Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion
Informations et news sur le FAR54.712
Partagez | 
 

 Informations et news sur le FAR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 18 ... 35  Suivant
AuteurMessage
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages: 1782
Inscrit le: 24/02/2008
Localisation: UK
Nationalité: UK
Médailles de mérite:


MessageSujet: Informations et news sur le FAR   Jeu 18 Juin 2009 - 23:25

Le Maroc contreattaque en Afrique.

Citation :

       Le Général de Corps d'Armée Abdelaziz Bennani s'entretient avec le ministre Burkinabé de la Défense

Rabat - Le Général de Corps d'Armée Abdelaziz Bennani, Inspecteur Général des FAR et Commandant la Zone Sud a reçu, jeudi au siège de l'Etat-Major Général des FAR, le ministre Burkinabé de la Défense, M. Yéro Boly, qui effectue une visite officielle du 17 au 19 juin au Royaume dans le cadre de la coopération militaire bilatérale.

Les entretiens ont porté sur la coopération militaire entre les deux pays et les possibilités de développer cette coopération, indique un communiqué de l'Etat-Major Général des FAR.

     Le ministre Burkinabé et la délégation l'accompagnant, ont été, par la suite, conviés à un déjeuner offert en leur honneur au Cercle Mess Officiers de Rabat. Durant son séjour au Royaume, la délégation du Burkina-Faso effectuera une visite de travail à l'Hôpital militaire d'Instruction MohammedV, à Rabat, ainsi qu'à la Base Ecole des Forces Royales Air à Marrakech, ajoute le communiqué.

Mercredi, M. Yéro Boly s'est rendu au Mausolée Mohammed V, où il a déposé une gerbe de fleurs avant de se recueillir sur les tombes de feu SM Mohammed V et feu SM Hassan II. Il a été reçu, le même jour, par le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale, M. Abderrahmane Sbai, rappelle-t-on.
     
http://www.map.ma/fr/sections/accueil/le_general_de_corps/view
     

HS: J'ai cree ce topic car je n'ai pas trouver ce tipe d'informations. Si ce n'est pas une bonne ide'e je vous empris de le ferme'.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Jeu 18 Juin 2009 - 23:31

bonne idée Leo,ca manquait effectivement pour des infos en general,bien vu
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages: 1782
Inscrit le: 24/02/2008
Localisation: UK
Nationalité: UK
Médailles de mérite:


MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Sam 20 Juin 2009 - 15:54

Citation :
Qui dirige l’armée au Maroc ? (part 1)

Au titre de cette première décennie du nouveau règne, quels changements ont été opérés au sein des Forces Armées Royales et suivant quelle feuille
de route?


Si latransition politique reste diversement appréciée par les uns et les
autres, les mutations enregistrées au sein de l’institution militaire du Royaume paraissent participer d’une démarche marquée au coin de la lenteur et de la mesure. C’est qu’en effet les FAR ne relèvent pas de la même comptabilité que les autres composantes civiles ou politiques du système. Mais pour autant, par touches successives, s’est opéré un processus de mise à niveau qui n’a pas fini d’emporter tous ses effets. Nul doute que dès le début de son règne, le Souverain avait des idées significatives sur cette institution, ses hommes, ses structures ainsi que sur son rôle. Nommé quatorze ans auparavant, en 1985, par son père, feu SM Hassan II, en qualité de coordinateur des bureaux et services de l’état-major, il a eu tout le temps de sa familiariser avec ce grand corps.

Disposant d’un bureau à la tête de cet organe, il était au carrefour de tous les flux et des procédures rythmant la vie de cette institution. Accessible à tous, disponible, à l’écoute des uns et des autres, il a pu ainsi se pénétrer de la teneur d’une culture d’entreprise propre aux FAR. Dans le même temps, il a détecté et mémorisé les jeunes profils dotés d’un potentiel, laissant à son père la gestion de leurs aînés.


Continuité
Au lendemain de son accession au Trône, il a pourtant veillé à une certaine continuité organique. Des avis de chancelleries occidentales donnés de manière informelle -Washington et Paris- ont recommandé pratiquement le statu quo au sein de l’establishment des FAR, invoquant la préservation des équilibres.

Une suggestion allant au-devant des intentions du nouveau Souverain, attaché à une “rupture” avec le précédent règne, mais par des actes symboliques donnant des signes forts de son projet de société. Au titre de cette première décennie du nouveau règne, quel est l’état des lieux dans ce domaine? Quels changements y ont été opérés et suivant quelle feuille de route? L’invariant, pourrait-on dire, a trait au statut et au rôle du Roi. Le corpus juridique en vigueur s’articule autour des textes de 1956 et de 1966/67. Le texte de référence relatif à l’organisation de la défense du royaume, à savoir le décret royal du 5 septembre 1967, précise le contenu et la portée du concept même de défense nationale: «La défense consiste à assurer en tout temps et en toutes circonstances la sécurité et l’intégrité territoriale du Royaume ainsi que la protection de la vie et des biens de la population». Il définit également l’articulation de la défense: service militaire, organisation, attributions du chef d’État-major, création de l’inspection générale des FAR, compétences et attributions du ministre de la Défense…


Génération
Mais, à la suite des événements de Skhirat (10 juillet 1971) puis de
’attentat contre le Boeing royal (16 août 1972), cet édifice est profondément remanié avec l’annonce par le Roi Hassan II, le 19 août 1972, de nouvelles mesures: suppression du ministère de la Défense nationale, ainsi que des fonctions de major général et de major général-adjoint; institution de l’Administration de la Défense nationale rattachée au Chef de l’État. Dans la conception marocaine qui veut que le pouvoir est un et indivisible, le Roi est l’autorité suprême militaire, civile et religieuse. Il est ainsi titulaire du monopole de la production juridique relative à la défense nationale. Et c’est sur la base de ce crédo qu’il faut appréhender les principes fixant la place de la défense nationale dans l’État ainsi que dans la Nation.

Le premier d’entre eux est fondamental et il est celui-là même enraciné dans les démocraties occidentales: la subordination de la force armée au pouvoir civil; les moyens de la Défense nationale sont ainsi placés sous l’autorité du pouvoir exécutif. Il existe en effet une séparation entre les autorités qui donnent l’impulsion, ainsi que les ordres généraux, et celles qui détiennent directement la force armée.


Compétence
Dans cette même ligne, un texte de référence éclaire les fondements et l’articulation du corps militaire: il s’agit du règlement de discipline générale dans les FAR qui précise que «conformément à la Constitution, les Forces Armées Royales relèvent directement de Sa Majesté le Roi, Chef suprême, garant et défenseur des valeurs sacrées de la communauté, de l’intégrité et des institutions fondamentales de la Patrie».

Il en résulte tout naturellement que le droit de commandement est conféré par décision individuelle du Roi en sa qualité de Chef Suprême et Chef d’État Major des Forces Armées Royales. Le Souverain exerce ainsi une compétence générale et suprême dans le domaine de la défense nationale, mais il est également investi d’autres fonctions décisives et opérationnelles liées à ce statut. Depuis 1972, il exerce également les attributions de ministre de la Défense nationale.

Qui dirige l’armée? Le Roi, bien sûr. Et si des organes ont pu être mis sur pied dans le passé, ils sont pratiquement “désactivés” depuis des lustres.
Ainsi le Haut Conseil de la Défense, créé au début des années 1980 par SM Hassan II et dont le secrétaire général était le général Abdelhak El Kadiri, n’a finalement tenu que quelques réunions avant sa mise en sommeil apparemment durable…


Discipline
De même, le sort d’un autre organe, en l’occurrence le Conseil national de sécurité mis sur pied au printemps 1978 et qui associait des leaders de partis politiques, n’a pas été marqué non plus par une longévité particulière après quelques réunions seulement. Enfin, quel rôle joue le Haut Comité de Défense nationale, réactivé en interne de temps à autre, mais qui reste pratiquement en stand-by?

Sur un autre registre, la concentration des attributions militaires entre les mains du Roi reste celle-là même opérée en 1972. Ainsi la “normalisation” institutionnelle du ministère de la Défense nationale n’est pas réalisée depuis cette date puisque ce département est réduit à l’administration et qu’il est délégué auprès du Premier ministre.

Si le décret royal du 5 septembre 1967 confie au Roi la définition de la politique de défense en conseil des ministres et que «les décisions en matière de direction générale et de direction militaire de la Défense sont arrêtées par Notre Majesté», il faut aussi de souligner que «la mise en œuvre des décisions arrêtées en matière de Défense nationale est assurée» par le Roi (art. 3).


Longévité
Il s’ensuit que le Souverain exerce également, à ce titre, les fonctions de chef d’État Major, lesquelles ne sont donc pas organiquement autonomisées. Celles-ci couvent, rappelons-le, plusieurs domaines: élaboration des plans d’organisation militaire du Royaume, sécurité des moyens de défense, mise au point des directives, plans et décisions d’emploi des FAR dans le cadre national et interallié, sans oublier tous les éléments utiles donnés au ministre de la Défense sur l’élaboration des plans de développement et d’équipement des FAR (infrastructures, budget, nomination et gestion des personnels militaires non officiels…).

S’il garde donc la haute main sur la Défense nationale, le Roi n’en délègue pas moins des pans entiers à des structures militaires sur la base de compétences d’attribution sectorielles ou fonctionnelles. L’organigramme de direction des FAR s’articule autour de pôles d’inégale importance, indépendamment de la valeur personnelle de ceux qui en sont chargés. Au plan administratif, c’est l’inspecteur général Abdelaziz Bennani, général de corps d’armée, qui se classe à la tête de la hiérarchie. Nommé à ce poste en 2004, il a été longtemps le “Monsieur Sahara” en sa qualité de commandant de la zone sud où se trouvent aujourd’hui quelque 160.000 hommes.

Un autre général de même rang, Hosni Benslimane, dirige la Gendarmerie royale depuis 1972. Fort de 22.000 gendarmes, dont un millier d’officiers, ce corps se distingue aujourd’hui par sa professionnalisation et sa politique de promotion des ressources humaines.

Ahmed Boutaleb, général de division, est, lui, à la tête de l’Aviation. Proche de SM Mohammed VI -il a été son aide de camp lorsqu’il était prince héritier- il a été formé aux États Unis. Son alter égo dans la Marine est le général de brigade Mohamed Gouzi Berrada, qui justifie d’une formation polyvalente en France, en Espagne et aux Etats-Unis. Il a succédé au général Triki, mis à la retraite.

Avec le général de division Hamidou Laânigri, nommé en qualité d’inspecteur général des Forces auxiliaires en 2006, c’est un profil moins conventionnel qui doit être mis en relief. Militaire de formation, il peut exciper d’un long cursus opérationnel en interne et à l’international. Dans la Gendarmerie royale puis à la tête du contre-espionnage à la DGED avant de diriger la DST puis la DGSN, il a aussi engrangé des missions en Afrique et aux Emirats Arabes Unis à la tête du contingent marocain dépêché dans cette monarchie du Golfe.

Quant à la structuration organique de la direction des FAR, elle se décline en cinq bureaux. Le général Meddah coiffe le 1er bureau (administration et gestion du personnel). Le 2ème bureau, lui, est placé sous la direction du colonel-major Hamdoune et il a en charge notamment l’appréhension des risques et menaces ainsi que l’armement ennemi. Une mission d’évaluation et de renseignement.

Le 3ème bureau est dirigé par le général de corps d’armée Bouchaïb Arroub. Si son parcours a été heurté -il avait été écarté dans les années 1980- ses qualités professionnelles sont reconnues. Patron du renseignement militaire, il dirige également le poste de commandement avancé (PCA) attaché au Roi. Le 4ème bureau est placé sous la direction du général de brigade Mohamed Tamedi. Il a en charge les achats de matériel et d’armement. Enfin, le 5ème bureau est confié depuis août 2006 au colonel-major de la Gendarmerie, Mohamed Maïch, après le limogeage du général Mohamed Belbachir. Un poste de premier plan puisqu’il couvre la sécurité militaire dans ses multiples aspects (mouvement et activités, attachés militaires, état d’esprit, mesures contre la propagande et les menées islamistes…).


http://www.maroc-hebdo.press.ma/

MHI N° 844
Du 12 au 18 juin 2009
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages: 1782
Inscrit le: 24/02/2008
Localisation: UK
Nationalité: UK
Médailles de mérite:


MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Sam 20 Juin 2009 - 15:59

Citation :

Qui dirige l’armée au Maroc ? (part 2)

Promotion

Cette radioscopie à grands traits de l’armature générale des FAR serait incomplète si l’on n’y ajoute pas deux autres données. La première a trait au général de division Mimoun Mansouri, à la tête de la Garde royale depuis des décennies. Dédiée, à côté de la Gendarmerie d’ailleurs, à la sécurité du Roi, son titulaire garde lui aussi toute la confiance de Mohammed VI. Quant à la seconde donnée, elle regarde le statut de Mohamed Yassine Mansouri, nommé à la direction de la DGED en février 2005. S’il est un civil, à la différence de tous les autres responsables militaires des FAR, il a pour mission de s’atteler à tout ce qui peut porter atteinte à la sécurité nationale au dehors.

Mais dans ce champ, peut-il, en complémentarité et/ou rivalité avec le 5ème bureau, se désintéresser de la vie de l’institution des FAR, dont le Chef suprême est le Roi? Sa nomination avait d’ailleurs dérogé à une tradition qui voulait que ce soit un gradé de haut rang et de grande proximité avec le Roi qui assure cette fonction, que ce soit Ahmed Dlimi (1973-1983) ou Abdelhak El Kadiri (1983-2001). Il faut sans doute y voir le souci du Souverain d’avoir une relation personnelle directe avec un responsable qui a été son condisciple au Collège royale.

On ne bouleverse pas un corps comme les FAR comme on le ferait dans
d’autres secteurs de l’État (Intérieur, Justice, entreprises publiques…). Pour autant, SM le Roi entend faire prévaloir une culture de résultat dans le management de l’outil militaire. Des grands généraux de corps d’armée
-Bennani, Benslimane et El Kadiri- ont été maintenus et même confortés dans leurs responsabilités respectives, sauf à relever que le dernier gradé cité a été déchargé -à sa demande?- pour des raisons de santé. D’autres généraux de division, eux, tels Bouchaïb Arroub ou Hamidou Laânigri, ont repris du service à un niveau opérationnel.


Cursus
S’ils ne sont pas directement affectés à l’État Major des FAR, une bonne
moitié des généraux dirigent des départements clés. Outre ceux déjà mentionnés (Bennani, Boutaleb, Gouzi Berrada, Arroub, Tamedi ou Maïch), il faut également citer Ahmed Ameur et Mokhtar Zouhri (inspection de l’Infanterie), Mohamed Zeggaoui (inspection des Blindés), Abdallah Maâfa (inspection du Génie), Boujemaâ Bouraâda (inspection des Transmissions).

D’autres gradés de même rang affectés au QG de Rabat restent cependant sans affectation dans l’attente d’un départ à la retraite… Au commandement sud à Agadir exercent les généraux Mustapha Rafaï et Ahmed Banyass. Les bases militaires de Meknès et de Benguérir sont dirigées respectivement par Mohamed El Ouadi et Mohamed Berrada.

La haute hiérarchie militaire n’est pas figée depuis 1999. Bien au contraire, des processus étudiés de renouvellement et de promotion ont été mis en œuvre suivant des modalités diverses. Dès le printemps 2001, SM Mohammed VI a promu une dizaine de colonels-majors au garde de général de brigade -parmi eux, figurait Mohamed Belbachir. En 2005, ce fut la nomination de 24 généraux de brigade comme généraux de division.


Paramètre
Est ainsi mise en œuvre une politique de “nomination” des carrières avec
des promotions et des départs à la retraite d’une bonne quinzaine d’entre eux s’apparentant parfois à une sanction (Moulay Driss Archane, patron de la Santé militaire; Ahmed Harchi responsable de la DGED; Mohamed Belbachir; Triki de la Marine royale; le général Belhaj, de l’Académie militaire de Meknès; le général M’hamed Allam, à la tête de l’École de Perfectionnement des cadres du ministère de l’Intérieur de Kénitra.)

À la veille du Xème anniversaire de son intronisation, nombreux sont ceux qui, dans les rangs des FAR, attendant ou espèrent que le Souverain accélère et élargisse les effectifs des promotions quelque peu corsetées par le passé pour de multiples raisons. Les 80 colonels-majors en instance d’avancement, les 200 lieutenants-colonels inscrits au même registre ou des généraux de divers grades escomptent un signe royal fort à cet égard.
Indépendamment des propositions de la commission ad hoc formée des généraux Benslimane, Bennani, Arroub et Maïch et de Abderrahmane Sbaï, ministre délégué à l’Administration de la Défense nationale, SM Mohammed VI tient compte de ses propres paramètres, que ce soit le cursus professionnel, les filières de formation poursuivies ou le profil personnel des postulants. Il a sûrement en tête une projection d’avenir des FAR et il entend y donner forme et contenu au moindre coût: moderniser, professionnaliser, assurer le renouvellement générationnel sans nourrir des ferments de déstabilisation d’une institution de cette nature et de cette importance.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages: 1782
Inscrit le: 24/02/2008
Localisation: UK
Nationalité: UK
Médailles de mérite:


MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Sam 20 Juin 2009 - 16:07

Citation :
LES FAR, UNE VÉRITABLE ARMÉE DE MÉTIER (part 1)

Au Maroc, l'armée a réussi un “mixage” social qui fait que les effectifs ne sont ni aristocratiques ni féodaux, mais puisés globalement dans les couches modestes de la population.
L'armée n'est pas cantonnée à une sorte de huis clos relevant de l'insularité. Et le fait militaire tel qu'en lui-même n'est pas autonome, cloisonné et étanche par rapport à la vie de la société. Elle tient en effet à l'ensemble de la communauté nationale tant par ses origines sociales que par la population civile qu'elle croise ou côtoie tous les jours quand elle ne l'assiste pas. Ce que fait l'armée ne dépend pas seulement de ce que fait ce corps mais aussi du reste, surtout le passé de la société et de l'Etat. Les FAR, créées le 14 mai 1956 par Mohammed V, participent d'un type distinct. À la différence par exemple de tant d'Etats de tiers monde où c'est l'Etat indépendant qui se dote d'une armée de manière pacifique et naturelle, l'armée royale ainsi mise sur pied intègre trois segments formés de l'Armée de Libération et des contingents issus des protectorats espagnol et français.

Cette action unificatrice s'est manifestée, dans le domaine politique, par
l'exécution d'opération de maintien de l'ordre en vue de réprimer des tentatives de dissidence ou de déstabilisation: celle du gouverneur Addi ou Bihi en 1957 dans le Tafilalet ou celle du Rif en 1958. Il faut noter au passage cette armée de l'indépendance recouvrée avait une histoire multiséculaire, l'empire chérifien ayant toujours disposé de corps expéditionnaires terrestres ou maritimes d'ailleurs assurant l'ordre interne et le cas échéant la projection de puissance en Méditerranée ou sous d'autres latitudes.


Ascension
C'est dire que l'on est dans un schéma inverse de la situation de l'Algérie où l'ANP (Armée nationale populaire) procède, elle, d'une naissance belliqueuse, césarienne même : le nouvel Etat trouve une force qui se dit son aînée - depuis près d'un demi-siècle, cette équation perdure…

Au Maroc, l'armée a réussi un “mixage” social qui fait que les effectifs ne sont ni aristocratiques ni féodaux, mais puisés globalement dans les couches modestes de la population, urbaines et rurales. Les FAR offrent même une possibilité d'ascension sociale qui se présente beaucoup moins dans d'autres secteurs. Le profil de l'armée c'est aussi sa formation culturelle : d'où elle vient et quels sont les rapports hiérarchiques. L'éducation dispensée insiste évidemment sur le caractère national, sur le legs de l'histoire et les défis d'aujourd'hui. Que la formation des cadres supérieurs soit traditionnellement assurée à un haut niveau par l'assistance de la France et des Etats-Unis n'est pas indifférent parce que chacune de ces nations a une tradition et une idéologie propre différente des cursus
soviétiques puis russe ou égyptienne par exemple. A ces facteurs culturels, il faut ajouter toute l'importance de la technicité croissante du métier militaire. Les nécessités existantes à cet égard font que l'accès de l'armée est plus ouvert aux diplômés scientifiques et techniques qu'à ceux éligibles à l'éducation juridique ou littéraire. Dans cette même ligne, ces exigences poussent à des coopérations extérieures.

On vient, ces dernières semaines, d'avoir une nouvelle illustration de cette situation avec les manœuvres américano-marocaines menées du 28 avril au 4 juin 2009 dans le sud pour les FAR dans la mesure où il a permis d'améliorer l'interopérabilité des deux armées et une meilleure connaissance de leur, tactiques et de leurs procédures respectives. Partie prenante dans l'opération Africain Lion visant la lutte antiterroriste dans le Sahel, le royaume collabore dans plusieurs missions de paix aux côtés des forces US sous l'égide des Nations .


http://www.maroc-hebdo.press.ma/

MHI N° 844
Du 12 au 18 juin 2009
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages: 1782
Inscrit le: 24/02/2008
Localisation: UK
Nationalité: UK
Médailles de mérite:


MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Sam 20 Juin 2009 - 16:12

Citation :
LES FAR, UNE VÉRITABLE ARMÉE DE MÉTIER (part 2)

Menaces
Cela dit, la professionnalisation induit d'une manière ou d'une autre la modernité : celle-ci ne se divise pas. L'officier qui a appris les nouvelles méthodes de calcul des angles de tir, l'aménagement d'une colonne, le transport d'un matériel et la logistique opérationnelle acquiert une culture moderne de management. Il intègre le fait que c'est ce mode d'organisation et de fonctionnement qui doit primer. Ce qui conduit à s'interroger sur ce que voit l'armée ailleurs, dans le champ social et politique. Elle mesure ainsi que la volonté résolument réformatrice et moderniste de SM le Roi n'est pas aisée par les “résistances” des structures sociales et politiques.

Quel prestige peut avoir pour les militaires le spectacle de partis politiques conservateurs et rentiers accrochés à des intérêts corporatistes? Quelle image peuvent donner tous ces lobbies d'affaires aux appétits insatiables à quelque 140.000 hommes mobilisés au Sahara depuis trois décennies et demie ? Au dehors maintenant, comment se présente pour les FAR le destin international de la nation ? Le front n'est pas à l'intérieur comme c'est le cas en Algérie, en Irak, ou ailleurs. Comment se pense donc l'armée ? Les inclinations naturelles qu'elle éprouve ne sont pas singulières : elles ont trait notamment au souci de l'indépendance et du prestige, à la sensibilité à l'ordre social et à l'unité nationale, au loyalisme aux symboles de la nation et au Roi - la devise des FAR n'est-elle pas ce tryptique : “Dieu, la Patrie, le Roi”.

Le goût de l'efficacité et son statut ne confortent-ils pas une affirmation de sa supériorité morale ? Les vertus de la discipline ne poussent-ils pas à ce qu'elle se considère comme une force à part dont la mission est de préserver et de défendre les fondamentaux du royaume ?

Par nature, au Maroc, l'armée adhère tant à un nationalisme intérieur, à l'intérieur des frontières, qu'à un nationalisme défensif contre des menaces extérieures. Au Sahara, depuis 1975, les FAR ont regagné leurs titres de noblesse et de légitimité pour assurer le recouvrement de l'intégrité territoriale du royaume. Dans son discours au siège du commandement de la zone sud à Agadir, le 4 mars 2000, SM Mohammed VI leur a ainsi rendu un hommage appuyé : “Le rôle des Forces Armées Royales, a-t-il déclaré à cette occasion, a été déterminant dans l'organisation de la Marche Verte, la défense de l'unité territoriale du Royaume, la mise en échec des agressions répétées et la fortification des frontières… Elles ont gagné à juste titre
l'admiration et la considération de tous”. Une armée patriotique et citoyenne donc en osmose avec le peuple, partageant avec lui ses palpitations et ses espoirs : une mission et une école de dévouement, d'abnégation et de sacrifice.

A ce titre, elle n'est pas - ou plus - une force de répression populaire comme ce fut le cas en mars 1965 à Casablanca ou à Fès en décembre 1990. L'appareil sécuritaire civil a été, en effet, réarticulé par étapes depuis dix ans et ses missions ainsi que ses modes d'intervention clairement identifiés et balisés. Et sauf en cas de subversion établie, l'armée reste cantonnée dans ses casernes .


Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages: 1782
Inscrit le: 24/02/2008
Localisation: UK
Nationalité: UK
Médailles de mérite:


MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Sam 20 Juin 2009 - 16:17

Citation :
Les FAR sur tous les fronts

Depuis les années 1960, le Maroc déploie des contingents dans différentes
zones de tensions à travers le monde, comme la Somalie, l’Angola, le Cambodge, la Bosnie, le Kosovo, Haïti et la Côte d’Ivoire.

Le professionnalisme des Forces Armées Royales n’est plus à prouver. En
témoigne le vibrant hommage que leur a rendu l’ONU à l’occasion du soixantième anniversaire des Casques Bleus. Une exposition de photographies a été organisée, du 26 au 29 mai 2009, au siège desm Nations Unies à New York pour rappeler le grand apport des soldats marocains dans les missions de maintien de la paix dans le monde. Lors du vernissage, diplomates et hauts fonctionnaires de l’Organisation
mondiale ainsi qu’un grand nombre d’autres personnalités ont tous été unanimes sur l’engagement sans faille des militaires marocains dans la sécurité Internationale.

«Nous apprécions la participation des Forces Armées Royales, leur compétence, leur équipement et leur flexibilité», a déclaré Alain Le Roy, Secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de maintien de la paix comme pour illustrer un demi-siècle de contribution du Maroc aux missions onusiennes.


Lumumba
Depuis les années 1960, le Maroc déploie des contingents dans différentes zones de tensions à travers le monde, comme la Somalie, l’Angola, le Cambodge, la Bosnie, le Kosovo, Haïti et la Côte d’Ivoire.

Leur principale mission est de surveiller des cessez-le-feu, désarmer les anciens combattants, soutenir le retour des personnes déplacées ou réfugiées, ainsi que d’apporter une assistance médicale. Leur première mission dans le cadre de l’ONU était au Congo. C’était en 1961. L’assassinat de Patrice Lumumba, Premier ministre de ce qu’on appelait le Congo belge, actuellement République démocratique du Congo, avait menacé de plonger le pays dans une interminable guerre fratricide. Les contingents des FAR ont apporté une aide précieuse aux troupes de Mobutu Sese Seko pour garder la stabilité du pays.

Dix-sept ans plus tard, les soldats marocains sont encore une fois amenés à intervenir dans le Congo belge devenu le Zaïre. Ils ont combattu pendant plusieurs mois aux côtés de leurs camarades français pour repousser la rébellion séparatiste, éclatée en avril 1978 dans la province du Kantaga et soutenue par l’Angola et le Cuba, qui avait failli emporter le régime de Mobutu et briser l’unité territoriale.

Le même esprit et les mêmes objectifs avaient présidé à l’engagement des FAR dans les années 1990 en Somalie, après la destitution du président Siyad Bare en 1991, et la proclamation d’une République indépendante au Nord qui avait plongé le pays dans un long cauchemar de guerre civile et nécessité l’envoi, en 1992, par les Nations Unies d’une force militaire multinationale. Quatre années plus tard, en 1996, les Forces Armées Royales étaient appelées sur un autre front.

Plus complexe et plus violent. La terrible guerre d’agression et
d’extermination des populations bosniaques, croates et serbes qui a déchiré la Bosnie-herzégovine. Au Kosovo, les militaires marocains assurent, depuis juin 1999, la sécurité de ce pays. où des violents conflits ont éclaté entre les autorités serbes et les séparatistes albanais. En Haïti, les troupes
marocaines dans le cadre d’une mission des Nations Unies toujours en cours sont chargées de rétablir la légalité internationale et mettre en oeuvre les mécanismes de dialogue pour garantir la stabilité et la sécurité dans ce pays d’Amérique centrale.


Stabilité
En Côte d’Ivoire, le Maroc contribue, aux côtés de trente neuf autres pays, à l’Opération des Nations Unies (ONUCI) instituée par le Conseil de Sécurité depuis le 4 avril 2004, pour instaurer paix et stabilité dans ce pays ouest-africain. La participation du Maroc à cette mission a été fortement plébiscitée par l’ONU, qui lui a notamment décerné une médaille commémorative des opérations de maintien de la paix lors du 50ème anniversaire de la fête de l’indépendance nationale. Selon plusieurs rapports onusiens, le contingent militaire marocain déployé en Côte d’Ivoire, fort de 735 militaires et de 4 officiers d’État-major, se distingue régulièrement par son dévouement, son abnégation et son courage pour instaurer une stabilité et une paix durables en Côte d’Ivoire. En République Démocratique du Congo, le Maroc contribue depuis le 30 novembre 1999 à la mission des Nations Unies pour la paix (MONUC).

Dans le monde arabo-musulman, il y a lieu de rappeler l’engagement des contingents des FAR au Golan et au Sinaï lors de la guerre israélo-arabe d’octobre 1973. Les forces marocaines sont également déployées depuis 1986 aux Émirats Arabes Unis (entre 2000 militaires et policiers) pour être prêtes à intervenir à tout moment en cas de conflit dans le région du Golfe. Plus de 1.500 soldats marocains furent détachés en Arabie saoudite sur la base d’un arrangement bilatéral, lors de la Guerre du Golfe en 1991. Cependant, la mission des Forces Armées Royales s’est élargie avec le temps à des actions à caractère civil, à des opérations de développement et d’encadrement social et de lutte contre les effets des catastrophes naturelles.

En février 2006, les soldats marocains ont installé un hôpital militaire mobile à Brazzaville aux allures non seulement impressionnantes, mais qui a pris en charge, plusieurs semaines durant, la population congolaise à laquelle ont été prodigués des examens et des soins en toutes disciplines. Le contingent de 100 experts marocains, arrivé fin décembre 2006, pour participer à l’opération de déminage de la région de Casamance, au sud du Sénégal, ont installé un hôpital de campagne qui a donné plus de 400 consultations par jour et des interventions chirurgicales au bénéfice des populations. Les
démineurs marocains ont dispensé également des cours théoriques et pratiques à leurs collègues sénégalais de l’armée nationale.

C’est au total treize missions onusiennes auxquelles les Forces Armées Royales ont participé pour autant de réussites. Des compétences qui leur valent non seulement la sollicitation des Nations Unies mais aussi de l’OTAN. Un partenaire de choix pour renforcer le poids géopolitique du Maroc.


http://www.maroc-hebdo.press.ma/
MHI N° 844
Du 12 au 18 juin 2009


Dernière édition par Leo Africanus le Sam 20 Juin 2009 - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages: 1782
Inscrit le: 24/02/2008
Localisation: UK
Nationalité: UK
Médailles de mérite:


MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Sam 20 Juin 2009 - 16:26

Et voila!! tout le dossier sur les FAR publie' par Maroc Hebdo poste'.
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages: 10569
Inscrit le: 31/03/2008
Localisation: Pau-Marrakech
Nationalité: Maroc-France
Médailles de mérite:


MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Sam 20 Juin 2009 - 16:29

Leo Africanus a écrit:
Et voila!! tout le dossier sur les FAR publie' par Maroc Hebdo poste'.

Merci beaucoup Léo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Sam 20 Juin 2009 - 23:59

Merci Leo pour ces articles interessants Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
mezziane
1ere classe
1ere classe


messages: 67
Inscrit le: 10/03/2008

MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Dim 21 Juin 2009 - 0:14

c'est très intéressant
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages: 7020
Inscrit le: 14/08/2008
Localisation: Rabat Maroc
Nationalité: Maroc
Médailles de mérite:

MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Dim 21 Juin 2009 - 0:33

Bon dossier sur les FAR, sans la prétention de parler de tous les aspects.
Merci Léo
Revenir en haut Aller en bas
mezziane
1ere classe
1ere classe


messages: 67
Inscrit le: 10/03/2008

MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Dim 21 Juin 2009 - 23:05

il y a des fautes dans cette article .Par exemple le général Tamdi est un général de division pas un général de brigade et le directeur du 5ème bureau est un général de brigade pas un colonel major
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages: 1782
Inscrit le: 24/02/2008
Localisation: UK
Nationalité: UK
Médailles de mérite:


MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Lun 22 Juin 2009 - 21:25

Citation :


SM le Roi pose la première pierre pour la construction de plusieurs édifices militaires à Oujda

Oujda- SM le Roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d'Etat Major Général des Forces Armées Royales (FAR), Que Dieu L'Assiste, a procédé lundi
après-midi au camp Sultan Sidi Mohammed Benabdellah à Oujda, à la pose de la première pierre pour la construction du nouveau siège de la Place d'Armes d'Oujda et ses annexes et du nouveau Mess Hôtel de la garnison, indique un communiqué du service de presse de l'Etat Major Général des FAR.SM le Roi a, de même, posé la première pierre pour la construction des locaux destinés à recevoir la délégation sociale des FAR, la délégation de la Fondation Hassan II pour les oeuvres sociales des anciens militaires et anciens combattants (OSAMAC), la caserne de la 14è compagnie du Quartier général, la nouvelle infirmerie ainsi que 100 logements militaires locatifs de fonction.

Le projet intègre également la construction à Beni Oukil des nouvelles casernes des unités délocalisées du camp Sultan Sidi Mohammed Benabdellah, ainsi que la réalisation de 200 logements militaires locatifs de fonction.

Ces réalisations découlent de la vision Royale qui vise à rénover et à moderniser l'infrastructure des FAR et à édifier des bâtiments et des casernes de nouvelle génération sur des sites et des espaces en adéquation avec l'extension urbanistique. Elles traduisent aussi la Haute sollicitude dont SM le Roi entoure les membres des FAR pour améliorer leurs conditions de travail et de vie.

A son arrivée, SM le Roi a passé en revue un détachement de la garde Royale qui rendait les honneurs, avant d'être salué par le général de corps d'armée Abdelaziz Bennani, inspecteur général des FAR et commandant la Zone Sud, le général de corps d'armée Hosni Benslimane, commandant la gendarmerie Royale, le général de corps d'armée Bouchaïb Arroub, Chef du troisième bureau, le général de division aérienne, Ahmed Boutaleb, inspecteur des Forces Royales Air (FRA), le contre-amiral Mohamed Berrada Gouzi, inspecteur de la marine Royale, le Général de brigade Mohamed Maich, Chef du 5è bureau, le général de brigade Abdellah Mouafi, inspecteur du Génie, le directeur général de l'Agence de logements et d'équipements militaires, M. Ahmed Tahour ainsi que par d'autres personnalités civiles et militaires.

http://www.map.ma/fr/sections/a_la_une_3/sm_le_roi_pose_la_pr/view
Revenir en haut Aller en bas
naourikh
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages: 445
Inscrit le: 19/03/2007
Localisation: Devant un PC
Nationalité: Maroc-Belgique

MessageSujet: Re: Informations et news sur le FAR   Lun 29 Juin 2009 - 10:24

Quelqu'un aurait des informations sur le type d'unités qui sont stationées à Oujda? Je pense qu'il y a un battaillon d'infanterie de Secteur, mais je ne sais pas pour le reste.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 

Informations et news sur le FAR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 35Aller à la page : 1, 2, 3 ... 18 ... 35  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces ::  :: -