Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualité Economie Mondiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34
AuteurMessage
RadOne
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 811
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Sam 3 Déc 2016 - 15:56

Ils sont rare les accords qui ont été respectés ... je pense pas que la russie, l'iran et l'irak respecteront leurs quotas imposés, enfin surtout les 2 derniers.
Le marché ne croit plus vraiement dans ces accords ...
Revenir en haut Aller en bas
DragonBallDZ
Caporal
Caporal


messages : 148
Inscrit le : 16/10/2016
Localisation : france
Nationalité : Algerie-Francais

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Sam 3 Déc 2016 - 17:21

RadOne a écrit:
Ils sont rare les accords qui ont été respectés ... je pense pas que la russie, l'iran et l'irak respecteront leurs quotas imposés, enfin surtout les 2 derniers.
Le marché ne croit plus vraiement dans ces accords ...


Il faut voir ce que ca donnera dans le temps, aujourd'hui le brent est a plus de 54 dollars, il a etait difficile de faire en sorte que beaucoup de pays baissent l production surtout l'Iran et l'AS, a voir ce que nos accords donneront dans le temps. en tout cas, la diminution de laproduction n'a pas d'impact pour les pays puisqu'ils gagnent sur l'augmentation des prix
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Mar 6 Déc 2016 - 14:15

Russia Today a écrit:

..débat sur la dépendance énergétique de l'Union européenne


La souveraineté énergétique des Etats membres de l'UE pourrait être remise en cause lors d'une réunion des ministres de l'Energie de l'UE. Un droit de regard de la Commission européenne sur les accords énergétiques des pays membres serait en projet.

Sous couvert d'anonymat, trois responsables européens ont indiqué à l'agence Bloomberg que les ministres de l'Energie des pays membres de l'Union européenne (UE) réunis le 5 décembre auront à discuter de la coordination centralisée des achats de gaz. La Commission européenne voudrait notamment arracher le droit de vérifier les accords nationaux de fourniture énergétique avant toute signature.

Les ministres de l'Energie auraient par ailleurs également l'intention d'approuver la constitution de neuf zones géographiques afin d'approfondir la coopération européenne lors des crises gazières. Néanmoins, l'Allemagne, la France et l'Italie seraient opposées à ce plan.

La question des livraisons transfrontalières aux consommateurs en cas de perturbation ou de crise énergétique serait également à l'ordre du jour de la réunion des ministres de l'Energie. L'Union européenne souhaiterait obliger les sociétés gazières à partager avec la Commission européenne des informations sur les contrats signés avec les autorités des Etats membres. Ce dispositif s'appliquerait sur les transactions couvrant 40% de la consommation annuelle de gaz d'un pays ainsi que sur les contrats d'une durée supérieure à un an.

L'Union européenne importe actuellement 53% de l'énergie totale qu'elle consomme. L'UE cherche à réduire sa dépendance énergétique et souhaite notamment réduire ses importations de gaz russe qui correspondent à 36% de ses importations totales de gaz.

Marco Giuli, analyste du European Policy Centre de Bruxelles a livré son expertise à Bloomberg : «Les gouvernements peuvent être profondément ancrés dans les intérêts commerciaux de leurs champions nationaux et s'opposer à ce que l'UE s'amuse à jouer avec leurs relations stratégiques liées avec des fournisseurs extérieurs». Marco Giuli a par ailleurs souligné qu'il n'était pas évident pour les Etats membres de céder leur souveraineté en matière de politique énergétique et qu'il y avait des limites à l'action de l'Union européenne.

Les dispositifs que l'UE veut mettre en place pourraient avoir un impact sur le projet de gazoduc Nord Stream-2 qui vise à acheminer du gaz naturel de la Russie vers l'Allemagne via la mer Baltique. Ce projet est actuellement mis en œuvre par l'entreprise russe Gazprom en coopération avec l'entreprise allemande E.ON, le français Engie et d'autres entreprises européennes.

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Jeu 8 Déc 2016 - 14:47

FAO a écrit:
39 pays ayant actuellement besoin d'une aide alimentaire extérieure: l'Afghanistan, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, le Congo, la République populaire démocratique de Corée, la République démocratique du Congo, Djibouti, l'Erythrée, l'Ethiopie, la Guinée, Haïti, l'Irak, le Kenya, le Lesotho, le Liberia, la Libye, Madagascar, le Malawi, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, la Birmanie, le Népal, le Niger, le Nigéria, le Pakistan, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Sierra Leone, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, le Swaziland, la Syrie, l'Ouganda, le Yémen et le Zimbabwe.

Rapport complet #ici

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Ven 23 Déc 2016 - 15:13

Agence Ecofin a écrit:

Volkswagen va construire une usine d’assemblage au Rwanda, après le Kenya et l’Algérie



Le constructeur automobile allemand Volkswagen a signé, le 21 décembre, avec le gouvernement rwandais un protocole d’entente pour construire la première usine d’assemblage du pays.

Ce protocole d’entente a été paraphé par le directeur général du conseil rwandais de développement (Rwanda Development Board/RDB), Francis Gatare, et le directeur général de Volkswagen South Africa, Thomas Schäfer, en présence du président de Volkswagen, Herbert Diess.

M. Schäfer a déclaré, à cette occasion, à la presse, que le groupe basé à Wolfsburg va achever en mai prochain une étude du marché rwandais à l’issue de laquelle une usine d’assemblage d’une capacité de 5000 véhicules par an au moins devrait être installée à Kigali.

La signature de ce protocole d’entente avec les autorités rwandaises intervient quelques heures seulement l’inauguration d’une nouvelle usine au Kenya et environ trois semaines après la signature d'un accord pour construire une usine d'assemblage en Algérie. Ces projets marquent le renforcement du groupe allemand en Afrique, où il dispose depuis plusieurs années de deux usines en Afrique du Sud et au Nigeria.

«Globalement, les ventes de voitures en Afrique devraient augmenter de 40% en Afrique au cours des cinq prochaines années, c'est pourquoi nous augmentons nos activités », a déclaré le PDG de la marque Volkswagen, Herbert Diess, à l’occasion de l’inauguration de l’usine du groupe au Kenya. «L'ensemble du continent a connu une longue période de stagnation économique et comme en Chine dans les années 80, l'Afrique offre de grandes opportunités. C'est spécialement vrai pour le Kenya», a-t-il ajouté.

Sur le continent africain, le taux de motorisation est seulement de 44 véhicules pour 1000 habitants contre une moyenne mondiale de 180 pour 1000 habitants.

#Lien

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Mar 3 Jan 2017 - 23:01

Agence Ecofin a écrit:
Le schiste américain pourrait hypothéquer le rééquilibrage du marché pétrolier en 2017

Aux Etats-Unis, les exploitants de pétrole de schiste envisagent d’augmenter leur production de l’équivalent de 200 à 300 000 barils par jour en 2017. L’objectif est de profiter de la remontée des prix du pétrole sur les marchés internationaux.

Selon des analystes, les banques américaines devraient mettre à leur disposition des capitaux conséquents pour y arriver. Une situation qui risque de freiner le retour à l’équilibre du marché pétrolier prévu pour l’année prochaine, car le pétrole de schiste est beaucoup moins cher que le pétrole conventionnel.

Par ailleurs, les spécialistes du secteur tablent sur un recul de 100 000 barils par jour de la production pétrolière américaine. Celle-ci devrait passer de 8,9 millions de barils par jour en 2016 à 8,8 millions de barils par jour en 2017.

Selon un sondage réalisé par Reuters avec l’aide de 29 analystes et économistes, le pétrole devrait normalement clôturer l’année 2017 autour de 60 dollars, si les différents pays producteurs respectent le quota qui leur a été affecté au terme de l’accord de Vienne.

Jusqu’ici l’OPEP, craignait que l’Irak ne viole ses engagements car le pays envisagerait en secret de doper sa production. Désormais, c’est le schiste américain qui vient lui donner du fil à retordre. #Lien

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20301
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Mer 4 Jan 2017 - 18:45

Citation :
Plantu

BANQUES ET CORRUPTION: Panama voudrait sortir de la liste des paradis fiscaux. Le dessin du Monde de ce mercredi 4 janvier.

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20301
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Mar 10 Jan 2017 - 23:25

Citation :
La monnaie mexicaine à son plus bas historique, à 22 pesos pour un dollar


AFP 10/01/2017


La monnaie mexicaine a atteint mardi son plus bas historique, le peso s'échangeant à 22 unités pour un dollar, dans un contexte d'incertitude économique avec l'arrivée de Donald Trump au pouvoir aux Etats-Unis.

Avec cette nouvelle dépréciation de 1,59%, selon la banque mexicaine Citibanamex, la monnaie mexicaine enregistre sa plus forte chute depuis l'élection du milliardaire républicain le 8 novembre, qui avait fait dévisser le lendemain la monnaie de 7,64%.

La semaine dernière, la monnaie de la deuxième économie d'Amérique latine avait déjà reculé de plus de 3% face au dollar, en raison notamment de l'annonce par Ford de l'annulation d'un projet d'usine à San Luis Potosi pour un montant de 1,6 milliard de dollars.

Sur l'ensemble de l'année 2016, le peso a reculé de 16,12% face au dollar, touché par la chute des cours du brut et les promesses protectionnistes de Trump qui s'est engagé à renégocier, voire abroger les accords commerciaux le liant au Mexique pour protéger les emplois américains.

Environ 80% des exportations mexicaines sont destinées aux Etats-Unis.

http://www.lorientlejour.com/article/1028423/la-monnaie-mexicaine-a-son-plus-bas-historique-a-22-pesos-pour-un-dollar.html
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6578
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Mer 11 Jan 2017 - 7:57

Citation :

Le pétrole baisse encore, la défiance s'installant

10/01/2017

http://www.zonebourse.com/WTI-2355639/actualite/Le-petrole-baisse-encore-la-defiance-s-installant-23673454/

_________________
Gloire à nos aieux  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20301
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Ven 27 Jan 2017 - 21:32

Citation :
La dette grecque est "explosive", l'eurozone doit en faire plus (rapport du FMI)


AFP 27/01/2017


Le FMI juge la dette grecque actuellement "intenable" et "explosive" sur le long terme et appelle la zone euro à proposer des mesures d'allègement "plus crédibles", selon un rapport confidentiel de l'institution obtenu vendredi par l'AFP.

Ce sombre diagnostic compromet pour l'heure la participation financière du Fonds monétaire international au 3e plan d'aide accordé à la Grèce par les Européens en 2015, malgré l'insistance de l'Allemagne.
"La dette grecque est totalement intenable. Même avec une application pleine et entière des réformes approuvées dans le cadre du programme (d'aide, ndlr), la dette publique et les besoins de financement vont devenir explosifs sur le long terme", écrit le FMI dans ce rapport qui doit être présenté à ses Etats membres début février.

Sans mesures d'allègement, la dette grecque devrait ainsi atteindre 275% du produit intérieur brut du pays, indique le rapport.
Selon ses règles internes, le FMI, qui a participé aux deux précédents plans d'aide à la Grèce en 2010 et 2012, ne peut accorder de prêts à un pays que s'il juge sa dette soutenable avec un fort degré de probabilité.

Ce rapport risque donc de faire des remous en Europe où plusieurs pays, dont l'Allemagne, ont fait de la participation financière du FMI une condition sine qua non du renflouement de la Grèce.

Le rapport obtenu par l'AFP ne tranche pas la question mais il appelle l'eurozone à en faire beaucoup plus pour alléger la dette grecque et permettre au FMI de participer au plan d'aide.
La zone euro rechigne à alléger à nouveau la dette grecque et a reporté toute mesure à la fin du programme actuel en 2018.
"Pour apporter plus de crédibilité à la stratégie de la dette pour la Grèce, plus de détails seront nécessaires sur la nature et l'ampleur de l'allègement de la dette", tacle le rapport.

Dans ce document, le FMI appelle la zone euro à prendre des mesures précises qui risquent d'être fraîchement accueillies en Allemagne, notamment l'extension des maturités des prêts jusqu'en 2070 et le prolongement de la période de grâce sur les remboursements jusqu'en 2040.
Toutefois, prévient le Fonds, si Athènes n'applique pas les réformes demandées par ses créanciers, la viabilité de la dette ne sera "pas garantie" même avec ces mesures d'allègement drastiques.

https://www.lorientlejour.com/article/1031831/la-situation-de-la-dette-grecque-est-explosive-rapport-du-fmi.html
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Jeu 9 Mar 2017 - 8:00

Citation :

A partir de 2020, l’offre mondiale de pétrole pourrait avoir du mal à suivre la demande (AIE)


Selon un rapport de l’Agence internationale de l’Energie (AIE), à partir de 2020, la demande globale en produits pétroliers augmentera considérablement et l’offre risque de ne pas satisfaire celle-ci. Une situation qui favoriserait, par conséquent, une forte augmentation des prix du baril. Aussi, explique le document, la seule condition à laquelle ce scénario n’intervient pas est que les compagnies investissent beaucoup plus dans de nouveaux projets.

Selon les prévisions, la demande globale devrait passer à 100 millions b/j, à partir de 2019, et atteindre 104 millions b/j en 2022.

Toutefois, l’agence anticipe un regain de la production aux Etats-Unis, au Moyen-Orient et aux Emirats Arabes Unis tandis que la production devrait décliner en Algérie, au Nigéria et au Venezuela.

Aux Etats-Unis, l’AIE s’attend à ce que la production de pétrole léger à faible intensité (LTO) monte à 1,4 million b/j en 2022 si les prix du baril gravitent autour de 60 $. Celle-ci devrait monter à 3 millions b/j si les prix grimpent à 80 $.

Au sein de l’OPEP, alors que la production saoudienne devrait stagner, celles de l’Irak, de l’Iran et des Emirats Arabes Unis devraient augmenter considérablement.

Le rapport indique, en outre, que la production russe stagnera également jusque dans les cinq prochaines années.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Jeu 6 Avr 2017 - 11:48

Citation :

Le pétrole bon marché fête son troisième anniversaire



Moins de six mois après leur accord de novembre 2016 qui avait fait remonter les cours du brut jusqu’à 58 dollars le baril, les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) constatent que l’offre est toujours trop élevée par rapport à la demande. En une semaine, début mars 2017, cette amère réalité s’est imposée avec force : les prix ont baissé de 8 % et les deux grands indices, le West Texas Intermediate (WTI) et le Brent sont repassés en-dessous de 50 dollars le baril, avant de remonter légèrement début avril. Nouveau rendez-vous en mai...

Le Koweït, premier à réagir publiquement, a proposé de prolonger de six mois l’accord semestriel de novembre 2016 qui prévoyait à compter du 1er janvier 2017 une baisse de 1,8 million de barils/jour, répartie entre l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) et l’ensemble Russie-Kazakstan-Turkménistan. Il a été suivi par le nouveau ministre saoudien de l’énergie, Khaled Al-Faleh, qui a rappelé que l’Arabie saoudite ne comptait pas limiter sa production pour compenser celle des autres producteurs. Un avertissement sans frais à Vladimir Poutine qui n’en finit pas d’appliquer le programme de réduction auquel il s’est engagé l’an dernier : il en serait à 37 % de son objectif. Les autres gouvernements impliqués se taisent en attendant que les grands du secteur s’accordent.

Trois menaces pèsent sur le maintien de l’accord et, a fortiori, sur une nouvelle baisse de la production de 0,8 million de barils/jour au 1er juillet 2017 dont l’OPEP doit discuter en mai prochain à Vienne : l’indiscipline de l’OPEP, l’ambiguïté russe et l’agressivité américaine.

L’OPEP EN ORDRE DISPERSÉ

Traditionnellement, les membres de l’OPEP ne suivent que de loin les accords pris en leur nom par leur organisation. Ce n’est pas un cartel de producteurs privés comme l’était le cartel des Sept Sœurs1 avant le choc pétrolier de 1973, mais une institution intergouvernementale où la politique n’est jamais loin.

Le Nigeria, malgré les insurgés du delta du Niger, et la Libye, malgré la bataille des terminaux entre les troupes du général Khalifa Haftar et une milice à la solde de Tripoli, ont augmenté sensiblement leur production. Pendant ce temps, l’Iran et l’Irak la maintenaient à un haut niveau et élargissaient leurs débouchés, notamment en Europe occidentale, en consentant un rabais de 3 % sur les prix du brut. Le tout s’est fait au détriment de l’Arabie saoudite qui a perdu des marchés à l’est comme à l’ouest de Suez (− 800 000 barils/jour depuis octobre 2016). En juin 2014, le prédécesseur d’Al-Faleh avait refusé toute baisse de la production, car il entendait défendre les parts de marché du premier exportateur de brut au monde et « couler » par la baisse des cours qui s’ensuivrait à la fois sa rivale régionale, l’Iran, et les producteurs américains de pétrole non conventionnel (Shale Oil & Gas).

Depuis, Riyad a révisé ses plans et adopté une nouvelle stratégie, baptisée « Vision 2030 », pour mettre les 20 milllions de nationaux saoudiens au travail et préparer l’après-pétrole. Elle implique d’énormes investissements, la privatisation au moins partielle de la Saudi Arabian Oil Company (Aramco) et le départ, bon gré mal gré, de 5 millions de travailleurs étrangers. Pour y parvenir, il faut beaucoup d’argent et le royaume n’a plus les moyens d’attendre l’arme au pied la chute de ses concurrents. Réduire la production coûte moins cher au Trésor royal que l’effondrement des cours qu’il a connu en 2014-2016. Et recommencer à produire comme en juin 2014 mettrait Riyad en difficulté avec le président Donald Trump que le vice-prince héritier Mohamed Ben Salman a rencontré récemment.

Les autres membres de l’OPEP, les « Fragile Five » (Algérie, Irak, Libye, Nigeria et Venezuela) selon le Fonds monétaire international (FMI) manquent de fonds pour investir et stagnent depuis des années à de plus modestes niveaux alors que la consommation intérieure, en plein boom, y réduit les surplus exportables. Aux réunions de l’OPEP à Vienne, ils votent en général pour réduire la production... des autres.

AMBIGUÏTÉ RUSSE ET AGRESSIVITÉ AMÉRICAINE

Moscou joue un jeu plus trouble. La baisse annoncée part d’un niveau très élevé ; à elle seule la Russie exporte plus que l’ancienne Union soviétique et ne cache pas son ambition de remplacer l’Arabie saoudite comme principal exportateur mondial de brut. À peu près sortie de la récession où l’avait plongé la crise de 2014 et l’embargo infligé par les Occidentaux, le Kremlin s’est donné les moyens de patienter, à la différence des Saoudiens : le budget russe est bâti sur l’hypothèse d’un baril à 40 dollars d’ici 2019, et tout dollar supplémentaire est affecté à un fonds de réserve en prévision des mauvais jours.

Côté américain, les producteurs de pétrole de schiste ont mieux que résisté. C’est d’ailleurs la montée spectaculaire des stocks de brut aux États-Unis début mars (+ 8,21 millions de barils de plus sur des stocks qui atteignent 528,39 millions de barils) en lieu et place de la baisse attendue qui a provoqué la baisse des cours. Grâce à des efforts de productivité spectaculaires, notamment au Texas et en Oklahoma, les pétroliers ont su passer le mauvais cap 2014-2016 et maintenir leur production, contrairement aux attentes saoudiennes. Les banques les y ont aidés en allongeant leurs prêts avec, sans doute, le concours discret de la Fed, la banque centrale, et du Trésor. Le nouveau président Donald Trump est favorable à l’expansion du secteur aux États-Unis mêmes et entend supprimer les obstacles mis en place par Barack Obama au nom de la protection de l’environnement. Assurés de gagner de l’argent même en dessous de 50 dollars le baril, Exxon, présidé jusqu’en décembre 2016 par le nouveau secrétaire d’État Rex Tillerson, Shell et Chevron vont investir 10 milliards de dollars dans le pétrole de schiste shale-oil qui était jusqu’à présent surtout le domaine des petits et moyens investisseurs.

De façon plus générale, les majors ont certes réduit leurs investissements dans le monde à cause de la crise, mais là encore, les efforts de productivité ont payé — les délais de développement des nouveaux gisements réduits à 2 ans au lieu de 3 à 4 ans et les coûts sabrés. Total annonce qu’en deux ans le coût moyen de production du baril est passé de 9 à 5 dollars (− 44 %). Enfin, de nouvelles découvertes importantes ont été faites en Alaska comme en Méditerranée orientale.

UN CONTRE-CHOC PÉTROLIER THÉORIQUE

Autant de réalités qui rendent un peu théorique le contre-choc pétrolier annoncé pour plus tard par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), une contre-OPEP des pays consommateurs créée en 1973 par Henry Kissinger, pour le début de la prochaine décennie après un long tunnel de prix oscillant entre 50 et 60 dollars le baril. D’autant que la demande mondiale de brut augmente plus lentement qu’avant. L’économie mondiale patine et Christine Lagarde, directrice générale du FMI, espérait à la veille de la réunion du G20 à Baden-Baden la voir sortir bientôt de l’état de convalescence où elle se traîne depuis 2008. Les résultats médiocres de la conférence ne l’ont pas encouragée à le répéter ensuite. La Chine, plus gros importateur mondial de brut, a sensiblement réduit le rythme de sa croissance économique. Le transport, qui reste — avec le chauffage — l’un des derniers débouchés du brut connaît un début de développement de la voiture électrique ou hybride (il y en a déjà 100 000 en France) qui, malgré le scepticisme des pétroliers, freinera la demande. Les efforts d’isolation des maisons dans l’hémisphère nord vont dans le même sens, au détriment du fuel.

Dans cet environnement plutôt décourageant pour les membres de l’OPEP, le seul point d’appui vient de la spéculation. Depuis le 8 mars, les traders jouent sur la différence des prix du jour avec les prix à terme ; l’écart (65 cents US) sur un mois est supérieur au coût du stockage d’un baril (41 cents US) et les achats spéculatifs se multiplient.

DIFFICILE AJUSTEMENT POUR LES « FRAGILE FIVE »

Entre le « plafonnement » imposé par les producteurs américains désormais aptes à développer leurs activités — même à des niveaux de cours déprimés — l’indiscipline au sein de l’OPEP et les ambitions russes, les cours devraient se tenir, sauf accident, dans un couloir de 50 à 60 dollars pour une période de plusieurs années, à la satisfaction ouverte ou cachée des grands acteurs du secteur. Cela ne fait pas l’affaire des responsables des pays producteurs les plus en difficulté comme le Nigeria, la Libye, l’Angola ou l’Algérie et, bien sûr, le plus malade d’entre eux, le Venezuela, en pleine déroute financière.

« Pour les pays les plus durement touchés par la baisse des prix des produits de base, l’affermissement récent du marché offre un certain répit, mais il est urgent de procéder à un ajustement de manière à rétablir la stabilité macroéconomique. Il s’agit de laisser le taux de change s’ajuster dans les pays qui n’ont pas de parité fixe, de durcir la politique monétaire selon les besoins pour faire face à une accélération de l’inflation et de veiller à ce que l’assainissement nécessaire des finances publiques nuise le moins possible à la croissance », notait le FMI dans ses Perspectives de l’économie mondiale du 17 janvier 2017. Depuis, « l’affermissement du marché » pétrolier a vécu et l’ajustement à venir s’annonce encore un peu plus rude et pas seulement pour les Fragile Five.

Par - JEAN-PIERRE SÉRÉNI
#Source


_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1756
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Jeu 6 Avr 2017 - 20:26

Adam a écrit:
Citation :

Le pétrole bon marché fête son troisième anniversaire




Moins de six mois après leur accord de novembre 2016 qui avait fait remonter les cours du brut jusqu’à 58 dollars le baril, les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) constatent que l’offre est toujours trop élevée par rapport à la demande. En une semaine, début mars 2017, cette amère réalité s’est imposée avec force : les prix ont baissé de 8 % et les deux grands indices, le West Texas Intermediate (WTI) et le Brent sont repassés en-dessous de 50 dollars le baril, avant de remonter légèrement début avril. Nouveau rendez-vous en mai...

Le Koweït, premier à réagir publiquement, a proposé de prolonger de six mois l’accord semestriel de novembre 2016 qui prévoyait à compter du 1er janvier 2017 une baisse de 1,8 million de barils/jour, répartie entre l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) et l’ensemble Russie-Kazakstan-Turkménistan. Il a été suivi par le nouveau ministre saoudien de l’énergie, Khaled Al-Faleh, qui a rappelé que l’Arabie saoudite ne comptait pas limiter sa production pour compenser celle des autres producteurs. Un avertissement sans frais à Vladimir Poutine qui n’en finit pas d’appliquer le programme de réduction auquel il s’est engagé l’an dernier : il en serait à 37 % de son objectif. Les autres gouvernements impliqués se taisent en attendant que les grands du secteur s’accordent.

Trois menaces pèsent sur le maintien de l’accord et, a fortiori, sur une nouvelle baisse de la production de 0,8 million de barils/jour au 1er juillet 2017 dont l’OPEP doit discuter en mai prochain à Vienne : l’indiscipline de l’OPEP, l’ambiguïté russe et l’agressivité américaine.

L’OPEP EN ORDRE DISPERSÉ

Traditionnellement, les membres de l’OPEP ne suivent que de loin les accords pris en leur nom par leur organisation. Ce n’est pas un cartel de producteurs privés comme l’était le cartel des Sept Sœurs1 avant le choc pétrolier de 1973, mais une institution intergouvernementale où la politique n’est jamais loin.

Le Nigeria, malgré les insurgés du delta du Niger, et la Libye, malgré la bataille des terminaux entre les troupes du général Khalifa Haftar et une milice à la solde de Tripoli, ont augmenté sensiblement leur production. Pendant ce temps, l’Iran et l’Irak la maintenaient à un haut niveau et élargissaient leurs débouchés, notamment en Europe occidentale, en consentant un rabais de 3 % sur les prix du brut. Le tout s’est fait au détriment de l’Arabie saoudite qui a perdu des marchés à l’est comme à l’ouest de Suez (− 800 000 barils/jour depuis octobre 2016). En juin 2014, le prédécesseur d’Al-Faleh avait refusé toute baisse de la production, car il entendait défendre les parts de marché du premier exportateur de brut au monde et « couler » par la baisse des cours qui s’ensuivrait à la fois sa rivale régionale, l’Iran, et les producteurs américains de pétrole non conventionnel (Shale Oil & Gas).

Depuis, Riyad a révisé ses plans et adopté une nouvelle stratégie, baptisée « Vision 2030 », pour mettre les 20 milllions de nationaux saoudiens au travail et préparer l’après-pétrole. Elle implique d’énormes investissements, la privatisation au moins partielle de la Saudi Arabian Oil Company (Aramco) et le départ, bon gré mal gré, de 5 millions de travailleurs étrangers. Pour y parvenir, il faut beaucoup d’argent et le royaume n’a plus les moyens d’attendre l’arme au pied la chute de ses concurrents. Réduire la production coûte moins cher au Trésor royal que l’effondrement des cours qu’il a connu en 2014-2016. Et recommencer à produire comme en juin 2014 mettrait Riyad en difficulté avec le président Donald Trump que le vice-prince héritier Mohamed Ben Salman a rencontré récemment.

Les autres membres de l’OPEP, les « Fragile Five » (Algérie, Irak, Libye, Nigeria et Venezuela) selon le Fonds monétaire international (FMI) manquent de fonds pour investir et stagnent depuis des années à de plus modestes niveaux alors que la consommation intérieure, en plein boom, y réduit les surplus exportables. Aux réunions de l’OPEP à Vienne, ils votent en général pour réduire la production... des autres.

AMBIGUÏTÉ RUSSE ET AGRESSIVITÉ AMÉRICAINE

Moscou joue un jeu plus trouble. La baisse annoncée part d’un niveau très élevé ; à elle seule la Russie exporte plus que l’ancienne Union soviétique et ne cache pas son ambition de remplacer l’Arabie saoudite comme principal exportateur mondial de brut. À peu près sortie de la récession où l’avait plongé la crise de 2014 et l’embargo infligé par les Occidentaux, le Kremlin s’est donné les moyens de patienter, à la différence des Saoudiens : le budget russe est bâti sur l’hypothèse d’un baril à 40 dollars d’ici 2019, et tout dollar supplémentaire est affecté à un fonds de réserve en prévision des mauvais jours.

Côté américain, les producteurs de pétrole de schiste ont mieux que résisté. C’est d’ailleurs la montée spectaculaire des stocks de brut aux États-Unis début mars (+ 8,21 millions de barils de plus sur des stocks qui atteignent 528,39 millions de barils) en lieu et place de la baisse attendue qui a provoqué la baisse des cours. Grâce à des efforts de productivité spectaculaires, notamment au Texas et en Oklahoma, les pétroliers ont su passer le mauvais cap 2014-2016 et maintenir leur production, contrairement aux attentes saoudiennes. Les banques les y ont aidés en allongeant leurs prêts avec, sans doute, le concours discret de la Fed, la banque centrale, et du Trésor. Le nouveau président Donald Trump est favorable à l’expansion du secteur aux États-Unis mêmes et entend supprimer les obstacles mis en place par Barack Obama au nom de la protection de l’environnement. Assurés de gagner de l’argent même en dessous de 50 dollars le baril, Exxon, présidé jusqu’en décembre 2016 par le nouveau secrétaire d’État Rex Tillerson, Shell et Chevron vont investir 10 milliards de dollars dans le pétrole de schiste shale-oil qui était jusqu’à présent surtout le domaine des petits et moyens investisseurs.

De façon plus générale, les majors ont certes réduit leurs investissements dans le monde à cause de la crise, mais là encore, les efforts de productivité ont payé — les délais de développement des nouveaux gisements réduits à 2 ans au lieu de 3 à 4 ans et les coûts sabrés. Total annonce qu’en deux ans le coût moyen de production du baril est passé de 9 à 5 dollars (− 44 %). Enfin, de nouvelles découvertes importantes ont été faites en Alaska comme en Méditerranée orientale.

UN CONTRE-CHOC PÉTROLIER THÉORIQUE

Autant de réalités qui rendent un peu théorique le contre-choc pétrolier annoncé pour plus tard par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), une contre-OPEP des pays consommateurs créée en 1973 par Henry Kissinger, pour le début de la prochaine décennie après un long tunnel de prix oscillant entre 50 et 60 dollars le baril. D’autant que la demande mondiale de brut augmente plus lentement qu’avant. L’économie mondiale patine et Christine Lagarde, directrice générale du FMI, espérait à la veille de la réunion du G20 à Baden-Baden la voir sortir bientôt de l’état de convalescence où elle se traîne depuis 2008. Les résultats médiocres de la conférence ne l’ont pas encouragée à le répéter ensuite. La Chine, plus gros importateur mondial de brut, a sensiblement réduit le rythme de sa croissance économique. Le transport, qui reste — avec le chauffage — l’un des derniers débouchés du brut connaît un début de développement de la voiture électrique ou hybride (il y en a déjà 100 000 en France) qui, malgré le scepticisme des pétroliers, freinera la demande. Les efforts d’isolation des maisons dans l’hémisphère nord vont dans le même sens, au détriment du fuel.

Dans cet environnement plutôt décourageant pour les membres de l’OPEP, le seul point d’appui vient de la spéculation. Depuis le 8 mars, les traders jouent sur la différence des prix du jour avec les prix à terme ; l’écart (65 cents US) sur un mois est supérieur au coût du stockage d’un baril (41 cents US) et les achats spéculatifs se multiplient.

DIFFICILE AJUSTEMENT POUR LES « FRAGILE FIVE »

Entre le « plafonnement » imposé par les producteurs américains désormais aptes à développer leurs activités — même à des niveaux de cours déprimés — l’indiscipline au sein de l’OPEP et les ambitions russes, les cours devraient se tenir, sauf accident, dans un couloir de 50 à 60 dollars pour une période de plusieurs années, à la satisfaction ouverte ou cachée des grands acteurs du secteur. Cela ne fait pas l’affaire des responsables des pays producteurs les plus en difficulté comme le Nigeria, la Libye, l’Angola ou l’Algérie et, bien sûr, le plus malade d’entre eux, le Venezuela, en pleine déroute financière.

« Pour les pays les plus durement touchés par la baisse des prix des produits de base, l’affermissement récent du marché offre un certain répit, mais il est urgent de procéder à un ajustement de manière à rétablir la stabilité macroéconomique. Il s’agit de laisser le taux de change s’ajuster dans les pays qui n’ont pas de parité fixe, de durcir la politique monétaire selon les besoins pour faire face à une accélération de l’inflation et de veiller à ce que l’assainissement nécessaire des finances publiques nuise le moins possible à la croissance », notait le FMI dans ses Perspectives de l’économie mondiale du 17 janvier 2017. Depuis, « l’affermissement du marché » pétrolier a vécu et l’ajustement à venir s’annonce encore un peu plus rude et pas seulement pour les Fragile Five.

Par - JEAN-PIERRE SÉRÉNI
#Source


Joyeux anniversaire... 3oqbal 100 sna inchallah...

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20301
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Ven 7 Avr 2017 - 23:21

Citation :
Le pétrole finit en hausse, la géopolitique revient en force


AFP 07/04/2017


Les cours du pétrole ont monté vendredi à New York pour une fin de semaine marquée par une recrudescence générale d'interrogations géopolitiques, notamment après les frappes américaines contre les forces syriennes.
Le prix du baril de référence (WTI) a gagné 54 cents à 52,24 dollars sur le contrat pour livraison en mai au New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les événements en Syrie, les discussions avec la Chine... Il se passe beaucoup de choses et les investisseurs restent prudents en maintenant leurs positions orientées à la hausse", a expliqué Carl Larry, de Oil Outlooks and Opinions.

La Syrie s'est invitée au premier sommet entre Donald Trump et Xi Jinping, le président américain ayant ordonné des frappes contre les forces de Bachar el-Assad alors même qu'il recevait son homologue chinois en Floride.
"Pour ce qui est de la Syrie, on se demande ce qui va se passer avec la Russie et, en retour, avec l'Iran", a expliqué M. Larry, évoquant aussi les éventuelles conséquences en Irak, voisin du territoire syrien et également frappé par un conflit.

Si la Syrie n'est pas un gros producteur de pétrole, la Russie, qui a immédiatement accusé les Etats-Unis d'avoir violé la loi internationale, et l'Iran sont non seulement ses principaux alliés mais aussi des acteurs majeurs du marché de l'or noir.

Ces actualités ont permis aux analystes de détourner un peu leur attention des éléments dominants des dernières semaines, dont les interrogations sur les effets concrets des réductions de l'offre organisées depuis janvier par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires.

De même, les cours n'ont guère marqué de réaction dans l'immédiat à l'annonce d'une nouvelle hausse hebdomadaire des puits actifs aux Etats-Unis, selon le décompte du groupe Baker Hughes, alors que la production ne cesse déjà d'y accélérer depuis des mois.

En revanche, "après avoir bondi dans la nuit, les cours sont revenus sur une bonne partie de leur hausse à la suite d'un rapport mensuel décevant sur l'emploi" aux Etats-Unis, a remarqué dans une note Matt Smith, de ClipperData.
Selon les chiffres sur l'emploi américain en mars, les créations de postes ont fortement ralenti, même si le taux de chômage a reculé au plus bas depuis dix ans.

https://www.lorientlejour.com/article/1045650/le-petrole-finit-en-hausse-la-geopolitique-revient-en-force.html
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Lun 17 Avr 2017 - 8:35

Citation :

En 2017, le monde consommera moins de pétrole que prévu, selon l’AIE


L’agence internationale de l’Energie revoit à la baisse ses prévisions en ce qui concerne la croissance de la demande globale de pétrole en 2017. Dans un rapport publié en début de semaine, l’agence a indiqué que, par rapport à l’année dernière, la demande connaitra une hausse de 1,3 million de barils à 97,9 millions par jour contre une prévision précédente de 1,4 million de barils par jour. Il convient de souligner qu’en 2015, la demande mondiale a connu un pic de croissance de +2 millions de barils par jour.

Pour l’agence, ce recul de la demande pour la deuxième année consécutive trouve son origine dans la perte de l’appétit des plus gros consommateurs et des pays développés de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dont les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud, cite Le Figaro.

Par ailleurs, toujours selon l’AIE, ceci peut être favorable pour le retour à l’équilibre du marché étant donné que les pays de l’OPEP envisagent de prolonger leurs politiques de réduction de la production jusqu’à la fin de l’année. Cependant, le danger du pétrole de schiste guette. Avec leurs objectifs d’augmentation de la production de schiste jusqu’à 300 000 barils par jour, les producteurs américains pourraient empêcher le retour à la normale des prix du pétrole.

Les producteurs de pétrole conventionnel ont besoin d’un prix du baril à 60 $ pour réaliser des marges bénéficiaires alors que les producteurs de schiste ne devraient pas avoir de problèmes avec un baril à 50 $. Selon des experts, il se peut que les producteurs américains de schiste dépassent leur objectif de 300 000 barils par jour pour atteindre 485 000 barils. Ils ont d’ailleurs reçu le soutien de nombreuses banques Outre-Atlantique, à cet effet.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
atlas
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3671
Inscrit le : 15/06/2008
Localisation : vitrolles
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Ven 5 Mai 2017 - 7:00

Pétrole new York......44$.......
Revenir en haut Aller en bas
http://hdefali@aol.fr
RecepIvedik
Capitaine
Capitaine


messages : 968
Inscrit le : 25/10/2014
Localisation : FRANCE
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Lun 8 Mai 2017 - 11:27

Les US vont élargir à toute l'UE et à toutes les compagnies l'interdiction d'embarquer un appareil numérique plus gros qu'un smartphone.

http://mobil.hurriyet.com.tr/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1684
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Lun 15 Mai 2017 - 12:36

Citation :

Moscou et Riyad s'accordent sur une nouvelle réduction de la production de pétrole jusqu'en 2018


15 mai 2017,

A dix jours de la réunion de l'OPEP, la Russie et l'Arabie Saoudite affirment dans un communiqué commun être en faveur d'une extension de l'accord sur la réduction de la production de pétrole. Une décision qui devrait soutenir les cours de l'or noir.

Les ministres russe et saoudien de l'Energie «sont tombés d'accord sur la nécessité, afin de parvenir au but souhaité d'une stabilisation du marché, d'une prolongation des accords [de réduction de la production] pour neuf mois, jusqu'au 31 mars 2018», ont déclaré les deux ministres dans un communiqué commun le 15 mai. Le président russe Vladimir Poutine a pour sa part salué la décision, estimant qu'elle permettrait de mieux assurer la stabilité des cours de l'or noir. «J'ai rencontré les dirigeants des différentes compagnies [pétrolières], et nous soutenons la proposition», a-t-il déclaré ce 15 mai.

Cette mesure doit permettre de «réduire les stocks de pétrole à leur niveau moyen des cinq dernières années et de souligner la détermination des producteurs à assurer la stabilité, la prévisibilité et le développement durable du marché», selon le texte.

Moscou et Riyad consulteront les autres pays producteurs de pétrole avant le 25 mai afin de «parvenir à un consensus complet» sur une prolongation pour neuf mois de l'accord de réduction de la production, poursuit le communiqué.

Cette annonce intervient après une rencontre à Pékin entre le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak et son homologue saoudien Khaled Al-Faleh, et avant une rencontre le 25 mai des Etats membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Les pays membres de l'OPEP ont convenus en novembre 2016 de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour sur une période de six mois à compter du début du mois de janvier de cette année en vue de soutenir les cours. Cette mesure a été partiellement suivie par des producteurs non membres du cartel, Russie en tête. Sur les marchés, la décision a d'ores et déjà été intégrée, le cours du pétrole sur les marchés a augmenté de 2%.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Kursad2
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 522
Inscrit le : 23/12/2016
Localisation : Moyen-Orient
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   Sam 22 Juil 2017 - 19:44

Le prix du baril de pétrole est a 45,62$.

_________________
𐰰𐰼𐰇𐱅

"Il n'y a, dans le monde, ni oppresseurs, ni opprimés. Il y a ceux qui tolèrent qu'on les opprime et ceux qui ne le tolèrent pas. Les Turcs sont de ces derniers." (Mustafa Kemal)

"Les peuples qui n'auront pas développer les technologies robotiques devront se battre contre des robots"

https://twitter.com/RestitutorOrien
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/RestitutorOrien
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualité Economie Mondiale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualité Economie Mondiale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 34 sur 34Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» A savoir: Amsterdam, Capitale mondiale du livre 2008
» Consegnati a Cuneo i riconoscimenti ai deportati della Seconda Guerra Mondiale
» Economie du livre et des autres formes d’édition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: