Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le Sahel zone de non-droit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20 ... 24  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Jeu 29 Oct 2015 - 19:50

Citation :
US Training Niger Army to Resist Boko Haram



Niger soldiers provide security for an anti-Boko Haram summit in Diffa city, Niger, Sept. 3, 2015.



Carla Babb October 28, 2015 11:02 AM


PENTAGON—

American soldiers have begun training units of Niger's army at the edge of the Sahara Desert, in what a U.S. official calls a “new wave” of military support for African states battling Boko Haram militants.

More training will follow for national armies in Cameroon, Nigeria and Chad, the official told VOA, speaking on condition of anonymity. Extremists from Boko Haram are based in northeastern Nigeria, but they have carried out notorious attacks throughout the Lake Chad region - Niger, Chad, Cameroon and Nigeria.

Training in Niger began on October 19 at Agadez, the largest city in central Niger, once a center for caravans crossing the Sahara.



The Niamey government requested the U.S. mission to Niger, U.S. Africa Command spokesman Chuck Prichard told VOA Wednesday.

What training will cover

About 40 American soldiers who arrived last week at Niger-controlled Air Base 201 will provide eight weeks of training to about 150 Nigerien troops. Prichard said instruction will cover basic soldier skills, including small-arms marksmanship.

"This training benefits Nigerien military personnel and U.S. Army soldiers who share the mutual security goal of regional stability and security in Africa," said Major General Daryl Williams, the commander of U.S. Army Africa.

The U.S. embassy in Niger says the training program is expected to last a few months, with a goal of enhancing “the professional skills of the Nigerien military personnel with an emphasis on airfield security procedures."

U.S. Air Force participation

Some U.S. Air Force members also will be involved in the training at Agadez. The U.S. Africa Command spokesman said airmen will arrive in early 2016, after the Army's two-month program is completed, to teach those same 150 Nigerien soldiers airfield security procedures.

Prichard said the U.S military has recently carried out other training in Niger, but "nothing as big as what's going on now."

The U.S. Defense Department has about 250 personnel in Niger, providing embassy security, training and intelligence gathering.



Current U.S. military efforts in nearby Cameroon—now set to help with airborne surveillance—will “eventually evolve into training” as well, a U.S. official told VOA on the condition of anonymity.

Earlier this month, President Barack Obama ordered about 300 U.S. military personnel to Cameroon to conduct airborne intelligence, surveillance and reconnaissance operations.

The troops were invited by Cameroon’s government as part of a larger international effort to stop the spread of violent extremists in West Africa, a U.S. defense official said at the time.

The need for international action has become “more urgent as Boko Haram and other organizations ramped up their violent activities,” the defense official added.

Lake Chad region

Nigeria, the home base of Boko Haram militants, and Chad also are expected to receive training and other military support from the United States in the coming months, according to the U.S. official.

“The short answer is, ‘yes,’ there is something going on in Nigeria,” the official said.

The United States started training Nigerian forces to fight Boko Haram militants last year, but Nigeria’s government canceled the training for unspecified reasons.

While U.S. officials have urged that training be used to fight extremists, military aid has been sent to these African countries without restrictions on the purpose of U.S.-funded programs.

"This training is part of U.S. AFRICOM's core mission to help our partners strengthen their defense capabilities," Prichard said. "The skills gained during these military-to-military exchanges can be used by the participants for a broad range of activities to secure their home countries or contribute to a regional security effort."

http://www.voanews.com/content/us-training-niger-army-to-resist-boko-haram/3026340.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 2 Nov 2015 - 20:19

Citation :
Tchad: des militaires ciblés par deux attaques de Boko Haram

Par RFI Publié le 02-11-2015 • Modifié le 02-11-2015 à 16:25


Un village sur les bords du lac Tchad, côté tchadien.
RFI/Sayouba Traoré



Deux attaques attribuées au groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Boko Haram) ont eu lieu dimanche dans la région du lac Tchad. Bilan : une dizaine de personnes tuées et onze blessés. Depuis quelques mois, les islamistes utilisent le même mode opératoire.

Le communiqué de l’état-major général des armées diffusé dimanche soir indique que finalement ce sont seize assaillants qui ont été tués à Kaiga Kinguirya, au Tchad. Cette localité, où se trouve un cantonnement de l’armée, a été attaquée tôt dimanche matin par des hommes venus du Nigeria voisin. Les Tchadiens ont riposté et sont parvenus à repousser très vite l’ennemi qui semble être entré dans une logique de harcèlement. Dans leur fuite, les islamistes ont aussi abandonné un blessé.

Un peu plus tôt, c’est le poste militaire de Bamou qui avait reçu la visite de trois kamikazes qui tentaient de s’approcher des positions des militaires tchadiens. La sentinelle du camp avait alors donné l’alerte en essayant de les tenir à distance. Mais devant leur refus d’obtempérer, il leur a finalement tiré dessus. Deux kamikazes sont morts sur le coup. Le troisième est parvenu à déclencher sa charge d’explosifs blessant au passage onze civils.

Dimanche soir, les services exploitaient toutes les pistes pour essayer d’anticiper les prochaines incursions du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Boko Haram). Ils essayent d'interroger le combattant islamiste capturé après avoir été blessé à Kaiga Kinguirya.

http://www.rfi.fr/afrique/20151102-tchad-militaires-cibles-deux-attaques-boko-haram-lac-kamikaze
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 2 Nov 2015 - 20:39

Citation :
L’opération Barkhane, un « permis de tuer au Sahel »

Le Monde.fr| Le 02.11.2015 à 10h47 • Mis à jour le 02.11.2015 à 12h40




Depuis l’intervention française au Mali, le ministère de la défense se félicite régulièrement de la « mise hors de combat » de présumés terroristes. L’armée française administre la peine de mort, alors que la France l’a abolie en 1981 et que sa diplomatie promeut l’abolition partout à travers le monde. Ce curieux paradoxe vient de l’absence de réflexion sur la manière de lutter contre le terrorisme.

La France a épousé la conception américaine de lutte contre le terrorisme, la fameuse war on terror, sans en mesurer les conséquences et surtout sans en constater la tragique inefficacité. Il suffit pour s’en convaincre de regarder dans quel état se trouvent l’Afghanistan et l’Irak pour comprendre combien cette stratégie est un échec. Un échec total. Le Mali ne fait pas exception à la règle. Dix-huit mois après le début de l’intervention française, la situation sécuritaire dans le Nord est des plus précaires malgré la présence militaire internationale, et la situation à Bamako aussi dégradée qu’à la veille de la chute du président Amadou Toumani Touré.


Je fais pourtant partie de ceux qui considèrent que l’intervention était une décision politique courageuse du président Hollande. Malheureusement, la victoire militaire s’est transformée en défaite politique par absence de réflexion sur les causes du terrorisme, doublée d’un déni troublant des réalités politiques maliennes.

Vengeance contre légitime défense

La lutte contre le terrorisme ne peut se limiter à l’élimination de chefs présumés. Exécuter sans aucune forme de procès de présumés terroristes, c’est tuer au nom de nos valeurs, ce que, justement, nous reprochons à nos adversaires. Certains avancent la légitime défense. C’est oublier qu’elle est définie en droit français : la riposte doit intervenir au moment de l’agression, sinon c’est une vengeance. Et c’est ainsi qu’elle est perçue par les populations locales, car exécuter un présumé chef terroriste, c’est avant tout tuer un père, un mari, un fils ou un frère. Je n’oublie pas pour autant les victimes du terrorisme, mais, dans un Etat de droit, il revient à la justice de faire la lumière et de sanctionner. Promouvoir l’Etat de droit de manière crédible comporte une exigence non négociable : l’exemplarité.

Cette stratégie du Talion masque le fond du problème : pourquoi ces mouvements terroristes s’enracinent-ils dans certaines régions et pas dans d’autres ? Pour ce qui est du nord du Mali la réponse est assez simple, même si la solution l’est bien moins. La défaillance de l’Etat dans le Nord et sa présence prédatrice voire meurtrière (l’armée malienne s’est livrée à des exactions à plusieurs reprises depuis l’indépendance y compris récemment) ont laissé un espace à des groupes armés qui remplissent aussi des fonctions sociales au-delà de la terreur qu’ils exercent sur les populations. Les populations du nord du Mali ne goûtent guère à la philosophie de vie imposée par les groupes terroristes, mais elles n’apprécient pas plus la présence de l’Etat malien telle qu’elles l’ont toujours connue.

Cet Etat malien post-indépendance n’a jamais été une bénédiction pour ces populations. Alors, quand elles tombent sous le joug des groupes terroristes, elles font ce qu’elles ont toujours fait depuis des décennies : elles s’adaptent. Elles ne font que passer d’une situation précaire à une autre. Ces groupes terroristes cherchent aussi à se faire accepter, ils achètent des denrées à des prix élevés, transportent les personnes malades dans les plus proches dispensaires ou font régner l’ordre. Des témoignages confirment la sécurité qui régnait à Gao sous l’empire de ces groupes, ce qui, bien évidemment, n’excuse en rien les violences commises par ceux-ci — encore que la diplomatie française ne semble pas s’émouvoir pour les mêmes violences quand elles sont commises par l’Arabie saoudite… Question de pouvoir d’achat ?

La responsabilité des autorités maliennes

Les populations du Nord se sont, en outre, complètement détournées de la vie politique et de son système représentatif tels que les conférences nationales du début des années 1990 les ont imposés. La démocratie tant vantée par l’Occident se trouve déclinée localement au profit d’intérêts particuliers, dans une logique de prédation, à l’image de ce qui se passe à Bamako. La démocratie est perçue comme permettant à une minorité de s’enrichir en toute impunité avec la bénédiction de la communauté internationale, dont l’hypocrisie confine à la complicité. C’est cette perception qu’il convient d’intégrer pour comprendre qu’un contingent militaire et des milliards d’euros annoncés lors de conférences internationales ne convainquent plus personne sur le terrain.

Comme je l’ai souligné, la solution n’est pas simple. Commençons d’abord par une ambition fondée sur l’exigence de vérité. Les autorités maliennes sont les premières responsables de cet énorme gâchis. Arrêtons de nous voiler la face, soyons exigeants dans le partenariat avec le Mali. Ne nous contentons pas de faux-semblants, sans quoi les mêmes causes produiront les mêmes effets. J’ai souvent entendu dire que toutes les vérités n’étaient pas bonnes à dire. La force d’une vérité n’est pas d’être tue mais d’être dite, avec le respect que l’on doit à chacun. C’est sur ce terrain que la France est attendue.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/11/02/permis-de-tuer-au-sahel_4801279_3212.html#Glb6kaKeyzMdUhr2.99
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 3 Nov 2015 - 18:44

Citation :
Cameroun: visite surprise d'une ministre française dans l'Extrême-Nord, cible de Boko Haram


AFP 03/11/2015


La secrétaire d'Etat française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, a effectué mardi une visite-surprise à Maroua, chef-lieu de la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, cible régulière d'attaques et d'attentats des islamistes nigérians de Boko Haram, a constaté un journaliste de l'AFP.

"La pauvreté et le sous-développement sont le terreau de la radicalisation, d'où l'importance dans un territoire en faillite économique et sociale de recréer de l'activité, de redonner des revenus et d'épauler les ONG", a souligné Mme Girardin à son arrivée dans la ville, quadrillée par la police et l'armée.

Voulant par sa présence - la première visite d'un ministre français à Maroua depuis 2007 - apporter "un message de solidarité aux populations de l'Extrême-Nord", elle a estimé qu'il fallait "aller sur le terrain, là où les besoins humanitaires sont les plus importants". La région de l'Extrême-Nord - l'une des plus pauvres du Cameroun - est régulièrement frappée par des attaques et des attentats-suicides meurtriers commis par Boko Haram, qui a rallié le groupe de l'Etat islamique (EI).

Le président camerounais Paul Biya et Mme Girardin avaient déjà évoqué lundi la menace que fait peser Boko Haram sur l'extrême-nord du pays, "qui reste une préoccupation majeure pour les autorités", toujours demandeuses d'un soutien technique à la force régionale (Nigeria, Cameroun, Tchad, Niger et Bénin) en lutte contre les islamistes nigérians, selon la secrétaire d'Etat française.
Le Cameroun accueille plus de 300.000 réfugiés, dont 60.000 Nigérians, mais aussi 250.000 Centrafricains ayant fui la crise dans leur pays.

http://www.lorientlejour.com/article/952838/cameroun-visite-surprise-dune-ministre-francaise-dans-lextreme-nord-cible-de-boko-haram.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 4 Nov 2015 - 22:09

Citation :
Boko Haram: la panique s’empare des Nigériens dans le Sud-Est

Par RFI Publié le 04-11-2015 • Modifié le 04-11-2015 à 08:06


Le camp de Kabelawa, à deux heures au nord de Diffa a déjà accueilli 2 500 déplacés nigériens évacués des îles du lac Tchad.
Pierre Pinto/RFI


Dans le sud-est du Niger, plusieurs milliers de villageois à proximité du lac Tchad ont installé des campements au bord de la route. Ils ont évacué leur village de Baroua, attaqué à trois reprises le mois dernier, disent-ils, par les insurgés de Boko Haram. Ils réclament des autorités de l’eau et de la nourriture, mais attendent surtout un détachement militaire permanent pour assurer leur sécurité.

Les autorités du sud-est du Niger ne le cachent pas, les environs de Baroua sont infestés d’insurgés. De nombreux jeunes du village ont rejoint les rangs des combattants de Boko Haram. Le groupe y a mené des exactions à trois reprises en octobre, déplore Villama Al Hazi Manga, le chef du village de Baroua.

« Les enfants des villages qui nous entourent participent aux attaques de Boko Haram. Ils sont installés dans des localités à moins de six kilomètres de Baroua, donc nous nous voulions une présence militaire permanente, un détachement d’hommes qui résident à Baroua pour nous protéger. C’est ce que nous avons demandé, mais on nous a dit non », a-t-il notamment déclaré.

Aide humanitaire

Les forces de défense et de sécurité mènent des patrouilles quotidiennes le long de la bande frontalière, qui est, de leur aveu, vulnérable sur 250 kilomètres. « On ne peut pas mettre sur pied un détachement permanent à chaque fois qu’un village est attaqué », rétorque Hassan Ardo Ido, secrétaire général du gouvernorat de Diffa.


Ses services vont néanmoins recenser les populations dans le campement pour leur fournir une assistance humanitaire. Le vice-président de l’Assemblée nationale, Daouda Mamadou Marté, est lui en faveur d’un détachement conséquent. « Nous aurions préféré que les villageois restent à Baroua, car leur campement au bord du goudron ne les protège de rien, ils peuvent aussi être attaqués au bord de la route ! C’est vrai qu’il y a une psychose, et que le danger existe, donc d’ici dix jours il faudra nettoyer en profondeur cette zone à proximité du lac Tchad », préconise l’élu de Diffa.

Les rives du lac, au carrefour du Niger, du Cameroun, du Tchad et du Nigéria sont plus que jamais devenues le maillon faible de la lutte que mènent les quatre pays contre Boko Haram.

http://www.rfi.fr/afrique/20151103-niger-diffa-baroua-boko-haram-terrorisme
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Jeu 5 Nov 2015 - 17:25

Citation :
Niger: l'aviation bombarde des positions de Boko Haram dans le Sud-Est


Par RFI Publié le 05-11-2015  •  Modifié le 05-11-2015 à 03:48


Des soldats nigériens patrouillent dans le nord du Nigeria, sur les traces de Boko Haram.
AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES


L’armée nigérienne a pour la première fois déployé des moyens aériens pour neutraliser des insurgés de Boko Haram dans le sud-est du Niger. Elle n’annonce pas de bilan pour l’heure. Ces frappes ont visé une zone proche du village de Dagaya, où des éléments des forces du Niger sont tombés dans une embuscade avant-hier, embuscade qui a fait un mort dans les rangs des soldats nigériens.


Les autorités nigériennes livrent peu de détails, mais le nouveau gouverneur de Diffa a confirmé l’emploi de moyens aériens pour neutraliser un groupe d’insurgés. Le général Abdou Kaza ne donne pas plus de précisions.

Le Niger dispose de deux hélicoptères de combats MI 35, de Sukoï et de Cesna. Ils sont rarement mobilisés dans le sud du pays, mais ces frappes à Dagaya ont tout l’air d’une riposte à l’embuscade tendue par les insurgés dans cette même zone de Dagaya à mi-chemin entre Bosso et Diffa. Un convoi militaire a roulé sur une mine, s’est suivi un échange de tirs avec des insurgés. Le bilan officiel fait état d’un soldat nigérien tué.

Selon une source dans la région, cette embuscade très bien menée d’un point de vue opérationnel a permis aux insurgés de repartir avec des munitions et des véhicules du convoi militaire, mais cette information n’est pas confirmée.

Ces dernières semaines, Boko Haram s’était surtout manifesté lors de pillages et de raids contre les civils dans les villages ou lors d’attentats kamikazes, l’embuscade de Dagaya indique que les combattants islamistes ne renoncent pas aux attaques frontales, et qu’ils ont encore les moyens de déstabiliser l’adversaire en puisant à leur guise dans leur large gamme d’options tactiques, d’où sans doute cette riposte aérienne musclée de l’armée nigérienne.

http://www.rfi.fr/afrique/20151105-bombardements-armee-niger-boko-haram-aviation  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Jeu 5 Nov 2015 - 21:21

Citation :
G5 Sahel: les chefs d'état-major signent une charte de coopération

Par RFI Publié le 05-11-2015


Capture d'écran d'une vidéo de propagande de Boko Haram montrant son chef Abubakar Shekau, le 20 janvier 2015.
AFP PHOTO / BOKO HARAM


Les cinq chefs d'état-major généraux des armées du Burkina Faso, du Niger, du Tchad, du Mali et de la Mauritanie (G5 Sahel) étaient réunis à Ouagadougou mercredi 4 novembre, pour réfléchir à la situation sécuritaire dans leur zone. Les travaux de cette quatrième rencontre ont porté sur la coopération bilatérale et multilatérale dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière. Elle a abouti à la signature d'une charte sur le partenariat militaire de coopération transfrontalière.


Vu le caractère transfrontalier de la menace terroriste, les chefs d'état-major généraux des armées du G5 Sahel ont signé une charte de fonctionnement du partenariat militaire de coopération transfrontalière.

Un document qui permettra aux différents pays de mutualiser leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité, explique le général de division Mahamane Touré, chef d'état-major général des armées du Mali :

« Nos frontières sont poreuses, nous disposons de ressources limitées pour arriver à les contrôler, dit-il. C'est pour ça qu'il est bon de mutualiser non seulement le renseignement; et de savoir à qui on a affaire, pour trouver les réponses appropriées à chacune de ces menaces. »

« Nous avons eu quand même des succès »

Cette rencontre a été l'occasion, pour les chefs des armées des pays de la bande sahelo-saharienne, de saluer les efforts de la communauté internationale, qui ont permis de réduire « la capacité de nuisance des groupes armés et terroristes ».

Le général de corps d'armée Seyni Garba, chef d'état-major général des armées du Niger, rappelle que « depuis un certain temps, Boko Haram est réduit à faire des attaques kamikazes ou quelques incursions pour s'attaquer à des populations paisibles ». « Donc, on peut dire que nous avons eu quand même des succès », ajoute-t-il.

Cette réunion des cinq pays de la bande sahélo-saharienne a vu la participation du chef d'état-major général des armées françaises, général Pierre de Villiers, du commandant de la force Barkhane et du commandant des opérations spéciales de la France.

http://www.rfi.fr/afrique/20151105-g5-sahel-chefs-etat-major-cooperation-mali-burkina-faso-mauritanie-tchad-niger
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Sam 7 Nov 2015 - 20:56

Citation :
93e RAM a ajouté 3 nouvelles photos.

Quelques images de nos GCM 93 présents actuellement au Niger dans le cadre d'une mission IMEX.


Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 8 Nov 2015 - 20:17

Citation :
Lac Tchad : 2 morts, 14 blessés dans un double attentat-suicide de Boko Haram (source sécuritaire)


AFP 08/11/2015


Deux personnes ont été tuées et 14 blessées dimanche matin dans la localité tchadienne de Ngouboua dans la région du lac Tchad lorsque "deux femmes kamikaze" du groupe Boko Haram se sont faites exploser, a-t-on appris de source sécuritaire à N'Djamena.

"Les deux femmes kamikaze et deux civils ont trouvé la mort au cours de cette explosion", a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat cette source, ajoutant que "14 autres personnes ont été blessés" dans cette localité déjà ciblée à plusieurs reprises par des islamistes nigérians de Boko Haram.

Le 1er novembre, onze civils avaient été blessés dans cette même région dans un attentant suicide attribué par le gouvernement au groupe Boko Haram qui a rallié l'organisation de l'Etat islamique (EI).
L'attaque la plus meurtrière sur les rives tchadiennes du lac s'est produite le 10 octobre. Un triple attentat à l'explosif commis par des kamikazes à Baga Sola, s'était soldé par 41 morts et 48 blessés, selon le gouvernement tchadien. Plusieurs dizaines de milliers de réfugiés nigérians et de déplacés tchadiens ont trouvé refuge dans cette ville, fuyant ces derniers mois les exactions de Boko Haram sur les îles du lac ou au Nigeria voisin.

Si elle a contenu l'expansion territoriale de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, la coalition régionale militaire des pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger) ainsi que le Bénin n'arrive pas à réduire significativement les activités des islamistes nigérians qui poursuivent régulièrement leurs attaques, notamment les attentats-suicides dont sont essentiellement victimes les civils, musulmans comme chrétiens.

http://www.lorientlejour.com/article/953653/lac-tchad-2-morts-14-blesses-dans-un-double-attentat-suicide-de-boko-haram-source-securitaire.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 9 Nov 2015 - 15:03

Citation :
Plus de 30 instructeurs militaires américains ont été envoyés au Niger


Posté dans Afrique par Laurent Lagneau Le 09-11-2015




En raison de sa position géographique, le Niger est confronté à une double menace jihadiste. Tout d’abord, il y a celle des groupes liés à al-Qaïda, dont certains ont déjà mené des actions terroristes sur son territoire.

Les mouvements de ces derniers, qui vont et viennent entre le sud de la Libye et le nord du Mali, sont surveillés de près par les forces françaises de l’opération Barkhane, qui ont installé un base avancée à Madama, dans le nord du Niger.

Dans le sud, Niamey est aux prises avec l’État islamique d’Afrique de l’Ouest (ex-Boko Haram). Cette organisation, dont les opérations se concentrent dans le nord du Nigéria, multiplie les incursions au Cameroun, au Niger (notamment dans la région de Diffa) et, plus récemment, au Tchad.

Ainsi, le 5 novembre, l’aviation nigérienne, qui dispose de 2 avions d’attaque Su-25 Frogfoot et autant d’hélicoptère Mi-35, est intervenue pour la première fois contre des éléments jihadistes dans le secteur du village de Dagaya, en représailles à une embuscade d’un convois militaire ayant fait un tué dans les rangs nigériens.

Cela étant, Boko Haram s’en prend surtout aux civils. Depuis février, 47.000 Nigériens ont fui leurs villages, situés essentiellement dans la région de Diffa, où, selon un bilan des Nations unies arrêté au 30 septembre, 62 attaques jihadistes ont été recensées depuis février 2015.

« La menace persiste et elle a évolué vers la pose de mines, le harcèlement des troupes et les attaques-suicides avec utilisation de femmes » kamikazes, a récemment expliqué Maïdadji Issa, un député nigérien.

Pour faire face à ces menaces, Niamey peut compter sur le soutien de la France ainsi que sur celui des États-Unis, qui mettent déjà en oeuvre, au Niger, des drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) MQ-1 Predator, aux côtés des Harfang et MQ-9 Reaper français.

Il est question de déployer ces drones américains à Agadez, dans le centre du pays. Selon le National Defense Authorization Act pour l’exercice budgétaire 2016, 50 millions de dollars sont prévus pour y financer l’aménagement d’une base, destinée à soutenir les opérations en Afrique de l’Ouest.

Mais pour le moment, les installations d’Agadez sont actuellement utilisées par une trentaine d’instructeurs militaires américains afin d’entraîner les forces armées nigériennes.

« L’entraînement a commencé vers la mi-octobre à Agadez qui vont entraîner plus de 100 de nos soldats », a ainsi confié, à l’agence Reuters, une source militaire nigérienne.

Par ailleurs, le mois dernier, Washington a donné aux forces aériennes nigériennes deux avions Cessna C-208, dotés de systèmes de renseignement et de reconnaissance, afin de leur permettre « d’identifier les menaces locales et de mieux sécuriser la frontière », a expliqué Eunice Reddick, Mme l’ambassadeur des États-Unis au Niger.

Ce soutien accordé à Niamey s’inscrit dans le cadre des mesures annoncées en août 2014 par le président Obama, lors d’un sommet « États-Unis/Afrique ». En effet, la Tunisie, le Kenya, le Nigeria, le Ghana, le Niger et le Mali devaient bénéficier d’un nouveau plan d’aide destiné à « mettre sur pied des forces de sécurité solides et professionnelles qui puissent les aider à assurer eux-mêmes leur sécurité. »

Cet envoi d’instructeurs militaires américain a eu lieu en même temps que l’annonce, par Washington, du déploiement d’un détachement de 300 soldats au Cameroun pour des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance aérienne visant Boko Haram.

http://www.opex360.com/2015/11/09/plus-de-30-instructeurs-militaires-americains-ont-ete-envoyes-au-niger/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 9 Nov 2015 - 20:18

Citation :
Nord du Cameroun : trois civils et deux kamikazes tués dans un attentat-suicide


AFP 09/11/2015


Trois civils et deux femmes kamikazes ont été tués lundi au cours d'un attentat-suicide près d'une mosquée à Fotokol, ville frontalière du Nigeria dans l'extrême nord du Cameroun, selon des habitants et une source proche des autorités locales.

"Une kamikaze s'est fait exploser près d'une mosquée à Fotokol. Une seconde a été neutralisée et abattue. Manifestement, les deux kamikazes visaient la mosquée", a précisé à l'AFP la source proche des autorités locales. "Trois civils ont également été tués", a ajouté une source sécuritaire.

Un premier bilan établi d'après les témoignages d'habitants faisait état de quatre personnes mortes, dont les kamikazes, au cours de cette attaque similaire à de précédents attentats menés dans la région du lac Tchad par le groupe islamiste nigérian Boko Haram.

Dimanche, ce sont deux civils qui avaient été tués et 14 blessés dans la localité tchadienne de Ngouboua, dans la région du lac Tchad, lorsque deux femmes kamikazes du groupe Boko Haram se sont fait exploser.
Cette localité avait déjà été attaquée à plusieurs reprises par des islamistes nigérians de Boko Haram qui a rallié l'organisation de l'Etat islamique (EI).

De même, Fotokol est régulièrement la cible d'attaques transfrontalières du groupe nigérian. Ainsi, le 11 octobre, deux femmes kamikazes se sont fait exploser dans le village de Kangaleri, à une trentaine de km de Mora, dans la province de l'Extrême-Nord. La première femme avait tué neuf personnes dans un petit restaurant, tandis que la seconde s'est fait exploser, sans faire de morts. L'attentat-suicide de lundi à Forokol est le 16e dans l'Extrême-Nord du Cameroun depuis juillet. Plus de 100 personnes ont péri dans ces attentats attribués aux islamistes nigérians.

Si elle a contenu l'expansion territoriale de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, la coalition régionale militaire regroupant les pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger) ainsi que le Bénin n'arrive pas à réduire significativement les activités des islamistes nigérians. Ceux-ci poursuivent régulièrement leurs attaques, notamment les attentats-suicides dont sont essentiellement victimes les civils, musulmans comme chrétiens. Depuis des mois, ils sont retranchés dans la forêt de Sambisa et les monts Mandara, au Nigeria, ainsi que sur les innombrables îles du lac Tchad.

Boko Haram, dont l'insurrection et sa répression ont fait au moins 17.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009, est tenu pour responsable de la mort de plus de près de 1.300 personnes depuis la prise de fonctions du nouveau président nigérian Muhammadu Buhari le 29 mai. M. Buhari a fait du combat contre les islamistes sa priorité.

http://www.lorientlejour.com/article/953831/nord-du-cameroun-trois-civils-et-deux-kamikazes-tues-dans-un-attentat-suicide.html

Citation :
Boko Haram : le Tchad décrète l'Etat d'urgence dans la région du lac Tchad


AFP 09/11/2015


Le gouvernement tchadien a décrété lundi l'état d'urgence dans la région du lac Tchad, ciblée la veille par un double attentat-suicide des islamistes de Boko Haram ayant fait deux morts, selon un communiqué officiel lu à la radio nationale.

"Le conseil des ministres a adopté un projet de décret instituant l'état d'urgence dans la région du lac Tchad", a annoncé le gouvernement à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire. "La déclaration de l'état d'urgence donne entre autres le pouvoir au gouverneur de la région d'interdire la circulation des personnes et des véhicules dans les lieux et les horaires" qu'il aura fixés, "d'ordonner la perquisition des domiciles de jour et de nuit sous l'autorité du Procureur de la République et de récupérer des armes", précise le communiqué.

Deux personnes ont été tuées et 14 blessées dimanche matin dans la localité tchadienne de Ngouboua, sur les rives du lac, lorsque "deux femmes kamikaze" du groupe Boko Haram se sont faites exploser, selon des sources sécuritaires à N'Djamena. Depuis des mois, le groupe Boko Haram qui a rallié l'organisation de l'Etat islamique (EI) multiplie les attaques et les attentats-suicides sur les villages tchadiens du lac.

http://www.lorientlejour.com/article/953856/boko-haram-le-tchad-decrete-letat-durgence-dans-la-region-du-lac-tchad.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Jeu 12 Nov 2015 - 14:50

Citation :
Burkina: la commission d'enquête a remis son rapport sur le putsch

Par RFI Publié le 12-11-2015  


Membres de l'ex-Régiment de sécurité présidentielle, à Ouagadouguou, le 17 septembre 2015, au Burkina Faso.
REUTERS/Joe Penney



Mise en place il y a un mois au Burkina Faso, la commission d’enquête sur le coup d’Etat de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle, avec à sa tête le général Gilbert Dienderé, a déposé son rapport. Près de 211 personnes ont été entendues, ce qui lui a permis d’identifier les commanditaires et les auteurs présumés du putsch du 17 septembre dernier.


La commission d’enquête sur le coup d’Etat de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle a mené des investigations sur toute l’étendue du territoire national burkinabè. L’enquête a permis d’identifier plusieurs personnes impliquées dans ce putsch qui a fait quinze morts et de nombreux blessés, selon Simplice Poda, le président de la commission d’enquête.

« Nous avons identifié des personnes qui sont susceptibles [d’être impliquées dans le putsch]. Cela ne fait pas d’eux des coupables, précise-t-il. Ils bénéficient de la présomption d’innocence, mais nos investigations nous ont permis quand même d’identifier des personnes qui soit sont commanditaires de ce coup d’Etat, soit complices ou exécutants. »

Plus de 200 personnes entendues

La commission a auditionné plus de 200 personnes parmi lesquelles des blessés, des personnes qui ont vu leurs biens saccagés et la hiérarchie militaire. Mais selon le président de la commission d’enquête, des personnes ayant déjà quitté le territoire national n’ont pas été entendues.

« Vu le temps qui nous a été imparti, nous ne pouvons pas dire que nous avons auditionné tout le monde, surtout qu’il y a aussi des gens qui ne sont plus au pays, qui ont dû prendre la fuite, souligne-t-il. Dans ces conditions-là, on ne peut pas entendre tout le monde. »

Le Premier ministre Yacouba Isaac Zida, qui a reçu le rapport de la commission d’enquête, a félicité l’équipe pour son travail avant de se rendre à la direction de la justice militaire où il a été entendu dans le cadre de l’enquête judiciaire sur le putsch du 17 septembre.

http://www.rfi.fr/afrique/20151112-burkina-faso-commission-enquete-rapport-identifie-auteurs-putsch-coup-etat  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Ven 13 Nov 2015 - 20:38

Citation :
Putsch: l'enregistrement qui agite le Burkina et la Côte d’Ivoire

Par RFI Publié le 13-11-2015 • Modifié le 13-11-2015 à 14:07


Le général Diendéré, à la tête du pustch raté, à l'aéroport international de Ouagadougou, le 23 septembre 2015.
REUTERS/Joe Penney


Depuis jeudi un document sonore fait couler beaucoup de salive d'Abdijan à Ouagadougou. Il s'agit d'un enregistrement de conversation téléphonique qui daterait du putsch de septembre dernier au Burkina Faso dans lequel on entend deux hommes discuter de la façon d'empêcher l'échec du putsch de Gilbert Diendéré.


Le document audio n'est pas authentifié et ne le sera sans doute jamais. On y entend deux hommes évoquer longuement et en détail les moyens d'éviter l'échec du putsch de Gilbert Diendéré au Burkina Faso, au moment crucial où ce coup d’Etat est dans l'impasse.

L'un d'eux propose d'organiser des opérations de déstabilisation armées et d'offrir pour cela au second d'importants moyens financiers.

Ceux qui révèlent ce document affirment que c'est une conversation entre Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne et Djibril Bassolé, qui est en prison à Ouagadougou accusé de haute trahison.

« Un montage grossier »

Les voix des deux hommes sont-elles celles du Burkinabè Djibril Bassolé et de l'Ivoirien Guillaume Soro ? Non, rétorque le porte-parole de Guillaume Soro qui évoque un montage grossier fait à l'aide d'un imitateur. Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne a, dit-il, fait mener une expertise indépendante de l'enregistrement pour le prouver.

« C’est un montage, un montage grossier, assure Moussa Touré. Nous avons pris la peine de faire expertiser cet enregistrement par un expert indépendant. Ce rapport explique clairement qu’il y a des distorsions, des altérations, des rajouts de voix qui font que ce document est à 99% un document totalement falsifié. »

RFI : Pour vous c’est donc un document falsifié à partir d’extraits de la voix de Guillaume Soro, c’est bien ça ?

« Et pire encore, à partir même souvent d’imitations de la voix de Guillaume Soro », souligne le porte-parole.

Ce document sonore diffusé sur le site d'un journaliste ivoirien qui fut longtemps un partisan de Laurent Gbagbo circulait aussi depuis quelque temps à Ouagadougou, apprend-on de source journalistique. Dans la capitale burkinabè, aucune autorité officielle ne souhaite commenter cet enregistrement.

Une affaire qui fait couler beaucoup d'encre à Abidjan

Le sujet fait la Une des journaux : « Une bande sono accable Soro », titre l’Inter qui fait un compte-rendu de la conversation présumée entre le président de l’Assemblée nationale ivoirien et l’ex-chef de la diplomatie burkinabè, tout en s’interrogeant sur l’authenticité du document sonore. Sur deux pages, en ouverture, le quotidien fait un résumé du document et donne la version du porte-parole de Guillaume Soro, Moussa Touré, et qui ironise sur le document qualifié d’« amusant », de « ridicule » et d’« enfantin ».

Moussa Touré qui, pour étayer ses doutes sur cet enregistrement, souligne qu’on entend trois tonalités différentes sur la bande sonore et que jamais l’homme qui a dirigé la rébellion ivoirienne pendant huit ans ne commettrait l’imprudence de communiquer sur un réseau téléphonique non sécurisé.

« Montage grossier », affirme également le journal Nord-Sud qui parle lui d’une cabale à l’encontre de Guillaume Soro et conclut à un « pétard mouillé » pour discréditer le président de l’Assemblée.

Les quotidiens d’opposition, eux, s’en donnent à cœur joie, se lâchent : « Soro avoue tout dans une communication avec Bassolé », affirme Le Temps, qui retranscrit lui aussi la conversation présumée, tout comme Notre Voie qui évoque un « entretien téléphonique accablant ».

Enfin, le billet hebdomadaire satirique, L'Eléphant déchaîné, souligne qu’en cette période de réforme constitutionnelle et de création d’une vice-présidence en Côte d’Ivoire, le deuxième personnage de l’Etat, Guillaume Soro, n’a vraiment pas besoin d’être la vedette d’un complot contre les autorités du Faso.

http://www.rfi.fr/afrique/20151113-putsch-enregistrement-agite-burkina-cote-ivoire-djibril-bassole-soro-guillaume
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Jeu 19 Nov 2015 - 21:23

Citation :
Boko Haram: le parlement tchadien prolonge l’Etat d’urgence au lac Tchad


19 novembre 2015


Le Parlement tchadien a adopté une résolution prolongeant l’état d’urgence de quatre mois dans la région du lac Tchad, régulièrement ciblée par des attaques du groupe islamiste nigérian Boko Haram, a-t-on appris jeudi de source parlementaire.

Avec cette résolution, adoptée mercredi soir à l’unanimité des 147 votants, l’état d’urgence est- maintenu jusqu’au 22 mars 2016.

Le gouvernement tchadien avait décrété le 9 novembre l’état d’urgence dans cette région, au lendemain d’un attentat perpétré par deux femmes kamikazes ayant fait deux morts et 14 blessés dans la localité tchadienne de Ngouboua.

La déclaration de l’état d’urgence donne entre autres le pouvoir au gouverneur de la région d’interdire la circulation des personnes et des véhicules dans les lieux et selon les horaires qu’il aura fixés, ainsi que « d’ordonner la perquisition des domiciles de jour et de nuit sous l’autorité du Procureur de la République et de récupérer des armes », selon le gouvernement.

Depuis des mois, Boko Haram, rallié à l’Etat islamique (EI), multiplie les attaques et les attentats-suicides sur les villages tchadiens du lac, situés à quelques km de la frontière avec le Nigeria.

Le 1er novembre, onze civils avaient été blessés dans cette même région dans un attentant suicide attribué par le gouvernement à Boko Haram.

L’attaque la plus meurtrière sur les rives tchadiennes du lac s’est produite le 10 octobre. Un triple attentat à l’explosif commis par des kamikazes à la sous-préfecture de Baga Sola, s’était soldé par 41 morts et 48 blessés, selon le gouvernement tchadien.

http://maliactu.net/boko-haram-le-parlement-tchadien-prolonge-letat-durgence-au-lac-tchad/
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1757
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Ven 20 Nov 2015 - 9:55

Citation :

Une fusillade meurtrière a éclaté vendredi 20 novembre devant l'hôtel Radisson de Bamako, selon les renseignements maliens. Une prise d'otages serait en cours.



9h45 : Selon un proche du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta est actuellement à N’Djamena pour le G5 Sahel. Il doit rentrer dans la journée à Bamako.

9h36 : Contacté par Jeune Afrique, le propriétaire de l’hôtel, qui n’était pas sur place vendredi matin, a indiqué que trois individus se sont introduits dans l’hôtel, lourdement armés, vers 7 h du matin (heure de Bamako).

Selon le propriétaire de l’établissement, ils seraient entrés dans le périmètre de sécurité de l’hôtel avec un véhicule portant des plaques diplomatiques, déjouant ainsi les systèmes de fouille et de sécurité. Ils ont ensuite ouvert le feu en entrant dans l’hôtel.

Toujours selon le propriétaire, l’établissement, qui contient 190 chambres, est rempli à 90%.

9h27- La fusillade aurait fait des victimes parmi les gardiens, les employés et les clients de l’hôtel Radisson Blu de Bamako, selon les renseignements maliens.
jeune afrique.

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Ven 20 Nov 2015 - 21:56

Citation :
Attaque à l'hôtel Radisson de Bamako : "la prise d'otages est terminée" (source militaire malienne)

AFP

Citation :
Attaque au Radisson de Bamako : "18 corps retrouvés", plus d'otages retenus (sources de sécurité)


AFP  20/11/2015


Les corps de 18 personnes ont été retrouvés dans l'hôtel Radisson de Bamako, théâtre vendredi d'une attaque, a indiqué à l'AFP une source de sécurité étrangère, tandis que le ministre malien de la Sécurité intérieure affirmait que les assaillants ne détenaient plus d'otage.

"Dix-huit corps ont été retrouvés", a affirmé à l'AFP cette source de sécurité étrangère sous le couvert de l'anonymat, tandis qu'une source militaire malienne affirmait que "deux terroristes ont été tués".

Les auteurs de l'attaque "n'ont plus actuellement d'otage entre leurs mains et les forces sont en train de les traquer", a assuré de son côté le ministre de la Sécurité intérieure, le colonel Salif Traoré, lors d'une conférence de presse après plusieurs heures d'assaut à l'intérieur de l'hôtel.

A 16H15 (locale et GMT), les journalistes présents à proximité de l'hôtel n'entendaient plus de détonations depuis déjà quelques minutes.
Les forces spéciales françaises venues de Ouagadougou, au Burkina Faso voisin, se trouvaient à l'intérieur de l'hôtel et "participaient aux opérations aux côtés des Maliens", a souligné la source de sécurité étrangère.

Sur son compte Twitter, le président malien Ibrahim Boubacar Keita a de son côté très vie "salué le professionnalisme des forces de défense et de sécurité du Mali et remercié les pays amis pour leur assistance"

A Bruxelles, le parlement de la Fédération de Wallonie-Bruxelles a indiqué qu'un de ses employés, un haut fonctionnaire, a été tué dans l'attaque. Auparavant, le ministère belge des Affaires étrangères avait fait état de quatre Belges enregistré dans l'établissement.

Selon un décompte publié par le ministère malien de la Sécurité intérieure sur son compte Twitter vendredi après-midi, au total 78 personnes qui étaient retenues dans l'hôtel en ont été libérées. Parmi elles, figurent 45 Maliens, 15 Français, deux Ivoiriens, quatre Turcs, quatre Algériens et quatre Chinois. Y figurent aussi deux Espagnols, un Russe, un Allemand, un Sénégalais et un Canadien, selon le même décompte.
D'après le groupe propriétaire de l'hôtel, environ 170 personnes étaient dans l'établissement avant l'attaque.

http://www.lorientlejour.com/article/956158/attaque-au-radisson-de-bamako-18-corps-retrouves-plus-dotages-retenus-sources-de-securite.html

Citation :
Bamako: le déploiement des forces françaises, américaines et onusiennes en photos (actualisé)  



Dans le hall d'accueil (photos AFP), des FS françaises et US.


Echange d'informations entre un officier malien et un de ses camarades français


Capture d'écran prise sur l'ORTM montrant deux conseillers européens en action.


Arrivée des gendarmes de l'IRCGN (photo Reuters)


Les techniciens de la gendarmerie se mettent au travail (photo Reuters)

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2015/11/20/bamako-l-action-francaise-en-photos-15112.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Sam 21 Nov 2015 - 16:39

Citation :
Cameroun: 5 morts dans un attentat-suicide dans l’Extrême-Nord


21 novembre 2015


Quatre femmes kamikazes se sont fait exploser samedi dans les environs de Fotokol, dans l’Extrême-Nord du Cameroun, en proie aux exactions des islamistes nigérians de Boko Haram, tuant cinq civils, dont un chef traditionnel, a-t-on appris de source officielle.


Une première femme kamikaze s’est fait exploser dans la maison du chef traditionnel de Leymarie, petit village camerounais situé en périphérie de Fotokol, le tuant sur le coup avec quatre membres de sa famille, a annoncé à l’AFP le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari. Trois autres femmes kamikazes se sont fait exploser à proximité peu de temps après, sans toutefois faire de victimes, a-t-il ajouté.

http://maliactu.net/cameroun-5-morts-dans-un-attentat-suicide-dans-lextreme-nord/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 25 Nov 2015 - 17:35

Citation :
Armée française - Opérations militaires

Barkhane - Fin de l’opération Vignemale.
1000 soldats engagés au sol pendant un mois.
🌍 Nord du Mali et du Niger

Citation :
Armée française - Opérations militaires

Barkhane - Lors de l'opération Vignemale, une vingtaine de caches d’armes ont été découvertes, plusieurs terroristes neutralisés et six pick-up ont été interceptés.
🌍 Nord du Mali et du Niger

Citation :
Armée française - Opérations militaires

Barkhane - Livraison par air.
La 3e dimension, un rôle majeur dans l’opération Vignemale.
🌍 Nord du Mali et du Niger
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Jeu 26 Nov 2015 - 18:43

Citation :
Boko Haram tue 18 villageois à Gogone dans le sud-est du Niger



© RFI

Par RFI  Publié le 26-11-2015  • Modifié le 26-11-2015 à 17:02



Une nouvelle attaque terroriste a eu lieu dans le sud-est du Niger, près de la frontière avec le Nigeria. Elle est attribuée aux jihadistes du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest, plus connu sous le nom de Boko Haram. Dix-huit villageois ont été tués, de nombreux blessés sont à déplorer, une centaine d'habitations ont été incendiées.

L'attaque de Gogone a duré près de deux heures mercredi 25 novembre. Elle a été menée par des insurgés en nombre. Ils ont brûlé soixante-dix maisons, a indiqué le maire de Bosso qui s'est rendu sur place. Mamadou Bako précise que deux enfants ont péri dans les flammes, il y a onze blessés, quatre sont dans un état grave.

Les villageois se sont défendus avec des arcs et des flèches face à des insurgés armés de kalachnikov, a indiqué le gouverneur qui vient de quitter les lieux. Les dégâts sont très importants, a regretté Abdou Kaza.

Les insurgés ont gagné le village de Gogone à pied, situé à une quinzaine de kilomètres de Bosso, mais surtout à dix mètres de la rivière Komadougou Yobé, qui fait office de frontière naturelle entre le Niger et le Nigeria. Les blessés ont été acheminés à Diffa.

Le Parlement le mois dernier avait reconduit l'état d'urgence dans cette région du sud-est du Niger où Boko Haram multiplie des incursions sanglantes. Le mois dernier des insurgés ont égorgé onze villageois dans une localité proche de Diffa.

http://www.rfi.fr/afrique/20151126-niger-nouvelle-attaque-boko-haram-le-sud-est-18-morts
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 29 Nov 2015 - 18:18

Citation :
Burkina : attaque d'un fourgon blindé par des présumés jihadistes


AFP 29/11/2015


Un fourgon de transport de fonds provenant d'une mine d'or du nord du Burkina Faso a été attaqué vendredi par des hommes lourdement armés, a affirmé dimanche à l'AFP le ministre délégué à la Sécurité qui soupçonne un groupe jihadiste.

Un groupe d'hommes armés a attaqué vendredi le fourgon avec des kalachnikov et au lance-roquette, tuant le chauffeur et faisant un blessé, a dit le ministre Alain Zagré. Des gendarmes qui accompagnaient le véhicule ont repoussé les assaillants qui ont pris la fuite, selon une source au sein de la gendarmerie.

"Nous pensons que c'est certainement un groupe jihadiste qui a repéré la mine d'or d'Inata et qui a décidé de passer à l'action pour se faire de l'argent", a commenté le ministre.
"Les opérations (militaires) qui se passent au Mali ont sérieusement compliqué la tâche des groupes alors ils essayent de s'infiltrer dans les pays limitrophes qui ont aussi rehaussé leur niveau de sécurité. Il leur faut vivre et survivre", a expliqué le ministre alors que 5,5 millions de Bukinabè sont appelés à voter dimanche pour des élections présidentielle et législatives. "A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles" a affirmé le ministre, justifiant le déploiement de 25.000 membres des forces de l'ordre pour sécuriser le scrutin.

Le Burkina Faso, pays à majorité musulmane, a été touché pour la première fois de son histoire par le jihadisme en 2015. Plusieurs attaques, dont la plus spectaculaire a coûté la vie à trois gendarmes et un civil en octobre, se sont produites près de la frontière avec le Mali, ébranlé le 20 novembre par l'attaque sanglante d'un grand hôtel à Bamako (20 morts).

http://www.lorientlejour.com/article/957648/burkina-attaque-dun-fourgon-blinde-par-des-presumes-jihadistes.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 2 Déc 2015 - 18:10

Citation :
Boko Haram: l'armée camerounaise affirme avoir tué 100 islamistes et libéré 900 otages


AFP 02/12/2015


L'armée camerounaise a tué en trois jours "une centaine" d'islamistes nigérians de Boko Haram, libéré 900 otages et saisi des drapeaux de l'Etat islamique (EI) au cours d'une opération dans l'Extrême-Nord du Cameroun, a affirmé mercredi le ministère camerounais de la Défense sur la radio nationale.

"Une opération spéciale de ratissage menée du 26 au 28 novembre contre les combattants" de Boko Haram dans les localités frontalières avec le Nigeria "a permis de neutraliser plus d'une centaine de jihadistes", affirme dans ce communiqué le ministre de la Défense Joseph Beti Assomo.

D'après le communiqué, cette opération a aussi permis de "libérer près de 900 otages, de saisir une importante cargaison d'armes et de minutions, ainsi que des drapeaux blancs-noirs de l'Etat islamique". Aucune précision n'a été fournie sur le profil de ces "otages".

Ce bilan de l'opération militaire n'a pas pu être confirmé de source indépendante. Jointes par téléphone dans la région inaccessible à la presse, certaines sources sécuritaires ont confirmé l'opération, sans être en mesure de fournir un bilan précis recoupant celui du gouvernement camerounais.

http://www.lorientlejour.com/article/958224/boko-haram-larmee-camerounaise-affirme-avoir-tue-100-islamistes-et-libere-900-otages-ministere.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Ven 4 Déc 2015 - 20:21

Citation :
Al-Qaïda au Maghreb islamique annonce le ralliement des Mourabitoune


4 décembre 2015



Photo archives / Groupe Al-Mourabitoune

Le chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a annoncé le ralliement du groupe Al-Mourabitoune et revendiqué conjointement la prise d’otages de novembre à Bamako, selon un message audio diffusé vendredi sur de sites jihadites.

Dans cet enregistrement, l’Algérien Abdelmalek Droukdel annonce à « la nation musulmane le ralliement des lions d’Al-Mourabitoune à l’organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) pour faire alliance contre la France croisée ».

Cette « alliance des jihadistes des deux groupes s’est concrétisée lorsque deux martyrs ont signé par le sang cette unité en attaquant l’hôtel Radisson en plein coeur de la capitale de l’ennemi à Bamako », indique Droukdel, évoquant la prise d’otages qui a fait au moins 27 morts dans la capitale malienne le 20 novembre.

S’adressant par ailleurs à la France, le chef de l’Aqmi a affirmé que les attentats de Paris qui ont fait 130 morts le 13 novembre –revendiqués par le groupe Etat islamique– étaient le prix à payer pour les « crimes commis par ses gouvernements (successifs) et son armée ».

Le groupe Al-Mourabitoune de Mokhtar Belmokhtar avait revendiqué la prise d’otages de Bamako le 20 novembre, dans un document sonore diffusé par la chaîne qatarie Al-Jazeera.

« Nous les Mourabitoune, avec la participation de nos frères (…) d’Al-Qaïda au Maghreb islamique, revendiquons l’opération de prise d’otages à l’hôtel Radisson », avait-il indiqué.

En mai dernier, Mokhtar Belmokhtar, un des chefs jihadistes les plus redoutés du Sahel, avait réaffirmé la loyauté de son groupe au réseau Al-Qaïda et démenti l’allégeance à l’EI proclamée par un autre dirigeant des Al-Mourabitoune.

Belmokhtar milite pour une grande coalition avec les jihadistes du Niger, du Tchad et de Libye. Donné plusieurs fois pour mort, notamment en juin dernier et en avril 2013, son décès a chaque fois été démenti.

Un groupe jihadiste du centre du Mali, Le Front de libération du Macina (FLM), avait également revendiqué l’attaque de Bamako.
 


Dernière édition par jf16 le Ven 4 Déc 2015 - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3509
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Ven 4 Déc 2015 - 21:20

c'est étrange qu'ils arrivent pas a les abattre, il y a pas plus de 36 planques dans le désert, ils peuvent les repérer si ils veulent les algériens, ont dirait que Alger et la Turquie c'est du pareil au même ou plus ou moins!
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Sam 5 Déc 2015 - 16:44

Citation :
Un triple attentat-suicide fait 27 morts sur un marché tchadien


5 décembre 2015


Un triple attentat-suicide sur un marché tchadien a fait au moins 27 morts samedi dans une île du lac Tchad, démontrant une nouvelle fois la capacité des islamistes nigérians de Boko Haram à mener des actions concertées malgré les offensives militaires contre leurs bastions.

« Trois kamikazes se sont fait exploser dans trois endroits différents au marché hebdomadaire de Loulou Fou dans une île du lac Tchad », a indiqué à l’AFP sous couvert d’anonymat une source sécuritaire, ajoutant que ces explosions ont « fait 30 morts, dont les trois kamikazes, parmi la population civile et plus de 80 blessés ».

Cette région avait été placée le 9 novembre par le gouvernement tchadien sous le régime de l’état d’urgence, à la suite de précédents attentats-suicides perpétrés par les islamistes nigérians de Boko Haram, groupe qui a rallié l’organisation de l’Etat islamique (EI).

Depuis des mois, le groupe Boko Haram multiplie les attaques et les attentats-suicides sur les villages tchadiens du lac, situés à quelques kilomètres de la frontière avec le Nigeria.

L’attaque la plus meurtrière sur les rives tchadiennes du lac s’est produite le 10 octobre. Un triple attentat à l’explosif commis par des kamikazes à la sous-préfecture de Baga Sola s’était soldé par 41 morts et 48 blessés, selon le gouvernement tchadien.

– Les marchés, cibles privilégiées –

Le lac Tchad est partagé entre le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad. Même si sa superficie se réduit d’année en année en raison du réchauffement climatique, il abrite une multitude d’îles et îlots peuplés de pêcheurs, et ses abords sont rendus difficiles par une végétation dense, ce qui facilite les infiltrations des islamistes de Boko Haram en territoire tchadien pour y mener des attaques.

Depuis le début de l’année, l’armée tchadienne est engagée dans une opération militaire régionale contre Boko Haram dont les raids et attentats se sont étendus au-delà du nord-est du Nigeria, son fief historique, vers les pays limitrophes : Tchad, Niger et Cameroun.

Cette offensive a infligé de sérieux revers au groupe, mais les insurgés mènent toujours des attaques dans la région et se servent du lac Tchad comme lieu de repli.

Les deux autres principaux sanctuaires de Boko Haram se trouvent dans des lieux difficiles d’accès, la forêt de Sambisa et les monts Mandara, à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun, lui aussi durement éprouvé par des attentats.

Ces attentats souvent menés par de jeunes femmes ou des adolescentes visent régulièrement les marchés, particulièrement animés en Afrique et lieux de vie par excellence sur le continent.

Pour combattre Boko Haram, les quatre pays riverains du lac Tchad et le Bénin ont mis sur pied une Force d’intervention conjointe multinationale (MNJTF) dotée de 8.700 militaires, policiers et civils.

– Le Tchad, pivot de la guerre contre les jihadistes africains –

Son quartier général se trouve à N’Djamena au Tchad, pays pivot de la lutte contre les jihadistes en Afrique sub-saharienne qui abrite également l’état-major de l’opération française Barkhane qui lutte contre ces groupes au Sahel.

Mais la force régionale africaine n’est pas encore pleinement opérationnelle. La coalition « a sans conteste affaibli la nébuleuse » islamiste mais « pour autant, elle ne s’avoue pas vaincue », a récemment reconnu le président tchadien Idriss Déby Itno.

Même si mercredi encore, le ministère camerounais de la Défense a assuré que son armée avait tué en trois jours « une centaine » d’islamistes de Boko Haram, libéré 900 otages et saisi des drapeaux de l’Etat islamique au cours d’une opération dans l’Extrême-Nord du pays.

Cela a été réalisé lors d’une opération spéciale de ratissage menée du 26 au 28 novembre contre les combattants » de Boko Haram dans les localités frontalières avec le Nigeria, selon le ministre camerounais de la Défense Joseph Beti Assomo.

Les Etats-Unis ont de leur côté déployé 300 militaires au Cameroun pour mener des opérations de reconnaissance et de renseignement contre les islamistes nigérians.

L’insurrection de Boko Haram et sa répression ont fait au moins 17.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009.

http://maliactu.net/un-triple-attentat-suicide-fait-27-morts-sur-un-marche-tchadien/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20349
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Sam 5 Déc 2015 - 19:27

Citation :
Les experts européens ont prêté main forte après l’attaque du Blu Radisson à Bamako

5 déc 2015


(crédit : Eurogendfor)


(BRUXELLES2) Une douzaine d’enquêteurs (gendarmes, policiers…) de la mission européenne de soutien aux forces de sécurité maliennes (EUCAP Sahel Mali) et de la composante « UNPOL » de la Minusma – ont prêté main forte à leurs collègues maliens de la Police Nationale (Brigade d’investigation judiciaire et Police technique et scientifique) après l’attentat terroriste à l’Hôtel Blu Radisson de Bamako, vendredi (20 novembre), apprend-on. Ils ont apporté un soutien technique, notamment, essentiel pour l’enquête. Celle-ci étant conduite par les juges et policiers maliens.

Ce sont eux notamment qui ont assuré le prélèvement des empreintes des deux suspects tués lors leur attaque, permettant leur identification. L’équipe malienne ne semblait pas disposer du matériel de police scientifique nécessaire. Les gendarmes ont également disséqué les armes utilisées pour tracer leur provenance et leur fabrication. Des éléments indispensables de l’enquête.

« C’est l’occasion de soutenir nos camarades maliens dans la mise en pratique de notre action de formation, dans les domaines de la Police judiciaire et du contre-terrorisme que nous leur enseignons », affirme le colonel John Veneau, chef des opérations de la mission. Depuis janvier 2015, la mission EUCAP Sahel Mali forme les forces maliennes sur la police judiciaire, la direction d’enquête, la police scientifique et technique, et les techniques de renseignement.

Les experts d’EUCAP avaient déjà soutenu les forces de sécurité intérieure du Mali après l’attaque contre La Terrasse, en mars 2015 (lire : Attentat à Bamako, plusieurs victimes européennes dont un agent de l’UE)

NB : Cet attentat comme le précédent de Bamako devrait remettre un focus plus déterminé de la mission EUCAP Sahel Mali sur le vecteur anti-terrorisme.


(Leonor Hubaut & Nicolas Gros-Verheyde)

http://www.bruxelles2.eu/2015/12/05/les-experts-europeens-ont-prete-main-forte-apres-lattaque-du-blu-radisson-a-bamako/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   

Revenir en haut Aller en bas
 
le Sahel zone de non-droit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 19 sur 24Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20 ... 24  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte à M. Haddaoui et à qui de droit
» Droit de l'homme et démocratie
» L’ONE redresse difficilement la barre...et droit privé
» Les chrétiens ont-ils le droit d'exister....
» Zone Afrique Equatoriale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: