronner Roi de Jérusalem par le patriarche latin de la ville. Il étend le royaume de Jérusalem par les conquêtes d'Arsouf, de Césarée, de Beyrouth et de Sidon. De son côté Raymond de Toulouse, fait la conquête, avec l'aide de Gênes du comté de Tripoli. Les marchands italiens d'abors réticent à l'idée d'une aventure guerrière risquant de détériorer leurs relations commerciales avec l'Orient, commencent à voir dans les croisades un moyen d'élargir le champ de leurs activités et d'acheter les produits d'Orient à leur source même sans passer par l'intermédiaire musulman ou byzantin.

>>> http://fr.wikipedia.org/wiki/Première_croisade[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 1:47

Bel article pasha, très interessant!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 1:53

les Almoravides regnaient sur toute l´afrique du nord Cool


Dernière édition par Yakuza le Jeu 2 Avr 2009 - 2:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seguleh I
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1283
Inscrit le : 22/07/2008
Localisation : tatooine
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 2:20

Tres bien vu Yak Very Happy
Beau sujet Barbaros.
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 2:22

Yakuza a écrit:
les Almoravides reignaient sur toute l´afrique du nord Cool
Les Marocains d'aujourd'hui ont de la peine à s'imaginer ce qu'était la puissance marocaine du temps des Almoravides et encore plus des Almohades.
Les croisades étaient surtout dictées par le boom démographique et le systéme d'héritage des titres et propriétés de la noblesse en Europe. Tous les nobles sans fiefs voulaient aller faire fortune en Orient. Quand les Arabes, tres civilisés et raffinés à l'époque, ont vu venir les hordes de sauvages d'Europe, ils n'en croyaient pas leurs yeux Shocked
La prise de Jerusalem fût suivi d'un énorme massacre de civils.
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13282
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 9:36

Les premier croisade on surtout marqué le début du viol de l'occident en terre d'Islam. Elle a aussi mis a nue les conflits internes qui minaient le proche orient du XIème siècle.
Je vous conseille de lire ce livre de Amine Ma3louf sur les croisade: les croisades vues par les arabes. Un livre magnifique et très objectif sur la géopolitique du proche orient pendant cette periode.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 19:36

La première croisade était diriger contre les Turcs, qui ont prit Jérusalem et on refuser l'accès aux chrétiens latins...

Enfin c'était un prétexte...

L'armée Turque a tous fait pour stopper les croisés en Anatolie et en Syrie...
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13282
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 20:03

Pas du tout barbaros elle était nullement diriger contre les Turcs. La premier croisade dite populaire avait clairement pour but de "libérer" Al Quods. Seulement en arrivant chez les byzantins, l'empereur Alexis Commede leur a demander de leur prêter main forte contre Qilij Arlsan qui venait de prendre Nicée. Ce dernier lors de leur premier confrontation les massacra.
La deuxieme vague de croisés était beaucoup mieu préparer que la premier et surtout mieux armée. Il y avait le fameux Godefroy de Bouillion celui qui massacra les habitants de Jerusalem.
Cette fois ci Qilij Arslan soushestima cette nouvelle vague, les croisés lui fit mordre la poussiere.
Donc la premiere croisade n'était nullement dirigé contre les turcs seulement comme elle se fit à pied ils ont étaient obligé de passer par les territoires controlés par les seljoukid....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 20:21

Fahed64 a écrit:
Pas du tout barbaros elle était nullement diriger contre les Turcs. La premier croisade dite populaire avait clairement pour but de "libérer" Al Quods. Seulement en arrivant chez les byzantins, l'empereur Alexis Commede leur a demander de leur prêter main forte contre Qilij Arlsan qui venait de prendre Nicée. Ce dernier lors de leur premier confrontation les massacra.
La deuxieme vague de croisés était beaucoup mieu préparer que la premier et surtout mieux armée. Il y avait le fameux Godefroy de Bouillion celui qui massacra les habitants de Jerusalem.
Cette fois ci Qilij Arslan soushestima cette nouvelle vague, les croisés lui fit mordre la poussiere.
Donc la premiere croisade n'était nullement dirigé contre les turcs seulement comme elle se fit à pied ils ont étaient obligé de passer par les territoires controlés par les seljoukid....


Non, Jerusalem était aussi diriger par les Turcs, puisqu'ils ont prient Jerusalem depuis 1078...

Citation :
La première croisade est une croisade qui s'est déroulée de 1096 à 1099 suite, entre autres, au refus intervenu en 1078 des Turcs Seldjoukides de laisser libre le passage aux pèlerins chrétiens vers Jérusalem.
En 1078, les Turcs seldjoukides délogent de Jérusalem les Arabes abbassides qui y étaient installés depuis 637. Une période de libre accès à Jérusalem par les pèlerins chrétiens se termine alors. Dans le même temps, vaincus à la bataille de Manzikert en 1071, les Byzantins ne peuvent empêcher les Turcs de s'établir à Nicée en 1078 et d'y fonder un royaume en 1081.
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13282
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 20:29

Je suppose que ta source est wikipedia Rolling Eyes
On va pas en débattre pendant 100 postes, mais ce n'est pas parceque le maitre de la cité était Turcs que la croisade se diriger en particulier contre le peuple turc, qui comme les arabes de l'époque etaient divisés.
La cible premier des crosié était Jeruslem et pas le sultanat Seljoukide ou ce qu'il en rester après la mort de nizzam el Mok....
Il ne faut pas faire des conclusion attive, la géopolitique du Moyen orient a l'époque était bien plus complexe qu'aujourd'hui Barbaros...
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 23:26

Fahed64 a écrit:
Je suppose que ta source est wikipedia Rolling Eyes
On va pas en débattre pendant 100 postes, mais ce n'est pas parceque le maitre de la cité était Turcs que la croisade se diriger en particulier contre le peuple turc, qui comme les arabes de l'époque etaient divisés.
La cible premier des crosié était Jeruslem et pas le sultanat Seljoukide ou ce qu'il en rester après la mort de nizzam el Mok....
Il ne faut pas faire des conclusion attive, la géopolitique du Moyen orient a l'époque était bien plus complexe qu'aujourd'hui Barbaros...
Je pense comme Fahed que les Croisés ne s'interessaient qu'à Jerusalem, quelqu'en soit les maîtres, turcs seldjoukides, arabes abbasides ou autres. Les Seldjoukides ont tout simplement commis la bêtise de donner une bonne raison aux Chrétiens d'attaquer en interdisant l'accés aux lieux saints aux pélerins chrétiens, alors que depuis la prise de Jerusalem par les Arabes musulmans, le chemin était libre.
La situation était effectivement compliquée comme l'a dit Fahed, le Calife était Abbaside, le Sultan Seldjoukides et le Vizir perse, comme le fameux Nizam Al Moulk, un génie de la politique. C'était le début d'un prosélytisme agressif des Chiîtes ismaéliens qui a mis à nu, bien avant les croisés, les faiblesses du systéme Abbassides/Seldjoukides. Les Seldjoukides n'avaient pas mis fin au systéme abbasside mais l'avaient seulement inféodé. Le Calife abbasside était là sans gouverner, les Seldjoukides étaient les défenseurs militaires du systéme et c'étaient les perses qui fournissaient les cadres administratifs et politiques. Les Ottomans ont d'ailleurs tiré pas mal de leçon de l'expérience Seldjoukide, l'une d'elle étant de ne jamais compter sur les Arabes Laughing .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Jeu 2 Avr 2009 - 23:59

Samyadams a écrit:
Fahed64 a écrit:
Je suppose que ta source est wikipedia Rolling Eyes
On va pas en débattre pendant 100 postes, mais ce n'est pas parceque le maitre de la cité était Turcs que la croisade se diriger en particulier contre le peuple turc, qui comme les arabes de l'époque etaient divisés.
La cible premier des crosié était Jeruslem et pas le sultanat Seljoukide ou ce qu'il en rester après la mort de nizzam el Mok....
Il ne faut pas faire des conclusion attive, la géopolitique du Moyen orient a l'époque était bien plus complexe qu'aujourd'hui Barbaros...
Je pense comme Fahed que les Croisés ne s'interessaient qu'à Jerusalem, quelqu'en soit les maîtres, turcs seldjoukides, arabes abbasides ou autres. Les Seldjoukides ont tout simplement commis la bêtise de donner une bonne raison aux Chrétiens d'attaquer en interdisant l'accés aux lieux saints aux pélerins chrétiens, alors que depuis la prise de Jerusalem par les Arabes musulmans, le chemin était libre.
La situation était effectivement compliquée comme l'a dit Fahed, le Calife était Abbaside, le Sultan Seldjoukides et le Vizir perse, comme le fameux Nizam Al Moulk, un génie de la politique. C'était le début d'un prosélytisme agressif des Chiîtes ismaéliens qui a mis à nu, bien avant les croisés, les faiblesses du systéme Abbassides/Seldjoukides. Les Seldjoukides n'avaient pas mis fin au systéme abbasside mais l'avaient seulement inféodé. Le Calife abbasside était là sans gouverner, les Seldjoukides étaient les défenseurs militaires du systéme et c'étaient les perses qui fournissaient les cadres administratifs et politiques. Les Ottomans ont d'ailleurs tiré pas mal de leçon de l'expérience Seldjoukide, l'une d'elle étant de ne jamais compter sur les Arabes Laughing .


L'Iran n'était pas encore chiite, le seul royaume chiite était l'Egypte des Fatimides...

Pour Nizzam al-mulk, il n'était pas chiite mais sunnite, puisqu'il sera tué par les Assassins ismaeliens..

L'Iran est devenu chiite a XVIe siècle sous la terreur de Ismail Shah, c'est un dirigeant turc (Qizilbash), qui a gouverner sur l'Iran et a imposer le chiisme, l'armée safavide sera détruite a la bataille de Tchaldiran par les troupes ottomanes...

Pour en revenir a cette croisade, c'est le fait que les turcs aient conquérit et interdit le passage aux pèlerins chrétiens qui put déclencher la croisade...

Les califes ne seront que des marionnettes sous les turcs (Seldjoukides, Mamelouks), et puis le califat reviendra au turc après la conquête de l'Egypte par l'armée ottomane..
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 0:29

barbaros pacha a écrit:
[Pour Nizzam al-mulk, il n'était pas chiite mais sunnite, puisqu'il sera tué par les Assassins ismaeliens..
Les califes ne seront que des marionnettes sous les turcs (Seldjoukides, Mamelouks), et puis le califat reviendra au turc après la conquête de l'Egypte par l'armée ottomane..
Je sais que Nizam Al Moulk était sunnite. Comme Fahed, je suis un fan d'Amin Maâlouf, le romancier libanais francophone qui est vraiment un érudit. Pour Nizam Al Moulk, tu vois bien que j'admire l'intelligence là ou elle se manifeste, sunnite, chiîte, ou autre Wink . A l'époque, j'aurais écrit autre chose sur les chiîtes qu'aujourd'hui, car c'était vriament des fauteurs de trouble. Dieu a présérvé le Maghreb du chiîsme des Fatimides, qui avaient pour première capitale Kaïraouane, en Tunisie. Ils n'étaient au Maghreb que pour amasser combattants et fonds pour repartir en Orient le conquerir et abattre le califat abasside sunnite. Ils ont même à une époque traité avec les Croisés contre le reste des muslmans.
Les Almoravides ont définitivement enterré le chiîsme au Maghreb.
Les Turcs ont bien fait de prendre le contrôle de l'Orient islamique, sinon les Chrétiens en auraient chassé les arabo-musulmans depuis des siécles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 0:50

Bataille de Harran



La bataille de Harran (Turquie) est une bataille qui a opposé les musulmans aux Francs le 7 mai 1104. Si les Francs avaient remporté cette bataille, la route de Mossoul et éventuellement celle de Bagdad leur aurait été ouverte, mais cette défaite marque l’arrêt de leur expansion en Orient.



Arrow Contexte:

En 1104, les croisés sont fermement installés en Terre Sainte et les décès ou les captures des principaux chefs croisés n’ont pas réussi à mettre en péril leur installation. En effet, contrairement aux émirats musulmans où la disparition du prince signifiait des luttes de succession et de pouvoir, alors qu’au sein des États latins d'Orient, à la mort ou à la capture du prince, un successeur ou un régent était automatiquement nommé.

Durant l’année 1103, une guerre civile secoue le sultanat seldjoukide. Barkiyârûk, sultan depuis 1194, est aux prises avec son frère Muhammad qui réclame un fief, prétendant partager le sultanat, et à son oncle Sanjar qui profite de la guerre entre ses deux neveux pour se rendre indépendant. En janvier 1104, Barkiyârûk se rend compte que cette guerre mène le sultanat à la ruine et accepte un partage avec son frère. Il lui confie la région de Mossoul, le Jazira et la suzeraineté nominale sur la Syrie. Barkiyârûk marque clairement son désintérêt des affaires syriennes, et Muhammad ne réussit pas à se rendre maître de son fief et à se faire reconnaître suzerain des émirs syriens.

Profitant de cette situation anarchique, Baudouin du Bourg, comte d’Édesse décide de s’emparer de la forteresse de Harran. Cette place forte, si elle est prise, ouvre aux croisés la route de Mossoul et de Bagdad. Comme Baudouin ne dispose pas de forces suffisantes pour prendre Harran, il demande l’aide de son vassal Josselin de Courtenay, seigneur de Turbessel, et de ses voisins, Bohémond de Tarente, prince d’Antioche, et Tancrède de Hauteville. La situation locale est également propice, car Harran était gouverné par un Turc, Qarâjâ qui s’était rendu impopulaire et avait été tué et renversé par un de ses lieutenant, Muhammad d’Isfahan, lui-même assassiné par Jawali, un fidèle de Qarâjâ. L’émir de Mossoul, Jekermish est aux prises avec un de ses voisins et ennemi, Il Ghazi ibn Ortoq.


Arrow Le siège:

Baudouin et Josselin amènent à Harran tous leur chevaliers francs ainsi que les milices de la ville d’Édesse. Bohémond et Tancrède viennent avec trois mille cavaliers et sept mille fantassins. Lorsque les troupes franques arrivent aux abords de la place forte, au printemps 1104, celle-ci sort de troubles qui avaient eu pour résultat des réserves de vivres amoindries. Les Francs pensent alors qu’un blocus de la ville suffira à la faire tomber et négligent d’installer des mangonneaux pour entamer les fortifications, perdant ainsi un temps précieux. Lorsque la ville est sur le point de se rendre, au début du mois de mai, une querelle éclate entre Baudouin et Bohémond à propos du premier étendard à dresser sur la muraille et les Francs décident de remettre au lendemain la prise de possession de la ville.


Arrow La bataille:

De leur côté, Soqman ibn Ortoq, le frère d’Il Ghazi, et Jekermish mettent fin à leur inimitié et se réconcilient pour faire front commun aux Francs. Soqman, avec sept mille cavaliers turcomans, et Jekermish, avec trois mille cavaliers turcs, arabes et kurdes font leur jonction à Khâbûr et se dirigent vers Harran. Les Francs, qui prévoient de prendre possession de la ville, se portent à la rencontre de l’armée musulmane en apprenant son arrivée imminente.

Selon les chroniqueurs Albert d’Aix, Ibn al-Athir et Raoul de Caen, il semble que les Francs prévoient un vaste mouvement d’encerclement. Le corps d’armée composé des forces d’Édesse est chargé d’engager le combat contre les Turcs, tandis que les forces d’Antioche doivent attendre que le combat soit engagé pour encercler les forces turques. Mais dès le premier choc, les Turcs recourent à leur tactique habituelle, la fuite simulée, et l’armée d’Édesse se met à poursuivre les Turcs, loin de l’armée d’Antioche et droit dans une embuscade où ils se retrouvent face à dix mille turcs qui n’ont pas de difficultés à battre les Francs, épuisés par la poursuite.

Les Normands d’Antioche n’ont aucun mal à défaire les troupes turques envoyées en leurre, mais lorsqu’ils voient revenir l’armée d’Édesse en déroute et poursuivis par les Turcs, ils comprennent que la bataille est perdue et profitent de la nuit tombante pour fuir à leur tour et parviennent à revenir à Édesse.


Arrow Conséquences:

L’armée d’Édesse est entièrement détruite ou capturée et ses chefs, Baudouin du Bourg et Josselin de Courtenay sont capturés, après que leurs chevaux se soient embourbés en tentant de traverser le Balîkh, une rivière entre Harran et le champ de bataille. Les soldats qui réussissent à franchir cette rivière sont en proie aux habitants d’Harran qui, apprenant la victoire musulmane, se mettre à battre la campagne pour tuer les Francs isolés.
Pour la première fois, les Francs que les populations locales croyaient invincibles subissent une grave défaite qui met définitivement fin à leur expansion dans l'arrière pays syrien. L'issue de cette bataille nuit considérablement à leur prestige auprès des populations chrétiennes d’Orient. Leurs rivaux et leurs ennemis profitent de l'affaiblissement de la principauté d'Antioche pour regagner du territoire : les Turcs d’Alep reprennent Artâh et les Byzantins s'emparent de la Cilicie et Lattakié.
Mais les vainqueurs de la bataille ne parviennent pas à exploiter leur victoire, car ils se disputent immédiatement les prisonniers et se séparent. Jekermish assiège Édesse , défendue par Tancrède de Hauteville, qui a réussit à rejoindre la ville et à la mettre en état de défense. Cela donne à Bohémond de Tarente le temps de lever une armée à Antioche et à marcher sur Edesse, obligeant Jekermish à lever le siège. Soqman est appelé par le cadi Fakhr al-Mulk et marche avec son armée pour dégager Tripoli assiégé par Raymond de Saint-Gilles, mais meurt à Baalbek d’un angine.

Tancrède de Hauteville assure la régence d’Edesse et, afin de conserver les revenus du comté, manœuvre pour prolonger la captivité de Baudouin qui ne sera libéré qu’en 1108. Une brouille opposera alors Tancrède et Baudouin, à tel point qu’on verra Baudouin du Bourg allié à Jawali, alors émir de Mossoul, affronter Tancrède allié à Ridwan, sultan d’Alep, au mois d’octobre 1108, conflit qui causera la mort de deux mille Francs.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Harran
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13282
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 3:31

Je rejoins Samy pour son analyse. Les turcs étaient les garrant militaire de la région, le système était Arabe et les cadres perses.
Pour en revenir à la bataille de Haran barbaros, ce n'est pas cette bataille qui a été decisive contre les croisés.
Les croisés tiraient leur puissance de la division des differentes fractions muslmanes, chiite fatimide, contre sunide du Chams et turcs seljoukide etc etc ....
En 100 ans, il y a eu des dizaines de bataille mélant croisés contre musulman ou alors croisé et musulman contre musulman et vise versa.
Il n'y avait point de religion seulement des interets avant l'arrivé d'un certain Nour al din .
Ce dernier a commencé a faire fremir les croisés en reussisant a unifié la Syrie actuel et l'Egypte. il a aussi été le "maitre" de chinkouk oncle du future Salahdin al Ayoubi un Kurde de kirkouk.
Bref a lépoque il ni avait ni Kurde ou turcs ou Arabe mais seulement interet, pouvoir et fraction c'est tout. Donc dire que la premier croisade était diriger contre le turcs c'est un peu gros barbaros.
C'est comme si nous marocain on disait, On a sauvé le sultan Salahdin de la Flotte croisé puisque Yacoub al Mansour empeureur Almohade (dynastie marocaine) a envoyé plusieurs centaines de navires proteger l'Egypte......
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6620
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 6:48

les croisades ont visés les musulmans dans leur ensemble, mais il est indeniable que les turcs on etaient vaillants et heroiques au combat pendant cette periode de l histoire et ont prouver leur devouement a l islam

peut on renommer ce topic "les croisades " tout cours???

car il ya de fantastiques recits de bataille a partager sur toute cette periode de l histoire et pas seulement sur la premiere croisade !
Revenir en haut Aller en bas
freedom
Aspirant
Aspirant


messages : 502
Inscrit le : 06/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 17:01

Samyadams a écrit:
barbaros pacha a écrit:
[Pour Nizzam al-mulk, il n'était pas chiite mais sunnite, puisqu'il sera tué par les Assassins ismaeliens..
Les califes ne seront que des marionnettes sous les turcs (Seldjoukides, Mamelouks), et puis le califat reviendra au turc après la conquête de l'Egypte par l'armée ottomane..
Je sais que Nizam Al Moulk était sunnite. Comme Fahed, je suis un fan d'Amin Maâlouf, le romancier libanais francophone qui est vraiment un érudit. Pour Nizam Al Moulk, tu vois bien que j'admire l'intelligence là ou elle se manifeste, sunnite, chiîte, ou autre Wink . A l'époque, j'aurais écrit autre chose sur les chiîtes qu'aujourd'hui, car c'était vriament des fauteurs de trouble. Dieu a présérvé le Maghreb du chiîsme des Fatimides, qui avaient pour première capitale Kaïraouane, en Tunisie. Ils n'étaient au Maghreb que pour amasser combattants et fonds pour repartir en Orient le conquerir et abattre le califat abasside sunnite. Ils ont même à une époque traité avec les Croisés contre le reste des muslmans.
Les Almoravides ont définitivement enterré le chiîsme au Maghreb.
Les Turcs ont bien fait de prendre le contrôle de l'Orient islamique, sinon les Chrétiens en auraient chassé les arabo-musulmans depuis des siécles.

[HS]
Le maroc a connu 150 ans de chiisme sous les almohades, et pourtant c'etait la plus belle epoque qu'a connu l'empire.
[\HS]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 19:15

Fahed64 a écrit:
Je rejoins Samy pour son analyse. Les turcs étaient les garrant militaire de la région, le système était Arabe et les cadres perses.
Pour en revenir à la bataille de Haran barbaros, ce n'est pas cette bataille qui a été decisive contre les croisés.
Les croisés tiraient leur puissance de la division des differentes fractions muslmanes, chiite fatimide, contre sunide du Chams et turcs seljoukide etc etc ....
En 100 ans, il y a eu des dizaines de bataille mélant croisés contre musulman ou alors croisé et musulman contre musulman et vise versa.
Il n'y avait point de religion seulement des interets avant l'arrivé d'un certain Nour al din .
Ce dernier a commencé a faire fremir les croisés en reussisant a unifié la Syrie actuel et l'Egypte. il a aussi été le "maitre" de chinkouk oncle du future Salahdin al Ayoubi un Kurde de kirkouk.
Bref a lépoque il ni avait ni Kurde ou turcs ou Arabe mais seulement interet, pouvoir et fraction c'est tout. Donc dire que la premier croisade était diriger contre le turcs c'est un peu gros barbaros.
C'est comme si nous marocain on disait, On a sauvé le sultan Salahdin de la Flotte croisé puisque Yacoub al Mansour empeureur Almohade (dynastie marocaine) a envoyé plusieurs centaines de navires proteger l'Egypte......

Je vais mettre les différents batailles de la première croisade et des biographies des chefs militaires...

La bataille de Harran a était assez importante, car Harran est connu pour être la porte de la mésopotamie en venant de Syrie et de Palestine, l'armée qui pourra contrôler Harran, contrôlera la Mésopotamie ou la Syrie...



Pour en revenir, je n'ai pas dis que la croisade était seulement diriger contre les turcs, mais j'ai seulement dit, que le fait que Jerusalem soit prise par les turcs et le refus des turcs aux pèlerins chrétiens a déclenché en quelques sortes les croisades...

Surtout la bataille de Manzikert, qui fera réagir la chrétienté, car sa était un grand traumatisme pour les chrétiens...
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13282
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 19:19

Citation :
Pour en revenir, je n'ai pas dis que la croisade était seulement diriger contre les turcs, mais j'ai seulement dit, que le fait que Jerusalem soit prise par les turcs et le refus des turcs aux pèlerins chrétiens a déclenché en quelques sortes les croisades...

Surtout la bataille de Manzikert, qui fera réagir la chrétienté, car sa était un grand traumatisme pour les chrétiens...

La je suis tout a fait d'accord avec toi Barbaros
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 19:25

L'empire Seljoukide (turcs) du Roum (Terres des Romains) et de Perses avant les croisades:

Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 20:45

freedom a écrit:
[HS]Le maroc a connu 150 ans de chiisme sous les almohades, et pourtant c'etait la plus belle epoque qu'a connu l'empire.
[\HS]
Les Almohades n'étaient pas vraiment chiîtes. Ibn Toumert était l'inventeur d'une nouvelle idéologie, le "Tawhidisme", qui était une sorte de syncrétisme de plusieurs courants idéologiques, dont le chiîsme, d'ou la fameuse histoire du "Mahdi" parlant aux morts qui ont "témoigné" de la "véracité" de son identité de Mahdi. Ca prouve en tout cas une chose, les principes du chiîsme étaient connus des Marocains de l'époque qui y accordaient crédit
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 22:30

barbaros pacha a écrit:
...Pour en revenir, je n'ai pas dis que la croisade était seulement diriger contre les turcs, mais j'ai seulement dit, que le fait que Jerusalem soit prise par les turcs et le refus des turcs aux pèlerins chrétiens a déclenché en quelques sortes les croisades...
...
quoi qu'il en soit, cette histoires de refus des turcs aux pélerins chrétiens de passer, n'était aux yeux du pape et des monarchies européennes qu'un pretexte parmi d'autres pour organiser cette croisade. la véritable raison est purement socio économique, les européens était facinés par toutes ses belles marchandises qui venaient du moyens orient, et par la richesse des villes/pays musulmans qui dominaient le monde par leur poids géostratégique étant sur la route de soie entre l'asie et l'europe. le discourt ''réligieux'' c'était pour motiver les paysans européens pauvres, naîfs et opprimés...
c'est la réalité, ça peut ne pas arranger l'ego nationaliste des uns et des autres mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6620
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 22:42

la bataille la plus importante durant la periode des croisade à était pour moi ,la bataille de AIN DJALOUT,s'est déroulée le 3 septembre 1260



ça n a pas etait une bataille chretiens vs musulman, mais une bataille musulmans vs monghols ....qui deferlés sur tout le territoire musulman!!!!

les chretiens ayant noués une alliance avec les monghols en vue d affaiblir les musulmans, cette alliance fut rompu et meme les etat chretiens de la regions se retrouverent sous la menace monghol !!!!!

c est là ou le sultant d egypte se porta avec son armée a la rencontre des monghols commandé par Houlagou Khan !!!! et par un astucieux stratageme et par son courage (il combattit en premiere ligne avec sa garde personelle ) mis en deroute l armée monghols!!!!

ce fut le premier coup d arret aux conquete monghols
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première croisade   Ven 3 Avr 2009 - 22:47

benzenz a écrit:
la bataille la plus importante durant la periode des croisade à était pour moi ,la bataille de AIN DJALOUT,s'est déroulée le 3 septembre 1260



ça n a pas etait une bataille chretiens vs musulman, mais une bataille musulmans vs monghols ....qui deferlés sur tout le territoire musulman!!!!

les chretiens ayant noués une alliance avec les monghols en vue d affaiblir les musulmans, cette alliance fut rompu et meme les etat chretiens de la regions se retrouverent sous la menace monghol !!!!!

c est là ou le sultant d egypte se porta avec son armée a la rencontre des monghols commandé par Houlagou Khan !!!! et par un astucieux stratageme et par son courage (il combattit en premiere ligne avec sa garde personelle ) mis en deroute l armée monghols!!!!

ce fut le premier coup d arret aux conquete monghols

pure propagande egyptienne...quand je pense que quand j'étais gosse à forces de voir des feuilltons égyptiens je croyais en ce genre de bêtises Mad Mad Mad

ça veut pas dire la bataille n'a jamais eu lieu ou que la victoire égyptienne n'est pas réelle, mais elle est surestimé. la réalité est que l'elan monghol commencait à s'essoufflé après un siècle de conquêtes et des miliers de kilomètres parcouru.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première croisade   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première croisade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» A quel âge vos bibous ont eu leur première dent?
» la première femme commandant d’un navire de la marine belge
» Centenaire de la première école Maria Montessori
» Une première Archéologique.
» Ma toute première collection MAC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits à travers l´âge-
Sauter vers: