Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Porte-avions / Aircraft Carrier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mar 19 Oct 2010 - 21:38

Pire que malin, j'ai le vice et la vertu dans la peau et ça me titille tout le temps...
Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 09/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mar 26 Oct 2010 - 20:11

Nouvelle étude Française pour un PA
http://www.corlobe.tk/article21659.html
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mar 26 Oct 2010 - 20:13

Elle va encore coûter combien au budget cette étude qui ressemble comme deux gouttes d'eau au projet "Juliette" de la DCN en 2004 (284 mètres de long, 60 000 tonnes, 27 nœuds, 10 000 milles marins d'autonomie à 15 nœuds, 40 aéronefs)? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 09/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mar 26 Oct 2010 - 20:52

Je pense que c'est pour faire tourner les bureaux d'études.
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mer 27 Oct 2010 - 0:27

rafi a écrit:
Elle va encore coûter combien au budget cette étude qui ressemble comme deux gouttes d'eau au projet "Juliette" de la DCN en 2004 (284 mètres de long, 60 000 tonnes, 27 nœuds, 10 000 milles marins d'autonomie à 15 nœuds, 40 aéronefs)? Rolling Eyes
c'était un projet incomplet d'ailleurs !

pour ce nouveau desin, à priori, ça ressemble à un CVF à un seul ilot, encore qu'il faut voir pour les 3 lignes d'arbres ( il me semblait avoir lu 2 pour le CVF mais comme j'avais dit, certaines images en laissaient penser 3 Rolling Eyes )
Spoiler:
 
Je suis curieux de connaittre le prix ...
Cela aurait était bien de savoir le quand de " DCNS a signé un contrat pour l’étude préliminaire du deuxième porte-avions " Rolling Eyes parce que STX avait annoncé il y a un moment tavailler à l'optimisation du CVF-FR ..

en fait la motorisation ressemble beaucoup à celle du CVF ( turbines + moteurs diesel-électrique + prop électrique ) scratch

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mer 27 Oct 2010 - 11:18

Voilà plus de précisions
http://www.corlobe.tk/article21666.html

Donc 3 D-E + 1 turbine à gaz ce qui permet d'avoir un seul groupe de conduits de cheminée et gagner pas mal de place à l'intérieur de la coque. Du coup, une bonne partie des installations qui étaient dans les ilots se retrouve sous le pont d'envol ... Pas mal Cool ben voilà comment l'expérience du CdG a influencé le PA2 ...

Reste à voir le Design ( article de M&M prévu pour demain Very Happy ) ..

sauf que 28 chasseurs ... Rolling Eyes

PS : remaequez qu'il y a toujours cette logique de réduction des coût ..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 09/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mer 27 Oct 2010 - 11:48

J'avais raison pour le BE.
28+5=33 avions et helicoptéres c'est un peu ce que nous gratifier la classe Clemenceau.
J'éspère que cela débouchera sur du concret cette fois........... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Dim 12 Déc 2010 - 11:40

Citation :

Le Service SAA






Le service des ateliers aéronautiques (SAA) appartient au Groupement Soutien Technique Aéronautique (GSTA). Il a la responsabilité de la maintenance et de la réparation des équipements électroniques, électriques et des équipements respiratoires des aéronefs embarqués à bord du Charles de Gaulle. Il offre ainsi des compétences et un soutien techniques d'un niveau semi-industriel aux flottilles et aux détachements. La maintenance est assuré par deux groupes d'ateliers : ceux employant des bancs de tests automatisés, les techniciens vérifient les équipements en employant des baies de calculateurs et ceux, plus classiques, qui effectuent les travaux avec des appareils de mesure plus classiques (oscilloscope, voltmètre, wattmètre,...).




Le SAA assure également l'administration et la supervision des serveurs informatiques hébegeant, d'une part, les logiciels de suivi technico-logistique des avions, et, d'autre part, les logiciels d'aide aux préparation des missions aériennes. Enfin, le service est reponsable du magasin de fonctionnement (MF), entité logistique qui stocke les équipements bon état et prêt à l'emploi. Il est l'intermédiaire logistique entre les flottilles et GSTA.

Asp.Ferran
Photo: SM Manzano


_________________
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 14775
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mar 1 Mar 2011 - 17:53

Citation :
USS ENTERPRISE

















_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Jeu 24 Mar 2011 - 13:22

Très intéressante cette vidéo publié par la MN study ca nous apprend plein de choses sur la le catapultage des SEM, la prise de brin des Rafales ... etc
On peut voir l'enchainement de catapultages et le pod Damoclès sur les Rafales ... etc


Libye : appareillage et montée en puissance du... par ministeredeladefense

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21623
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mar 29 Mar 2011 - 1:52

HMS Ark Royal en vente sur internet,avec 3 Type-42

HMS Ark Royal put up for sale on 'military eBay'
http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/defence/8411201/HMS-Ark-Royal-put-up-for-sale-on-military-eBay.html


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 09/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Sam 2 Avr 2011 - 9:18

Le quotidien d'un chien Jaune sur le De Gaulle.........
http://www.corlobe.tk/article23602.html
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Lun 9 Mai 2011 - 12:46

une remarque, il faut plus parler de la GR comme force aéronavale, la Russie de même, non pas seulement à cause des appreils embarqués, mais aussi du "Kuznetsov" elle même !
Citation :

Les marines mondiales s’offrent des porte-aéronefs pour établir leur influence


Dans le monde entier, les marines ajoutent des porte-aéronefs à leur flotte, remettant en état d’anciens bâtiments et construisant de nouveaux, alors que des experts remettent en cause le coût et l’utilité même des porte-aéronefs dans un monde en pleine évolution.

Les puissances militaires établies, Grande-Bretagne, France, Russie et États-Unis — qui disposent à eux seuls plus de porte-aéronefs que tous les autres pays du globe réunis — augmentent leurs flottes de porte-aéronefs. Et les pays appartenant au groupe des pays émergents surnommé BRIC (Brésil, Inde, Chine) rejoignent la ligue des nations disposant de porte-aéronefs.
Le contre-amiral Philippe Coindreau, commandant la flotte française effectuant des frappes aériennes sur la Libye depuis le 22 mars, indique que les marines du monde veulent projeter une image de puissance lorsqu’elles augmentent leur flotte de porte-aéronefs.
Il ajoute : « Un porte-aéronefs est parfaitement adapté à ce type de conflits, et le Charles de Gaulle le démontre tous les jours. »
L’US Navy possède 11 porte-aéronefs à propulsion nucléaire, principalement de la classe Nimitz d’un déplacement de 100.000 t. Et c’est sans compter les super-porte-avions qu’elles a déjà ajouté à sa flotte et de nouveaux en construction.
Depuis la 2è Guerre Mondiale, ces forteresses flottantes sont l’épine dorsale de la puissance navale américaine. Elles ont été utilisées dans différents conflits dans lesquels les États-Unis ont été impliqués, dont la Corée, le Vietnam, l’Irak, l’Afghanistan, le Kosovo et maintenant la Libye.
Il n’y a pas de données précises sur le nombre de porte-aéronefs en service dans le monde. Parce que certains bâtiments répondent aussi à la définition sans être officiellement des “porte-aéronefs”. Des porte-hélicoptères, ou même des croiseurs et des destroyers, répondent aussi à la définition de porte-aéronefs parce qu’ils peuvent servir de bases aériennes mobiles avec leur pont d’envol.
Mais de nombreux experts militaires remettent en cause l’importance des porte-aéronefs à la lumière des nouvelles technologies qui les rendent obsolètes, sans parler du coût de leur entretien.
Ils expliquent que les avancées obtenues dans les armes anti-navires rendent les porte-aéronefs dépassés, et même des espèces en voie de disparition qui sont trop coûteux pour qu’on risque de les perdre dans un conflit.
« Avec ces nouvelles technologies, il est plus facile d’attaquer des porte-aéronefs, depuis des distances plus grandes », explique Benjamin Friedman, chercheur au CATO Institute.
Les porte-avions d’aujourd’hui n’ont jamais été testés dans un conflit moderne, face à une marine disposant de capacités anti-navires avancées.

International Business Times

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mer 20 Juil 2011 - 20:34

un article intéressant study
Citation :


La course aux porte-avions



Seuls les États-Unis et la France disposent aujourd’hui de porte-avions capables de durer en opération et de projeter, loin, une véritable force de frappe aérienne. Plus pour longtemps. Plusieurs pays ont lancé – ou relancé – des programmes de porte-avions puissants, conscients de l’importance et de la nécessité de posséder cet outil politico-militaire incomparable. Revue de détail des projets en matière de porte-avions, et de porte-aéronefs, à l’heure où la France fête les cent ans de son aéronavale.
Symbole de puissance, les porteavions et les porte-aéronefs reflètent les savoirs et/ou la richesse d’une nation. Outil de projection, ils imposent une volonté à la terre. Par le passé, les concepts d’emploi américains, britanniques, français et néerlandais ont fait du porte-avions une canonnière, dénoncée comme un instrument d’ingérence impérialiste et colonialiste par Moscou, Beijing et certains pays non-alignés qui s’interdisaient d’en disposer, autant par cohérence idéologique que par con - trainte économique ou technique. Les porte-avions et porte-aéronefs, actuels ou en projet, reflètent des réalités différentes, entre les plates-formes américaines de 100000 tonnes et plus de 35 noeuds, conçues (après l’expérience des kamikazes) pour résister aux missiles, les porte-avions moyens comme le Charles de Gaulle, lent, et dont le pont n’est pas blindé, les porte-avions sans catapultes, russe, indien et bientôt chinois, destinés principalement à la défense aérienne, les porte-aéronefs équipés d’avions à décollage court et les porte-hélicoptères comme le Mistral, intéressant la Russie, couteaux suisses de la Marine nationale, construits bon marché aux normes civiles, pour soutenir la bataille à distance des coups. Aujourd’hui, vingt ans après la fin de la chute du Mur de Berlin, les programmes de porte-avions et porte-aéronefs sont relancés. Cinq marines de l’Otan et huit marines hors Otan, aux histoires très différentes, mettent en oeuvre ou projettent de mettre en oeu - vre ces plates-formes qu’il faut veiller à bien distinguer pour ne pas mélanger des capacités peu comparables. Outre la France, cinq marines, l’US Navy, la Royal Navy, l’Indian Navy et les flottes russe et chinoise mettent en oeuvre ou vont mettre en oeuvre des porte-avions d’un déplacement compris entre 40000 tonnes et 100000 tonnes dotés de catapultes ou, pour les quatre dernières, de tremplins et de brins d’arrêts (configuration Stobar). Pour les États-Unis et leurs alliés, ces plates-formes ouvrent l’accès à un théâtre éloigné alors que pour les nations émergentes – Russie, Chi ne, Inde, Brésil – ces plates-formes servent d’abord à interdire l’accès d’une force extérieure à leur espace maritime. La question est de savoir si, à terme, les marines du second grou pe ne vont pas à leur tour employer le porte-avions comme les marines du premier groupe.



Pour les États-Unis, le super porteavions a joué un rôle central dans les guerres aériennes contre le Vietnam, l’Iraq ou la Serbie, tout en protégeant les approvisionnements énergétiques et en défendant les intérêts américains dans le monde. Conçus il y a quarante ans, les Nimitz exigent des équipages nombreux et tolèrent mal des modifications qui affectent la vitesse et la stabilité de la plate-forme. Pour son successeur, le Pentagone avait d’abord examiné les options d’un porte-avions nucléaire géant, d’un porte-avions nucléaire jetable après trente-cinq ans, d’une variante du Charles de Gaulle, d’une plate-forme conventionnelle et d’une base mobile offshore. La nécessité de mettre en l’air beaucoup d’appareils, les con - traintes logistiques de l’énergie fossile, leurs émissions aveuglantes d’air chaud, l’ont décidé à retenir, en juin 2000, un porte-avions à propulsion nucléaire de 100000 tonnes et quatrevingts avions. Ce format permet deux fois plus de sorties aériennes qu’un Charles de Gaulle. Mis sur cale en 2009, le CVN78 Gerald Ford est le premier successeur des Nimitz. Son grou - pe aérien passera de six à quatre types d’appareils : le F/A18, le JSF, un nouvel avion de soutien et un nouvel hélicoptère. Des réacteurs plus performants élimineront les générateurs auxiliaires à vapeur. L’équipage sera réduit du tiers. Les unités suivants le CVN78 Gérald Ford recevront la catapulte électromagnétique (EMALS).
"Un porte-avions équivaut à près de 19 croiseurs lance-missiles"
La fin de la Guerre froide et la disparition de la menace sous-marine en Atlantique nord ont conduit la Gran - de-Bretagne à redéfinir ses engagements dans la Strategic Defense Review de 1998. Les interventions sur des théâtres extérieurs (Adriatique, Golfe arabo-persique, Afrique) exigent de projeter une aviation offensive dans des régions où les bases terrestres manquent. Les leçons des Falklands ont décidé la commande, en 2007, de deux plates-formes de 66000 tonnes accommodant une quarantaine d’appareils – trente-cinq chasseurs à décollage court (JSF), six hélicoptères ASM et quatre avions de guet aérien. La vitesse (27 noeuds), la protection et les senseurs sont sacrifiés. Sur cale en 2009 et 2011, les Queen Elizabeth et Prince of Wales devraient rallier la Royal Navy à la fin de la décennie. Pour l’ex-adversaire soviétique, les porte-aéronefs servaient de platesformes anti-sous-marines et anti-aériennes pour sanctuariser la zone d’opération des sous-marins stratégiques soviétiques et de plates-for - mes anti-navires pour participer à la salve de missiles contre les porte-avions de l’Otan qui viendraient attaquer le «bastion» soviétique. Depuis quinze ans, la Russie remet en cause ces concepts. Au-delà des missions traditionnelles de défense antiaérienne et de lutte anti-sous-mari ne, le porte-avions remplacera les croiseurs lance-missiles. En février 1996, trois experts de la marine russe déclaraient: «Un porte-avions équivaut entre 15 et 19 croiseurs lance-missiles si l’on considère les résultats obtenus pour une attaque. Le rapport économique masse/munitions (pour une cible se trouvant à 500 km) et le coût spécifique d’un bâtiment comprenant un groupe aéronaval (coût exprimé pour une tonne de déplacement) met en lumière la suprématie absolue du porte-avions : 10,5 contre 0,7.» Suivant cette leçon, le 4 avril 2008, le commandant de la Marine, l’amiral Vladimir Vysovtsky, a affirmé que la Russie construira sa flotte du milieu du XXIe siècle – à l’horizon 2060 – autour de cinq à six groupes aéronavals: «L’existence de ces groupes aéronavals augmentera l’efficacité opérationnelle de notre flotte de 60% et pour certains aspects de 300%.» Vysovsky a ajouté que la construction du premier porte-avions débuterait en 2012-2013. Un chasseur de 5e génération remplacera le Su-33. Le porte-avions déplacera 75000 tonnes à pleine charge et embarquera un chasseur Sukhoi de 30 tonnes propulsé par deux réacteurs 117-S d’une poussée de 14,5 ton nes métrique. Trente à tren te-six appareils de ce type seront embarqués en complément d’appareils plus légers – dont des Mig-29K commandés pour remplacer les Su-33 du seul porteavions actuel, le Kuznetsov. Les successeurs du Kuznetsov s’en distingueront par l’adjonction de catapultes et la disparition des missiles de croisière. Les retards actuels des programmes laissent les observateurs incrédules. Mais l’échéance de 2060 rend plus crédible les propos de Vysovtsky.



Comme dans l’US Navy, l’aviation embarquée jouera le rôle principal dans la destruction des forces navales ennemies. En temps de paix, les capacités de déploiements réaffirmeront un statut de grande puissance face aux marines américaine et chinoise. La Russie construira ses porte-avions à Severodvinsk ou à Saint-Pétersbourg en utilisant au besoin la grande cale de Kronstadt. Elle pourrait aussi chercher un partenariat avec l’Ukraine ou avec la France, dans le sillage du contrat pour des porte-hélicoptères Mistral.Pour l’Inde et le Brésil, le porteavions est, à l’origine, un instrument de lutte anti-sous-marine avant de devenir un moyen de défense anti-aérienne et d’attaque à la mer. L’immensité du subcontinent indien et l’éloignement des îles Andaman et Nicobar rendent l’établissement d’un réseau complet de bases aériennes beaucoup plus coûteux que la cons - truction d’un porte-avions. Soucieux de recentrer la défense de l’Inde sur sa façade maritime, le Comité ministériel pour la sécurité a autorisé, en juin 1999, la poursuite du projet d’Air Defense Ship élaboré avec la France, puis l’Italie et la Russie. La désignation d’Air Defense Ship ménage l’armée de l’Air et souligne la mission principale de ce bâtiment rebaptisé ensuite Indian Aircraft Carrier. Déplaçant 40000 tonnes pour une vitesse de 28 noeuds, l’IAC Vikrant devrait emporter 24 Mig 29 ou Light Combat Aircraft, deux hélicoptères de guet aérien Ka-31 et dix autres hélicoptères Sea King Mk42. Parallèlement, l’ex-Gorshkov rebaptisé Vikramaditya est refondu à Severodvinsk pour un coût qui dépassera les 2 milliards de dollars avec un skijump de 14,3°, un pont élargi et un groupe aérien comparable à celui de l’IAC. Le Vikramaditya et le Vikrant devraient rallier la flotte respectivement après 2012 et 2017.
respectivement après 2012 et 2017. En 1999, et avec des contraintes spatiales comparables à celles de l’Indian Navy, la marine brésilienne a obtenu le droit de posséder des appareils à voilure fixe et a acquis vingttrois Skyhawk d’occasion au Koweït avant d’acheter, en novembre 2000, le porte-avions Foch. Rebaptisé Sao Paulo, l’ex-Foch a perdu ses équipements français remplacés par des systèmes de combat et de transmissions brésiliens et italiens. Son groupe aérien comprend quinze chasseurs bombardiers Skyhawk et onze hélicoptères dont six Sea King anti-sousmarins. Dans le cadre des exercices Araex, le Brésil a appris de sa rivale argentine en autorisant ses Super Etendard à apponter à bord du seul porte-avions d’Amérique latine. Brasilia devrait doter le Sao Paulo du Rafale avant de construire un nouveau porte-avions à la fin de la décennie. Le 17 août 2007, la Chine a annoncé que l’ex-porte-avions soviétique Varyag, acheté inachevé en Ukraine en 1997, était en cours de transformation pour servir de bâtiment d’instruction d’aviation. Rebaptisé Shi Lang – du nom du général chinois qui prit possession de Taiwan en 1681 – il sera affecté à l’académie navale de Dalian. Parallèlement, le ministère de la Défense évoquait la question d’un porteavions chinois en insistant sur son caractère défensif: «Même si la Chine possède un jour un porte-avions, con - trairement aux autres pays, ce ne sera pas une plate-forme pour des déploiements planétaires et pour atteindre n’importe quelle région du globe».



Un premier groupe de pilotes destinés au futur porte-avions a commencé sa formation à l’Académie navale de Dalian tandis que la presse évoque des accords avec l’Ukraine et le Brésil pour la formation des pilotes. L’origine du programme de porte-avions chinois remonte à la visite de l’amiral Liu Huaching à bord du porte-avions américain Kitty Hawk en mai 1980. Impressionné, l’amiral avait recommandé à l’état-major général de lancer un programme de porte-avions qui permettrait à la Chine d’affirmer sa souveraineté en mer de Chine du sud et d’agir sur la côte orientale de Taiwan tout en assurant la défense anti-aérienne de la flotte. Trois décennies plus tard, le Shi Lang, ex-Varyag, devrait permettre à la Chine d’acquérir la même expérience opérationnelle que celle qu’a su se constituer la Russie avec son sistership, le Kuznetsov. Dérivé de ces deux porte-avions, le premier porte-avions national devrait être construit au chantier Jiangnan China State Shipbuilding situé sur l’île de Changxing, près de Shanghai. S’inspirant d’un prototype de Su- 27K navalisé acheté à l’Ukraine, l’Institut de recherche 601 de Shenyang développe un chasseur embarqué semi furtif et biréacteur, le J-13. La Chine possède, d’ores et déjà, les bâtiments de combat et de soutien nécessaire à l’accompagnement d’une telle unité. Elle modernise la base de Sanya, dans l’île d’Hainan, d’où le porte-avions pourrait agir, contre Taiwan, contre les états revendiquant les Spratley ou encore pour défendre la zone d’opération des SNLE de la classe JIN.
Porte-aéronefs et transports d’assaut


Outre les États-Unis et leurs neuf transports d’assaut capables de met - tre en oeuvre davantage d’avions à décollage court que les porte-aéronefs Viraat et Invincible, de l’Inde et de la Grande-Bretagne réunies, trois autres marines disposent de porte-aéronefs – l’Espagne, l’Italie et la Thaïlande. Quatre autres – l’Australie, la Corée du Sud, l’Espagne et le Japon – possèdent et construisent des portehélicoptères qui pourront ou pourraient, avec de légères modifications, être transformés en porte-aéronefs. Pour l’Espagne, le nouveau bâtiment de projection stratégique Juan Carlos est destiné à protéger les enclaves de Ceuta et Melilla contre un éventuel coup de force marocain. Il s’ajoute au Principe de Asturias comme plateforme pour des Matador et plus tard des JSF. À l’instar de l’Espagne, l’Italie donnera au remplaçant du porte-aéronefs Garibaldi des JSF et un radier pour servir de transport d’assaut aux côtés du porte-aéronefs Cavour et seconder l’allié américain. Version modifiée du Principe de Asturias, le Chakrinaruebet thaïlandais a été commandé en 1991 pour assister les populations en cas d’inondations majeures et pour défendre les intérêts économiques du pays dans le golfe de Thaïlande avec quelques appareils à décollage court AV8S Matador (armés de canons et de bombes) et douze hélicoptères.



est la lutte anti-sous-marine et la protection des routes maritimes. En 1983, les forces d’autodéfense ont réclamé sans succès un porte-aéronefs de 20000 tonnes mettant en oeuvre un groupe mixte d’hélicoptères anti-sousmarins et de chasseurs Sea Harrier. Elles ont fini par obtenir satisfaction. Outre la construction de quatre transports d’assaut de 13000 tonnes classe Osumi, Tokyo a lancé, en 2001, un programme de deux «destroyer anti-sousmarin » de 13950 tonnes (18000 ton - nes à pleine charge) avec un pont d’envol continu de 197 mètres et un hangar permettant la mise en oeuvre de dix-huit hélicoptères anti-sous-ma - rins ou d’assaut capables de projeter près de 700 hommes. Une vitesse supérieure à 30 noeuds, un so nar actif et passif à basse fréquence, un système Aegis et des missiles anti-aériens Evolved Sea Sparrow leur donnent une vocation anti-aérien - ne, anti-missile et anti-sous-marine. Un ancien chef d’état-major de la force maritime d’autodéfense note que «leurs performances seront augmentées par l’emport d’avions V/STOL». Il semble faire référence à l’aéronef de transport américain Osprey mais les deux Hsiuga complétés par deux autres Hsiuga dotés d’un pont d’envol de 245 mètres pourraient facilement mettre en oeuvre le JSF pour défendre les avions de patrouille maritime opérant à l’est de Taiwan contre un groupe aérien chinois.
"Cette décennie est marquée par une course aux armements navals en Asie."
groupe aérien chinois. Les Osumi et Hsiuga japonais ont contribué à la décision sud-coréenne de construire deux porte-hélicoptères amphibies de 20000 tonnes classe Dokdo du nom d’un archipel contesté avec le Japon. Comme les Hsiuga, ils peuvent emporter 700 soldats (2e pont) ainsi que sept hélicoptères CH- 60 (pont d’envol), sept véhicules amphibies, six chars et deux hydroglisseurs (3e pont). Les Dokdo sont toutefois plus lents (22 noeuds) et moins armés mais la troisième unité mettra en oeuvre des JSF. Les Dokdo formeront trois «groupes stratégiques mobiles» qui pourront contre-attaquer par surprise, et en profondeur, les côtes nord-coréennes et «participer à la défense de la paix mondiale» dans le cadre des Nations unies. Quarante ans après le désarmement du porte-avions Melbourne, l’Australie se dote de deux transports d’assaut conçus par l’Espagnol Navantia et livrables en 2013 et 2014. Déplaçant 27, 851 tonnes à pleine charge, les futurs Canberra et Adelaïde pourront transporter 1124 soldats, 120 véhicules et 24 hélicoptères NRH-90, Tiger ou S-70B Seahawk. La présence d’un skijump – non imposée par les spécifications d’origine – permettra d’emporter également des drones et des JSF F-35B. À la différence des Hsiuga ou Dokdo, les Canberra seront dépourvus de canons et de missiles anti-aériens et anti-missiles. En marge de ces fusions entre transports d’assaut et porte-aéronefs, la France et la Russie mettent ou mettront en oeuvre respectivement trois et quatre porte-hélicoptères type Mistral qui ne recevront pas de chasseurs embarqués. Pour Moscou il s’agit de remplacer, dans chacune de ses flottes, des moyens amphibies obsolètes, de disposer de plates-formes de commandement, d’augmenter la mobilité de ses troupes dans son «étranger proche» et de participer à des opérations internationales. Dans dix ans, l’Angleterre devra remplacer son porte-hélicop tères Ocean. D’autres pays comme la Turquie, le Brésil et le Vénézuela envisagent de rejoindre le club des nations dotées de porte-hélicoptères.



est marqué par une course aux armements navals en Asie. Porte-avions et porte-aéronefs sont un si gne extérieur de puissance et un instrument politique de gesticulation pour les puissances émergentes face au vainqueur de la Guerre froide et à ses alliés, mais aussi face à des voisins difficiles. Dans vingt à trente ans, les porteavions indiens, chinois et russes donneront à ces trois nations les moyens de con trôler et d’interdire un espace maritime élargi, voire de projeter des forces, ce qu’elles nient aujourd’hui. Ces pays affichent également la volonté d’employer leurs porte-avions ou leurs porte-hélicoptères pour des opérations de maintien de la paix dans le cadre des Nations unies ou pour des opérations humanitaires dont ils mesurent l’impact médiatique et politi - que après les démonstrations de por teavions et de porte-aéronefs américains ou occidentaux, lors du tsunami en Asie ou du tremblement de terre en Haïti.

Marine & Océans

_________________
Revenir en haut Aller en bas
leadlord
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2763
Inscrit le : 11/07/2010
Localisation : montreal
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Jeu 21 Juil 2011 - 2:31

ansi les 2 nouveau engins espagnol sont contre nous , sa prouvent au moins une chose que on est inquiétant , et que tôt ou tard une fois que on aura des muscles on ira cherché les derniers parcelle de terre qui nous manque .

_________________

Pro rege, saepe, pro patria semper

اقسم بالله العظيم ان اكون مخلصا لله و لملكي و ان اتفانى في خدمة وطني و دفع كل خطر يهدده و ان انفد اوامرقائدي الاعلى صاحب الجلالة
Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 09/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Jeu 21 Juil 2011 - 12:59

Quelques Am39 et le tour est joué..................
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21623
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mar 16 Aoû 2011 - 6:09

+le Varyag,pour quelle raison?
+un 2eme,semblable serait aussi en construction
+le moteur pas gaz turbine comme autres navies
+le systeme Stobat implique limitation payload-radius




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mar 16 Aoû 2011 - 19:19

Le Varyag a été conçu pour le "Combat" ceci dit, un porte-aéronefs capable de mener des opérations aéronavales ( 0 au compteur du Kuz !! )... une pièce maitresse de la flotte... un tournant majeurs à l'époque de l'URSS qui, pendant longtemps, conçoit des portes aeronefs pour défendre ses flottes, et n'ont pas pour être défendus !!

la différence entre le Kuz et le Varyag est visible au niveau des dimensions, le premier est plus petit et déstiné principalement à la formation !!

Les problèmes des portes aeronefs avec tremplin, j'en ai déjà parlé, et l'article en évoque le plus important, c'est la charge utile trop limitée ... les avions russes eux, n'arrivent pas à décoller avec le minimum syndicale pour l'autodéfense en fait !!



sinon, si les taiwanais ont nommé leur HFIII " le tueur des PA", la Chine a intitulé son porte aéronefs ... Shi Lang !! l'Amiral qui a conqui le Taiwan en 17° siécle !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21623
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Mer 17 Aoû 2011 - 1:28

oui certains analystes disent que c´etait ce qui manquait a la Chine,pour prendre le taiwan entre 2 front (est)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
godzavia
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 463
Inscrit le : 21/09/2010
Localisation : algérie alger
Nationalité : Algerie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Ven 26 Aoû 2011 - 11:04



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Ven 26 Aoû 2011 - 21:10

farwell a écrit:
- mon commentaire n'est pas une insulte ou outrageant Exclamation

-en vertu de la possibilté d'émettre son opinion, je l'ai fait avec simplicité et sans arriere pensée

-étrange redondance de ta part avec d'autres portes aeronefs

je suis franchement deçu par ce que je lis la mais bon comme à l'accoutumé...Je te dirais


Biensur que ton post n'est pas insultant, tu as exprimé une réalité du CdG, peut être pas avec le bon terme.

Les défaults du CdG, j'en ai parlé plusieurs fois, je pense même dans ce topic ... si on veut blamer quelqu'un pour cet etat, c'est bien les politiciens français, bref on peut rien changé.

toute fois, avec ces défaults de conception, le CdG doit être salué ! son rôle dans les opérations en A-stan et dérnièrement en Lybie, est la preuve de sa disponibilité toujours au service du pavillon français. Ces problèmes de début dans la vie opérationnelle étaient dûe surtout à l'utilisation des piéces défecteuses, provenant du Clém ou autres. maintenant ceci est reglé ... les problèmes structurelles eux, ne poseront pas des grands problèmes opérationnels dans le futurs, si et seulement si les mesures de sécurité sont respectés !

Je pense pas que le PA2 serait un "Cauchemar", les plans de ce PA, montrent à telle point le CdG était une expérience pénible pour les concepteurs, qui ont cet fois pris la liberté sans aucune contrainte posé par un tier .. un navire plus importante en terme de son déplacement et ses dimensions ... donc un niveau une structure plus forte, et un niveau de sécurité plus important.



cdlt

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Lun 29 Aoû 2011 - 2:05

Un article très intéressant du M&M sur ce sujet d'actualité



( * ) Ils n'ont pas vu le prototype du premier exemplaire Laughing

Citation :


La Chine à l'heure des porte-avions








Le porte-avions chinois Shi Lang
crédits : WWW.NEWS.CN

29/08/2011

Alors que la construction d'autres bâtiments du même type aurait été lancée, le premier porte-avions chinois a appareillé le 10 août de l'arsenal de Dalian pour une première série d'essais en mer. Au cours de cette campagne de quelques jours, marins et ingénieurs ont notamment testé la propulsion, la stabilité et la manoeuvrabilité du navire. Mis sur cale en 1985 aux chantiers de Nikolaev, en Ukraine, et lancé trois ans plus tard, ce porte-avions était un sistership de l'Admiral Kuznetsov (ex-Tbilissi, ex-Leonid Brezhnev), entré en service dans la marine russe en 1991. Mais, suite à l'effondrement de l'URSS, le Varyag (appelé au départ Riga) n'a pas été terminé. Racheté en juin 2000 au chantier ukrainien par l'intermédiaire d'un homme d'affaires chinois, la coque, à environ 70% d'achèvement, a été remorquée en 2002 à Dalian. Officiellement, le bâtiment devait être transformé en casino flottant à Macao, à l'image des ex-porte-aéronefs russes Kiev et Minsk, qui avaient été acquis précédemment et convertis respectivement en hôtel à Tianjin et en parc d'attraction à Shenzen.


L'ex-Varyag arrivant en Chine en 2002 (© : WWW.NWC.NAVY.MIL)


L'ex-Varyag avant sa première sortie (© : CHINESE MILITARY FORUM)


L'ex-Varyag de retour de ses essais en mer, mi-août (© : MIL.HUANQUI.COM)

Plus de 6 ans de travaux à Dalian

Mais le Varyag étant de conception assez récente à l'époque, la Chine a, sans véritable surprise pour les experts, décidé de l'achever afin de disposer de son premier porte-avions. Les travaux en ce sens ont véritablement repris en 2005 à Dalian, Pékin ne dévoilant officiellement que cette année son intention de terminer la coque pour un usage militaire. Doté de matériels chinois en plus de ses équipements d'origine russe, l'ex-Varyag, qui devrait porter le nom de Shi Lang, mesure 304 mètres de long et affiche un déplacement lège de 46.000 tonnes, son déplacement à pleine charge étant estimé à environ 60.000 tonnes. Doté à l'avant d'un tremplin incliné à 12 degrés, il disposera comme le Kuznetsov d'une piste oblique avec brins d'arrêt. Par rapport à son aîné, divers aménagements ont été réalisés. Ainsi, la capacité du hangar aurait été augmentée, pour permettre à cet espace d'accueillir 22 avions, contre 18 suivant les plans originaux. Le groupe aérien embarqué du Shi Lang devrait comprendre des avions multi-rôles J10 et des intercepteurs J15, version chinoise du Su-33 russe. On rappellera d'ailleurs que Moscou a suspendu la livraison de 50 Su-33 après avoir découvert que le chasseur avait été copié par les Chinois. Il conviendra également de voir comment sera traitée la problématique de l'alerte lointaine, indispensable pour tout déploiement aéronaval lointain, alors que la marine ne dispose d'aucun avion de guet aérien embarqué. ( * )


Prototype du J15, copie chinoise du Su-33 (© : CHINESE MILITARY FORUM)

Un énorme challenge pour la marine chinoise

Si, en prenant la mer, le premier porte-avions chinois devient réalité, le projet est encore loin d'être achevé. D'abord, il conviendra de mener à bien la mise au point de la plateforme, ce qui sera sans doute long. Ensuite, il faudra former le personnel nécessaire à la mise en oeuvre du bâtiment. A cet effet, une étonnante réplique en béton du porte-avions (pont et îlot) a notamment été construite à Wuhan sur un immeuble de bureaux. Cette infrastructure devrait permettre d'aider les marins à se familiariser avec la manoeuvre des appareils sur un pont d'envol. Il conviendra ensuite de former les pilotes de l'aéronavale chinoise aux appontages et décollages depuis le Shi Lang, ce qui ne sera pas évident. A cet effet, Pékin cherchera peut être à se rapprocher d'un autre pays disposant de porte-avions, comme la Russie ou l'Inde (on a aussi, un temps, évoqué le Brésil) afin de permettre à ses pilotes de se former auprès d'une marine disposant du savoir-faire nécessaire. Enfin, les Chinois devront faire fonctionner l'ensemble du porte-avions puis maîtriser son intégration dans un groupe aéronaval, ce qui suppose une coordination très fine avec les bâtiments d'escorte et de ravitaillement. « Les porte-avions formeront un très puissant groupe de bataille mais la construction et la mise en oeuvre de ce type de bâtiments sont extrêmement complexes », a reconnu début août le contre-amiral chinois Yin Zhuo, évoquant notamment la formation et l'entrainement des personnels. C'est pourquoi, au moins pendant les premières années de sa vie active, le Shi Lang servira avant tout de porte-avions école, permettant à la marine chinoise d'acquérir progressivement les techniques et l'entrainement nécessaires à l'apprentissage de l'outil aéronaval. Selon certains spécialistes, il faudrait, en fait, environ 10 ans pour que cette nouvelle capacité soit bien maîtrisée.


Vue de l'Ulyanovsk (© : DROITS RESERVES)


Vue de l'Ulyanovsk (© : DROITS RESERVES)

D'autres bâtiments déjà en chantier ?

On le sait, Pékin ne compte pas se limiter au Shi Lang. A plusieurs reprises, des officiels chinois ont évoqué d'autres projets destinés à accroître la force aéronavale chinoise. Le premier projet, baptisé « 089 », consiste à réaliser deux unités dérivées de l'ex-Varyag. Moins longs (285 mètres) mais plus gros (48.000 tonnes lège, 64.000 tonnes à pleine charge), les deux futurs porte-avions pourraient mettre en oeuvre 35 avions et 6 hélicoptères. On ne sait pas encore si ces bâtiments, qui pourraient recevoir les noms de Beijing et Mao Zedong, disposeront d'un tremplin ou seront dotés de catapultes. La mise sur cale du premier navire était prévue cette année au nouveau chantier Jiangnan Shipyard Corp, situé sur l'île de Changxing, près de Shanghai. Et, selon certaines sources, la construction aurait effectivement débuté, en vue d'un lancement en 2015 et une admission au service actif vers 2020. Les travaux d'usinage auraient également commencé sur la seconde unité de la série, dont la mise sur cale est prévue en 2012.
Dans le même temps, la Chine semble toujours projeter la construction d'un premier porte-avions à propulsion nucléaire (projet 085). Pour cela, les plans d'un défunt projet soviétique devant conduire à la réalisation de l'Ulyanovsk auraient été achetés aux chantiers ukrainiens, qui avaient débuté la construction du bâtiment en 1988, avant de l'abandonner trois ans plus tard. Il s'agissait alors d'un porte-avions de 300 mètres de long et de 85.000 tonnes de déplacement à pleine charge, équipé d'un tremplin mais aussi de deux catapultes pour le lancement d'avions de guet aérien.


Vue d'artiste du futur groupe aéronaval chinois (© : DROITS RESERVES)

Au moins trois porte-avions pour défendre les intérêts chinois

Fin juillet, un général chinois a estimé que son pays avait besoin d'au moins trois porte-avions pour défendre ses intérêts stratégiques. « Si l'on considère nos voisins, l'Inde en aura trois d'ici à 2014, le Japon aura trois équivalents de porte-avions d'ici à 2014, donc j'estime que le nombre (pour la Chine) ne devrait pas être de moins de trois si nous voulons défendre nos droits et nos intérêts maritimes avec efficacité », a affirmé le général Luo Yuan dans les colonnes des Nouvelles de Pékin. Pour les autorités chinoises, l'acquisition de cette nouvelle capacité s'inscrit dans la stratégie défensive du pays, en améliorant notamment la couverture des approches maritimes chinoises. Mais ce sera aussi un moyen de pression supplémentaire sur Taïwan, le Japon en encore le Vietnam ; tout en mettant un terme, au moins symboliquement, au monopole aéronaval américain dans cette partie du monde. En dehors de la simple « gesticulation politique », il va aussi sans dire que la mise en oeuvre de porte-avions permettra à la marine chinoise, à terme, de disposer d'une puissante force de projection de puissance, les bâtiments déployant non seulement des chasseurs, mais aussi des appareils pouvant mener des assaut à la mer ou contre des objectifs terrestres. Avec l'arrivée de ses nouveaux porte-avions, la flotte poursuivra en tous cas son évolution vers une marine océanique, augmentant de facto la sphère d'influence chinoise. L'acquisition de ce puissant outil diplomatique et militaire pourrait, à n'en pas douter, renforcer la tendance des bâtiments chinois à participer, de plus en plus souvent, à des déploiements loin des eaux nationales. D'où la méfiance de certains pays face au développement par Pékin d'un outil aéronaval, perçu dans certaines capitales comme une menace potentielle pour la stabilité régionale.


Nouveau destroyer lance-missiles du type Lujang II (© : APL)

Une puissance encore limitée

La montée en puissance de la marine chinoise s'illustre par sa progression dans le palmarès des grandes flottes mondiales. En tonnage, elle est devenue la troisième du monde, avec 486.000 tonnes de bâtiments de combat (sous-marins, destroyers, frégates, corvettes, patrouilleurs et bâtiments anti-mines, hors unités amphibies et logistiques), contre plus de 2 millions de tonnes pour celle des Etats-Unis et environ 850.000 tonnes pour la marine russe (la marine française, numéro 6 mondiale en tonnage derrière la Grande-Bretagne et le Japon, n'aligne plus, pour mémoire, que 210.000 tonnes de bâtiments de combat). Portée par d'importants programmes de constructions neuves, la flotte chinoise est donc devenue, en quelques années, une force imposante. Du moins quantitativement. Car il ne s'agit pas de construire de beaux bateaux à la chaîne, encore faut-il savoir les exploiter et, surtout, disposer et maîtriser des équipements nécessairement de pointe dans un environnement de plus en plus technologique et complexe. Or, si les chantiers chinois sortent désormais des navires à l'allure moderne, de nombreux doutes subsistent quant à leur réel niveau technologique. La politique plutôt autarcique en ce qui concerne les exercices avec des flottes étrangères, surtout occidentales, limite la connaissance des unités chinoises. Pour Pékin c'est une manière de laisser planer le doute sur son potentiel, qu'il s'agisse de ses forces comme de ses faiblesses. Mais c'est aussi un handicap puisque les Chinois ne peuvent se mesurer à leurs homologues et tirer de précieuses leçons lors de grands entrainements internationaux, exercices toujours utiles pour révéler certaines lacunes.


Tir de missile antinavire depuis un bâtiment chinois (© : APL)

A l'issue de visites, d'échanges et de rares manoeuvres, certains militaires occidentaux demeurent en tous cas dubitatifs quant à la véritable puissance de la nouvelle marine chinoise, dont un nombre important d'équipements est constitué de copies plus ou moins réussies de matériels russes ou occidentaux. S'il ne fait aucun doute que la marine chinoise continuera de monter en gamme dans les années à venir, on peut raisonnablement estimer que, pour l'heure, destroyers, frégates et sous-marins chinois sont très loin de valoir, technologiquement, les dernières réalisations occidentales. C'est l'une des raisons pour lesquelles la « menace » chinoise, telle qu'elle est présentée dans certains pays, est encore relative. Quant à l'arrivée de nouveaux porte-avions, il convient là aussi de relativiser leur impact. Car non seulement il faudra de nombreuses années pour maîtriser cet outil, mais en plus, dans son actuelle zone d'intérêt, la Chine dispose déjà de moyens militaires colossaux, qui suffisent amplement à remplir toutes les missions pouvant être dévolues à ses forces armées.


L'USS Abraham Lincoln (© : US NAVY)


Vue du futur USS Gerald R. Ford (© : US NAVY)

Un club très fermé

La construction d'une force aéronavale a donc d'abord une vocation politique. En se dotant de cet outil, la Chine compte sans doute renforcer son poids sur la scène internationale, en intégrant le club très fermé des marines mettant en oeuvre des porte-avions. Actuellement, seuls les Etats-Unis et la France disposent de bâtiments à catapultes et d'une propulsion nucléaire. Ces navires sont reconnus comme étant la configuration offrant le plus de puissance. L'US Navy compte actuellement 11 porte-avions, soit 10 du type Nimitz et dérivés (333 mètres, 93.700 à 104.200 tpc, 68 aéronefs), mis en service entre 1975 et 2010, ainsi que l'USS Enterprise (336 mètres, 93.970 tonnes, 68 aéronefs). Datant de 1961, ce dernier doit être désarmé l'an prochain et remplacé en 2015 par l'USS Gerald R. Ford (335 mètres, 95.000 tpc, 60 aéronefs), premier d'une nouvelle génération de porte-avions appelée à prendre la succession des bâtiments constituant aujourd'hui l'ossature de la flotte américaine.


Le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

Après avoir disposé durant cinquante ans d'au moins deux porte-avions, la France ne compte plus, actuellement, que le Charles de Gaulle (261 mètres, 42.000 tpc, 40 aéronefs). Admis au service actif en 2001, le premier bâtiment de guerre européen à propulsion nucléaire attend toujours l'arrivée d'un second navire pour l'épauler pendant ses indisponibilités techniques. Après l'échec d'une coopération franco-britannique en 2008, de nouvelles études ont été lancées afin d'évaluer les différents modes de propulsion possibles. Une décision concernant la construction, espérée d'ici 2012, semble aujourd'hui très difficile compte tenu du contexte économique et budgétaire.


Le Sao Paulo avec au second plan un PA américain (© : US NAVY)

Le Brésil est le seul autre pays à jouer également dans la catégorie des porte-avions à catapulte (mais à propulsion conventionnelle), grâce au Sao Paulo (ex-Foch), acquis en 2000 auprès de la France. Mais ce bâtiment (265 mètres, 32.780 tpc, 34 aéronefs), qui date de 1963, est très vieux, navigue peu et n'embarque que des avions anciens (de type AF-1 Skyhawk, en attendant peut-être des Super Etendard français). La Russie, qui projette de construire de nouveaux porte-avions (plutôt nucléaires), ne compte pour l'heure que le Kuznetsov (304.5 mètres, 58.600 tpc, 30 aéronefs), dont les capacités aériennes sont assez limitées, avec seulement des Su-33. Ces derniers devraient néanmoins être remplacés par des MiG-29K.
L'Inde a, quant à elle, décidé de développer sa capacité en porte-avions. Armant toujours l'antique Viraat (ex-Hermes britannique datant de 1959 et acheté en 1986 - 227 mètres, 28.700 tpc, 21 aéronefs), la marine indienne devrait toucher l'an prochain le Vikramaditya (283 mètres, 45.000 tpc, 32 aéronefs). Il s'agit de l'ex-Admiral Gorshkov russe (1987), qui achève actuellement une importante refonte en Russie. Ce navire sera suivi, vers 2014, du premier porte-avions indien de construction nationale, le Vikrant (252 mètres, 37.500 tpc, 30 aéronefs), actuellement construction à l'arsenal de Cochin. Le Vikramaditya comme le Vikrant disposeront, comme le Kuznetsov et le Shi Lang, d'un tremplin et d'une piste oblique avec brins d'arrêt. Leur aviation sera notamment constituée de MiG-29K.


Le Kuznetsov russe (© : MARINE RUSSE)


Le Viraat indien (© : MARINE NATIONALE)


Vue du futur Vikramaditya indien (© : MARINE INDIENNE)


Vue du futur Vikrant indien (© : MARINE INDIENNE)

En Europe, seules l'Italie et l'Espagne disposent de porte-aéronefs, dotés d'un tremplin et embarquant des avions à décollage court et appontage vertical. En plus du Principe de Asturias (196 mètres, 17.200 tpc, 30 aéronefs), admis au service actif en 1988, l'Armada espagnole vient de recevoir le bâtiment de projection stratégique Juan Carlos I (231 mètres, 26.800 tpc, 24 aéronefs). Doté d'un radier pour le déploiement d'engins amphibies, ce navire est conçu pour pouvoir mettre en oeuvre, dans les prochaines années, des F-35 B. Il en sera de même pour le nouveau porte-aéronefs italien, le Cavour, livré en 2008 et toujours en phase d'essais et d'entrainement. Ce navire remplacera le Garibaldi qui, contrairement à son successeur, ne pourra recevoir de F-35 B. En attendant que le nouvel avion soit opérationnel, Italiens et Espagnols se contentent de leurs Harrier.


Le Principe de Asturias espagnol (© : ARMADA ESPANOLA)


Le Juan Carlos I espagnol (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


Le Cavour italien (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


Le Garibaldi italien (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Depuis la fin 2010 et la décision de retirer du service le HMS Ark Royal (209 mètres, 22.000 tonnes, 21 aéronefs) et la flotte de Harrier, la Grande-Bretagne, dont le dernier porte-aéronefs (HMS Illustrious) a été ravalé au rang de porte-hélicoptères, ne dispose plus d'avions embarqués. Cette situation est néanmoins temporaire puisque la Royal Navy doit recevoir un nouveau porte-avions. Un premier bâtiment, le HMS Queen Elizabeth (283 mètres, 65.000 tpc, 40 aéronefs), est actuellement en construction pour une livraison en 2015. Mais ce navire ne sera armé que pendant quelques années comme porte-hélicoptères, en attendant la mise en service, vers 2020, d'un autre porte-avions, le HMS Prince of Wales. Contrairement à son aîné, qui disposera d'un tremplin (pour la mise en oeuvre de F-35B, option finalement abandonnée par Londres), le second porte-avions britannique sera doté de catapultes et de brins d'arrêt pour pouvoir accueillir des F-35C. Après une longue période réapprentissage, la Royal Navy recouvrera le club des marines dotées de porte-avions classiques, configuration qu'elle avait abandonné à la fin des années 70 pour privilégier l'emploi de petits porte-aéronefs (ce qui fut à postériori une erreur, aujourd'hui reconnue).


Le futur HMS Queen Elizabeth britannique (© : BAE SYSTEMS)


Le futur HMS Prince of Wales britannique (© : BAE SYSTEMS)

Le tour d'horizon ne serait pas complet sans revenir en Asie. Dans cette région, le seul pays à disposer d'un véritable porte-aéronefs est la Thaïlande. Celle-ci a commandé en 1992 un bâtiment dérivé du Principe de Asturias, qui a été livré par les chantiers espagnols en 1997. Bien que récent, le Chakri Naruebet (182 mètres, 11.500 tpc, 12 aéronefs) présente toutefois des capacités limitées, son parc aérien ne pouvant comprendre que quelques vieux avions Matador (ancienne version espagnole du Harrier), dont 9 exemplaires ont été achetés à l'Armada en 1996.


Le Chakri Naruebet thaïlandais (© : MARINE THAILANDAISE)

Le Japon, quant à lui, a construit une série de porte-hélicoptères qui pourraient, le cas échéant, être transformés en porte-aéronefs. Mis en service entre 1998 et 2003, les Osumi, Shimokita et Kunisaki (178 mètres, 14.000 tpc) du type 16DDH, sont de taille réduite. Mais la capacité potentielle en matière de porte-aéronefs de la marine japonaise résiderait plutôt dans une nouvelle classe de bâtiments, le type 22DDH, dont le design a été dévoilé en 2009. Ces navires mesurent 248 mètres de long, avec un déplacement de plus de 30.000 tonnes en charge.
Enfin, dans le même esprit, la Corée du Sud a intégré, en 2007, son premier porte-hélicoptères d'assaut avec radier, pont d'envol continu et îlot. Long de 199.4 mètres pour un déplacement de 18.860 tonnes en charge, le Dokdo aura un sistership, le Marado.


Image de synthèse des types japonais 16DDH et 22DDH (© : DROITS RESERVES)


M&M

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21623
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Lun 29 Aoû 2011 - 7:26

c´est vrai,ils n´ont pas vu le Hawkling sorti des cartons.
je remarque aussi que les avancés chinoises ne plaisent pas,beaucoup de sous-estime dans cet article

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Lun 29 Aoû 2011 - 12:24

Il y a vraiment du sous-estime à tous ce qui est chinois dans l'article ... mais qui est justifié. On ne peut pas juger un navire à travers juste ses formes, et tant que ces technologies sont basées sur des tech russes, on ne peut pas avoir un bon estime à leur égard.

Imiter les technologies occidentalles serait une bonnes choses pour la chine, et l'expérience l'a montré ! le SM qui a fait surface au coeur d'un GAN US ... avait une motorisation allemande, ou au moins une copie. la Chine ayant importé des propulseurs des U209 avant l'embargo.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   Dim 2 Oct 2011 - 0:26


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Porte-avions / Aircraft Carrier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Porte-avions / Aircraft Carrier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» LE PORTE-AVIONS "GRAF ZEPPELIN"
» Le porte-Avions Karel Doorman en 1960
» PORTE-AVIONS EN INDOCHINE
» Porte-avions R91 Charles de Gaulle
» Porte-avions N°2 : les news

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Armement naval-
Sauter vers: