Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le Sahel zone de non-droit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 13 ... 23  Suivant
AuteurMessage
Proton
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3498
Inscrit le : 27/06/2009
Localisation : Partout.
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 3 Oct 2010 - 16:38

Parfaitement Akka +1.
Revenir en haut Aller en bas
Missoum
Aspirant
Aspirant


messages : 530
Inscrit le : 17/08/2010
Localisation : RP
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 3 Oct 2010 - 18:33

Je ne vous ai jamais dit que l'ANP avait crée AQMI !J'ai dit que certains responsables d'AQMI étaient d'anciens militaires deserteurs ! Vous voulez me faire visiter les geoles du DRS ou quoi ? Very Happy

Après 20 ans de lutte anti terroriste le niveau moyen était tres appreciable meme celui de certains appeles qui en 2 ans de service acquierent une experience précieuse avec des moyens derisoires

c'est tout, les defiles et les exhibitions c'est pour la galerie et pour la comm tout le monde le fait y compris les occidentaux,

De toute façon tout n'est que speculations mise à part un conflit B3Id Char on ne peut pas juger de la qualité d'une armée / une autre

Quant au Sahel va surveiller l'Europe entiere il y a beaucoup de relief aussi Hoggar Tibesti Tenere Tassili avec plein de grottes, des canyons etc... ce n'est pas que des dunes !
Revenir en haut Aller en bas
thierrytigerfan
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2743
Inscrit le : 01/02/2010
Localisation : Bruxelles
Nationalité : Belgique
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 3 Oct 2010 - 19:30

en bref un deuxieme afghanistan question relief mais en moins haut
Revenir en haut Aller en bas
Proton
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3498
Inscrit le : 27/06/2009
Localisation : Partout.
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 3 Oct 2010 - 22:22

Un Afganistan-bis aux portes de l'europe Exclamation
Va falloir que les pays européens et la belgique se bouge si ils ne veulent pas voir prochainement des terroristes algériens se faire sauter chez eux.
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 3 Oct 2010 - 23:20

Younes a écrit:
Un Afganistan-bis aux portes de l'europe Exclamation
Va falloir que les pays européens et la belgique se bouge si ils ne veulent pas voir prochainement des terroristes algériens se faire sauter chez eux.
Des marocains également, Younes Neutral C'est triste de se l'avouer, mais nombre de nos compatriotes, au Maroc comme en Europe, se font facilement endoctriner et manipuler pour faire le sale job. Bien sûr, ce seront les petits malins de la DRS qui tireront les ficelles, mais ces salauds vont se débrouiller pour impliquer des marocains, qu'ils savent très bien faciles à embobiner. Une description anti-scientifique, purement populiste, des évènements internationaux, s'appuyant sur une haine profonde de nos compatriotes pour la culture et la réflexion rationnelle, et le tour est joué.
Le régime algérien aime à jouer à l'apprenti sorcier, mais il va entraîner toute la région dans sa folie meurtrière. Ces imbéciles, en s'alliant à la faction des néo-conservateurs américains, adeptes de la théorie de l'anarchie créatrice (entropie), croient jouer dans la cour des grands. Le jour ou ils se rendront compte que ce ne sont que des marionnettes et que leur rôle est de jouer aux pyromanes dans leur propre région, il sera trop tard pour se rattraper.
Les Européens, Younes ? Ils ont fait une overdose d'américanisme, se faisant aussi manipuler comme des cons, mais autrement que les généraux algériens. Ceux là, le jour ou ils ouvriront les yeux pour se rendre compte que les Américains sont leurs meilleurs frères ennemis, ils ont les moyens de se rattraper, à condition de ne pas tarder à se réveiller.


Dernière édition par Samyadams le Lun 4 Oct 2010 - 1:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 4 Oct 2010 - 0:00

Younes a écrit:
Un Afganistan-bis aux portes de l'europe Exclamation
Va falloir que les pays européens et la belgique se bouge si ils ne veulent pas voir prochainement des terroristes algériens se faire sauter chez eux.
t'as que le mot Algerien à la bouche, va te soigner mon pauvre avant qu'il soit trop tard Shocked
dans n'importe quel forum tu aurai été banni depuis belle luerette, je me rapel ''tu'as souhaité la mort de tous les algeriens Wink t'as de la chance que les modo de ce forum arrivent à être patient avec toi Wink c'est peut être en relation avec ta nationalité et celle du forum, car un membre étranger aurai déja sauté ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6504
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 4 Oct 2010 - 0:04

on se calme messieurs et pas d'attaques personnelles Like a Star @ heaven

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
lida
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2073
Inscrit le : 01/11/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 4 Oct 2010 - 3:31

Citation :
Le Mali a envoyé un médiateur pour connaître les exigences des ravisseurs pour la libération des sept otages
Début des négociations entre Paris et Al-Qaïda dans le Sahel

Le gouvernement malien a nommé un ancien rebelle touareg comme médiateur entre la France et les ravisseurs pour négocier avec Al-Qaïda dans le désert du Sahel, pour la libération des sept otages français et africains.

Des médias maliens ont affirmé que Iyad Ag Ghali est arrivé à Gao, au nord-est du Mali, pour participer aux négociations pour la libération des sept otages.

Selon des témoins oculaires, l'intermédiaire Iyad Ag Ghali a été vu en costume traditionnel lors de sa descente d'avion en provenance de Bamako, et dès son arrivée à Gao (1200 km au nord-est de Bamako), il a pris une voiture de type 4X4 en direction du nord du Mali, dans la région de Timitrine.

La source ajoute que Iyad Ag Ghali est une personnalité très influente dans le nord du Mali, sachant qu'il est mandaté par le gouvernement pour la participation aux négociations.

Iyad Ag Ghali a fait parvenir aux ravisseurs un proche de celui qui a été en mesure de voir les otages avant la publication officielle d'éléments prouvant qu'ils sont en vie et rapportera les exigences fixées par les ravisseurs.

Il faut rappeler au passage que la France a demandé l'aide du Mali pour la libération des otages à travers des intermédiaires, afin de faciliter d'éventuelles négociations futures entre la France et les ravisseurs. Cette demande a été diffusée au lendemain de la diffusion des photos des sept otages

(cinq Français, un Malgache et un togolais) accompagnée d'un message vocal dans lequel ils ont confirmé leur identité et qu'ils ont été bel et bien enlevés et détenus par l'organisation. L'image diffusée a montré les otages assis à même le sol et derrière eux des hommes armés et masqués.

Al Qaïda au Maghreb islamique a également diffusé sur Internet, jeudi passé, des images et des enregistrements audio des sept étrangers.

Paris a considéré cet acte comme un signe encourageant, car la vidéo montre que tous les otages sont en vie. Les mêmes images ont été diffusées par Al-Jazzera. Paris s'est déclaré prêt à négocier avec les ravisseurs pour la libération de cinq otages, surtout après la diffusion de la bande qui montre les otages en bonne santé.
Le Temps

_________________

scratch un petit dessin vaut mieux qu'un long discours scratch
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13014
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 4 Oct 2010 - 11:37

foxbat25 a écrit:
Younes a écrit:
Un Afganistan-bis aux portes de l'europe Exclamation
Va falloir que les pays européens et la belgique se bouge si ils ne veulent pas voir prochainement des terroristes algériens se faire sauter chez eux.
t'as que le mot Algerien à la bouche, va te soigner mon pauvre avant qu'il soit trop tard Shocked
dans n'importe quel forum tu aurai été banni depuis belle luerette, je me rapel ''tu'as souhaité la mort de tous les algeriens Wink t'as de la chance que les modo de ce forum arrivent à être patient avec toi Wink c'est peut être en relation avec ta nationalité et celle du forum, car un membre étranger aurai déja sauté ! Razz


Faux Foxbat et tu le sais très bien, Younes a été banis déjà plusieurs fois.
En ce qui concerne l'Algérie, tu ne peux pas lui demander de porter dans son coeur un pays qui cherche par tout les moyens à le couper de sa base saharienne, de lui enlever 35% de sa supérficie, d'armer et d'héberger des séparatiste.
Il a toutes les raisons du monde d'être dure enver l'Algérie.
Il n'a manqué de respect à personne, il n'y a donc aucune raison de lui remonter les bretelles Like a Star @ heaven

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 4 Oct 2010 - 16:03

H.S/
J'ajouterai que depuis un bon bout de temps, le comportement de Younes est irréprochable. Il faut le lui reconnaître. Foxbat, Younes n'a quand même pas traité les membres algériens de "troupeau". Ça se fait chez le voisin, sans la moindre conséquence pour celui qui l'écrit, avec la bénédiction du staff, en prime. Avoues, Fox, qu'ici, on ne tolère pas de pareils dépassements. Les membres algériens ne se font pas insulter et si ça arrive, le fautif en assume toujours les conséquences, même s'il devait être modérateur.
Fin H.S/
Revenir en haut Aller en bas
thierrytigerfan
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2743
Inscrit le : 01/02/2010
Localisation : Bruxelles
Nationalité : Belgique
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 4 Oct 2010 - 18:40

en europe la vigilance et l'échange d'informations sur le terrorisme est renforcé depuis un certain temps
actuellement tous les pays sont en alerte rouge renforcée
c'est le cas actuellement en Belgique
mais il ne faut pas se voiler la face, un acte de terrorisme est toujours possible
malgré les renseignements malgrés les précautions
pour répondre à Younes,l'europe ne va pas intervenir sur des territoires extra europeens
sauf peut eêtre la france ou les anglais
il y a deja des accords entre les pays du maghreb et l'europe en matière de terrorisme
Revenir en haut Aller en bas
lida
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2073
Inscrit le : 01/11/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 5 Oct 2010 - 1:02

«Le Mali mettra tout en œuvre pour la libération des otages»
Citation :
INTERVIEW - Le président malien Amadou Toumani Touré appelle à une union sacrée contre Aqmi qui détient les Français enlevés au Niger.

Amadou Toumani Touré : « Les terroristes sont dans le désert parce que nous n'y sommes pas ».
Amadou Toumani Touré : « Les terroristes sont dans le désert parce que nous n'y sommes pas ». Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

Le chef de l'État malien a accordé un entretien au Figaro.

LE FIGARO. - Quel moyen compte déployer le Mali pour aider la France à obtenir la libération de ses otages?

Amadou TOUMANI TOURÉ.- La France n'a pas demandé officiellement l'aide du Mali dans ce dossier. Mais compte tenu de l'urgence humanitaire, nous essayons de faire des investigations et nous donnons des conseils en fonction des expériences que nous avons eues dans le passé. Mais c'est nous qui nous sommes donné un rôle plutôt que d'attendre que la France nous le demande. Pour l'instant, le Mali n'est pas impliqué dans les négociations pour la libération des otages. Nous n'avons pas reçu de demande de médiation et nous n'avons pas nommé de médiat
eur. La France connaît ce dossier. Elle a déjà travaillé pour résoudre le cas de Pierre Camatte. Mais nous refusons de rester indifférents au problème d'un pays ami. Nous ne nous croisons pas les bras et le Mali mettra tout en œuvre.

Le déploiement de troupes françaises dans le Niger voisin vous pose-t-il un problème?

La France doit prendre toutes les mesures au plan politique, diplomatique et militaire. La France est obligée d'engager des manœuvres militaires. Elle possède des forces spéciales bien organisées et ne peut rester indifférente quand de tels actes ont lieu contre ses ressortissants et ses intérêts. Je trouve normal que la France positionne ses forces. L'armée est faite pour ça.

Si Paris demandait à organiser une action militaire sur le sol malien, donneriez-vous votre autorisation?

Nous n'avons pas de forces françaises stationnées au Mali, mais nous pensons que la France est la seule qui puisse prendre la liberté de mettre en œuvre la force ou de ne pas le faire. La France jusque-là ne nous a pas demandé à faire une intervention sur notre sol.

Mais dans nos états-majors, c'est quelque chose dont nous parlons. Je suis un vieux soldat, je connais cette région et chaque fois que Paris me demandera ma lecture des choses, je la donnerai.

Votre voisin, l'Algérie, ne cache pas son hostilité à une intervention occidentale dans le Sahel…

L'Algérie a toujours été très claire sur ce point. Elle ne veut pas d'opération militaire occidentale. Je le comprends et je leur donne raison dans une certaine mesure. Mais si nous ne trouvons pas une solution nous-mêmes aux problèmes du Sahel, d'autres viendront le faire à notre place. Et cela serait dommage.

Vous appelez à une plus grande coopération entre les quatre pays du Sahel, le Mali, le Niger, la Mauritanie et l'Algérie, pour combattre le terrorisme. Pourquoi la mise en œuvre de cette coopération?

Le Mali a demandé l'organisation d'une conférence sahélienne qui regroupe l'ensemble des pays de la zone; les quatre concernés directement mais aussi le Burkina-Faso, la Libye et le Tchad. Ce sommet de chefs d'État, nous n'avons pas réussi à l'organiser depuis quatre ans. Certains pays ne veulent pas venir. Nous avons perdu quatre ans à nous accuser mutuellement et à chercher qui est responsable. Il faut chercher comment éradiquer ce mal. Nous voulons une union sacrée contre le terrorisme mais nous n'avons pas été écoutés. Et tout cela m'amène à me féliciter de la mise en place à Tamanrasset d'un état-major où les officiers des différents pays sont réunis. Nous pensons qu'il fallait un temps de mise en marche de cet état-major. Il y a un frémissement.

La force armée est-elle la seule solution aux problèmes posés par Aqmi?

Le tout sécuritaire a des limites. Tout compte fait, les terroristes sont dans le désert parce que nous n'y sommes pas. Les terroristes se servent du déficit de développement, de la précarité, du désœuvrement des jeunes. Pour les combattre, il va falloir que les ressources du trafic soient coupées et mettre en place un développement local.
figaro


_________________

scratch un petit dessin vaut mieux qu'un long discours scratch
Revenir en haut Aller en bas
lida
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2073
Inscrit le : 01/11/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 5 Oct 2010 - 1:05

Comment l'Aqmi a pris place dans le désert malien
Citation :
Al-Qaida s'est emparé, en quelques années, d'un fief solide dans le nord du pays.

Les grandes avenues de Bamako sont pavoisées. Les bordures des trottoirs ont été soigneusement repeintes; le bitume rapiécé une fois de plus. Mercredi, le Mali était tout à la fête du cinquantenaire de son indépendance. Dans les pages des journaux, on ne parle que de cette célébration. Pas un mot ou presque ne filtre sur l'enlèvement, jeudi, de sept employés d'Areva, dont cinq Français, dans le nord-ouest du Niger. Pas un mot non plus de la revendication du rapt par les hommes d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

Pour Soumeylou Boubeye Maïga, ancien ministre de l'Intérieur, ce silence est un symbole. «Il y a au Mali un déficit de prise de conscience vis-à-vis du terrorisme», affirme-t-il. Selon une source militaire malienne, les cinq otages français auraient pourtant bien quitté le Niger pour être conduit au Mali. Où? Quand? L'officier avoue n'en avoir aucune idée.

En quelques années, Aqmi a pu se tailler un fief solide dans les vastes confins désertiques du nord du pays, jouant au besoin avec les frontières invisibles et mouvantes des pays voisins. Les premières incursions islamistes, Ahmada ag-Bibi, porte-parole de l'ancienne rébellion touareg qui sévissait près de Kidal dans le nord-est du pays, s'en souvient très bien. «Vers le milieu des années 2000, nous avons commencé à rencontrer des petites patrouilles d'islamistes au cœur du désert. Ils ne faisaient que passer», glisse-t-il.

En 2006, des accords de paix conduiront au désarmement de presque tous les Touaregs. «Des groupes militaires devaient prendre en charge la sécurité de la région. Mais quatre ans plus tard, il n'y a toujours rien et le désert est totalement ouvert à Aqmi», accuse Ahmada ag-Bibi.

Les «barbus» vont utiliser l'âme rétive à l'autorité des habitants et l'absence de toutes structures de l'État malien pour s'enraciner. «Dans ces régions, la pauvreté et le dénuement sont extrêmes. Il est très facile avec une poignée d'euros de gagner la confiance des chefs traditionnels», assure Youba, un responsable de l'opposition malienne.

Au cours des années, Aqmi va tisser des liens de sang par des mariages entre des jeunes locales et ses cadres. À commencer par celui de Mokhtar Belmokhtar, le chef de la katiba (phalange) à l'ouest d'Aqmi, uni avec une femme de Tombouctou. À l'est, les hommes d'Abou Zeid, qui détient aujourd'hui les cinq Français, ont eux aussi fondé des familles. «Ces mariages sont sans doute le problème principal. On assiste à un véritable brassage social. Cela leur assure une vraie protection», analyse Youba.

Caches d'essence

Les militants islamistes vont dans le même temps adapter les techniques de guérilla à ce théâtre hostile. Fortement armés, montés sur de puissants 4×4 Toyota essence, ils échappent facilement aux véhicules diesel poussifs de rares militaires croisés. Dans le Sahel, des caches d'essence souterraines, d'armes ou d'eau ont été aménagées, dont seuls les chefs connaissent les coordonnées GPS exactes. Au besoin, pour échapper aux satellites ou drones américains, les 500 hommes que compterait Aqmi se divisent en petits groupes. Indétectables.

En février 2008, les premiers otages, deux Autrichiens capturés en Tunisie sont signalés au Mali. Depuis les rapts s'enchaînent, offrant aux islamistes les indispensables sources de financement. À ce business, Aqmi ajoute celui des trafics qui ont toujours fleuri dans la région. On trouve des armes, des cigarettes, mais surtout de la drogue qui transit vers l'Europe ou le Moyen-Orient. Un argent dont tous profitent y compris les Touaregs.

Aqmi n'en oublie pas pour autant sa guerre contre les «régimes impies». Elle donne l'assaut contre les positions de l'armée mauritanienne.

Nouakchott se décide à contre-attaquer. Le 22 juillet, un raid franco-mauritanien au Mali a permis de tuer sept islamistes. Parmi ces derniers ne se trouvait qu'un Algérien, pour un Marocain, deux Maliens et trois Mauritaniens. «Il ne fait aucun doute que la capacité de recrutement sur place d'Aqmi se renforce. C'est devenu un mouvement local», insiste Boubeye Maïga.

Reste que la réponse militaire ne satisfait pas tout le monde. La dernière offensive mauritanienne a conduit à la mort de deux civils. Mohammed ould Fall Mohammed, un notable du nord redoute que d'autres bavures jettent un peu plus encore les populations entre les mains des islamistes. Abdou Salam ag-Assalatt, le responsable politique touareg de la région de Kidal appui, lui, l'idée d'une offensive militaire. «Si l'armée malienne ne fait rien contre Aqmi on finira par le faire seuls», menace-t-il.

figaro

_________________

scratch un petit dessin vaut mieux qu'un long discours scratch
Revenir en haut Aller en bas
AMEDEUS
Sous lieutenant
Sous lieutenant


messages : 685
Inscrit le : 11/12/2009
Localisation : RABAT
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 5 Oct 2010 - 13:35


M;Jeremy KEENAN ,anthropologue britannique,spécialiste du Sahara et Sahel, a affirmé que" l AQMI a été crée par le-
Département algérien de Documentations et de Renseignements EN 2006"
Cf : aricle de la M.A.P. du 5-10-10
Revenir en haut Aller en bas
lida
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2073
Inscrit le : 01/11/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 6 Oct 2010 - 11:15

Citation :
Le Mali plongé au coeur du combat contre Aqmi
Après l’enlèvement des sept expatriés au Niger, le Mali s'est retrouvé, bien malgré lui, au cœur de l’offensive contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Retour sur une semaine qui secoué Bamako, en pleines festivités du cinquantenaire de l'indépendance.

Parade militaire, bals populaires et feux d’artifice. Le faste qui a marqué, le 22 septembre, la célébration du cinquantenaire de l’indépendanc n’a pas suffi à faire illusion. Les Maliens étaient certes nombreux devant leur écran de télévision à regarder l’armée nationale parader à Bamako, mais ils n’avaient assurément pas le cœur à la fête. Depuis la mi-septembre, le pays est au centre de la bataille contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Car si c’est au Niger que sept employés des entreprises françaises Areva et Satom ont été enlevés, c’est au Mali qu’ils ont aussitôt été transférés. C’est au Mali, dans le triangle Tessalit-Kidal-Ansongo, que les salafistes ont établi leurs bases arrière. Et c’est sur le territoire malien que l’armée mauritanienne avait décidé de leur donner la chasse.

Le droit de poursuite que le chef de l’État, Amadou Toumani Touré (ATT), a accordé aux pays voisins n’est certes pas vécu comme une atteinte à la souveraineté nationale. Mais la crédibilité de l’armée, très occupée par les festivités du cinquantenaire, en a pris un coup. « Pendant que les nôtres paradent, écrit un blogueur désabusé, ce sont des soldats mauritaniens qui font le boulot. » Autre sujet de mécontentement : les victimes collatérales des opérations contre Aqmi, pour lesquelles le Premier ministre montre, de l’avis général, trop peu de compassion.

Voilà qui ne risque pas d’arranger les affaires du gouvernement, par ailleurs accusé à Paris ou à Alger de laxisme face aux terroristes. Les détracteurs d’ATT évoquent même des complicités au sommet de l’État au nom d’intérêts liés au juteux trafic de drogue et à la contrebande. Bamako se défend en évoquant la complexité de la tâche, l’immensité de son territoire et le peu de moyens dont dispose son armée (environ 8 000 hommes).

Mais, alors qu’elle était jusque-là circonscrite au Mali, la bataille contre Aqmi prend enfin une vraie dimension régionale. Retour sur la chronologie et les enjeux d’une mobilisation sans précédent.

Le film des événements

Depuis l’enlèvement de sept expatriés à Arlit, dans le nord-ouest du Niger, dans la nuit du 15 au 16 septembre, les combattants d’Aqmi ne règnent plus en maîtres imperturbables sur la bande sahélo-saharienne. Avec l’aide de ses alliés dans la région – Mauritanie, Mali, Niger, Burkina –, la France décide alors d'harcèlemer militairement Aqmi. Objectif : localiser les ravisseurs et les otages, empêcher le regroupement de différentes factions et déstabiliser son dispositif, immense toile d’araignée accrochée au désert où alternent les caches d’armes et de vivres – dans le sable ou dans des grottes –, les points de halte pour la nuit, voire pour quelques jours – au creux des dunes –, et les sentinelles.

Tout commence par un conseil restreint de défense et de sécurité, le 16 au soir, à l’Élysée, présidé par le chef de l’État français, Nicolas Sarkozy. Le lendemain, vers 16 heures, des affrontements à l’arme lourde éclatent à Raz-el-Ma, à 200 km à l’ouest de Tombouctou, au Mali. Ils opposent des militaires mauritaniens au groupe de Yahya Abou Hamame. Algérien, ce lieutenant d’Aqmi, proche de l’émir Abou Zeid, dispose de 150 combattants environ, dont certains ont fait le coup de feu en Afghanistan. C’est lui qui, en décembre 2009, a fait enlever un couple italo-burkinabè en Mauritanie, finalement libéré en avril dernier. Le face-à-face avec, de part et d’autre, une dizaine de pick-up équipés de lance-roquettes et de mitrailleuses durera jusqu’à minuit. Il reprendra brièvement le lendemain matin, vers 6 heures.

Moins de quarante-huit heures les séparent mais, officiellement, le rapt d’Arlit et les combats de Raz-el-Ma ne sont pas liés. Le 18 septembre, un communiqué du ministère mauritanien de la Défense explique que l’armée a voulu « anticiper les intentions criminelles » de terroristes qui se déplaçaient vers la frontière. D’autres sources développent la thèse de l’embuscade, dans laquelle serait tombée l’armée mauritanienne. Ces deux versions lèvent l’hypothèse d’une coordination entre la France et la Mauritanie et limitent ainsi les risques de représailles contre les otages français.

La confiance entre le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, et Nicolas Sarkozy laisse cependant penser que l’opération de Raz-el-Ma n’a pu se dérouler sans que Paris en ait été averti. En tout cas, elle sert l’objectif poursuivi par la France : l’endiguement, même partiel, d’Aqmi au Mali.

Mission accomplie ? Après une accalmie, de petits avions mauritaniens de type SIAI-Marchetti SF.260 ciblent des véhicules circulant dans les environs de Tombouctou, le 19 septembre. Quatre passagers, qui se révéleront être des civils, seront touchés, dont une femme qui mourra sur le coup et une fillette qui succombera à ses blessures à l’hôpital.

L’armée mauritanienne, qui n’a pas l’intention d’en rester là, annonce 8 morts dans ses rangs et 12 du côté d’Aqmi. Selon plusieurs sources maliennes, les pertes mauritaniennes seraient cependant plus importantes. Plusieurs corps auraient aussi été piégés à l’explosif (la méthode a été employée par Aqmi après avoir tué 11 soldats mauritaniens et leur guide, en septembre 2008).

Aqmi n’est pas seulement traqué dans la région de Tombouctou. Pendant qu’une de ses factions se bat contre l’armée mauritanienne, la France met son dispositif en place. Elle choisit Niamey pour base aérienne, et Ouagadougou pour base commando. Dans la capitale nigérienne, 80 militaires d’un détachement air sont déployés. Ils assurent le pilotage, l’entretien et la protection de trois avions de reconnaissance Breguet Atlantic dotés de radars, de caméras infrarouges et, surtout, de matériel de détection des signaux électromagnétiques (conversations par radio ou par téléphone satellitaire). Ces avions aux grandes oreilles survolent en permanence l’Adrar des Ifoghas, massif montagneux où se croisent les frontières algérienne, nigérienne et malienne. À Ouagadougou, des éléments hyperentraînés du Commandement des opérations spéciales (COS) sont sur le pied de guerre. Si des renseignements précis leur arrivent, ces forces spéciales françaises sont prêtes à frapper à tout moment pour libérer les otages.

Voir notre infographie "Une mobilisation régionale sans précédent"

Comment ATT gère le dossier AQMI

Pendant ce temps, à Bamako – et jusqu’au sommet de l’État, selon des familiers du pouvoir –, on se sent un peu désemparé. Car c’est à la présidence que tout se décide dès qu’il est question du septentrion malien. « Cela relève exclusivement de Koulouba », confirme-t-on dans les états-majors des partis politiques, en référence à la colline sur laquelle se trouve le palais présidentiel. La gestion du Nord-Mali semble d’ailleurs échapper aux autres institutions de la République. « Le Parlement et la classe politique ne sont nullement associés à la prise de décisions », déplore Ousmane Sy, secrétaire politique de l’Adema, première force politique du pays. « On n’a pas fini de payer une telle erreur. »

Parce qu’il est originaire de la région (né à Mopti, il a longtemps dirigé les troupes d’élite de l’armée malienne dans les trois régions du Nord), ATT est sans doute celui qui connaît le mieux ces questions. « Ma principale préoccupation est d’éviter l’effusion de sang », ne cesse-t-il de marteler pour justifier le fait qu’il privilégie le dialogue. « C’est mon passé de militaire qui me dicte d’éviter la logique de l’affrontement. »

Mais il serait faux de croire que le chef de l’État agit seul. Il écoute, consulte et reçoit, même si c’est en cercle restreint que les décisions sont prises. Qu’il s’agisse d’Aqmi, de la rébellion touarègue ou du narcotrafic, quatre hommes – tous militaires – ont son oreille : le général à la retraite Kafougouna Koné, aujourd’hui ministre de l’Administration territoriale ; le général de brigade Gabriel Poudiougou, chef d’état-major général des armées ; le colonel Mamy Coulibaly, patron de la sécurité d’État ; et, sans doute le plus important, le général Habib Sissoko, dit « Man », chef d’état-major particulier d’ATT. Ils constituent à eux cinq le véritable conseil de sécurité du Nord-Mali.

Pour la première fois, tous contre Al-Qaïda

« Un électrochoc ? Oui, on peut le dire comme ça. » À Paris, un diplomate de haut rang constate que les pays de la sous-région se mobilisent comme jamais ils ne l’avaient fait. « Ceux qui étaient déjà conscients du danger Al-Qaïda en ont davantage conscience [sous entendu : les Nigériens et les Mauritaniens, NDLR] et ceux qui n’en avaient pas encore bien conscience ouvrent enfin les yeux [sous entendu : les Maliens]. »

Dès le lendemain du rapt des sept expatriés, Nicolas Sarkozy et son homologue nigérien, Salou Djibo, se sont parlé au téléphone. C’est à ce moment qu’a été décidé l’envoi express à Niamey de trois Breguet Atlantic venus de la base française de Lann-Bihoué, en Bretagne. « Au Niger, l’accueil a été très chaleureux », confie un décideur français. Cet accueil aurait-il été plus réservé si Tandja était encore au pouvoir ? « Peut-être. »

Entre la France et la Mauritanie, la complicité est encore plus forte. « Le général Aziz est l’homme d’État de la région qui montre le plus de détermination », dit Paris. Depuis son arrivée au pouvoir, en août 2008, Mohamed Ould Abdelaziz accueille discrètement dans son pays des instructeurs de l’armée française, qui, non loin de la palmeraie d’Atar, entraînent des forces spéciales mauritaniennes – et une brigade nigérienne. Aujourd’hui, ce sont les mêmes forces spéciales qui combattent Aqmi dans la région de Tombouctou.

Pas un nuage non plus, apparemment du moins, entre la France et le Burkina Faso. Quand Paris a demandé l’autorisation de prépositionner des soldats commandos à Ouagadougou, Blaise Compaoré n’a fait « aucune difficulté ». Avec le Mali, les choses bougent. « Avant, il y avait chez les Maliens une forme de déni face au terrorisme. Là, ils prennent en compte la vraie dimension du problème », estime un haut fonctionnaire français, qui dément que Nicolas Sarkozy ait demandé à Amadou Toumani Touré le droit pour les avions français d’utiliser les pistes de Ménaka ou de Kidal (Nord-Est). Pas question d’exposer des avions français à une éventuelle attaque d’Aqmi sur un aéroport. Tout sauf le scénario des Vietcongs tirant sur les avions américains basés à Saigon, en 1968. Niamey, c’est sûr. Mais Kidal…

Reste la grande inconnue : l’Algérie. Abdelaziz Bouteflika ne voit pas d’un bon œil le déploiement de soldats de l’ancienne puissance coloniale au sud des frontières de son pays. Mais, devant la gravité de la situation, il ferme les yeux sur l’arrivée de militaires français à Niamey et Ouagadougou. Pourvu que ce soit provisoire, le temps d’essayer de libérer les otages. Les Algériens sont beaucoup plus circonspects sur la présence depuis un an d’instructeurs français en Mauritanie. Le 22 juillet, lors du raid franco-mauritanien sur le nord du Mali, ils ont froncé les sourcils. De bonne source, le 16 septembre, Nouakchott a souhaité que des militaires français participent aux opérations contre Aqmi dans le nord du Mali. Mais Alger a fait connaître sa désapprobation. Du coup, Paris – qui ne veut surtout pas froisser Alger dans cette affaire – se contenterait pour l’instant d’apporter un soutien logistique aux forces mauritaniennes.

Entre salafistes et nomades, le gentleman’s agreement

Le Sahel est grand, mais les points d’eau sont trop rares pour que Touaregs et salafistes puissent éviter de se croiser. Les premiers éprouvent traditionnellement peu de sympathie pour le discours des islamistes radicaux, et seuls une poignée d’entre eux – plutôt chauffeurs ou guides que combattants – accompagnent les djihadistes au quotidien. Mais les bases arrière d’Aqmi se situent dans les trois régions du nord du Mali où vivent les Touaregs – des régions sur lesquelles Bamako a depuis bien longtemps renoncé à sa souveraineté en échange de la paix.

À défaut d’idéaux, salafistes et Touaregs ont parfois des intérêts communs. En février 2007, des affrontements meurtriers avaient opposé des combattants d’Aqmi et des membres de la rébellion touarègue d’Ibrahim Ag Bahanga à Tin Zawatine, à la frontière entre le Mali et l’Algérie. Aqmi avait alors essuyé de lourdes pertes. Depuis, c’est la coexistence pacifique. Les salafistes évitent de s’en prendre aux bergers et aux caravanes qu’ils croisent. Il leur arrive de distribuer des vivres, de l’eau et du carburant, ou même de financer l’aménagement d’une guelta (point d’eau). Quant aux Touaregs qui font de la contrebande, ils paient un droit de passage à Aqmi quand ils traversent une de ses zones.

La nouveauté toutefois, c’est que certains mouvements touaregs participent aujourd’hui aux prises d’otages. Le 16 décembre 2008, deux jours après l’enlèvement des Canadiens Robert Fowler et Louis Gay près de Niamey, un rebelle touareg nigérien, Rhissa Ag Boula, a revendiqué l’opération sur le site du Front des forces de redressement (FFR), avant d’être contredit quelques heures plus tard par le président de ce mouvement. Scénario le plus probable : les deux otages ont été d’abord capturés par des Touaregs, puis « revendus » à Aqmi.

En janvier 2010, quand l’otage Pierre Camatte était aux mains d’Abou Zeid, il a croisé un Touareg de Ménaka, la ville du nord-est du Mali où le Français avait été enlevé. Preuve que les salafistes utilisent les renseignements de Touaregs pour s’emparer de leurs proies. Visiblement, le 16 septembre à Arlit, les terroristes d’Aqmi ont bénéficié aussi de complicités locales pour repérer les domiciles des expatriés. Les rescapés de ce raid – ceux qui ont été relâchés à 40 km de la cité minière – ont entendu plusieurs ravisseurs parler tamasheq, la langue de la communauté touarègue. Enfin et surtout, un Touareg malien fait partie désormais des émirs d’Aqmi. Son nom : Abdelkrim. Surnommé Taleb, cet ancien imam à Kidal règne sur un groupe de 60 hommes – touaregs eux aussi – et peut se targuer d’être l’un des rares émirs non algériens de l’organisation terroriste.
jeune afrique

_________________

scratch un petit dessin vaut mieux qu'un long discours scratch
Revenir en haut Aller en bas
lida
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2073
Inscrit le : 01/11/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Sam 9 Oct 2010 - 4:42

Citation :
Une région victime des convoitises

Dans le périmètre où sévissent les terroristes d’Aqmi, les stratégies des occidentaux ne sont pas uniquement 
sécuritaires, la région regorgeant de richesses minières.

Depuis l’enlèvement des sept employés d’Areva, le 16 septembre à Arlit (Niger), revendiqué le 21 septembre par al-Qaida du Maghreb islamique (Aqmi), celle-ci n’a pas encore fait connaître ses exigences. Sur le terrain, dans l’attente d’éventuelles négociations avec les ravisseurs, Paris a déployé un important dispositif de surveillance ainsi que des forces au Niger et au Burkina Faso, et peut compter sur la Mauritanie qui bénéficie déjà d’une aide logistique française. La gestion du dossier des otages est pilotée directement par l’Élysée (voir l’Humanité du 2 octobre). Le dossier est stratégique pour Paris mais pas uniquement pour des raisons sécuritaires.



Richesses convoitées

Le Niger, où a eu lieu le rapt, possède le deuxième gisement mondial d’uranium. Le français Areva, qui exploite les sites d’Arlit et d’Imouranem, est le premier producteur mondial. Et entend conserver cette place. Plus généralement, la région sahélo-saharienne, qui regorge de richesses minières (phosphate, or, uranium, fer, manganèse, zinc, cuivre, diamant, charbon, pétrole), attise la convoitise des grands groupes internationaux : outre Areva, Anglo American Corporation, BHP, Gencor, Ashanti Goldfields, Barrick Gold, Rand Gold, sont déjà à pied d’œuvre au Sénégal, au Burkina Faso, au Mali, au Niger, en Mauritanie. Le Sud algérien, notamment la région du Hoggar, proche du Sahel, est également dans leur collimateur. Ce qui fait que le contrôle de cet ensemble sahélo-saharien est au cœur des préoccupations de Paris et de ses alliés depuis déjà quelques années. Et de ce point de vue, l’activisme de l’Aqmi tombe à point nommé pour légitimer le discours sécuritaire occidental et la stratégie qui va avec.

Ainsi, depuis l’avènement de l’Aqmi en 2007, l’UE et les États-Unis considèrent que les enjeux de sécurité dans cette région ne doivent pas être considérés comme un facteur interne à chaque État, mais appréhendés dans un environnement plus large allant du sud au nord de la Méditerranée. C’est le sens du texte adopté par le sommet de l’UE de février 2010 dit de stratégie de sécurité internationale, de la déclaration du sommet UE-Maroc de Grenade de mars 2010, et du projet Africom américain (sorte d’Otan pour l’Afrique) prôné par Washington qui affirme, que, depuis que le GSPC algérien (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) s’est transformé en Aqmi, la maison mère (la Qaida) veut faire du Sahel sa base refuge. En outre, avancent certains experts occidentaux, la faiblesse des États de la région impuissants face aux attaques d’Aqmi, la porosité de leurs frontières, le développement du trafic (armes, cigarettes, drogues), les enlèvements de ressortissants occidentaux, militeraient pour une guerre contre le terrorisme islamiste et le grand banditisme, coordonnée et gérée par l’UE et les États-Unis.



Manœuvre en coulisses

Dans ce cadre, la coopération régionale entre les pays du Sahel (Mali, Niger, Mauritanie) et l’Algérie, où cette dernière assurerait le leadership, est diversement appréciée. Paris, par exemple, manœuvre en coulisses pour imposer le Maroc, voire la Libye, au sein du commandement régional mis en place en août 2009 à Tamanrasset (Algérie) et du Centre de renseignement régional mis en place récemment à Alger. Lors de la réunion des chefs de renseignements de l’Algérie et des trois pays du Sahel : le Mali a proposé d’associer la Libye et le Tchad, tandis que la Mauritanie a souhaité la présence du Maroc. Une conférence régionale sur le terrorisme qui devait avoir lieu à Bamako a été annulée : elle sera remplacée, sur proposition de Paris, par celle du Groupe d’action antiterroriste dépendant du G8 qui se tiendra dans la capitale malienne les 13 et 14 octobre. En résumé, si le terrorisme au Sahel constitue bien une menace, il n’en reste pas moins qu’en lui conférant une dimension qu’il n’a pas – Aqmi c’est une centaine d’hommes – l’Occident l’instrumentalise à des fins de domination géostratégique.
http://www.humanite.fr

_________________

scratch un petit dessin vaut mieux qu'un long discours scratch
Revenir en haut Aller en bas
thierrytigerfan
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2743
Inscrit le : 01/02/2010
Localisation : Bruxelles
Nationalité : Belgique
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Sam 9 Oct 2010 - 4:46

c'est pas nouveaux que les pays d'europe(particulierment la France et l'Angleterre) ont des politiques de protection
des approvisionements en matière première
les USA sont les grands praticants de ce genre de politique tout comme la chine ou la rssie d'aileurs
Revenir en haut Aller en bas
lida
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2073
Inscrit le : 01/11/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Sam 9 Oct 2010 - 4:59

comment l'algerie reagira t elle? reponse apres le sommet du G8 a mali.

_________________

scratch un petit dessin vaut mieux qu'un long discours scratch
Revenir en haut Aller en bas
Proton
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3498
Inscrit le : 27/06/2009
Localisation : Partout.
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Sam 9 Oct 2010 - 18:04

L'Algérie fait exactement comme la Lybie des années 80, création de problème et d'instabilité pour mieux "venir" proposer son aide a des pays très faible, pour une raison bien connue est si futile devenir aux yeux du monde un acteur incontournable dans la région.
Mais après 120 années de vie commune, les algériens connaissent bien les français, à paris on ne plaisante pas avec les approvisionnement stratégique, c'est l'une des raisons de l'acharnement de la presse poubelle dz a défaut de pouvoir bouger sur le terrain ( la réponse française serait immédiate et sans pitié ) on fait de la propagande.
Revenir en haut Aller en bas
marques
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1909
Inscrit le : 05/11/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 13 Oct 2010 - 14:39

après avoir essayé vainement d'exclure le Maroc, l'Algérie s'exclue d'elle-même et ce devant toutes les grandes puissances ... on s'appelle çà , de la débilité en politique; mais bon, ce n'est pas la premiére fois, à ce qu'il parait , cà s'appelle du nif !!!

Citation :
Lutte anti-terroriste au Sahel: des experts du G8 réunis à Bamako
(AFP) – Il y a 2 heures

BAMAKO — Une réunion du Groupe d'action antiterroriste des pays du G8 (CTAG) s'est ouverte mercredi à Bamako, pour étudier les moyens de renforcer la lutte dans le Sahel contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui détient sept otages dont cinq Français au Mali.

Participent à cette réunion d'experts des représentants du G8 (Etats-Unis, Russie, Japon, Canada, France, Grande-Bretagne, Italie et l'Allemagne), ainsi que de l'Union européenne, la Suisse, l'Espagne et l'Australie.

Plusieurs pays de la région (Maroc, Mauritanie, Niger, Burkina Faso, Sénégal, Nigeria notamment) ont été invités à participer à cette rencontre, dont l'Algérie qui n'a pas répondu favorablement à l'invitation, a-t-on appris de source diplomatique.

L'Algérie considère que la lutte contre Aqmi est l'affaire des seuls pays du Sahel concernés et ne souhaite pas l'implication de pays qui y sont étrangers.

Le ministre malien des Affaires étrangères, Moctar Ouane, a estimé que cette réunion était "une marque d'estime et de confiance de la communauté internationale" envers le Mali.

Le nord du Mali est l'un des théâtres d'opération d'Aqmi qui y retient en otages cinq Français, un Malgache et un Togolais enlevés mi-septembre au Niger. Selon une source diplomatique dans la région, le fait que la réunion se tienne dans la capitale malienne est "une façon de montrer qu'il y a un enjeu terroriste" dans cette région.

L'objectif de la rencontre "est de faire progresser une prise de conscience" sur la nécessité de renforcer et coordonner la lutte anti-terroriste dans les pays de la bande sahélo-saharienne, a précisé cette source.

Parmi les points abordés lors de cette réunion qui s'achévera jeudi, devrait notamment figurer la question du contrôle des frontières et du rôle que doivent jouer dans le combat anti-Aqmi l'Union africaine (UA) et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Le CTAG a été créé sous la présidence française du G8 en 2003 et vise au renforcement des capacités de la lutte antiterroriste.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés. Plus »
Revenir en haut Aller en bas
naourikh
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

messages : 453
Inscrit le : 19/03/2007
Localisation : Devant un PC
Nationalité : Maroc-Belgique

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 13 Oct 2010 - 14:47

Qu'est ce que la Suisse et surtout l'Australie ont avoir la dedans?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
marques
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1909
Inscrit le : 05/11/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 13 Oct 2010 - 15:08

naourikh a écrit:
Qu'est ce que la Suisse et surtout l'Australie ont avoir la dedans?

1/ les Suisses ont déjà eu des otages dans la région et ils ont payé pour les libérer

2/ l'armée australienne est habitué à manoeuvrer en région desertique puisque les 3/4 du territoire australien est un desert ..ils ont des moyens militaires très adaptés à ce type de région

pour les USA, combattre aqmi veut dire faire appel à toutes les compétences et non pas faire de l'obstruction pour des raisons geographiques ou politico-magouilles

soit on veut combattre l'aqmi, soit on veut faire de la magouille ...

Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division
avatar

messages : 6876
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 13 Oct 2010 - 16:52

marques a écrit:
après avoir essayé vainement d'exclure le Maroc, l'Algérie s'exclue d'elle-même et ce devant toutes les grandes puissances ... on s'appelle çà , de la débilité en politique; mais bon, ce n'est pas la premiére fois, à ce qu'il parait , cà s'appelle du nif !!!

Citation :
Lutte anti-terroriste au Sahel: des experts du G8 réunis à Bamako
(AFP) – Il y a 2 heures

BAMAKO — Une réunion du Groupe d'action antiterroriste des pays du G8 (CTAG) s'est ouverte mercredi à Bamako, pour étudier les moyens de renforcer la lutte dans le Sahel contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui détient sept otages dont cinq Français au Mali.

Participent à cette réunion d'experts des représentants du G8 (Etats-Unis, Russie, Japon, Canada, France, Grande-Bretagne, Italie et l'Allemagne), ainsi que de l'Union européenne, la Suisse, l'Espagne et l'Australie.

Plusieurs pays de la région (Maroc, Mauritanie, Niger, Burkina Faso, Sénégal, Nigeria notamment) ont été invités à participer à cette rencontre, dont l'Algérie qui n'a pas répondu favorablement à l'invitation, a-t-on appris de source diplomatique.

L'Algérie considère que la lutte contre Aqmi est l'affaire des seuls pays du Sahel concernés et ne souhaite pas l'implication de pays qui y sont étrangers.

Le ministre malien des Affaires étrangères, Moctar Ouane, a estimé que cette réunion était "une marque d'estime et de confiance de la communauté internationale" envers le Mali.

Le nord du Mali est l'un des théâtres d'opération d'Aqmi qui y retient en otages cinq Français, un Malgache et un Togolais enlevés mi-septembre au Niger. Selon une source diplomatique dans la région, le fait que la réunion se tienne dans la capitale malienne est "une façon de montrer qu'il y a un enjeu terroriste" dans cette région.

L'objectif de la rencontre "est de faire progresser une prise de conscience" sur la nécessité de renforcer et coordonner la lutte anti-terroriste dans les pays de la bande sahélo-saharienne, a précisé cette source.

Parmi les points abordés lors de cette réunion qui s'achévera jeudi, devrait notamment figurer la question du contrôle des frontières et du rôle que doivent jouer dans le combat anti-Aqmi l'Union africaine (UA) et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Le CTAG a été créé sous la présidence française du G8 en 2003 et vise au renforcement des capacités de la lutte antiterroriste.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés. Plus »

L'etau se sert autour de Tewfik bom bom
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 13 Oct 2010 - 18:10

bonne nouvelle enfin,on attendait ca depuis longtemps,remarquez que le Maroc a ete invité et pas la Tunisie,c´est qu´on nous reconnait l´appartenance a cette region,par ses provinces du sud,raison pour laquelle le voisin organisait sa mascarade pour l´exclure Wink
la ca devient interessant popcorn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Viper
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 7648
Inscrit le : 24/04/2007
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 13 Oct 2010 - 18:25

Très mal joué de la part de l'Algérie !
En refusant d'y participer, elle montre clairement que pour elle, il s'agit uniquement de discréditer le Maroc, et que la lutte contre l'AQMI n'est pas vraiment une priorité pour elle !


_________________
Gloire à nos aïeux  



Dernière édition par Viper le Jeu 14 Oct 2010 - 1:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   

Revenir en haut Aller en bas
 
le Sahel zone de non-droit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 23Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 13 ... 23  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte à M. Haddaoui et à qui de droit
» Droit de l'homme et démocratie
» L’ONE redresse difficilement la barre...et droit privé
» Les chrétiens ont-ils le droit d'exister....
» Zone Afrique Equatoriale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: