Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alarmant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Alarmant   Dim 5 Avr 2009 - 11:44

Aujourd'hui le journal espagnol EL PAIS publie un article sur le jihadisme a Melilla et au nord du Maroc.
Je suis vraiment desole' par la traduction mais je vous laisse le link pour si quelqu'un peut faire mieux que moi.
Personelment je crois que des deux cote's de la frontiere il y a un trou securitaire vraiment serieux. Les gens qui ont commit ce crime doivent se croire vraiment en control de la situation...

Citation :
RAPPORT : L'ENFER de FÁTIMA
Dans la secte de la haine

La section Takfir Wal Hijra, la plus radicale et extrême de l'yihadismo, a jeté des racines à Melilla. Fátima, de 18 années, révèle à EL PAÍS comme a été recueillie par ses dirigeants et la haine qu'ils lui ont inculquée. Maintenant il les accuse d'ordonner le meurtre de son fiancé.

Pendant une année, les yeux noir jet de Fátima Mohand Abdelkader n'ont été croisés avec ceux d'aucun homme qui non dehors son père ou le dirigeant de la section Takfir Wal Hijra (Anathème et Exile), qui l'a recueillie et a enseigné dans le quartier musulman du Vallon, l'enfoncement et abandonné de Melilla. Après avoir laissé ses études, il priait dans des maisons abandonnées, éloignée des regards mondains, il habillait de de noir, il couvrait ses cheveux et les méditait être couverts avec le burka pudoroso que son enseignant lui offrait maintes et maintes fois. Ses amis l'avaient déjà fait.

À Fátima, qui avait alors 16 années, il la lui a avalée par la terre. Il s'est enfui de son fiancé et sa famille et a été livrée au service de la section la plus clandestine et radicale de l'yihadismo, celle qui haïr aux musulmans qui ne pensent pas comme eux, celle que celle qu'il permet de voler aux infieles et d'être déguisé pour ne pas réveiller les soupçons des services d'intelligence. Un club restreint et dangereux de la haine qui dispose des ácolitos dans le Vallon et dans le voisin quartier marocain de Farhana, à tir de pierre de la clôture que sépare l'Espagne du Maroc.

Salam Mohand Mohamed, son fiancé et ex membre de la section, a été ce qui est seul capable de lui sortir des griffes des takfiris, le courant à auquel appartenaient Mohamed Atta, le chef de de tu eux suicides de du 11-S, et de plusieurs des auteurs du massacre d'Atocha à Madrid. " choisit. eux ou moi" ; , lui demanda le garçon l'été passé. Fátima a laissé le groupe et à partir d'alors sa vie a été un enfer. " ; J'ai reçu toute classe menaces et pressions pour que je laisse mon fiancé et pour que je retour avec eux" elle admet maintenant.

Le passé 8 juillet, son fiancé Salam a été kidnappé et torturé en Farhana, juste le jour avant que tous les deux s'aillent à Barcelone pour entamer une nouvelle vie et échapper des regards inquisiteurs des membres de la section qui les appelaient " ; musrikin" ; , ceux qui attribuent de la divinité à d'autres outre Dieu. Le cadavre de Salam, de 21 années, a été découvert semidesnudo et a été attaché pieds et mains dans une forêt en Buyafar (Cabo Chico), en territoire marocain. Sa face et genitales étaient brûlés avec feu, selon l'autopsie de l'Institut de Médecine Légale de Melilla. Avec lui un garçon melillense de son même quartier était le corps de Rachid Chaib, qui l'accompagnait. Avait des lésions semblables et un tir dans la tête. Fátima a accuse’ les membres de la secte et dévoile à EL PAÍS les détails de l'endoctrinement à auquel elle a été soumis par les islamistes radicaux.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Alarmant   Dim 5 Avr 2009 - 11:49

Citation :
Le premier contact de Fátima avec la secte qui l'a isolé du monde son quartier propre s'est produit dans le Vallon, le lieu choisi par les groupes salafistas et takfiris pour recueillir à ses acólitos.
Dans ce quartier musulman on lève des centaines de logements illégaux et ils accumulent des enregistrements chômage et échec scolaire. Quelques jeunes vivent de de ce qui est trapicheo et du trafic de hachís. " ; Il me rassemblait avec les enfants plus grands du quartier. J'allais avec mini-jupe et chemisettes de courte douille, mais ont commencé à signaler moi dont il m'aura couverte quand les voir dehors. Ils me disaient : ' ; Tu Es une fille !
Tápate si tu veux venir avec nous' ;. Je leur ai fait cas parce qu'ils étaient mes amis du collège. Elles portaient alors chilaba et hiyab" ;.

Cet été Fátima a reçu l'invitation pour aller avec ses amis à une maison abandonnée. Ils l'ont annoncé qu'illustré allait leur parler de l'islam. " ; Dirigeait la réunion le frère de d'une des filles. Au principe toi ils parlent de de quelque chose bonne bonite et. Ils te parlent de Dieu, de de ce qu'ils attendent de de toi, de de ce qui de de ce qu'il peut te donner. J'avais seulement 16 années et tout cela ma plus"

Les réunions se sont rendues périodiques et les règles ont été claires depuis le premier jour : " ; Il nous demandait. Nous ne pouvions pas demander sur rien mondain, seulement sur des doutes en rapport avec l'islam. Là mo'ils ont lu les normes de base de la section : il ne pouvait pas manger de la viande qui non dehors sacrifiée par eux ; il était interdit écouter de la musique, aller au cinéma ou voir la télévision ; il n'était pas permis de parler ou de surveiller aux yeux d'une personne du sexe opposé, sauf à ton père, à ton frère ou à ton mari. Tes yeux ne devaient jamais être croisés avec les yeux d'un homme. Tu avais que baisser la vue et surveiller au sol ; avais qu'habiller de de noir ou de couleurs obscures, cubrirte la face et utiliser des gants jusqu'aux coudes. Les femmes des membres de la section utilisaient burka et ils nous encourageaient à le mettre"

Fátima a retiré dans une armoire ses chemisettes et mini-jupes installées. " ; J'ai commencé à m'habiller de de noir, bien qu'il ne me couvre ni la face ni les mains. Certain lui ils accomplissaient par tout et d'autres non. Alors éramos six filles, et je la plus petite. Il me sentait bien, il pensait qu'il suivait la vérité, qui rendait quelque chose bon. J'ai laissé les études, bien qu'il ait une illusion de faire le baccalauréat, mais ils n'acceptaient pas qu'il étudie. Cela supposait de se mélanger avec beaucoup de gens et il n'aimaient pas"

Les parants et Salam, le fiancé de Fátima, ont découvert tôt qu'il était tombé dans les griffes des takfiris qui deambulan par les rues en pente du quartier, dans le coeur de Melilla, une ville de 71.000 habitants avec la moitié de la population musulmana. La fille refusait de s'asseoir manger dans sa même table, il dissimulait sa face et il était enfermé dans sa chambre. Il priait cinq fois quotidiennes sur un petit tapis et il ne leur adressait pas le mot. Salam avait appartenu à la section et connaissait l'intérêt de ses dirigeants pour Fátima. " ; Ils la voulaient parce que c'est un jeune très intelligent et ils ont pensé que serait idéale pour recueillir a davantage de gente" ; , admet un jeune du quartier qui il demande se qu'omet son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Alarmant   Dim 5 Avr 2009 - 11:53

Citation :
" ; J'ai cassé la relation avec mon garçon par ces gens. Il était incompatible d'être avec eux et avoir un fiancé. Ils me disaient : ' ; Si tu veux être avec nous, tu as que apartarte de todo' ;. Personne n'est musulman sauf eux. Le monde est divisé des croyants et non croyants, il n'y a pas de juifs ni de chrétiens. Celui qui n'appartient pas à la section c'est un chien. Quand quelqu'un qui n'était pas du groupe passait devant nous, ils murmuraient : ' ; Míralos, sont pire que perros' ;. Au principe il m'appliquait, donc il pensait comme ellos" ; , il reconnaît.

Les takfiris de Melilla et du voisin ville marocaine de Farhana habillent du vêtement occidental, ne portent pas de longues barbes et les utilisent sportives. La clandestinité est l'obsession principale de cette section établie à Melilla de la main d'un Marocain radical qui est apparu dans le Vallon comme tombé du ciel. Un taux qui a disparu la même manière qui est arrivée. Tous les aimants des mosquées melillenses sont marocains, mais les takfiris s'enfuient des mosquées comme de la peste. " ; Ils disent qu'elles sont pleines de mauvais musulmans et surveillées par la policier. Ils haïr aux aimants et ils les appellent corruptos" ; , assure Mohamed, un jeune du quartier.

Fátima ne foulait pas non plus les mosquées du Vallon. Les filles priaient dans la maison abandonnée, et les garçons, dans la montagne pendant la nuit et sans témoin. Toujours séparés. Des hommes et des femmes ne peuvent pas ensemble prier. " ; Ils étaient seulement mis chilabas quand ils priaient à à des dissimulées. Ils devraient les utiliser, mais habillaient à l'inverse. Un jour je leur ai demandé : Demandez-vous que nous mettions-nous le burka et habillez-elles comme voulez-vous ? ET ils m'ont répondue : ' ; Nous le faisons pour que nous ils ne suivent pas la piste, pour que la policier ne se fixe pas en nosotros' ;. Mais ses courts pantalons, parfois, les exposent : " ; Ils disaient qu'ils ne peuvent pas baisser de de ce qui est tobillos. Qui plus longs sont impures"

Les premiers livres qu'a reçus Fátima traitaient sur la femme : la femme en maison, la femme avec le mari, les devoirs de la femme. Un compendium en apparence illustré soumission et vexation absolue envers les femmes. " ; Son message était résumé dans lesquel il peut être maltraité à la femme, elle peut être frappé, mais jamais dans la face ni dans les mains. Ils me parlaient d'une femme sumisa que non reproduction, qui ne répond jamais à son mari. La liste de punitions envers la femme était innombrable. Un jour je me suis rebellé et je leur ai dit : ' ; je ne me laisse tabasse’ par personne"

L'Iraq et l'Afghanistan étaient le fil conducteur de beaucoup de conversations clandestines : " ; Si nous allions réellement hommes, là nous aidons à nos hermanos" ; , ils répétaient parfois devant les femmes. " ; De l'yihad ils parlaient moins dans notre présence parce qu'ils ne s'fiaient pas. Nous ne pouvions pas juger sur le nada" se rappelle Fátima.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Alarmant   Dim 5 Avr 2009 - 11:57

Citation :
Le jeune est passé de la soumission à la rebeldía. Son fiancé la réclamait et ont commencé à être vu en secret. " ; Nous nous voyions à à des dissimulées. Jamais il ne me reprenait en maison, mais ils nous ont découvertes tôt et ont commencé les critiques. ' ; Tu es retourné avec ce traître ; nous t'avons vue baisser de leur voiture. Tu n'as pas vergüenza' ;. Je mentais et negaba" ;. Il leur tracassait plus parce que Salam on était allé de la section et il était porté maintenant à un de ses partisans plus fidèles et prometteurs, affirment plusieurs personnes de l'environnement de la paire. " ; Ils sont takfiris, celui qui entre déjà à son groupe non sale" ; , assure Mohamed, un jeune du quartier qui assure les connaître.

Fátima a décidé de couper avec la section. Qu'est-ce que passe avec Fátima qui ne vient pas ? Est malade ? Quelqu'un sait où arrête-t-il ? Les questions des chefs de la section ont couru de bouche en bouche aux deux côtés de la frontière, spécialement sous les burkas quelques amis et de compagnons de collège du jeune melillense qui avaient contracter mariage avec des membres du groupe. " ; Ont commencé les bruits que nous nous allions à Barcelone à maison de la mère de Salam. Nous voulions s'aller pour échapper de ces gens et du Vallon. Nous avons fait des démarches pour se marier civilement"

Le juillet passé, Fátima et son fiancé, Salam, ex membre de l'Armée, causaient convenus dans la porte de sa maison. Elle avait habillé à nouveau avant comme, il n'était pas déjà couvert, et portait des semaines éloignée de la section. Deux takfiris ils sont passés en voiture et ils leur ont lancé des regards inquisiteurs. Salam a dit à Fátima : " ; ils te surveillent tes amis ! " ;. Peu ensuite, un bruit a annoncé la réception d'un message : " Tu nous met en ridicule avec ton attitude. Nous nous avons honte de toi" disait le texte.

Le 8 juillet, Salam est apparu en maison de Fátima. Le garçon était passé la semaine en préparant son Volkswagen Golf VR6 de cristaux teints. Ils lui excitaient les voitures et les voulait l'avoir à point pour leur marche à Barcelone. " ; Veux-tu un casse-croûte ? " ; , il lui a demandé Fátima. " ; Je N'ai pas un ordre qui faire en Farhana. Ils ont appelé pour m'aller reprendre un argent et ils m'offrent 4.000 EURO de comisión" ;. L'ordre, selon la version de Fátima, il avait été fait un membre de la section avec lequel Salam gardait encore une certaine relation depuis l'époque où il a appartenu au groupe. Ils lui ont dit qu'ils ne voulaient pas le passer parce qu'ils pouvaient être controle’ par la policier.

" J’etais surprise qu’ils l'appellent. Je lui ai dit que non dehors, que la lui allaient jouer, qui était un piège. Je les connaissais très bien. Il est resté en pensant et il m'a répondue qu'il ne me préoccupe pas, qui avait pensé être porté à son Rachid amical pour qu'il l'accompagne, mais qui ne va pas. Qui à aux onze H de la nuit dîne à nouveau avec moi. Il a été monté à la voiture et on a été. Je ne me suis jamais imaginé qu'il ne le voit pas à nouveau más" ; , on regrette Fátima.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Alarmant   Dim 5 Avr 2009 - 12:02

Citation :
L’enquete policière dans les deux pays a crédité que Salam et son Rachid amical, un garçon de 21 années en chômage, ont baissé sur les huit heures de l'après-midi du 8 depuis le quartier jusqu'à un stationnement proche à la frontière. Ils ont là laissé le véhicule et sont passés en marchant au Maroc. Une voiture les a repris et a porté au quartier de Farhana, où ils ont été torturés jusqu'à mourir dans un logement qui n'a pas été localisé encore. Une semaine plus tard sont apparus ses corps seminues dans une forêt proche à la frontière espagnole, avec la route qui unit Mariquari et Yassine. Les deux jeunes étaient attachés pieds et mains. Les gendarmes marocains ont trouvé à 16 kilomètres la chemise et ce qui est chándal de Salam. " ; Ils avaient creusé une tombe pour les enterrer et il ne leur a pas donné du temps. Ils les ont montés dans une voiture et ils ont jeté comme à des chiens dans la foret" ; , rapporte Abdesalam, de 48 années, le père de Salam, un peintre melillense en chômage.

Les autorités marocaines ont transféré les cadavres à l'hôpital Hassani de Nador, où par ordre judiciaire ils ont été faits une autopsie. Un cousin de Salam l'a reconnu par une en suspens qu'il portait dans l'oreille. Sa face était totalement desfigurado par le feu. " ; Nous ne savons pas s'ils l'ont fait avec un produit chimique ou avec un feu. fils le ont aussi brûlé ses parties. Ils ont dû souffrir muchísimo" ; , il dit Abdesalam tandis qu'il exhibe le dernier rapport légiste. Les familles Salam et de Rachid ont demandé une seconde autopsie privée au Maroc. Les corps sans embalsamar ont traversé la frontière dans deux caisses et en mauvais état de conservation, comme il signale la troisième autopsie de l'Institut de Médecine Légale de Melilla. Le rapport décrit son avancé état de putréfaction et affirme que les ont reçus entourés dans des feuilles et une matière plastique bleue scellée. Les médecins établissent leur décès entre les 8 ou 9 juillet.

Abdelasam reconnaît que son fils l'a admis qu'il allait croiser la frontière du Maroc pour passer de l'argent, et assure qu'il l'a averti du risque. " ; Ten veillé. Ne passez pas dans ta voiture, toi ils ne vont pas mettre de la drogue et ayez un lío" ; , je l'ai dit. " ; Il avait besoin de l'argent pour aller à Barcelone avec sa fiancée et ils lui ont mis le crochet. Tout le monde dans le quartier savait qu'un bon gamin et quelque chose timide était. Un garçon qui a été jamais mis dans aucun problème. Son rêve était d'entrer dans un certain corps policier, mais a laissé l'Armée parce qu'un capitaine problématique lui est retourné fou. J'essayais de le mettre dans les oeuvres où j'ai travaillé, mais comme il ne sortait rien, nous le maintenions entre tous" ; · " ;

Il n'avait pas un sou. Il lui prêtait del'argent pour jeter essence. Les gens qui sont dans la drogue le manie de l'argent, et jamás" ; , il assure son Samir amical, de 23 années, militer. Rachid, de 33 années, serveur, souligne que son Salam premier ne se déplaçait pas dans le monde de la délinquance. " ; Je lui ai donné de l'argent pour la carte de conduire. Il allait de maison en maison pour être mangé un casscroute" ;.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Alarmant   Dim 5 Avr 2009 - 12:07

Citation :
Le père de Salam et d'autres parents tendent aussi aux takfiris de Farhana et le Vallon comme responsables du décès de son fils. " ; Il a été avec eux pendant un temps. Ils lui ont mangé la noix de coco. Il ne mangeait pas avec nous, il ne nous parlait pas. Il ne voyait pas la télévision ni écoutait la radio. Tout était péché. Il pouvait seulement manger des animaux sacrifiés par eux. J'ai dû envoyer à Barcelone pour l'éloigner de ces gens. Ce groupe soutient les massacres, il les favorise et prient ensuite comme si rien. Pour moi cela est incompatible. On suppose que la religion est contraire au terrorisme. Mais pour eux il est différent. Si moi ne penses pas comme, je t'enlève de d'au milieu, celui-là est sa devise. Peut-être mon fils savait quelque sur eux" ;

La famille de Rachid Chaib, le garçon qui accompagnait Salam, pense égal. Rachid avait travaillé pendant deux années dans un restaurant en Allemagne et venait de retourner à Melilla. Sa maison est à cinq minutes de de celle de Salam, et les femmes se en chercher une photo du garçon pour le journaliste.
Son frère Mohamed, de 30 années, employée dans une cordonnerie de Melilla, le résume ainsi : " ; Ils ont envoyé à Farhana pour tomber dans un piège. Eux ils ont tué le même par jour qui ont été. Un décès obéit ainsi seulement à une vengeance. nous savons tous qui l’a fait" ;. Chaib, son père, de 78 années, militaire retraité et ex dans le Régiment Régulières de nombre 2, affirme avec de légers mouvements de tête. " ; Je lui assure qu'ils étaient de bons chicos" ; , il dit en faible voix.

Dans le centre de la ville, à 10 minutes en voiture du Vallon, le Service d'Information de la Garde Civile de Melilla fait des recherches sur disparition des deux jeunes. Ils ne peuvent pas étudier dans les meurtres parce qu'ils ont été commis au Maroc, mais par ordre judiciaire ils ont pris une déclaration des parents, à amis et à voisins du quartier musulman. Des sources proches à la recherche assurent que les lignes de travail se centrent le groupe islamiste et sur le terrain de la délinquance. " ; Toutes les deux ouvertes, incluent la sentimental" ; , ils nuancent. Quelques témoignages indiquent qu'un des takfiris était rendue de Fátima, la fiancée de Salam.

A Nador (Maroc), Wariachi, substitut du fiscal du roi, dirige la recherche des meurtres et l'essaye d'accumuler des essais. Il y a plusieurs jours il a admis à des représentants du consul espagnol Fernando Sánchez qu'il n'y a pas des témoins. " ; Il leur manque des essais concrets pour arrêter quelqu'un. Ils ont seulement sospechas". ils disent dans le consulat, face auquel se sont montrés les parents des victims.

Fátima est en traitement psychiatrique, travaille dans Burger King, perçoit 745 EURO au mois, et consacre toutes ses énergies à demander de la justice et la dénoncer à auxquels il considère des responsables du décès de son fiancé. " ; Ils ont dit à la Garde Civile qu'ils connaissent à Salam de vue, mais le lui ils avaient prié à la montagne plusieurs fois, une fois, à à Malaga, et à une autre, au Maroc. Ils rendaient campées qui duraient plusieurs jours comme si elles étaient retirés au monde rural. Comment peuvent assurer que ne connaissent-ils pas ? Quand nous nous informerons de duquel ils étaient morts, j'ai parlé avec un de d'eux et je l'ai dit : ' ; Je sais que vouz l’avez tue’' ;. Il s'est sentit touché, il a commencé et m'a répondue : ' ; Si tu m’incrimine, je m’en chargerai de toi. Je passerai 30 années dans la prison, mais je me chargerai de te faise dissparaitre. Pourquoi pleures-tu par ce traître ? Toi ils ont fait une faveur" ;. Les takfiris de ce quartier n'ont pas travail connu. " ; Ils volent et traitent avec drogues" accuse Abdesalam.

Durant les dernières années, plusieurs maisons du quartier ont été vole's. Quand ses propriétaires sont retournés, ils ont trouvé le téléviseur dans la baignoire pleine d'eau. " ; Tous nous pensions qu'ils étaient. Ils prêchent qu'il peut être volé à à eux non croyants. Quelle classe d'islam est celui-là ? " se demande Rachid.
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Alarmant   Dim 5 Avr 2009 - 13:21

Il y a un proverbe marocain qui dit "illi hfar chi hafra taïteh fiha" (Celui qui creuse un trou finit par tomber dedans)
Les occidentaux et les régimes arabes ont joué les islamistes contre les marxistes, ensuite les salafistes contre les autres courants islamistes, beaucoup moins obscurantistes. Et voilà le resultat...
Les salafistes ne fuient pas les mosquées à cause de la police, mais plutôt les autres courants islamistes qu'ils n'ont pas les moyens intellectuels d'affronter. Le pire pour eux, c'est un débat avec les autres islamistes auquel assisteraient leurs "recrues".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alarmant   Lun 6 Avr 2009 - 0:24

Leo Africanus a écrit:
Aujourd'hui le journal espagnol EL PAIS publie un article sur le jihadisme a Melilla et au nord du Maroc

Arrow je préfère le mot terrorisme, le jihad n'a rien à voir avec le terrorisme, c'est ''la guerre sainte''. ce dont tu parle c'est le terrorisme, connu par tout le monde par ce terme, sauf quand il s'agit de musulman on a tendance à dénigrer l'islam en utilisant le terme jihad'' ou ''jihadisme'' pour dire terrorisme.

Arrow Mellilia c'est aussi le nord du maroc, ce n'est certainement pas le sud de l'espagne. y a la méditerrannée au milieu, à moins qu'il y ait d'autre carte du monde que je ne connais pas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Alarmant   Lun 6 Avr 2009 - 10:03

La raison pour la quelle j'ai poste' cet article et j'ai nomme' le sujet "alarmant" c'est pas pour ouvrir quelquonque polemique sur Ceuta et Melilla mais le fait qu'un tel crime a ete commit dans une region ou, selon les informations que j'ai put trouver, ne sont que des petits villages ou tous le monde connait tous le monde, ou les familles des victimes sont entrain de pointer de doit les possibles coupables mais il n y a eu aucune interpelation judiciaire.
Revenir en haut Aller en bas
armeknes
Caporal
Caporal


messages : 116
Inscrit le : 20/03/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Alarmant   Lun 6 Avr 2009 - 10:42

Raptor a écrit:
Leo Africanus a écrit:
Aujourd'hui le journal espagnol EL PAIS publie un article sur le jihadisme a Melilla et au nord du Maroc

Arrow je préfère le mot terrorisme, le jihad n'a rien à voir avec le terrorisme, c'est ''la guerre sainte''. ce dont tu parle c'est le terrorisme, connu par tout le monde par ce terme, sauf quand il s'agit de musulman on a tendance à dénigrer l'islam en utilisant le terme jihad'' ou ''jihadisme'' pour dire terrorisme.

Arrow Mellilia c'est aussi le nord du maroc, ce n'est certainement pas le sud de l'espagne. y a la méditerrannée au milieu, à moins qu'il y ait d'autre carte du monde que je ne connais pas Wink

Rien à-dire Raptor,réponse bien placée,Bravo..!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alarmant   Aujourd'hui à 21:05

Revenir en haut Aller en bas
 
Alarmant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A deux ans, tout le monde est "méchant"!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: