Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Iran vs Israel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Ven 20 Avr 2012 - 23:29

inanc a écrit:
Je mets une petite pièce sur Syrie-Irak-Iran pour l'itinéraire.



La Turquie doit être neutre, qu'ils se mangent entre eux. On doit pas participer à cette future guerre, même s'il y a provocation.
Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3062
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Sam 21 Avr 2012 - 7:44

Moi je met un gros billet pour un survole de l'espace aérien turc.
J'irais plus loin en disant que ce que l'on voit sur l'image n'est en en fait qu'un seul scénario.

_________________
L'homme sage est celui qui vient toujours chercher des conseils dabord, des armes on en trouve partout.

feu Hassan II.

http://www.youtube.com/watch?v=AbjNQ_5QvgQ
Revenir en haut Aller en bas
tshaashh
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1305
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Canada
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Sam 28 Avr 2012 - 19:10

Associated Press

Citation :


Yuval Diskin, Israel Former Intel Chief, Slams Netanyahu's Iran Stance

JERUSALEM — The former head of Israel's Shin Bet security agency has accused the country's political leaders of exaggerating the effectiveness of a possible military strike against Iran, in a striking indication of Israel's turmoil over how to deal with the Iranian nuclear program.

Yuval Diskin said Prime Minister Benjamin Netanyahu and Defense Minister Ehud Barak – who have been saber-rattling for months – have their judgment clouded by "messianic feelings" and should not be trusted to lead policy on Iran. Diskin, who headed Shin Bet until last year, said a strike might actually accelerate the Iranian program.

Iran says its nuclear program is for peaceful purposes. Israel, like the West, believes that Tehran is developing weapons technology, but there is intense debate over whether international economic sanctions accompanying the current round of negotiations might prevent Iran from developing a bomb, or whether at some point a military strike should be launched.

Diskin's comments deepened the sense that a rift is growing between the hawkish Netanyahu government and the security establishment over the question of a strike.

In Israel, security figures carry clout well into retirement. Although they frequently pursue political careers, Diskin had been seen as relatively apolitical, perhaps lending his words even greater weight.

"I don't have faith in the current leadership of Israel to lead us to an event of this magnitude, of war with Iran," Diskin said at a public meeting Friday, video of which was posted on the Internet the next day and quickly became the lead news item in Israel.

"I do not believe in a leadership that makes decisions based on Messianic feelings," he continued. "I have seen them up close. They are not messiahs, these two, and they are not the people that I personally trust to lead Israel into an event."


Diskin said it was possible that "one of the results of an Israel attack on Iran could be a dramatic acceleration of the Iran program ... They will have legitimacy to do it more quickly and in a shorter timeframe."

Spokesmen for Netanyahu and Barak both refused comment on the issue.

Further complicating the picture is the widely held belief that Israel's threats are actually a bluff of historic proportion and that indeed they have been effective in compelling the world to boycott Iranian oil and isolate its central bank.

From that perspective, criticism such as Diskin's, based on a literal approach, could be presented as simplistic and damaging.

Israeli security officials have taken issue with the political leadership on several issues: whether sanctions will make a strike unnecessary, whether a strike will be militarily effective, and whether Israel should strike unilaterally if it cannot gain American approval.

Diskin's speech came days after the country's current top military commander, Lt. Gen. Benny Gantz, also seemed to disagree with the country's leadership on the likelihood that Iran will pursue a nuclear weapon.

Gantz told The Associated Press this week that Iran is seeking to develop its "military nuclear capability," but that the Islamic Republic would ultimately bow to international pressure and decide against building a weapon. The key to that pressure, he said, were sanctions and the threat of a military strike.

One of the first criticisms voiced by a security figure came last summer from Israel's recently retired spy chief Meir Dagan. He called a military strike against Iran's nuclear program "stupid." Dagan, who headed the Mossad spy agency, said an effective attack on Iran would be difficult because Iranian nuclear facilities are scattered and mobile, and warned it could trigger war.

Other senior figures with security backgrounds have questioned whether Israel should act alone, as Netanyahu insists the country has a right to do.

Last month Shaul Mofaz – a former military chief and defense minister who has since been elected head of the opposition Kadima Party – said the threats of an imminent military strike are actually weakening Israel. Mofaz, who was born in Iran and moved to Israel as a child, said Israel "is not a ghetto" and that despite its military might must fully coordinate with the U.S. on any plan to strike Iran.

Dan Halutz, who led the military from 2005 to 2007, also criticized Netanyahu last month for invoking Holocaust imagery in describing the threat posed by a nuclear-armed Iran. "We are not kings of the world," Halutz said. "We should remember who we are."

A recent poll suggested the public agrees. The survey, conducted by the Israeli Dahaf agency for the University of Maryland, said 81 percent of Israelis oppose a solo attack on Iran. At the same time, it said two-thirds of Israelis would support military action if coordinated with Washington. The poll, released last week, questioned 500 Israelis and had a margin of error of 4.3 percentage points.

In a recent report the U.N. nuclear agency found Iran continues to enrich uranium – a key step toward developing a bomb. Although few in Israel would dispute that a nuclear-armed Iran is an existential threat, debate has revolved around the cost-benefit analysis of an attack.

On the cost side is the possible retaliation, in the form of Iranian missiles as well as rocket attacks by Iranian proxies Hezbollah and Hamas on its northern and southern borders. Especially daunting is the prospect of sustained missile strikes on Tel Aviv, a bustling business and entertainment capital whose populous is psychologically ill-prepared for a homefront war.

It also would likely cause oil prices to skyrocket at a time when the global economy is already struggling – risking a new recession for which Israel would absorb much if not most of the blame. Some also fear that Iran might attack American targets in response to any Israeli strike – a scenario that could directly influence the outcome of this fall's U.S. presidential election.



_________________
Citation :
One should then look at the world of creation. It started out from the minerals and progressed, in an ingenious, gradual manner, to plants and animals. [...] The animal world then widens, its species become numerous, and, in a gradual process of creation, it finally leads to man, who is able to think and to reflect. The higher stage of man is reached from the world of the monkeys, in which both sagacity and perception are found, but which has not reached the stage of actual reflection and thinking. At this point we come to the first stage of man after (the world of monkeys). This is as far as our (physical) observation extends.


Ibn Khaldoun, Al Mouqaddimah (1377 - Franz Rosenthal translation), Ch.1
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21633
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Mar 22 Mai 2012 - 16:12

Citation :
Israël très sceptique sur un accord entre l'Iran et l'AIEA


JERUSALEM - Israël est très sceptique sur l'accord que doivent conclure prochainement l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et l'Iran pour résoudre les questions en suspens sur le programme nucléaire controversé de Téhéran, a indiqué mardi un haut responsable à l'AFP.

Nous sommes très sceptiques sur cet accord apparent entre l'AIEA et l'Iran. Nous avons vu comment des accords passés entre l'AIEA et l'Iran étaient violés de manière flagrante par l'Iran, a-t-il affirmé sous le couvert de l'anonymat.

Cet accord apparent avec l'Iran ne traite que de la supervision de l'AIEA mais pas de la question la plus importante: empêcher l'Iran de développer une arme nucléaire, a-t-il souligné, réitérant les exigences du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu: que l'Iran arrête tout enrichissement (d'uranium, NDLR), livre tout le matériau enrichi et démantèle le site près de Qom.

Le directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano, a fait part mardi d'un accord qui serait prochainement signé entre l'agence et l'Iran sur une approche structurée concernant le programme nucléaire de Téhéran, au retour de sa première visite en Iran.

Le négociateur iranien sur le nucléaire Saïd Jalili a précisé que les différences existantes ne seraient pas un obstacle à l'accord, a ajouté M. Amano, qui ne s'est pas étendu sur ces différences.

La chose importante est que j'ai pu parler directement aux dirigeants en Iran et nous comprenons mieux nos positions mutuelles, a-t-il souligné.

Cette annonce intervient à la veille d'une importante réunion sur la question à Bagdad entre les représentants iraniens et le groupe dit 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne, plus l'Allemagne).

Une grande partie de la communauté internationale soupçonne l'Iran de vouloir, sous couvert de programme nucléaire civil, se doter de la bombe atomique, ce que dément Téhéran.

Israël, considéré comme l'unique puissance nucléaire de la région, un statut sur lequel il maintient l'ambiguïté, présente le programme nucléaire iranien comme une menace pour son existence, se référant aux déclarations répétées des dirigeants de la République islamique souhaitant ou prédisant sa disparition.

Les principaux responsables israéliens, M. Netanyahu en tête, agitent périodiquement la menace d'une opération militaire, exprimant leurs doutes sur l'efficacité des sanctions contre Téhéran, a contrario de l'administration américaine.


(©AFP / 22 mai 2012 15h03)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21493
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Lun 25 Nov 2013 - 20:52

Citation :
  Israël : prendre l’Iran à revers  



Les dirigeants israéliens préparent un plan pour nouer une alliance avec plusieurs pays situés à proximité de l’Iran en vue de créer un «environnement régional hostile» contre Téhéran et son programme nucléaire.

Parmi les Etats qui pourraient prendre part à cette opération figurent la Géorgie, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, le Turkménistan, qui entretiennent de bonnes relations avec l’Etat hébreu.

Les responsables israéliens comptent, notamment, utiliser les promesses non-tenues d’assistance économique de l’Iran à ces pays pour les convaincre tout en leur proposant une coopération «élargie». Ces cinq pays pourraient ainsi recevoir des informations des services de renseignements israéliens sur les cellules implantées par les Gardiens de la Révolution et le Hezbollah sur leur territoire.

Israël propose également une assistance pour repérer les islamistes radicaux de certains de ces pays enrôlés dans les rangs des rebelles syriens liés à la mouvance Al-Qaïda, qui retournent ensuite chez eux après avoir suivi un entraînement militaire et une formation idéologique intense, susceptibles de constituer une menace de déstabilisation pour les autorités en place.

Les diplomates israéliens ne manquent pas de souligner auprès de leurs interlocuteurs les dangers que représente un possible retour en force de la Russie en Asie centrale et dans le Caucase, au moment où les Etats-Unis semblent décidés à réduire leurs activités dans ces régions. Pour compléter le tout, Israël a l’intention de promouvoir une plus étroite coopération dans les secteurs de la santé, de l’énergie et de l’agriculture.

http://www.ttu.fr/israel-prendre-liran-a-revers/  
Revenir en haut Aller en bas
Gloire
1ere classe
1ere classe
avatar

messages : 52
Inscrit le : 13/09/2014
Localisation : Clermont
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Sam 13 Sep 2014 - 22:00


_________________
[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
Gloire
1ere classe
1ere classe
avatar

messages : 52
Inscrit le : 13/09/2014
Localisation : Clermont
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Sam 13 Sep 2014 - 22:07

http://www.chaos-controle.com/archives/2013/10/16/28215293.html a écrit:
Il y a quelques années nous avons parlé de la Libye,aujourd'hui le monde s'inquiète pour la Syrie.De plus en plus sont les massacres de civils innocents, des scènes d'enfants empoisonnés longtemps en proie aux intérêts stratégiques internationaux. La phase de la guerre froide semblait être surmontée, et pourtant ce sont précisément ces deux blocs qui risquent de s'affronter dans une guerre terrible dont la Syrie serait l'étincelle de cette horrible guerre mondiale dont tout le monde parle.

D'une part, la plus grande puissance occidentale, celle des États-Unis jointe à Israël , prêt à financer et soutenir par tous les moyens les "rebelles syriens", dans un même jour qui sont capables de crimes atroces faisant des massacres parmi la population et de publier des photos avec des têtes coupées et des coeurs arrachés, des victimes qui refusent de se battre à leurs côtés.

L'autre bloc est une Russie de plus en plus déterminé à défendre la position du président syrien Bachar Al-Assad. Dès le début, il y a eu plusieurs opinions sur ce qu'on appelle "la crise syrienne" nous avions vu quand elle a divisée le sommet du G8 à Enniskillen en Irlande du Nord. A cette occasion, en effet, la question de l'approvisionnement militaire a laissé sceptique même en Europe, tandis que les Américains, préoccupés par la présence de la milice du Hezbollah aux côtés Assad, a insisté pour faire porter le chapeau des armes chimiques à l'armée syrienne.

S'il est vrai que la Russie a ses propres intérêts en Syrie mais ne veut pas voir une deuxième Libye, voyant le complot du "nouvel ordre mondial" arrivé prés de chez eux,une fois de plus Vladimir Poutine a vu juste en prouvant que les «rebelles» par l'envoi d'images et de vidéos satellites russes à l'ONU où il est démontré que les armes chimiques lancées en Syrie responsable de la mort d'environ 1.300 personnes, appartenant aux groupes terroristes et rebelles manipulés par la CIA et financés d'une part par le duo Qatari-Saoudite.

L'objectif serait la création d'un Nouvel Ordre Mondial, un monde fait d'une énorme masse d'individus tout de même (sous le prétexte de «droits civils» si chère à ceux qui refuse de regarder au-delà des apparences) et prêt de se soumettre à la volonté de quelques-uns, de la finance et de la logique de marché.Un projet, pour la Syrie, qui aurait eu ses origines peu après les attaques contre les «Twin Towers» à New York, comme l'a déclaré le général américain Wesley Clark.

Aujourd'hui, cependant, la Syrie n'est pas seul.D'une part, elle peut se vanter de l'aide d'une Russie qui permettra de renforcer sa présence dans le bassin méditerranéen, comme annoncé par le colonel Leonid Ivashov, président de l'Académie russe des problèmes géopolitiques, après que la décision du Pentagone d'envoyer le navire de guerre USS Mahan dans le même secteur.

D'autre part, en plus du Hezbollah chiite libanais, il y a aussi le soutien de l'Iran qui enverra au moins 4.000 gardiens de la révolution en Syrie pour soutenir l'armée d'Assad."Nous sommes très préoccupés - a dit Abbas Araghchi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie et nous condamnons fermement l'utilisation de ces armes. Il ya des preuves qui condamnent les groupes terroristes pour commettre de tels actes ".

"Nous rejetons et condamnons les menaces américaines de lancer une agression contre la Syrie" Nicolas Maduro, président du Venezuela , a déclaré aussi que Barack Obama se prépare à une guerre au Moyen-Orient, un conflit qui va affecter le monde entier.

Source : Terrarealtime(italien)

_________________
[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
Gloire
1ere classe
1ere classe
avatar

messages : 52
Inscrit le : 13/09/2014
Localisation : Clermont
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Sam 13 Sep 2014 - 22:09


_________________
[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
Gloire
1ere classe
1ere classe
avatar

messages : 52
Inscrit le : 13/09/2014
Localisation : Clermont
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Sam 13 Sep 2014 - 22:12

http://fr.ria.ru/presse_russe/20130808/198961047.html a écrit:
Le nouveau président iranien Hassan Rohani a dit être prêt à s'entendre sur son programme nucléaire avec les six médiateurs internationaux, écrit jeudi 8 août le quotidien Kommersant.

Néanmoins, Israël ne partage pas l'enthousiasme de l'Occident concernant les changements à Téhéran. Tel-Aviv est persuadé que la politique nucléaire de l'Iran restera inchangée avec le nouveau président. Dans ce sens, les experts estiment que la décision d'engager une opération militaire contre l'Iran pourrait être prise dans les prochains mois, car Téhéran s'approche rapidement de la "ligne rouge" fixée par Israël.

"L'Iran a suffisamment de volonté politique pour chercher une solution au conflit en sauvegardant les intérêts nationaux et les droits du peuple iranien", a déclaré Rohani lors de la première conférence de presse après son investiture concernant l'avenir des négociations avec les six médiateurs internationaux (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l'Allemagne). Selon lui, le dialogue reprendrait immédiatement après l'approbation de la nouvelle composition du gouvernement iranien, mais à condition de voir la "bonne foi des interlocuteurs".

De cette manière, Téhéran fait allusion à l'assouplissement des sanctions internationales, notamment celles qui ont été adoptées par le congrès américain à la veille de l'investiture de Rohani. Les Etats-Unis disent que la balle est dans le camp iranien et exigent de Téhéran de tenir ses engagements internationaux, en donnant avant tout l'accès de ses sites nucléaires aux inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Ainsi, la situation autour du programme nucléaire iranien continue à rappeler le tir à la corde, mais le changement de rhétorique avec l'arrivée de Rohani inspire un certain optimisme aux médiateurs. La haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères Catherine Ashton compte sur un règlement rapide du problème iranien, et Moscou perçoit dans la position de Téhéran un "véritable intérêt pour le progrès".

Cependant, Israël ne partage pas cet enthousiasme. D'autant que dans son discours d'investiture, Rohani a attaqué Israël en le qualifiant de " blessure infligée au corps du monde musulman".

"Le président Rohani a montré son véritable visage plus tôt qu'on ne s'y attendait", a déclaré à ce sujet le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Toutefois, il s'abstient pour l'instant d'employer une rhétorique belliqueuse en cédant à la pression des USA qui continuent à préférer la tactique des sanctions.

Selon les experts, les autorités israéliennes sont toujours face au même dilemme : agir seules contre l'Iran ou attendre des garanties de la part des USA. "Les chances du soutien américain, vu les manœuvres diplomatiques de Rohani, deviennent de plus en plus faibles, et la probabilité d'être condamné par la communauté internationale en cas d'opération unilatérale devient plus grande pour la même raison", a expliqué l'expert israélien de l'Iran David Menashri.

"Rohani est un homme souriant et intelligent, et il n'y aura pas de scandales comme à l'époque d'Ahmadinejad, estime Evgueni Satanovski, président de l'Institut du Proche-Orient. L'Occident pourra parler de succès diplomatiques, et l'Iran pourra continuer à fabriquer sa bombe nucléaire."

Selon une source du ministère israélien des Affaires étrangères, il existe actuellement dans l'establishment politique du pays un "solide consensus concernant la "ligne rouge" pour l'Iran, au-delà de laquelle Israël lancera une opération militaire quoi qu'il en soit". Selon les experts, l'Iran pourrait franchir cette "ligne rouge" d'ici quelques mois – pour cela il lui suffirait d'enrichir jusqu'à 20% 60 kg d'uranium.

_________________
[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4474
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Mar 17 Fév 2015 - 2:02

Entretien avec Jean Bricmont : Bibi crée la polémique aux Etats-Unis sur le nucléaire iranien

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4474
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Ven 6 Mar 2015 - 22:54

Netanyahou au congrès américain "la plus longue fellation jamais faite à un juif..."

Jon Stewart dixit

Un scandale peut en cacher un autre! Eb effet, Le plus fort dans cette histoire, c'est que seul un journaliste juif peut se permettre une telle charge sans risquer sa carriere.

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
pyromane
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1368
Inscrit le : 22/06/2011
Localisation : Ailleurs
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Iran vs Israel   Mar 25 Aoû 2015 - 14:08

Citation :

Ehud Barak révèle trois attaques avortées contre l’Iran

L’ex-ministre israélien de la Défense Ehud Barak a affirmé que trois projets d’attaques contre l’Iran soutenus par lui-même et le chef du gouvernement Benjamin Netanyahu avaient été bloqués par l’armée.

Ministre de la Défense de 2009 à 2013, Barak a déclaré à la Deuxième chaîne de télévision privée que des plans d’attaque avaient été mis au point entre 2009 et 2010 et approuvés par lui-même et Netanyahu mais que la réponse du chef d’état-major de l’époque, le général Gabi Ashkenazi, « n’avait pas été positive ».

L’année suivante, le nouveau chef d’état-major, le général Benny Gantz, a expliqué aux dirigeants politiques que les possibilités d’une attaque existaient mais a mis en garde contre « les risques », a poursuivi Barak dans cet entretien dans la nuit de vendredi à samedi.

Les réserves des militaires ont convaincu Moshe Yaalon, actuel ministre de la Défense et ministre des Affaires stratégiques de l’époque, et Yuval Steinitz, alors ministre des Finances et actuel ministre des Infrastructures, a-t-il ajouté.

Le refus de Yaalon et de Steinitz, qui faisaient partie des huit membres du cabinet de sécurité restreint, a privé Netanyahu de la majorité nécessaire pour aller de l’avant, a ajouté Ehud Barak.

En 2012, Israël a eu une nouvelle occasion d’attaquer l’Iran, mais elle n’a pas été exploitée car elle devait « avoir lieu au même moment que d’importantes manœuvres militaires avec les Etats-Unis, ce qui risquait d’embarrasser Washington et de donner l’impression que les Américains étaient directement impliqués dans l’attaque », a-t-il poursuivi.

L’ancien Premier ministre Ehud Olmert a accusé en 2013 son successeur Benjamin Netanyahu d’avoir dépensé près de 3 milliards de dollars pour les préparatifs d’une attaque contre l’Iran qui n’a finalement pas eu lieu.

Depuis des années, Benjamin Netanyahu agite la menace de recourir à « l’option militaire » pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. Il s’oppose, comme une grande majorité de la classe politique israélienne, à l’accord conclu en juillet entre l’Iran et les grandes puissances.

Pour Netanyahu, les clauses de l’accord ne sont pas suffisamment strictes pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire et de s’en servir contre Israël, dont les dirigeants iraniens appellent à la destruction.

L’ancien ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a accusé dimanche le ministre de la défense d’autrefois, Ehud Barak, d’avoir exposé ces secrets d’État.

Liberman a déclaré à la radio militaire qu’il était « plus que surpris » de la diffusion des secrets d’Etat par Barak, et affirme que de telles déclarations finiraient par renforcer l’Iran.

« Je pense que quand des mesures et des discussions qui auraient dû résolument rester des secrets d’Etat sont débattues dans la presse, cela laisse entendre que vous êtes un beau parleur, que vous n’êtes pas sérieux, que vous n’êtes pas fiable, » a-t-il dit.

« Voilà pourquoi, entre autres raisons, l’Iran est choyé par la communauté internationale, tandis que nous avons été acculés dans un coin… Ces sujets auraient dû être débattus uniquement dans des forums fermés. »

A la question de savoir s’il croyait que Barak était coupable de la divulgation des secrets d’Etat, Liberman a répondu qu’il n’y avait « aucun doute » que c’était le cas.

Selon la Deuxième chaîne samedi, « la colère » envers l’ancien ministre de la Défense est très répandue au sein des dirigeants israéliens, et de nombreux hauts-responsables politiques et sécuritaires suggèrent que la version des événements de Barak n’est pas entièrement exacte. Le bureau du Premier ministre n’a pas donné de réponse officielle à la diffusion.

Suite à ces révélations, la Deuxième chaîne a déclaré samedi que selon diverses personnalités israéliennes clés, Ashkenazi n’a pas exclu une opération aussi catégoriquement que Barak l’a laissé entendre.

En outre, d’après le rapport télévisé de samedi, Ashkenazi n’était nullement la seule personnalité de haut rang n’ayant pas soutenu une attaque à ce moment-là. D’autres l’ont imité, comme l’ancien chef du Mossad, Meir Dagan, qui a plus tard diffusé son opposition, et des principaux ministres, y compris Dan Meridor et Eli Yishai.

La Deuxième chaîne a également suggéré que Barak jouait peut-être la politique du parti avec ses commentaires.

Ashkenazi envisagerait d’entrer en politique, et Barak, qui s’est retiré de la vie politique, pourrait vouloir le contrecarrer. Les deux sont devenus rivaux au fil des ans, et la relation de Barak avec l’actuel ministre de la Défense Yaalon est tout aussi orageuse.

Le matériau des bandes provient de conversations liées à une nouvelle biographie de Barak écrite par Danny Dor et Ilan Kfir. L’ancien ministre de la Défense, qui était aussi précédemment Premier ministre et chef d’état-major, a tenté d’empêcher la diffusion des enregistrements, mais la censure militaire israélienne a permis à la Deuxième chaîne de les révéler.

Les frappes aériennes sur les installations nucléaires iraniennes devaient avoir lieu en raison du fait que Netanyahu et Barak avaient prévu que l’Iran entrerait dans une « zone d’immunité », dans laquelle ses installations étaient si bien protégées ou développées qu’une future attaque serait inutile.

Barak a exprimé vendredi soir son indignation devant la diffusion des enregistrements.

Steinitz a déclaré qu’il était grave que ce matériel ait été diffusé et n’a fait aucun commentaire sur les détails, tandis que Yaalon a affirmé n’avoir aucun commentaire sur ce qu’il qualifie de matériau partial et biaisé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Iran vs Israel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Iran vs Israel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 15 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
 Sujets similaires
-
» Selon Wikileaks, Israël aurait déja déjà détruit des infrastructures nucléaires de l’Iran
» Iran
» Ce qui est interdit en Iran
» Marine chinoise - Chinese navy
» SU-35 Sukhoi, F-35 Lightning, F-22 Raptor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: