Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Première croisade

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeJeu 2 Avr 2009 - 1:29

Rappel du premier message :

Première croisade

La première croisade est une croisade qui s'est déroulée de 1096 à 1099 suite, entre autres, au refus intervenu en 1078 des Turcs Seldjoukides de laisser libre le passage aux pèlerins chrétiens vers Jérusalem.


Première croisade - Page 2 Cartedelapremierecroisajr7



Arrow Prémices:

En 1078, les Turcs seldjoukides délogent de Jérusalem les Arabes abbassides qui y étaient installés depuis 637. Une période de libre accès à Jérusalem par les pèlerins chrétiens se termine alors. Dans le même temps, vaincus à la bataille de Manzikert en 1071, les Byzantins ne peuvent empêcher les Turcs de s'établir à Nicée en 1078 et d'y fonder un royaume en 1081.

À la fin du xie siècle, l'empereur Alexis Ier Comnène, dont l'empire chrétien d'Orient est menacé par les Turcs, demande à plusieurs reprises le secours de Rome contre les Seldjoukides. En 1095 lors d'un séjour en France, le pape Urbain II prend acte de la fureur des chevaliers à qui les Turcs barrent dorénavant la route de Jérusalem (que les Arabes avaient toujours laissée libre) et répond à la demande d'Alexis Ier. Ainsi, le 27 novembre 1095, au cours du concile de Clermont qu'il a fait réunir, le pape lance un appel à la croisade, et prêche pour secourir l'empereur byzantin et la libération de la Terre sainte à Jérusalem. En échange de leur participation à la croisade, il promet le pardon de leurs péchés aux chevaliers qui iraient porter secours aux chrétiens d'Orient.

Il désigne Adhémar de Monteil, évêque du Puy-en-Velay, pour diriger cette croisade.



Arrow La croisade populaire:

Le petit peuple réagit en grand nombre, notamment à l'appel de Pierre l'Ermite qui l'a prêchée en Berry et où il lança le fameux « Dieu le veut », en Orléanais, à Poissy où Gautier Sans-Avoir le rejoint, en Champagne et en Lorraine.
Le 12 avril 1096 c'est avec quelques 15 000 pèlerins que Pierre l'Ermite et Gautier Sans-Avoir parviennent à Cologne. Ces croisades populaires s'accompagnent de persécutions contre les juifs.

Gautier, emmenant une majorité de Français, quitte le premier Cologne et gagne la Hongrie où le roi Coloman lui accorde le libre passage. À Semlin, dernière place hongroise avant le territoire byzantin, des incidents avec les Hongrois se soldent par le dépouillement de seize traînards. Arrivant à Niš le 18 août, Gautier continue sa route via Sofia, Philippopoli et Andrinople jusqu'à Constantinople qu'il atteint le 20 juillet sous escorte byzantine.

Les troupes de Pierre l'Ermite atteignent à leur tour Semlin, prennent la ville d'assaut et y massacrent 4 000 Hongrois. D'après le chroniqueur Albert d'Aix, ils auraient agi ainsi après avoir vu suspendus aux remparts les armes et les vêtements appartenant à des pélerins qui faisaient partie de la bande de Gautier et qui avaient été tués.

Pour faire bonne mesure, ils investissent ensuite et pillent Belgrade, désertée de ses habitants qui avaient trouvé refuge en territoire byzantin sur l'autre rive de la Save. Tentant de renouveler leurs exploits à Niš, les troupes de Pierre sont mises au pas par le gouverneur Nicétas qui ne leur permet de continuer leur chemin qu'à la condition expresse de ne s'arrêter désormais pas plus de trois jours devant une ville.

Cette troupe se présente finalement devant Constantinople le 1er août 1096. Là, l'empereur Alexis Ier leur conseille, dans un premier temps, d'attendre la croisade menée par les barons, mais devant leurs excès, il leur fait traverser le Bosphore le 6 août et leur assigne la place forte de Kibotos (Civitot).

En septembre ils rasient les environs de Nicée et une bande, dirigée par un noble italien du nom de Renaud s'empare du château de Xerigordon. Le 29 septembre, un contingent d'hommes armés envoyé par le sultan Kilij Arslan reprend la place forte.

Le 21 octobre 1096, las d'attendre, ils se remettent en mouvement vers Nicée, mais ils sont exterminés à peine sortis du camp de Civitot. Gautier-sans-Avoir, le comte de Hugues de Tubingue et Gautier de Teck perdent la vie dans ce combat. Sur 25 000 hommes, seuls 3 000 parviennent à regagner l'empire byzantin. Ils s'amalgament à la croisade des barons, donnant les terribles tafurs.

30 000 croisés se retrouvent à Civitot. Les premiers arrivants sont les compagnons de Pierre l’Ermite, rejoints par les croisés de Gautier sans Avoir et un certain nombre de croisés italiens et allemands. La plupart des croisés ne sont pas enclins à la prudence et à la patience et font route vers Nicomédie, en territoire turc. Là une querelle oppose les Allemands et les Italiens aux Français. Les premiers choisissent pour chef un Italien du nom de Renaud, et les Français choisissent Godefroy Burel. Pierre l’Ermite a totalement perdu son influence sur les croisés.

Malgré les conseils d’Alexis, les croisés attaquent les villes turques. Renaud, à la tête de six mille allemands et italiens prend la forteresse de Xerigordon et l’utilise comme base pour piller les environs de Nicée. En représailles, le sultan seldjoukide Kılıç Arslan Ier envoie une armée qui coupe les points d’eau approvisionnant Xerigordon, assiège la citadelle puis la prend d’assaut. Les croisés n’ont comme choix que la mort ou la conversion à l’Islam.

Le sultan Turc Kılıç Arslan envoie ensuite des espions à Civitot qui font courir le bruit que Renaud et ses croisés ont pris Nicée. Pierre L’Ermite était alors à Constantinople pour ramener des vivres au camp et la plupart des chefs demandent à attendre son retour, mais la plupart des croisés, enthousiasmés par la victoire et aussi par la perspective du pillage, et soutenus par Godefroy Burel, veulent y aller immédiatement. Le 21 octobre, vingt cinq mille croisés prennent la route de Nicée, laissant quelques femmes, enfants, vieillards et malades à Civitot.

A trois miles du camp, à un endroit où la route est resserrée, l’armée turque attend en embuscade les croisés, qui sont pour la plupart massacrés. Les garçons et les filles les plus jeunes sont épargnés pour être réduits et vendus en esclavage. Seuls trois mille croisés, conduits par Godefroy Burel, s’enfuient et reviennent à Civitot, qui est assiégé par les Turcs. Mais les Byzantins réussiront à évacuer les croisés rescapés par bateaux.


Arrow La croisade des barons:

Si les souverains ne répondent pas à l'appel du pape, de grands féodaux le font :

Like a Star @ heaven Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, qui en 1087 a participé à la Reconquista ;
Like a Star @ heaven Guillaume des Baux et son fils Raymond des Baux ;
Like a Star @ heaven Bohémond de Tarente et son neveu Tancrède de Hauteville de la famille des princes normands d'Italie ;
Like a Star @ heaven Hugues le Grand, comte de Vermandois, frère du roi de France Philippe Ier ;
Like a Star @ heaven Robert Courteheuse , duc de Normandie, fils de Guillaume le Conquérant, son chevalier banneret Jean des Landes .
Like a Star @ heaven Robert, comte de Flandre ;
Like a Star @ heaven Godefroy de Bouillon, duc de Basse-Lotharingie, son frère Baudouin de Boulogne et leur cousin Baudouin du Bourg ;
Like a Star @ heaven Étienne II, comte de Blois ;
Like a Star @ heaven Enguerrand Ier, comte d'Amiens et son fils Thomas ;
Like a Star @ heaven Hugues II, comte de Saint-Pol et son fils Enguerrand.

Arrow Quatre armées se constituent par des regroupements régionaux :

Like a Star @ heaven les Lorrains, menés par Godefroy de Bouillon et Baudouin de Boulogne, qui traversent l'Allemagne et les Balkans ;
Like a Star @ heaven les Normands d'Italie, conduits par Bohémond de Tarente et Tancrède de Hauteville, débarquant en Épire ;
Like a Star @ heaven les Méridionaux autour de Raymond de Saint-Gilles, qui passent par l'Italie du Nord, la Serbie et la Macédoine ;
Like a Star @ heaven les Français dont Hugues le Grand, Robert Courteheuse et Robert de Flandre.

Like a Star @ heaven Le premier à partir fut Hugues de Vermandois, comte de Vermandois et frère cadet du roi de France Philippe Ier. Il quitta la France vers le milieu du mois d'août 1096 avec une suite respectable et passant par l'Italie, il reçut l'étendard de Saint-Pierre à Rome. Godefroi de Bouillon, seigneur de Bouillon et duc de Basse-Lotharingie, qui finança son expédition par la vente ou en hypothéquant certaines de ses possessions, partit également au mois d'août 1096. Bohémond de Tarente décida de se croiser lorsque les premières troupes françaises traversèrent l'Italie, et abandonnant le siège d'Amalfi qu'il était en train d'entreprendre, il leva une armée normande et partit pour Constantinople, avec son neveu Tancrède. Le comte de Toulouse, Raymond de Saint-Gilles, rassembla, quant à lui, avec le légat du pape Adhémar de Monteil, la plus grande des armées des croisés, qui traversa la Dalmatie, non sans difficultés, durant l'hiver et parvint à Thessalonique début avril 1097 et Constantinople le 21 du même mois.


Arrow L'arrivée à Constantinople:

L'un des premiers à répondre à l'appel d'Urbain II, en 1095, Godefroy de Bouillon devient aussi l'un des principaux chefs de la première croisade. Parti de Vézelay avec une suite nombreuse, il passe par Ratisbonne, Vienne, Belgrade et Sofia, arrive à Constantinople le 23 décembre 1096, et se heurte aussitôt à Alexis Ier Comnène. Les Méridionaux se présentent devant Constantinople en avril 1097. Des incidents surgissent avec l’arrivée de troupes plus importantes, entre Raymond de Toulouse et les mercenaires petchenègues, entre Bohémond et les habitants de Castoria qui lui refusent le ravitaillement.

Alexis Ier se méprend des intentions des croisés, qu'il croit venus offrir leurs services à son empire pour récupérer ses terres - à l'instar de ces troupes scandinaves qui depuis plusieurs siècles se mettaient à son service. Il exige donc un serment de fidélité et la promesse de restituer à l'empire byzantin les terres qui lui ont appartenu avant la conquête turque et de tenir en fief de l’empereur toutes les autres terres conquises.

Hugues de Vermandois, arrivé le premier à Constantinople après un naufrage lors de la traversée de l’Adriatique, prête sans difficulté à Alexis le serment. S'estimant féal sujet et homme lige du seul empereur germanique, Godefroy de Bouillon refuse tout d'abord de prêter le serment d'allégeance exigé par le basileus de tous les chefs croisés. Il faut lui couper les vivres pour le faire céder. Il sacrifie enfin ses principes à l'esprit de croisade et prête à contrecœur le serment requis. Il s'engage ainsi à remettre au basileus tous les territoires ayant appartenu à l'empire byzantin qu'il pourrait enlever à l'Islam. Triomphant et magnanime, Alexis Comnène témoigne de sa satisfaction en le comblant de somptueux cadeaux : chevaux de prix et vêtements de parade, tissus précieux et coffrets remplis de besants d'or. Raymond de Saint-Gilles, prétextant qu’il ne pouvait servir d’autre suzerain que le Christ, se borne à jurer de respecter la vie et l’honneur de l’empereur. Bohémond de Tarente prêterait volontiers serment, si on le nomme grand domestique de l’Orient, charge qui lui donnerait le commandement des forces impériales en Asie Mineure, par conséquent le commandement de l’expédition. Cependant, Tancrède de Hauteville se soustrait au serment en passant sur la rive asiatique.[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 22:57

benzenz a écrit:
la bataille la plus importante durant la periode des croisade à était pour moi ,la bataille de AIN DJALOUT,s'est déroulée le 3 septembre 1260



ça n a pas etait une bataille chretiens vs musulman, mais une bataille musulmans vs monghols ....qui deferlés sur tout le territoire musulman!!!!

les chretiens ayant noués une alliance avec les monghols en vue d affaiblir les musulmans, cette alliance fut rompu et meme les etat chretiens de la regions se retrouverent sous la menace monghol !!!!!

c est là ou le sultant d egypte se porta avec son armée a la rencontre des monghols commandé par Houlagou Khan !!!! et par un astucieux stratageme et par son courage (il combattit en premiere ligne avec sa garde personelle Première croisade - Page 2 Icon_sal ) mis en deroute l armée monghols!!!!

ce fut le premier coup d arret aux conquete monghols Première croisade - Page 2 Icon_sal

L'armée Egyptienne? Bof..l'armée Egyptienne n'existait plus quand les esclaves Turcs ont renverser le pouvoir Ayyoubites en Egypte...

C'était plutôt l'armée Mamelouk et a leur tête Baybars, un turc qui a gouverner sur l'Egypte...

Les Mamelouks étant habituer aux techniques de guerres des steppes, adopteront la même méthodes contre les Mongols...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:18

Baybars aussi est turc Shocked Very Happy

baybars était caucasien...et ne me sort pas encore une fois ton arguement de lien de sang selon le quel toute l'asie et les amérindiens ont des liens de sang avec les turcs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:21

Raptor a écrit:
Baybars aussi est turc Shocked Very Happy

baybars était caucasien...et ne me sort pas encore une fois ton arguement de lien de sang selon le quel toute l'asie et les amérindiens ont des liens de sang avec les turcs.

Non Baybars est turc, Puisque c'est un Mamelouk Bahrite (Esclaves Turcs)

C'est un turc Coumans..



Citation :
Sultan mamelouk bahrite d’Egypte. (Kiptchak, Turkestan 1223, Damas 1277) Baybars, ou encore Bibars - el-Malik el-Zahir Roukn ed-Din el-Salihi el-Baybars (né vers 1223 au nord de la mer noire - décédé le 1er juillet 1277 à Damas, Syrie) fut sultan mamelouk bahrite d’Égypte de 1260 à 1277. Il est parfois surnommé "l’arbalétrier".

Il est né à Kiptchak dans le Turkestan vers 1223 et fut vendu comme esclave à Damas après l’invasion mongole dans les années 1240. Envoyé en Égypte, il entre au service du sultan ayyoubide Malik al-Salih Ayyoub comme garde du corps, qui lui fait donner une formation militaire. Il participe activement au coup d’État qui renverse la dynastie ayyoubide et se traduit par l’assassinat de Touran Shah, le fils d’el-Salih, en 1250. Au service du sultan mamelouk Qutuz, il remporte sur les Mongols la victoire d’Aïn Djalout, en 1260, qui sauve l’Égypte des destructions massives que vient de subir Bagdad. À son retour au Caire, il renverse le sultan Qutuz, qui lui refusait le poste de gouverneur de la Syrie, se proclame sultan et accueille el-Moustansir Billah, l’un des survivants de la famille des Abbassides, dont il fait un calife fantoche, mais qui lui confère une légitimité supplémentaire. Administrateur efficace, il crée une marine de guerre, une armée permanente, restaure les routes et organise un remarquable service postal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:25

on peut appeler ''turkestan'' ce qu'on veut comme ça arrange, mais en réalité le nord de la mer noir c'est plutot le caucase, et là il y a d'autres éthnies.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:31

Raptor a écrit:
on peut appeler ''turkestan'' ce qu'on veut comme ça arrange, mais en réalité le nord de la mer noir c'est plutot le caucase, et là il y a d'autres éthnies.

Le problème c'est pas cela, mais tous les historiens sont d'accord, Baybars était un Turc Coumans et puis il appartenait a la caserne Bahrite (Turcs) et non Burjites..


Il y avait deux casernes Mamelouks:

- Bahrite (Esclaves Turcs)
- Bourjites (Esclaves Circassiens, Caucase, etc..)

Ce sont les Bahrites qui ont renverser le pouvoir Ayyoubite...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:34

Barbaros suit le theorie de Kemal selon laquelle,toute la terre etait turque Neutral
bref..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:44

Yakuza a écrit:
Barbaros suit le theorie de Kemal selon laquelle,toute la terre etait turque Neutral
bref..

La théorie de Kemal?

Bof.. mais j'expose ici une vérité, si Baybars n'était pas turc, je l'aurais sûrement dit mais, c'est pas le cas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:51

vous prenez meme Dshinigis khan et Attila pour des turcs,un exemple du culte de personne que Kemal a essayé d´introduire pour relever la morale de "l´homme malade"(Halil Gülbeyaz: Mustafa Kemal Atatürk)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:55

Yakuza a écrit:
vous prenez meme Dshinigis khan et Attila pour des turcs,un exemple du culte de personne que Kemal a essayé d´introduire pour relever la morale de "l´homme malade"(Halil Gülbeyaz: Mustafa Kemal Atatürk)

Cengiz Khan n'était pas un turc, sa c'est sur...c'est un Mongol, tous le monde sait que les Mongols ne sont pas turcs...

Pour Attila, il parlé une langue turque...Ils seraient d'origine Xiognu (qui sont aussi les ancêtres des turcs)

Voyons ce que qui dit Wiki:

Citation :
La question de l’origine des Huns est complexe. Linguistiquement, d’après l’onomastique, ils semblent former un conglomérat avec de nombreux noms d’origine turque, mais aussi iranienne et gotique, et d’autres d’origine inconnue. De nombreux historiens ont avancé l’hypothèse que les Huns étaient d’anciens Xiongnu, peuple originaire de Mongolie dont les annales chinoises permettent de retracer l’histoire à partir du iiie siècle av. J.-C.. Cette identification a été contestée, notamment dans les travaux d’Otto John Maenchen-Helfen, le père des études sur les Huns en Europe.
Les Xiongnu ont-ils pu donner naissance aux Huns qui apparaissent sur la Volga à partir de 374 avant d’envahir l’Europe ? La question est extrêmement controversée et a fait l’objet de multiples travaux depuis que De Guignes a, le premier en 1758, proposé de les identifier. La mention dans l'Ancienne Lettre sogdienne de 313 des pillards Xwn de Luoyang, là où les sources chinoises parlent des Xiongnu avait semblé être un témoignage décisif en faveur de l’assimilation (Henning, 1948) avant qu’O. Maenchen-Helfen tente de prouver à plusieurs reprises que les uns et les autres étaient sans rapport, en utilisant essentiellement des données archéologiques mais en critiquant aussi les textes. Si l’on doit à ce dernier d’avoir montré toute la complexité de la question hunnique (Maenchen-Helfen, 1973) et si sa prudence a dans l’ensemble prévalu (voir par exemple Sinor, 1989, Daffinà, 1994, vue synthétique récente également dans Golden, 1992, p. 57-67 et 77-83), le raisonnement de Maenchen-Helfen, s’il vaut très largement d’un point de vue ethnique (les Huns sont formés essentiellement d’un conglomérat de peuples), ne saurait être accepté en termes d’identité politique.
Il semble tout d’abord possible de prouver que le nom est bien identique. En 313 c’est un marchand sogdien écrivant dans le corridor du Gansu qui dans une lettre à un correspondant de Samarcande décrit avec précision les pillages des Xiongnu méridionaux en Chine et les appelle Xwn, nom qu’on doit rapprocher de celui des Huns (Henning, 1948, point concédé par Maenchen-Helfen, 1955, p. 101). Faut-il le rapprocher de celui des Xiongnu (˓χi̯wong ˓nuo) ? Le rapprochement ne pose pas de problème aux spécialistes de phonologie chinoise et surtout on voit mal quelle autre origine on pourrait donner à ce nom, qui est toujours donné comme équivalent de celui des Xiongnu dans toutes ses premières occurrences centre-asiatiques : outre l'Ancienne Lettre sogdienne, il faut aussi citer les traductions bouddhique de Chu Fahu (Dharmarakṣa), un Yuezhi de Dunhuang, qui en 280 traduit le Tathāgataguhya-sūtra (perdu mais dont on a une version tibétaine qui donne Hu-na) du sanskrit en chinois et rend Hūṇa par Xiongnu, puis en 308 fait de même dans sa traduction du Lalitavistara (conservé, Daffinà, 1994, p. 10).
Les Sogdiens connaissaient les Xiongnu depuis l’extension de l’empire de ces derniers à l’Asie centrale occidentale au iie siècle av. J.-C. et on ne peut pas non plus douter de la qualité du témoignage (contra Sinor, p. 179 qui doit présupposer que le nom des Huns est générique, sans se demander pourquoi, et surtout Maenchen-Helfen, 1955 qui tente sans convaincre de rabaisser ce témoignage basé sur des témoins oculaires, en le comparant avec des exemples livresques) : il faudrait de solides raisons pour penser que ce marchand sogdien ou ce moine yuezhi de Dunhuang ne leur ont pas donné leur nom réel, raisons qui pour l’heure n’existent pas.
Mais ces textes n’impliquent pas que les Huns d’Europe ou d’Asie centrale après 350 soit, eux, des descendants des Xiongnu : on peut concevoir que le nom de Xwn ou Huna, exact pour décrire aussi bien les Xiongnu méridionaux qui pillent la Chine du Nord au ive siècle, que les anciens Xiongnu, connus jusqu’en Inde, soit ensuite réutilisé pour des peuples nomades très différents. Plus encore, on possède la preuve de tels usages : en Sogdiane au viiie siècle, les Turcs sont parfois nommés Xwn. Mais ce nom générique n’est pas né de rien, et seule l’hypothèse Xiongnu en rend compte.
Le Wei Shu, reprenant des informations précisément datées de 457, écrit : « Formerly, the Xiongnu killed the king (of Sogdiana) and took the country. King Huni is the third ruler of the line. » (trad. Enoki, 1955, p. 44, « D’abord, les Xiongnu tuèrent le roi [de Sogdiane] et conquirent le pays. Le roi Huni est le troisième souverain de la lignée ») Ceci conduit à placer l’invasion Xiongnu de la Sogdiane dans la seconde moitié du ive siècle. Là encore, il n’y a guère lieu de douter de ce témoignage direct, issu du rapport d’un ambassadeur sogdien. De même, l’onomastique sogdienne des graffitis caravaniers sogdiens du haut Indus utilise fréquemment le prénom ou surnom Xwn, alors qu’il n’existe plus dans les corpus postérieurs (documents chinois de Turfan), ce qui reflète la présence d’envahisseurs Huns en Sogdiane et la fusion des populations (de la Vaissière, 2002, p. 103-113) durant une période précise.
Ceci n’implique pourtant pas encore qu’ils aient été des Huns-Xiongnu, mais au moins qu’ils l’ont prétendu. À partir de l’hypothèse de De Guignes, on a cherché à plusieurs reprises à identifier un mouvement migratoire des Xiongnu en direction de l’Occident. Longtemps, l’épisode cité ci-dessus (l’installation du chanyu Zhizhi près de Talas) a été utilisé en ce sens : on a fait des Xiongnu ayant accompagné Zhizhi à l’ouest les ancêtres des Huns d’Europe. C’est impossible tant les sources chinoises soulignent le petit nombre de ces Xiongnu (Daffinà, 1969, p. 229-230). Même si l’on prend en compte les mentions les plus tardives des Xiongnu septentrionaux au nord des Tian Shan (153 ap. J.-C.), deux siècles les séparent encore de l’invasion de la Sogdiane, tandis que rien ne permet de supposer un mouvement des Xiongnu méridionaux vers l’ouest. Mais il faut alors faire mention d’autres passages du Wei Shu qui parlent de « restes des descendants des Xiongnu » comme des voisins occidentaux d’une branche des Ruanruan, au nord-ouest du Gobi aux alentours de 400 ap. J.-C. (Wei Shu, 103.2290). L’indication n’est pas sans intérêt, car elle implique la survie d’une identité Xiongnu loin au nord, très au-delà du champ de vision des sources chinoises, à l’endroit même où l’on s’attend à trouver des Huns-Xiongnu peu après que l’essentiel de leurs troupes passent pour certains la Volga, et pour d’autres le Syr-Daria, laissant derrière eux ces petits groupes.
Les Huns d’Asie centrale prennent donc consciemment la suite des Xiongnu, s’affirment leurs héritiers et un élément authentiquement Xiongnu a sans doute existé en leur sein, quoiqu’il ait été probablement très minoritaire au sein d’un conglomérat de peuples divers. C’est la seule hypothèse qui en l’état actuel des données, rend compte de tous les faits connus.


Dernière édition par barbaros pacha le Ven 3 Avr 2009 - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:56

yakuza a écrit:
vous prenez meme Dshinigis khan et Attila pour des turcs,un exemple du culte de personne que Kemal a essayé d´introduire pour relever la morale de "l´homme malade"(Halil Gülbeyaz: Mustafa Kemal Atatürk)

et la liste est longue:
Arrow les coréens
Arrow peut aussi les japonais
Arrow je suppose aussi les amérindiens car ilssont originaire de l'asie du nord et ont migré pendant l'âge de glace
...
désolé pour le HS mais ça me démange depuis pas mal de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2009 - 23:58

Raptor a écrit:

et la liste est longue:
Arrow les coréens
Arrow peut aussi les japonais
Arrow je suppose aussi les amérindiens car ilssont originaire de l'asie du nord et ont migré pendant l'âge de glace
...
désolé pour le HS mais ça me démange depuis pas mal de temps.

Pour le Japonais, le Coréen et le Turc, il y a des liens linguistique évidente, le Coréen appartient a la même famille linguistique que le Turc...et ce sont eux trois des langues aglutinante...mais il y a une controverse a se sujet..

Pour les Améridiens, je ne crois pas..


Dernière édition par barbaros pacha le Sam 4 Avr 2009 - 0:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeSam 4 Avr 2009 - 0:00

bof non-sense,que du nationalisme aveugle..

va voir ce qu´en disent les allemands..

Citation :
Er hat er es zweifellos auch als seine Aufgabe angesehen, seinem nach der Kriegsniederlage in gänzlich neuem staatlichen Rahmen zu organisierenden Volk ein Selbstbewusstsein und eine Identität zu vermitteln, ohne die es womöglich keinen annähernd stabilen neuen Staatsverband hätte bilden können. Er ist dabei sehr weit gegangen. Nicht nur, indem er, in glorifizierender Absicht, die Wurzeln des Türkentums in Mittelasien bis auf Attila und Dschingis Khan zurückführte, sondern vor allem, indem er die Lehrmeinung verbreiten ließ, die Türken seien das älteste Volk der Welt, von dem alle anderen Völker direkt oder indirekt abstammten Laughing [11].

il laisse les turques croire que tous les peuples descendent du peuple turc

http://de.wikipedia.org/wiki/Mustafa_Kemal_Atat%C3%BCrk#cite_ref-10
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
Alloudi

messages : 7519
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Première croisade - Page 2 Unbena24Première croisade - Page 2 Unbena26
Première croisade - Page 2 Unbena28Première croisade - Page 2 Unbena25
Première croisade - Page 2 Unbena23

Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeSam 4 Avr 2009 - 7:19

barbaros...tu sais pour un monghols et un croisé a l epoque, mamlouk arabe egyptien ou turc c etait du kif kif...tous des MAHOMETANS pour les croisé et des peuple a asservir pour les monghols!!!

tu vois du turc partout a sahbi Shocked et meme si c est exact, je pense pas que sa sois primordiale de mettre le poin dessus, c est un detail!!!

ont te repete que pendant les croisade, turc Première croisade - Page 2 Icon_sal et arabe on prouvé leur vaillance alors inutile de nous sortir...turc turc a chaque message, c est pas le but du topic,
Revenir en haut Aller en bas
Northrop
General de Division
General de Division
Northrop

messages : 4724
Inscrit le : 29/05/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Première croisade - Page 2 Unbena24Première croisade - Page 2 Unbena10
Première croisade - Page 2 Unbena32Première croisade - Page 2 Medail10

Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeSam 4 Avr 2009 - 12:53

c'est vrai que kemal etait juif???

O sinon je sais que 2% de la pop Turc sont Arabes mais pour la plupart les Turcs viennent de l'Asie(mongolie caucase afghanistan..) et de l'Europe.

_________________
Première croisade - Page 2 75px-m10
الله الوطن الملك
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeSam 4 Avr 2009 - 13:11

Arrow Première croisade Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeSam 4 Avr 2009 - 14:09

Northrop a écrit:
c'est vrai que kemal etait juif???

O sinon je sais que 2% de la pop Turc sont Arabes mais pour la plupart les Turcs viennent de l'Asie(mongolie caucase afghanistan..) et de l'Europe.

[hs]Si Atatürk était juif, et alors?

Pour les Turques, ils sont pour la plupart des Byzantins (Gréco-Romain) islamiser...

Voici les populations qui composent la Turquie:

- Proto-Turcs
- Byzantins
- Perses
- Arabes
- Circassiens
- Assyro-Chaldéens
- Araméens
- Kurdes
- Indiens
- Balkaniques
- Africains (Somaliens, Soudanais, etc..)
- Italiens
- Grecs
- Arméniens
- Russes
- etc..

[/hs]
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
Fahed64

messages : 14671
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :
Première croisade - Page 2 Unbena10Première croisade - Page 2 Unbena13
Première croisade - Page 2 Unbena15

Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitimeSam 4 Avr 2009 - 14:53

On revient au sujet Messieurs, et discutons objectivement de la premiere croisade
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Première croisade - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Première croisade   Première croisade - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Première croisade
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Ma Premiére vraie escale (ile de Fernando Poo)
» Mes premières Dept 56 !! (Lilou)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits à travers l´âge-
Sauter vers: