Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Essais nucléaire au Maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Essais nucléaire au Maroc   Ven 8 Jan 2010 - 20:12

ca date de tres longtemps sous je ne sais plus quel sultan, un envoyé (loin d'etre brillant) qui a signé un accord sur ces frontieres actuelles de l'est, la france comptait faire de l'algerie une province francaise à l'époque elle a fait tout pour l'agrandir, quelques dizaines d'années plutard mohamed 5 avait l'occasion de renégocier cet accord avec les francais qu'il a refuser parce que ces soi disant "frères" sont colonisés et qu'il préfère régler le problème entre "frères", quelle naiveté..,, si le maroc n'avait pas attaquer les francais (isly) ca aurait été une autre histoire :-D mais ca a réussi avec les turcs à oujda sous moulay slimane si je me rappele bien lol
aujourd'hui toutes ces histoires ne sont une priorité


Dernière édition par amine222 le Mar 19 Jan 2010 - 21:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Essais nucléaire au Maroc   Lun 18 Jan 2010 - 23:45

Citation :


Pruebas nucleares francesas en el desierto


Argel y Rabat reclaman su soberanía sobre la zona de experimentación del Sahara

Medio siglo después de haber negociado las independencias de sus colonias en el Magreb, el régimen francés vuelve a colocar una bomba de relojería en el frágil equilibrio entre los países de la región. Tras aceptar indemnizar a las víctimas de los ensayos nucleares en el Sahara, París desencadena entre Argel y Rabat una nueva disputa para saber a quién pertenecía la zona en 1960.

Tras un interminable proceso administrativo, la Asamblea Nacional francesa y el Senado han adoptado la Ley que prevé indemnizar a las víctimas de las pruebas nucleares realizadas por Francia en el Sahara y en la Polinesia francesa entre 1960 y 1996. París ha decidido emplear una primera provisión de 10 millones de euros. El ministro de Defensa, Hervé Morin, se ha mostrado satisfecho por “este fin de un capítulo de la historia”.

Un comité presidido por un magistrado y compuesto de médicos y especialistas se encargará de tramitar las peticiones individuales de las víctimas, cuyo único procedimiento es presentar la demanda siempre que se encuentre afectada por alguna de las 18 enfermedades -principalmente cánceres- previstas por Naciones Unidas para el caso. Quedan sin embargo excluidos los niños nacidos con malformaciones cuyos padres sufrieron de la radiación atómica.

Francia ha querido de esta manera cerrar una página de su historia. Pero lo ha hecho activando una bomba de relojería que se añade peligrosamente a las ya execrables relaciones entre los dos vecinos del Magreb, Argelia y Marruecos

Reacción argelina
El asunto de los ensayos nucleares y sus consecuencias ha formado parte de las negociaciones diplomáticas franco-argelinas de los últimos años. Según Argel, las pruebas efectuadas en los polígonos argelinos de Reggan, Ain Ikker, Hamudia y Tan Afella, fueron decididas por De Gaulle. Francia habla de tres pruebas atómicas, mientras que Argel sitúa su número en 17, entre febrero de 1960 y febrero de 1966.


En Argel se constituyó una Asociación de víctimas de los ensayos nucleares, dirigida por el ex oficial del Ejército argelino Mohammed Abdelhak Bendjebbar, que estima el número de afectados en 30.000. Bendjebbar mandaba la unidad militar que entró en los polígonos cuando el Ejército francés abandonó Argelia en 1966. "Entramos sin la menor protección, no teníamos máscaras, ni trajes adecuados, ni contadores Geiger. Ignorábamos lo que nos íbamos a encontrar”, relata. Veteranos franceses y tuaregs argelinos han sido protagonistas de un film “Gerboise bleue” (El jerbo azul), del nombre en código de la operación militar francesa, proyectado en París y que ha causado gran conmoción. A pesar de la decisión del gobierno francés de indemnizar a las víctimas, el régimen de Argel guarda silencio oficial.

Marruecos entra en el debate
Otro tanto ocurre con el gobierno marroquí. El régimen de Mohamed VI todavía no se ha pronunciado al respecto pero en algunos sectores políticos se considera que Francia ha enviado una nueva manzana envenenada al Magreb.


La Asociación del Sahara Marroquí, un movimiento de la sociedad civil marroquí que reivindica las fronteras “históricas” del reino alauita, incluido el Sahara occidental, afirma que “en el momento de las pruebas nucleares francesas en 1960 al sur de Reggan, esta región era marroquí bajo protectorado francés”.

Como prueba de ello, el presidente de la ASM, Mohamed Reda Taujni, revela que “De Gaulle escribió una carta a Mohamed V, el abuelo del actual soberano marroquí, para informarle de la intención gala de realizar dichas pruebas nucleares, y que el Sultán respondió el 19 de abril de 1960 oponiéndose firmemente a las mismas”. En consecuencia la ASM pide a Francia que revise su versión de lo acontecido y que incluya a Marruecos como interlocutor en el asunto.

La polémica está pues, servida. Francia ha dado un paso importante al reconocer su responsabilidad, pero en la forma de hacerlo ha introducido el germen de la desconfianza y la disputa, se estima en medios políticos magrebíes. ¿Quién tiene razón? Argelia habla de unas fronteras admitidas internacionalmente y compulsadas por la ONU desde su independencia en julio de 1962. Marruecos habla de las fronteras anteriores.

Lo que sí es cierto es que ya en agosto de 1959, Marruecos encabezó una reunión de nueve países africanos en Liberia, junto con el Gobierno Privional Argelino (GPRA), que denunció “la intención de Francia de proceder a pruebas nucleares en el Sahara”. Y que Mohamed V pidió el 14 de agosto a la ONU que inscribiese en su orden del día este problema, algo que Francia tuvo que justificar meses más tarde, en noviembre, ante la Comisión política de la ONU.

Lo que no impidió que la Asamblea general de la ONU el 20 de noviembre de 1959, exigiese a Francia “abstenerse de realizar pruebas nucleares en el Sahara”.

Tras la explosión de la primera bomba francesa en Reggan el 13 de febrero de 1960, la monarquía alauita denunció la convención diplomática que unía a los dos países, y un mes más tarde Mohamed V reclamó la evacuación del Ejército francés de Marruecos. Páginas de historia que ya se creían olvidadas.


http://www.elimparcial.es/mundo/argel-y-rabat-reclaman-su-soberania-sobre-la-zona-de-experimentacion-del-sahara-55708.html


Dernière édition par Leo Africanus le Lun 18 Jan 2010 - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Essais nucléaire au Maroc   Lun 18 Jan 2010 - 23:47

Citation :


Alger et Rabat réclament sa souveraineté sur la zone d'expérimentation du Sahara

Un demi - siècle après avoir négocié les indépendances de ses colonies dans le Maghreb, le régime français place à nouveau une bombe d'horlogerie dans l'équilibre fragile entre les pays de la région. Après avoir accepté d'indemniser aux victimes des essais nucléaires dans le Sahara, Paris il déchaîne entre Alger et Rabat un nouveau conflit pour savoir qui appartenait la zone en 1960.

Après un processus administratif interminable, l'Assemblée Nationale française et le Sénat ont adopté la Loi qui prévoit d'indemniser aux victimes des essais nucléaires effectués par la France dans le Sahara et dans la Polynésie française entre 1960 et 1996. Paris a décidé d'employer une première provision de de 10 millions d'EURO. Le ministre de Défense, Hervé Morin, s'est montré satisfait par « cette fin d'un chapitre de l'histoire ».

Un comité présidé par un magistrat et composé de de médicaux et spécialistes se chargera de traiter les demandes individuelles des victimes, dont la seule procédure est de présenter la demande pourvu qu'elle soit touchée par certaines des 18 maladies - principalement cancers prévues par des Nations Unies pour le cas. Sont toutefois exclus les enfants nés avec des malformations dont les pères ont souffert de la radiation atomique.

La France a voulu de cette manière fermer une page de son histoire. Mais il l'a fait en activant une bombe d'horlogerie qui s'ajoute dangereusement aux relations déjà exécrables entre les deux voisins le Maghreb, de l'Algérie et le Maroc

Réaction algérienne
L'affaire des essais nucléaires et ses conséquences a fait partie des négociations diplomatiques franc-algériennes des dernières années. Selon Alger, les essais effectués dans les polygones algériens Reggan, Ain Ikker, de Hamudia et Afella, ont été décidés Tellement par De Gaulle. La France parle de trois essais atomiques, tandis qu'Alger sitúa son nombre dans 17, entre février 1960 et février 1966.

À Alger on a constitué une Association de victimes des essais nucléaires, dirigée par l'ex fonctionnaire de l'Armée algérienne Mohammed Abdelhak Bendjebbar, qui estime le nombre de de touchés dans 30.000. Bendjebbar envoyait l'unité militaire qui est entrée dans les polygones quand l'Armée française a abandonné l'Algérie en 1966. « Nous entrons sans la plus petite protection, nous n'avions de masques, ni combinaisons adéquates, ni comptables Geiger. Nous ignorions ce que nous nous allions trouver », il rapporte. Des vétérans français et tuaregs Algériens ont été des protagonistes d'un film « Gerboise bleue » (le jerbo bleu), du nom en code de l'opération militaire française, projeté à Paris et qui a causé une grande commotion. Malgré la décision du gouvernement français d'indemniser aux victimes, le régime d'Alger il garde du silence officiel.

Le Maroc entre dans le débat
Autre il se produit tant avec le gouvernement marocain. Le régime de Mohamed VI n'a pas été encore prononcé à ce sujet mais dans quelques secteurs politiques on considère que la France a envoyé une nouvelle pomme empoisonnée au Maghreb.

L'Association du Sahara marocain, un mouvement de la société civile marocaine qui revendique les frontières « historiques » du royaume alauita, y compris le Sahara occidental, affirme que « au moment des essais nucléaires français en 1960 au sud de Reggan, cette région était marocaine sous protectorat français ».

Comme essai de de cela, le président de l'ASM, Mohamed Prend Taujni au filet, il révèle que « De Gaulle a écrit une lettre à Mohamed V, le grand-père de l'actuel souverain marocain, pour l'informer de l'intention gauloise d'effectuer ces essais nucléaires, et que le Sultán a répondu fermement le 19 avril 1960 en s'opposant à à ces dernières ». En conséquence l'ASM demande à la France de réviser sa version de de ce qui est arrivé et qu'il inclue au Maroc comme interlocuteur dans l'affaire.

La polémique est donc, servie. La France a fait l'important pas en reconnaissant sa responsabilité, mais dans la façon de le faire a introduit le germe de la méfiance et le conflit, est estimé des milieux politiques magrebíes. Qu'est-ce qu'a raison ? L'Algérie parle des frontières admises internationalement et collationnées par l'ONU depuis son indépendance en juillet 1962. Le Maroc parle des frontières précédentes.

Ce qui en effet il est certain est qu'en août 1959, le Maroc a dirigé déjà une réunion de neuf pays africains en Liberia, avec le Gouvernement Privional algérien (GPRA), qui a dénoncé « l'intention de la France de procéder à des essais nucléaires dans le Sahara ». ET qui Mohamed V a demandé le 14 août à l'ONU qu'inscrive dans son ordre du jour ce problème, quelque chose que la France a tard dû justifier des mois plus, en novembre, devant la Commission politique de l'ONU.

Ce qui n'a pas empêché que l'Assemblée générale de l'ONU le 20 novembre 1959, exige de la France « de s'abstenir d'effectuer des essais nucléaires dans le Sahara ».

Après l'explosion de la première bombe française en Reggan le 13 février 1960, la monarchie alauita a dénoncé la convention diplomatique qui unissait aux deux pays, et un mois plus tard Mohamed V a réclamé l'évacuation de l'Armée française du Maroc. Pages d'histoire qui étaient déjà crues oubliées.
Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3007
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Essais nucléaire au Maroc   Mar 19 Jan 2010 - 10:38

il n'y a rien d'empoisonné dans ce dossier.
C'est juste qu'il faille rendre a César ce qu'il lui appartient.
l'Algérie a toujours revandiqué des choses qui ne lui appartirennent pas, même si des documents ou autres preuvent existent.
Bientot ils revendiquerons des compensations pour les essais dans le pacific

_________________
L'homme sage est celui qui vient toujours chercher des conseils dabord, des armes on en trouve partout.

feu Hassan II.

http://www.youtube.com/watch?v=AbjNQ_5QvgQ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Essais nucléaire au Maroc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Essais nucléaire au Maroc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Des soldats français ont-ils servi de cobaye lors des essais nucléaires ?
» essais nucléaire en algérie
» Séisme et centrale nucléaire...
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» DCNS Cherbourg va construire une centrale nucléaire immergée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: