Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 19  Suivant
AuteurMessage
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21547
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mar 29 Juin 2010 - 11:23

Tu n'as pas lu le post d'Atlas, lorsqu'il a parlé du mer rouge, d'ou les 3/4000Km, et même dans l'Océan indien rester à l'abri des batteries cotiéres iranienne, tu parle de 600/900Km sans penser un peu à cela ... est ce que les américains souhaite attaque les cotes iraniennes pour rester à cette disctance ? ou bien seulment le sud de l'Iran ?! un déploiment dans le Golf est nécéssaire à mon sens pour mener des attaques vers l'Iran .. Hors le golf c'est déjà plus de temps et voir même plus de pertes !! d'ailleurs il faut penser à sécuriser les pétroliers passant par Ormuz .. sinon on se trouvera face à une crise catastrophique ..

La marine iranienne à part ces vedettes et SM, il n'a pas les moyens de trop inquiété les US, je crois que j'ai déjà dit cela ... mais dire que les batteries cotiéres sont assez faciles à détécter ... alors cet officier qui direra cela, il ne connait pas son ennemi !!

pour les missiles et bombes US qui tombrons sur téte ... l'Iran n'est pas l'Irak mon ami .. il a de quoi faire face aux raids aérien !!! ses radars arrivent trés bien à détécter les mouvements des forces de l'air de ces voisins ... il a des systémes de défense ( Crotale, Hawk, S200, SA-2/5/6 ... etc etc et je crois qu'ils ont aussi quelques batteries S300 ancien version qu'ils ont reçu de la biélurusse ) et tous cela en masse en fait !! donc ce n'est pas assez simple de mener des raids aérien sans des grosses pertes ...

de toute façon j'envisage jamais attaquer ces gens là ... le monde est en plein crise je viens juste de me guerrir .. mes soldats ne sont pas assez motivés ... même les pays du golf n'envisagerons pas cette guerre .. c'est leurs eco qui est en jeu .. pensez un peu à la riposte iranienne ?!

@+

_________________
Revenir en haut Aller en bas
freedom
Aspirant
Aspirant


messages : 502
Inscrit le : 06/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mar 29 Juin 2010 - 18:03



Je pense qu'on discute d'une attaque américaines en lui imposant les mêmes contraintes que pour Israel, regarder la carte, les US peuvent très bien mener des raids aériens à partir du nord est (Asie centrale) en utilisant l'espace aérien afghan pour éviter des problèmes aux turkmens.
on peut très bien imaginer une attaque massive à partir de ces bases là, quatre jours à 500 sorties/jour et voila l'iran dénucléarisé.
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6519
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Sam 2 Oct 2010 - 9:01

Citation :
Beijing-Tehran cooperation: A loophole in Iranian sanctions

On June 9, 2010, the UN Security Council imposed a new slate of sanctions on Iran in an attempt to curb its nuclear ambitions. On September 22, Russian President Dmitry Medvedev backed these sanctions by issuing a decree banning arms deliveries to Tehran.

This means one can now talk about a full-fledged "arms blockade" against the Islamic Republic of Iran. But how effective can this blockade be, and what loopholes are open to Tehran?

The Islamic Republic's capacity

Iran certainly ranks among the most powerful Middle East and South-West Asian military powers. Tehran's might is determined by a number of factors, including its vast territory with abundant natural resources, growing population, the lack of a colonial past and the existence of well-developed cultural traditions that enabled it to emulate European military and industrial technology rapidly.

Iran is also one of the most powerful Islamic states. Many analysts believe that its military and political potential dwarfs that of Pakistan, which is a nuclear power. Moreover, the Iranian military potential exceeds that of other Persian Gulf and Arabian Peninsula countries several times over. In fact, none of these countries has a comparable population or industrial potential.

Iran also has a sufficiently well-developed defense industry. The country's leaders strive for self-sufficiency in this sphere, but Iran is unable to manufacture all the required military hardware independently. Although its potential in this area exceeds that of Pakistan in some respects, it is not self-sufficient.

The threat of military conflicts with countries of the Gulf and the United States forces Iran to maintain its armed forces in a high state of combat readiness, which would be impossible without foreign deliveries.

China is Tehran's traditional partner in the defense and engineering sectors. Bilateral cooperation peaked after the 1979 Islamic revolution when cooperation with the West and the Soviet Union became impossible


Technology for oil

Iran started receiving weapons and equipment from China, in addition to the required technology and production licenses. North Korea also provided Tehran with a large amount of technical information and completed models of ballistic missiles, some of which it had produced itself and some were Soviet-made. This assistance allowed Iran to fight Iraq in 1980-1988 from a more equal position. Iraq had a smaller population and size of the army but nonetheless wielded far more advanced military equipment than its enemy.

Iran and China continued to cooperate throughout the 1990s. Beijing needed an independent oil supplier, while Tehran wanted to gain access to more or less advanced military technologies. After recovering from the war with Iraq, Iran began to assess its armed forces' long-term development prospects. Considering its advanced domestic industrial potential, Tehran gradually began to purchase technology, rather than military equipment. Moreover, Iran began to cooperate with Russia and other post-Soviet republics, subsequently obtaining a number of modern military technologies. However, China remained its main partner. In the late 1990s, Iran and China began to scale down their direct military cooperation against the backdrop of improved Chinese-U.S. relations.

Iran then solved its military-equipment problem by launching production of new systems it had copied from foreign equivalents. But not all kinds of military equipment are easy to copy like that, with air-defense systems and warplanes posing particular difficulties. Tehran found a way out by expanding its cooperation with Beijing in the technological-development sphere, which increasingly replaced direct arms shipments. Iran actively bought devices and technologies that would enable it to enhance its scientific and industrial potential. Tehran managed to acquire specialized Chinese equipment used in this sphere, including X-ray machines for checking the quality of rocket-and-missile engines, high-precision machine-tools for manufacturing elements of gyro-stabilized platforms used in guided weapons, mobile rocket-and-missile telemetry-control systems, in addition to other components and instruments.

International agreements place strict limits on arms deliveries to Iran. Consequently, Chinese-Iranian military-technical cooperation has increasingly taken the form of joint ventures. These deliver dual-purpose systems, equipment and technical documentation to Iran. Moreover, the Iranian government has signed a number of intellectual-cooperation agreements with Chinese universities, which are involved in training Iranian specialists and researchers in various fields for subsequent work at Iranian facilities.

The scale of Iranian-Chinese cooperation in this sphere is largely limited by the Chinese companies' ability to provide modern technologies and materials. However, there is sufficient potential to enable the development of new types of missiles. But for its cooperation with China, Iran would find it difficult to accomplish that objective.

Iran's technological cooperation with China has allowed it to launch production of its own short-range surface-to-air missile (SAM) system, a copy of China's HongQi Red Flag/Banner HQ-7 air-defense missile, and to upgrade older operational SAM systems. Some sources claim that Tehran has come close to developing its own version of S-300-PMU Favorit (SA-10 Grumble) SAM system. This was thanks to its in-depth study of China's HQ-9 / FT-2000 missile system, right down to the minutest detail. At any rate, launchers closely resembling the HQ-9 system have been repeatedly displayed at Iranian military parades. Analysts continue to argue as to whether they were mockups or live weapons.

What next?

Chinese-Iranian military-technical cooperation will obviously continue into the future. Both partners need each other because Iran requires state-of-the-art military equipment, while China is hard pressed for natural resources. The main aspects of bilateral cooperation are as follows.

China, which implements an ostensibly independent foreign policy, is unlikely to deliver substantial weapons consignments direct to Iran because it does not want to sour relations with the European Union and the United States. However, the situation may change should China's relations with the West worsen. Analysts believe that Beijing already covertly supplies small batches of military equipment to Tehran, allowing it to study and copy them.

Chinese engineers are expected to help Iran to mass-produce Azarakhsh and Saegheh fighters based on the Northrop F-5 Freedom Fighter and to upgrade its operational warplane fleet. Chinese specialists are also known to service U.S.-made aircraft at Iran's largest air base, Mehrabad, outside Tehran.

Chinese-Iranian naval cooperation will, most likely, expand in the future. Iran will continue to manufacture speedboats and missiles under a Chinese license. It should be noted that Iran has been trying to expand its naval presence in the Gulf for the past few years by actively developing new types of naval weapons, such as guided missiles and torpedoes, as well as artillery systems. Considering the situation in the Gulf, Iran's plans can only be implemented either by buying or building a sufficiently large number of heavily armed warships.

Moreover, China could help Iran upgrade its Lockheed P-3F Orion anti-submarine and maritime surveillance aircraft.

RIA Novosti military commentator Ilya Kramnik

http://en.rian.ru/analysis/20100929/160770038.html

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 14775
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mar 12 Oct 2010 - 18:56

Citation :
La Troisième Guerre mondiale se prépare : Objectif Iran
par Michel Chossudovsky
L’humanité est à un carrefour dangereux : la guerre contre l’Iran est à un « stade de préparation avancé » et des systèmes d’armes de haute technologie, incluant des ogives nucléaires, sont complètement déployés.
Cette aventure militaire est sur la planche à dessin du Pentagone depuis le milieu des années 1990. D’abord l’Irak, ensuite l’Iran, peut-on lire dans un document déclassifié de l’US Central Command.
L’escalade fait partie du programme militaire. Alors que l’Iran représente la prochaine cible, avec la Syrie et le Liban, ce déploiement militaire stratégique menace également la Corée du Nord, la Chine et la Russie.
Depuis 2005, les États-Unis et leurs alliés, incluant leurs partenaires de l’OTAN et Israël, ont été impliqués dans le vaste déploiement et le stockage de systèmes d’armes perfectionnés. Les systèmes de défense antiaérienne des États-Unis, des pays membres de l’OTAN et d’Israël sont totalement intégrés.
Il s’agit d’une tentative coordonnée du Pentagone, de l’OTAN et de l’armée israélienne (Tsahal), avec la participation militaire active de plusieurs pays partenaires non membres de l’OTAN, dont les États arabes de premier plan (les membres du Dialogue méditerranéen et de l’Initiative de coopération d’Istanbul) : l’Arabie Saoudite, le Japon, la Corée du Sud, l’Inde, l’Indonésie, Singapore, et, entre autres, l’Australie. (L’OTAN comprend 28 États membres. Vingt et un pays supplémentaires sont membres du Conseil de partenariat euro-atlantique (CPEA) et le Dialogue méditerranéen et l’Initiative de coopération d’Istanbul comportent 10 pays arabes plus Israël.)
Les rôles de l’Égypte, des États du Golfe et de l’Arabie Saoudite (au sein de l’alliance militaire élargie) sont particulièrement pertinents. L’Égypte contrôle le transit des navires de guerre et des pétroliers par le canal de Suez ; l’Arabie Saoudite et les États du Golfe occupent les lignes de côtes sud-ouest du golfe Persique, du détroit d’Ormuz et du golfe d’Oman. Au début juin, « l’Égypte aurait permis à un navire israélien et 11 navires étasuniens de passer par le canal de Suez […] en guise de signal clair à l’Iran. […] Le 12 juin, les organes de presse régionaux rapportaient que les Saoudiens avaient accordé à Israël le droit de survoler leur espace aérien […] » (Muriel Mirak Weissbach, Israel’s Insane War on Iran Must Be Prevented., Global Research, 31 juillet 2010)
Dans la doctrine militaire post-11 septembre, ce déploiement massif d’équipement militaire a été défini comme un élément de la soi-disant « guerre mondiale au terrorisme », ciblant des organisations terroristes « non étatiques », incluant Al-Qaïda et les prétendus « états qui appuient le terrorisme », comprenant l’Iran, la Syrie, le Liban et le Soudan.
L’établissement de nouvelles bases militaires étasuniennes, le stockage systèmes d’armes perfectionnés, incluant des armes nucléaires tactiques, etc., ont été mis en œuvre en vertu de la doctrine de défense militaire préemptive sous l’égide de la « guerre mondiale au terrorisme ».
La guerre et la crise économique
Les plus vastes implications d’une attaque des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël contre l’Iran sont lourdes de conséquences. La guerre et la crise économique sont intimement liées. D’une part, l’économie de guerre est financée par Wall Street, qui fait office de créancier de l’administration étasunienne. Les fabricants d’armes étasuniens sont d’autre part les récipiendaires des contrats d’approvisionnement de plusieurs milliards de dollars du département de la Défense pour des systèmes d’armes perfectionnés. En retour, « la bataille du pétrole » au Moyen-Orient et en Asie centrale sert directement les intérêts des géants anglo-étasuniens de l’industrie pétrolière.
Les États-Unis et leurs alliés « appellent à la guerre » au plus fort d’une dépression économique mondiale, cela, sans compter la plus grave catastrophe environnementale de l’Histoire. Cela prend une tournure amère, car l’un des joueurs importants (BP) sur l’échiquier géopolitique du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, connu autrefois sous le nom Anglo-Persian Oil Company, est le responsable du désastre écologique dans le golfe du Mexique.
Désinformation médiatique
Face aux conséquences probables de ce que l’on affiche comme une opération « punitive » ad hoc contre les installations nucléaires iraniennes plutôt qu’une guerre totale, l’opinion publique, influencée par le battage médiatique, se montre tacitement favorable, indifférente ou ignorante. Pourtant, les préparatifs de guerre comprennent le déploiement d’armes nucléaires fabriquées par les États-Unis et Israël. Dans ce contexte, les effets dévastateurs d’une guerre nucléaire sont soit banalisés ou ne sont tout simplement pas mentionnés.
La « vraie crise » qui menace l’humanité, selon les médias et les gouvernements, ce n’est pas la guerre, mais le réchauffement planétaire. Les médias fabriquent des crises là où il n’y en a pas, comme la pandémie mondiale H1N1, qui représentait « un péril planétaire ». Toutefois, personne ne semble redouter une guerre nucléaire promue par les États-Unis.
La guerre contre l’Iran est présentée à l’opinion publique comme un problème parmi tant d’autres. Elle n’est pas vue comme une menace à la « Terre mère » comme l’est le réchauffement planétaire. Elle ne fait pas la une des journaux. Qu’une attaque contre l’Iran puisse mener à une escalade et déclencher une « guerre mondiale » ne fait l’objet de préoccupation.
Le culte du massacre et de la destruction
L’engin meurtrier mondial est aussi maintenu par un culte enraciné du massacre et de la destruction qui imprègne les films hollywoodiens, sans parler des séries sur le crime et la guerre diffusées à heure de grande écoute à la télévision réseau. Ce culte de la tuerie est cautionné par la CIA et le Pentagone, qui appuient (financent) les productions d’Hollywood, lesquelles servent d’instrument de propagande de guerre :
« L’ancien agent de la CIA Bob Baer nous a dit qu’il "existe une symbiose entre la CIA et Hollywood" et a révélé que l’ancien directeur de la CIA George Tenet est actuellement "à Hollywood où il discute avec les studios" » (Matthew Alford et Robbie Graham, Lights, Camera… Covert Action: The Deep Politics of Hollywood, Global Research, 31 janvier 2009).
La machine meurtrière est déployée au niveau planétaire, dans le cadre de la structure unifiée de commandement au combat. Elle est invariablement préservée comme instrument incontesté de paix et de prospérité mondiale par les institutions gouvernementales, les médias privés, ainsi que par les mandarins et intellectuels du nouvel ordre mondial issus des boîtes de réflexion et des instituts d'études stratégiques de Washington.
Une culture de massacre et de violence s’est incrustée dans la conscience humaine.
La guerre est largement acceptée comme une phase du processus sociétal : la patrie doit être « défendue » et protégée.
Dans les démocraties occidentales, on maintient « la violence légitimée » et les exécutions sommaires de « terroristes » comme des instruments nécessaires à la sécurité nationale.
La soi-disant communauté internationale entretient une « guerre humanitaire ». Elle n’est pas condamnée comme acte criminel et ses principaux artisans sont récompensés pour leur contribution à la paix mondiale.
Concernant l’Iran, ce qui se déroule constitue la légitimation absolue de la guerre au nom d’une notion illusoire de sécurité planétaire.
Une attaque aérienne « préemptive » contre l’Iran mènerait à l’escalade
À l’heure actuelle il existe trois théâtres de guerre distincts au Moyen-Orient et en Asie centrale : l’Irak, l’Af-Pak (l’Afghanistan et le Pakistan) et la Palestine.
Si l’Iran faisait l’objet d’une attaque aérienne « préemptive » de la part des forces alliées, la région entière s’embraserait, de l’est de la Méditerranée à la frontière ouest de la Chine, du Pakistan et de l’Afghanistan, ce qui nous conduirait probablement à un scénario de Troisième Guerre mondiale.

La guerre s’étendrait par ailleurs au Liban et à la Syrie.

S’ils étaient exécutés, il est très peu probable que les bombardements soient circonscrits aux installations nucléaires iraniennes, comme l’affirment les déclarations officielles des États-Unis et de l’OTAN. Une attaque aérienne massive visant à la fois les infrastructures militaires et civiles – les systèmes de transport, les usines et les édifices publiques – est davantage probable.



Relativement aux réserves mondiales de pétrole et de gaz, l’Iran, détenant approximativement 10 % de celles-ci, se classe au troisième rang après l’Arabie Saoudite (25 %) et l’Irak (11 %). Par comparaison, les États-Unis possèdent moins de 2,8 % des réserves mondiales de pétrole, lesquelles sont estimées à moins de 20 milliards de barils. La région élargie du Moyen-Orient et de l’Asie centrale comprend des réserves de pétrole équivalant à plus de 30 fois celles des États-Unis, ce qui représente plus de 60 % de toutes les réserves du monde.
La récente découverte en Iran de la deuxième réserve de gaz en importance, Soumar et Halgan, est significative : on l’estime à 12,4 billions de pieds cube.
Cibler l’Iran n’a pas que pour but de réinstaurer le contrôle anglo-étasunien de l’économie pétrolière et gazière, y compris les routes de pipeline, mais également à s’opposer à l’influence de la Chine et de la Russie dans la région.

L’attaque planifiée contre l’Iran fait partie d’une feuille de route militaire mondiale coordonnée. Il s’agit d’une étape de la « longue guerre » du Pentagone, une guerre sans frontières à but lucratif, un projet de domination mondiale, une succession d’opérations militaires.



Les planificateurs militaires des États-Unis et de l’OTAN ont envisagé divers scénarios d’escalade militaire. Ils sont aussi pleinement conscients des implications géopolitiques, à savoir que la guerre pourrait s’étendre au-delà de la région du Moyen-Orient et de l’Asie centrale. Par ailleurs, les impacts économiques sur les marchés du pétrole, etc., ont été analysés.
Alors que l’Iran, la Syrie et le Liban sont des cibles immédiates, la Chine, la Russie et la Corée du Nord, sans parler du Venezuela et de Cuba, font également l’objet de menaces de la part des États-Unis.
La structure des alliances militaires est en jeu. Les déploiements, les exercices et les entrainements militaires des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël effectués aux frontières immédiates de la Russie et de la Chine sont directement liés à la guerre envisagée contre l’Iran. Ces menaces et le moment choisi pour les proférer informent clairement les anciennes puissances de la guerre froide qu’elles ne doivent intervenir d’aucune manière pouvant empiéter sur une attaque contre l’Iran menée par les États-Unis.
Guerre planétaire
L’objectif stratégique à moyen terme est de cibler l’Iran et de neutraliser ses alliés par la diplomatie de la canonnière. L’objectif militaire à long terme consiste à cibler directement la Chine et la Russie.
Alors que l’Iran représente la cible immédiate, le déploiement militaire est loin d’être limité au Moyen-Orient et à l’Asie centrale : un programme militaire mondial a été formulé.
Le déploiement de troupes coalisées et de systèmes d’armes perfectionnés par les États-Unis, l’OTAN et ses partenaires a lieu simultanément dans toutes les grandes régions du monde.
Les récents actes de l’armée étasunienne le long du littoral nord-coréen, y compris la conduite de jeux de guerre, relèvent d’un plan mondial.
Visant principalement la Russie et la Chine, les exercices militaires, les exercices de guerre et les déploiements d’armes des États-Unis de l’OTAN et des alliés, sont menés parallèlement dans les grandes zones géopolitiques sensibles :
-dans la péninsule coréenne, la mer du Japon, le détroit de Taïwan, la mer de Chine méridionale, menaçant la Chine;
-en Pologne, des missiles Patriot sont déployés, alors qu’en République Tchèque un centre d’alerte lointaine est mis sur pied, tous deux menaçant la Russie;
-en Bulgarie, en Roumanie et sur la mer Noire des déploiements navals menacent la Russie;
-en Géorgie, les États-Unis et l’OTAN déploient des troupes
-dans le golfe Persique, un gigantesque déploiement naval dirigé contre l’Iran a lieu, incluant des sous-marins israéliens.
Concurremment, la Méditerranée orientale, la mer Noire, les Caraïbes, l’Amérique centrale et la région des Andes en Amérique du Sud se militarisent continuellement. En Amérique latine et dans les Caraïbes, les menaces visent le Venezuela et Cuba.
L’« aide militaire » étatsunienne
Par ailleurs, des transferts d’armes de grande envergure à des pays sélectionnés ont été entrepris sous la bannière de l’« aide militaire » étasunienne, dont une vente d’armes à l’Inde de 5 milliards de dollars visant à renforcer la puissance de l’inde face à la Chine. (Huge U.S.-India Arms Deal To Contain China, Global Times, 13 juillet 2010).
« [La] vente d’armes améliorera les liens entre Washington et New Delhi et, intentionnellement ou non, aurait pour effet de limiter l’influence de la Chine dans la région. » (Cité dans Rick Rozoff, Confronting both China and Russia: U.S. Risks Military Clash With China In Yellow Sea, Global Research, 16 juillet 2010)
Les États-Unis ont des accords de coopération militaire avec de nombreux pays d’Asie du Sud-Est, dont Singapore, le Vietnam et l’Indonésie, comprenant de l’« aide militaire » ainsi que la participation à des jeux de guerres menés par les États-Unis en bordure du Pacifique (juillet-août 2010). Ces accords appuient le déploiement d’armes contre la République populaire de Chine. (Voir Rick Rozoff, Confronting both China and Russia: U.S. Risks Military Clash With China In Yellow Sea, Global Research, 16 juillet 2010).
En lien plus étroit avec l’attaque planifiée contre l’Iran, les États-Unis arment de la même manière les États du Golfe (le Bahreïn, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis) de missiles terrestres intercepteurs, de Patriot Advanced Capability-3, d’un système de défense de zone du théâtre à haute altitude (THAAD), ainsi que de missiles intercepteurs mer-air Standard 3, installés sur des navires de guerre équipés du système Aegis et situés dans le golfe Persique. (Voir Rick Rozoff, NATO’s Role In The Military Encirclement Of Iran, Global Research, 10 février 2010).
Le calendrier de stockage et de déploiement militaire
Concernant les transferts d’armes des États-Unis à des pays alliés et partenaires, le moment choisi pour la livraison et le déploiement est crucial. En temps normal, le lancement d’une opération militaire organisée par les États-Unis se produirait une fois que ces systèmes d’armes sont en place, déployés efficacement et que le personnel est entraîné. (En Inde par exemple)
Nous assistons à un plan militaire mondial soigneusement coordonné, contrôlé par le Pentagone et impliquant les forces armées combinées de plus de 40 pays. Ce déploiement militaire multinational et planétaire est de loin la plus importante démonstration de systèmes d’armes perfectionnés de l’Histoire.
De surcroît, les États-Unis et leurs alliés ont établi de nouvelles bases militaires dans différentes régions du monde : « La surface de la Terre est structurée comme un vaste champs de bataille. » (Voir Jules Dufour, Le réseau mondial des bases militaires US, Mondialisation.ca, le 10 avril).
La structure de commandement unifié divisée en commandements géographiques est basée sur une stratégie de militarisation à l’échelle planétaire. « L’armée étasunienne possède des bases dans 63 pays et de toutes nouvelles bases militaires ont été construites dans 7 pays depuis le 11 septembre 2001. En tout, 255 065 personnels militaires étasuniens sont déployés à travers le monde. (Voir Jules Dufour, Le réseau mondial des bases militaires US, Mondialisation.ca, le 10 avril 2007)
Source: DefenseLINK-Unified Command Plan
Scénario de Troisième Guerre mondiale
« Le monde et les zones de responsabilité des commandants » (voir la carte ci-dessus) définit le plan militaire mondial du Pentagone, lequel est un plan de conquête du monde. Ce déploiement militaire a lieu simultanément dans plusieurs régions et est coordonné par les commandements régionaux étasuniens. Il comprend le stockage de systèmes d’armes de fabrication étasunienne par les forces des États-Unis et des pays partenaires, dont certains sont d’anciens ennemis, comme le Vietnam et le Japon.
Le contexte actuel est caractérisé par un accroissement du potentiel militaire planétaire contrôlé par une superpuissance mondiale utilisant ses nombreux alliés pour déclencher des guerres régionales.

En revanche, la Seconde Guerre mondiale était une conjonction de théâtres de guerre régionaux distincts. En raison des technologies des années 1940, il n’existait pas de coordination stratégique « en temps réel » des actions militaires entre de vastes régions géographiques.
La guerre planétaire est fondée sur le déploiement coordonné d’une seule puissance militaire dominante supervisant les actions de ses partenaires et de ses alliés.
À l’exception d’Hiroshima et de Nagasaki, la Seconde Guerre mondiale était définie par l’utilisation d’armes conventionnelles. La planification d’une guerre planétaire repose sur la militarisation de l’espace. Si une guerre contre l’Iran était déclenchée, on utiliserait non seulement des armes nucléaires, mais aussi toute la gamme de systèmes d’armes perfectionnés, incluant des méthodes électrométriques et des techniques de modification de l’environnement (ENMOD).
Le Conseil de sécurité des Nations Unies
Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté au début juin une quatrième ronde de sanctions radicales contre la République islamique d’Iran, comprenant un embargo élargi sur les armes, ainsi que des « contrôles financiers plus sévères ». Amère ironie du sort, cette résolution est passée dans les jours suivant le refus catégorique du Conseil de sécurité (CS) d’adopter une motion condamnant Israël pour son attaque contre la Flottille de la liberté de Gaza en eaux internationales.
La Russie et la Chine, sous la pression des États-Unis, ont cautionné le régime de sanctions du CS à leurs propres dépens. Leur décision au sein du CS contribue à affaiblir leur propre alliance militaire, l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), dans laquelle l’Iran a un statut d’observateur. La résolution du CS paralyse les coopérations militaires bilatérales et les accords commerciaux respectifs de la Chine et de la Russie avec l’Iran. Elle a également de profondes répercussions sur le système de défense aérien de l’Iran, lequel dépend en partie de la technologie et de l’expertise russe.
Cette résolution du CS donne de facto le « feu vert » au déclenchement d’une guerre préemptive contre l’Iran.
L’Inquisition étasunienne : la création d’un consensus politique pour la guerre
En chœur, les médias occidentaux ont désigné l’Iran comme une menace à la sécurité mondiale en raison de son prétendu (inexistant) programme d’armement nucléaire. Faisant écho aux déclarations officielles, les médias demandent maintenant l’exécution de bombardements punitifs en Iran pour assurer la sécurité d’Israël.
Les médias occidentaux appellent à la guerre. Par le biais de reportages successifs, ad nauseam, le but consiste à inculquer tacitement dans la conscience des gens l’idée que la menace iranienne est réelle et que la République islamique doit être mise « hors jeu ».
Ce mécanisme de création d’un consensus favorable à la guerre est similaire à l’Inquisition espagnole : il requiert et exige la soumission à l’idée que la guerre est une entreprise humanitaire.

La vraie menace à la sécurité mondiale, connue et documentée, émane de l’alliance entre les États-Unis, l’OTAN et Israël. Cependant, dans un environnement inquisitorial, les réalités sont sens dessus dessous : les bellicistes sont dévoués à la paix et les victimes de la guerre sont présentées comme les protagonistes de celle-ci. Alors qu’en 2006 presque les deux tiers des Étasuniens s’opposaient à une action militaire contre l’Iran, un récent sondage Reuter-Zogby, effectué en février 2010 suggère que 56 % des Étasuniens sont favorables à une telle action de la part des États-Unis et de l’OTAN.
Fabriquer un consensus politique basé sur un parfait mensonge ne peut toutefois pas reposer uniquement sur la position officielle de ceux qui sont à la source du mensonge.
Le mouvement antiguerre aux États-Unis, partiellement infiltré et coopté, a pris une position faible à l’égard de l’Iran. Ce mouvement est divisé. L’accent a été mis sur des guerres qui ont déjà lieu (Afghanistan, Irak) plutôt que sur la ferme opposition à des guerres en préparation et en ce moment même sur la planche à dessin du Pentagone. Depuis l’inauguration de l’administration Obama, le mouvement antiguerre a perdu de son élan.
En outre, ceux qui s’opposent activement aux guerres en Afghanistan et en Irak ne s’opposent pas nécessairement à des « bombardements punitifs » de l’Iran et ne définissent pas non plus ceux-ci comme un acte de guerre pouvant possiblement être un prélude à la Troisième Guerre mondiale.
L’envergure des manifestations antiguerre en ce qui a trait à l’Iran a été minime comparativement aux manifestations massives ayant précédé les bombardements et l’invasion de l’Irak en 2003.
La vraie menace à la sécurité mondiale provient de l’alliance des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël.
Dans l’arène diplomatique, la Chine et la Russie ne s’opposent pas à l’opération iranienne. Celle-ci est appuyée par les gouvernements des États arabes de premier plan intégrés au Dialogue méditerranéen organisé par l’OTAN. Elle a par ailleurs l’appui de l’opinion publique occidentale.
Nous appelons les gens du pays, des États-Unis, de l’Europe de l’Ouest, d’Israël, de la Turquie et du monde entier à s’élever contre ce projet militaire, contre leurs gouvernements qui appuient une action militaire contre l’Iran, contre les médias qui servent à camoufler les conséquences dévastatrices d’une guerre contre l’Iran.
Le programme militaire favorise un système économique mondial destructeur et motivé par le profit, appauvrissant de vastes groupes de population à travers le monde.

Cette guerre est une pure folie.
La Troisième Guerre mondiale sera terminale. Albert Einstein avait compris les périls d’une guerre nucléaire et l’extinction de la vie sur terre, laquelle a déjà débuté avec la contamination radioactive provenant de l’uranium appauvri. « Je ne sais pas avec quelles armes on combattra durant la Troisième Guerre mondiale, mais durant la Quatrième, ce sera avec des pierres et des bâtons. »
Les médias, les intellectuels, les scientifiques et les politiciens, tous en chœur, occultent la vérité non dite, à savoir qu’une guerre menée avec des ogives nucléaires détruit l’humanité et que ce processus complexe de destruction graduelle a déjà débuté.
Lorsque le mensonge devient vérité, il n’y a pas de retour en arrière.
Lorsque la guerre est perpétuée comme entreprise humanitaire, la Justice et tout l’appareil judiciaire international sont bouleversés : le pacifisme et le mouvement antiguerre sont criminalisés et l’opposition à la guerre devient un acte criminel.
Le Mensonge doit être dénoncé pour ce qu’il est et ce qu’il fait.

Il sanctionne le massacre, sans distinction, d’hommes, de femmes et d’enfants.

Il détruits des familles et des gens. Il détruit l’engagement des êtres humains envers leurs semblables.

Il empêche les gens d’exprimer leur solidarité avec ceux qui souffrent. Il maintient la guerre et l’État policier comme la seule avenue.

Il détruit à la fois le nationalisme et l’internationalisme.
Mettre fin au mensonge équivaut à mettre fin à un projet criminel de destruction planétaire dans lequel la quête du profit constitue la force primordiale.
Ce programme militaire à but lucratif anéantit les valeurs humaines et transforme les gens en zombies inconscients.
Renversons la vapeur.
Contestons les criminels de guerre en hauts lieux et les puissants groupes de pression privés qui les soutiennent.
Démolissons l’Inquisition étasunienne.
Minons la croisade militaire des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël.
Fermons les usines d’armement et les bases militaires.
Ramenons les troupes à la maison.
Les membres des forces armées devraient désobéir aux ordres et refuser de participer à une guerre criminelle.
Article original en anglais : Preparing for World War III, Targeting Iran, Part I: Global Warfare, publié le 1er août 2010.
mondialisation

_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
snak-boss
Aspirant
Aspirant


messages : 542
Inscrit le : 07/07/2010
Localisation : Belgique Liege
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mar 12 Oct 2010 - 23:13

J'ai tout lu... tres long ce texte MAATAWI mais, il est bien... et merci de nous le faire partager


A lire absolument Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Mr.Jad
Colonel
Colonel


messages : 1546
Inscrit le : 07/03/2009
Localisation : FL370
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :




MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Ven 15 Oct 2010 - 21:33


_________________
“Once you have tasted flight, you will forever walk the earth with your eyes turned skyward, for there you have been, and there you will always long to return.”
― Leonardo da Vinci

Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6519
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 21 Oct 2010 - 2:41

Citation :
US deploys second air carrier in Persian Gulf with 60 warplanes


USS Abraham Lincoln now opposite Iran
The United States has posted a second aircraft carrier, the USS Abraham Lincoln, in the Persian Gulf and northern Arabian Sea. The announcement came from the Pentagon Tuesday, Oct. 19, two days after the vessel put into port at Fifth Fleet headquarters in Manama, Bahrain. DEBKAfile's sources note that this is the first time in two years that Washington had deployed two aircraft carriers at same time - not just one - in waters opposite Iran and Afghanistan.
Facing Iran at the moment therefore is the USS Harry S. Truman which has four squadrons of Hornet and Super Hornet fighter-bombers plus Squadron 116 of early warning, surveillance and command craft, Squadron 131 of electronic warfare craft, two more squadrons of helicopters and one of transports.
The Abraham Lincoln's arrival has raised the number of US fighter-bombers in Iran's neighborhood to 120.
The carrier was accompanied by the guided missile cruiser USS Cape St. George.
The Pentagon announcement was careful to avoid mentioning Iran: US Secretary of Defense Robert Gates approved the presence of a second carrier… to provide surge support for coalition forces in Afghanistan "and to support existing maritime security operations."
But the significance of two massive American naval-aerial strike forces opposite Iranian shores was not lost on Tehran, our sources report. Wednesday, Oct. 20, Brig. Gen. Hussein Salami, Deputy Commander of the Iranian Revolutionary Guards, came out with this statement: "The enemies of Iran should know the Islamic establishment's red lines and not trespass them."

Debka.com

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
Aslan
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 864
Inscrit le : 11/10/2010
Localisation : europe
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Lun 8 Nov 2010 - 11:47

Citation :
Préparations de guerre contre l'Iran ? La mer d'Oman au centre de la guerre de l'Occident au 21e siècle

par Rick Rozoff


Mondialisation.ca, Le 5 novembre 2010

Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Imprimer cet article

La progression monumentale des ventes d'armes et le développement de la puissance navale et aérienne dans la région de la mer d'Oman sont sans précédent. Ces deux phénomènes sont également des plus alarmants.



Bientôt, un quart des porte-avions nucléaires du monde seront dans la mer d'Oman.




Le super porte-avions à propulsion nucléaire de classe Nimitz, l’USS Abraham Lincoln, est arrivé dans la région le 17 octobre pour se joindre au groupe aéronaval de l'USS Harry S. Truman, lequel est arrivé sur les lieux le 18 juin dans le cadre d'une ronde régulière.



Le Charles de Gaulle, navire-amiral de la marine française, le seul porte-avions du pays et l'unique porte-avions nucléaire non étasunien, rejoindra prochainement ses deux semblables des États-Unis. Ces derniers possèdent la moitié des vingt-deux porte-avions du monde entier, les onze super porte-avions (pouvant transporter plus de 70 000 tonnes) et onze des douze porte-avions nucléaires.




arabian_sea_map


En ce qui concerne le déploiement non planifié d'un second porte-avions étasunien dans la région, un reportage de CBS News signalait :



Les frappes aériennes en Afghanistan ont doublé et le secrétaire à la Défense Robert Gates a ordonné qu'un deuxième porte-avions, l'USS Lincoln, prenne part au combat.



La présence de deux porte-avions opérant au large de la côte du Pakistan signifie qu'environ cent vingt aéronefs sont disponibles pour des missions en Afghanistan, cela sans compter les missions des Forces aériennes étasuniennes provenant de Bagram et de Kandahar [1].



Les pays entourant la mer d'Oman sont la Somalie, Djibouti, le Yémen, Oman, l'Iran, le Pakistan, l'Inde et les îles Maldives.



L'USS Lincoln et l'USS Truman sont actuellement assignés à la zone de responsabilité de la 5e Flotte des États-Unis, laquelle englobe le nord de l'océan Indien et ses affluents : la mer d'Oman, la mer Rouge, le golfe d'Aden et la côte est de l'Afrique jusqu'au sud du Kenya, le golfe d'Oman et le golfe Persique.



En plus des pays mentionnés ci-dessus, les pays bordant la mer Rouge et le golfe Persique sont l'Égypte, l'Érythrée, Israël, la Jordanie, l'Arabie Saoudite, le Soudan, Bahreïn, l'Irak, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis.



La 5e Flotte est la première flotte créée après la guerre froide. Inactive depuis 1947, elle a été remise en service en 1995. (La 4e Flotte, assignée à la mer des Caraïbes, à l'Amérique centrale et du Sud, a aussi été remise en service il y a deux ans après avoir été désarmée en 1950.)



Cette flotte partage son commandant et son quartier général avec le Commandement central des forces navales des États-Unis (CENTCOM) à Manama à Bahreïn, situé face à l'Iran, de l'autre côté du golfe Persique. CENTCOM a été le dernier commandement fondé par le Pentagone durant la guerre froide (1983) et sa zone de responsabilité, appelée Grand Moyen-Orient, s'étend de l'Égypte à l'ouest au Kazakhstan à l'est, aux frontières de la Chine et de la Russie.



La 5e Flotte et le Commandement central des forces navales sont conjointement responsables de cinq forces opérationnelles à l'œuvre dans la mer d'Oman et les environs, lesquelles patrouillent plusieurs passages obligés de la planète : le canal de Suez liant la mer Rouge à la Méditerranée, où la 6e Flotte des États-Unis et l'opération Active Endeavor de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) ont une grande influence; Bab el-Mandeb, reliant la mer Rouge au golfe d'Aden; et le détroit d'Ormuz, entre le golfe d'Oman et le golfe Persique.



La force opérationnelle interalliée 150 (CTF-150) est un groupe naval multinational fondé en 2001, possédant des installations logistiques dans la corne de l'Afrique, à Djibouti. Elle mène des opérations du détroit d'Ormuz à la mer Rouge, en passant par le golfe d'Aden et Bab el-Mandeb, et au sud jusqu'aux Seychelles, pays de l'océan Indien. L'an dernier le Pentagone a fait l'acquisition d'une installation militaire dans ce pays, sa deuxième dans un pays africain, où des véhicules aériens sans pilotes Reaper (drones), des anti-sous-marins PC-3 Orion, des aéronefs de surveillance, ainsi que 112 personnels de la Marine ont été déployés. La Grande-Bretagne, le Canada, le Danemark, la France, l'Allemagne, le Pakistan, la Corée du Sud et la Thaïlande fournissent à l'heure actuelle des navires et du personnel à la CTF-150. D'autres participants se sont joints récemment, dont l'Australie, l'Italie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, le Portugal, Singapour, l'Espagne et la Turquie.



La force opérationnelle interalliée 151 (CTF-151) a pour sa part été établie en janvier 2009. Elle mène des opérations dans le golfe d'Aden et le bassin Somalien, et couvre une zone de 1,1 million de mille carré. Il est prévu que vingt pays participeront à cette force opérationnelle menée par les États-Unis. La Grande-Bretagne, le Canada, le Danemark, la France, les Pays-Bas, le Pakistan, Singapour, la Corée du Sud et la Turquie se sont déjà engagés.



De son côté, la force opérationnelle interalliée 152 (CTF-152) est à l’œuvre du nord du golfe Persique au détroit d’Ormuz, entre les zones de responsabilité des CTF-150 et CTF-158, et fait partie de l’Opération libération de l’Irak.



Enfin, la force opérationnelle 158 (CTF-158) opère dans l’extrême nord du golfe Persique. Elle fait également partie de l’Opération libération de l’Irak et se compose de navires britanniques, australiens et étasuniens. Ses principales tâches comprennent la supervision des installations pétrolières de l’Irak et la création d’une marine irakienne contrôlée par le Pentagone.



Les États-Unis ont divisé le monde en six commandements militaires régionaux et en six flottes. La mer d’Oman est couverte par trois des commandements militaires du Pentagone : le Commandement central, le Commandement pour l’Afrique (USAFRICOM ou AFRICOM) et le Commandement du Pacifique. Cela indique l’importance attachée à la région.



En plus du quartier général de la 5e Flotte et du Commandement central des forces navales à Bahreïn, le Commandement central dirige des bases aériennes, de déploiement avancé et d’instruction dans le golfe Persique au Koweït, à Oman, au Qatar et aux Émirats arabes unis, s’ajoutant aux 56 000 troupes et aux bases aériennes, navales et de l’infanterie en Irak.



Plusieurs mois avant les attaques du 11 septembre 2001 à New York et au Pentagone, les États-Unis ont signé un accord avec un petit pays, Djibouti (avec une population de 725 000 d’habitants), pour l’acquisition d’une ancienne base navale française, Camp Lemonnier. Celle-ci est devenue une base expéditionnaire étasunienne hébergeant le groupe de forces interarmées multinationales pour la Corne de l’Afrique, affecté au Commandement pour l’Afrique, puisque ce dernier a été mis en service il y a deux ans. La zone de responsabilité du groupe de forces interarmées multinationales pour la Corne de l’Afrique comprend Djibouti, l’Éthiopie, l’Érythrée, le Kenya, les Seychelles, la Somalie, le Soudan, la Tanzanie, l’Ouganda, le Yémen, ainsi que ces pays de l’océan Indien : les Comores, Maurice et Madagascar.



Au début de 2002, les États-Unis ont déployé 800 troupes des opérations spéciales au Camp Lemonnier pour mener des opérations clandestines au Yémen, situé en face du Djibouti, de l’autre côté du golfe d’Aden. Il y a maintenant environ 2000 troupes étasuniennes dans le pays et 3000 troupes françaises sur cette base militaire décrite comme la plus grande de la France à l’étranger. Au début de la décennie, l’Allemagne a déployé 1200 troupes à Djibouti avec des forces espagnoles et néerlandaises. La Grande-Bretagne a ajouté des troupes en 2005.



En tout, il y a entre 8000 et 10 000 personnels militaires des pays membres de l’OTAN à Djibouti. Le Pentagone a utilisé le Camp Lemonnier, le port de Djibouti et l’aéroport international du pays pour lancer des attaques au Yémen et en Somalie, et les troupes françaises au pays ont assisté Djibouti dans son conflit armé avec sa voisine l’Érythrée en 2008. La France utilise le pays pour entraîner ses troupes pour la guerre en Afghanistan et le Pentagone s’en est servi pour soutenir l’invasion de la Somalie en 2006.



Habituellement, un porte-avions, au coeur d’un groupe aéronaval d’attaque, est affecté à la 5e Flotte des États-Unis. Avec l’arrivée de l’USS Lincoln se joignant à l’USS Truman ce mois-ci dans la mer d’Oman, deux porte-avions sont maintenant affectés à cette flotte. L’USS Lincoln est accompagné d’un destroyer lance-missiles et « amène plus de 60 aéronefs additionnels à ce théâtre en soutien à l’opération "Liberté immuable" [2] ».



Le groupe d’attaque de l’USS Truman comprend quatre destroyers équipés du système Aegis et pour des missiles antimissiles balistiques Standard Missile-3, d’un croiseur lance-missiles et de la frégate allemande FGS Hessen. Le Carrier Wing 3 rattaché au porte-avions comprend trois escadrons d’avions de combat, un escadron naval d’interception et d’attaque, ainsi que des escadrons de détection aérienne avancée, d’attaque électronique et d’hélicoptères anti-sous-marins.



Depuis qu’il est passé par le canal de Suez le 28 juin et jusqu’à la fin du mois dernier, le Carrier Wing 3 avait « complété plus de 3300 sorties aériennes et enregistré plus de 10 200 heures de vol, dont plus de 7200 en appui aux forces terrestres de la coalition en Afghanistan [3] ». Sept mille matelots et marines sont rattachés au groupe aéronaval d’attaque USS Truman.



Préalablement, peu après son entrée dans la mer Méditerranée en mai, l’USS Truman a engagé le combat avec son semblable, le porte-avions nucléaire français Charles de Gaulle, lors d’exercices d'interopérabilité interarmées à Marseille. Des avions de guerre français ont atterri sur le pont du Truman et des avions étasuniens sur celui du Charles de Gaulle.



Le porte-avions français a été renvoyé au port pour des réparations le jour où il prenait la mer pour « une mission de quatre mois visant à appuyer le combat en Afghanistan [mais] il reprendra le temps perdu en mer et son itinéraire ne changera probablement pas ».



Sa nouvelle mission, la première depuis 2007, « est de se joindre à la bataille contre la piraterie au large de la Somalie dans l’océan Indien et à la mission de l’OTAN en Afghanistan ».



« La nouvelle mission du navire est de se joindre au combat contre les pirates qui a lieu au large de la côte somalienne dans l’océan Indien, [où une] mission de l’OTAN est en cours [4]. » Des porte-avions nucléaires constituent un choix étrange pour faire face à la piraterie.



Le déploiement de l’OTAN en question est l’opération Ocean Shield, inaugurée en août 2009 et prolongée jusqu’à la fin de 2012. Les 1er et 2e Groupes de la Force navale permanente de réaction de l'OTAN, lesquels ont également visité Bahreïn, le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis et participé à des manœuvres navales interarmées avec le Pakistan, à l’extrémité est de la mer d’Oman, effectuent des rotations pour l’opération dans le golfe d’Aden.



L’opération étasunienne « Liberté immuable » inclut 16 pays au total : l’Afghanistan, le Pakistan, l’Ouzbékistan, Cuba (baie de Guantánamo), Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, la Jordanie, le Kenya, le Kirghizistan, les Philippines, les Seychelles, le Soudan, le Tadjikistan, le Turquie et le Yémen. Les efforts de l’OTAN égalent et renforcent ceux du Pentagone sur toute la largeur de la mer d’Oman, de la Corne de l’Afrique à l’Asie centrale et du Sud.



Lors de son sommet à Istanbul en Turquie en 2004, l’OTAN a lancé l’Initiative de coopération d’Istanbul afin d’établir un partenariat militaire avec les six États membres du Conseil de coopération du Golfe, soit Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis, et, entre-temps, a fait de la coopération et des échanges militaires avec eux [5]. Les Émirats arabes unis ont fourni des troupes à l’OTAN pour la guerre en Afghanistan et hébergent une base aérienne secrète pour le transit des troupes et de l’équipement vers la zone de guerre.



En mai 2009, le président français Nicolas Sarkozy a ouvert une base militaire aux Émirats arabes unis, la première base française permanente dans le golfe Persique et la première à l’étranger depuis 50 ans. Avec ses bases navale et aérienne et son camp d’entraînement, l’ouverture de cette installation a donné l’impression d’une démonstration de force contre l’Iran, qui se dispute avec les Émirats arabes unis l’île d’Abu Moussa dans le golfe Persique.



Les forces de l’OTAN opèrent également à partir de bases au Kirghizistan, au Tadjikistan et en Ouzbékistan. L’Alliance de l’Atlantique Nord a lancé plusieurs attaques d’hélicoptères de combat au Pakistan depuis la fin du mois dernier et a tué trois soldats pakistanais le 30 septembre.



Cent vingt mille troupes provenant d’environ 50 pays servent sous l’égide de la Force internationale d'assistance à la sécurité de l’OTAN en Afghanistan.



Cette année, l’OTAN a transporté des troupes ougandaises par avion en Somalie pour qu’elles prennent part au conflit armé dans ce pays.



Le porte-avions Charles de Gaulle en route vers la mer d’Oman, également pour appuyer la guerre en Somalie ainsi que pour des opérations au large de la côte somalienne, a été commandé en 2001. Sept mois plus tard il est parti pour la mer d’Arabie pour appuyer l’opération « Liberté immuable » et la guerre en Afghanistan. Le 19 décembre cette année-là, des avions d’attaque Super Étendard et des chasseurs Rafale ont décollé de son pont pour effectuer des bombardements et des missions de reconnaissance, plus de 140 au total.



Les avions de guerre Super Étendard et Mirage affectés par la suite en mars au Charles de Gaulle on lancé des attaques aériennes avant et durant l’opération Anaconda dirigée par les États-Unis.



Lorsque le porte-avions français arrivera dans la mer d’Oman ce mois-ci, il sera accompagné de deux frégates, d’un sous-marin d’attaque, d’un navire-citerne ravitailleur, de 3000 matelots et de 27 aéronefs : 10 chasseurs Rafale F3, 12 avions d’attaque Super Étendard, 2 avions d’alerte lointaine Hawkeye et trois hélicoptères.



Selon le commandant du groupe, le contre-amiral Jean-Louis Kerignard « la force aiderait les marines alliées à combattre la piraterie au large de la côte somalienne et enverrait des jets pour appuyer l’OTAN dans le ciel afghan ».



Les navires s’entraîneront avec des alliés de l’Arabie Saoudite, de l’Inde, de l’Italie, de la Grèce et des Émirats arabes unis et feront deux escales à la base française de Djibouti avant de retourner en France en février 2011 [6].



En comptant le groupe aéronaval d’attaque composé de l’USS Lincoln et de l’USS Truman, il y aura trois porte-avions, dix autres navires, un sous-marin d’attaque et pas moins de 150 aéronefs militaires dans la mer d’Oman. Cela s’ajoute aux cinq navires de guerre du 1er Groupe de la Force navale permanente de réaction de l'OTAN déjà dans ce théâtre, aux 14 à 15 navires de la CTF 150 et probablement à une douzaine d’autres avec les CTF-151, CFT-152 et CTF-158. Une formidable armada couvrant la mer d’un bout à l’autre.



En ce qui a trait au nord de la mer d’Oman, du golfe d’Oman et du golfe Persique, le 21 octobre les États-Unis ont annoncé un contrat de vente d’armes de 60 milliards de dollars avec l’Arabie Saoudite pour des chasseurs perfectionnés, des hélicoptères, des missiles et d’autres armes et équipements, « le plus gros contrat de vente d’armes de l’histoire des États-Unis selon une agence de presse occidentale [7] ».





Des bases militaires étasuniennes entourent l’Iran



Le mois dernier le Financial Times a dévoilé que Washington prévoit vendre des armes à l’Arabie Saoudite, au Koweït, à Oman et aux Émirats arabes unis pour une valeur de 123 milliards de dollars. En janvier de cette année, des rapports ont fait surface concernant des plans de la Maison-Blanche pour la vente de batteries de missiles Patriot à Bahreïn, au Koweït, au Qatar et à l’Arabie Saoudite. Par ailleurs, la Marine des États-Unis patrouille dans le golfe Persique avec des navires de guerre équipés de missiles intercepteurs Standard Missile-3 [8].



Relativement à l’est de la mer d’Oman, la secrétaire d’État Hillary Clinton a annoncé le 23 octobre un plan d’aide militaire de cinq ans d’une valeur de 2 milliards de dollars au Pakistan. On rapporte également que la visite du président Obama en Inde prévue le mois prochain aura entre autres pour but une importante vente d’armes qui fera des États-Unis le principal fournisseur d’armes de l’Inde, évinçant ainsi la Russie.



La progression monumentale des ventes d'armes et le développement de la puissance navale et aérienne dans la région de la mer d'Oman sont sans précédent. Ces deux phénomènes sont également des plus alarmants.



L’Occident, les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN intensifient les opérations militaires dans la région, de l’Asie à l’Afrique en passant par le Moyen-Orient. Le théâtre d’opérations s’est récemment élargi, allant de l’Asie du Sud à la péninsule d’Arabie, avec des attaques de drones et d’hélicoptères au Pakistan et des frappes de missiles de croisière au Yémen.



Une guerre qui a commencé au début du siècle en est à sa dixième année et tout porte à croire qu’elle sera permanente.




Notes



1) CBS News, October 18, 2010



2) Navy NewsStand, October 17, 2010



3) Navy NewsStand, September 26, 2010



4) Associated Press, October 14, 2010



5) NATO In Persian Gulf: From Third World War To Istanbul, Stop NATO, February 6, 2009, http://rickrozoff.wordpress.com/2009/08/26/nato-in-persian-gulf-from-third-world-war-to-istanbu



6) Expatica, October 13, 2010



7) Deutsche Presse-Agentur, October 21, 2010



Cool U.S. Extends Missile Buildup From Poland And Taiwan To Persian Gulf, Stop NATO, February 3, 2010, http://rickrozoff.wordpress.com/2010/02/03/u-s-extends-missile-buildup-from-poland-and-taiwan-to-persian-gulf





Article original en anglais : Ongoing Iran War Preparations? Arabian Sea: Center Of West's 21st Century War, publié le 25 octobre 2010.



Traduit par Julie Lévesque pour Mondialisation.ca.


Rick Rozoff est correspondant à Chicago pour le Centre de recherche sur la mondialisation (Mondialisation.ca/Globalresearch.ca).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Lun 8 Nov 2010 - 17:51


Ils expliquent bien pourquoi les francais n'attaqueront pas l'iran Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
snak-boss
Aspirant
Aspirant


messages : 542
Inscrit le : 07/07/2010
Localisation : Belgique Liege
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Lun 8 Nov 2010 - 19:58

Sa ma bien fait rire la video des guignols Smile

Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6531
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Lun 29 Nov 2010 - 3:34

GlaivedeSion a écrit:
Citation :
Iran : comment les Israéliens ont poussé Washington à la fermeté
pour Le Monde.fr | 28.11.10 | 19h10 • Mis à jour le 28.11.10 | 21h58

...

Retour en arrière, à l'époque Bush. En août 2007, le chef du Mossad, Meir Dagan, décrit " les cinq piliers de la stratégie israélienne " face à l'Iran. Il les énumère devant le sous-secrétaire d'Etat américain, Nicholas Burns. Un télégramme diplomatique américain les résume ainsi : " A) L'approche politique (Dagan salue les efforts pour transférer le dossier iranien au Conseil de sécurité de l'ONU, mais il dit que cette approche ne résoudra pas la crise) B) Des mesures clandestines (Dagan et le sous-secrétaire décident de ne pas évoquer cette approche en large comité) C) La contre-prolifération (Dagan souligne le besoin d'empêcher l'Iran d'acquérir du savoir-faire et de la technologie. Il faut faire plus dans ce domaine) D) Des sanctions (Dagan dit que c'est dans ce domaine qu'ont été enregistrés les plus grands succès. Trois banques iraniennes sont sur le point de s'effondrer) (…) E) Forcer un changement de régime (Dagan dit qu'il faudrait faire davantage pour fomenter un changement de régime en Iran, si possible avec le soutien de mouvements étudiants démocrates et de groupes ethniques, Azéris, Kurdes, Baloutches, opposés au régime en place) ".






coincidences Question

_________________
Gloire à nos aieux  
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Lun 29 Nov 2010 - 5:51

C'était flagrant, Alloudi, les Américains, Européens et autres Israéliens ont agi pendant les manifs post-électorales en Iran de manière si grossière qu'ils ont inconsciemment desservi les intérêts de leurs alliés en Iran. Le coup de Twitter, c'était le comble du grotesque clown
Soit les Occidentaux sont d'une rare stupidité, ce dont je doute fort, soit ils prennent les arabo-musulmans pour des idiots génétiques. Le même scénario ayant déjà été joué en Ukraine, en Géorgie et autres Etats de l'ex bloc soviétique. En Chine, le coup de Tien Anmen a été un flop total.
S'imaginer que des manipulations d'opinion d'une telle grossièreté peuvent encore tromper, c'est vraiment prendre les gens pour des cons.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
GlaivedeSion
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3887
Inscrit le : 15/07/2009
Localisation : ici et la
Nationalité : Israel
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Lun 29 Nov 2010 - 6:29

Samyadams a écrit:
C'était flagrant, Alloudi, les Américains, Européens et autres Israéliens ont agi pendant les manifs post-électorales en Iran de manière si grossière qu'ils ont inconsciemment desservi les intérêts de leurs alliés en Iran. Le coup de Twitter, c'était le comble du grotesque clown
Soit les Occidentaux sont d'une rare stupidité, ce dont je doute fort, soit ils prennent les arabo-musulmans pour des idiots génétiques. Le même scénario ayant déjà été joué en Ukraine, en Géorgie et autres Etats de l'ex bloc soviétique. En Chine, le coup de Tien Anmen a été un flop total.
S'imaginer que des manipulations d'opinion d'une telle grossièreté peuvent encore tromper, c'est vraiment prendre les gens pour des cons.

En quoi les israeliens ont agi de maniére grossiére lors des manifs en iran? tu peux me cité des exemples?

_________________

"Nous trouverons un chemin… ou nous en créerons un": Hannibal
Revenir en haut Aller en bas
http://blogtsahal.wordpress.com/
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Lun 29 Nov 2010 - 19:02

GlaivedeSion a écrit:
En quoi les israeliens ont agi de maniére grossiére lors des manifs en iran? tu peux me cité des exemples?
Tu me demandes de faire la distinction entre les actions menées en Iran par les Américains, les Britanniques, les Français et les Israéliens ? Tu sais bien que c'est impossible, il faut être de la maison pour pouvoir opérer cette distinction. J'ai parlé des actions de manipulation de l'information menées par les Occidentaux et les Israéliens ensemble, suite aux élections présidentielles contestées en Iran, ce qu'il est possible pour un observateur extérieur de faire. Mais jamais je n'ai prétendu que les services spéciaux israéliens étaient nullement nuls que même un observateur extérieur était capable de distinguer leurs actions en Iran de celles de leurs confrères occidentaux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aslan
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 864
Inscrit le : 11/10/2010
Localisation : europe
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Lun 29 Nov 2010 - 19:07


Tu me demandes de faire la distinction entre les actions menées en Iran par les Américains, les Britanniques, les Français et les Israéliens ? Tu sais bien que c'est impossible



Avis personnel de Aslan : Inutile de faire la distinction. Ces 4 pays pays font partie de l' Empire Brittanique. JE dirais même ce sont l' Empire Brittanique.
Revenir en haut Aller en bas
thierrytigerfan
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2743
Inscrit le : 01/02/2010
Localisation : Bruxelles
Nationalité : Belgique
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mar 30 Nov 2010 - 3:24

Aslan a écrit:

Tu me demandes de faire la distinction entre les actions menées en Iran par les Américains, les Britanniques, les Français et les Israéliens ? Tu sais bien que c'est impossible



Avis personnel de Aslan : Inutile de faire la distinction. Ces 4 pays pays font partie de l' Empire Brittanique. JE dirais même ce sont l' Empire Brittanique.

ce genre de commentaire est stupide et n'apporte rien l'empire britanique n'existe plus depuis belle lurette
parle plutot de l'empire us
Revenir en haut Aller en bas
Aslan
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 864
Inscrit le : 11/10/2010
Localisation : europe
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mer 1 Déc 2010 - 18:47

Mouarf...

L' empire britanique n' existe plus ??

edit: je rajouterais une chose... Cite un seul sujet ou ces 4 pays ne sont pas alignés . Un seul endroit de la planète ou ils sont en conflit entre eux.
L' empire britanique utilise chacune de ses facettes selon l' endroit ou il est. Des fois c'est la France, des fois c'est Israel, des fois c'est la GB et des fois les USA. Chacun leur tour ils joue les flics méchants et les flics gentils .

Pour moi on peut découper le monde ce cette façon :

Empire Britanique .. Sous fifre les pays de l' UE. Domine l' Empire Allemand et la Turquie aussi à l' heure actuelle.Mais pour combien de temps ?
Empire Russe
Empire Chinois ( en phase d' expansion)

Les autres pays musulmans en errance totale comme si ils avançaient dans le noir....

Ceci est mon avis. Il n' est pas si stupide que ça pour moi. Depuis la nuit des temps il est question d' empire et la tu crois que par magie ils ont disparus. Ils ont disparus par leur appellation mais sur le terrain ils sont belle et bien là. On est pas chez les bisounours.
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3326
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mer 1 Déc 2010 - 21:47

thierrytigerfan a écrit:
Aslan a écrit:

Tu me demandes de faire la distinction entre les actions menées en Iran par les Américains, les Britanniques, les Français et les Israéliens ? Tu sais bien que c'est impossible



Avis personnel de Aslan : Inutile de faire la distinction. Ces 4 pays pays font partie de l' Empire Brittanique. JE dirais même ce sont l' Empire Brittanique.

ce genre de commentaire est stupide et n'apporte rien l'empire britanique n'existe plus depuis belle lurette
parle plutot de l'empire us
ou plutôt ce qui peut paraitre plus juste parlons d'axe du mal !!! Twisted Evil

_________________
" les orphelins d'aujourd'hui seront les guerriers de demain !!! " GAZA
Revenir en haut Aller en bas
snak-boss
Aspirant
Aspirant


messages : 542
Inscrit le : 07/07/2010
Localisation : Belgique Liege
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mer 1 Déc 2010 - 22:40

Mouais, les States dominent le monde...ca au moins ont le sait Sad Sad Sad
Revenir en haut Aller en bas
thierrytigerfan
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2743
Inscrit le : 01/02/2010
Localisation : Bruxelles
Nationalité : Belgique
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mer 1 Déc 2010 - 22:44

Aslan a écrit:
Mouarf...

L' empire britanique n' existe plus ??

edit: je rajouterais une chose... Cite un seul sujet ou ces 4 pays ne sont pas alignés . Un seul endroit de la planète ou ils sont en conflit entre eux.
L' empire britanique utilise chacune de ses facettes selon l' endroit ou il est. Des fois c'est la France, des fois c'est Israel, des fois c'est la GB et des fois les USA. Chacun leur tour ils joue les flics méchants et les flics gentils .

Pour moi on peut découper le monde ce cette façon :

Empire Britanique .. Sous fifre les pays de l' UE. Domine l' Empire Allemand et la Turquie aussi à l' heure actuelle.Mais pour combien de temps ?
Empire Russe
Empire Chinois ( en phase d' expansion)
Les autres pays musulmans en errance totale comme si ils avançaient dans le noir....

Ceci est mon avis. Il n' est pas si stupide que ça pour moi. Depuis la nuit des temps il est question d' empire et la tu crois que par magie ils ont disparus. Ils ont disparus par leur appellation mais sur le terrain ils sont belle et bien là. On est pas chez les bisounours.


il y a une grande diiférence entre des pays allignés sur une même voie et un empire, on peu parler alors de l'empire turc(ou ottoman) en pleine expension qui s'aligne d'aileurs bien souvent sur les USA
dire que les pays de l'europe ssont les sous fiffres des anglais c'est comme si la turquie etait le sous fifre d'israel
c'est toujours la même chose, d'un coté les mauvais satanique et les bons et braves
l'axe du mal (dixit younes spirit)parce que vous considérez peut etre que vous detenez la vérité pure et dure avec du nationalisme exarcebé en vous cachant derriere des convictions religieuse dont vous ne comprenez pas la siginification
vous avez un petit esprit avec un petit cerveau pleins de prejugés et de rancoeur,un complexe d'infiérité qui étouffe toute réflexion saine et objective
qu'es ce que vous croyez que les europeens sont dupes des politiques et des jeux des puissances de ce monde?
vous vous trompez lourdement, il faut d'abord savoir ce qui se passe et connaitre vos sois disants enemis
que les américains aient une politique agressive et "impérialste" ça personne ne va le contestez
mais parlé d'empire qui n'existe plus et prendre les pays europeens pour des soumis à l'angleterre ou autres
ça c'est de la connerie pure
regardez donc du coté de la chine qui s'implante partout où elle peu, la russie qui arme tous le monde l'air de rien
quand vous ouvrirez les yeux il sera trop tard
vous oubliez que sur ce forum il n'y a pas que des turcs ou des illuminés il y a aussi dieu merci des gens sensés et mieux informés des réalités de ce monde
sur ce je vous laisse injurier et maudire qui vous voulez

Revenir en haut Aller en bas
GlaivedeSion
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3887
Inscrit le : 15/07/2009
Localisation : ici et la
Nationalité : Israel
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mer 1 Déc 2010 - 23:13

thierrytigerfan a écrit:
Aslan a écrit:
Mouarf...

L' empire britanique n' existe plus ??

edit: je rajouterais une chose... Cite un seul sujet ou ces 4 pays ne sont pas alignés . Un seul endroit de la planète ou ils sont en conflit entre eux.
L' empire britanique utilise chacune de ses facettes selon l' endroit ou il est. Des fois c'est la France, des fois c'est Israel, des fois c'est la GB et des fois les USA. Chacun leur tour ils joue les flics méchants et les flics gentils .

Pour moi on peut découper le monde ce cette façon :

Empire Britanique .. Sous fifre les pays de l' UE. Domine l' Empire Allemand et la Turquie aussi à l' heure actuelle.Mais pour combien de temps ?
Empire Russe
Empire Chinois ( en phase d' expansion)
Les autres pays musulmans en errance totale comme si ils avançaient dans le noir....

Ceci est mon avis. Il n' est pas si stupide que ça pour moi. Depuis la nuit des temps il est question d' empire et la tu crois que par magie ils ont disparus. Ils ont disparus par leur appellation mais sur le terrain ils sont belle et bien là. On est pas chez les bisounours.


il y a une grande diiférence entre des pays allignés sur une même voie et un empire, on peu parler alors de l'empire turc(ou ottoman) en pleine expension qui s'aligne d'aileurs bien souvent sur les USA
dire que les pays de l'europe ssont les sous fiffres des anglais c'est comme si la turquie etait le sous fifre d'israel
c'est toujours la même chose, d'un coté les mauvais satanique et les bons et braves
l'axe du mal (dixit younes spirit)parce que vous considérez peut etre que vous detenez la vérité pure et dure avec du nationalisme exarcebé en vous cachant derriere des convictions religieuse dont vous ne comprenez pas la siginification
vous avez un petit esprit avec un petit cerveau pleins de prejugés et de rancoeur,un complexe d'infiérité qui étouffe toute réflexion saine et objective
qu'es ce que vous croyez que les europeens sont dupes des politiques et des jeux des puissances de ce monde?
vous vous trompez lourdement, il faut d'abord savoir ce qui se passe et connaitre vos sois disants enemis
que les américains aient une politique agressive et "impérialste" ça personne ne va le contestez
mais parlé d'empire qui n'existe plus et prendre les pays europeens pour des soumis à l'angleterre ou autres
ça c'est de la connerie pure
regardez donc du coté de la chine qui s'implante partout où elle peu, la russie qui arme tous le monde l'air de rien
quand vous ouvrirez les yeux il sera trop tard
vous oubliez que sur ce forum il n'y a pas que des turcs ou des illuminés il y a aussi dieu merci des gens sensés et mieux informés des réalités de ce monde
sur ce je vous laisse injurier et maudire qui vous voulez


Thierry aux pays des aveugles les bornes sont roi,certains intervenant voudrai nous faire croire que le monde ne peut ce voir qu'a travers deux couleurs le noir et le blanc .....c'est une vison erroné du monde
Coluche dieu ai son ame avait fait un sketch magnifique la dessus sur ce genre de penser il la fin il disait "toute ma jeunesse j'ai manifesté contre les usa et la guerre au vietnam ,le jour ou les vietnamiens ont etais liberés ,ils sont parti envahir le cambodge,j'avais pas l'air con" pour moi sa veux tout dire.

_________________

"Nous trouverons un chemin… ou nous en créerons un": Hannibal
Revenir en haut Aller en bas
http://blogtsahal.wordpress.com/
thierrytigerfan
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2743
Inscrit le : 01/02/2010
Localisation : Bruxelles
Nationalité : Belgique
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 2 Déc 2010 - 3:18

glaive 10 sur 10 pour le mot de la fin de coluche
ça resume tout en peu de mots
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 2 Déc 2010 - 4:20

Aslan se réfère à une thèse des tenants de la théorie du complot, qu'il ne semble pas toutefois bien connaître. Ce que les tenants de cette thèse appelle l'Empire britannique n'est pas une entité étatique avec un territoire déterminé, mais un groupement de grandes familles de financiers, dont celle allemande des Rothshilds, et de quelques familles nobles d'Europe qui se sont alliés aux premières, dont la famille allemande des Saxe Cobourgh Ghota, actuellement sur le trône d'Angleterre sous le nom de Windsor.
Comme toute théorie du complot, faute de preuves concrètes, ses auteurs s'appuient sur une interprétation des faits qui peut être contredite par une autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6519
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 2 Déc 2010 - 11:53

Citation :
contacts, French President Nicolas Sarkozy warns that North Korea is using its crisis with the South to cover up its planned transfer to Iran of nuclear weapons systems parts and extra-fast centrifuges for uranium enrichment that could help Tehran go into bomb production in the first half of 2011, DEBKAfile's intelligence sources report. The French president has asked pro-Western Persian Gulf leaders to try and persuade President Barack Obama to take strong military action against North Korea – not just because of its aggression against the south, but to hold back Pyongyang's nuclear aid to Tehran.
Our sources report urgent secret calls from the Elysée to the New York hospital where Saudi King Abdullah is recovering from surgery, to his foreign minister Prince Saud Al Faisal and intelligence chief Prince Moqrin Bin Abdul Aziz as well as to the Emir of Kuwait, Shaikh Sabah Al Ahmad Al Sabah. He asked them to use their influence and lean hard on Washington for urgent action. In Sarkozy's opinion, Iran only agreed to meet the Six-Power representatives on December 6 for talks as a gambit to play for time until the North Korean nuclear supplements are in hand. He told the Gulf rulers that he had been informed by highly credible sources that the items from North Korea would help Iran solve the technical problems plaguing the program and holding up its progress.
Our sources also report a closed briefing session the French president held in Paris a few days ago for high officials in his government in which he enlarged on his warning. He found fault with President Obama's tactic of massing air and naval strength around Iran's shores in recent months to keep the Islamic Republic under military pressure ahead of nuclear talks. Those units, he said, would have been better employed surrounding North Korea in order to block its export of nuclear components to Iran. The sea is Pyongyang's only consignment route to Tehran, Sarkozy explained. If we all work together (US, France, Saudi Arabia and other Gulf emirates), he said, we can still abort it.
DEBKAfile's military sources add that the US-French naval and air deployment opposite Iran numbers two American and one French aircraft carrier, the USS Truman, USS Lincoln and the Charles de Gaulle and their strike forces. Several British and German warships have joined this armada. Sources familiar with the Sarkozy briefing quote him as maintaining that the USS Lincoln should have been sent to the Yellow Sea before the crisis erupted over North Korea's shelling of a South Korean island in the third week of November. He would then have ordered the Charles de Gaulle to join the US carrier at the Korean scene.
http://www.debka.com/article/20414/

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
thierrytigerfan
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2743
Inscrit le : 01/02/2010
Localisation : Bruxelles
Nationalité : Belgique
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 2 Déc 2010 - 14:00

Samyadams a écrit:
Aslan se réfère à une thèse des tenants de la théorie du complot, qu'il ne semble pas toutefois bien connaître. Ce que les tenants de cette thèse appelle l'Empire britannique n'est pas une entité étatique avec un territoire déterminé, mais un groupement de grandes familles de financiers, dont celle allemande des Rothshilds, et de quelques familles nobles d'Europe qui se sont alliés aux premières, dont la famille allemande des Saxe Cobourgh Ghota, actuellement sur le trône d'Angleterre sous le nom de Windsor.
Comme toute théorie du complot, faute de preuves concrètes, ses auteurs s'appuient sur une interprétation des faits qui peut être contredite par une autre.

je veux bien être compréhensif et ouvert,je n'ai plus je crois a démontrer celà mais je n'accepte pas des thèses et des ecrits qui collent une étiquette sur le peuple europeen on est pas des sans coeur ou des va-t-en guerre comme bush ou autres
nous europeens nous n'avons pas à subir le comportement de gens comme aznar ou sarko ou dieu seul sait qui parce que des gens comme aslan ou younes spirti sont obtus et ignorant
si par exemple moi-même je devrais me baser uniquement sur ce qui se passe ici avec des marocains ou des turcs par exemple je me ferais etvirer illico du forum
plusieurs fois ils ont été avertit que sans du concret celà ne sert à rien de faire part de théorie du complot
rien n'est blanc rien n'est noir en ce bas monde et c'est valable pour nous tous
il me semble que des jeunes comme Aslan devrait d'abord réflechir et éviter de mettre tout le monde dans le même sac , à 51ans je suis plus ouvert d'esprit que Aslan qui en à 33, et ce qui m'enerve encore plus c'est d'être assimilé à des shetan et ça non je n'accepte pas
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 19Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Séisme et centrale nucléaire...
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» DCNS Cherbourg va construire une centrale nucléaire immergée
» Le réacteur nucléaire de Flamanville.
» Le pic de consommation et le nucléaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: