Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 sous marins dans le monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
splifou
Invité



MessageSujet: sous marins dans le monde   Mer 18 Juil 2007 - 13:05

Ils emportent 20 ICBM

Un sous-marin de classe Typhoon est un SNLE russe. Développé par la société Rubin sous le nom officiel de 941 Classe Akula (pour Projet n° 941 - « Requin »), il est de loin le plus gros sous-marin au monde. C'est un véritable géant des mers, il fait plus de 170 mètres de long, 19 de haut (avec le massif) et 24 de large. Le tout pour un poids moyen supérieur à 25 000 tonnes en plongée. Ce sous-marin multicoques fut déployé dans les années 1980 dans la marine soviétique, puis russe. La classe Typhoon a compté six exemplaires construits. Cinq exemplaires sont en service en 2006.

Ils emportent 20 ICBM RSM 52 (code OTAN : SS-N 20 Sturgeon) d'une portée de 11 000 kilomètres. Le RSM 52, missile mer-sol, possède 10 têtes à vecteurs indépendants (chaque tête peut viser une cible différente). Chacune des têtes a une puissance explosive de 100 kilotonnes (environ 6 fois la bombe atomique d'Hiroshima).

Les missiles sont logés à l'avant du massif, ce qui en fait un sous-marin unique, car tous les autres types de SNLE portent leurs missiles à l'arrière du massif.

source: wiki
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3325
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Ven 21 Mar 2008 - 23:27

Nicolas Sarkozy se rend demain, vendredi, à l'arsenal de Cherbourg pour le lancement du Terrible, le quatrième et dernier sous-marin lanceur d'engins (SNLE) de la classe Le Triomphant (photo Marine nationale). A cette occasion, le président de la République prononcera un discours sur la défense. Il plaidera notamment pour une relance du désarmement nucléaire et confirmera le maintien de la deuxième composante (air) des forces nucléaires, qui seront toutefois réduites.
Le Terrible sera le premier SNLE a être équipé du nouveau missile M51, qui aura une portée "réellement intercontinentale", donnant à la France la capacité de frapper partout dans le monde, en particulier jusqu'en Chine. Un troisième essai du M51 devrait avoir lieu prochainement. Il s'agira du premier tir depuis le bassin de Biscarosse (Landes), qui permet de reproduire les conditions d'un tir en plongée avec le système de chasse à l'air comprimé. Pour les essais, les M51 sont tirés dans l'Atlantique nord, au large du Canada.

Voici, en avant-première, les principaux points que le président Sarkozy abordera dans son discours de Cherbourg.

1) Les réformes à venir. "Le modèle d'armée 2015 est à l'évidence hors d'atteinte" explique-t-on à l'Elysée, où l'on critique l'"absence de réalisme" des années précédentes. "Nous sommes face à un problème redoutable, un mur financier. Pour mettre en oeuvre les engagements pris, il faudrait augmenter de six milliards par an les crédits d'équipement (+ 40%). C'est incompatible avec nos finances publiques. Il faut donc des moyens plus réalistes. Des choix doivent, à l'évidence, intervenir. Les crédits de la défense seront maintenus au niveau actuel, autour de 2% du PIB. Ils ne baisseront pas en euros constants". Le président de la République ne devrait pas se prononcer sur les réductions d'effectifs ou l'avenir des grands programmes. On rappelle à l'Elysée son "attachement à un second porte-avions."

2) La dissuasion nucléaire. Les deux composantes (sous-marine et aéroportée) seront maintenues, "un choix qui n'allait pas de soi" reconnait-on dans l'entourage du Président. Toutefois, les Forces aériennes stratégiques (FAS) seront réduites d'un tiers, passant de soixante avions Mirage 2000 N (3 escadrons) à une quarantaine de Rafale. Sur le plan de la doctrine, Nicolas Sarkozy revient à une posture plus traditionnelle. Contrairement à ce que Jacques Chirac avait fait à l'Ile Longue en 2006, il ne "détaillera pas à l'excès" les "intérêts vitaux" qui justifieraient les "hypothèses d'emploi" de l'arme nucléaire. Jacques Chirac avait évoqué l'utilisation du terrorisme par des Etats, la menace des armes de destruction massive non nucléaire ou l'extension des intérêts vitaux à nos "alliés". Nicolas Sarkozy maintient le flou, renforçant ainsi l'incertitude chez l'adversaire potentiel.

3) Le désarmement. Le président de la République va plaider pour la relance du désarmement nucléaire, estimant que la France était "exemplaire" à cet égard. Il rappellera que la France a été le premier pays à ratifier le traité d'interdiction des essais, démanteler son site d'essais dans le Pacifique, réduire ses forces en fermant le plateau d'Albion. Le chef de l'Etat demandera que les Etats qui n'ont pas encore ratifié le traité d'interdiction complète des essais nucléaires (Tice), comme les Etats-Unis et la Chine, le fassent. Il plaidera également pour le démantèlement de tous les sites d'essais (la France étant le seul pays à l'avoir fait ) et pour des "mesures de transparence" au niveau international. Enfin, il souhaite "l'ouverture de négociations internationales pour un traité d'interdiction des missiles sol-sol à courte et moyenne portée". Cette dernière proposition vise notamment à combattre "la prolifération". "Nous avons bien sûr l'Iran à l'esprit" reconnait-on l'Elysée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Le sous-marin classique : le dernier ennui de l’US Navy   Jeu 27 Mar 2008 - 17:54

Citation :
Le sous-marin classique : le dernier ennui de l’US Navy

Par Rédacteur en chef
Publié le 27 mars 2008, dernière mise à jour le 27 mars 2008.
Au cours des derniers mois, l’US Navy a dû faire face à plusieurs épisodes provocateurs en mer — des embarcations iraniennes se dirigeant vers ses croiseurs, destroyers et frégates ; des bombardiers russes survolant ses porte-avions ; et des sous-marins chinois suivant ses navires comme leur ombre.


Des sous-marins difficiles à détecter — comme les discrets sous-marins classiques — sont particulièrement frustrants, indiquent des responsables de la Navy. Ils soutiennent qu’une course aux armements sous-marins a commencé dans le Pacifique Ouest.

Au cours des dernières années, les nations de la région ont commencé à acheter des sous-marins classiques très discrets. Certaines de ces nations, expliquent les responsables de la Navy, pourraient un jour menacer l’accès des Etats-Unis à des zones côtières stratégiques ou interrompre la circulation du commerce maritime autour du globe.

Bien que la Navy dispose de la flotte la plus avancée technologiquement — y compris des sous-marins d’attaque dernier cri — les responsables reconnaissent que ces sous-marins classiques, d’une technologie comparativement très inférieure, pourraient donner à un ennemi un avantage asymétrique.

“L’intérêt d’un sous-marin classique, c’est qu’il peut être beaucoup plus silencieux qu’un sous-marin nucléaire,” déclare Guy Stitt, président d’AMI International, une société spécialisée dans l’analyse du marché naval. Les sous-marins classiques sont propulsés en plongée par des batteries et utilisent des moteurs diesel en surface.

Une fois qu’ils ont chargé leurs batteries, les sous-marins peuvent naviguer en plongée et rester indétectables pendant des jours. Bien qu’ils ne puissent parcourir de longues distances ou avancer très rapidement, les avancées technologiques, comme les systèmes de propulsion anaérobies et les piles à combustible, ont permis aux sous-marins classiques de prolonger leur portée opérationnelle en plongée.

Mais probablement leur meilleur argument de vente est leur prix relativement peu élevé. Les russes ont vendu des sous-marins classiques pour 200 millions de $ (127 millions €) et les français ont exporté leur Scorpène pour 300 millions (190 millions €).

“Beaucoup, beaucoup de pays peuvent se les offrir. Ils n’en ont pas besoin de beaucoup. Ils n’ont pas besoin de les envoyer très loin, et ils n’ont pas besoin d’avoir du personnel particulièrement compétent pour les utiliser,” explique le vice-amiral Samuel Locklear, le commandant de la 3è flotte de la Navy, qui prépare les groupes de porte-avions à se déployer dans le Pacifique et au Moyen-Orient.

Plus de 39 pays possèdent des sous-marins classiques. Un des derniers inventaires dénombre un total de 377 sous-marins dans le monde, rapporte Richard Dorn, un analyste d’AMI International. Et il pourrait y avoir une augmentation dans les prochaines années.

Alors que la Chine continue d’augmenter la taille de sa marine, un certain nombre de nations voisines ont aussi commencé à développer leurs capacités sous-marines.

“Il y a une poussée en Asie qui semble réellement provoquée par la Chine,” indique Stitt. Singapour, la Malaisie et l’Indonésie ont tous des commandes fermes pour des sous-marins classiques, et maintenant la Thaïlande suit le mouvement.

Parmi les meneurs du marché, on trouve en partie la Russie, qui au cours des 18 derniers mois a vendu ses navires, dont ses sous-marins de la classe Kilo.

“Nous avons assisté à une forte augmentation de la vente des Kilo, principalement motivée par le besoin de fonds pour renforcer leurs groupes de construction navale,” indique Stitt.

Depuis la fin de la Guerre Froide, la Russie a perdu la plupart des fournisseurs de ses chantiers navals — moteur, pompes, vannes, tuyauteries, etc. Mais la Russie essaie de revitaliser ces petites compagnies.

“Ils vont prospecter, passent tous ces accords pour vendre des sous-marins et des navires et utilisent ces fonds pour revigorer l’industrie, ce qui en retour bénéficie beaucoup à la construction de la flotte russe,” explique Stitt.

La Russie a exporté 30 Kilo dans le monde et 26 sont encore en service. Elle va en livrer 2 de plus à l’Algérie vers 2010, 5 au Vénézuela vers 2020, et 6 à l’Indonésie d’ici 2018. La Chine a reçu son 12è et dernier Kilo l’an dernier.

Le nombre de Kilo vendus est particulièrement inquiétant parce que la plupart des sous-marins sont équipés du missile de croisière anti-navire Klub.

Certaines nations ont un désir d’hégémonie régionale et veulent renforcer leur influence dans une région. C’est très certainement la raison pour laquelle le président Hugo Chavez achète des sous-marins pour le Vénézuela, indique Stitt.

Mais pour d’autres nations, les raisons sont moins évidentes.

“Il y a un large éventail de matériels militaires que vous pouvez acheter, donc pourquoi acheter un sous-marin classique ? Autant que je sache ce n’est pas pour protéger votre propre port,” a déclaré Locklear dans un entretien.

Que les sous-marins chinois fassent surface près de navires américains est un signe révélateur de nouvelles avancées technologiques, comme des tuiles acoustiques et des hélices réduisant la cavitation, qui sont employés sur les sous-marins, déclare Stitt.

Des sous-marins classiques chinois de la nouvelle classe Song ont traqué des navires américains naviguant dans les mers près du Japon et de Taïwan. En novembre dernier, après que la Chine ait refusé à la dernière minute une escale de l’USS Kitty Hawk à Hong Kong, un sous-marin chinois a suivi le porte-avions alors qu’il entrait dans le détroit de Taïwan lors du retour vers sa base de Yokosuka (Japon). A l’automne 2006, un sous-marin de la classe Song a fait surface à portée de torpille du Kitty Hawk au large d’Okinawa.

Malgré les tensions, ces épisodes et la question des sous-marins ne sont pas intervenus directement dans les conversations avec des responsables chinois en janvier dernier, lorsque le commandant de la flotte du Pacifique, l’amiral Timothy Keating, s’est rendu dans ce pays.

“Nous les surveillons attentivement. C’est un domaine où ils se développent un peu,” a-t-il déclaré à des journalistes. “Le nombre de leurs sous-marins augmente. Les capacités de leurs sous-marins ne sont pas à négliger. Ils sont assez bons — nous sommes meilleurs.”

La flotte chinoise de sous-marins classiques et nucléaires comprend 10 Song, 12 Kilo, un Yuan et 32 Romeo.

“Nous savons qu’ils augmentent continuellement leurs zones d’opération dans ce qu’ils considèrent comme leurs propres zones d’intérêt, et que leur force sous-marine est vitale pour atteindre cette expansion,” indique Locklear.

La prolifération de sous-marins classiques dans le Pacifique est l’une des principales raison pour laquelle l’US Navy a décidé de déplacer 6 sous-marins de la flotte Atlantique à celle du Pacifique, précise le contre-amiral Joseph Walsh, commandant de la flotte des sous-marins du Pacifique. Parce que plus de 140 sous-marins classiques se trouvent à porter de “points de friction” critiques dans la région, la lutte anti-sous-marine (ASM) est la principale priorité de la flotte du Pacifique, ajoute-t-il.

La Navy a vu ses compétences en matière de lutte ASM diminuer après la fin de la Guerre Froide. A cette époque, les sous-marins nucléaires soviétiques étaient bruyants et pouvaient être détectés avec un sonar passif.

Mais les sous-marins classiques modernes ne sont pas aussi facilement écoutés, en particulier dans les régions où la vie marine et la navigation de commerce peuvent camoufler leurs signatures acoustiques. C’est là, dans les eaux bruyantes du littoral, que la détection des sous-marins peut être le jeu du chat et de la souris, indiquent des responsables de la Navy.

Le contre-amiral John Waickwicz, qui était le responsable de la lutte ASM et contre les mines jusqu’à son départ en retraite en janvier dernier, indique la Navy envisage la lutte ASM de nouvelles manières.

“Lorsqu’on parle de pays qui ont 30, 40, ou 50 sous-marins, on ne peut attendre qu’ils nous entourent, parce qu’ils vont nous submerger,” déclare-t-il.

Des ennemis potentiels ont pensé que pour battre l’US Navy, ils devaient “sortir et acheter des sous-marins et des mines,” indique-t-il.

Le commandement de la lutte ASM et anti-mines proposait le déploiement d’un réseau de bouées sonores dans une grande zone de l’océan pour détecter les sous-marins ennemis. Mais le projet a connu des problèmes technologiques et de financement. Le principal problème est qu’il faut trop de temps pour analyser les données récueillies par les senseurs, explique Waickwicz. “Il faut le faire en temps réel pour pouvoir réagir immédiatement.”

Les taux de fausse détection sur beaucoup de systèmes actuels de détection sont trop élevés, ajoute Waickwicz. Cela force le commandement à gaspiller des ressources sur des menaces inexistantes.

Les responsables insistent sur le fait que les capacités de lutte ASM de la Navy sont les meilleurs au monde, mais ils reconnaissent qu’il faudra du temps avant d’améliorer les compétences pour le combat contre des sous-marins classiques discrets. Waickwicz précise que l’entraînement s’est amélioré ces dernières années, mais certaines unités ne sont pas correctement préparées pour des opérations en mer.

Par exemple, certaines unités ont montré l’efficacité de leurs opérateurs sonar sur des simulateurs qui ne sont pas suffisamment sophistiqués pour reproduire l’environnement réel, ce qui désavantage les marins lorsqu’ils effectuent des opérations en mer, indique le contre-amiral Frank Drennan, le nouveau commandant de la lutte ASM et contre les mines.

“Les exigences sont toujours les mêmes — ils doivent simplement travailler dans un environnement difficile pour que les opérateurs soient vraiment efficaces lorsqu’ils vont en mer,” indique-t-il.

Rechercher un sous-marin classique silencieux dans les eaux peu profondes du littoral ressemble à essayer d’identifier le bruit d’une voiture précise dans les embouteillages d’une grande ville, explique-t-il.

Il y a des variations dans la topographie sous-marine, avec des bancs de sable, des récifs de corail et des chenaux. Des différences de profondeur de la mer, le changement de la salinité et de la température de l’eau modifie la façon dont le son se propage. La vie marine et la navigation commerciale compliquent aussi la recherche en générant du bruit ambiant.

La seule technologie que la Navy pense adaptée pour la détection et la traque de sous-marins classiques est le sonar actif. Il envoie des signaux dans l’eau où ils se réfléchissent sur des objets. Ces échos sont recueillis par des hydrophones et interprétés par des opérateurs sonar.

Contrairement à la croyance populaire, le sonar n’est pas comme le radar, qui donne un aperçu complet des échos dans le ciel. Ce que les opérateurs sonar voient un écran rempli de lignes verticales représentant les échos renvoyés par les objets dans l’eau. Différencier quelle ligne est un sous-marin et laquelle est un récif est une tâche complexe et difficile, indiquent des marins.

La Navy a passé 40 ans à construire un centre d’entraînement sur la côte du Sud de la Californie — un des plus complets au monde, disent les responsables. Des senseurs sous-marins suivent les mouvements des navires et enregistrent les opérations pendant les exercices.

Parce que l’eau et les conditions au fond de l’océan sont représentatives de nombreux endroits dans le monde, le centre est un endroit idéal pour entraîner des groupes de porte-avions à la lutte ASM, explique Locklear.

Mais l’entraînement de la Navy à cet endroit a été suspendu par un procès en cours sur les effets nocifs du sonar actif sur les mammifères marins.

Selon la décision d’un juge fédéral, les navires ont été empêchés d’utiliser leur sonar actif à moins de 12 nautiques de la côte et devaient éviter les eaux entre les îles Santa Catalina et San Clemente. Repérer des mammifères marins à une certaine distance contraignaient aussi les navires à prendre des mesures protectrices, comme éteindre le sonar ou arrêter complètement les senseurs.

“Nous ne pouvons pas utiliser le sonar, avec ces restrictions, d’une manière réaliste, et cela rend difficile d’évaluer si la flotte est efficace en utilisant la technologie,” déclare le Capt. Pete Tomczak, directeur adjoint de l’entraînement à la 3è flotte.

Avec la perspective d’une réduction des entraînements à la mer, non seulement à cause du procès, mais aussi à la suite de la hausse des coûts du carburant et d’autres contraintes budgétaires, la Navy cherche d’autres moyens de préparer ses marins à la lutte ASM.

Une solution est de s’appuyer sur des simulateurs, indique Waickwicz. Mais il souligne que les simulateurs actuels ne reproduisent pas correctement les sonars.

“C’est comme jouer à ‘Pong’ dans le mondes des jeux d’aujourd’hui,” explique-t-il. Alors que les forces sous-marins ont des simulateurs d’une meilleure fidélité, la plupart du reste de la flotte — en particulier les navires de surface — ont des simulateurs de moindre qualité.

“Les simulations par ordinateur peuvent aller jusqu’à un certain point. Mais il n’y a aucun moyen de remplacer la pratique en mer contre un sous-marin réel,” déclare Walsh.

Parce que l’US Navy n’a plus de sous-marins classiques, elle invite des pays alliés qui possèdent de tels sous-marins pour participer à des exercices sur les côtes Est et Ouest.

Le sous-marin suédois HMS Gotland a collaboré très récemment avec divers commandements de la Navy à San Diego.

“C’était très avantageux d’avoir un équipage de sous-marin classique pendant 2 ans, pour voir comment ils pensaient, comment ils approchaient la mission d’aller contre les navires,” déclare Waickwicz. “Ca nous a vraiment ouvert les yeux sur les sous-marins classiques et un sonar actif est ce qu’on doit avoir dans le groupe de porte-avions.”

L’expérience a conduit à de récents changements dans la doctrine et les tactiques de lutte ASM de la Navy.


Référence :
National Defense (Etats-Unis)
Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 3:59




Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 4:05

sous -marin dans la seconde guerre mondiale et quel role preponderant il marquèrent.




Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 4:08

Sujets fusionnés
Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 4:14

l'akula le fantome des profondeurs




Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21552
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 4:23

daspatriot a écrit:
l'akula le fantome des profondeurs
je donnerais plutot ce nom au USS Ohio modifié

_________________
Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 4:26




en plein baltique
Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 4:39

641 class fox trot ss

641 tango actuellement à hamburg

ssn 741 virginia
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
H3llF!R3
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1602
Inscrit le : 23/05/2009
Localisation : XXX
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 5:04

Tu devrait mettre tes grandes photos en spoiler daspatriot, mon ecran t'en sera reconnaissant

PS: la mise en spoiler consiste à mettre [spoiler ] (sans espace) avant la photo et finir avec [/ spoiler] (sans espace)
après la photo... Ou simplement utiliser la fonction "Autres" et choisir "Spoiler"....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 16:20







_________________
AUT VINCERE AUT MORI
Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 22 Sep 2009 - 16:23





_________________
AUT VINCERE AUT MORI
Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Ven 25 Sep 2009 - 12:54

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Latest British SSN ASTUTE CLASS
Spoiler:
 

_________________
AUT VINCERE AUT MORI
Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Ven 25 Sep 2009 - 16:22

Spoiler:
 
Spoiler:
 

_________________
AUT VINCERE AUT MORI
Revenir en haut Aller en bas
daspatriot
Caporal
Caporal
avatar

messages : 102
Inscrit le : 22/09/2009
Localisation : la ligne rouge
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Sam 26 Sep 2009 - 18:00





_________________
AUT VINCERE AUT MORI
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Sam 26 Sep 2009 - 18:48








Revenir en haut Aller en bas
Renard-du-desert
Capitaine
Capitaine


messages : 868
Inscrit le : 31/07/2009
Localisation : Rabat
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Dim 27 Sep 2009 - 21:45

Citation :
Embarquer sur sous-marin est un risque pour la santé des femmes

Elaine Donnelly, présidente du Center for Military Readiness, a exprimé sa surprise et son désapointement que l’amiral Mike Mullen, président du Comité des Chefs d’états-major, ait déclaré qu’il soutenait l’affectation de femmes à bord de sous-marins.


"L’amiral Mullen, a déclaré Donnelly, "ne comprend apparemment pas les raisons les plus importantes pourquoi les femmes ne sont pas affectées sur les sous-marins. Le problème n’est pas la propulsion nucléaire, c’est l’air, qui est constamment recyclé. Les niveaux de monoxyde et de dioxyde de carbone ne sont pas dangereux pour des adultes, mais ils induisent un risque élevé de malformation pour les fœtus — en particulier au cours des premières semaines de la grossesse, alors que la femme peut très bien ne pas savoir qu’elle est enceinte."

Elle poursuit, "En allant sans réfléchir vers des sous-marins mixtes, apparemment pour satisfaire les féministes civils et militaires, l’amiral Mullen a fait preuve d’un manque de connaissance affreux des risques pour la santé, et une indifférence inhumaine pour les privations de qualité de vie qui sont déjà suffisamment difficiles pour les sous-mariniers."

"L’amiral Mullen, l’amiral Gary Roughead, Chef des Opérations Navales, et le secrétaire à la Navy, Raymond Mabus, devraient montrer plus de respects pour les femmes de la Navy en prenant le temps de lire l’analyse la plus complète sur ce sujet, un rapport du SAIC intitulé "Evaluation des politiques d’affectation sur les sous-marins [en]". Elle poursuit "L’analyse détaillée du rapport explique les différences saisissantes dans les règles d’habitabilité entre les sous-marins et les bâtiments de surface. Il explique aussi les dilemmes auxquels devront faire face les futurs commandants de sous-marins lorsqu’ils devront choisir entre une évacuation très dangereuse en haute mer d’un marin enceinte, ce qui compromettrait le secret de la mission, et la décision de la forcer à exposer son fœtus à des polluants atmosphériques, connus pour provoquer des malformations."

Donnelly recommande aussi aux militaires de relire la déclaration du contre-amiral Hugh Scott [en], médecin en retraite de l’US Navy et expert reconnu dans la médecine sous-marine, qui a expliqué les risques pour la santé d’affecter des femmes sur les sous-marins dans une lettre au House Armed Services Committee. Le Dr Scott explique entre autre que des grossesses extra-utérine, qui ne sont pas statistiquement rares, créerait une urgence supplémentaire exigeant une évacuation immédiate et extrêmement dangereuse, parfois au milieu de l’océan.

Elle a ajouté "Les marines britanniques, canadienne et américaine n’affectent pas de femmes sur les sous-marins, d’abord à cause de ces risques pour la santé et les complications opérationnelles. De plus, les règles d’habitabilité sont bien en dessous de celles des navires de surface. Encombrez-les encore plus pour fournir des logements séparés pour les femmes, officiers ou marins,et le moral et la discipline vont en souffrir."
Référence :

Right Side News (Etats-Unis)

_________________
> « Gardez-vous d'écouter cette imposture; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n'est à personne » JJR
Revenir en haut Aller en bas
crepitator
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

messages : 441
Inscrit le : 10/10/2009
Localisation : dans le mile
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Sam 10 Oct 2009 - 14:21

Spoiler:
 
Spoiler:
 

_________________
Dulce et decorum est pro patria mori : Il est doux et beau de mourir pour la patrie.
Revenir en haut Aller en bas
aminopectine
2eme classe
2eme classe
avatar

messages : 29
Inscrit le : 05/11/2009
Localisation : Oran
Nationalité : Algerie

MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Ven 6 Nov 2009 - 14:09

splifou a écrit:
Ils emportent 20 ICBM

Un sous-marin de classe Typhoon est un SNLE russe. Développé par la société Rubin sous le nom officiel de 941 Classe Akula (pour Projet n° 941 - « Requin »), il est de loin le plus gros sous-marin au monde. C'est un véritable géant des mers, il fait plus de 170 mètres de long, 19 de haut (avec le massif) et 24 de large. Le tout pour un poids moyen supérieur à 25 000 tonnes en plongée. Ce sous-marin multicoques fut déployé dans les années 1980 dans la marine soviétique, puis russe. La classe Typhoon a compté six exemplaires construits. Cinq exemplaires sont en service en 2006.

Ils emportent 20 ICBM RSM 52 (code OTAN : SS-N 20 Sturgeon) d'une portée de 11 000 kilomètres. Le RSM 52, missile mer-sol, possède 10 têtes à vecteurs indépendants (chaque tête peut viser une cible différente). Chacune des têtes a une puissance explosive de 100 kilotonnes (environ 6 fois la bombe atomique d'Hiroshima).

Les missiles sont logés à l'avant du massif, ce qui en fait un sous-marin unique, car tous les autres types de SNLE portent leurs missiles à l'arrière du massif.

source: wiki

pouvez vous pour les novices comme moi expliquer les abréviations genre : SNLE (sousmarin nuclaire..????), ou ICBM (peut etre intercontinental balistic misil)? RSM?
merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13271
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Ven 6 Nov 2009 - 14:27

SNLE = sous marin nucléaire lanceur d'engin, ICBM= Inter continental balistic missile
Sinon si tu as un doute, un conseil encore plus rapide, regarde sur google les abréviations avec leur définition, sur wiki tu trouveras tout ton bonheur Very Happy

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21552
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mer 18 Nov 2009 - 15:59

les U-209 vont retourner au Marché :
Citation :

A different class: new upgrades bring vintage Type 209s back into fashion


The international diesel-submarine market has been dominated by Germany over the past 40 years, with the Type 209 design very much the lynchpin of this global export success.
This stemmed from 1967 when the Kiel-based shipyard then known as Kieler Howaldtswerke signed a contract in Athens, Greece, to build four Type 209/1100 Glavkos-class submarines for the Hellenic Navy (HN).
These 1,000-ton submerged displacement boats could trace their lineage to the German Navy's smaller (450 tons displacement) Type 206 submarines. While somewhat larger, they used many of the same components, in some cases by doubling up on certain equipment such as generators.
Adopting a single-hull construction arrangement, the philosophy underpinning the Type 209 design was for a simple and clearly laid out vessel that would enable the commanding officer, standing at a central position by the periscope, to see along the entire length of the pressure hull – from the torpedo tubes in the bow to the end of the engine room.
The command room was situated about halfway along the hull. Forward and aft of this area the lower deck consisted of large battery spaces, with battery cells constituting about 25 per cent of total displacement and accounting for very good submerged endurance. Another notable feature was the low-revolution 5,000 hp electric motor, acting directly on the propeller shaft and enabling speeds of more than 20 kt.
These standout characteristics of good submerged reach, high submerged speed and excellent handling went on to establish the Type 209 as the export submarine of choice for two generations.

suite de l'article sur le site de Jane's

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21552
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Mar 1 Déc 2009 - 12:42

Reportage : A bord du Barracuda, plus vieux sous-marin opérationnel d'Europe
http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=111805

Un grand à l'équipage et aux équipes de techniciens pour l'entretien de ce soum qui affiche plus de 41 ans de service

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21552
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Jeu 10 Déc 2009 - 0:25

Citation :
Scorpène : DCNS veut décrocher au moins deux nouveaux contrats


Le Scorpène malaisien Tunku Abdul Rhaman a été livré cette année
crédits : MER ET MARINE - GILDAS LE CUNFF

Le groupe naval français compte bien remporter, dans la prochaine décennie, au moins deux nouveaux contrats pour le Scorpène. Ce sous-marin d'attaque à propulsion conventionnelle a, déjà, rencontré un beau succès en étant vendu à quatre marines. Premier client, le Chili en a commandé deux exemplaires en 1997. Puis la Malaisie a signé en 2002 pour deux bâtiments, alors que l'Inde donnait son feu vert, en 2005, pour six unités. Dernier client en date, le Brésil a confirmé, cette année, la commande de quatre Scorpène. En tout, ce sont donc 14 Scorpène qui ont été vendus à ce jour, les bâtiments indiens et brésiliens étant construits en transfert de technologie. Pour la suite, DCNS estime que le marché potentiel est encore très important pour son produit, d'autant que son principal concurrent, l'Allemand TKMS, a rencontré des déboires avec le type 214.

Où placer de nouveaux bateaux ?

Le groupe français semble miser, en premier lieu, sur les clients déjà conquis. L'Inde a, notamment, prévu l'acquisition de six nouveaux sous-marins dans les prochaines années. Le Chili doit, par ailleurs, prévoir le remplacement de ses deux unités du type 209/1400, mises en service en 1984. La Malaisie, qui dispose avec ses deux nouveaux Scorpène des premiers sous-marins de son histoire, semble, pour sa part, vouloir renforcer cette force naissante qui lui confère un nouveau poids militaire en Asie du sud-est. Dans la même région, DCNS s'intéresse aussi aux réflexions de Singapour, qui envisage de remplacer les ex-sous-marins suédois acquis d'occasion. Enfin, l'Australie compte lancer, en 2011, des études en vue de renouveler ses six sous-marins du type Collins, livrés entre 1996 et 2003. Les futurs bâtiments devront entrer en service à partir de 2025 et DCNS ne manquera pas de se positionner.

Navire évolutif

Long de 67 mètres pour un déplacement d'environ 1700 tonnes en plongée, le Scorpène est doté de six tubes de 533mm, permettant de mettre en oeuvre jusqu'à 18 armes (torpilles lourdes et missiles antinavire). Conçu dans les années 90, ce bâtiment a bénéficié du retour d'expérience de DCNS sur le programme des sous-marins nucléaires d'engins de nouvelle génération du type Le Triomphant, réputés notamment pour leur discrétion acoustique. Au cours des essais du premier de la série, le Chilien O'Higgins, les ingénieurs ont constaté que le nouveau sous-marin affichait des performances très intéressantes et se révélait particulièrement silencieux. Depuis les premières études, le produit a bien entendu évolué et, au fil des avancées techniques et technologiques, intègre différentes innovations. Ainsi, DCNS propose désormais le Scorpène avec un système de propulsion en circuit fermé (AIP) MESMA, aujourd'hui opérationnel, tout en travaillant au développement d'un AIP utilisant des piles à combustible. De même, le Scorpène peut, si le client le souhaite, intégrer des barres de plongée en forme de croix de Saint-André, ce qui améliore sa manoeuvrabilité.

Produit initialement franco-espagnol

La Marine nationale ayant décidé, dans les années 90, de ne conserver que des sous-marins à propulsion nucléaire, DCNS (la Direction des Constructions Navales à l'époque) a été contraint de s'allier à l'industrie espagnole pour développer, en coopération, un nouveau sous-marin conventionnel. Ce bateau, destiné à succéder aux Daphné et Agosta, a d'emblée été imaginé par les Français pour le marché export. Le rapprochement avec l'industrie espagnole (aujourd'hui Navantia) devait, initialement, permettre de disposer d'un premier client, en l'occurence l'Armada, qui préparait le remplacement de ses quatre Daphné et quatre Agosta. Le Scorpène a donc été étudié en coopération et, comme les premiers débouchés furent finalement à l'export, un accord fut signé en vue de coréaliser les bâtiments sur les sites de Cherbourg et Carthagène. Tombèrent ainsi dans l'escarcelle de DCNS et Navantia les contrats chilien (remporté notamment grâce à l'appui politique espagnol) puis malaisien. Pour ces sous-marins, les Français ont réalisé les parties avant et les Espagnols les sections arrière, chacun réalisant alternativement l'assemblage final et l'achèvement. Mais les relations entre les deux partenaires se sont dégradées progressivement. Le torchon commença à brûler en 2003, lorsque l'Espagne décida de commander à Navantia non pas des Scorpène mais des S 80, version purement espagnole dérivée du produit développé avec les Français mais dotée d'un système de combat et d'armements américains.

Le litige avec Navantia pas encore résolu

Furieux, les Français ont non seulement vu le marché ibérique s'évanouir, mais ont aussi fait face à la concurrence du S80 à l'export. C'est ainsi que le sous-marin espagnol a été présenté à plusieurs reprises contre le Scorpène. La situation était d'autant plus compliquée que les Espagnols, en raison des accords de coopération, étaient toujours présents dans les projets Scorpène proposés par DCNS à ses clients. Pour calmer les velléités espagnoles, le groupe français a présenté, en 2006, le Marlin. Il s'agissait d'une version « améliorée » du Scorpène, dotée notamment de barres de plongée en croix de Saint-André. Mais, commercialement, ce nouveau produit ne parvint pas à s'imposer auprès des clients, notamment du Pakistan. L'échec de la contre-offensive Marlin a donc poussé DCNS à prendre des mesures plus radicales. En 2008, ne parvenant pas à trouver un compromis avec Madrid, l'accord de coopération avec Navantia a été dénoncé par les Français, qui ont voulu reprendre leur indépendance. L'affaire se révèle toutefois compliquée au niveau juridique. « Il y a maintenant un litige qu'il est préférable de régler à l'amiable plutôt que devant les tribunaux, où nous ne ferons qu'enrichir les avocats », reconnaît la direction de DCNS. Pour les nouveaux contrats, comme celui signé avec le Brésil, on ne sait par exemple toujours pas si les Espagnols sont exclus où, se basant sur l'ancien accord de coopération, réclament des royalties aux Français...


M&M

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21552
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   Lun 28 Déc 2009 - 17:19

un trés bon documentaire ( en Arabe ) sur l'Histoire des SM russe, juste un chiffre trés important 5000 SM construite pendant l'ére de l'URSS, il y a aussi des infos sur les confrontations si on peut dire, entre l'USN et la marine russe :

http://www.rtarabic.com/doc_war/16877/video/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: sous marins dans le monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
sous marins dans le monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le portage dans le monde
» Le G énéral DE GAULLE et les sous marins FNFL
» Escadrille des sous marins de l'ATLANTIQUE
» 91 % des crimes d’honneur dans le monde sont commis par des musulmans
» Zeebrugge : Base de sous-marins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Armement naval-
Sauter vers: