Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Être Marocain ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Tabrisius
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2332
Inscrit le : 28/06/2010
Localisation :
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 9:48

OBSERVATEUR a écrit:
des palestiniens residents au maroc l'ont egalement eue ainsi que zakia daoud l'ecrivain journaliste, elle est francaise d'origine, nom de jeune fille jacqueline david

ils sont beaucoup d'etrangers mariés a nos compatriotes a opter pour la nationalitée marocaine ce qui leur evite des tracasseries comme ne pas pouvoir posseder de terres agricoles

sinon la carte de sejour n'est pas facilement obtensible, avant on donnait 10 ans facile, daba 2 ans avec intervention meme pour un francais qui a une affaire ou un conjoint local.

Alors on en est ou? La carte de séjour ou la nationalité? parce que la, entre vous OBSERVATEUR et Adam je ne sais plus quoi penser...
Revenir en haut Aller en bas
http://farmorocco.wordpress.com/
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9334
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 10:09

Le préambule de la constitution actuelle est sans ambiguité :"la nationalité marocaine ne se perd ni s'acquiert"
Donc seul le dahir (décret) permet aujourd'hui, pour un non marocain, d'accéder à la nationalité marocaine.

Article 11, 12 et 13 du code de la nationalité :

Citation :
Article 11 : (modifié par la loi n° 62-06 promulguée par le dahir n° 1-07-80 du 23 mars 2007 - 3 rabii I 1428 ; B.O. n° 5514 du 5 avril 2007). Conditions de la naturalisation
Sous réserve des exceptions prévues à l'article 12, l'étranger qui formule la demande d'acquisition de la nationalité marocaine par la naturalisation doit justifier qu'il remplit les conditions fixées ci -après :
1° - avoir une résidence habituelle et régulière au Maroc pendant les cinq années précédant le dépôt de sa demande, et résider au Maroc jusqu'à ce qu'il soit statué sur cette demande ;
2° - être majeur au moment du dépôt de la demande ;
3° - être sain de corps et d'esprit ;
4° - être de bonne conduite et de bonnes moeurs et ne pas avoir fait l'objet de condamnation pour :
- crime ;
- délit infamant ;
- actes constituant une infraction de terrorisme ;
- actes contraires aux lois de la résidence légale au Maroc ;
- ou actes entraînant la déchéance de la capacité commerciale. non effacés dans tous les cas par la réhabilitation ;
5° - justifier d'une connaissance suffisante de la langue arabe ;
6° - justifier de moyens d'existence suffisants.
Est créée une commission chargée de statuer sur les demandes de naturalisation, dont la composition et les modalités de fonctionnement sont fixées par l'administration.
Article 12 :(modifié par la loi n° 62-06 promulguée par le dahir n° 1-07-80 du 23 mars 2007 - 3 rabii I 1428 ; B.O. n° 5514 du 5 avril 2007). Dérogations
Peut être naturalisé, nonobstant la condition prévue au paragraphe. 3 de l'article 11, l'étranger dont l'infirmité ou la maladie a été contractée au service ou dans l'intérêt du Maroc. Peut être naturalisé nonobstant les conditions prévues aux paragraphes 1, 3, 5 et 6 de l'article 11, l'étranger qui a rendu des services exceptionnels au Maroc ou dont la naturalisation présente un intérêt exceptionnel pour le Maroc.
Article 13 : Acte de naturalisation : La naturalisation est accordée par dahir, dans les cas prévus à l'article 12. Elle est accordée par décret pris en Conseil de cabinet dans les autres cas.
L'acte de naturalisation pourra, à la demande de l'intéressé, modifier les nom et prénoms de ce dernier.
Sur simple production de l'acte de naturalisation par l'intéressé, l'officier de l'état civil rectifie sur ses registres les mentions du ou des actes, relatives à la naturalisation et, éventuellement, aux nom et prénoms du naturalisé.

Le code de la nationalité dans son intégralité :

http://www.adfm.ma/IMG/pdf_CODE_NATIONALITE_MAROCAINE.pdf

PGM
Revenir en haut Aller en bas
Tabrisius
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2332
Inscrit le : 28/06/2010
Localisation :
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 10:44

Thank u so much PGM...mais il y a des points qui sont bizarres :

1° - avoir une résidence habituelle et régulière au Maroc pendant les cinq années précédant le dépôt de sa demande, et résider au Maroc jusqu'à ce qu'il soit statué sur cette demande (a Marrakech il y a des gauris qui attend depuis des années la nationalité, et ils n'ont pas eu de réponse...j'en connais un couple de français, 30 ans au Maroc) ;
2° - être majeur au moment du dépôt de la demande ;
3° - être sain de corps et d'esprit (psychologiquement Question );
4° - être de bonne conduite et de bonnes mœurs et ne pas avoir fait l'objet de condamnation pour :
- crime ;
- délit infamant ;
- actes constituant une infraction de terrorisme ;
- actes contraires aux lois de la résidence légale au Maroc ;
- ou actes entraînant la déchéance de la capacité commerciale. non effacés dans tous les cas par la réhabilitation ;
5° - justifier d'une connaissance suffisante de la langue arabe (maghrébin/marocain ou arabe Question )
6° - justifier de moyens d'existence suffisants.

Revenir en haut Aller en bas
http://farmorocco.wordpress.com/
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9334
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 10:56

Décret royal Tabrisuis, normal que ça prenne du temps.

Saint de corps et d'esprit : ça veut dire que le postulant doit avoir la "capacité", c-a-d être en mesure de manière autonome de soutenir sa demande. Un trisomique, par exemple ne pourrait pas. Cela vaut pour tout les cadres contractuels (commercial, mariage...)

tiré de wiki :

Citation :
La capacité de jouissance[modifier]
La capacité de jouissance est l'aptitude à être titulaire d'un ou plusieurs droits. L'attribution de la personnalité juridique pose la question de savoir si la personne est elle-même capable d'exercer ses droits. On doit justement admettre pour les personnes physiques, que l'acquisition de la personnalité juridique ne conduit pas dans un premier temps, à reconnaître la capacité de jouissance. Ainsi, les mineurs sont bien sujets de droit, et ce depuis leur naissance, mais on les dit incapables parce qu'ils n'ont pas durant le temps de leur minorité, l'aptitude juridique à exercer eux-mêmes les droits qu'ils détiennent.

La capacité d'exercice[modifier]
La capacité d'exercice est l'aptitude à exercer soi-même un droit que l'on détient, sans avoir besoin d'être représenté ni assisté par un tiers. Cette capacité d'exercice suppose d'avoir la personnalité juridique. L'inverse n'est pas vrai. La reconnaissance de la personnalité juridique ne conduit pas à reconnaître automatiquement la capacité d'exercer soi-même des droits qu'on est apte à détenir. Il se peut qu'une personne dotée de la capacité d'exercice se la voie retirer, sans qu'elle perde pour autant la personnalité juridique.


Tu noteras, que la maitrise de langue (dialecte) n'est pas requise, alors que ça devient la règle en Europe.

PGM
Revenir en haut Aller en bas
Tabrisius
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2332
Inscrit le : 28/06/2010
Localisation :
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 11:03

PGM a écrit:


Tu noteras, que la maitrise de langue (dialecte) n'est pas requise, alors que ça devient la règle en Europe.

PGM

en tout cas "justifier d'une connaissance suffisante de la langue arabe", c'est comme même demander un minimum...Mais en tout cas, dans plusieurs cas c'est évidant que la concession de la nationalité est, soit rapide par coup-de-piston, soit interminable par voie administratif "normal"...

Citation :
Décret royal Tabrisuis

tu est entrain de m'appeler petit suisse ou quoi???

Revenir en haut Aller en bas
http://farmorocco.wordpress.com/
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9334
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 11:09

Sorry

PMG euh.... PGM
Revenir en haut Aller en bas
OBSERVATEUR
sergent chef
sergent chef


messages : 271
Inscrit le : 22/08/2009
Localisation : GMAA
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 13:32

vous remarquerez qu'il est extremement dificile d'obtenir la nationalité marocaine alors que la francaise s'obtient les doigts dans le nez ou il suffit de faire un mariage gris avec un pigeon francais pendant 4 ans (2 s'ils font un bebé) d'etre un bon etudiant ou de faire la legion etrangere ou meme d'inventer des histoires a dormir debout comme najlae el himer avec son soit disant mariage forcé si elle revenait au maroc...

un ami francais a fait sa carte de sejour, ils lui ont demander l'extrait du casier judiciaire, s'il a commis un delit hors le maroc il ne l'aura pas, on ne rigole pas chez nous et tant mieux, en france il y a des imams ex maquisards du gia qui sont en toute legalitée sur le sol gaulois.

_________________
Aime la vérité, mais pardonne à l'erreur.

VOLTAIRE
Revenir en haut Aller en bas
ScorpionDuDesert
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 446
Inscrit le : 15/08/2010
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 14:20

OBSERVATEUR a écrit:
[...] la francaise s'obtient les doigts dans le nez ou il suffit de faire un mariage gris avec un pigeon francais pendant 4 ans (2 s'ils font un bebé) d'etre un bon etudiant ou de faire la legion etrangere [...]

Eh bhein ça alors ! Il faut arrêter de regarder les médias Français ! (Aux USA c'est la sécurité, en France c'est l'immigration)
Le discours que tu tiens été vrai il y a 20 ans !
voilà quelques cas :
- Un ami ingénieur rémunéré 33k a reçus une lettre d'expulsion !
- Un ami élève ingénieur née en France et qui a vécu 6 ou 7 ans en France a abandonné les démarches de naturalisation à cause des complications volontaires.

OBSERVATEUR a écrit:
[...]
un ami francais a fait sa carte de sejour, ils lui ont demander l'extrait du casier judiciaire, s'il a commis un delit hors le maroc il ne l'aura pas, on ne rigole pas chez nous et tant mieux, [...]

Une amie ivoirienne a été mécontente (limite en colère) quand un gars du consulat du Maroc lui a dis que pour obtenir un visa il lui faut une attestation d'hébergement ! monkey. Au Maroc il y a des lois (souvent plagiées) mais qu'il faut respecter ! et notre système et encore soft ! penses-tu que les français passe un test de langue avant d'aller au Maroc ? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
OBSERVATEUR
sergent chef
sergent chef


messages : 271
Inscrit le : 22/08/2009
Localisation : GMAA
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 14:31

je parlais de carte de sejour afin de pouvoir rester legalement au maroc plus de 3 mois, il lui faut egalement justifier d'au moin 200 dh par jour de revenus preuve a l'appui (relevé bancaire entre autre)

un francais n'a pas besoin de visa ni de savoir parler en arabe car la ou il va on parle sa langue, quand il s'instale il achete une maison, fait bosser des ouvriers qui lui facturent 5 fois plus, a une bonne majeure qui ne sera jamais maltraitée, se fait virer sa retraite qui est benefique pour la reserve en devises du pays ou cree une affaire alors qu'un ivoirien par exemple non seulement son pays deteste la france, mais en plus s'il n'est pas etudiant ou va en france pour des soins dans 75 % de scas restera labas une fois son visa expiré tout comme nos compatriotes, n'apporte rien du tout au shmilblik sinon ses problemes et traditions qu'il imposera.

_________________
Aime la vérité, mais pardonne à l'erreur.

VOLTAIRE
Revenir en haut Aller en bas
ScorpionDuDesert
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 446
Inscrit le : 15/08/2010
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 16:20

OBSERVATEUR a écrit:
un ivoirien par exemple non seulement son pays deteste la france, mais en plus s'il n'est pas etudiant ou va en france pour des soins dans 75 % de scas restera labas une fois son visa expiré tout comme nos compatriotes, n'apporte rien du tout au shmilblik sinon ses problemes et traditions qu'il imposera.

ScorpionDuDesert a écrit:

Une amie ivoirienne a été mécontente (limite en colère) quand un gars du consulat du Maroc lui a dis que pour obtenir un visa il lui faut une attestation d'hébergement !

Pour les retraités euros, je pense que samy les aime autant que moi Very Happy Je le laisserai agir à ce sujet !
Revenir en haut Aller en bas
Viper
Modérateur
Modérateur


messages : 7645
Inscrit le : 24/04/2007
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Mar 12 Avr - 17:55

C'est pas le sujet Barbaros

_________________
Gloire à nos aïeux  

Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur


messages : 21542
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Ven 23 Sep - 14:36

Être Marocain ... C'est être un Bon Citoyen

Citation :


Le Marocain Mhammed Abbad Andaloussi reçoit à New York le prix "Clinton Global Initiative" de la Citoyenneté mondiale


New York, 23/09/11 - Le Marocain Mhammed Abbad Andaloussi, a reçu, jeudi soir à New York, le prestigieux prix de la citoyenneté mondiale de la fondation "Clinton Global Initiative" (CGI) pour son action en faveur du système éducatif au Maroc.



Cet ancien banquier a réussi à initier une collaboration entre le monde des affaires et la communauté scolaire à travers les projets "Al Jisr" et "Injaz Al Maghrib".

Ces deux projets, qualifiés par l'ancien président américain Bill Clinton, fondateur de l'ONG éponyme, de "modèle pour le monde arabe et même pour les Etats-Unis", encouragent respectivement le monde des affaires à intégrer l'école et le développement de l'esprit d'entrepreunariat chez les jeunes.

"Aujourd'hui nous honorons six leaders exceptionnels", a dit Bill Clinton à cette occasion aux récipiendaires du prix dont le célèbre chanteur Sting pour son action en faveur de l'environnement et de l'énergie et l'ancien ministre français Philippe Douste-Blazy pour sa mobilisation en faveur de la santé mondiale.

Ce prix a été décerné lors d'une soirée en présence de Bill Clinton et de quelque 1200 personnalités du monde des affaires, de la culture, des arts et de la mode, dont de grands dirigeants de multinationales, la chanteuse Barbara Streisand, le chanteur somalien de Hip Hop K'Naan qui avec Sting ont animé la soirée.

M. Andaloussi, qui s'exprimait à cette occasion, a affirmé que "les économistes ont toujours recherché un raccourci pour réduire le fossé entre les pays en voie de développement et les pays développés", faisant part de son "intime conviction que ce raccourci existe : C'est l'Ecole d'excellence".

"Les entreprises peuvent contribuer à l'amélioration de la qualité de l'éducation non seulement par des contributions financières mais surtout par une implication dans les conseils de gestion des écoles et dans la stimulation de l'esprit d'entreprise des jeunes", a-t-il estimé.

Créée en 2007 à l'initiative de l'ancien président américain, Bill Clinton, "Clinton Global Initiative", réunit des leaders mondiaux pour formuler et mettre en oeuvre des solutions innovantes à certains des problèmes les plus urgents dans le monde.

Les prix sont décernés aux personnalités qui ont démontré leur capacité novatrice d'avant-garde, dans quatre secteurs, à savoir la société civile, le monde des affaires, la philanthropie et le service public.

Le président Clinton a salué en ces personnalités "leur habilités singulières pour consolider la société civile", de véritables "visionnaires (qui) nous inspirent tous pour oeuvrer en vue de devenir de véritable citoyens du monde".






MAP


_________________
Revenir en haut Aller en bas
tshaashh
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1305
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Canada
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Question a choix multiples -_-   Ven 23 Sep - 15:50

TEL QUEL n488
A prendre comme d'abiture avec un esprit critique Wink

http://www.telquel-online.com/488/couverture_488.shtml

Citation :
Enquête. Pourquoi le marocain ne s’aime pas

“Corrompu, corrupteur, menteur, servile, hypocrite, faux, non ponctuel, paresseux, absentéiste, partial, cupide, sans parole, impoli, indélicat, agressif, maltraitant, incivique, bruyant, polluant, irresponsable, parlant à haute voix en public, n’admettant pas ses fautes… le Marocain est ainsi… Ici et maintenant”. Ces mots, écrits en 2009 par le sociologue Abdessamad Dialmy, résument l’image qu’ont les Marocains d’eux-mêmes. Décryptage.

Casablanca, boulevard Abdelmoumen, 9 h du matin dans un petit taxi. L’atmosphère intenable est caractéristique d’une conduite en heure de pointe. Depuis la banquette arrière, une trentenaire BCBG fixe le compteur. Son regard se fait plus insistant à mesure que le véhicule s’enfonce, travaux du tramway obligent, dans des détours accommodants pour son conducteur mais coûteux pour ses trois passagers. La jeune femme flaire l’arnaque. Certes, l’avenue est sens dessus dessous, mais elle n’en reste pas moins praticable. Le chauffeur ne chercherait donc qu’à gonfler une course déjà amortie par le premier client. Arrivée à destination, elle fait semblant d’ignorer le compteur et préfère s’enquérir verbalement du montant de la course, des fois que le chauffeur lui annoncerait un prix inférieur, aligné sur ce qu’elle paie d’habitude. Ce dernier lui annonce le prix tel qu’affiché, qu’elle paie la mine décomposée, avant de sortir et de claquer violemment la porte en grommelant “tfou âla k7al rass”, une insulte à laquelle il répond en beuglant “jiâana”, non sans postillonner sur son pare-brise.
Cette scène est révélatrice d’un mal qui ronge les Marocains, celui du désamour de soi. Ils ne s’aiment pas et placent leur haine dans leurs concitoyens dès lors que la situation le permet. La cliente insulte le groupe ethnique auquel appartient le chauffeur et dont elle fait elle-même partie, et le chauffeur la traite de crevarde alors que c’est lui le voleur dans l’histoire, pour l’avoir escroquée en toute impunité. Les deux projettent l’un dans l’autre ce qu’ils n’osent pas se reprocher à eux-mêmes, bien qu’ils en soient conscients.

Je ne t’aime pas parce que je ne m’aime pas
“K7al rass”, “tfou âla blad”, “lmaghrib dima lor lor”... autant d’invectives qui ont pour dénominateur commun le Marocain. Le Marocain ne s’aime pas parce qu’il est marocain, et de fait, n’aime pas son semblable. Il projette sur l’autre son propre ressentiment car “la perception qu’il a de lui-même et de l’autre est dévalorisante. Ce qu’il n’aime pas chez lui, il ne peut pas l’aimer chez l’autre”, note le sociologue Abdessamad Dialmy. “Nous vivons dans une situation de marasme, affirme quant à lui le psychologue et sexologue Aboubakr Harakat. On ne peut pas s’aimer lorsqu’on veut littéralement fuir son pays”. Pour lui, plus fort encore que la haine de soi, le Marocain s’en veut de ne pas réussir à devenir meilleur. Il s’en veut de faire partie d’un système où l’enseignement est défaillant, où la corruption fait loi, où il n’a aucun référentiel d’identification. “L’amour de soi ne peut aller qu’avec le civisme et le respect”, poursuit le psychologue. L’analyse du professeur Dialmy touche directement à l’identité du Marocain : “Quel est le pourcentage de la religion, de la modernité, du sexe dans l’identité plurielle du Marocain ? On ne connaît pas ce dosage”. Aussi, notre compatriote serait plus enclin à se focaliser sur la mauvaise réputation, vraie ou fausse, qu’il traîne à l’étranger, et compenserait par un patriotisme ostentatoire, artificiel et primaire. “Que veut dire fier d’être marocain ?”, interroge Dialmy. Est-ce brandir le drapeau, applaudir les victoires des sportifs et saluer le succès des Marocains à l’étranger ? Trop superficiel pour être sincère, selon le sociologue. “Et encore, nuance Harakat, on peut afficher ce semblant de fierté en disant : oui mais moi aussi, si j’étais à l’étranger, j’aurais pu faire pareil, au moins”. Paradoxalement donc, le Marocain se dénigre et affiche sa sensibilité patriotique, à fleur de peau. “Le drapeau, ce vert et ce rouge sont peut-être le seul dénominateur commun qui nous reste et sur lequel on s’accorde, parce qu’on a le sentiment d’être perdus ailleurs”, avance le psychologue. L’avis de Dialmy est plus tranché : “On ne peut être fiers de notre pays que s’il nous traite en tant que citoyen, quand l’Etat nous garantit ses services sociaux. Lorsqu’on voit qu’une minorité monopolise les richesses du pays, que l’élite politique se reproduit et reste au pouvoir, il n’y a pas de quoi être fier. Le Marocain le sait et le vit au quotidien”.

On préfère le blanc
S’il ne s’aime pas, le Marocain montre l’étranger comme exemple, préfère l’Occidental au compatriote. Modèle suprême de la rectitude et de la convenance, les exemples de discrimination au profit de l’étranger ne manquent pas : du propriétaire qui préfère louer à des expatriés sous prétexte qu’ils seraient plus propres à l’hôtelier qui s’adresse au moins foncé d’un couple mixte, en passant par l’employeur prêt à payer le double à un candidat dont le patronyme est à consonance étrangère, ces pratiques sont monnaie courante dans le plus beau pays du monde. “On préfère au Marocain un Français ou un Allemand, plus compétents et honnêtes. Il peut arriver qu’un Marocain soit compétent mais ça ne suffit pas, on se dit que sa parole ne sera pas tenue, que sa ponctualité et son rendement ne sont pas garantis. On le constate dans l’administration publique, où des vestes attendent sagement sur des chaises leurs propriétaires absents”, souligne Abdessamad Dialmy. Ce n’est pas qu’une question d’honnêteté. Pour nos concitoyens, l’Occidental est le mètre-étalon du meilleur tout court. “Jiti b’hal chi nasrani” et “jiti marroki” sont les deux extrêmes de l’échelle de l’évaluation esthétique à la marocaine. Ne qualifie-t-on pas de “gawriya” une mentalité atteignant des sommets paroxystiques d’ouverture ?
Pour Aboubakr Harakat, cette autodévalorisation serait une manifestation du complexe du colonisé. “C’est notre fierté qui est mise en berne. On est encore rattachés mentalement à celui qui est au nord”. On ne l’aime pas pour autant : il a beau être plus riche et plus moderne, l’Occidental n’est pas musulman, et le musulman est “forcément meilleur”, puisqu’il est dans la voie de Dieu, pour reprendre les termes d’un internaute marocain. De l’avis du journaliste, écrivain et dramaturge Driss Ksikes, cette résurgence du protectorat serait plutôt une démonstration de sournoiserie sous couvert de génuflexions. “C’est beaucoup plus complexe que ça. Avec le temps, les Marocains se sont aussi rendu compte qu’il y a des étrangers arnaqueurs. Ça va dans les deux sens, le Marocain sait que l’étranger l’exploite et fait de même. Il va même jusqu’à vendre son image comme étant quelqu’un de meilleur pour maximiser son profit”, pour mettre en exergue le fossé entre ce qui est communiqué et ce qui est pensé. Il suffit de se promener dans n’importe quelle grande ville pour le constater : les touristes étrangers sont escroqués en toute impunité pour peu que leur faciès trahisse leurs origines. “Les deux seules fois où je suis venu au Maroc, j’ai eu ma dose de taxis au tarif de nuit en plein jour et des garçons de cafés qui se servent tout seuls dans ma monnaie pour leur pourboire” témoigne Mathias, un jeune Français de 27 ans. Quant aux comparaisons auxquelles se livrent les Marocains avec le monde arabe et le racisme manifeste envers les autres peuples d’Afrique, c’est une tout autre paire de manches…

Quid de la méfiance
“Je ne fais même pas confiance à mon propre frère, et tu crois que je vais te prêter de l’argent ? Tu crois que je ne connais pas f3ayel lemgharba ?”. Voici comment Ahmed, 33 ans, clôt la conversation entamée quelques minutes plus tôt par son voisin, venu lui emprunter quelques centaines de dirhams pour régler ses factures d’eau et d’électricité. Ce bref échange est symptomatique des rapports sociaux au Maroc. Si le cliché du Marocain serviable et hospitalier a bon dos, il traîne aussi une réputation de tricheur, louvoyeur, indigne de confiance. Pour Abdessamad Dialmy, la méfiance règne en morale : “Comme toutes les corruptions sont possibles, le Marocain vit sur ses gardes. Tant qu’il ne coupe pas avec les mauvaises traditions, les survivances, le népotisme et le clientélisme, il aura toujours peur d’être volé, arnaqué, agressé, violenté, emprisonné, trahi”. Et agira en conséquence. Cette méfiance, pour Driss Ksikes, est une répercussion directe du “mépris sous-jacent de ceux qui sont injustement détenteurs de privilèges”. En somme, une hogra inversée, dirigée contre ceux qui la pratiquent. C’est ce “sentiment de prédation autorisé et orchestré”, pour reprendre les mots de l’écrivain, qui pousse les Marocains à ne pas se faire confiance, parce que conscients des vices de leurs semblables.
“Entre Marocains, on se comprend, on se connaît par cœur. Dans le sens où je peux fermer les yeux sur une duperie, tout en sous-entendant à l’autre de ne pas exagérer, mat3ye9ch quoi”, affirme Morad, étudiant. Il ajoute : “Je sais que l’autre peut me faire un sale coup, tout comme je sais que, de toutes les façons, je pourrais en faire de même. Chacun ne cherche que son propre intérêt”. C’est ce que notre dramaturge appelle un “marché de dupes consentants” : aussi durs que soient les Marocains envers eux-mêmes, il y a un accommodement perpétuel, un marchandage quasi permanent dans les pratiques quotidiennes et sociales. “On a souvent l’impression que les gens sont ouverts, blagueurs, qu’ils se lient rapidement d’amitié. Tout cela est artificiel”, tonne Abdessamad Dialmy, pour expliquer que derrière une façade d’ouverture, le Marocain est constamment sur ses gardes, car “comment voulez-vous que l’on fasse confiance à l’autre, si l’on n’a aucune confiance dans nos institutions ?”. Pour Aboubakr Harakat, toutes les frustrations du Marocain viennent d’en haut. Même son de cloche du côté du sociologue, qui estime que “la base de confiance, c’est l’Etat”, et que ce dernier n’honore pas son contrat. “C’est comme si le sens du collectif n’existait pas. Le registre de l’individualisme est poussé à l’extrême, et nous avons l’impression de fonctionner en silos”, explique Driss Ksikes. Selon ce dernier, plus qu’un manque de confiance ambiant, notre société souffrirait d’une “violence sourde, épidermique, à la lisière du réel et à peine visible, qui fait irruption de temps en temps”.

Fatalité vs dignité
L’autodévaluation de nos concitoyens va souvent de pair avec un sentiment de fatalité. Des expressions telles que “les Marocains ne changeront jamais”, “on n’est bons qu’à râler”, “ghir khalliha 3allah” sont presque devenues des tics de langage. Comme si le peuple parlait d’une seule et même voix passive, conscient de ses maux et incapable de s’en dépêtrer. Pour Driss Ksikes, c’est parce que les gens ne se regardent pas en face et sont en fuite permanente. Nous serions donc dans le “règne de l’à peu près”, où l’approximation n’est plus une tare mais une espèce de norme hybride, celle du “ghir 3addi, sellek, 7na fel Maghrib” (comprenez, laisse courir, fais avec, nous sommes au Maroc). Abdessamad Dialmy explique que si le Maroc jouit d’une image positive par rapport aux autres pays arabes, de par son ouverture démocratique, cela ne joue pas dans l’imaginaire, au niveau de la sensibilité quotidienne du Marocain. “Malgré l’ouverture politique, le Marocain n’a pas gagné grand-chose au niveau de l’estime de soi. Au contraire, elle a été accompagnée par une mauvaise instrumentalisation de la liberté”. Une ouverture de façade, encore une fois, dans un pays rongé par la corruption et l’injustice. “Lorsqu’on compare les chansons des années 1970 et celles d’aujourd’hui, on se rend compte que le malaise était politique et qu’il est aujourd’hui socio-économique”, analyse Aboubakr Harakat. Si le sexologue estime que le mal-être n’est pas simplement l’apanage des Marocains, il soutient mordicus que “l’on a plus de liberté pour s’exprimer, mais l’on vit toujours aussi mal au quotidien”. “Les Marocains sont en souffrance psychologique, il suffit de consulter l’enquête du ministère de la Santé sur la santé mentale”, assure-t-il. On déprime, notre image de nous-mêmes est détériorée et, oui, nous sommes schizos : “Pas dans le sens psychopathologique, mais nous souffrons clairement d’un dédoublement de la personnalité”, explique Harakat.
Outre le tiraillement entre tradition modernité, il y a une envie d’aller de l’avant tout en prônant l’apathie. “On voudrait que les choses changent sans y participer. On use et abuse de passe-droits quand on peut le faire. Nous sommes habitués à l’assistanat économique et mental”, résume le sexologue. Une note d’espoir, cependant : “Aujourd’hui, il y a encore le 20 février qui peut nous réveiller. Les Marocains, pendant 40 ans, ont, comme le roseau, plié sans rompre. Bien sûr, ça ne s’est pas passé sans heurts”. Et là, un seul mot revient : dignité. Scandé au Maroc et dans tout le monde arabe lors de son printemps, devenu synonyme de liberté, cet appel à recouvrer la dignité est peut-être la première étape pour réussir à s’aimer soi-même. Pour Ksikes, “c’est être debout, avoir une colonne vertébrale, ne pas courber l’échine ou faire courbette pour obtenir un droit. C’est être un humain dans une cité qu’il construit, où il ne se sent pas subalterne au service de maîtres qui tiennent les lieux”. Et de conclure : “La dignité, c’est l’antithèse de la servitude”. En attendant de s’aimer, on peut déjà aimer l’idée.


Interview Abdessamad Dialmy, sociologue
“Nous avons besoin d’une morale civile”

En 2009, le sociologue Abdessamad Dialmy publiait sur son blog un texte qui interroge le désamour du Marocain pour lui-même. Deux ans plus tard, il livre à TelQuel de nouveaux éléments d’analyse.


Pourquoi le Marocain ne s’aime-t-il pas ?
Le Marocain a une très mauvaise opinion de lui-même. Le Marocain s’automéprise, se sait et se sent corrompu, corrupteur, menteur, servile, calculateur, hypocrite, faux, opportuniste, écrasé, n’ayant aucun droit... non-citoyen en un mot. Comment voulez-vous que quelqu’un qui se perçoit ainsi, qui se sent ainsi, arrive à s’aimer ? Il y a un refus perpétuel de soi, refus qui débouche sur le refus de l’autre Marocain, semblable. Ne pas s’aimer soi-même renvoie à un profond sentiment de frustration et relève de privations diverses. Il en découle des comportements agressifs, au quotidien, qui vont de la simple incivilité ou impolitesse, à l’agression verbale et physique.

Comment expliquez-vous ce désamour de soi ?
Le déterminant central de ce désamour de soi est de nature politique. Ce n’est pas dans nos gènes, ce n’est pas dans notre nature. On a fait le Marocain comme ça, on l’a voulu comme ça, dénué de valeurs, de sens moral. Les morales religieuse et civile se rejoignent dans le commandement du bien. Faire le bien est initialement une valeur religieuse qui s’est sécularisée dans la société moderne, celle-ci commande également de faire le bien, mais au nom d’une morale civile, sans transcendance. La morale religieuse impose de faire le bien grâce à l’espoir du paradis et/ou à la peur de l’enfer. Elle s’adresse à l’homme comme on s’adresse à un enfant, en termes de récompense ou de châtiment. Par contre, la morale civile est une morale citoyenne qui invite au bien pour réussir le vivre-ensemble dans la convivialité et dans la liberté. Elle traite les citoyens comme des adultes. L’Homme y est au centre. Le malheur du Marocain, c’est que le système politique lui a fait perde la morale religieuse sans le faire accéder à la morale civile. Au contraire, il l’a débauché.

Pourtant, on parle depuis quelques années d’un retour du religieux au Maroc…
En fait, on revitalise la religion comme moteur politique, comme moyen de condamner les gens dans leur quotidienneté, comme instrument servant surtout à délégitimer le pouvoir. Cette revitalisation de la religion n’est pas une revitalisation de la foi comme émotion, comme spiritualité et comme amour, c’est plutôt l’émergence d’une religiosité vindicative et accusatrice, comptable, servant un agenda politique. La religiosité islamiste prédominante n’est pas une volonté de vivre ensemble dans la paix et dans la tolérance. A ce titre, j’ose avancer que la religion a disparu comme morale pratique et comme pratique morale. Dans le meilleur des cas, elle est moralisme, c’est-à-dire appel à la morale, un appel vain, inadapté.

Quelle est la différence entre les morales religieuse et civile ?
Contrairement à la morale religieuse, la morale civile n’a pas besoin d’une force supérieure transcendante. Elle résulte d’un contrat social, elle est mise en place par la société elle-même, par les membres d’une société qui s’accordent à respecter certaines valeurs afin de vivre ensemble dans la paix. Chaque citoyen respecte cette morale parce que c’est la sienne, et chacun y met du sien. La morale civile promeut l’égalité des citoyens indépendamment de leurs sexe, ethnie, religion, couleur, statut matrimonial, orientation sexuelle...

Y a-t-il une explication à cet état d’entre-deux ?
Cet entre-deux est l’expression d’une transition qui dure depuis des années parce qu’aucun choix idéologique clair n’a été fait par le politique. On veut jouer et gagner sur les deux tableaux, le religieux et le moderne. Du coup, on vit à la carte. On pioche ici et là, selon la conjoncture, selon les intérêts. D’une part, nous sommes dans un système où l’on veut avoir l’islam comme religion d’Etat tout en refusant d’être un Etat théocratique. D’autre part, on veut avoir la démocratie comme système politique tout en refusant la laïcité. On ne va au bout ni de la logique religieuse ni de la logique moderne. On prétend concilier. On fait du bricolage politique. C’est de ce bricolage que résulte notre errance politique, notre débauche morale.

Comment y mettre fin ?
Il nous faut un système politique laïc qui impose une morale civile comme morale publique et qui maintient la religion comme foi privée librement choisie. C’est la morale du citoyen digne, fort de ses droits. Cette morale civile, la seule à devoir réguler l’espace public, est aussi la seule à devoir être à la source du droit, y compris le droit de la famille et de la sexualité. Rien n’empêche le droit positif de reprendre certains interdits religieux et de leur donner un caractère civil, mais ce droit positif émane d’une volonté populaire changeante, en devenir constant selon l’opinion politique majoritaire. En même temps, la laïcité garantit au roi d’être le Commandeur des croyants et à l’individu le droit d’exercer librement sa foi et son culte, de ne pas les exercer ou de ne pas en avoir. L’important est que l’espace public soit régulé par une morale civile, religieusement neutre, qui s’impose à tous les citoyens. Bien entendu, avec des pouvoirs législatif et exécutif non issus d’élections honnêtes, le Marocain ne cessera jamais de s’automépriser, et les Marocains ne cesseront pas de se mépriser mutuellement. Dans le système politique actuel qui le dévalorise en dévalorisant sa voix et sa participation, le Marocain ne peut pas s’aimer. Le Mouvement du 20 février a probablement enclenché une dynamique qui réhabilite le Marocain à ses propres yeux… Dire non à la hogra, c’est le début de l’amour de soi.



Nostalgie C’était mieux avant ?
“C’était mieux avant”, ont tendance à nous répéter nos parents. Pourquoi ? “Parce que c’était avant”, tout simplement. La légende urbaine veut que le Marocain ait été plus solidaire, plus honnête, plus fier et plus intègre “avant”. De là à situer cette période, les théories sont nombreuses. Selon Harakat, pour qui le dernier “vrai” signe de fierté commune a été signé par la Marche verte, notre estime de soi aurait pris un coup, dans les années 1980, à cause des charges politiques et économiques qu’a connues le pays. Pour Abdessamad Dialmy, le désamour a commencé lorsqu’on a voulu, après mars 1965, “construire un peuple docile et ignorant, pour ne pas prendre le risque, en les instruisant, de créer des contestataires”. Pas de nostalgie du côté du dramaturge Driss Ksikes : “Les choses se construisent dans la durée et l’histoire. Nous avons formé un Etat faible - qui fonctionne par répression, contournement et compensation - et une société faible, dans laquelle les structures sont en délitement”.


Marocanité Citoyen in progress
“J’aime mon pays, mais je l’aimerais plus s’il était juste”. Cette citation de Camus, tirée de sa Lettre à mon ami allemand et empruntée par Driss Ksikes sur Facebook, a déchaîné les passions et les commentaires, appliqués à la sauce marocaine. “Je ne sais pas ce que veut dire être marocain”, nous dit Ksikes. “Je sais juste ce qu’est être humain au Maroc”. Exit donc le nombrilisme identitaire, l’exception marocaine et toutes formes d’expressions galvaudées au fil des mois, “nous sommes un pays d’individus”. Pour Abdessamad Dialmy, la marocanité est synonyme de citoyenneté…. Et elle n’existe pas encore. “Lorsqu’on définit un Marocain, on met en valeur une ou plusieurs composantes de son identité : riche, noir, pauvre, Fassi, âaroubi… Nous en sommes encore à un stade de pré-marocanité, de pré-citoyenneté. Le fait de ne pas se sentir citoyen, indépendamment de notre statut socio-économique, fait que le Marocain se méprise et en fait profiter les autres”. Pour Ksikes, “il y a surtout une défaillance de l’espace commun, des règles qui permettent de vivre ensemble”. “Un Etat fort et une société forte sont fondés sur le savoir, la transparence, la confiance mutuelle et les valeurs. Cela passe par le diptyque liberté, non négociable, et justice, valable pour tous”. Cela passe aussi par des “structures d’intermédiation fortes, qui font confiance et donnent confiance” On en est encore loin. Sans Etat vertueux, une citoyenneté marocaine ne peut pas exister.


Autodérision Un Joummani pour le dire
Il fut un temps où projeter ses maux sur la personne de Khatri Ould Saïd Joummani était un sport national. En octobre 1975, Joummani, grand cheikh du Sahara, officialise son allégeance à Hassan II. C’était à quelques jours de la Marche verte, à une époque où douter de la marocanité du Sahara était plus répréhensible, voire condamnable. “Joummani est à l’origine de la bey’a. Pour ceux convaincus que le Sahara n’était pas marocain, il était l’exemple type de l’idiot qui s’est fait avoir”, avance le professeur Dialmy. Cette allégeance a sonné le glas de toute une ère d’humour estampillé “Joummani”. Les Marocains ne tarissaient pas d’imagination pour le tourner en bourrique. Tour à tour dépeint comme imbécile (Joummani qui, de peur de souiller des toilettes en or massif, préfère déféquer dans sa chaussette), fruste (Joummani quémandant un dirham à Hassan II pour acheter des fèves à des dirigeants africains) et peu maniéré (Joummani, pressé de manger, informant une assemblée de dirigeants arabes que la wahda n’est pas l’unité mais 13h, comprendre l’heure du déjeuner), Joummani faisait surtout office de médiateur pour le peuple marocain, un moyen de faire passer des messages sans subir l’ire du régime. “En racontant des blagues sur Joummani, on exprimait son opinion politique” ajoute Dialmy.


Lexique du désamour
K’hal rass. Par opposition à “z’âar rass”, façon de magnifier l’Occidental, moralement et éthiquement considéré comme supérieur au Marocain.
F’âayl lmgharba. Les manières des Marocains. Locution à connotation négative pour signifier que les Marocains ne sont capables que du pire.
Beldi / beldiya. Du terroir. Terme péjoratif qui s’applique surtout à la Marocaine s’habillant en tenue traditionnelle et ne parlant que la darija et un français rudimentaire. En somme, ne montrant aucun signe de distinction occidentale.
Hna ghir mgharba. Nous ne sommes que des Marocains. Dénote un sentiment d’autodévalorisation.
Aaroubi. de l’arabe “âarabi”, bédouin ou campagnard. Se dit du Marocain mal fagoté, ignorant et fruste.
Guerbouz. Individu teigneux de petite taille. Sert aussi d’insulte à l’encontre des berbères.
Blad dial walou, zeft, lkhra, etc. Pays de rien, de merde, de saleté… Rayez la mention inutile. Marque la frustration de vivre dans un pays où tout va mal.
Bouzebbal. De “zbel”, ordure. Individu issu des quartiers populaires, au teint terne et aux manières vulgaires.
Khich pich. Terme décrivant une catégorie de la population particulièrement agressive, généralement jeune et sévissant principalement dans les stades de foot. Son origine découlerait de l’injure “indoubikhich”, très en vogue durant les années 1980, qui elle-même tire son origine du français “les indigènes”.
Mrayqi. De “marqa” (ragoût), variante de “rchaywi”, corrompu. Se dit du Marocain vicieux, fourrant son nez partout où il flaire le pactole ou lgamila (la marmite). Variante : Chaâb lmarqa (peuple du ragoût).









_________________
Citation :
One should then look at the world of creation. It started out from the minerals and progressed, in an ingenious, gradual manner, to plants and animals. [...] The animal world then widens, its species become numerous, and, in a gradual process of creation, it finally leads to man, who is able to think and to reflect. The higher stage of man is reached from the world of the monkeys, in which both sagacity and perception are found, but which has not reached the stage of actual reflection and thinking. At this point we come to the first stage of man after (the world of monkeys). This is as far as our (physical) observation extends.


Ibn Khaldoun, Al Mouqaddimah (1377 - Franz Rosenthal translation), Ch.1
Revenir en haut Aller en bas
tshaashh
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1305
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Canada
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Ven 23 Sep - 16:04

Mon opinion sur ce que l'article de TEL QUEL rate: Le Marocain, et le maure avant, n'ai jamais fait partie d'un pays isole. Le Maroc a toujours ete expose a des influences qui l'ont transforme. Or nous commencons juste a avoir quelques instruments intellectuels entres autres pour utiliser et canaliser ces influences a notre profit et sous notre controle. Le Maroc est l'un des pays dont la nature frontaliere (entre continent, religion, civilisation, status economique, composition ethnique, alliances militaires et politiques, aspirations intellectuelle/modeles de societes) lui impose un changement continu de facto, tandis que la societe est habituee au conservatisme et meme a un certain idealisme.

Je crois qu'une grande partie du "mecontentement" de soi viens de pression psychologique a vouloir etre beacoup de choses a la foi, a commencer par l'ideologie officieuse et nationale "assala wa mou3assara" (authenticite et modernite), chose qui peut parfaitement se faire si elle s'accompagne de la bonne pedagogie (officielle ou academique ou meme partisane).

En meme temps, cette marche forcee de la nation marocaine a demontre quleque chose alhamdoulillah, qui figure bien dans l'article: le marocain plie mais ne casse pas.

C'est ce que je retiens de l'identitee marocaine: tel un roseau, plie mais ne casse pas. Et je crois que cela doit etre une source de fierte

_________________
Citation :
One should then look at the world of creation. It started out from the minerals and progressed, in an ingenious, gradual manner, to plants and animals. [...] The animal world then widens, its species become numerous, and, in a gradual process of creation, it finally leads to man, who is able to think and to reflect. The higher stage of man is reached from the world of the monkeys, in which both sagacity and perception are found, but which has not reached the stage of actual reflection and thinking. At this point we come to the first stage of man after (the world of monkeys). This is as far as our (physical) observation extends.


Ibn Khaldoun, Al Mouqaddimah (1377 - Franz Rosenthal translation), Ch.1
Revenir en haut Aller en bas
tshaashh
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1305
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Canada
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Sur l'aspect Genealogie Genetique   Ven 23 Sep - 16:11

Les etudes de genealogie genetique sont fascinantes, mais ne jamais oublier Wink la verite est toujours plus complexe, SVP a prendre, comme d'habitude avec un esprit critique.

J'ai pris l'article de Wikipedia parcequ'il est bien documente:



Distribution of Y haplotype EM-81 E1b1b1b in North Africa, West Asia and Europe. Data psuedocolored based on data in Table 1. from (Am J Hum Genet. 2004 May; 74(5): 1023–1034.) Regions with stripes indicate data given twice of a region but substantively different values. For albania, the colors indicate Calabrian Albanians or Albanians, For Israel the colors are either Ashkenazi or Sephardic Jews. The map from which the boundaries were derived was rebordered black, bodies of water were recolored blue. The image was painted in paintbrush.


Citation :
E1b1b1b1 (E-M81), formerly E1b1b1b, E3b1b, and E3b2, is the most common Y chromosome haplogroup in the Maghreb, dominated by its sub-clade E-M183. It is thought to have originated in the area of North Africa 5,600 years ago.[2][24] This haplogroup reaches a mean frequency of 42% in North Africa, decreasing in frequency from approximately 80% or more in some Moroccan Berber populations, including Saharawis, to approximately 10% to the east of this range in Egypt.[24][25][26] Because of its prevalence among these groups and also others such as Mozabite, Middle Atlas, Kabyle and other Berber groups, it is sometimes referred to as a genetic "Berber marker". Pereira et al. (2010) report high levels amongst Tuareg in two Saharan populations - 77.8% near Gorom-Gorom, in Burkina Faso, and 81.8% from Gosi in Mali. There was a much lower frequency of 11.1% in the vicinity of Tanut in the Republic of Niger.
E-M81 is also quite common among North African Arabic-speaking groups. It is generally found at frequencies around 45% in coastal cities of the Maghreb (Oran, Tunis, Tizi Ouzou, Algiers).[27]


Distribution of E1b1b1b1 in select areas of Africa, Asia and Europe
In this key area from Egypt to the Atlantic Ocean, Arredi et al. (2004) report a pattern of decreasing STR haplotype variation (implying greater lineage age in those areas) from East to West, accompanied by a substantial increasing frequency. At the eastern extreme of this core range, Kujanova et al. (2009) found M81 in 28.6% (10 out of 35 men) in El-Hayez in the Western desert in Egypt.
Arredi et al. (2004) believe the pattern of distribution and variance to be consistent with the hypothesis of a post Paleolithic "demic diffusion" from the East. The ancestral lineage of E-M81 in their hypothesis could have been linked with the spread of Neolithic food-producing technologies from the Fertile Crescent via the Nile, although pastoralism rather than agriculture. E-M81 and possibly proto-Afroasiatic language may have been carried either all the way from Asia, or they may represent a "local contribution to the North African Neolithic transition". According to Shomarka Keita, a Near Eastern origin of proto-Afroasiatic speakers carrying E-M81, or its ancestral lineage, is inconsistent with the linguistic evidence, which seems to indicate an African origin of Proto-Afro-Asiatic speakers. Keita argues that there is no autochthonous presence of E-M81 in the Near East, indicating that M81 most likely emerged from its parent clade M35 either in the Maghreb, or possibly as far south as the Horn of Africa.[28]
In Europe, E-M81 is found everywhere but mostly in the Iberian Peninsula Spain, where unlike in the rest of Europe[Note 6] it is more common than E-M78, with an average frequency of around 5%. Its frequencies are higher in the western half of the peninsula with frequencies reaching 8% in Extremadura and South Portugal, 9% in Galicia, 18% in Western Andalusia and Northwest Castile and 9% to 17% in Cantabria.[18][29][30][31][32] The highest frequencies of this clade found so far in Europe were observed in the Pasiegos from Cantabria, ranging from 18% (8/45)[32] to 41% (23/56).[2] An average frequency of 10.28% (54/652) has also been reported in the Spanish Canary Islands with frequencies over 17% in the three largest islands of Tenerife (10.68%), Gran Canaria (11.54%) and Fuerteventura (13.33%).[33]
E-M81 is also found in France,[2] 2.70 % (15/555) overall with frequencies surpassing 5% in Auvergne (5/89) and Île-de-France (5/91),[34][35] in Sicily (approximately 2% overall, but up to 5% in Piazza Armerina),[36] and in very much lower frequencies in continental Italy (especially near Lucera)[31] possibly due to ancient migrations during the Islamic, Roman, and Carthaginian empires.
As a result of its old world distribution, this sub-clade is found throughout Latin America, for example 6.1% in Cuba,[37] 5.4% in Brazil (Rio de Janeiro), [Note 7] and among Hispanic men from California and Hawaii 2.4%.[38]
In smaller numbers, E-M81 men can be found in areas in contact with the Maghreb, both around the Sahara, in places like Sudan, and around the Mediterranean in places like Lebanon, Turkey, and amongst Sephardic Jews.


_________________
Citation :
One should then look at the world of creation. It started out from the minerals and progressed, in an ingenious, gradual manner, to plants and animals. [...] The animal world then widens, its species become numerous, and, in a gradual process of creation, it finally leads to man, who is able to think and to reflect. The higher stage of man is reached from the world of the monkeys, in which both sagacity and perception are found, but which has not reached the stage of actual reflection and thinking. At this point we come to the first stage of man after (the world of monkeys). This is as far as our (physical) observation extends.


Ibn Khaldoun, Al Mouqaddimah (1377 - Franz Rosenthal translation), Ch.1
Revenir en haut Aller en bas
arsenal29chamakh
2eme classe
2eme classe


messages : 36
Inscrit le : 26/10/2010
Localisation : MON CORPS EN FRANCE? MON COEUR AU BLED
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Sam 24 Sep - 10:23

j'ai pas compris ce que signifie ce schéma ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Être Marocain ?   Aujourd'hui à 19:07

Revenir en haut Aller en bas
 
Être Marocain ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un Marocain part à l’assaut du Kilimandjaro
» Matal Marocain du jour
» Pain marocain de Coco
» Un Canado-Marocain réclame 1 M$
» Le Para Marocain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: