Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
AuteurMessage
Mr.Jad
Colonel
Colonel


messages : 1546
Inscrit le : 07/03/2009
Localisation : FL370
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena24L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Untitl10
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena26L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena25


L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeVen 21 Aoû 2009 - 22:37

Rappel du premier message :

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN(NATO - North Atlantic Treaty Organisation)
drapeau de l'OTAN:
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 150pxdrapeaudelotansvg
cartes membres de l'OTAN:
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 616pxlocationnato2009bl
Citation :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN (NATO - North Atlantic Treaty Organisation en anglais), parfois connue avec le nom d'Alliance Atlantique, est une organisation politico-militaire créée à la suite de négociations entre les signataires du traité de Bruxelles (la Belgique, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas et le Royaume-Uni), les États-Unis et le Canada ainsi que 5 autres pays d’Europe occidentale invités à participer (le Danemark, l’Italie, l’Islande, la Norvège et le Portugal), ayant pour vocation initiale d'assurer la défense et la sécurité de l’Europe face à l’Union soviétique après la Deuxieme Guerre mondiale. L'OTAN a néanmoins survécu à l'implosion de l'URSS.
Le siège de l’OTAN se trouve depuis 1966 à Bruxelles et son commandement militaire (SHAPE) à Mons (Belgique). Grâce à ses moyens logistiques, l’OTAN a su, durant la Guerre froide, « garder les Américains à l’intérieur, les Russes à l’extérieur et les Allemands sous tutelle. »1 comme le souhaitait son secrétaire général d’alors, Hastings Lionel Ismay. Son rival côté soviétique fut le Pacte de Varsovie.
Les pays membres de l’OTAN et son élargissement depuis 1949.
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Natocountriessince1949
Un des 18 E-3 AWACS de l’OTAN:
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 790pxawaclanding01
Boeing CT-49A NATO:
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Boeingct49anatotcalxn20
Sommet de l’OTAN à Prague (2002):
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Nato2002summit
f-16 de l'OTAN:
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 F16deliberateforce

coopération avec les non-membres:
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 88510806
NATO E-3A avec US F-16s
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 800pxnatoawacs

_________________
“Once you have tasted flight, you will forever walk the earth with your eyes turned skyward, for there you have been, and there you will always long to return.”
― Leonardo da Vinci

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Clipboard01xr112
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
AIT
sergent
sergent
AIT

messages : 222
Inscrit le : 02/02/2019
Localisation : Ait Hdiddou
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena31

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeDim 17 Mar 2019 - 20:15

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Img_2010
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Img_2011
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Img_2012

_________________
ⵟⴰⵢⵔⵉ ⵏ'ⵜⵎⴰⵣⵉⵕⵜ
Revenir en haut Aller en bas
AIT
sergent
sergent
AIT

messages : 222
Inscrit le : 02/02/2019
Localisation : Ait Hdiddou
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena31

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeDim 17 Mar 2019 - 20:18

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Img_2013
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Img_2014
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Img_2015
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
Adam

messages : 2920
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena31L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Ambass10
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Medail10L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena15

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeLun 25 Mar 2019 - 13:04

Dr Can Kasapoğlu - Stiftung Wissenschaft und Politik a écrit:

Why and How NATO Should Adapt to a New Mediterranean Security Environment


NATO faces a problematic threat landscape in the Mediterranean. The Alliance has to deal with hot topics that range from Russia’s robust military posture and involvement in the Syrian Civil War to ISIS terrorism and the migrant crisis. To address all of these challenges, NATO should boost its engagement with partner nations, produce a new maritime security approach, and counterbalance Moscow’s strategic foothold in the eastern Mediterranean.


Against the backdrop of Russia’s interventions in Georgia and Ukraine, the Alliance’s eastern flank has been the geopolitical epi­center of contention between NATO and Russia while the southern flank has taken a back seat. The Armed Forces of the Russian Federation enjoy clear superiority in their Western Military District over the Baltic NATO members (Estonia, Latvia, and Lithua­nia) and Poland. Moreover, this correlation of forces is augmented by the strong com­bined-arms and mobilization capabilities of the Russian military. Notably, RAND’s Arroyo Center conducted a series of war games in 2014 and 2015 simulating a Rus­sian incursion into the Baltics. The findings, published in a special report in 2016, high­lighted that Russian forces could reach the outskirts of Tallinn and Riga within 60 hours. These considerations put the eastern flank affairs at the forefront for NATO while the southern flank – and the Medi­ter­ranean in particular – remains an over­shadowed flashpoint. Indeed, these war game reports concluded nightmare sce­narios for capitals in the eastern flank, but key metropoles of NATO nations have already witnessed devastating terrorist attacks stemming from the south. The migrant crisis has plagued the Euro-Medi­terranean area. In addition, as under­lined by the 2018 Brussels Summit Declaration, Turkey has been hit three times in the last four years by missiles launched from Syria. Finally, the Mediterranean witnessed the most dangerous chemical weapons use of the 21st century, which triggered US-led punitive strikes against the Syrian Baath regime. In brief, NATO’s southern flank has gone through fire and water.

The Alliance faces two risk categories in the south. First, there is the rise of violent non-state actors, state failures, and human security issues. Second, NATO has to deal with state-led challenges emanating from Russia’s rising military posture in the eastern Mediterranean. However, unlike the broadly accepted eastern flank narrative, the allies have yet to reach a consensus in the south.

Terrorist Threats and Spillovers

On November 13, 2015, a series of coordinated terrorist attacks shook Paris. Within five days, France’s flagship Charles de Gaulle aircraft carrier had left its home port in Toulon and sailed to the eastern Medi­ter­ranean to conduct airstrikes on ISIS. The carrier then passed through the Suez Canal to assume the command of the US task force in the Gulf (CTF-50) in counter-terror­ism operations. Around the same time, then-French Prime Minister Manuel Valls told parliament that France could be at risk of a chemical or biological terrorism attack. In fact, only one year earlier, a laptop cap­tured from a Tunisian ISIS operative in Syria revealed the terrorist group’s plans for using weapons of mass destruction, includ­ing efforts to weaponize bubonic plague.

Similar patterns – namely ISIS connections or time spent with ISIS fighters in the Middle East and North Africa – were pres­ent in the 2016 Brussels bombings, the 2016 Berlin Christmas market truck attack (the Tunisian perpetrator was linked to an ISIS cell in Libya), the 2016 Ataturk Airport attack in Istanbul, and the 2017 Istanbul nightclub shooting, among many others.

The one and only time that the Alliance invoked Article V – the collective defense clause of the North Atlantic Treaty – was in response to the 9/11 terrorist attacks, less than 24 hours after al-Qaeda targeted NATO territory. Thus, NATO had acknowledged that the fight against terrorism was one of its duties. In October 2001, NATO’s Stand­ing Naval Forces kicked off Operation Active Endeavour in the Mediterranean, a counter-terrorism effort conducted in compliance with Article V.

There is little room for optimism regarding the terrorism challenge in the south. Al‑Qaeda was largely the product of the Afghan jihad in the 1980s, which attracted 5,000 to 20,000 foreign fighters according to various estimates. The Syrian jihad, on the other hand, mobilized up to 40,000 foreign fighters, with some 7,000 of those being from NATO countries. In other words, the real fallout from the Syrian jihad re­mains to be seen in the coming decades.

Failed and fragile states have become vectors for terrorism in the Euro-Mediter­ranean region. Syria and Libya may never function as “states” in a Weberian sense again, as militancy could turn into “insti­tutionalized warlordism” in these countries.

NATO should grasp this trend in a geo­politically holistic way. Due to global demo­graphic trends, intrastate conflicts increasingly tend to take place in urbanized areas. Coupled with the growing lethality of mod­ern firepower, overwhelming migrant in­fluxes will accompany each urban warfare case from now on.

Terrorist activity across the southern Medi­terranean is complex in nature. Tuni­sia has a problematic home-grown mili­tancy issue, and this jihadist potential has found a safe haven in Libya amidst the collapse of the Libyan state. Open-source intelligence suggests that training camps established in Libya were used to dispatch Tunisian foreign fighters to Syria. The mili­tancy issue in Libya also threatens Egypt’s Western Desert area and overstretches Egyp­tian security forces between the Libyan frontier and Sinai. In many cases, one can­not separate smuggling, terrorism, and violent extremism from each other in the southern Mediterranean. The Algerian national Mokhtar Belmokhtar, for example, is a key figure in al-Qaeda in the Islamic Maghreb as well as an infamous champion of organized crime. He is known as “Mr Marl­boro” or “the King of Marlboros” due to his cigarette smuggling activ­ities.

Overall, NATO does not have an easy way out. Much like its close cooperation with eastern flank partners, for example Finland and Sweden, the Alliance needs to boost its engagement in the southern flank with its Mediterranean Dialogue partners. In fact, the Mediterranean Dialogue is a product of NATO’s post-Cold War efforts. Since its establishment in 1994, the regional security environment has gained completely differ­ent characteristics. At present, the Alliance needs to initiate tailor-made assistance pro­grams for border security, security sector reform, intelligence cooperation with NATO structures, humanitarian challenges, and counter-terrorism.

Furthermore, although the establishment of the NATO Strategic Direction South Hub (2017) is a milestone for the Alliance, the hub can only make a meaningful differ­ence if it can ensure the Mediterranean Dia­logue partners’ permanent engagements. Otherwise, this important effort might not be embraced by its target audience.

State-led Challenge: Russia as NATO’s Southern Neighbor

As these risks from non-state actors persist, NATO has a new and ambitious neighbor in the Mediterranean.

The intervention in Syria has fostered the Russian military’s combat readiness. Accord­ing to the Russian Ministry of Defense, more than 63,000 military per­sonnel – including 434 generals and more than 26,000 officers – served in Syria. This includes about 90 percent of the combat pilots who have flown missions over the Syrian skies and 60 percent of the strategic and long-range aviation crews who have taken part in operations. Furthermore, Russia has tested more than 200 weapon systems through its campaign. The Syrian expedition has led to fundamental im­prove­ments in the concept of operations. Long-range precision-strike capabilities provided by Kalibr land-attack cruise missiles remain the most notable achievement in this respect. In October 2015, the Russian Navy first used these high-end missiles from warships in the Caspian Sea. The missiles reportedly traveled some 1,800 km before hitting their targets in Syria. The strikes marked a significant success for Moscow. In December 2015 and March 2017, Russian Navy submarines also launched Kalibr mis­siles from the Mediterranean. Thus, NATO should be worried about the strategic ramifications of this trend. The Russian Navy can now use its relatively small vessels for long-range conventional strikes and commission its submarines to attack strategic targets deep in enemy territory without passing the nuclear threshold.

Finally, Moscow has turned the Hmei­mim Air Base into a “promotion path.” Most of the current or recent military district commanders have previously headed the Russian Group of Forces in Syria. More interestingly, General Sergei Suro­vikin – another former top commander of the Russian contingent – now serves as chief of the Russian Aerospace Forces, marking the first example in this regard, as General Surovikin is not an aviator. Likewise, General Andrey Kartapolov, now in charge of the newly established Political-Military Directorate (an in­formation warfare command), also made his way there through promotions at Hmeimim.

In brief, Moscow’s military gains in the Syrian expedition inevitably affect the over­all NATO–Russia balance.

NATO Needs a Stronger Mediterranean Posture

As reflected in the 2016 Warsaw Summit communiqué, the allied leaders have agreed on “projecting stability” on the south­ern flank. This strategy was based on the assess­ment that NATO members can be secure if their neighborhoods are stable. The Alli­ance learned this the hard way through the post-Arab Spring developments. In 2017, NATO officially joined the anti-ISIS coali­tion and, in the same year, the NATO Stra­tegic Direction South Hub was inaugurated in Naples.

Another pillar of NATO’s Mediterranean engagement is Operation Sea Guardian (OSG). The Alliance directly refers to the importance of ensuring maritime security to protect today’s globalized economy when explaining the geopolitical grounds for the OSG. Indeed, nearly 65 percent of Western Europe’s oil and gas consumption passes through the Mediterranean. The OSG also supports the European Union’s Operation Sophia to tackle the migrant crisis and human trafficking.

A stronger allied posture in the Mediterranean should be founded on an efficient maritime approach. NATO’s current mari­time strategy, approved back in 2011, falls short of addressing the complex problems discussed hitherto. The Alliance needs a comprehensive maritime strategy document to confront both state-led political-military ambitions – including the anti-access/area denial (A2/AD) challenge – and troublesome human security threats.

Key Findings and Policy Recommendations

During the Cold War, NATO protected democracies of the Euro-Atlantic area from Soviet expansionism. After 9/11, the allies had to tackle the global terrorism threat. Now, the pressing situation in the Mediterranean necessitates ensuring maritime secu­rity, confronting human trafficking, pre­venting a foreign fighter influx into NATO territory, and counterbalancing Russia’s aspirations.

NATO can only address human security problems and the terrorism challenge through a renewed cooperation model with its partners, because these risks are ema­nating particularly from the southern neigh­borhood due to instability.

When it comes to tackling state-led chal­lenges, the reconstruction of Syria remains the primary leverage of the West. In this theater, the West should be capable of deterring Russia from turning the eastern Mediterranean into its backyard, but it should also be conditionally willing to cooperate with Moscow to ensure a stable Syria that does not produce and export instability anymore because it is “too fragile to ignore.” As the SWP paper of Professor Volker Perthes (SWP Comment 7/2019) emphasizes, Europe may not like the mili­tary outcome in Syria, but compared to Iran’s agenda, Russia’s post-war design is not totally incompatible with Western interests.

Although Russia – largely – won the war in Syria, it badly needs Western sup­port to win the peace. The World Bank estimates that the reconstruction of the civil war-torn country will cost between $200 billion and $350 billion. Russia can­not reconstruct housing and infrastructure in the absence of an international consensus. If left unaided, Moscow could obtain a naval base, an air base, a war-criminal Syrian President who can never be fully rehabilitated on the world stage, and local warlord profiteers. Thus, through reconstruction efforts, the West should encourage installing an internationally acceptable administration in Damascus so that dis­placed Syrians in Europe (as well as Turkey, which is the only NATO nation bordering Syria) will not turn into permanent refugees.

Moreover, the West should ensure Syria’s full compliance with the chemical disarma­ment program – with the further aim of crippling the suspected biological weapons infrastructure.

Although there are many sources of pes­simism in the Mediterranean for NATO as it marks its 70th anniversary, there is also hope. After all, the Alliance’s top trait is adaptation.

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena32L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena24
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena25L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena26
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Cheval10L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena15
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Medail10

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeLun 25 Mar 2019 - 19:29

Citation :
L’Otan réaffirme que la Géorgie a vocation à la rejoindre, quitte à froisser la Russie

par Laurent Lagneau · 25 mars 2019


L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 _842

En août 2008, la Russie lançait une opération militaire contre la Géorgie afin de soutenir les séparatistes pro-russe de la région d’Ossétie du Sud. Depuis, les relations entre Tbilissi et Moscou restent extrêmement tendues. Et cela pour plusieurs raisons.

La première est que, via la signature d’accords stratégiques, la Russie a accentué son influence – si ce n’est son emprise – sur l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, une autre région séparatiste géorgienne. La seconde est liée à des considérations « énergétiques » au sujet de l’oléoduc BTC [Bakou-Tbilissi-Ceyhan], lequel constitue une autre pomme de discorde entre les deux pays. Enfin, et à cause de la menace russe, la Géorgie pour intégrer l’Otan. Or, pour Moscou, c’est la ligne rouge que Tbilissi ne doit pas franchir.

En août dernier, soit le dixième anniversaire de la guerre russo-géorgienne, le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, s’était montré très clair : une adhésion de la Géorgie serait « absolument irresponsable » et constituerait une « menace pour la paix. » Et d’aller jusqu’à prédire un « conflit terrible » si jamais Tbilissi s’avisait de vouloir remettre la main sur l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie.

Mais cela n’a pas l’air d’impressionner les dirigeants géorgiens, ni même Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan.

« Les 29 alliés ont clairement indiqué que la Géorgie deviendrait un membre de l’Otan… Nous allons continuer de travailler ensemble pour préparer l’adhésion de la Géorgie à l’Otan », a en effet déclaré l’ex-Premier ministre norvégien, ce 25 mars, à Tbilissi. « Nous n’acceptons pas que la Russie ou n’importe quelle autre puissance puisse décider qui peut être membre » de l’Otan, a-t-il insisté.

Le chef du gouvernement géorgien, Mamouka Bakhtadzé, n’a pu qu’aller dans le même sens. La Russie « n’a pas le droit de restreindre le choix d’un pays souverain concernant ses accords dans le domaine de sécurité », a-t-il affirmé. Et d’insister : « L’adhésion à l’Otan est le choix du peuple géorgien, et c’est fixé dans notre Constitution. »

Lors du sommet de l’Alliance atlantique organisé à Bucarest en 2008, les Alliés s’étaient mis d’accord pour dire que la Géorgie avait vocation à les rejoindre. Mais ils s’étaient gardés de lancer le processus d’adhésion. Aussi, l’accent a été mis sur un renforcement de la coopération militaire entre l’Otan et Tbilissi, notamment face à la présence navale russe en mer Noire. Et cela passe également par l’organisation d’exercices, comme celui actuellement en cours à Krtsanissi.

Pour rappel, l’Otan continue de « soutenir l’intégrité territoriale et la souveraineté de la Géorgie à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues » et « d’appeler la Russie à revenir sur sa décision de reconnaître les régions géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud en tant qu’États indépendants. »

http://www.opex360.com/2019/03/25/lotan-reaffirme-que-la-georgie-a-vocation-a-la-rejoindre-quitte-a-froisser-la-russie/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena32L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena24
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena25L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena26
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Cheval10L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena15
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Medail10

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeMar 16 Avr 2019 - 21:04

Citation :
Face à la Russie, un rapport américain veut renforcer les capacités de défense « non conventionnelles » des pays baltes

par Laurent Lagneau · 16 avril 2019


L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 _872

Redoutant de subir le même sort que l’Ukraine, les trois pays baltes [Estonie, Lettonie, Lituanie] et la Pologne ont obtenu que l’Otan mette en place une « présence avancée renforcée » [eFP] sur son flanc oriental, via le déploiement de quatre bataillons multinationaux. Ce dispositif est complété par une force de réaction très réactive, dont le commandement est assuré par l’Allemagne depuis le 1er janvier dernier.

Théoriquement, et si l’on ajoute la clause de défense collective prévue l’article 5 du traité de l’Atlantique-Nord, de telles mesures paraissent suffisantes pour dissuader la Russie de toute action malveillante. En pratique, rien n’est moins sûr. C’est, du moins, ce qu’estime la Rand Corporation, dans un rapport réalisé à la demande du Pentagone [.pdf].

Ainsi, avancent les auteurs de cette étude, les pays baltes « sont quotidiennement soumis à des opérations de propagande et de désinformation russes conçues pour saper la confiance de leurs populations dans leurs institutions, attiser des tensions ethniques et sociales, éroder la confiance à l’égard des engagements pris par l’Otan en matière de défense collective ».

En outre, poursuivent-ils, ces trois pays sont « vulnérables aux opérations spéciales russes » ainsi qu’à d’éventuels mouvement des « forces régulières déployées près de leurs frontières » par Moscou. Aussi, « à la lumière de ces préoccupations et du déséquilibre existant entre les forces classiques russes et celles déployées par l’Otan dans la région de la Baltique », les gouvernements baltes ont « adopté et intégré des concepts non-conventionnels dans leurs plans de défense ».

Or, le rapport de la Rand Corporation propose justement de miser sur les capacités de défense totale [TD] et de guerre non-conventionnelle [UW] développées par ces pays dans la mesure où elles ont le « potentiel de dissuader, retarder et perturber » une éventuelle agression militaire russe.

Effectivement, s’ils ont considérablement augmenté leurs dépenses militaires depuis 2014 afin de développer et de moderniser leurs forces conventionnelles, ils ont également fait des efforts afin d’améliorer la résilience de leurs populations et de mettre sur pied des formations paramilitaires faisant appel à des volontaires civils.

« Le meilleur moyen de dissuasion est non seulement des soldats armés mais aussi des citoyens armés », fit en effet valoir, en novembre 2016, le général Meelis Kiili, le commandant de la Ligue de défense estonienne. Ainsi, à Tallinn, on mise sur des actions de guérilla en cas d’occupation militaire russe. « La guerre de partisans est notre seul moyen. Nous ne pouvons pas égaler leurs blindés. Nous devrons nous regrouper dans de petites unités et détruire le plus possible de leurs convois logistiques. Nous devrons les ‘piquer’ partout où nous le pourrons », avait résumé un ancien caporal de l’armée estonienne au New York Times.

Le rapport de la Rand Corporation est donc arrivé à la même conclusion. Aussi, il propose un plan de 125 millions de dollars pour renforcer les capacités « irrégulières » des pays baltes. Ce qui passerait pas la fourniture de jumelles de vision nocturne, de téléphones satellitaires, de matériels informatiques, de véhicules tout-terrain, de mini-drones, de postes de radios ou encore d’armes de petit calibre et de missiles anti-chars et anti-aériens. Il recommande également la constitution de « stocks décentralisés » et de « caches » comprenant des vêtements, matériels de protection, des médicaments, de la nourriture et de l’argent afin de soutenir les « cellules de résistance » en cas de guerre.

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 _7d34

En cas d’invasion russe, la défense des pays baltes s’organiserait selon quatre niveaux : des soldats réguliers, membres des forces spéciales ou non, se concentreraient sur les actions violentes [embuscades, par exemple] tandis que les paramilitaires se chargeraient des opérations de sabotage, voire de renseignement. Les civils pourraient apporter leur soutien [nourriture, soin des blessés, etc] et opposer une résistance non-violente [désobéissance civile].

Pour Stephen Flanagan, l’un des auteurs du rapport, ce programme compléterait les moyens de « défense conventionnelle » des pays baltes et de l’Otan. En outre, il permettrait de donner du temps aux Alliés pour s’organiser et intervenir.

Les États-Unis, l’Otan et l’Union européenne « pourraient prendre d’autres mesures concrètes pour soutenir le développement des capacités de défense totale et de guerre non conventionnelle des pays baltes », avance encore ce rapport. Comme, par exemple, en renforçant la coopération en matière de gestion de crise, de partage du renseignement ou de lutte contre la désinformation et les attaques « hybrides ».

Co-auteur de ce document, Jan Osburg, voit un autre intérêt à cette approche. « La défense totale et la guerre non conventionnelle impliquent principalement des capacités défensives et sont donc moins susceptibles d’être qualifiées de provocatrice » par la Russie, explique-t-il.

http://www.opex360.com/2019/04/16/face-a-la-russie-un-rapport-americain-veut-renforcer-les-capacites-de-defense-non-conventionnelles-des-pays-baltes/  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena32L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena24
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena25L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena26
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Cheval10L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena15
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Medail10

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeVen 2 Aoû 2019 - 19:07

Citation :
Otan : M. Stoltenberg juge « ridicule » le moratoire sur les missiles de portée intermédiaire proposé par la Russie

par Laurent Lagneau · 2 août 2019


L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 _12b3a60

Ce 2 août, les États-Unis et la Russie ont officiellement pris acte de la fin du Traité sur les Forces nucléaires intermédiaires [FNI], lequel a interdit, pendant plus de trente ans, le déploiement de missiles à capacité nucléaire ayant une portée comprises entre 500 et 5.500 km. Pour rappel, ce texte avait mis un terme à la crise des Euromissiles, qui défraya la chronique dans les années 1970 et 1980.

La Russie a été la première à réagir, en accusant les États-Unis d’être les responsables de la fin de cet accord et en proposant un « moratoire » sur les missiles à portée intermédiaire si les forces américaines en faisaient autant. « Le 2 août 2019, à l’initiative américaine, cesse la validité du Traité signé le 8 décembre 1987 à Washington par l’Union soviétique et les États-Unis sur la liquidation des missiles de portée intermédiaire », a en effet annoncé le diplomatie russe.

Or, la Russie est justement accusée, depuis 2013, d’avoir manqué à ses engagements pris dans le cadre du Traité FNI en développant et en déployent le missile SSC-8 [ou Novator « 9M729 »]. Même si elle s’en défend [l’engin en question aurait une portée de 480 km, assure-t-elle], elle n’a jamais répondu de manière satisfaisante aux préoccupations exprimées par les États-Unis et, plus largement, par l’Otan.

Aussi, à Washington, on a pointé la responsabilité de Moscou dans la fin du traité FNI. « Le retrait des États-Unis, conformément à l’article XV du traité, prend effet aujourd’hui car la Russie n’a pas renoué avec son respect total et vérifié », a ainsi déclaré Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, via un communiqué.

L’article XV en question précise : « Chaque partie, dans l’exercice de sa souveraineté nationale, a le droit de se retirer du présent traité si elle décide que des événements extraordinaires liés à l’objet du présent traité ont compromis ses intérêts suprêmes. Il notifie sa décision de retrait à l’autre partie six mois avant son retrait du présent traité. Cette notification doit inclure une déclaration des événements extraordinaires que la Partie notifiante considère comme ayant mis en péril ses intérêts suprêmes. »

Dans son communiqué, M. Pompeo rappelle que les « États-Unis ont évoqué leurs inquiétudes auprès de la Russie dès 2013 » et que la partie russe a « systématiquement repoussé durant six ans les efforts américains pour que la Russie respecte à nouveau. »

Cela étant, la fin du Traité FNI fait les affaires de la Russie et des États-Unis. Comme l’a rappelé l’expert militaire russe indépendant Pavel Felgenhauer à l’AFP, dès 2007, « l’armée russe et le Kremlin disaient que le traité FNI n’était pas un bon accord, qu’il n’était pas juste. » Et, désormais, Washington, a les mains libres pour moderniser son arsenal afin de contrer celui de la Chine, qui repose essentiellement sur des missiles de portée intermédiaire.

En revanche, pour les membres européens de l’Otan, c’est une autre histoire dans la mesure où le spectre d’une crise analogue à celle des Euromissiles plane de nouveau… Mais on n’en est pas encore là…

En attendant, l’Otan a publié un communiqué dans la teneur est identique à celui de M. Pompeo. « La Russie continue aujourd’hui d’enfreindre le traité FNI, en dépit des efforts de dialogue que les États-Unis et, plus généralement, les Alliés mènent depuis des années. […] Par conséquent, la décision des États-Unis de se retirer du traité, pleinement appuyée par les autres pays membres de l’OTAN, prend maintenant effet. La Russie porte l’entière responsabilité de l’extinction du traité », a réagi l’Alliance atlantique.

« Nous regrettons que [la Russie] n’ait montré aucune volonté de se conformer de nouveau à ses obligations internationales et n’ait pris aucune mesure concrète en ce sens. Une situation dans laquelle le traité est pleinement respecté par les États-Unis, mais pas par la Russie, n’est pas tenable », insiste le texte.

Pour autant, et comme l’a de nouveau assuré M. Stoltenberg, il n’est pas question pour l’Otan de se lancer dans une nouvelle course aux armements.

« Nous ne voulons pas d’une nouvelle course aux armements, mais nous ferons en sorte que notre dissuasion soit crédible » face au déploiement du nouveau système de missiles russes « capables de transporter des têtes nucléaires et de frapper les villes européennes en quelques minutes », a en effet expliqué M. Stoltenberg.

Aussi, ce dernier a qualifié de « ridicule » le moratoire proposé par Moscou sur le déploiement de missiles de portée intermédiaire.

« Offrir un moratoire n’est pas crédible. […] La Russie a déployé des missiles en violation du traité FNI. Comment croire en sa bonne foi. C’est risible et ridicule », a dit le secrétaire général de l’Otan, lors d’une conférence de presse donnée à Bruxelles, ce 2 août.

« Nous avons investi dans des nouvelles capacités de défense anti-missiles et aériennes. Nous avons augmenté les dépenses de défense. Nous avons accru notre présence militaire à l’est de l’Europe et nous avons augmenté la réactivité de nos forces », a ensuite expliqué M. Stoltenberg. « Mais nous ne réagirons pas de manière intempestive. Nous voulons conserver une approche juste, défensive et dissuasive […] vis-à-vis des risques considérables que font peser les nouveaux missiles russe », a-t-il continué, avant d’assurer qu’il n’est pas question de déployer « de nouveaux missiles nucléaires terrestres en Europe. »

Enfin, le secrétaire général de l’Otan s’est dit « convaincu que la Russie se rendra compte des avantages d’une maîtrise des armements » car il est dans son « intérêt d’éviter une nouvelle course aux armements dangereuse et extrêmement onéreuse. »

http://www.opex360.com/2019/08/02/otan-m-stoltenberg-juge-ridicule-le-moratoire-sur-les-missiles-de-portee-intermediaire-propose-par-la-russie/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena32L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena24
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena25L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena26
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Cheval10L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena15
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Medail10

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeSam 14 Sep 2019 - 17:43

Citation :
samedi 14 septembre 2019

SACT, au service de l'Alliance



Depuis la réintégration de la France dans l'OTAN, le poste de SACT -en charge de la transformation de l'Alliance- est traditionnellement confié à un Français, et quatre anciens CEMAA l'ont occupé jusqu'à présent : Stéphane Abrial, Jean-Paul Palomeros, Denis Mercier, et actuellement, André Lanata. Il dirige 1200 personnels de l'Alliance dont plus de 700 à Norfolk.

Le titulaire nous livrait son ressenti, en juin dernier : "L'OTAN n'est pas analysé à travers notre background, mais de ce que nous apportons, notre capacité à faire travailler ensemble 29 cultures différentes, 29 perceptions de sécurité différentes. L'enjeu consiste à créer une unité d'action à travers l'état-major, fédérer les énergies. Les Français de SACT sont écoutés, nous avons notre façon de travailler, notre culture, mais les Français sont connus comme des bosseurs, et un Français, c'est crédible opérationnellement ! On a cette façon de concevoir globalement qui nous vient des opex."

Dans l'équipe, beaucoup de Français, donc, des Américains, des Allemands, quelques Britanniques.
"L'interopérabilité a été amenée par l'OTAN, et on ne le souligne pas toujours suffisamment. Cette capacité à travailler en commun permet des succès comme Hamilton (1)".

SACT est aussi en charge de l'innovation, et d'expérimentations comme celles qui ont été menées sur le dernier exercice Trident Juncture en Norvège. Entre autres, un outil d'analyse de l'environnement informationnel a été testé en grandeur nature au profit du commandement de force. Ce projet suit d'ailleurs son cours depuis avec un prototype. Un équipement de force protection à base de systèmes autonomes a aussi été testé en Norvège.

(1) Le tactical leadership program de l'OTAN, entre autres, contribue à s'entraîner à des raids complexes de ce type. Hamilton n'a pas été mené par l'OTAN, mais par trois de ses états-membres (France, Grande-Bretagne, USA), avec aussi des équipements liés à l'interopérabilité OTAN, notamment la liaison 16.

https://lemamouth.blogspot.com/2019/09/sact-au-service-de-lalliance.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena32L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena24
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena25L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena26
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Cheval10L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena15
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Medail10

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeMar 24 Sep 2019 - 17:42

Citation :
24.09.2019

La carte de la Pologne militaire redessinée par Washington


L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 _12d1120

Suite de mon post de lundi matin sur l'accroissement de la présence militaire US en Europe de l'est et en particulier dans le cadre du renforcement en Pologne.

Les relations militaro-politiques entre les régimes américains et polonais ont franchi un nouveau cap lundi suite à une rencontre entre les présidents américain et polonais.

Contre une mesure américaine portant sur l'abandon des visas pour les Polonais souhaitant se rendre aux USA, le président Andrzej Duda a accepté que son pays finance l'installation d'unités américaines sur le sol polonais (la Pologne va aussi s'équiper en F-35).

L'installation de ces unités va redessiner la carte militaire polonaise.

Poznań va accueillir un état-major divisionnaire (Division Headquarters Forward) et le groupe de soutien de l'US Army (actuellement ce groupe est majoritairement installé en Allemagne).

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 _12d301

A Drawsko Pomorskie (nord-ouest) sera installé le Combat Training Center qui sera conjointement utilisé par les forces polonaises et américaines (photo ci-dessus US Army).

Wrocław-Strachowice va devenir la porte d'entrée de l'US Air Force en Pologne. Le "aerial port of debarkation" y sera installé.

Łask (entre Varsovie et Poznan) abritera l'escadron de drones de l'USAF. Des drones initialement installés à Miroslawiec. La base de Łask a été le théâtre d'importants travaux au cours des deux dernières années; l'armée de l'air polonaise y a installé ses F-16. La base est officiellement rouverte depuis le 21 septembre.

Powidz accueillera une brigade d'aviation de combat, un bataillon de soutien et des installations pour des forces spéciales (FS).

A Lubliniec sera installé un autre centre dédié aux FS.

Enfin, les deux pays travaillent toujours pour identifier le futur site d'installation d'une ABCT (armored brigade combat team), une brigade blindée déployée en permanence sur le sol polonais.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/09/24/la-carte-de-la-pologne-militaire-redessinee-par-washington-20480.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena32L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena24
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena25L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena26
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Cheval10L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Unbena15
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Medail10

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitimeAujourd'hui à 18:39

Citation :
Les pays baltes voudraient que l’Otan en fasse plus pour assurer la défense aérienne dans région de la Baltique

par Laurent Lagneau · 21 octobre 2019


L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 _12e615

Actuellement, et dans le cadre de la mission « Baltic Air Policing », conduite par l’Otan, la Belgique, le Danemark et la République tchèque ont chacun déployé quatre avions de combat [soit, au total, 8 F-16 et 4 JAS-39 Gripen] dans les pays baltes, précisément à Siaulai [Lituanie] et Amari [Estonie]. Et à en croire informations publiés par les ministères de la Défense des pays concernés, ces chasseurs sont régulièrement sollicités pour intercepter des appareils russes.

Cette mission vise à assurer la police de l’air dans l’espace aérien des trois pays baltes, lesquels ne disposent des capacités nécessaires pour assurer cette tâche.

Au début, c’est à dire en 2004, cette mission ne mobilisait qu’une poignée d’avions de combat [quatre, en général], lesquels opéraient depuis la base de Siaulai. Mais, dix ans plus tard, soit après l’annexion de la Crimée par la Russie, l’Otan décida de renforcer sa présence aérienne dans les pays baltes et en Pologne, en portant à 18 le nombre d’avion déployés. Puis, la posture fut revue à la baisse, pour atteindre le format qu’elle a aujourd’hui.

Cela étant, alors qu’ils accueillent, chacun, un bataillon multinational dans le cadre de la présence avancée renforcée [eFP] de l’Otan, les pays baltes souhaiteraient que la mission « Baltic Air Policing » soit renforcée. Plus généralement, ils estiment – mais ce n’est pas nouveau – que les mesures de « réassurance » de l’Alliance sont essentielles mais encore insuffisantes pour dissuader la Russie, dont ils craignent les intentions. Et le ministre lituanien de la Défense, Raimundas Karoblis, s’en est fait l’avocat quand il a reçu, il y a quelques jours, Annegret Kramp-Karrenbauer, son homologue allemande.

Avec le déploiement des bataillons multinationaux et la mission Air Baltic Policing, la « colonne vertébrale est créée, mais nous avons besoin de plus » autour de cette dernière, a-t-il dit. Et, s’agissant des moyens aérien, il s’agirait de passer d’une « police du ciel » à une « défense aérienne ».

« Actuellement, la mission de police aérienne de l’Otan est une mission de temps de paix », a fait valoir un porte-parole du ministère lituanien de la Défense auprès de Defense News. « Des procédures et des mécanismes pertinents doivent être définis à l’avance afin de garantir la transition d’une mission de police aérienne vers une mission de défense aérienne de temps de crise », a-t-il ajouté. Et cela « renforcerait considérablement l’effet dissuasif de l’Otan dans la région », a-t-il insisté.

En Lettonie, le ministre de la Défense, Artis Pabriks, n’a pas dit autre chose. À la différence que l’Otan, selon lui, devrait aussi renforcer sa présence navale dans la région de la Baltique.

« Notre préoccupation concerne non seulement la défense aérienne mais également la protection des côtes », a en effet affirmé M. Pabrils, le 11 octobre. « La sécurité de la Lettonie dépend de la présentation par l’Otan d’un front uni aux yeux des dirigeants russes. C’est la meilleure garantie pour éviter un conflit aux pays baltes », a-t-il plaidé.

http://www.opex360.com/2019/10/21/les-pays-baltes-voudraient-que-lotan-en-fasse-plus-pour-assurer-la-defense-aerienne-dans-region-de-la-baltique/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO   L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO - Page 12 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord - OTAN / NATO
Revenir en haut 
Page 12 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
 Sujets similaires
-
» Nord 59 Archives en ligne
» Demande de Forum Finistère Nord
» Traiteur les délices de camille: MTL, LAVAL Rive Nord/Sud
» OPEP: Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole
» la Bretagne et la Loire-Atlantique se préparent a une tempête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits à travers l´âge-
Sauter vers: