Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Guerre de l’eau au pays des deux fleuves

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitimeVen 19 Juin 2009 - 1:55

Rappel du premier message :

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves



Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 PROCHEORIENT-10-01



La première guerre de l’eau connue - et la seule répertoriée depuis par les historiens - a eu lieu vers 2450 av. J.C en basse- Mésopotamie. Elle fut provoquée par une querelle de bornage entre les cités-Etats de Lagash et Umma qui se disputaient l’exploitation de canaux d’irrigation frontaliers alimentés par le Tigre. Eannatum, roi de Lagash, en sortit vainqueur. Une stèle le montre tenant dans sa main gauche un filet où sont pris ses ennemis. Mais en 2150 av. J.C, Lugazaggesi d’Umma prit sa revanche. Et, Lagash fut détruite…

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 L-euphrate-a-doura-europos-visoterra-27865


En ce début de 21ème siècle, pessimistes quant à l’avenir de la paix dans leur région, de nombreux Irakiens accusent la Turquie de jouer les apprentis sorciers en menant à terme son dangereux projet de construction de 22 barrages et de 19 centrales hydroélectriques sur le Tigre, l’Euphrate et leurs affluents, appelé GAP (Projet de Grande Anatolie). Avec la création annoncée d’un « Grand Kurdistan », la prochaine guerre de l’eau aura peut être lieu - elle aussi - en Mésopotamie.

Comme l’a écrit Hérodote à propos de la relation Nil – Egypte, l’Irak est « un don du Tigre et de l’Euphrate ». Aujourd’hui, la question est de savoir: pour combien de temps encore ? Quelques observateurs qui ont eu - comme moi - la possibilité de parcourir ce malheureux pays ces trente dernières années, se demandent si la « prophétie » attribuée à Boutros - Boutros Ghali, n’est pas en train de se réaliser. La prochaine guerre au Proche-Orient, aurait-il dit en 1987 – il était alors ministre égyptien des Affaires étrangères - sera « une guerre de l’eau ». La poursuite incontrôlée du GAP et, à terme, la création d’un Etat kurde en Irak, risquent d’en hâter le déclenchement.

De par sa volonté d'achever l'aménagement du Tigre et de l'Euphrate, la Turquie se trouve en désaccord avec ses voisins syrien et irakien qui voient dans ses travaux un grand risque pour leurs ressources en eau. Après les conflits pour l'or noir, les conflits pour l'or bleu ?

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Adyaman_Atatrk_Baraj


« Le XXIe siècle appartiendra à la Turquie », déclarait le président Turgut Ozal en juillet 1992 lors de la mise en eau du barrage Atatürk sur le fleuve Euphrate. « L'eau sera la ressource la plus importante au Proche-Orient dans les décennies à venir, et nous sommes les plus riches propriétaires de cette ressource dans la région. Ces fleuves sont là depuis des millions d'années. Nous voulons les utiliser pour apporter leurs bienfaits aux enfants de ce pays », renchérissait Karman Inan, le ministre de l'Intérieur (1).


Le ton est donné et le compromis n'est pas dans la partition. Il ne l'a d'ailleurs jamais été. En 1989, un Mig syrien abattait un avion de surveillance turc près du chantier de construction du barrage Atatürk, faisant cinq victimes qui cimenteront un peu plus la nation autour de son rêve de barrage. Les eaux du Tigre et de l'Euphrate, derniers témoins de ce que fut l'Empire ottoman, la Syrie, l'Irak et la Turquie appartenant alors à cette même entité territoriale, sont au centre du conflit. Trois pays qui s'opposent et se déchirent à propos d'un projet colossal, véritable mythe du développement national turc : construire 22 barrages capables de stocker 110 milliards de m3 (101 sur l'Euphrate, 9 sur le Tigre) et 19 centrales, et arrêter le flux d'émigration en fixant la population à l'aide d'activités économiquement efficaces d'ici à l'achèvement du projet prévu pour 2013 (2).

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Euphrate


Sur l'Euphrate, le barrage de Keban ? le plus en amont ? dont la retenue est de 30 milliards de m3 est terminé depuis 1974. Le projet global, en aval de Keban, est beaucoup plus ambitieux. Cette gigantesque opération hydraulique se décompose en 13 sous-projets : 7 sur l'Euphrate et ses affluents, 6 dans le bassin du Tigre.

L'eau ainsi mobilisée doit allier production d'énergie et irrigation. Sur une superficie cultivée de 3 millions d'hectares, 1,7 sera irrigué et consommera 22 milliards de m3 d'eau par an. A partir de la retenue Atatürk, le tunnel hydraulique le plus long du monde permettra l'écoulement de 328 m3/s et l'irrigation de la plaine d'Urfa-Harran. Au terme des travaux, on estime qu'entre 17 et 34 % du débit sera absorbé. En outre, on estime que les eaux usées vont se déverser dans la zone où se forme la source du Khabour, l'affluent syrien de l'Euphrate, entraînant pollution et salinité des terres.

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Harran_canal-GAP


Ce projet, annoncé comme une solution au sous-développement de la partie kurde du pays, serait une réponse économique aux demandes d'autodétermination de ses habitants qui furent longtemps appuyés dans leurs revendications politiques par les gouvernements syrien et irakien (3). De plus, à partir de cet aménagement du Tigre et de l'Euphrate, le Programme régional de développement de l'Anatolie du Sud-Est vise au développement d'une vaste zone de 75 000 km2 incluant 6 départements d'Anatolie orientale peuplés de 6 millions d'habitants. On comprend alors l'opposition de la Syrie et de l'Irak, qui risquent une perte hydrique considérable, une avancée de la désertification, et des révoltes, à l'image de celle des habitants à majorité chi'ite des marais irakiens entrés en rébellion contre Saddam Hussein lors de l'assèchement de leurs terres au profit des régions sunnites.

Face à la Turquie, l'Irak estime que les deux fleuves sont internationaux et demande le respect des droits acquis. Cette position sous-entend le respect de la consommation antérieure de chacun des Etats riverains et le partage équitable des ressources supplémentaires obtenues par des aménagements ultérieurs. L'Irak souhaite aussi que soit reconnue l'indépendance des bassins versants et s'oppose à la position turque, mais aussi syrienne, qui considère que le Tigre et l'Euphrate constituent deux branches d'un même bassin hydrographique. En optant pour l'unicité du bassin, la Turquie et la Syrie proposent que l'Irak prenne sa part de ressources sur le Tigre, difficilement aménageable dans sa partie amont, laissant ainsi à la Turquie et à la Syrie le bénéfice exclusif des eaux de l'Euphrate. Pour l'Irak, au contraire, les deux fleuves doivent être considérés séparément et un partage équitable de leurs eaux doit être envisagé entre les trois Etats.

La Syrie, pour qui l'Euphrate est un fleuve international, demande le respect des droits acquis et l'interdiction de tout aménagement qui modifierait le débit sans l'accord de l'ensemble des Etats riverains, position identique à celle de l'Irak. Par contre, elle en diffère en soutenant l'unicité du bassin versant des deux fleuves. En clair, elle propose que le partage des eaux de l'Euphrate ne s'opère qu'entre la Syrie et la Turquie et que l'Irak se satisfasse d'une exploitation quasi exclusive des eaux du Tigre.

La Turquie soutient que les deux fleuves constituent un seul bassin et sont transfrontaliers et non internationaux. Un tel statut permettrait à la Turquie de gérer à sa guise les ressources disponibles des deux fleuves sans prendre en considération les demandes et les besoins de ses voisins. La Turquie accepte pourtant de ne pas porter atteinte aux droits acquis antérieurs aux nouveaux projets hydrauliques. Pour l'avenir, sa position est nette : accepter de coopérer pour la gestion des eaux des fleuves, à condition de se limiter à des projets précis. Mais elle n'est pas prête d'accéder à la demande de ses voisins d'un accord multilatéral sur des quotas de répartition, ce qui contribue à entretenir la tension dans la région. La Turquie soutient que les déficits en eau en aval sont liés à une mauvaise gestion et ne relèvent pas du domaine juridique. Les pays en aval doivent mettre en oeuvre des techniques plus économes en eau. Elle soutient que l'accord de 1987 sur les quantités allouées à la Syrie est définitif et rejette les demandes de ses voisins pour une augmentation des quotas.

Les positions sont fermes et personne n'est en mesure de dire à qui appartient l'eau. En tous les cas, le droit international semble impuissant. Le « eux ont le pétrole, nous l'eau » des Turcs n'est pas accepté par les voisins. De plus en plus, la Turquie se veut le centre géopolitique d'une région en train d'émerger.

La Turquie privilégie-t-elle le scénario qui fit et fait encore la richesse hydraulique d'Israël ? En 1967, alors qu'Israël construit un canal pour détourner une partie des eaux du Jourdain, la Ligue arabe, en réaction, décide et entame la construction de canaux sur les deux affluents principaux. Immédiatement, Israël bombarda les projets. La guerre des Six Jours commençait.

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Le-petrole-visoterra-27867


Après l'or noir qui fut la richesse du XXe siècle et l'objet d'une multitude de conflits, l'or bleu prendra-t-il la relève ?
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Northrop
General de Division
General de Division
Northrop

messages : 4724
Inscrit le : 29/05/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Unbena24Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Unbena10
Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Unbena32Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Medail10

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitimeSam 11 Juil 2009 - 10:45

Israel aussi va avoir des F35 et rien n'est sur pour les EF-2000 pour la Tuaf..

et n'oublie pas les F15 et F16 Sufa,Merkava,200tetes nucleaires...

Donc en cas de conflit Israel raseré la Tuaf en un clin d'oeil Wink

_________________
Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 75px-m10
الله الوطن الملك
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitimeSam 11 Juil 2009 - 11:30

Northrop a écrit:
Israel aussi va avoir des F35 et rien n'est sur pour les EF-2000 pour la Tuaf..

et n'oublie pas les F15 et F16 Sufa,Merkava,200tetes nucleaires...

Donc en cas de conflit Israel raseré la Tuaf en un clin d'oeil Wink

C'est bien beau de dire sa, la Turquie a une profondeur stratégique, Israel ne pourra rien faire contre la Turquie, Israel perdra beaucoup plus que la Turquie...

On peut construire une bombe nucléaire au moins d'un an, a ce stade on est plus avancer que l'Iran par exemple...

On a bien vue leur Merkava au sud-Liban, on va acheter 116 F-35, les Israeliens combien? 25...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitimeSam 11 Juil 2009 - 11:56

tjs en moins d´un an Laughing
sacré pasha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitimeSam 11 Juil 2009 - 12:09

Yakuza a écrit:
tjs en moins d´un an Laughing
sacré pasha

C'est pas moi qui dit cela, mais des experts..la dernière fois, je t'avais mit leur avis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitimeSam 11 Juil 2009 - 22:49

barbaros pacha a écrit:


Les Irakiens faire quelque chose a la Turquie?

Ils ont essayer dans les années 60-70, la Tuaf avaient abattues des avions irakiens...

Même si tout les pays de la région se réunissait contre la Turquie, il pourrait rien faire du tout, nada, walou...lol
vous ne devriez même pas vous battre pour l'eau, et la turquie doit partager l'eau équitablement avec les pays voisins, vus les liens familiaux, culturels, historiques, diplomatiques... ... ... qui vous unissent. non?! ça a toujours été ton argument pasha...


Dernière édition par Raptor le Sam 11 Juil 2009 - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitimeSam 11 Juil 2009 - 22:56

ça sera une carte de pression entre les mains des turques pas plus ! la Turquie a besoin d'un marché où liquider ses marchandises si elle espere encore croitre! ils devront profiter de la reconstruction de l'Irak c'est un marché juteux et à proximité
Revenir en haut Aller en bas
Northrop
General de Division
General de Division
Northrop

messages : 4724
Inscrit le : 29/05/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Unbena24Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Unbena10
Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Unbena32Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Medail10

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitimeDim 12 Juil 2009 - 1:37

barbaros pacha a écrit:
Northrop a écrit:
Israel aussi va avoir des F35 et rien n'est sur pour les EF-2000 pour la Tuaf..

et n'oublie pas les F15 et F16 Sufa,Merkava,200tetes nucleaires...

Donc en cas de conflit Israel raseré la Tuaf en un clin d'oeil Wink

C'est bien beau de dire sa, la Turquie a une profondeur stratégique, Israel ne pourra rien faire contre la Turquie, Israel perdra beaucoup plus que la Turquie...

On peut construire une bombe nucléaire au moins d'un an, a ce stade on est plus avancer que l'Iran par exemple...

On a bien vue leur Merkava au sud-Liban, on va acheter 116 F-35, les Israeliens combien? 25...

leurs chars comme n'importe quelle chars paut se faire detruire par des rockettes ou ATGW (chenilles puis tourelle...) bref 25 F35 +50 en option camarade..mais la question n'est pas la c'est que un an c'est largement suffisant pour tiré 200 tetes (1 tt les 2 jours par ex..)donc ils ne vous laisserons pas le temps d'en construire un peu moins d'une..de plus vous avez de bon rapport avc Israel (leur pilotes s'entrainnent avc vous)

Mais ca arrivera jamais est personne n'attaquera la Turquie ils ont aucun probleme dans la region mis a part les Kurdes ou sinon les Grecs/Chypre..

Le probleme viendré plus du coté grec que moyen-oriental...

Mais bon concernant l'affaire des eaux il y'a largement moyen de faire rentré de l'argent vu le desert qu'il ya en dessous... Wink

Ca seré une mauvaise idée de boycott.

_________________
Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 75px-m10
الله الوطن الملك
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitimeVen 24 Juil 2009 - 14:27

Citation :
La sécheresse pèse sur la reconstruction en Irak



YOUSSOUFIA, Irak - Le croissant fertile irakien, "don du Tigre et de l'Euphrate" où un sol riche et une eau abondante donnèrent naissance aux civilisations de la Mésopotamie, est aujourd'hui un désert.


Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 2009-07-24T110742Z_01_APAE56N0UWW00_RTROPTP_3_OFRWR-IRAK-SECHERESSE-20090724
A Bagdad, sur les rives du Tigre, lors d'une tempête de sable. Le croissant fertile irakien, "don du Tigre et de l'Euphrate" où un sol riche et une eau abondante donnèrent naissance aux civilisations de la Mésopotamie, est aujourd'hui un désert, ce qui menace de saper les efforts de reconstruction en Irak après six ans de guerre. (Reuters/Mohammed Ameen)



De vastes étendues de terres arables sont craquelées et arides, de précieux marais se sont asséchés et les tempêtes de sable masquent le soleil.

Même le "fleuve Saddam", un canal d'irrigation inauguré dans les années 1980 pour relancer l'agriculture, n'est plus qu'un maigre filet d'eau verte.

Ces symptômes sont ceux d'une sécheresse devenue récurrente qui menace de saper les efforts de reconstruction en Irak après six ans de guerre.

L'eau est un bien si précieux au Moyen-Orient que de nombreux spécialistes prédisent des guerres de l'eau à l'avenir, si aucune solution durable n'est trouvée.

Les responsables irakiens sont prompts à accuser les pays voisins - Turquie, Iran, Syrie - et leurs barrages en amont mais les experts soulignent que les problèmes de l'Irak sont aussi liés à une démographie exponentielle, à une irrigation inadaptée et au manque de mesures pour conserver l'eau.

"Tous les facteurs se rejoignent en même temps, urbanisation, changement climatique, variation du climat à court terme, demande accrue de nourriture", explique David Molden, directeur adjoint d'un institut de gestion de l'eau.

SALINITÉ

L'Irak connaît sa deuxième année de sécheresse sévère et sa pénurie d'eau la plus importante depuis une décennie, estiment les responsables américains à Bagdad.

La récolte de blé attendue en 2009 pourrait diminuer à 1,35 million de tonnes, la moitié d'une récolte normale, un comble pour l'ancien grenier à blé de la région, aujourd'hui l'un des premiers importateurs au monde de cette denrée.

Ce n'est pas seulement le manque d'eau qui a rendu l'agriculture irakienne si anémique, déclare Salah Faisal, un exploitant au sud de Bagdad. "Dans les années 1980, il y a eu la guerre avec l'Iran, dans les années 1990, il y a eu le Koweït et maintenant ce sont les Américains. Il y a eu cinq à six millions de morts et 70% de la population des campagnes est partie."
La dépendance envers les importations et l'exode rural ont incité le Premier ministre Nouri al Maliki à lancer une initiative pour relancer le secteur agricole, qui reste le premier employeur du pays.

Mais les résultats seront longs à venir.

Les représentants de l'administration doivent notamment convaincre les fermiers d'abandonner certaines pratiques comme l'irrigation par inondation, qui a augmenté au fil du temps la salinité et rendu les terres moins fertiles.
Mais les méthodes d'irrigation performantes, par aspersion notamment, sont coûteuses et requièrent un équipement et une formation que la plupart des agriculteurs n'ont pas.

Le degré de salinité de l'eau qui arrive en Irak est de 400 parties par million (ppm). Quand l'eau se jette dans le Golfe, il atteint 2.000 ppm, le double du Colorado à son embouchure dans le golfe de Californie, souligne David Molden.

"La plupart des récoltes, à l'exception des plus tolérantes en sel, voient leur productivité baisser lorsqu'elles sont irriguées avec cette eau", dit-il.

TENSIONS AVEC ANKARA

Les tensions se sont accentuées récemment quand la Turquie a annoncé qu'elle comptait mener à bien la construction d'un barrage sur le Tigre. Les partenaires européens se sont retirés du projet Ilisu en citant des problèmes culturels et environnementaux, une victoire temporaire pour Bagdad, mais Ankara est décidé à aller jusqu'au bout.
Se plaignant de l'inaction du gouvernement, les députés ont voté pour bloquer tout accord avec l'Iran, la Syrie ou la Turquie ne garantissant pas un meilleur partage de l'eau. "Le gouvernement n'a pas de volonté politique", déclare Djamal al Batikh, membre de la commission parlementaire sur l'eau.

Bagdad redoute que le problème ne rejaillisse sur les relations avec la Turquie, partenaire commercial majeur de l'Irak, des liens qu'il s'efforce d'améliorer malgré le contentieux lié aux rebelles kurdes dans le nord du pays.
Oun Thiab Abdullah, le directeur des ressources en eau du pays, doute de la promesse d'Ankara de garantir un minimum de 400 m3 d'eau par seconde à l'endroit où l'Euphrate quitte la Turquie pour entrer en Syrie. Selon lui, le débit a chuté à 289 m3/seconde début juillet. "Nous donnons 515 m3/s à la Syrie en moyenne", répond le ministre turc de l'Energie, Taner Yildiz.

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 77017_0
Ministre turc de l'Energie, Taner Yildiz.


Pour tenter de réduire la salinité et d'améliorer les rendements agricoles, les Etats-Unis ont investi 130 millions de dollars pour réparer et étendre le canal Saddam.

Ils ont rénové une station de drainage dans le sud du pays, la plus grande du Moyen-Orient, qui devrait réduire la quantité de sel dans l'eau utilisée par les agriculteurs.

Mais un responsable américain, qui préfère conserver l'anonymat, souligne que le gouvernement doit se préoccuper en priorité de la conservation de l'eau dans un pays où les fermiers ne paient pas leur eau et où de nombreux habitants de la capitale attendent des années avant de voir leur première facture.

"L'Irak, en raison de son environnement, est confronté aujourd'hui à ces problèmes, mais beaucoup d'autres régions du monde connaîtront les mêmes à l'avenir", souligne David Molden. "C'est pour cela qu'il faut arriver à comprendre pourquoi on en arrive là."

http://www.lexpress.fr/actualites/2/la-secheresse-pese-sur-la-reconstruction-en-irak_776603.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Guerre de l’eau au pays des deux fleuves   Guerre de l’eau au pays des deux fleuves - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Guerre de l’eau au pays des deux fleuves
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Tableau d'Honneur de la GUERRE
» lettres de prisoniers de guerre
» [Les batiments auxiliaires] THÉTIS A785 (BEGM)
» Eléa en guerre contre la Shantala....
» Deux-Sèvres (79)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits à travers l´âge-
Sauter vers: