Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités du Sahara Marocain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant
AuteurMessage
zakaria
Caporal
Caporal


messages : 146
Inscrit le : 01/05/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Mer 23 Déc 2009 - 21:22

juba2 a écrit:

Non,juste faites respecter les lois ,s'ils veulent quelque chose ils doivent suivrent le process que tous les marocains suivent ainsi que la loi.Pour aminatou il faut pas lui amener son passeport a domocile ell doit aller le chercher a la prefecture comme tout le monde.S'il vous plait referez vous a Rafi
justement eux ne respecte pas trop la lois "Marocaine"
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Mer 23 Déc 2009 - 21:50

zakaria a écrit:
l'etat leurs a donner beaucoup d'avantages et les a choyés et voila le résultats. j'ai travailler un temps au sahara et croiyer moi quand je vous qu'ils se croient au dessus des lois et des marocains. il suffit de voire le bordel qu'ils foutent dans les facultés malgrés tout les avantages qu'ils possédent sur les autres etudiant........
maintenant il faut de la férmeté a la driss bassri avec ses gens la .......

Bonsoir les amis,
Priere, ne reveillez pas les vieux démons, si aujourdhui nous avons une génération de sahrawa sensible au chant des sirénes, c'est bien à cause de ce que vous appellez fermeté à la je ne sais qui..
L'abscence de politique de developement sociale et économique, l'irespect des exceptions culturelle locale, les us et coutumes, l'implantation d'un systeme de corruption et d'élitisme crapuleux ont fait le lit de tout les séparatismes.
Sémons La démocratie, les libértés, la dignité, le respect.. nous recolterons le patriotisme, la fidelité et la bonne intelligence.

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3023
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Mer 23 Déc 2009 - 22:26

Adam a écrit:
zakaria a écrit:
l'etat leurs a donner beaucoup d'avantages et les a choyés et voila le résultats. j'ai travailler un temps au sahara et croiyer moi quand je vous qu'ils se croient au dessus des lois et des marocains. il suffit de voire le bordel qu'ils foutent dans les facultés malgrés tout les avantages qu'ils possédent sur les autres etudiant........
maintenant il faut de la férmeté a la driss bassri avec ses gens la .......

Bonsoir les amis,
Priere, ne reveillez pas les vieux démons, si aujourdhui nous avons une génération de sahrawa sensible au chant des sirénes, c'est bien à cause de ce que vous appellez fermeté à la je ne sais qui..
L'abscence de politique de developement sociale et économique, l'irespect des exceptions culturelle locale, les us et coutumes, l'implantation d'un systeme de corruption et d'élitisme crapuleux ont fait le lit de tout les séparatismes.
Sémons La démocratie, les libértés, la dignité, le respect.. nous recolterons le patriotisme, la fidelité et la bonne intelligence.

<<L'abscence de politique de developement sociale et économique, l'irespect des exceptions culturelle locale, les us et coutumes, l'implantation d'un systeme de corruption et d'élitisme crapuleux >>
ce que tu cite ci-dessus c'est justement le fond de commerce des separatistes, en plus de la séquestration et le chantage.

Dire que dans les provinces Sud il n'y a pas de politique de developement sociale et économique, c'est un trés gros mensonge. What a Face
Irrespect des "exceptions" culturel? Tu est sûre de connaître les province sud du Royaume? Suspect
élitisme crapuleu? Dons les marocains des provinces sud du Royaume ont élu des crapules? ce que tu vient d'écrire, Moi j'appel ca une insulte envers la démocratie.

Les séparatistes profitent de la liberté d'expression de déplacement pour cracher sur le Royaume, et tentent de créer des troubles, et des pseudos affaires, pour focalisé l'attention sur eux et perturber la quiétude au Maroc.
Personnellement et je je dit bien PERSONNELLEMENT, je serais pour un durcissement des libertés contre les séparatistes. Car il faut savoir que des "séparatistes de l'intérieur" existent, et les services de sureté le savent trés bien, mais comme tout pays démocratique qui se respecte, le Maroc "laisse faire", mais les contient.

_________________
L'homme sage est celui qui vient toujours chercher des conseils dabord, des armes on en trouve partout.

feu Hassan II.

http://www.youtube.com/watch?v=AbjNQ_5QvgQ
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Mer 23 Déc 2009 - 23:46

Boubou, je te conseille la lecture de cet article qui traite de cet aspect du problème.
http://far-maroc.forumpro.fr/infos-et-nouvelles-nationales-f13/actualites-du-sahara-marocain-t2519-690.htm#85609
Il est un peu long, mais il est intéressant de lire ce que dit une sahraouie, pourtant unioniste, sur les problèmes de la région. Bien des choses qu'on nous dit ne sont pas aussi vraies qu'on pourrait le croire. Comme dans les autres régions du Maroc, c'est tout quelques uns et rien ou presque pour les autres Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Jeu 24 Déc 2009 - 10:15

Merci Juba. Wink

La loi doit s'appliquer à tous, Zakaria, sans distinction, c'est sa force, et parfois notre faiblesse lorsque nous ne le faisons pas.

Adam a écrit:
Sémons La démocratie, les libértés, la dignité, le respect.. nous recolterons le patriotisme, la fidelité et la bonne intelligence.

100% en accord avec toi Adam. Gagner les âmes et les coeurs avec de bonnes pousses, voilà le défi.
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6599
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Jeu 24 Déc 2009 - 10:40

les conditions sécuritaire sont plus dur labas en raison de presence separatiste, sa il ne peu etre fait autrement .

ce qui est a corrigé, c est le zele des fonctionnaire de police (cela toutes les regions du excemaroc ont droit au meme )

je me rapelle meme a ifni pour la greve dans le port, il mattraquer les manifestant et traité tous le monde de separatiste

mais avec l appel des sirenes separatiste dans cette region, ce genre de derive securitaire, peu pousser les victimes vers les idée separatistes auquels il preteron l oreille.

controler les separatiste est etre ferme a leur egard dans la region ok, mais en faisant attention a ne pas faire d amalgame et traité tout les habitan de la meme maniere.

_________________
Gloire à nos aieux  
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Jeu 24 Déc 2009 - 11:13

Le service de la loi requiert de hautes valeurs morales qui vont de paire avec l'accomplissement serein de son devoir. Tu as raison Alloudi, tout mélanger, traiter les gens comme ils ne le méritent pas de l'être, peut réduire à néant les efforts des plus sages.
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9834
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Jeu 24 Déc 2009 - 13:18

Salam,

Pour les parisiens que ça interesse, Le 09 janvier à 14h30 à la Sorbonne aura lieu un colloque sur le sahara : les pistes pour une résolution du conflit...
pour les autres, je tenterai de vous résumer les débats

lien info :http://www.yabiladi.com/article-agenda-705.html
il faut préalablement s'inscrire sur l'adresse indiquée sur le site yabiladi.

PGM
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13218
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 26 Déc 2009 - 3:48

Article de telquel sur notre sahara, très intéressant notes messieurs que déjà en 75 il s'agissait pour l'Algérisario de sauver la face
Tout le monde à l'époque n'était pas dupe quand à la stratègie de l'Algérie, c'est à vomir vomire


Citation :
Le 6 novembre 1975 commence officiellement la Marche verte. Plus de 30 ans plus tard, grâce aux archives progressivement déclassifiées, on commence tout juste à mieux saisir la planification et les répercussions de cet événement resté sans équivalent dans le monde. TelQuel a eu accès aux mémorandums des négociations diplomatiques menées par le secrétaire d’Etat américain, Henry Kissinger, pendant la période 1974-1976. Ils apportent un éclairage nouveau sur la nature des relations maroco-algériennes, sur la psychologie des grands protagonistes de la Marche verte, et sur bien d’autres choses encore.

Les Marocains se souviendront longtemps de cette épopée glorieuse menée par quelque 350 000 volontaires issus de différentes couches sociales et représentant toutes les régions du royaume, qui ont répondu à l'appel d'entreprendre cette Marche pour libérer le Sahara du joug de l'occupant espagnol avec des “armes” pacifiques que sont le drapeau national, le Coran et l'attachement aux vertus de paix pour défendre leurs droits spoliés”. C’est en ces termes que, plus de 30 ans après les faits, la presse officielle commémore l’anniversaire de la Marche verte. C’est dire l’ampleur du succès de Hassan II, qui avait pensé aux moindres détails. Comme le chiffre de 350 000, qui est lui aussi symbolique : il représente le nombre de naissances intervenues au Maroc en 1975, soit l’équivalent de toute une génération de la jeunesse d’un pays, ce que Hassan II lui-même a appelé “la moisson solennelle que Dieu nous donne pour ramener à la patrie une terre que nous n’avions jamais oubliée”.

Guerre froide et décolonisation
En 1975, la situation du Sahara espagnol ne laisse déjà plus grand-monde indifférent. Comme dans d’autres points chauds de la planète, c’est la partition de la Guerre froide qui se joue, un risque d’effet dominos compris de tous. L’Algérie, arrimée à la fois aux Non-alignés et au bloc soviétique, a choisi le camp opposé au Maroc qui, lui, a les regards tournés vers l’Oncle Sam. A l’époque, chacun sait qu’un soutien trop visible de l’une ou l’autre grande puissance (Etats-Unis et URSS) impliquerait presque logiquement un engrenage guerrier. Ainsi, dans ses mémoires, Daniel Patrick Moynihan, représentant des USA à l'ONU pendant la crise de 1975, compare les histoires parallèles de Timor Leste et du Sahara occidental : “La Chine a soutenu le Fretilin au Timor, et a perdu. Au Sahara espagnol, la Russie a tout aussi clairement appuyé l'Algérie et son mouvement, connu sous le nom de Polisario, et a perdu. Dans les deux cas, les Etats-Unis désiraient une évolution telle qu'elle a eu lieu et ont travaillé dans ce sens”. C’est au même Moynihan que l’on doit cette boutade illustrant l’anti-bolchevisme qui règne aux Etats-Unis : “Si l’URSS prend pied au Sahara, le sable n’y suffira bientôt plus”.

Les stratégies en présence
L’heure est ainsi à l’équilibre des super-puissances, mais l’époque est aussi celle des dernières décolonisations africaines. L’Espagne a gardé un pied au Sahara. Mais dès 1965, les Nations Unies se prononcent pour la première fois sur la nécessaire décolonisation du territoire. Un an plus tard, l’ONU appelle même à la tenue d’un référendum d’autodétermination. Le temps de la présence espagnole sur le sol africain est donc désormais compté. Le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie aiguisent leurs armes tout en suivant de près l’évolution juridique du dossier. Quand la Cour internationale de justice, saisie par le Maroc, rend un avis reconnaissant des liens d’allégeance entre les populations sahraouies et les sultans marocains, avant la colonisation espagnole, Hassan II croit tenir en main un blanc-seing. Côté algérien, on préfère insister sur la nécessité d’un référendum d’autodétermination, préconisé à la fois par l’ONU et par la CIJ. Côté mauritanien, on se contente de soutenir les revendications du Maroc sur les zones qui avaient avec le royaume des liens ethniques et historiques, et de se satisfaire de la réciprocité marocaine. Qu’à cela ne tienne, le jour même du verdict de la CIJ, Hassan II annonce, dans un discours télévisé à la nation, qu’il conduira lui-même 350 000 civils marocains, rassemblés en une Marche verte pacifique et sans armes jusqu’à Laâyoune.

L’Espagne se retire
Au moment de la Marche verte, le général Franco est mourant. Dans la relation qu’il fait de son expérience au Sahara, André Lewin, porte-parole de l’ONU chargé d’une mission diplomatique auprès de Franco, le décrit ainsi : “Très affaibli, amaigri, la main tremblante en buvant son verre de Xérès ou en feuilletant distraitement son dossier, mais ferme encore dans ses attitudes et dans ses propos, étroitement sanglé dans son uniforme d'apparat devenu trop grand pour lui”. Et de continuer : “Je fus impressionné d'entendre cet homme, au pouvoir depuis près de quarante ans, - un pouvoir qui avait précisément pris naissance à partir des troupes stationnées à l'époque au Sahara espagnol et aux Canaries -, déclarer avec une nuance de regret dans la voix, mais avec assurance, que ‘si ces populations ne veulent plus de l'Espagne, il est clair que l'Espagne doit s'en aller’”. L’Etat de santé de Franco a sans aucun doute constitué une opportunité pour Hassan II. Même si le Caudillo s’était déjà résolu à abandonner le Sahara, l’arrivée de Juan Carlos sur le trône change complètement la donne. Il prend l’intérim dès le 30 octobre, à une semaine de la Marche verte, avant même la mort officielle de Franco. Un mois plus tard, le retrait espagnol du Sahara déjà largement entamé, le ministre des Affaires étrangères du nouveau roi est chargé de négocier avec le secrétaire d’Etat américain, Henry Kissinger. Le compte-rendu de la négociation révèle que l’Espagne a cherché à obtenir un signal fort de la part des Etats-Unis, en signe d’amitié envers les nouveaux dirigeants américains, désireux de sortir de la neutralité franquiste et de s’arrimer au bloc de l’Ouest : si l’Espagne quitte l’Afrique, c’est pour mieux se redéployer en Europe avec, en ligne de mire, une coopération militaire avec l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN).

La mission Waldheim
Quelques jours avant la Marche verte, le secrétaire général des Nations Unies, Kurt Waldheim, charge son porte-parole, André Lewin, d’une mission quasi impossible : convaincre Hassan II, déjà très enthousiasmé par son grand projet, de renoncer à la Marche verte. Dans sa besace, Lewin n’a rien, ou presque : un plan qui répond en presque tous points aux exigences algériennes et n’a donc presque aucune chance d’être accepté par Hassan II. “(Le roi) vint à ma rencontre, il était visiblement tendu, fiévreux, mais son regard brillait d'une flamme intérieure et d'une grande vivacité, se remémore Lewin. Il portait une robe de chambre sombre. Me tendant la main, il esquissa un sourire, me disant qu'en dépit de son état, de sa fatigue et de ses multiples charges, il avait tenu à me recevoir, en signe de considération pour les Nations Unies”. Après cette entrevue, Lewin restera longtemps marqué par la fermeté du ton de Hassan II. Le monarque lui aurait en effet expliqué en substance que, si les Nations Unies essayaient d’interférer, elles entraveraient la marche de l’Histoire et devraient en supporter les conséquences. Au pire, Hassan II s’est même dit prêt à quitter l’ONU, arguant du caractère pacifique de son entreprise. Ce faisant, il feignait d’ignorer qu’au même moment, les Forces armées royales (sous le commandement d’un certain Ahmed Dlimi) étaient stationnées au Sahara. Objectif : sécuriser et occuper plusieurs points stratégiques, mais aussi mener une véritable opération militaire contre le tout jeune Front Polisario.

La victoire de Hassan II
Au final, seuls quelques milliers de patriotes (sur les 350 000 “marcheurs verts”) quitteront les campements de Tarfaya et de Tan Tan pour parcourir une distance de 15 km dans le désert, avant que l’ordre de repli ne soit donné par Hassan II, qui négocie en coulisses avec les Espagnols. Le 9 novembre, dans un discours prononcé à Agadir, le roi met fin à la Marche verte : “La Marche a rempli sa mission, atteint ses objectifs, et réalisé ce que nous-mêmes et nos amis en attendions. Il nous appartient donc, cher Peuple, de revenir tous à notre point de départ, afin de traiter d’une autre manière et avec des méthodes nouvelles”. La victoire de Hassan II est, avant tout, celle d’avoir évité le pire à un moment où le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelaziz Bouteflika, n’hésite pas à utiliser le risque d’une situation qui dégénère, voire d’un génocide. Au risque de guerre avec l’Algérie s’ajoutait celui de pertes civiles que faisaient planer les champs de mines antipersonnel semées par les Espagnols en prévision de leur retrait. La victoire de Hassan II est également symbolique : par un incroyable coup de poker, le roi a redressé son trône et lui a conféré une aura incroyable.
“Alors, pensez-vous que j'aie eu raison d'agir comme je l'ai fait, convaincu que c'était pour le bien de mon pays ?”, demande Hassan II à Lewin, une fois la Marche terminée. Réponse : “Sire, je pense que vous réussirez dans l'immédiat ce qui peut apparaître comme un extraordinaire coup de poker, et que le proche avenir vous donnera raison, mais beaucoup de principes seront invoqués et beaucoup de forces se ligueront pour vous empêcher de pérenniser votre succès et s'efforceront de vous le faire payer. Le risque pour vous se situe donc à plus long terme. Aurez-vous alors les moyens d'y faire face ?”. A méditer.


La fureur de Boumediene et Bouteflika
Le fait est que la colère des dirigeants algériens est à son comble. Les archives de Kissinger montrent la détermination du négociateur Bouteflika, qui accuse son homologue américain d’avoir appuyé la Marche verte. En décembre 1975, il reproche à Kissinger, avec un langage très peu diplomatique, de ne pas avoir mis le Maroc sous embargo, de l’avoir notamment alimenté en armes et en dollars. Pendant toute la durée des opérations, le président Houari Boumediene est, lui, dans tous ses états. Le secrétaire général de l’ONU se fait d’ailleurs l’écho, auprès de Kissinger, de la tension extrême qui règne dans les deux camps : “L’émotion est à son comble et cela implique des difficultés à discuter calmement de la situation. L’émotion est vraiment grande chez le roi lui-même. (…) Maintenant, la réaction du président Boumediene est très sérieuse. Je ne l’ai jamais vu aussi furieux et incontrôlable qu’à cette occasion. J’ai eu plusieurs réunions avec lui, et il a toujours été plein de maîtrise”. En définitive, si la Marche verte a été un succès pour Hassan II, les gouvernements qui se sont succédé en Algérie lui reprochent à mots couverts de ne pas avoir été une victoire partagée. C’est sans doute en excluant Boumediene de son pacte avec le président mauritanien Ould Daddah, que Hassan II s’est offert un “meilleur ennemi” qui lui survit : le dinosaure Bouteflika qui perpétue aujourd’hui la rancœur algérienne.

Documents inédits. Les archives de Kissinger

Rapports confidentiels de missions diplomatiques ou comptes-rendus de discussions avec son staff, les archives de Kissinger sont une véritable mine d’or. Elles abondent en “citations” qui éclairent sous un jour nouveau les stratégies en présence. De Senghor à Hassan II, en passant par Bouteflika et Waldheim, ces archives déclassifiées mais inédites, montrent à la fois le double jeu américain, la détermination algérienne à contrecarrer les ambitions marocaines, et l’opportunité saisie par l’Espagne de s’arrimer à l’OTAN. Le tout dans un contexte de Marche verte, et sur fond de Guerre froide. Morceaux choisis, savoureux et exclusifs !


Rencontre Kissinger / Cortina y Mauri du 9 octobre 1974 à Torrejon en Espagne.
Le ministre des Affaires étrangères de Franco reproche à Kissinger de favoriser les visées marocaines sur le Sahara. La réponse du secrétaire d’Etat américain est cinglante.
Kissinger : Nous n’avons aucune vue sur le Sahara espagnol. Je vous ai déjà dit en privé qu’en tant que politologue, l’avenir du Sahara espagnol ne me semble pas devoir être particulièrement brillant. (…) Le monde peut survivre sans le Sahara espagnol. Il ne fera pas partie des pays qui apporteront une grande contribution. (…)
Il y a eu une période de ma vie où je ne savais même pas où se trouvait le Sahara, et je n’en étais pas moins heureux qu’aujourd’hui.

Cortina : Avant qu’on ne découvre les phosphates !

Rencontre Hassan II / Kissinger du 15 octobre 1974 au palais royal de Rabat.
Un mois après la saisine par le Maroc de la Cour internationale de justice de La Haye sur les liens historiques d’allégeance entre le Sahara espagnol et les sultans alaouites, Hassan II recherche l’appui américain.
Hassan II : Toute solution pacifique sera accueillie avec beaucoup de joie de notre côté, du moment qu’elle répond à nos objectifs sécuritaires. Nous ne demandons pas à nos amis de prendre parti ou d’émettre des jugements sur qui a raison et qui a tort. Nous leur demandons simplement d’étudier les propositions faites des deux côtés et d’encourager ensuite la proposition la plus réaliste. La proposition marocaine de saisir la Cour internationale de justice de l’affaire est, à notre avis, à la fois réaliste et également juridiquement et politiquement correcte. En fonction du degré auquel les Etats-Unis partagent notre point de vue, nous leur demandons d’intervenir en faveur de la loi, de l’égalité et pour l’avenir. Car, soyons objectifs, l’Espagne restera géographiquement là où elle se trouve et le Maroc restera là où il se trouve. Le résultat est inévitable. Donc, si nous pouvons gagner un, ou deux, ou trois ans de tension, ce serait bien.
Kissinger : Je suis certain que Sa Majesté travaillera, durant le sommet (sommet des nations arabes accueilli à Rabat à la même période, ndlr), dans la direction de la possibilité réaliste de paix, et cela me rassure. Je peux assurer Sa Majesté que son raisonnement et ses suggestions seront d’une grande influence dans nos actions quand je reviendrai après le sommet de Rabat.
Concernant le Sahara espagnol, j’ai été très impressionné par la déclaration de Sa Majesté (du 20 août). Les Etats-Unis souhaitent une résolution à l’amiable au problème. Le recours à la CIJ est une issue constructive. Nous allons conseiller vivement nos amis espagnols d’opter pour une solution à l’amiable.
[après avoir invité Hassan II à visiter les Etats-Unis au nom du président Ford] :
Nous ne serons pas en mesure d’être à la hauteur de l’hospitalité de Sa Majesté mais nous ferons de notre mieux dans les limites de notre pays sous-développé (sic).

Rencontre Kissinger / Bouteflika du 17 décembre 1975 dans la résidence de l’ambassadeur américain à Paris.
Un mois après le succès de la Marche verte, Abdelaziz Bouteflika se plaint du soutien américain au Maroc. L’ambassadeur algérien (Sabbagh dans le texte) est présent.
Kissinger : Je ne comprends pas ce que l’auto-détermination veut dire pour le Sahara. Je peux comprendre ce qu’elle veut dire pour les Palestiniens mais c’est un problème légèrement différent.(…)
Nous n’avons pas une position anti-algérienne. La seule question était combien investir. Empêcher la Marche verte aurait signifié détériorer complètement nos relations avec le Maroc, dans les faits un embargo.
Bouteflika : Vous auriez pu le faire. Vous auriez pu arrêter l’aide économique et militaire.
Kissinger : Mais cela aurait induit la ruine totale de nos relations avec le Maroc.
Bouteflika : Non, le roi du Maroc ne se serait pas allié aux Soviétiques.
Kissinger : Mais nous n’avons pas autant d’intérêt dans le Sahara.
Bouteflika : Mais vous avez des intérêts en Espagne et au Maroc…
Kissinger : Et en Algérie.
Bouteflika : Et vous en avez favorisé un.

Kissinger : Je ne pense pas qu’on ait favorisé une partie, nous avons essayé de rester en dehors de ça.
Bouteflika : Votre rôle n’a jamais pu être marginal ou dénué d’intérêt parce que, de façon évidente, il y avait une coopération militaire avec le Maroc. Par conséquent, vous ne pouvez pas être neutres entre le Maroc et l’Algérie. Donc je comprends que vous ayez dû favoriser, ou avoir l’air de favoriser, le Maroc à cause de cela.
Kissinger : (à Sabbagh) Mais ce dont le ministre des Affaires étrangères se plaint, c’est que nous n’ayons pas favorisé l’Algérie. Pour prendre cette position, nous aurions eu à inverser complètement nos positions. (…)
Laissez-moi penser à la question du référendum. Surtout si ça n’est pas conditionné par le retrait [des Marocains] avant un référendum.
Bouteflika : Oui, vous avez dit, si le retrait n’est pas une condition pour tenir un referendum. Mais c’est également à la condition qu’il y ait d’assez fortes garanties sur le fait que les gens puissent décider librement. Vous savez, des assassinats peuvent être courants. Nous ne voulons pas de problème. Génocide.
Kissinger : Au Sahara ?
Bouteflika : Je suis complètement catégorique. C’est un problème d’intérêts. Je ne sais pas pourquoi la Mauritanie veut des frontières comme celles-ci ou pourquoi l’Algérie doit avoir peur. ça n’est pas sain. Si le Maroc et la Mauritanie se partagent le Sahara, ce n’est pas de la politique.

Rencontre Kissinger / Senghor du 1er mai 1976 au palais présidentiel de Dakar.
Quelques mois après la Marche verte, le secrétaire d’Etat américain s’entretient avec le président sénégalais, allié important en Afrique. L’objectif est de trouver une solution au conflit du Sahara qui soit acceptable par l’Algérie.
Senghor : Il y a une voie qui satisfait les opinions des peuples : une consultation qui serait faite avec l’ONU comme observateur. Pour accepter le principe d’un référendum pour l’autodétermination. Une partie aurait été organisée par le Maroc et une autre par la Mauritanie. Il semblerait qu’autrement, cela aboutirait à une guerre. Au début de la conférence afro-arabe, ici à Dakar en avril, nous avons provoqué des discussions entre les ministres des Affaires étrangères marocain et mauritanien. Je vous le dis pour vous montrer que nous avons travaillé. Il est maintenant question pour l’Algérie de sauver la face.
Kissinger : L’Algérie accepterait-elle une résolution organisée par le Maroc ou la Mauritanie ?
Senghor : Si cela se passait sous la supervision de l’ONU.
Kissinger : Quelle en serait l’issue ?
Senghor : L’autonomie au sein du Maroc ; la partie en Mauritanie préférera sans doute l’indépendance. Deux résolutions pour l’ONU. Une partie (du Sahara, ndlr) irait au Maroc et l’autre choisirait l’autonomie.
Kissinger : L’intégration au Maroc ?
Senghor : Je pense, oui.

Kissinger : Mais l’Algérie n’insistera-t-elle pas pour qu’il y ait trois options : l’intégration à l’Algérie, l’intégration au Maroc ou l’indépendance ?
Senghor : Nous sommes en train d’en discuter.
Kissinger : Ce serait seulement oui ou non à l’intégration ?
Senghor : Ou oui ou non à l’autonomie. Sous le Maroc ou sous la Mauritanie.
Kissinger : vous pensez que vous pourrez arriver à ça ?
Senghor : je vais essayer. Il est essentiel qu’ils ne combattent pas. Les Algériens n’expriment pas leurs opinions très clairement. Je n’ai nul besoin de vous dire que s’il y a une guerre, l’Union soviétique va intervenir et l’Ouest ne pourra rester en dehors. (…)
Le Nigéria et l’Algérie essaient d’introduire les Arabes en Afrique pour détruire la “négritude”, pour imposer l’impérialisme arabe (…)
Kissinger : Sur quels pays pouvons-nous baser notre politique ?
Senghor : La Tunisie, le Maroc, la Somalie…



Bouteflika. Notre meilleur ennemi
Enfant terrible” s’exclame Henry Kissinger à l’adresse de Abdelaziz Bouteflika lorsque les deux hommes se rencontrent à Paris, le 17 décembre 1975, soit un peu plus d’un mois après la Marche verte. De fait, la réputation du ministre algérien des Affaires étrangères l’a précédé : il a en charge la diplomatie de son pays depuis douze ans et n’a même pas encore quarante ans : faites le calcul ! En 1974, il a déjà présidé l’Assemblée générale des Nations Unies, une mission qu’il remplit avec panache et brio. C’est que Bouteflika a de qui tenir. De nombreux observateurs notent en effet la ressemblance de styles entre Hassan II et le futur président algérien : la même aisance devant les caméras étrangères, la même facilité à trouver la bonne réplique, et un penchant certain pour le travail diplomatique. Bouteflika aurait-il pris modèle sur Hassan II ? Une chose dont il se défendrait très certainement. Mais, pour sûr, celui qui deviendra président de l’Algérie en 1999, quelques mois avant la mort de Hassan II, entretient une relation passionnelle avec le Maroc, et peut-être plus encore avec sa monarchie. Dans le sérail de Mohammed VI, on précise d’ailleurs que lorsqu’il s’enquiert du roi auprès de collaborateurs marocains, Bouteflika use toujours du très respectueux “sidna” (notre maître). Aux dernières nouvelles, le président algérien est pourtant toujours l’adversaire numéro 1 du Maroc, notamment pointé du doigt dans la très actuelle affaire Aminatou Haïdar.

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13218
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 26 Déc 2009 - 3:49

La suite :


Citation :
Galerie. Les protagonistes
Hassan II
En 1975, Hassan II joue son va-tout. Il vient d’échapper, quelques années plus tôt, à deux tentatives de coup d’Etat, et a besoin de redorer son blason sur la scène internationale, comme sur le front intérieur. L’époque de la Marche verte ouvre la voie à un consensus national sur l’intégrité territoriale marocaine. Elle coïncide néanmoins avec l’emprisonnement de toutes les “brebis égarées”, et marque le début des années de plomb. Aux côtés de Hassan II, ce sont Ahmed Osman (Premier ministre), Ahmed Laraki (ministre des Affaires étrangères) et Ahmed Taïbi Benhima (ministre de l’Information) qui assistent aux négociations.

Houari Boumediene
Président algérien de 1965 à sa mort en 1978, Houari Boumediene a pris le pouvoir à la suite d’un coup d’Etat. En 1971, il réussit la nationalisation des hydrocarbures. Après avoir organisé un sommet des Non-alignés en 1973, il accueille la première conférence des pays de l’OPEP. C’est donc auréolé d’un très grand prestige qu’il participe aux négociations autour de la Marche verte. A l’époque, il semble avoir privilégié la solution d’un référendum d’autodétermination où les Sahraouis auraient eu le choix entre trois souverainetés : marocaine, mauritanienne et algérienne. Comme porte-voix, Boumediene disposait d’un ministre des Affaires étrangères de choix : Abdelaziz Bouteflika, actuel chef de l’Etat.

Kurt Waldheim
Au moment de la Marche verte, Kurt Waldheim est secrétaire général des Nations Unies, poste qu’il occupe de 1972 à 1981. Entre 1974 et 1976, la gestion de la question saharienne fait partie de ses principales missions. Il élabore un plan (qui porte d’ailleurs son nom) dans lequel il privilégie l’organisation d’un référendum d’autodétermination sous l’égide des Nations Unies. Cet homme au passé controversé (il a été officier de l’armée nazie) essaiera d’empêcher Hassan II de mettre en œuvre la Marche verte.

André Lewin
Diplomate français, André Lewin est porte-parole du secrétaire général de l’ONU de 1972 à 1975. A l’été 1975, il est chargé par Kurt Waldheim de convaincre Hassan II de renoncer à la Marche verte. Plusieurs décennies après les faits, Lewin a raconté par le menu le déroulement de sa mission. Il s’attribue notamment le mérite d’avoir incité Hassan II à stopper la Marche verte au bout de quinze kilomètres, à quelques centaines de mètres des troupes espagnoles, évitant ainsi un bain de sang.

Henry Kissinger
Secrétaire d’Etat américain de 1973 à 1977, sous les présidents Gerald Ford et Richard Nixon, Henry Kissinger fait figure de diplomate de premier plan. A l’époque, tout en se défendant auprès des Algériens de favoriser le Maroc, il semble plutôt enclin à penser que le Sahara doit revenir sous souveraineté marocaine. Les archives, récemment déclassifiées, des négociations qu’il a menées, sont en tout cas une mine d’informations inestimables sur la question du Sahara et de la Marche verte.

Francisco Franco
Le caudillo Franco est au plus mal. Il meurt d’ailleurs le 20 novembre 1975, soit un peu plus de dix jours après la fin de la Marche verte. Ce sont donc Carlos Arias Navarro, chef du gouvernement, et Pedro Cortina y Mauri, ministre des Affaires étrangères, qui doivent gérer le départ des troupes espagnoles du Sahara. Ils privilégient d’abord la solution d’un référendum d’autodétermination, avant que la mort de Franco et la prise de fonction de Juan Carlos ne changent la donne pour le Maroc.

Mokhtar Ould Daddah
La Mauritanie, dirigée depuis 1961 par Mokhtar Ould Daddah, est particulièrement intéressée par l’évolution de la question saharienne, puisqu’elle doit en récupérer une partie. Elle fait néanmoins figure d’appoint pour la diplomatie marocaine. Son entrée en guerre contre le Front Polisario conduira au coup d’Etat de 1978, qui chasse Ould Daddah du pouvoir.

Plus loin. L’héritage hassanien
Aujourd’hui, la Marche verte apparaît comme le ciment de la légende hassanienne : celle d’un roi visionnaire, à la stature internationale. Pourtant, si ce qu’on appelle communément le “coup de génie” de Hassan II, a incontestablement facilité la tâche de Mohammed VI, il l’a aussi terriblement compliquée. Car l’héritage de la Marche verte est double : sur le front intérieur, Mohammed VI a reçu une classe politique tout acquise à sa cause, du moment qu’il agite le slogan de la “cause nationale”. Mais il doit, dans le même temps, composer avec un conflit qui dure depuis 33 ans, comme une épée de Damoclès sur nos têtes. Le risque est rien moins qu’un royaume amputé, et peut-être, un trône affaibli.
Or, face à ce danger omniprésent, les options stratégiques semblent s’épuiser. Après la politique d’ouverture envers notre voisin algérien (la fameuse “main tendue”) qui a vu le roi séjourner à Alger et réclamer la réouverture des frontières, et après la proposition d’autonomie sous souveraineté marocaine, Mohammed VI a ostensiblement haussé le ton. Le discours du 6 novembre dernier n’a pas laissé de place à l’équivoque : “Il n’y a plus de place pour l'ambiguïté et la duplicité : ou le citoyen est marocain, ou il ne l’est pas. (…) L’heure est à la clarté et au devoir assumé. Ou on est patriote ou on est traître. Il n’y a pas de juste milieu”. Le temps est donc désormais à la fermeté. Côté algérien, les positions n’ont pas évolué d’un iota : pas l’once d’une décrispation. Ni sur le Sahara, où Bouteflika est accusé par les Marocains de ne pas faire LE geste nécessaire au règlement du cas Aminatou Haïdar, ni d’ailleurs sur l’énergie, autre sujet de brouille maroco-algérienne. Bouteflika a effet entrepris la construction d’un pipeline reliant directement son pays à l’Espagne, sans plus passer par le Maroc. Le compte à rebours a donc commencé avant que l’Algérie ait matériellement la possibilité de nous couper les vannes.
En attendant, que pouvons-nous espérer ? Sans doute que l’Algérie connaisse le bonheur d’une alternance à la marocaine, et qu’à notre meilleur ennemi, le camarade Bouteflika, succède une génération moins hassanienne, et moins marquée par les schémas hérités de la Guerre froide.

Souleïman Bencheikh

tel-quel

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 26 Déc 2009 - 12:20

Bonjour les amis,
Le brat de fer qui s'annonce risque d'être à nos dépends si notre chalenger ne couple pas de la finesse à la force.
Si le denoument de l'affligeante affaire d'amina haidar portait la signature élyséene, malgré que toute les pressions sur nous étaient espagnoles, c'est qu'il s'est agit d'un partage des rôles dans la région et ou nous brillons encore par notre abscence:
La France considérant ce triste épisode comme portant atteinte à moyen terme à la sécurité de la région, tient à affirmer ainsi son rôle de gendarme de la meditérannée, surtout occidentale, un lac de plus en plus ébranlée par les remous américains via l'otan, avec qui une certaine algérie souhaiterait finaliser un partenariat qui finirait de mettre notre beau royaume dans une cage, d'ailleur ceci explique en gros l'effort de devellopement en armement algérien surtout naval; Paris légue en échange à madrid le pouvoir de définir les contours de la politique de l'UE dans la dite région et avec en priorité les formes d'évolutions de notre statut avancé, négocié prochainement lors du sommet maroc-UE à grenade.
Il nous faut aussi garder un oeil sur la Turquie est ce qu'elle en pense de notre statut avancé, car là aussi nos fréres otomans risquent de nous reserver de bien tristes surprises...

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
zakaria
Caporal
Caporal


messages : 146
Inscrit le : 01/05/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 26 Déc 2009 - 15:24

Adam a écrit:
Bonjour les amis,
Le brat de fer qui s'annonce risque d'être à nos dépends si notre chalenger ne couple pas de la finesse à la force.
Si le denoument de l'affligeante affaire d'amina haidar portait la signature élyséene, malgré que toute les pressions sur nous étaient espagnoles, c'est qu'il s'est agit d'un partage des rôles dans la région et ou nous brillons encore par notre abscence:
La France considérant ce triste épisode comme portant atteinte à moyen terme à la sécurité de la région, tient à affirmer ainsi son rôle de gendarme de la meditérannée, surtout occidentale, un lac de plus en plus ébranlée par les remous américains via l'otan, avec qui une certaine algérie souhaiterait finaliser un partenariat qui finirait de mettre notre beau royaume dans une cage, d'ailleur ceci explique en gros l'effort de devellopement en armement algérien surtout naval; Paris légue en échange à madrid le pouvoir de définir les contours de la politique de l'UE dans la dite région et avec en priorité les formes d'évolutions de notre statut avancé, négocié prochainement lors du sommet maroc-UE à grenade.
Il nous faut aussi garder un oeil sur la Turquie est ce qu'elle en pense de notre statut avancé, car là aussi nos fréres otomans risquent de nous reserver de bien tristes surprises...
Exact mon ami...............mais pour ça il faut que notre diplomatie ait une vraie vision stratégique des choses.Ce qui fait Fassi Fehri&Co aux affaires etrangéres ressemble parfois a de l'amateurisme.
Et ou l'institut royale des etudes stratégique dans tout cela et la DGED(veil stratégique)...........
Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division
avatar

messages : 6961
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 26 Déc 2009 - 17:56

zakaria a écrit:
Adam a écrit:
Bonjour les amis,
Le brat de fer qui s'annonce risque d'être à nos dépends si notre chalenger ne couple pas de la finesse à la force.
Si le denoument de l'affligeante affaire d'amina haidar portait la signature élyséene, malgré que toute les pressions sur nous étaient espagnoles, c'est qu'il s'est agit d'un partage des rôles dans la région et ou nous brillons encore par notre abscence:
La France considérant ce triste épisode comme portant atteinte à moyen terme à la sécurité de la région, tient à affirmer ainsi son rôle de gendarme de la meditérannée, surtout occidentale, un lac de plus en plus ébranlée par les remous américains via l'otan, avec qui une certaine algérie souhaiterait finaliser un partenariat qui finirait de mettre notre beau royaume dans une cage, d'ailleur ceci explique en gros l'effort de devellopement en armement algérien surtout naval; Paris légue en échange à madrid le pouvoir de définir les contours de la politique de l'UE dans la dite région et avec en priorité les formes d'évolutions de notre statut avancé, négocié prochainement lors du sommet maroc-UE à grenade.
Il nous faut aussi garder un oeil sur la Turquie est ce qu'elle en pense de notre statut avancé, car là aussi nos fréres otomans risquent de nous reserver de bien tristes surprises...

Exact mon ami...............mais pour ça il faut que notre diplomatie ait une vraie vision stratégique des choses.Ce qui fait Fassi Fehri&Co aux affaires etrangéres ressemble parfois a de l'amateurisme.
Et ou l'institut royale des etudes stratégique dans tout cela et la DGED(veil stratégique)...........

L'essentiel c'est que le Maroc ne doit faire confiance a personne,mettre une vraie equipe professionel aux AE pas ces bandes de clowns.Et dernierement se tourner vers le nord,sud et ouest et oublier l'est carrement,car si vous voyez l'histoire l'est ne nous a cause rien que problemes en majorite.l'algerie ne changera jamais tant que le FLN et les anciens Generaux sont aux pouvoirs,il faut eliminer l'espoir,pas de d'UMA et ell ne sera jamais fiable.Quant aux turques pas de confiance aussi.Comme je vous ai dit avant chacun pour soit et dieux pour tous,tant que je recoit tant que je donne.
Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6127
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Lun 28 Déc 2009 - 12:23

Citation :
Maroc-Polisario : la guerre de l'Internet

Sites officiels, forums, réseaux sociaux, blogs : une bataille quotidienne entreprise aussi bien par les citoyens ordinaires que par les officiels. Objectif : convaincre l’opinion internationale.
17 000 membres sur des groupes anti-Aminatou Haïdar dans Facebook. 20 000 blogs et une vingtaine de sites gérés par le Corcas.
Mobilisé sur le tard, le Maroc met les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu.

Jeudi 17 décembre, Aminatou Haïdar atterrit à l’aéroport de Laâyoune, présente son passeport marocain à la douane, se conforme aux normes internationales en vigueur à la frontière et entre sur le territoire national, sans tambour ni trompette. Un mois après que la militante séparatiste a entamé sa grève de la faim à l’aéroport espagnol de Lanzarote, l’incident est-il enfin clos ? Pas sur le Net en tout cas. Une simple recherche sur le site communautaire Facebook suffit pour s’en assurer. Ces derniers jours, pas moins d’une quarantaine de groupes s’y sont formés autour de cette affaire. Parmi ces derniers, certains soutiennent la militante séparatiste, dont «Free Aminatou Haïdar» (Libérez Aminatou Haïdar) qui comprend 6 400 membres. Ses détracteurs sont toutefois nettement plus nombreux : à eux deux, «Anti-Aminatou Haidar Propaganda !» et «Tous contre Aminatou Haidar» cumulent plus de 17000 membres. Dans ces groupes, les internautes critiquent sévèrement la militante séparatiste, mais aussi les autorités marocaines auxquelles ils reprochent le fait de l’avoir laissée retourner sur le territoire national ainsi que leur gestion de l’affaire en général.

Facebook, champ de bataille
Fait intéressant, une poignée d’internautes espagnols s’est même jointe aux critiques, allant à l’encontre de la tendance générale de l’opinion publique de notre voisin du nord. Leurs groupes se caractérisent par des effectifs modestes mais des messages significatifs comme « Yo también creo ke Aminatou Haidar llamaba a Telepizza y comía a escondidas» (Moi aussi, je pense que Aminatou Haidar commandait chez Telepizza et mangeait en cachette) -55 fans- ou «La huelga de hambre de Aminatou Haidar ya cansa» (Ras le bol de la grève de la faim de Aminatou Haidar) -192 fans. Dans ce dernier, le fondateur explique que son groupe n’est pas pro-marocain mais qu’il entend bien protester contre la publicité excessive qui a été faite autour de cette affaire.
Toujours sur Facebook, une nouvelle recherche fait surgir d’autres groupes. Arborant également un portrait de la séparatiste, le groupe «Sahara libre», nouveau slogan séparatiste, comprend 6 800 membres. Un autre, baptisé tout simplement «Sahara» 285 membres et visiblement créé de l’autre côté de la frontière, présente aux internautes des photos des villes des provinces du sud visiblement puisées dans des sites officiels marocains ainsi que des montages photos qui cherchent à comparer le Maroc à rien moins qu’un régime nazi. Cependant, encore une fois, malgré leur virulence, les effectifs de ces deux groupes restent très inférieurs aux anti-séparatistes. Ainsi, à l’heure où nous mettions sous presse mercredi 23 décembre, près de 43 000 internautes avaient adhéré, via l’application «Causes», à l’appel «Un million de signatures contre l’exclusion du Sahara marocain de la carte» de Facebook. Il faut dire qu’avec un million de Marocains sur Facebook, nous avons l’avantage du nombre.
Mais les débats autour de l’affaire Haïdar, et, plus généralement, la question du Sahara, ne se limitent toutefois pas à Facebook : Twitter, Youtube, Dailymotion, Myspace, Presse-Maroc, Collectif Bellaciao..., au-delà des sites officiels marocains, séparatistes et algériens, les points de vue, messages de propagande et escarmouches virtuelles sont légion sur la toile.

Objectif : 48 sites et 100 000 blogs pour le Corcas
Pourtant, contrairement aux apparences, les citoyens ordinaires ne sont pas les seuls protagonistes en place. Quelques clics, et c’est une toute autre scène qui s’offre à l’internaute. Sur www.corcas.com, Khalihenna Ould Errachid, président du Conseil royal consultatif des affaires sahariennes, invite sans ambages Mohamed Abdelaziz, secrétaire général du Polisario, à venir se frotter à la gestion locale dans les provinces du sud... dans le cadre de l’autonomie telle que proposée par le Maroc. L’extrait, et bien d’autres encore, est diffusé à partir du sous-sol d’une villa du quartier Souissi, à Rabat, tout comme www.sahara-online.net, www.sahara-culture.com, www.sahara-villes.com, www.saharadeveloppement.com, www.sahara-social.com et une série d’autres noms de domaines comportant le mot «Corcas». Dans ce «bouquet Internet» comme on l’appelle ici, les internautes ont accès à une série de documents destinés à présenter le Corcas, le plan d’autonomie marocain, mais aussi donner un aperçu des provinces du sud sur les plans économique, culturel, social, etc. C’est une véritable petite encyclopédie que l’on retrouve ainsi, dont l’offre va des recettes de cuisine à des balades aériennes au-dessus des villes en passant par des enregistrement de «madih», le tout géré par une vingtaine de personnes et traduit dans les 8 langues les plus utilisées du Net : arabe, espagnol, français, anglais, allemand, russe, portugais et italien (le chinois, deuxième langue en termes de contenu sur le net, sera bientôt ajouté à la liste). «Nous avons des journalistes spécialisés qui travaillent sur cela au quotidien. Par ailleurs, ces sites sont interactifs, ils sont traduits, changés et renouvelés quotidiennement. Nous avons également mis en place un système de surveillance pour savoir quel autre site ou bouquet est suivi. Tout cela a contribué à amener beaucoup de monde à appuyer la position marocaine», se réjouit M. Ould Errachid.
Il faut dire que ces sites, qui diffusent également les radios hertziennes de Dakhla et de Laâyoune ainsi que les chaînes nationales et TV Laâyoune, en plus d’une web TV, attirent entre 30 000 et 50 000 visiteurs par jour. Par ailleurs, leurs versions arabophones sont les premiers sites sur le Sahara à être visités dans le monde arabe. En parallèle, le Conseil gère en interne la bagatelle de 20000 blogs, et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : pour fin 2010, il vise les 100 000 blogs, y prévient-on. A noter que le site du Corcas et ses dérivés est hébergé à l’étranger. Curieux ? Non, tout simplement pratique pour permettre une vitesse de connexion plus rapide. L’une des armes du Net c’est aussi la rapidité de l’accès à l’information ; sans oublier l’impact, forcément positif, sur le classement dans les moteurs de recherche.
Le Corcas n’est cependant pas la seule structure étatique marocaine à s’être lancée sur la toile, bien loin de là. «Au ministère des affaires étrangères, nous sommes conscients que la guerre du Net existe et que nous y sommes confrontés. Nous avons pris les choses au sérieux: désormais, nous veillons à lire plus ou moins tout ce qui s’écrit sur le Maroc», indique-t-on au sein du département de Taïeb Fassi Fihri. Au ministère des affaires étrangères, une dizaine de personnes se relaient ainsi 20h/24 pour assurer, week-ends et jours fériés inclus, une veille informationnelle qui comprend de plus en plus Internet, avec l’affaire du Sahara en tête des thématiques surveillées. Ce n’est pas une surprise : cela fait des années qu’au ministère l’on a coutume de surveiller tout ce qui se publie dans la presse internationale à propos du Royaume. Aujourd’hui, toutefois, en s’étendant sur le Net, la veille inclut désormais aussi des sites électroniques à l’instar d’un www.hespress.com ou d’un www.backchich.info, des réseaux sociaux et même des blogs, sans compter les sites qui véhiculent la propagande séparatiste !

Un réveil officiel récent
Visiblement, sur la toile, notre pays est en train de mettre les petits plats dans les grands. Pourtant, hier encore, Internet était territoire séparatiste. «Lorsque Internet avait été créé dans les années 90, et ce jusqu’en 2006, date à laquelle le Corcas a été mis en place, le Polisario dominait la toile, tandis que le Maroc n’y avait aucune présence, et pas seulement en relation avec l’affaire du Sahara. Le Polisario en était même arrivé à influencer l’opinion marocaine via Internet, où, avec l’aide de ses supporters, il avait créé un réseau mondial de blogs, forums et sites influencés par la vision algéro-polisarienne de l’affaire», rapporte Khalihenna Ould Errachid. Une version que l’on confirme du côté du département de Taïeb Fassi Fihri. «Internet est apparu vers 1993, mais dès 1997, le camp adverse y était déjà virulent. En 1998, il avait bien compris l’intérêt qu’il y aurait à y investir. Au Maroc, nous travaillions sur plusieurs fronts, classiques : la presse, la télévision, les ambassades, les consulats. Au début, l’on a cru que tout cela était suffisant, mais avec le temps, on a réalisé que ce n’était pas le cas», explique ce cadre du ministère des affaires étrangères. «Aujourd’hui, il existe un lectorat important qui ne lit pas les journaux mais puise directement ses informations sur Internet. Or, sur le Net, on ne retrouve pas forcément la rigueur de la presse écrite». Ce n’est qu’entre 2002 et 2003 que l’on assistera à une véritable prise de conscience chez les officiels marocains. Le Corcas sera de la contre-attaque. «Avant 2006, les sites pro-Polisario faisaient la pluie et le beau temps sur Internet. Nous avons tout de suite compris les raisons de l’absence des thèses marocaines à propos du conflit du Sahara sur Internet : il fallait publier sur Internet plusieurs sites complémentaires qui mettraient en exergue les réalités politique, socio-économique et culturelle du Sahara et ce en plusieurs langues», y explique-t-on. Cela passe également par la mise en place de sites au contenu similaire mais sous différentes extensions, comme www.corcas.es,www.corcas.be ou www.corcas.tv pour la diffusion de la web TV sur internet.

La bataille pour Wikipédia
Une stratégie qu’il aura fallu mettre en place dans un champ de bataille en constante mutation. Du web-conflit au sens classique du terme - par sites électroniques interposés -, les batailles ont très vite migré vers de nouveaux terrains. Plus besoin de tanks ni d’avions de chasse : les nouvelles cibles s’appellent moteurs de recherche, réseaux sociaux, forums, chat-rooms et... blogs. La cible ? L’internaute, résidant souvent dans les pays occidentaux, est étudiant, membre de la société civile, chercheur. Il a recours à la
toile pour se renseigner sur le conflit du Sahara. L’arme ? L’information. «La communication via les sites web permet de corriger quelques informations inexactes véhiculées sur Internet jusqu’alors sur l’histoire du conflit, la cartographie de la région, l’identité sahraouie en tant que composante de l’identité marocaine, les actualités politiques et socio-économiques de la région», explique-t-on. En investissant le terrain de l’électronique, de l’Internet, l’on constitue un fonds documentaire virtuel. Le simple fait d’être là, d’apparaître dans les moteurs de recherche un millier de fois fait de ce fonds une référence. Dans le cas des blogs, forums ou autres, cette stratégie a mené à des résultats significatifs, mais elle a tout de même ses limites: si un blog indépendant peut être amené à changer de position par une information adéquate, un blog téléguidé par le camp séparatiste campera sur ses positions hostiles. Qu’à cela ne tienne, c’est ainsi que le Maroc a gagné du terrain, notamment au niveau de GlobalVoicesOnline, le site des journalistes et bloggeurs des pays en voie de développement, ou encore sur Wikipédia. En effet, l’encyclopédie online, qui avait connu une véritable bataille des définitions dans la page consacrée à l’affaire du Sahara, présente aujourd’hui des articles nettement plus équilibrés qu’il y a quelques mois, malgré la persistance de quelques différences entre une version française neutre, une version hispanophone encore influencée par la version séparatiste des faits, et une version anglophone quelque part entre les deux. Aujourd’hui, dans sa version francophone, on parle davantage du plan d’autonomie tandis que dans la version hispanophone l’on insiste davantage sur l’échec du deuxième plan Baker.

Mots clés et noms de domaines
Toutefois, qui dit informations à rechercher sur le Net, dit aussi mots clés. Pour se positionner au mieux dans les résultats des moteurs de recherche, l’on n’hésite plus à puiser ses mots clés dans le vocabulaire de l’ennemi. C’est ainsi que, désormais, rechercher le terme «Sahara Occidental» sur Internet ne mène plus automatiquement à des sites pro-séparatistes. Après tout, pour un étudiant européen habitué à voir sur la carte du monde «Sahara occidental», il paraît en effet logique d’avoir recours à cette appellation au moment d’effectuer une recherche sur le net, explique cette source proche du dossier : «Si on cherche “Sahara occidental” et que votre site s’appelle «provinces du sud», il n’apparaîtra jamais dans le moteur de recherche. En revanche, si vous l’appelez www.sahara-online.net, il apparaîtra en troisième ou en quatrième position après les sites du camp séparatiste. A ce moment-là, vous aurez gagné car il sera devenu une référence, avec un contenu qui est à vous». Une logique, poussée un cran au-dessus, avec des noms de domaines comme www.droits-humains.org, www.droit-au-retour.org, www.lavage-de-cerveau.com, www.endoctrinement.com, tous sites anti-séparatistes, mais dont on ignore l’identité des gestionnaires.
Enfin, les mots clés ne sont pas la seule surprise de l’arène du Net. En effet, jusqu’il y a peu, il est arrivé aux lecteurs de la presse algérienne de trouver dans la même page web un article favorable à la thèse séparatiste et une bannière publicitaire renvoyant vers... le plan d’autonomie marocain. «La publicité sur Internet a fait partie de notre politique de communication dès le départ. Nous avons été les premiers à communiquer sur les liens commerciaux de Google. Nous avons ensuite communiqué sur 120 000 sites web sous la bannière de Google. Nos sites web se sont même retrouvés sur les pages d’accueil des sites web de journaux bien connus en Algérie et ailleurs dans le monde», indique-t-on chez le Corcas où l’on souligne que plusieurs sites web algériens ont dû changer leur charte graphique pour éviter de se retrouver avec des publicités pro-marocaines en page d’accueil...Une chose est sûre, le Maroc officiel a su rattraper son retard sur la toile, saura-t-il convertir ses progrès en avancées concrètes auprès des opinions publiques internationales ? Il lui faudra sans doute encore du temps, beaucoup de temps, pour y parvenir. Toutefois, le Marocain lambda aura également un rôle à jouer dans cette affaire.


BROUILLAGE :Quand des hackers marocains piratent le site du Polisario

Il existe sur le Net deux types d’intervenants en faveur des thèses séparatistes : les premiers sont des associations étrangères de soutien au Polisario.
Approvisionnées quotidiennement en informations, photos et vidéos, ces dernières n’ont qu’une connaissance limitée, erronée voire fallacieuse de l’histoire du conflit mais maîtrisent parfaitement l’outil informatique. Les seconds sont, sans surprise, les services algériens, qui prennent en charge la gestion du service de propagande du Polisario, sa mailing-list et de certains blogs, forums et réseaux sociaux.
En face, les structures officielles marocaines sont loin d’être isolées. En effet, s’étant distingués par leurs attaques sur des sites israéliens et plus récemment suisses, il arrive aussi aux hackers marocains de s’en prendre aux sites séparatistes, au grand dam de certains qui jugent qu’ils renforcent ainsi la crédibilité des propos adverses. C’est ce qui est arrivé le 13 décembre dernier à l’agence de presse séparatiste SPS. En janvier 2008, c’était le site officiel du Polisario qui faisait les frais d’une attaque marocaine. En face, le camp séparatiste n’est pas resté les bras croisés. Le 1er avril dernier, l’association Sahara marocain voyait son site piraté par des hackers algériens.
Quant aux sites du Corcas, ils font l’objet de dizaines d’attaques quotidiennes par des Adresses IP Non Identifiées. En octobre 2008, un hacker marocain a également été accusé de s’en être pris au site «Tout sur l’Algérie». Selon une autre version des faits, ce seraient plutôt les gérants du site qui ont oublié de renouveler l’inscription du nom de domaine, laquelle aurait été achetée par une autre partie. Une chose est sûre, par un étrange mystère informatique, taper www.toutsurlalgerie.com vous mènera directement sur le portail, très marocain au demeurant, de www.hespress.com...


INSOLITE :Quand les habitants de Tindouf demandent au Corcas de rendre service


Qui a dit que, de l'autre côté des frontières, les camps du Polisario étaient privés d'Internet ? «Ils sont quelques milliers à venir consulter nos sites quotidiennement.
Ils accèdent à Internet via des liaisons satellitaires reliées à des réseaux espagnols voire européens dont l'adressage Internet leur est spécifique. Très souvent, les séparatistes utilisent les informations publiées, par exemple dans le site du Corcas www.sahara-culture.com pour faire la promotion de la culture hassanie» indique-t-on au sein Conseil.
Si un tel opportunisme reste prévisible, il arrive toutefois que l'interaction, via le Net, avec la population des camps prenne nos officiels complètement au dépourvu : «Le Corcas reçoit des demandes d'anciens combattants de l'Armée de Libération du Sud et qui se trouvent actuellement dans les camps de Tindouf afin de bénéficier du statut d'ancien combattant.
Nous recevons également des demandes de certains habitants des camps de Tindouf pour la régularisation d'affaires administratives dans les villes du Sahara ainsi que d'autres demandes personnelles ! ».


NOMS DE DOMAINES :Pas d’extension «.eh» pour le Polisario


On savait le Maroc et le camp séparatiste à couteaux tirés sur le Net, mais s'il est une bataille qui marque la montée en force de notre pays dans ce domaine, c'est bien l'affaire du «.eh». Revendiqué pendant un temps par le Pays basque (Euskal Herria), sans succès, car elle était déjà réservée au Sahara.
Cette extension Internet, à l’exemple d’un .ma pour le Maroc ou .fr pour la France (.eh pour Essakia El Hamra- Oued Eddahab) est, depuis deux ans, réclamée à la fois par notre pays et le camp séparatiste, mais risque de rester gelée des années, tant que, conformément au règlement de l'ICANN (Internet Corporation for assigned Names and Numbers, www.icann.org), instance chargée d’attribuer les noms de domaines, les deux concurrents ne décident pas de coopérer. «Avec l'avènement de l'Internet, l'ICANN avait décidé de prendre en considération la norme Iso-3166 pour l'octroi des extensions des pays et territoires sans se soucier de la mise à jour de la cartographie politique de la région.
L’extension «.eh» a donc été attribuée à la région du Sahara. Le Polisario, aidé d'une société commerciale catalane, a effectué la demande d'octroi du «.eh» en 2005, avant la création du Corcas.
«Le Maroc a contrecarré la demande par la soumission d'une demande similaire dans le cadre d'une commission nationale à laquelle a participé le Corcas», explique-t-on chez le Conseil. «C'est ainsi que le président du Corcas a adressé une lettre au Président de l'ICANN lui précisant le développement des installations Internet dans toute la région du Sahara et le support du Corcas à toute demande de gestion du domaine '.eh'. Le président du Corcas a ensuite reçu une réponse officielle de la part du président de l'ICANN lui signifiant le blocage ferme et définitif de l'attribution du nom de domaine '.eh' au Polisario et à ses supporters».


Houda Filali-Ansary
28-12-2009

la Vie Eco

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 11:57

Citation :

Le "polisario" n'a pas la volonté sincère de trouver un règlement au différend du Sahara (Khat Achahid)


Dubai - Le porte-parole du mouvement "Khat Achahid", opposé au "polisario", Mahjoub Salek, a souligné que la direction actuelle du front "polisario" n'a pas la volonté sincère de trouver un règlement au différend du Sahara, puisqu'elle tire profit du statu quo. Mahjoub Salek a appelé, dans une déclaration à la chaîne de télévision "Al Arabiya", diffusée jeudi soir, la direction actuelle du "polisario" à "ouvrir la voie devant les jeunes afin d'engager des négociations de bonne foi pour délivrer nos proches de leurs souffrances dans les camps de Lahmada et leur permettre de regagner leur patrie, la tête haute".
Il a également appelé la direction actuelle du "polisario" à ouvrir la voie au dialogue et à tenir un congrès libre et transparent, loin de toute mise en scène, afin de permettre à la population des camps de s'exprimer.
Il a en outre dénoncé avec force les pratiques de la direction actuelle du "polisario" la qualifiant d'"incapable" et de "corrompue", rappelant qu'elle n'a rien apporté à la population des camps depuis le cessez-le-feu.
"Le polisario, n'a fait qu'exploiter, à des fins mercantiles, les souffrances qu'endurent les femmes, les enfants et les personnes âgées dans l'enfer des camps, a-t-il ajouté, soulignant qu'à travers cette instrumentalisation de la souffrance, le "polisario" cherche à rester éternellement au pouvoir, sans rien faire pour délivrer les habitants des camps de leurs souffrances à cause de ce conflit qui n'a que trop duré.
De son côté, Mohamed Ould Mohamed Mbarek, membre du mouvement "Khat Achahid" a appelé la direction actuelle du "polisario" à démissionner et à ouvrir la voie devant de jeunes directions, qualifiant de "catastrophique" la situation dans les camps de Tindouf.
http://www.map.ma/fr/sections/accueil/le_polisario_n_a_p/view
Bonjour les amis,
La politique de mr Ross serait elle entrain de prendre l'eau?? Le trés probable et supposé accord stipulant le netoyage de la scéne de tout autres mini-acteur n'a finalement pas pris!!
PS. Monsieur Mahjoub Salek serait il irreçevable sur les plateaux télé espagnoles???

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6127
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 12:36

Citation :
Sahara : ce qu'il faut retenir de l'affaire Haidar

Sincère sans nul doute, Aminatou Haidar, la militante sahraouie de retour chez elle après sa grève de la faim, est au cœur d’un bras de fer qui la dépasse – et dont nul ne perçoit l’issue – entre le Maroc et le Polisario.

Article paru dans Jeune Afrique n°2554 du 20 au 26 décembre 2009

« Le Maroc veut ma mort. C’est ce qu’il veut. C’est sa gloire. » Au trente-deuxième jour de sa grève de la faim, à la veille de son évacuation précipitée, le 17 décembre, vers l’hôpital le plus proche, Aminatou Haidar murmure ces mots au journaliste algérien d’El-Watan venu l’interroger dans un recoin du local pour chauffeurs de bus de l’aéroport d’Arrecife, sur l’île canarienne de Lanzarote. Recroquevillée sous les couvertures, une bouteille d’eau sucrée à la main, cette mère de deux enfants âgée de 42 ans sait alors que son geste illustre jusqu’à l’absurdité suicidaire l’inextricable complexité du conflit du Sahara occidental. Elle sait aussi, pour avoir déjà mené pareille grève en 2005 dans la prison de Laayoune, que l’État marocain, a priori, ne cédera pas. Impasse donc, potentiellement dramatique mais incontestablement calculée de la part de cette militante très proche du Front Polisario qui n’a jamais accepté la marocanité de l’ex-colonie espagnole, tout en refusant l’exil dans les camps de réfugiés en Algérie.
Changement de décor, le surlendemain, peu après minuit. Un avion médicalisé espagnol se pose sur l’aéroport Hassan-Ier de Laayoune avec, à son bord, celle que ses admirateurs remplis d’enthousiasme – si ce n’est de sens de la mesure – appellent « la Gandhi sahraouie ». L’accueil est glacial. Passage furtif de l’ombre voilée entre les guichets de la police. Une voiture, conduite par un membre de sa famille, l’attend et disparaît bientôt dans la nuit. Fin d’une affaire qui, pendant plus d’un mois, aura passionné les médias, crispé un peu plus encore les relations entre les deux grands voisins du Maghreb, mis le gouvernement espagnol au bord de la crise de nerfs, mobilisé jusqu’à l’hôte de l’Élysée et rappelé au monde l’existence d’un conflit oublié.
Expulsée vers Lanzarote le 13 novembre pour avoir refusé de remplir la case « nationalité » sur sa fiche de débarquement à son arrivée à Laayoune et inscrit « Sahara occidental » comme lieu de résidence, Aminatou Haidar est une indépendantiste à la fois déterminée et totalement assumée. Pourtant, illustration de toutes les ambiguïtés d’une lutte en trompe-l’œil, c’est dans le sud du Maroc, dit incontesté, non loin de Tata, au sein d’une tribu sahraouie plutôt acquise au Makhzen, les Izarguiyine, qu’elle a vu le jour. Principale communauté de la confédération Tekna, les Izarguiyine sont des nomades sédentarisés entre Agadir et Boujdour qui, en souvenir de l’alliance contractée il y a trois siècles avec le sultan alaouite Moulay Ismaïl, ont largement participé aux combats de la résistance antifrançaise menés par l’Armée de libération marocaine au milieu des années 1950. À l’instar d’un Mohamed Abdelaziz, natif de Marrakech, et de quelques autres dirigeants du Polisario, le lieu de naissance d’Aminatou Haidar lui vaudrait en principe d’être écartée des listes électorales en cas de référendum au Sahara occidental.
« The game is over »
Titulaire d’un bac marocain, fonctionnaire municipale à Boujdour, la jeune femme a été une première fois enfermée pendant quatre ans, de 1987 à 1991, dans des conditions très dures qui lui vaudront une décennie plus tard d’être indemnisée par l’Initiative Équité et Réconciliation (IER), mise en place par le roi Mohammed VI : 480 000 dirhams au total (42 000 euros) qu’elle exige et obtient de cet État que, pourtant, elle &shy;rejette. Nouveau séjour en prison – sept mois – en 2005 après les &shy;émeutes de Laayoune, d’où cette femme, beaucoup moins frêle qu’elle n’en a l’air, ressort avec une auréole de pasionaria. Dès lors, Aminatou Haidar devient une sorte d’icône, à la fois utile pour le Front Polisario, qui instrumentalise avec son consentement cette militante de l’intérieur, et de plus en plus ingérable pour le Maroc, qui ne sait comment enrayer la spirale sans être aussitôt accusé de porter atteinte aux droits de l’homme. Se croit-elle intouchable ? C’est probable. Collectionnant les prix, particulièrement en Espagne et aux États-Unis, elle multiplie les déclarations hostiles à la politique saharienne du royaume et ne perd pas une occasion de remercier le grand frère algérien pour le soutien qu’il apporte à sa cause. Une photo, immédiatement exploitée par les médias du royaume, fait le tour d’Internet : Aminatou posant aux côtés de l’ambassadeur d’Algérie à Washington avec, autour du cou, une écharpe aux couleurs du drapeau algérien.
C’est pourtant avec un vrai passeport marocain délivré en 2006 qu’Aminatou Haidar voyage. Une contradiction qu’elle résout à sa manière en refusant d’inscrire le mot « Maroc », remplacé par celui de « Sahara occidental », sur sa fiche de débarquement chaque fois qu’elle revient à Laayoune. À l’aéroport, les policiers froncent les sourcils : « C’est un peu comme si un militant kabyle arrivant à Alger inscrivait sur sa fiche “Tizi-Ouzou, Kabylie”, explique l’un d’eux, ou comme si un indépendantiste corse débarquant à Roissy écrivait “Ajaccio, Corse”. » Mais, faute de consignes claires, on la laisse passer. Jusqu’à ce 13 novembre 2009. Pourquoi ce changement d’attitude ? À Rabat, le ton s’est brusquement durci. Depuis le 8 octobre, sept militants sahraouis de l’intérieur, de retour d’une tournée triomphale dans les camps du Polisario à Tindouf, sont détenus après avoir été interpellés à l’aéroport de Casablanca. Le 6 novembre, lors de son discours anniversaire de la Marche verte, le roi Mohammed VI lance un avertissement très clair : plus aucune provocation de ce type ne sera tolérée, dit-il en substance : « The game is over. »
Tester les « lignes rouges »
Aux yeux du pouvoir marocain, en multipliant les opérations de ce type, les indépendantistes cherchent à tester les « lignes rouges » et à compenser sur le terrain de l’opinion internationale les revers subis sur le plan diplomatique. Ainsi, explique-t-on à Rabat, l’infléchissement redouté de l’administration américaine démocrate en faveur de la thèse du référendum d’autodétermination n’a-t-elle pas eu lieu, Barack Obama laissant sur ce point les coudées franches à sa secrétaire d’État, Hillary Clinton, considérée comme plus proche du Maroc que de l’Algérie. Une position qui serait également celle de l’envoyé spécial de l’ONU, Christopher Ross, lequel ne serait pas loin de se ranger à l’opinion de son prédécesseur, Peter Van Walsum, qui avait qualifié d’« irréaliste » l’option de l’indépendance. Dans ce contexte et à quelques semaines d’une énième série de négociations informelles entre les deux parties au conflit, l’action spectaculaire d’Aminatou Haidar est – si l’on peut dire – du pain bénit pour le Polisario. L’occasion d’équilibrer le rapport de force, de jeter un voile pudique sur l’état des libertés dans les camps de la hamada de Tindouf ainsi que sur l’absence, depuis trente ans, de tout recensement des réfugiés. L’occasion aussi d’influer sur l’opinion publique espagnole afin qu’elle contraigne son gouvernement à s’éloigner des positions marocaines sur le Sahara.
Reste qu’en prenant la décision d’expulser Aminatou Haidar, au motif qu’elle a renié une nationalité jamais acceptée, plutôt que de fermer une nouvelle fois les yeux ou de déclencher contre elle, sur place, des poursuites judiciaires, les autorités de Rabat ont pris le risque d’en faire une martyre hyper médiatisée, alors même que les convictions de cette militante sont minoritaires au sein des populations du Sahara occidental. Le crescendo des déclarations a également conduit la classe politique marocaine, gouvernement et opposition confondus, à mettre directement en cause l’Algérie, pays protecteur du Polisario et qualifié de « grand allié » par Aminatou Haidar. La clé de tout le conflit saharien est à Alger, répète-t-on à Rabat, où l’on se dit persuadé, à tort ou à raison, que les autorités algériennes peuvent, à tout moment, faire revenir la gréviste de Lanzarote sur sa décision. En Algérie, le pouvoir – même si les médias multiplient les reportages au chevet de la militante sahraouie – s’abstient de tout commentaire. Le décompte des points, pense-t-il sans doute, ne lui est pas défavorable.
Zapatero sollicite Sarkozy
Le 14 décembre, alors que la tension diplomatique entre Rabat et Madrid – qui souhaite se débarrasser au plus vite de cette bombe à retardement qu’est devenue Haidar &shy;– s’accroit d’heure en heure, le chef du gouvernement espagnol José Luis Zapatero sollicite le président français, Nicolas Sarkozy, pour une médiation. Le lendemain, ce dernier reçoit à l’Élysée le ministre marocain des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri, et lui suggère d’autoriser Aminatou Haidar à rentrer à Laayoune, où son passeport marocain, confisqué depuis le 13 novembre, pourra lui être remis. En échange, les autorités espagnoles se font fort d’obtenir de la militante qu’elle renonce à inscrire « Sahara occidental » comme pays de résidence sur sa fiche de débarquement. Le 17, le roi Mohammed VI informe par message Nicolas Sarkozy de son accord sur les termes de ce compromis.
À 22 h 15 ce soir-là, Aminatou Haidar quitte Lanzarote pour Laayoune : « C’est un triomphe pour la cause sahraouie », dit-elle, rayonnante, aux journalistes. En réalité, si elle n’a pas prononcé les excuses publiques qu’exigeaient d’elle les autorités marocaines, la gréviste de la faim a bien écrit le mot « Maroc » dans la case réservée à cet effet, annulant par là le geste de siba (« dissidence ») qui lui avait valu d’être expulsée. Chacun, dans cette affaire, a donc sauvé la face, perdu quelques plumes provisoires et conclu une trêve que l’on sait fragile. On imagine mal, en effet, Aminatou Haidar ne pas reprendre son périlleux combat pour une cause incertaine. Et nul n’imagine le Maroc renoncer un jour à sa profondeur historique.

Jeune Afrique

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 18:57

Sans y avoir, que je sache, aucune festivite' nationale ou religieuse, le faite que le Souverain marocain s'adresse a la Nation ne peut que signifier un annonce vital pour le Maroc, pour cette raison je le poste sur ce topic. (Regionalisation?)

Citation :
Discours Royal
S.M. le Roi Mohammed VI adressera dimanche soir un discours à la nation

"Le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie annonce que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'Assiste, adressera dimanche un discours à son peuple fidèle.
Le Discours Royal sera diffusé sur les ondes de la radio et à la télévision dimanche 17 Moharram 1431 de l'Hégire, correspondant au 3 janvier 2010, à partir de 20H30.
Puisse Dieu préserver Sa Majesté le Roi pour le bien de son peuple fidèle et le combler en la personne de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et de l'ensemble de l'Illustre Famille Royale. Dieu l'Audient exauce les v ux de ceux qui l'implorent".

http://www.map.ma/fr/sections/a_la_une_3/sm_le_roi_adressera/view
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 19:13

Leo Africanus a écrit:
Sans y avoir, que je sache, aucune festivite' nationale ou religieuse, le faite que le Souverain marocain s'adresse a la Nation ne peut que signifier un annonce vital pour le Maroc, pour cette raison je le poste sur ce topic. (Regionalisation?)

Citation :
Discours Royal
S.M. le Roi Mohammed VI adressera dimanche soir un discours à la nation

"Le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie annonce que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'Assiste, adressera dimanche un discours à son peuple fidèle.
Le Discours Royal sera diffusé sur les ondes de la radio et à la télévision dimanche 17 Moharram 1431 de l'Hégire, correspondant au 3 janvier 2010, à partir de 20H30.
Puisse Dieu préserver Sa Majesté le Roi pour le bien de son peuple fidèle et le combler en la personne de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et de l'ensemble de l'Illustre Famille Royale. Dieu l'Audient exauce les v ux de ceux qui l'implorent".

http://www.map.ma/fr/sections/a_la_une_3/sm_le_roi_adressera/view
C'est sûr, ça doit être très important. Merci Léo
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21623
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 19:14

y´a rien le 3 janvier comme occasion de discours,c´est bizarre ca et rare en meme temps? Shocked

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 19:30

Sans avoir des informations suplementaires et dans le cas ou il y aurait des bruits de bottes a Tindouf alors on peut jouer a la politique-fiction et aventurer la posibilite'e d'une rupture des relations diplomatiques avec l'Algerie; mettre des conditions fermes pour la continuite'e des negotiatios avec le polisario et dans ce cas annoncer l'etat d'urgence dans le sud.
Tous ca avec un tres grand point d'interrogation

C'est comme j'ai dit avant rien que la politique-fiction.
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21623
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 19:36

supposition/
min: lancer le chantier de reforme de la justice(meme si ca peut attendre une fete comme occasion)
max: lancer la regionalisation,mais la ce sera mettre l´autre partie devant les faits accomplis..
/supposition

_________________
Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6127
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 19:37

la dernière fois qu'il a fait un discour surprise c'étais pour annoncer l'INDH
ca doit etre aussi trés important...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
L'Antidote
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 861
Inscrit le : 15/03/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 20:24

Vidéo de Khat Al Chahid





_________________
Celui qui se bat, pourrait perdre, mais celui qui ne se bat pas, a déjà perdu!

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire ( Albert Einstein )

les Keufs se font traumatiser par certains jeunes
Tu veux la paix ? pousse à la salle ou achète un GUN!
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6524
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 20:38

Yakuza a écrit:
supposition/
min: lancer le chantier de reforme de la justice(meme si ca peut attendre une fete comme occasion)
max: lancer la regionalisation,mais la ce sera mettre l´autre partie devant les faits accomplis..
/supposition

ça sera surrement un acte offensif , la machine propagandiste algéro-polisarienne nous a mis sur la défensive et là on réplique

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
big boss
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 755
Inscrit le : 03/04/2008
Localisation : Casablanca, Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   Sam 2 Jan 2010 - 20:53

Citation :
d'une rupture des relations diplomatiques avec l'Algerie...annoncer l'etat d'urgence dans le sud

Le roi ne fait pas un discours a la nation pour annoncer une rupture des relations avec un pays , c'est au MAE de faire un communiquer , et la situation est calme et normale dans le sud , donc il y a aucun intérêt a déclarer l'état d'urgence. Je pense le plus probable c'est l'entrée en vigueur de la régionalisation et l'autonomie au sahara pour mettre les adversaires devant le fait accomplit. Bref, SM nous a mis l'eau a la bouche , on attend avec impatience demain soir.


Dernière édition par big boss le Sam 2 Jan 2010 - 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://far-maroc.forumpro.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualités du Sahara Marocain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités du Sahara Marocain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» inondations au sahara
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Pain marocain de Coco
» Actualité des Années 60

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: