Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Mar 31 Mai 2016 - 18:56

Citation :
L’Assemblée parlementaire de l’Otan appelle à renforcer la défense collective pour dissuader la Russie


Posté dans Otan par Laurent Lagneau Le 31-05-2016




Fondée en 1955 pour permettre aux parlementaires de débattre des sujets liés à la sécurité dans un cadre transatlantique, l’Assemblée parlementaire de l’Otan (AP-OTAN) est, contrairement aux apparences, totalement indépendante de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

Réunis pour une session de trois jours à Tirana (Albanie), 250 parlementaires des 28 pays membres de l’Alliance ont adopté, à l’unanimité, une déclaration déplorant l’usage de la force par la Russie contre ses voisins ainsi que les tentatives d’intimidation de cette dernière contre les alliés de l’Otan.

Parmi ces « tentatives d’intimidation », l’on peut citer (entre autres) les menaces proférées à l’égard du Danemark ou encore les vols répétés de bombardiers stratégiques à proximité immédiate de l’espace aérien de l’Otan.

« L’attitude plus agressive de la Russie en Europe orientale ainsi que le fait que ce pays se soit posé en adversaire de l’Otan requièrent une attention soutenue sur le plan budgétaire, mais également une manifestation de détermination politique », ont ainsi souligné les parlementaires.

Aussi, est-il affirmé dans la déclaration adoptée à Tirana, « dans ces circonstances, l’Otan n’a pas d’autre choix que de considérer l’éventualité d’une action agressive de la Russie contre un membre de l’Alliance comme une menace potentielle, et d’adopter des réponses adaptées et proportionnées. »

Et, à quelques semaines du sommet de Varsovie, au cours duquel des décisions devront être prises au sujet du renforcement des mesures de « réassurance » décidées après l’annexion de la Crimée en 2014 au profit des États baltes et de la Pologne, l’AP-OTAN appelle les alliés « à d’adopter des réponses adaptées et proportionnées » face à la menace potentielle que représente la Russie.

En outre, les parlementaires ont préconisé d’approfondir le partenariat de l’Otan avec la Suède et la Finlande, afin de renforcer la sécurité dans la région de la mer Baltique, où l’armée russe a augmenté significativement ses activités au cours de ces derniers mois.

Cela étant, et d’après sa doctrine militaire révisée en décembre 2014, la Russie considère l’Otan non pas comme une « menace potentielle » mais comme une « menace fondamentale« . Et, la tentative de dialogue dans le cadre du Conseil Otan-Russie (COR), en avril, n’a permis que de constater les désaccords entre les Alliés et Moscou.

Par ailleurs, l’AP-OTAN a également souligné que le « conflit en Syrie – auquel participe aussi la Russie – a favorisé une intensification du terrorisme, ainsi que l’émergence d’une crise des migrants qui a suscité des divisions entre les pays européens quant à la réponse à apporter. »

« Alors que Daesh perd du terrain en Irak et en Syrie, il tente de prendre pied dans d’autres régions, du Yémen à la Libye », a rappelé Ojars Eriks Kalnins (Lettonie), un des deux-vice-présidents de la session de printemps de l’AP-OTAN. « Son idéologie haineuse continue d’attirer certains de nos propres citoyens, et d’inspirer les attaques horribles dans nos villes », a-t-il ajouté.

Aussi, l’AP-OTAN plaide pour un soutien accru aux pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, ce qui pourrait passer par des partenariats « plus étroits » avec certains d’entre eux.

Enfin, pour faire face à ces menaces, l’AP-OTAN a souligna=é, à nouveau, la nécessité pour les membres de l’Otan de porter leurs dépenses militaires à 2% de leur PIB. Or, comme l’a fait remarquer le sénateur français Jean-Marie Bockel, auteur d’un rapport sur « incidences budgétaires des nouveaux défis lancés à la sécurité transatlantique », cet objectif est encore loin d’être atteint.

« L’environnement sécuritaire évolue vite, et nos forces armées ont besoin de ressources suffisantes pour pouvoir s’adapter », a fait valoir M. Bockel, devant la commission de l’économie et de la sécurité de l’AP-OTAN. « Nous devons relever le défi des nouvelles technologies, suivre les évolutions et nous adapter aux nouvelles formes de combat », a-t-il ajouté. Ce qui passe par un effort sur la défense aérienne et antimissile, la projection de forces, les drones, la contre-propagande et la cyberdéfense.

http://www.opex360.com/2016/05/31/lassemblee-parlementaire-de-lotan-appelle-renforcer-la-defense-collective-pour-dissuader-la-russie/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Sam 4 Juin 2016 - 16:07

Citation :
L'Otan plagie le tournoi russe de biathlon en char d'assaut



© AP Photo/ Mindaugas Kulbis

Défense
20:11 03.06.2016URL courte



On dirait que le championnat de biathlon en char d'assaut que la Russie organise depuis 2014 empêche de dormir les généraux de l'Alliance...

L'Otan a tenu en mai dernier une compétition d’équipages de chars d'assaut qui serait inspirée par le tournoi de biathlon en char d'assaut russe, a annoncé vendredi à Moscou le général Ivan Boudaltsev, chef du Département pour la formation au combat des Forces armées russes.

"Les pays de l'Otan ont organisé, du 10 au 13 mai dernier, des compétitions d’équipages de chars au centre d'entraînement américain de Bavière. Je tiens à noter que ces compétitions n'étaient pas prévues par le calendrier, puisque nos collègues de l'Otan sont préoccupés par la montée du prestige des Forces armées russes ainsi que par le développement de nos matériels et armements", a indiqué le général Boudaltsev.

Aucun militaire américain ne figure parmi les vainqueurs du tournoi remporté par un équipage allemand. Les Danois se sont classés deuxièmes et les Polonais troisièmes.


"Ce n'est pas le même biathlon en char que chez nous. Ils ont opté pour des épreuves que nous organisons au niveau des unités militaires: tir en char, formation technique, assistance médicale, tir avec l'arme personnelle, etc.", a précisé le général.

Le ministère russe de la Défense invite les militaires de l'Alliance à participer au tournoi russe de biathlon en char d'assaut depuis 2013, mais ils ne font qu'envoyer leurs observateurs.

Le tournoi de biathlon en char d'assaut comprend quatre étapes: une course individuelle, une épreuve de sprint/poursuite, une étape sportive (au cours de laquelle les militaires doivent montrer leur niveau de préparation physique) et une course de relais. Pendant la course de relais, les chars doivent parcourir une piste de 20 kilomètres parsemée d'obstacles et participer à trois séances de tir — en utilisant un missile, une mitrailleuse antiaérienne et trois obus d'artillerie. A la différence du biathlon classique, les équipages des chars doivent détruire des cibles imitant des chars et des hélicoptères volant à une basse altitude à une distance de 0,9 km à 2,2 km.

https://fr.sputniknews.com/defense/201606031025557820-biathlon-en-char-otan/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Mer 8 Juin 2016 - 22:46

Citation :
8 juin 2016 | Par Guillaume Belan

Le SAMP/T déployé en Turquie contre Daech


  
Quatre batteries Samp/T complètes auront
été transférées à l'armée de Terre italienne,
à la fin de l'année. © MBDA



Dans le cadre du soutien de l'OTAN à la sécurité turque, notamment sur sa frontière sud (face à la Syrie), l'Italie devrait déployer un système de défense aérien SAMP/T (système sol-air moyenne-portée/ terrestre). Le territoire turc continue de faire l'objet d'attaques de missiles et roquettes de la part de Daech, relève la presse locale. Dans ce cadre, l'OTAN a déployé plusieurs moyens, dont des batteries anti-missiles Patriot, des navires ou des AWACS. Le déploiement italien prendrait ainsi la suite du retrait d'un contigent allemand qui mettait en œuvre des missiles américains Patriot. Le SAMP/T est un système de défense aérien reposant sur le missile Aster développé par MBDA et qui affiche une portée proche de 40 km.

http://www.air-cosmos.com/le-samp-t-deploye-en-turquie-contre-daech-75645  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Jeu 9 Juin 2016 - 16:49

Citation :
Pour le président du comité militaire de l’Otan, la Russie ne présente pas une « menace imminente »


Posté dans Otan, Russie par Laurent Lagneau Le 08-06-2016




Dans le cadre de la préparation du prochain sommet de l’Alliance atlantique, qui se tiendra, début juillet, à Varsovie, la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées a reçu, en mai dernier, le général Petr Pavel, le président du comité militaire de l’Otan. Le compte-rendu de cette audition vient d’être publié.

À cette occasion, l’ancien chef d’état-major des armées de la République tchèque a longuement évoqué les menaces actuelles, lesquelles se développent selon un « arc de crise ou d’instabilité qui entoure la majorité des pays d’Europe et affecte chaque pays de l’Alliance, du Grand Nord jusqu’aux côtes du Maghreb ».

Pour résumer, deux principales menaces préoccupent les pays de l’Otan, mais à des degrés divers. Ainsi, les pays d’Europe centrale et orientale se focalisent sur la Russie, tandis que ceux d’Europe occidentale et méridionale sont davantage préoccupés par le terrorisme et les flux migratoires.

« À l’est, ce défi sécuritaire se concentre sur la Russie, et revêt la forme d’une compétition traditionnelle entre États. Pour être franc, cela rend la tâche des experts militaires et internationaux plus facile », a commencé par dire le général Petr Pavel, pour qui Moscou « ne vise pas uniquement une influence régionale, mais essaie de restaurer son statut de puissance mondiale. »

Cela étant, la Russie est active aussi bien sur le flanc oriental que sur le flanc sud de l’Otan. « En Méditerranée, a en effet affirmé le général Pavel, Moscou « ne limite pas son action au soutien du régime de Bachar al-Assad » car « ses objectifs sont complémentaires de ceux qu’elle a en Europe de l’Est. »

D’ailleurs, a-t-il continué, avant de souligner la « nette » amélioration des forces russes, « les opérations récentes de Syrie ont démontré que la Russie vise des intérêts mondiaux et dispose de capacités armées pour défendre ses intérêts. »

En outre, a poursuivi le général tchèque, les « Russes ont étudié la structure militaire de l’Otan et s’y sont adaptés » et « si l’on relie ceci à la stratégie militaire que la Russie poursuit depuis 2010, on peut dire que le président Poutine a envoyé à l’Occident des messages très clairs pour expliquer ses intentions, mais nous n’avons pas voulu les entendre. »

Cela étant, le général Pavel a affirmé que « l’Alliance ne considère pas la Russie comme une menace imminente », après avoir mis en avant la « complexité » des relations avec Moscou.

« Des intérêts communs existent entre l’Alliance, l’Union européenne, nos propres pays et la Russie. Nous devons accepter que la Russie puisse être un concurrent, un compétiteur, un adversaire, un pair ou un partenaire – voire tout cela en même temps », a expliqué le président du comité militaire de l’Otan. Et, a-t-il insisté, « cette complexité est une réalité de notre environnement stratégique contemporain » et cela « demande une approche pratique et sophistiquée qui prend en compte le fait que la Russie veut devenir un partenaire mondial et acquérir un pouvoir mondial. »

Aussi, pour le général Pavel, il faudrait admette qu’un « certain nombre de défis sécuritaires » pourraient être mieux gérés en « partenariat avec la Russie », ou « en tous cas sans opposition directe avec ce pays », comme en Syrie ou dans le domaine du contre-terrorisme.

« Seulement, a-t-il estimé, pour poursuivre ce dialogue, nous devons leur [aux Russes, ndlr] inspirer confiance, faire état de notre force et apparaître prévisibles. À partir de là, nous pourrons négocier efficacement et obtenir des résultats tangibles. » Et de préciser : « La dissuasion est basée sur un mélange entre force militaire, réactivité et dialogue. À Varsovie, l’Otan va donc se concentrer sur cet équilibre entre dissuasion, défense et dialogue. »

Alors qu’il faudrait que l’Otan déploie « 7 divisions dans les Etats baltes et en Pologne pour éviter une défaite dans la région », le général Pavel a fait valoir que la « Russie agit comme un acteur rationnel » et que si « le président russe peut être parfois imprévisible dans certaines situations, il n’est pas naïf. »

Mais, a expliqué le général tchèque, « La menace russe est un mélange de capacités et d’intentions ». S’il n’y a pas de doute sur les capacités, il y a moins de certitudes au sujet des intentions. « Je ne crois pas que ce serait dans l’intérêt stratégique de la Russie d’entrer dans une confrontation militaire avec l’Otan », a-t-il cependant estimé.

Toutefois, l’on ne peut pas exclure l’hypothèse de voir le président russe « défier l’Otan », dans la mesure où les États baltes ont des points communs avec l’Ukraine (importante minorité russe, proximité géographique, poids de l’histoire, etc…). Et cela « permettrait de placer l’Otan dans l’embarras en l’obligeant à prendre des décisions très difficiles, en usant des tactiques hybrides », a prévenu le général Pavel.

« Il s’agirait d’une agression, mais non visible, qui ne déclenche pas automatiquement l’application de l’article 5 du traité. Je suis désolé d’être aussi direct, mais c’est un fait », a-t-il ajouté. D’où, a-t-il conclu, la nécessité de « fournir des éléments de dissuasion suffisamment forts pour éviter ce type de comportement de la part de la Russie. »

http://www.opex360.com/2016/06/08/pour-le-president-du-comite-militaire-de-lotan-la-russie-ne-presente-pas-menace-imminente/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Lun 13 Juin 2016 - 19:47

Citation :
L'Otan va se renforcer à l'Est en déployant 4 bataillons dans les pays baltes et en Pologne


AFP 13/06/2016


L'Otan va déployer quatre bataillons "robustes" dans les trois pays baltes et en Pologne, en réponse aux agissements de la Russie en Ukraine, a annoncé lundi le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

"Nous allons convenir de déployer, par rotation, 4 bataillons multinationaux robustes dans les pays baltes et en Pologne. Ceci enverra un signal clair que l'Otan est prête à défendre tous les alliés" en cas d'agression extérieure, a déclaré M. Stoltenberg, en présentant le programme d'une réunion des ministres de la Défense de l'Alliance mardi et mercredi à Bruxelles.

La décision d'envoyer des troupes aux confins orientaux de l'Alliance atlantique, perçue par Moscou comme un geste de défiance, sera prise mardi par les 28 ministres de la Défense, même si tous les détails sur "la taille, l'étendue et la composition" de ces bataillons devront ensuite être affinés.

"Nous allons donc déployer en amont des forces de combat" et "chaque bataillon représente 800 à mille soldats" qui seront stationnés par rotations pour une durée de "six à neuf mois", a précisé l'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Otan, Douglas Lute.

"Cette présence avancée confirme que tout empiètement, toute attaque, contre le territoire de ces quatre pays alliés entraînera immédiatement un contact avec des forces de l'Otan et déclenchera des réponses rapides du reste de l'Alliance", a expliqué M. Lute.

Ce déploiement vient compléter une série de mesures prises depuis le début de la crise ukrainienne, au printemps 2014, pour augmenter la réactivité des armées de l'Otan, avec notamment une force sur le qui-vive de près de 5.000 hommes capables d'intervenir en quelques jours, et soutenir ses pays membres qui partagent une frontière avec la Russie.

"Il ne peut y avoir aucun doute que ce que nous avons fait est une réponse aux actions de la Russie en Crimée (annexée en mars 2014, ndlr) et en Ukraine", où les Occidentaux accusent Moscou de soutenir les rebelles séparatistes, a souligné M. Stoltenberg.

"Avant cela, il n'était pas question de parler d'une présence militaire du genre de celle que nous aurons désormais" en Estonie, Lettonie, Lituanie et en Pologne, a-t-il fait valoir lors d'une conférence de presse.
"Notre défense et notre dissuasion ne reposent pas uniquement sur quatre bataillons. Ceux-ci font partie d'un changement bien plus profond de notre posture, en réponse aux défis auxquels nous faisons face", a insisté le chef de l'Otan.

Réunis en sommet à Varsovie les 8 et 9 juillet, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Alliance devraient réaffirmer le déploiement de ces troupes, et en dévoiler tous les détails opérationnels.


http://www.lorientlejour.com/article/990945/lotan-va-se-renforcer-a-lest-en-deployant-4-bataillons-dans-les-pays-baltes-et-en-pologne.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Ven 17 Juin 2016 - 19:44

Citation :
Pour l’Otan, le cyberespace sera bientôt un théâtre d’opérations comme un autre


Posté dans Cyberguerre, Otan par Laurent Lagneau Le 17-06-2016




En 2011, et selon de nouvelles règles d’engagement de leurs forces armées, les États-Unis évoquèrent une possible riposte militaire en cas d’attaque informatique contre leurs infrastructures critiques.

Les Etats-Unis « répondront aux actes hostiles dans le cyberespace de la même manière qu’à toute autre menace pour le pays » et « nous nous réservons le droit d’utiliser tous les moyens nécessaires (diplomatiques, relatifs à l’information, militaires et économique) en fonction des besoins et dans le respect du droit international, pour défendre notre pays, nos alliés, nos partenaires et nos intérêts », affirmait un texte publié à l’époque par la Maison Blanche.

Et ces règles d’engagement ont inspiré l’Otan. Ainsi, la déclaration finale publiée à l’issue de son dernier sommet, organisé à Newport, en septembre 2014, a souligné que les « cyberattaques peuvent atteindre un seuil susceptible de menacer la prospérité, la sécurité et la stabilité des États et de la zone euro-atlantique » et que « leur impact sur les sociétés modernes pourrait être tout aussi néfaste que celui d’une attaque conventionnelle. »

Et d’affirmer que, dès lors, « la cyberdéfense relève de la tâche fondamentale de l’Otan » et qu’il reviendrait au Conseil de l’Atlantique Nord de décider, au cas par cas, des circonstances d’une invocation de l’article 5 à la suite d’une cyberattaque. »

En clair, une cyberattaque contre l’un des alliés serait donc susceptible de motiver un recours à la clause de défense collective, qui est le fondement de l’Alliance.

Seulement, cela pose quelques questions, relevées à l’époque par le colonel Oliver Kempf, spécialiste à la fois de l’Otan et de la cyberdéfense : quel seuil doit atteindre une attaque informatique pour invoquer l’article 5? Quelle serait la justification légale en cas de riposte? Et justement, cette riposte, quelle forme prendrait-elle? S’agirait-il de lancer aussi des cyberoffensives contre l’assaillant sachant que ce type de capacité n’est pas partagé entre Alliés?

Dans un entretien accordé au quotidien allemand Bild, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a livré quelques précisions. Ainsi, selon le compte rendu qu’en a fait Reuters, ce dernier a affirmé que l’organisation atlantique « pourra réagir à des attaques dans le cyberespace en déployant des armes conventionnelles. »

« Une cyberattaque peut être considérée comme un cas pour l’Alliance. L’Otan, alors, peut alors et doit réagir. Comment? Cela dépendra de la sévérité de l’attaque », a déclaré M. Stoltenberg. Et cela confirme le recours à l’article 5 dans ce genre de situation, tel qu’il a été évoqué dans la déclaration finale du sommet de Newport.

« L’Alliance atlantique doit s’adapter aux menaces de plus en plus complexes auxquelles elle est confrontée. C’est la raison pour laquelle les membres de l’Otan ont décidé de se défendre contre des attaques dans le cyberespace, tout comme ils le font contre les attaques lancées contre des cibles sur terre, en mer ou dans les airs », a encore fait valoir l’ancien Premier ministre norvégien.

Car, en effet, le prochain somment de l’Alliance, qui se tiendra à Varsovie les 8 et 9 juillet prochains, va désigner le cyberespace comme un théâtre d’opérations, au même titre que la terre, la mer, et les airs ou la terre. « La plupart des crises (sécuritaires) ont aujourd’hui une dimension relevant du cyberespace », a souligné M. Stoltenberg, lors d’une réunion des ministres de la Défense de l’Otan à Bruxelles. « Traiter le cyber comme un domaine opérationnel nous permettra de mieux protéger nos missions et nos opérations », a-t-il aussi déclaré.

Reste que, pour le moment, les États membres « sont et restent responsables de la sécurité de leurs réseaux de communication, qui doivent être compatibles avec ceux de l’Otan et entre eux. » Et l’organisation atlantique n’a pas de doctrine offensive pour le cyberespace, pas plus qu’elle n’a de capacités « cyber offensives ».

Aussi quelles conséquences aura cette décision? « À partir du moment où l’Otan reconnaît l’espace numérique comme un domaine opérationnel à part entière, cela va déclencher toute une succession de travaux entre militaires pour arriver à définir des processus communs. L’Otan devrait tenir, dans ce cadre-là, son rôle de magnifique machine d’interopérabilité en définissant les procédures permettant d’intégrer le combat numérique aux autres formes de combat », expliquait, rapporte BFM, le vice-amiral Arnaud Coustillière, en charge de la cyberdéfense à l’état-major des armées, lors de la conférence Cyberdef-Cybersec 2016.

http://www.opex360.com/2016/06/17/pour-lotan-le-cyberespace-sera-bientot-theatre-doperations-autre/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Sam 18 Juin 2016 - 15:45

Citation :
Steinmeier critique la politique belliciste de l'Otan à l'égard de la Russie


Berlin, 18 juin 2016 (AFP) -


Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, critique la politique de l'Otan à l'égard de la Russie, qu'il juge belliciste, dans un entretien à paraître dimanche dans le quotidien Bild.

"Ce que nous ne devrions éviter aujourd'hui, c'est d'envenimer la situation avec des cris guerriers et des bruits de bottes", a déclaré M. Steinmeier, critiquant spécifiquement le déploiement de forces de l'Otan près des frontières de la Russie

"Celui qui croit créer plus de sécurité dans l'alliance avec des parades symboliques de chars près des frontières dans l'est, se trompe", affirme M. Steinmeier alors que l'Otan a annoncé lundi qu'elle allait déployer quatre bataillons dans les pays baltes et en Pologne pour faire face aux "agissements agressifs de la Russie", selon les termes utilisés par le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

Habitué des commentaires mesurés à l'égard de la Russie, le ministre social-démocrate estime qu'il serait "fatal de limiter son regard au militaire et de chercher son salut dans la seule politique de dissuasion".

L'Otan estime que la Russie cherche à se constituer une zone d'influence par des moyens militaires.

"En infraction avec le droit international, Moscou a annexé la Crimée et soutient les séparatistes dans l'est de l'Ukraine. Nous observons en outre une militarisation massive aux frontières de l'Otan - dans l'Arctique, sur la Baltique, dans la mer Noire et jusqu'en Méditerranée", a souligné jeudi Jens Stoltenberg, dans un entretien au même journal Bild.

"Nous avons connaissance de manoeuvres importantes, agressives et non annoncées du côté russe et nous devons réagir à cela", a-t-il ajouté.

Inquiets de la crise ukrainienne et du potentiel militaire grandissant de la Russie à leurs frontières, les anciens pays du Bloc soviétique qui ont rejoint l'Otan après la fin de la Guerre froide réclament que l'Alliance renforce sa présence militaire sur leur territoire, afin de décourager toute velléité d'attaque.

Dans ce cadre, les ministres de la Défense de l'Otan, réunis mardi et mercredi à Bruxelles, ont donné leur feu vert au déploiement de quatre bataillons de 800 à 1.000 hommes chacun, sur base de rotations, en Estonie, Lettonie, Lituanie et en Pologne, et ce, à trois semaines d'un sommet de l'Alliance à Varsovie (8-9 juillet) qui doit entériner le durcissement de l'organisation face à la Russie.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/13062-steinmeier-critique-la-politique-belliciste-de-lotan-a-legard-de-la-russie
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Jeu 23 Juin 2016 - 19:38

Citation :
Selon un général américain, l’Otan n’a actuellement pas les moyens de défendre les pays baltes


Posté dans Europe, Otan par Laurent Lagneau Le 22-06-2016




À la demande insistante de la Pologne et des pays baltes, qui ont des raisons de craindre la Russie pour des raisons historiques, l’Otan va confirmer, lors de son prochain sommet, qui se tiendra à Varsovie, le déploiement de 4 bataillons « robustes » sur son flanc oriental.

Cette mesure vient s’ajouter à celles prises au lendemain de l’annexion de la Crimée par Moscou, lesquelles prévoient la création d’une force de réaction très rapide (Very High Readiness Joint Task Force – VHRJT) avec 5.000 hommes et la mise en place de 6 centres de commandement en Europe de l’Est.

Pour autant, et alors que l’exercice Anaconda 16 bat son plein, avec 31.000 soldats venus de 24 pays, le général américain Ben Hodges, le commandant (des forces terrestres de l’Otan) de l’US Army en Europe, a estimé que cela serait insuffisant pour défendre les pays baltes en cas d’invasion russe.

« C’est vrai que la Russie pourrait conquérir plus vite les États baltes que nous ne pourrions arriver pour les défendre », a en effet affirmé le général Hodges dans un entretien accordé à l’hebdomadaire allemand Die Zeit.

Justement, le scénario des manoeuvres Anaconda-16 portent sur l’invasion des pays baltes et du nord de la Pologne par « l’Union des Rouges ». Comme du temps de la Guerre froide mais sans la crise des Euromissiles. Cet exercice majeur est organisé par les forces armées polonaises et non par l’Otan. Et cela, a expliqué le général Hodges, afin de ménager la susceptibilité de Moscou. « Certains pays comme l’Allemagne ou la France trouvaient que c’était trop provocateur vis-à-vis de la Russie d’appeler ça ‘exercices de l’Otan’ », a-t-il dit.

Lors de son passage devant la commission des Affaires étrangères et des Forces armées du Sénat, en mai, le général Petr Pavel, le président du comité militaire de l’Otan, avait expliqué qu’il fallait l’équivalent de 7 divisions pour défendre les pays baltes. Avec seulement 4 bataillons de 800 à 1.000 hommes chacun, on est loin du compte… Mais l’idée est surtout de dissuader la Russie de mener des actions de basse intensité qui ne donneraient pas nécessairement lieu à l’application de la clause de défense collective de l’Alliance (article 5).

Quoi qu’il en soit, ce renforcement annoncé sur le flanc oriental de l’Otan suscite de vives réactions à Moscou, comme l’ont encore démontré les propos tenus ce 22 juin par Vladimir Poutine, le président russe.

« L’Otan multiplie sa rhétorique agressive et ses actes agressifs près de nos frontières », a dénoncé le maître du Kremlin dans un discours prononcé devant les députés de la Douma [chambre basse du Parlement russe, ndlr]. « Dans ces conditions, nous sommes obligés d’accorder une attention particulière aux tâches liées au renforcement des capacités de défense de notre pays », a-t-il ajouté.

Puis, alors qu’il s’exprimait à l’occasion du 75e anniversaire de l’invasion de la Russie par l’Allemagne nazie, le président Poutine a présenté des faits historiques d’une manière fort curieuse pour accuser les Occidentaux de refuser une éventuelle aide russe pour combattre « l’ennemi commun », c’est à dire le « terrorisme international ».

C’était « déjà le cas quand ils [les Occidentaux, ndlr] avaient ignoré les propositions de l’Union soviétique (…) de défense collective » contre Hitler, a-t-il dit, selon le compte-rendu de l’AFP. « La communauté internationale n’a pas fait preuve de vigilance, de volonté, d’unité pour empêcher cette guerre et préserver la vie des millions de personnes (…) en sous-estimant le danger » du nazisme », a poursuivi le président russe.

« La Russie est ouverte aux discussions sur cette question cruciale (…), mais une fois de plus, nous ne voyons pas de réaction positive en réponse, comme c’était le cas à la veille de la Seconde guerre mondiale », a ajouté M. Poutine, qui, visiblement, a oublié le pacte germano-soviétique, signé le 23 août 1939 à Moscou, par les ministres des Affaires étrangères allemand, Joachim von Ribbentrop, et soviétique, Viatcheslav Molotov, en présence de Staline. Le 17 septembre de la même année, l’URSS attaqua la Pologne, sans déclaration de guerre préalable, soit 16 jours après l’offensive de l’Allemagne nazie.

http://www.opex360.com/2016/06/22/selon-general-americain-lotan-na-actuellement-pas-les-moyens-de-defendre-les-pays-baltes/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Lun 27 Juin 2016 - 19:51

Citation :
Une Américaine nommée numéro 2 de l'Otan, première femme à ce poste


AFP 27/06/2016


L'Otan a nommé lundi une des adjointes du chef de la diplomatie américaine John Kerry et spécialiste de la Russie, Rose Gottemoeller, secrétaire générale adjointe de l'Alliance, ce qui en fait la première femme à occuper ce poste.

Cette nomination, attendue, représente une féminisation "déterminante" des instances dirigeantes de l'Otan, s'est félicité le secrétaire général de l'Alliance atlantique Jens Stoltenberg.

Du côté des instances militaires de l'Alliance, une autre femme, l'amiral américaine Michelle Howard, a pris début juin les commandes du QG régional pour le Sud-Est basé à Naples (Italie).

Mme Gottemoeller "apportera à l'Otan sa grande expérience dans la politique de sécurité internationale, dans des domaines comme le contrôle des armes et les relations avec la Russie", a souligné M. Stoltenberg dans un communiqué.

Rose Gottemoeller occupe actuellement le poste de sous-secrétaire américaine chargée du contrôle des armements et de la sécurité internationale. Le poste qu'elle occupera à l'Otan est traditionnellement réservé à un Américain. Elle y remplacera, en octobre prochain, un autre haut diplomate américain russophone, Alexandre Vershbow, qui avait pris ses fonctions en février 2012.

Lorsque Mme Gottemoeller avait été proposée pour le remplacer par l'administration américaine en mars, des élus républicains l'avaient accusée d'être trop souple avec la Russie de Vladimir Poutine, avec laquelle l'Otan est en crise ouverte depuis le début du conflit ukrainien à l'automne 2014.

http://www.lorientlejour.com/article/993532/une-americaine-nommee-numero-2-de-lotan-premiere-femme-a-ce-poste.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Jeu 30 Juin 2016 - 16:24

Citation :
Etats-Unis et Islande musclent leur accord de défense face à la menace russe


Reykjavik, 30 juin 2016 (AFP) -


Les Etats-Unis et l'Islande ont signé une déclaration conjointe officialisant le retour ponctuel de forces américaines sur l'île de l'Atlantique nord dépourvue d'armée, dans un contexte de tensions avec Moscou, a-t-on appris jeudi auprès du ministère islandais des Affaires étrangères.

"Le contexte sécuritaire en Europe, y compris dans l'Atlantique nord, a changé au cours des dix dernières années et les autorités islandaises et américaines sont convenues du besoin d'en prendre acte dans une nouvelle déclaration", a justifié la chef de la diplomatie islandaise, Lilja Alfredsdóttir, dans un communiqué.

"Nous voulons en particulier souligner la présence ponctuelle de forces militaires américaines en Islande qui traduit une gradation dans notre coopération", a-t-elle ajouté.

Les Etats-Unis, qui disposaient depuis la Seconde Guerre mondiale d'une importante base à Keflavik près de Reykjavik, s'en sont retirés en 2006, son intérêt stratégique ayant décliné, privant l'Islande de toute présence militaire permanente.

Un traité de 1951 confie toutefois à Washington la sécurité du pays et, depuis deux ans, la défense américaine effectue des missions de surveillance dans l'aire d'influence de l'Otan à partir du territoire islandais.

Ces missions s'inscrivent dans un contexte de regain de tensions avec Moscou et d'intérêt croissant des grandes puissances pour l'Arctique et les routes maritimes du nord. Des sous-marins russes ont été repérés ces dernières années dans l'Atlantique nord, autour du Royaume-Uni, de la Norvège et en mer Baltique.

La déclaration américano-islandaise signée cette semaine envisage par ailleurs "une intensification de la coopération (entre les deux pays) y compris au moyen d'exercices conjoints, de formation et d'échanges de personnel" dans les opérations de recherche et de secours.

Washington a alloué, au titre du budget 2017, 21,4 millions de dollars à la rénovation de la base de Keflavik dans le but de pouvoir y stationner des avions de reconnaissance P-8, selon des spécialistes citant des sources militaires américaines.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/13106-etats-unis-et-islande-musclent-leur-accord-de-defense-face-a-la-menace-russe
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Sam 2 Juil 2016 - 19:00

Citation :
Sommet de l'Otan : La Pologne suspend le petit trafic frontalier avec la Russie


AFP 02/07/2016


La Pologne suspend le petit trafic frontalier avec l'enclave russe de Kaliningrad et l'Ukraine et rétablit les contrôles à ses frontières, en raison du sommet de l'Otan, les 8 et 9 juillet à Varsovie et des Journées Mondiales de la Jeunesses JMJ du 27 au 31 juillet, a annoncé samedi le gouvernement polonais.
Les deux mesures entrent en vigueur à partir du 4 juillet a annoncé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué publié sur son site internet.

Le rétablissement des contrôles, un dispositif prévu par l'espace Schengen, concernera les frontières de la Pologne avec l'Allemagne, la République Tchèque, la Slovaquie et la Lituanie, ainsi que les ports maritimes et les aéroports internationaux. Il sera levé seulement après les JMJ, le 2 août.

Le régime du petit trafic frontalier avec l'enclave russe de Kaliningrad, introduit en 2012, permet à près d'un million d'habitants de l'enclave et aux habitants du nord-est de la Pologne de passer la frontière sans visa.
Sa suspension va affecter la vie de ces populations qui effectuent des aller-retour réguliers, en particulier les citoyens russes qui viennent massivement s'approvisionner en Pologne où les prix des produits alimentaires et d'autres biens de consommation sont inférieurs à ceux pratiqués qu'en Russie.

Les services de sécurité de la Pologne seront placés en état d'alerte maximale à l'occasion du sommet et des JMJ organisées du 27 au 31 juillet. On y attend la venue de près d'un million de jeunes du monde entier pour une rencontre avec le pape François.

Au sommet de l'Otan, Varsovie doit accueillir plus de 50 délégations nationales conduites par des chefs d'Etat et de gouvernement, dont notamment le président américain Barack Obama.
Le sommet doit entériner le renforcement militaire sans précédent de l'Otan à l'Est entamé depuis le début du conflit ukrainien.

http://www.lorientlejour.com/article/994502/sommet-de-lotan-la-pologne-suspend-le-petit-trafic-frontalier-avec-la-russie.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Lun 4 Juil 2016 - 15:02

Citation :
04.07.2016

L'Otan en chiffres: les dépenses par pays entre 2009 et 2016




A l'occasion du sommet de l'Alliance atlantique qui se tiendra à Varsovie (Pologne, où les contrôles aux frontières ont été rétablis jusqu'au 2 août), les 8 et 9 juillet, l'Otan vient de diffuser un document couvrant les années 2009-2016 et présentant l'effort budgétaire réalisé par les pays membres.

Comme le montre, le graphique ci-dessus (cliquer sur l'image pour l'agrandir), la France se situe en 5e place (en % de son PIB) en matière d'effort militaire. Rien de nouveau certes; mais le document donne de nombreux chiffres qui constituent une excellente base de références chiffrées.


Ce lundi, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan, a annoncé (c'est toutefois la seconde fois...) que des AWACS otaniens allaient être déployés contre Daech et que l'alliance allait renforcer sa présence et poursuivre l'adaptation de son dispositif en Méditerranée et en Europe de l'est ("et en mer Noire").

A noter que la Finlande qui doit se prononcer sur une possible adhésion à l'Otan sera représenté par son président, Sauli Niinistö.

enfin, l'Otan et la Russie devraient organiser une nouvelle réunion visant à améliorer leur dialogue et éviter des incidents militaires "peu après" le sommet de l'Alliance.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/07/04/l-otan-en-chiffres-les-depenses-par-pays-entre-2009-et-2016-16487.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Lun 4 Juil 2016 - 19:08

Citation :
L’Otan va se doter d’une unité dédiée au partage de renseignements


Posté dans Otan, Renseignement par Laurent Lagneau Le 04-07-2016


Lors de son prochain sommet , qui se déroulera les 8 et 9 juillet à Varsovie, l’Otan confirmera plusieurs décisions, dont le renforcement militaire sur son flanc oriental, avec le déploiement de 4 bataillons dans les États baltes et en Pologne. Une autre a été annoncée ce 4 juillet par Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Alliance. Ainsi, pour mieux prendre en compte les menaces terroristes et de guerre hybride, il est question de créer une nouvelle unité dont la vocation sera favoriser le partage du renseignement entre les Alliés.

Pour reprendre la définition donnée par Élie Tenenbaum, chercheur au Centre des Études de Sécurité de l’IFRI, « la guerre hybride est la combinaison en une seule stratégie des modes de guerre réguliers et irréguliers. » Pour être plus clair, il s’agit d’une stratégie faisant appel à la fois des moyens militaires et non militaires (influence, désinformation, diplomatie, économie, etc).

« Ce sommet (…) sera certes l’occasion d’entériner le déploiement de troupes de combat dans les pays baltes et en Pologne, afin de décourager toute velléité d’attaque de la part de leur voisin russe, mais notre défense collective et notre dissuasion vont bien plus loin », a expliqué M. Stoltenberg.

« Nous allons mieux organiser le flux de renseignements civils et militaires par le biais d’une division ‘Renseignement’ au sein du quartier général de l’Otan », a continué l’ancien Premier ministre norvégien. « Ceci nous aidera à prendre les bonnes décisions au bon moment et nous permettra de mieux affronter des défis actuels comme les menaces terroristes ou hybrides », a-t-il expliqué.

La Pologne pourrait accueillir cette nouvelle unité, qui devrait être dirigée par un « secrétaire général adjoint » en charge du renseignement et qui reste à être nommé. D’après l’AFP, qui cite un haut diplomate, ce dernier prendrait ses fonctions dans le courant de l’année 2017.

http://www.opex360.com/2016/07/04/lotan-va-se-doter-dune-unite-dediee-au-partage-de-renseignements/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Lun 4 Juil 2016 - 20:35

Citation :
Otan : la France va envoyer une compagnie dans les pays baltes, six mois par an

04 Juillet 2016 à 08h44

Le sommet de l’Otan se tient vendredi et samedi à Varsovie (Pologne)



La France va dépêcher une compagnie (env 150h), six mois par an, pour contribuer à la sécurité des pays baltes, dans le cadre des mesures de « réassurance » de l’Otan. Ce sera d’abord en Estonie puis en Lituanie . Mais contrairement à ces grands alliés, la France n’a pas souhaité prendre la responsabilité de devenir « nation-cadre » en Pologne ou dans l’un des trois pays baltes.

Des troupes occidentales vont en effet être déployées de manière permanente en Pologne et dans les trois pays baltes dans le cadre d’une « présence avancée à l’Est ». Ce sera la principale annonce du sommet de l’Otan, qui se déroule les 8 et 9 juillet à Varsovie et s’inscrit dans les mesures dites de « réassurance » des pays d’Europe orientale, inquiets de la posture agressive de la Russie.

Dans la pratique, chacun de ces quatre pays accueillera un bataillon d’environ 500 hommes, soit trois compagnies et un état-major. Quatre Etats membres de l’Alliance atlantique ont accepté de devenir des « nations-cadres » fournissant l’effort principal : les Etats-Unis en Pologne, le Royaume-Uni en Estonie, l’Allemagne en Lituanie et le Canada en Lettonie. La France n’a pas souhaité participer de manière importante à cette nouvelle mission, confirmant le peu d’enthousiasme de son armée pour cette partie du monde.

Cette « présence avancée » est en deçà des souhaits initiaux des pays de la région. En mai, une source diplomatique polonaise confiait à l’Opinion que Varsovie espérait jusqu’à trois brigades (d’environ 5 000 chacune), en Pologne, dans les pays baltes et en Roumanie/Bulgarie. C’est bien au-delà des capacités militaires des alliés, qui voulaient, selon une source proche du dossier, un engagement à la fois « suffisant et soutenable dans la durée ». Par ailleurs, les alliés ne souhaitaient pas afficher une attitude trop agressive à l’égard de Moscou.

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/otan-france-va-envoyer-compagnie-dans-pays-baltes-six-mois-an-106109
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Mar 5 Juil 2016 - 18:08

Citation :
Finalement, les Awacs de l’Otan devraient fournir des informations à la coalition anti-État islamique


Posté dans Forces aériennes, Opérations, Otan par Laurent Lagneau Le 05-07-2016




En juin dernier, ce n’était pas encore acquis. Et le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, en avait été déçu… En effet, plusieurs Alliés n’étaient pas très enthousiastes à l’idée de voir l’Otan s’impliquer directement dans les opérations menées par la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) dirigée par les États-Unis.

Or, Washington souhaitait alors pouvoir engager les E-3A Sentry de la Force aéroportée de détection lointaine et de contrôle de l’Otan (NAEW&C) afin de disposer de « centres de commandement embarqués » au-dessus de la Turquie et de la Méditerranée pour former un « arc » allant de l’Irak à la Libye et passant par par la Syrie.

Mais finalement, les États-Unis devraient avoir gain de cause. « Nous allons décider que les avions Awacs de l’Otan fourniront des informations à la coalition contre l’EI », a en effet affirmé Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, avant le sommet de l’Alliance qui se tiendra à Varsovie, les 8 et 9 juillet.

En clair, la mission des E-3A Sentry de la NAEW&C se limitera qu’au partage de renseignements avec la coalition anti-EI. En outre, ces appareils n’auront pas à pénétrer les espaces aériens irakien et syrien étant donné qu’ils n’opéreront qu’à partir du territoire de l’Otan, c’est à dire depuis la Turquie. Il sera ainsi possible de voir l’activité aérienne russe en Syrie…

Par ailleurs, les Alliés devraient également donner leur accord pour une appui de l’Otan à l’opération navale européenne Sophia, dont le mandat, portant initialement sur la lutte contre les passeurs de migrants, a récemment été étendu à la formation des garde-côtes libyens ainsi qu’au contrôle de l’embargo sur les armes imposé aux factions actives en Libye.

« Je pense que nous tomberons d’accord pour que l’Otan joue un rôle en Méditerranée centrale, afin de compléter l’opération de l’Union européenne Sophia », a ainsi affirmé M. Stoltenberg.

La coopération envisagée consisterait à permettre aux navires de l’Otan engagés dans l’opération antiterroriste Active Endeavour, lancée en Méditerranée au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, à partager en temps réel des informations avec les bâtiments de la mission Sophia.

http://www.opex360.com/2016/07/05/finalement-les-awacs-de-lotan-devraient-fournir-des-informations-la-coalition-anti-etat-islamique/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Jeu 7 Juil 2016 - 19:02

Citation :
La Russie a entamé la "confiance" des pays de l'Otan (Merkel)


AFP 07/07/2016


Le renforcement de la défense de l'Otan à l'Est, qui doit être décidé lors de son sommet de Varsovie, est justifié par l'attitude de la Russie en Ukraine qui a abouti à une perte "de confiance" de l'Alliance, a affirmé jeudi Angela Merkel.

"Les agissements de la Russie dans la crise ukrainienne ont profondément ébranlé nos alliés à l'Est, lorsque la prévalence du Droit et l'inviolabilité des frontières sont remis en cause par des mots et des actes, alors la confiance diminue", a déclaré la chancelière allemande à la chambre des députés à la veille du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement.
Cette réunion à Varsovie se tiendra "dans une phase où la situation sécuritaire à l'intérieur et autour de l'Europe s'est transformée de manière significative", a-t-elle ajouté.

Déploiement de bataillons dans les pays d'Europe de l'Est frontaliers de la Russie, exercices et budgets militaires en hausse: à Varsovie, les dirigeants de l'Otan vont compléter le renforcement de l'Alliance face à la Russie décidé après le début de la crise ukrainienne.

Ce renforcement est sans précédent depuis la chute de l'Union soviétique, et l'Allemagne est appelée à y jouer un rôle important. Elle participera à la formation quatre bataillons (600 à 1.000 soldats) qui seront déployés par rotations à partir de 2017 en Estonie, Lettonie, Lituanie et en Pologne.
Ces mesures sont prises à la lumière de l'annexion de la Crimée et de l'offensive séparatiste pro-russe dans l'est de l'Ukraine au printemps 2014.

Dans le même temps, la chancelière a tendu la main à Moscou en affirmant que les mesures étaient dissuasives et "profondément défensives", et ajoutant que l'Otan voulait reprendre le fil du dialogue avec la Russie.
"Une sécurité durable en Europe ne peut être faite qu'avec la Russie et non sans elle", a-t-elle déclaré.
"Dissuasion et dialogue, un engagement clair en faveur de la solidarité envers nos partenaires de l'Alliance (...) et main tendue pour le dialogue. Ce ne sont pas des éléments contradictoires, ils sont au contraire indissociables", a-t-elle dit.

http://www.lorientlejour.com/article/995130/la-russie-a-entame-la-confiance-des-pays-de-lotan-merkel.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Sam 9 Juil 2016 - 13:47

Citation :
La France veut renforcer son influence au sein de l’Otan


Posté dans Otan par Laurent Lagneau Le 09-07-2016


Quand elle a retrouvé le commandement militaire intégré de l’Otan, la France s’est vu confier le Commandement allié transformation (ACT), l’un des deux plus importants de l’organisation, avec le commandement allié Opérations (ACO). Jusqu’alors, ce dernier était dirigé par un officier général américain.

Depuis 2009, le commandant suprême allié transformation (SACT) est donc un général français issu de l’armée de l’Air. Et son rôle est primordial dans la mesure où c’est à lui que revient la charge d’identifier les futurs besoins capacitaires de l’Otan, de développer l’interopérabilité et d’étudier les doctrines et les concepts nouveaux. À ce titre, il soutient les activités de recherche et de développement concernant les technologies de pointe.

Pour résumer, le travail de l’ACT est de définir des normes. Pour cela, le général Denis Mercier, l’actuel SACT, dispose d’une vingtaine d’ingénieurs de la Direction générale de l’armement (DGA).

Comme l’avait souligné le député Gilbert Le Bris, co-auteur avec Philippe Vitel d’un rapport récent sur l’évolution du rôle de l’Otan, « auparavant, on avait tendance à adopter telles quelles des normes américaines; désormais, les Alliés coproduisent véritablement ces normes, et la France a un rôle de premier plan parmi les alliés européens, grâce à cette structure particulière qu’est la DGA ».

« Notre retour au sein du commandement militaire intégré de l’Otan a donc été très positif pour la France en termes d’influence mais il nous faut nous efforcer d’occuper tous les postes pour lesquels nous nous sommes engagés », avait également estimé M. Vitel.

Pour autant, il est question d’aller encore plus loin. Lors d’une audition devant les députés de la commission de la Défense, l’amiral Charles-Henri du Ché, a rappelé que l’influence figure parmi les missions de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) du ministère de la Défense, dont il était le numéro deux il y a encore quelques jours.

« Sur ce point, nous Français avons toujours eu une forme de pudeur que nos amis Britanniques n’ont pas, cet exercice d’influence étant l’une de leurs forces », a constaté l’amiral du Ché.

« Mais les choses évoluent désormais, notamment au sein de l’Otan où nous mettons en place une véritable politique en la matière. Celle-ci passe par l’identification des postes-clés, ce qui ne veut pas dire forcément les plus prestigieux, et la sélection des profils de candidats adaptés », a-t-il expliqué, avant de préciser que « cette démarche a aussi naturellement pour objectif de mieux défendre les intérêts de nos entreprises dans le cadre des agences de l’Alliance. »

http://www.opex360.com/2016/07/09/la-france-veut-renforcer-son-influence-au-sein-de-lotan/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Sam 9 Juil 2016 - 16:57

Citation :
L'Otan affiche son unité et sa détermination face à la Russie


 
"Nous sommes unis", déclaré le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg au deuxième jour d'un sommet
de l'Otan. Agencja Gazeta/Adam Stepien/via REUTERS

varsovie
"Nous sommes unis", affirme le secrétaire général Jens Stoltenberg.

OLJ/AFP  09/07/2016



L'Otan a affiché son unité face à la Russie, lors d'un sommet à Varsovie, tout en réaffirmant sa volonté de dialogue et estimant que Moscou ne représentait pas de "menace immédiate".

"Nous sommes unis", a déclaré samedi à Varsovie le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg, au deuxième jour du sommet qui se tient en présence du président Barack Obama et des autres dirigeants des 28 pays membres. "D'habitude, les sommets de l'Otan, c'est 99% d'ennui et 1% d'hystérie. Là, rien de tel, ça a été un sommet assez consensuel", a confirmé un diplomate français.

"Nous ne voyons aucune menace immédiate vis-à-vis d'un allié de l'Otan", a constaté M. Stoltenberg, résumant un dîner informel la veille des dirigeants des États membres. Ce repas s'est tenu dans la même salle de bal du palais présidentiel où le Pacte de Varsovie a été signé en 1955 par l'URSS et ses satellites.
"Défense forte et dialogue constructif, tels sont les engagements sur lesquels est fondée notre relation avec la Russie", a répété M. Stoltenberg.

Depuis le début du sommet vendredi, les participants ont martelé que l'Alliance ne tolèrerait aucun acte hostile sur son flanc oriental tout en laissant la porte ouverte au dialogue. Les 28 chefs d’État et de gouvernement de l'Alliance ont décidé vendredi de déployer quatre bataillons dans les États baltes et en Pologne, un défi sans précédent envers Moscou depuis la Guerre froide."C'est une décision historique. L'Otan a montré très clairement que nous sommes unis et fermes", s'est félicité le Premier ministre estonien Taavi Roivas.

Ainsi, deux ans après le sommet de Newport (Pays de Galles), qui avait pris acte de la nouvelle donne en Europe après l'annexion de la Crimée, l'Otan a parachevé sa nouvelle posture stratégique à l'Est.

Inquiétudes
Ce renforcement, le plus grand depuis la fin de la Guerre froide, va se traduire notamment par l'envoi de 4.000 hommes, encadrés par quatre pays (États-Unis, Allemagne, Grande-Bretagne et Canada,) au plus près de la Russie.

Par ailleurs, l'Otan a confirmé samedi la prolongation de sa mission "Soutien résolu" (Resolute Support) en Afghanistan en 2017, mais sans en préciser les détails. Elle s'est engagée aussi à soutenir financièrement jusqu'en 2020 les forces de sécurité de ce pays, confrontées aux rebelles talibans et aux djihadistes d'el-Qaëda et du groupe État islamique.

La mission de l'Otan représente une dépense annuelle d'environ 4,5 milliards d'euros, dont près de deux tiers viennent des États-Unis. Selon M. Stoltenberg, les autres pays participants ont "presque réuni" un milliard de dollars pour l'année prochaine.

Les 28 devaient conclure leurs travaux par une rencontre avec le président ukrainien Petro Porochenko.
Auparavant, plusieurs anciens pays satellites de l'URSS, aujourd'hui membres de l'Otan, ont rappelé leurs inquiétudes face aux agissements de Moscou en Ukraine.


Besoin de la Russie
Mais les États-Unis et l'Europe ont aussi besoin de discuter avec la Russie, en dépit des sanctions imposées à Moscou, accusé de soutenir les séparatistes dans l'est de l'Ukraine. "On doit garder un dialogue ouvert avec la Russie parce qu'on doit débattre de la Syrie, de l'Irak, de pas mal de dossiers à travers le monde", a relevé le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders.

L'Union européenne et l'Otan ont par ailleurs annoncé un renforcement de leur coopération sur leur flanc sud, face aux jihadistes et aux passeurs de migrants. Des groupes jihadistes perpétuent des attentats au coeur de l'Europe. D'autres cherchent à s'en prendre aux intérêts stratégiques des pays de l'Otan, comme l'internet. "Ces deux menaces changent un peu l'approche au sein de l'Otan", a observé M. Reynders.

http://www.lorientlejour.com/article/995435/lotan-affiche-son-unite-et-sa-determination-face-a-la-russie.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Mer 10 Aoû 2016 - 21:23

Citation :
L'appartenance de la Turquie à l'Otan n'est pas remise en cause (responsable turc)


AFP 10/08/2016


La Turquie reste un membre fort de l'Otan et les relations avec la Russie, tout juste remises sur les rails, ne constituent pas une alternative à son appartenance à l'Alliance, a déclaré mercredi le porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan.

Ibrahim Kalin répondait lors d'un point de presse aux spéculations sur l'appartenance d'Ankara à l'Otan, au lendemain d'une visite symbolique en Russie où le chef de l'Etat turc a scellé la réconciliation avec son homologue Vladimir Poutine après des mois de brouille.

"Il n'y a aucune discussion sur le fait que la Turquie ne devrait pas rester membre", a dit M. Kalin, "c'est quelque chose d'important, nous sommes un membre fort" de l'Otan, a poursuivi le porte-parole au palais présidentiel d'Ankara.

Peu avant, le même message avait été envoyé par une porte-parole de l'Otan, qui réagissait, dans un communiqué, à des "spéculations" dans la presse à ce sujet.
"L'appartenance de la Turquie à l'Otan n'est pas en question", et l'Otan "compte sur les contributions continues" de la Turquie, qui "peut compter sur la solidarité et le soutien" de l'organisation, a affirmé cette porte-parole, Oana Lungescu.

A Ankara, M. Kalin a poursuivi : "Nous ne voyons pas nos relations (avec les autres pays) comme étant exclusives, nous les voyons comme mutuellement enrichissantes".
Ankara représente un rempart stratégique sur le flanc sud-est de l'Alliance du Traité de l'Atlantique Nord, avec la deuxième plus puissante armée des 28 membres, derrière les Etats-Unis.

M. Kalin a réaffirmé qu'après le coup d'Etat manqué du 15 juillet, la Turquie s'était sentie abandonnée par les pays de l'Union européenne, dont aucun dirigeant n'avait fait le déplacement pour la soutenir.
"Tout le monde est allé à Paris -- notre Premier ministre y est allé -- et a apporté son soutien (à la France après les attentats de janvier 2015) mais après la tentative de putsch, aucun leader n'est venu en Turquie", a-t-il regretté.
"Ils ont appelé, et nous les en remercions. Mais après un moment aussi critique, était-il si difficile de venir en Turquie?", a demandé le porte-parole.

Concernant la Syrie, M. Kalin a indiqué que la position d'Ankara n'avait pas changé, en dépit de la réconciliation avec la Russie: "Nous voulons toujours qu'il parte", a-t-il dit au sujet du président syrien Bachar el-Assad. Notre position n'a pas changé".

http://www.lorientlejour.com/article/1001118/lappartenance-de-la-turquie-a-lotan-nest-pas-remise-en-cause-responsable-turc.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Lun 29 Aoû 2016 - 22:19

Citation :
Otan : Des F-15 américains pour assurer la police du ciel bulgare


Posté dans Forces aériennes, Otan par Laurent Lagneau Le 29-08-2016




S’il est beaucoup question de l’inquiétude des pays baltes à l’égard de la Russie, la Bulgarie n’est pas en reste. En août 2014, le ministère bulgare de la Défense avait en effet publié une note de 14 pages dans laquelle était évoquée la menace d’une « nouvelle guerre hybride, qui combinerait des méthodes conventionnelles avec celles de guérilla, de guerre d’information et de la cybernétique. »

Et les auteurs du document d’ajouter : « Les relations particulièrement tendues entre d’une part Moscou et d’autre part Kiev, l’Union européenne, les États-Unis et l’OTAN, mettent à rude épreuve la sécurité économique et énergétique de notre pays et nos capacités défensives s’en trouvent dégradées. »

En outre, une partie de la classe politique et médiatique bulgare affiche son soutien à la politique menée par la Russie, laquelle fait pression sur la Bulgarie dans le secteur de l’énergie (gazoduc South Stream, oléoduc entre Bourgas-Alexandroupolis, centrale nucléaire de Béléné).

Depuis l’annexion de la Crimée, la Bulgarie, membre de l’Otan, est par ailleurs confrontée à une intensification de l’activité des forces aériennes russes dans son environnement immédiat, forçant ainsi les MiG-29 qui lui restent à intervenir fréquemment et donc à consommer leur potentiel.

En juillet, le ministre bulgare de la Défense, Nikolai Nenchev, a dénoncé les incursions fréquentes d’avions russes dans l’espace aérien et/ou dans la zone de responsabilité aérienne de la Bulgarie. Pour lui, ces incidents sont autant de « provocations » dont « l’objectif n’est pas clair ».

D’où la priorité, pour Sofia, de remplacer au plus vite les MiG-29, sans doute par des avions de seconde main (F-16, Eurofighter Typhoon, voire JAS-39 Gripen C/D). Mais en attendant, le Parlement bulgare a voté, en février de cette année, une loi autorisant des appareils de l’Otan à assurer la surveillance de l’espace aérien du pays.

Et c’est ainsi que, à la demande de Sofia, deux F-15 de l’US Air Force seront déployés en Bulgarie à compter du 9 septembre prochain pour épauler les MiG-29 locaux. Cela étant, ce renforcement sera de courte durée puisqu’il les chasseurs américains resteront sur place pendant seulement une semaine. Aussi, il s’agit surtout d’envoyer un message politique.

« L’Otan prend très au sérieux sa responsabilité de garantir la sécurité et l’intégrité de notre espace aérien. Cette mission est une démonstration de solidarité et de soutien envers la Bulgarie, membre de notre Alliance », a d’ailleurs commenté Alexander Vershbow, le secrétaire général délégué de l’Alliance.

http://www.opex360.com/2016/08/29/otan-des-f-15-americains-pour-assurer-la-police-du-ciel-bulgare/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Jeu 15 Sep 2016 - 21:20

Citation :
Le dialogue entre l’Otan et la Russie se poursuit


Posté dans Otan, Russie par Laurent Lagneau Le 15-09-2016


Pour la première fois depuis l’annexion de la Crimée, le Conseil Otan-Russie (COR) s’est réuni à deux reprises, l’une en avril, l’autre en juillet, après le sommet de l’Alliance atlantique organisé à Varsovie.

Mais ces deux réunions n’auront pas permis de décrisper les relations entre l’Otan et la Russie, les positions sur le dossier ukrainien étant irréconciliables. Au plus ont elles servi à constater les désaccords « profonds » entre les deux parties, dans le cadre d’une dialogue « franc et sérieux » et avec un ton « modéré ».

Ainsi, par exemple, il n’a pas été possible de s’entendre sur la « transparence » et la « prévisibilité » des activités militaires russes ainsi que sur la réduction des risques afin d’éviter les incidents aériens et navales dans la région de la Baltique et dans celle de la mer Noire.

Au cours de ces derniers mois, plusieurs incidents ont effet eu lieu entre les forces russes et américaines, sur fond d’accusations de « manoeuvres dangereuses » et de « comportements non professionnels », comme cela a été le cas en avril, avec le survol jugé agressif du destroyer USS Donald Cook par des avions Su-24 Fencer en mer Baltique.

En juillet, le président russe, Vladimir Poutine, a promis une avancée dans ce domaine… à la Finlande, qui n’est pas membre de l’Otan. « Nous acceptons la proposition du président finnois (de cesser de voler sans transpondeurs) et j’évoquerai cette question lors de la prochaine rencontre Russie-Otan à Bruxelles », avait-il dit.

Quoi qu’il en soit, le dialogue sur la transparence des activités militaires et la réduction des risques se poursuit. Ainsi, ces questions ont de nouveau été évoquées ce 15 septembre lors d’une rencontre entre le secrétaire général adjoint de l’Otan, Alexander Vershbow (qui quittera bientôt ses fonctions) et Alexandre Grouchko, le représentant russe auprès de l’Alliance.

« Ils ont discuté des moyens d’augmenter la transparence et la réduction des risques », a en effet indiqué un communiqué de l’Otan.

Cela est d’autant plus nécessaire qu’il a été décidé, lors du sommet de Varsovie, d’accroître la présence militaire de l’Otan dans les États baltes et en Pologne dans le cadre de mesures destinées à rassurer ces pays qui s’estiment menacés par leur voisin russe.

Selon le communiqué, M. Vershbow a fait savoir au diplomate russe que l’Otan reste « disposée à poursuivre le dialogue » sans toutefois infléchir sa politique à l’égard de Moscou.

« Notre coopération sur le plan pratique reste en suspens en raison des actions agressives entreprises par la Russie à l’égard de l’Ukraine », peut-on lire dans le texte diffusé par l’Otan. « Dans le même temps, nous avons décidé de laisser ouvertes les voies du dialogue politique », y est-il ajouté.

D’où la rencontre prochaine entre Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, avec Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, pour aborder à nouveau ces sujets. Une autre occasion pour constater des « désaccords profonds »?

http://www.opex360.com/2016/09/15/le-dialogue-lotan-la-russie-se-poursuit/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Lun 19 Sep 2016 - 20:13

Citation :
Israël a désormais un ambassadeur auprès de l'Otan


AFP 19/09/2016


L'ambassadeur d'Israël auprès de l'Union européenne à Bruxelles est désormais également ambassadeur à l'Otan, une première pour ce pays qui n'avait jusque là pas de représentation diplomatique auprès de l'Alliance, a annoncé lundi la mission d'Israël auprès de l'UE.

L'ouverture de cette mission diplomatique au siège de l'Otan, à Bruxelles, avait été annoncée au printemps.

C'est une des conséquences de la normalisation des relations entre Israël et la Turquie, officialisée il y a trois mois, à l'issue d'une période de brouille de six ans. La Turquie, qui est un des piliers de l'Otan, s'opposait jusqu'alors à la présence de cette mission diplomatique.

Lors d'une cérémonie officielle vendredi au siège de l'Alliance, Aharon Leshno-Yaar a été "le premier ambassadeur israélien à présenter ses lettres de créances au secrétaire général de l'Otan", Jens Stoltenberg, indique dans un communiqué la mission d'Israël auprès de l'UE.

Les deux hommes ont discuté de "la formulation d'un nouveau Plan d'Action commun entre Israël et l'Alliance", est-il souligné, Israël insistant sur le fait qu'il "partage les valeurs sur lesquelles l'Otan a été fondée et se considère comme un membre de la famille transatlantique".

"C'est une étape importante dans le renforcement du dialogue politique et de la coopération pratique de l'Alliance avec Israël", a fait valoir dans un communiqué Carmen Romero, une des porte-parole de l'Otan.

Elle a rappelé que ce pays était "depuis plus de vingt ans un partenaire actif" de l'Otan dans le cadre du Dialogue méditerranéen, un forum lancé par l'Alliance en 1994 pour favoriser sa coopération en matière de sécurité avec sept pays de la rive sud de la Méditerranée (Israël et six pays arabes: Egypte, Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Jordanie).

Né à Tel Aviv en 1955, Aharon Leshno-Yaar est arrivé au début du mois à Bruxelles comme ambassadeur auprès de l'UE, après avoir été en poste dans la division des Organisations internationales au ministère israélien des Affaires étrangères.

Sa carrière de diplomate, entamée en 1981, l'a mené auparavant à Washington, Canberra, Singapour ou encore Genève, où il a été ambassadeur auprès des Nations Unies de 2008 à 2012.

http://www.lorientlejour.com/article/1008006/israel-a-desormais-un-ambassadeur-aupres-de-lotan.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Mar 27 Sep 2016 - 17:58

Citation :
Défense européenne : Londres continuera à s’opposer à toute initiative qui affaiblirait l’Otan


Posté dans Défense européenne, Otan par Laurent Lagneau Le 27-09-2016



Après le départ annoncé du Royaume-Uni de l’UE (Brexit) et avant les prochaines échéances électorales, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, estimait récemment qu’il y avait une « fenêtre d’opportunité » pour des « initiatives fortes » afin de faire avancer la défense européenne.

Et, en la matière, à l’occasion d’une réunion des ministres de la Défense à Bratislava, ce 27 septembre, la France et l’Allemagne vont proposer conjointement aux autres États membres de l’UE toute une série de mesures visant à déclencher plus facilement les opérations de l’UE, ce qui passerait par la création d’un grand quartier général européen (sur la base de celui de l’Eurocorps) et la mutualisation, pour ceux qui le veulent, de certaines capacités, notamment dans le domaine du soutien.

Seulement, le « fenêtre d’opportunités » évoquée par M. Le Drian pourrait bien être encore plus étroite que prévu. En effet, le Royaume-Uni, qui, par ailleurs, garde son mot à dire tant que sa sortie de l’UE n’est pas effective, continuera à s’opposer à toute initiative susceptible de dupliquer les structrures de l’Otan et in fine, de l’affaiblir. Pour rappel, l’idée d’un quartier général européen n’a jamais eu les faveurs de Londres (mais aussi celles d’autres capitales européennes).

Dès son arrivée à Bratislava, le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a assuré que si le Royaume-Uni est en train de « quitter » l’Union européenne, il « restera engagé en faveur de la sécurité de l’Europe », comme c’est le cas avec le déploiement de soldats en Estonie et en Pologne dans le cadre des mesures de réassurance de l’Otan.

« Nous sommes d’accord sur le fait que l’Europe doit faire davantage pour répondre aux défis du terrorisme et de l’immigration », a continué M. Fallon. « Mais, a-t-il prévenu, nous allons continuer à nous opposer à toute idée d’une armée européenne ou d’un quartier général pour une armée européenne, qui reviendrait simplement à saper (l’autorité de) l’Otan. » Car, selon lui, « l’Otan doit rester la pierre angulaire de notre défense et de la défense de l’Europe. »

Cela étant, les dirigeants de l’UE ont conscience qu’une armée européenne n’est pas pour maintenant, ni pour demain (mais peut-être pour aprés-demain).

« Nous sommes tous d’accord (…) qu’une armée européenne n’est pas quelque chose qui va arriver de si tôt, mais ce qui peut venir bientôt si les Etats membres s’engagent, c’est une avancée en matière de défense européenne », confiait, début septembre, Federica Mogherini, Haute Représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité. « Dans 50, 60, 100 ans, qui sait? », s’était-elle interrogée.

À Bratislava, Mme Mogherini n’a pas dit autre chose, en réponse au ministre britannique. Ainsi, l’objectif des mesures qui seront discutées lors de la réunion n’est pas de mettre sur pied une « armée européenne » – qui n’est prévue par aucun traité – mais d’ »user des instruments déjà en notre possession pour avoir une défense européenne plus efficace, en pleine complémentarité avec l’Otan. » Et d’insister : « Il n’y a là rien d’idéologique, on parle des choses très concrètes que l’on peut faire. »

Pour autant, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, ancien Premier ministre d’un pays qui n’est pas membre de l’UE [la Norvège, ndlr], ne partage pas les craintes de Londres.

« Il n’y a pas de contradiction entre une défense européenne forte et une Otan forte. En réalité les deux se renforcent l’un l’autre », a-t-il en effet déclaré, au côté de Mme Mogherini. Et d’ajouter que le dialogue entre l’Otan et l’UE doit être « transparent et ouvert de manière à s’assurer que nous renforçons réellement l’Europe, la défense européenne, mais aussi la coopération transatlantique. »

http://www.opex360.com/2016/09/27/defense-europeenne-londres-continuera-sopposer-toute-initiative-qui-affaiblirait-lotan/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Mar 4 Oct 2016 - 17:50

Citation :
Otan: Kerry rassure les Européens sur la solidarité militaire américaine


AFP 04/10/2016


Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est employé mardi à Bruxelles à rassurer ses alliés européens, en particulier Polonais et Baltes, sur la solidarité militaire des Etats-Unis au sein de l'Otan.

Les dirigeants américains multiplient ces derniers mois les propos apaisants à l'adresse des pays d'Europe centrale et orientale, membres de l'Alliance atlantique, qui s'inquiètent d'une menace russe et de propos controversés du candidat républicain à la présidence des Etats-Unis, Donald Trump.

"L'Otan est une alliance défensive", a répété John Kerry dans un discours sur les liens transatlantiques, à Bruxelles, devant le centre de réflexion German Marshall Fund.
"Le peuple russe, en particulier, doit savoir qu'en dépit de ce que ses dirigeants lui disent parfois, notre Alliance ne cherche pas à affaiblir, endiguer ou diviser sa nation (russe)", a assuré le chef de la diplomatie américaine.

Mais il a rappelé aussi le principe de solidarité du fameux article 5 du Traité de l'Otan.
"Aux Etats-Unis, nous n'oublierons jamais que l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord avait été déclenché pour la première fois après le 11-Septembre (2001). Et je peux vous assurer -- quoi que vous ayez pu lire récemment -- que les Etats-Unis ne se déroberont jamais devant leurs propres obligations de l'article 5 si un membre de l'Otan devait être attaqué", a-t-il promis.

Fin août, en visite à Riga, le vice-président américain Joe Biden avait déjà cherché à rassurer les alliés de l'Est de l'Otan sur "l'engagement américain au sein de l'article 5, solide comme un roc".

Dans un entretien au New York Times fin juillet, le candidat américain républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, avait affirmé que, s'il était élu président et que la Russie attaquait les pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), il vérifierait d'abord que ces derniers aient "bien respecté leurs obligations" à l'égard des Etats-Unis.

Un des principes de base de l'Otan est l'article 5 de son Traité, qui prévoit qu'une attaque contre l'un des membres de l'organisation est une attaque contre chacun d'entre eux - un point que les Etats-Unis ont fait valoir après les attentats du 11 septembre 2001 et qui a servi à justifier l'intervention de l'Otan en Afghanistan.

M. Kerry avait aussi rappelé en juillet que "toutes les administrations (américaines), républicaines et démocrates, depuis 1949" s'étaient toujours pliées à leurs "obligations en matière de sécurité, conformément à l'article 5, le socle absolu".

http://www.lorientlejour.com/article/1010817/otan-kerry-rassure-les-europeens-sur-la-solidarite-militaire-americaine.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21147
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   Ven 14 Oct 2016 - 21:43

Citation :
L'Otan soutient les efforts en vue d'une défense européenne


AFP 14/10/2016


Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a salué vendredi à Rome les efforts en vue d'une politique européenne de défense, relancés par la perspective du Brexit, tout en prévenant qu'il ne fallait pas créer une "alternative" à l'alliance atlantique.

"Une défense européenne plus forte sera bonne pour l'Union européenne, ce sera bon pour l'Europe et ce sera bon pour l'Otan", a déclaré M. Stoltenberg lors d'une conférence de presse.
Une plus grande coopération entre Européens ne peut être que bénéfique, a-t-il assuré, en enjoignant les pays à augmenter leurs dépenses de défense parce que "nous vivons dans un monde plus dangereux avec de nouveaux défis et de nouvelles menaces auxquels il faut répondre et s'adapter".

En revanche, "nous devons nous assurer d'éviter de dupliquer les structures de l'Otan", en insistant pour que l'action de l'Europe constitue un "complément" à celle de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord et non "une alternative".

Les ministres européens de la Défense ont mené des discussions ces derniers mois sur les moyens d'augmenter la coopération, une perspective vue d'un mauvais oeil par le Royaume-Uni, qui entend résister à toute forme d'"armée européenne" après sa sortie de l'UE.

Parmi les défis de l'Otan, M. Stoltenberg a cité "une Russie de plus en plus péremptoire et imprévisible".
"Ces dernières semaines, la Russie a déployé un système de missiles plus près des frontières de l'Alliance, qui pourraient transporter des ogives nucléaires (...). Nous allons continuer de mener notre politique de défense forte alliée avec un dialogue politique", a-t-il expliqué.

Au côté de M. Stoltenberg, le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, a déclaré que l'Italie participerait aux efforts de l'Otan pour contrer les manœuvres russes en envoyant 140 soldats en Lettonie rejoindre d'autres bataillons installés le long des frontières orientales.

Cette annonce a provoqué une vive réaction au sein de la gauche italienne et du Mouvement 5 étoiles (anti-partis), qui a dénoncé "une décision risquant d'exposer notre pays à des scènes ressemblant à la guerre et de nous renvoyer 30 ans en arrière".

http://www.lorientlejour.com/article/1012678/lotan-soutient-les-efforts-en-vue-dune-defense-europeenne.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   

Revenir en haut Aller en bas
 
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» 21 mai 1927 première traversée en avion sans étapes de l'Atlantique Nord
» Le repas du soir = organisation !!!
» LA BATAILLE D'ATLANTIQUE
» SÉMAPHORE - CAP CORSE (CORSE DU NORD)
» Traité de Coopération Judiciaire avec la Bourgogne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits à travers l´âge-
Sauter vers: