Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Marine & mondialisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19595
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Marine & mondialisation   Ven 19 Mai 2017 - 17:47

Citation :
Fincantieri rachète STX France, mais négociations encore en cours avec l'Etat


Milan, 19 mai 2017 (AFP) -


Le groupe italien Fincantieri a signé vendredi un accord pour le rachat de 66,66% des chantiers navals de Saint-Nazaire à son actionnaire actuel STX Europe AS pour 79,5 millions d'euros, mais les négociations pour l'accord définitif avec l'Etat français sont encore en cours.

Le chiffre est en ligne avec la fourchette des analystes et les estimations circulant dans la presse, même s'il peut paraître loin du chiffre d'affaires généré par STX France, qui a atteint 1,4 milliard d'euros en 2016.

Lors de l'assemblée générale des actionnaires de Fincantieri vendredi à Trieste, dans le nord-est de l'Italie, le patron du groupe italien, Giuseppe Bono, a souligné que cette acquisition permettrait au groupe d'être "plus fort".

"Nous sommes le premier constructeur naval européen et nous devons croître. Le défi pour l'avenir est de s'engager encore plus sur la voie de la consolidation de l'industrie européenne", a affirmé M. Bono, qui défend ardemment l'idée d'un "Airbus des mers".

Il a noté qu'ensemble, Fincantieri et STX France avaient un carnet de commandes de 36 milliards d'euros. "Nous espérons arriver à 40 milliards d'ici la fin de l'année", a-t-il ajouté.

Les chantiers navals de Saint-Nazaire, qui comptent 2.600 employés et font travailler environ 5.000 employés d'entreprises sous-traitantes, apportent un carnet de commandes de 12 milliards d'euros.

Le ministre italien du Développement économique, Carlo Calenda, a exprimé sa "grande satisfaction" après la signature de l'accord pour l'acquisition par Fincantieri de 66,66% de STX France, après le feu vert donné par le tribunal en charge du dossier.

"Il s'agit d'une grande opération de politique industrielle européenne qui donnera naissance à un champion mondial du secteur de la mécanique et de la construction navale", a-t-il ajouté.

Fincantieri a précisé qu'il "continuait à négocier avec l'Etat français pour la finalisation de l'accord des actionnaires pour STX France, conformément à l'accord de principe signé le 12 avril".

- 'Chapeau à l'Etat français' -

L'Etat français, qui détient les 33,3% du capital restant de STX France, a deux mois pour exercer ou non son droit de préemption.

Fincantieri, qui emploie 19.200 personnes dans le monde, était le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre STX France, filiale florissante du groupe sud-coréen en difficulté STX Offshore and Shipbuilding.

Mais le gouvernement français refusait qu'il devienne actionnaire majoritaire.

Selon l'accord de principe longuement négocié et annoncé le 12 avril, le constructeur italien devrait reprendre 48% du capital des chantiers de Saint-Nazaire. Il devra rester minoritaire pendant au moins huit ans et sera accompagné d'un investisseur italien indépendant, la Fondazione CR (Cassa di Risparmio) Trieste, qui devrait avoir autour de 7% du capital.

Côté français --où le gouvernement a changé après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence-- l'Etat conserverait un tiers du capital et un droit de veto, tandis que le constructeur militaire public français DCNS entrerait à hauteur de 12%.

"Chapeau à l'Etat français qui défend ses propres établissements industriels: je voudrais que l'Italie fasse de même", a affirmé M. Bono, en évoquant une opération "qui a suscité tant d'intérêts et de polémiques".

Il a remercié la Fondazione CR Trieste, dont la présence a été décisive pour parvenir à un accord avec l'Etat Français. "Le gouvernement nous laisse la gestion" de STX France, "en se réservant quelques droits, a-t-il noté.

Les élus du comité d'entreprise avaient rendu jeudi rendu jeudi un avis majoritairement défavorable à la cession à Fincantieri de 66,6% de STX France, mais cet avis est purement consultatif.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/14665-fincantieri-rachete-stx-france-mais-negociations-encore-en-cours-avec-letat
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19595
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Marine & mondialisation   Lun 29 Mai 2017 - 21:30

Citation :
Chantiers de Saint Nazaire: Retailleau (LR) appelle à ce que "l'Etat rouvre le dossier"


Nantes, 29 mai 2017 (AFP) -


Le président (LR) de la région Pays de la Loire, Bruno Retailleau, a appelé lundi à ce que "l'Etat rouvre le dossier" des chantiers navals de Saint-Nazaire, racheté à la mi-mai par le groupe italien Fincantieri, "conclu précipitamment par l'ancien gouvernement".

"L'Etat doit tout mettre en oeuvre pour que nos emplois et nos activités stratégiques ne passent sous la bannière d'un autre pays, partenaire mais néanmoins concurrent", a déclaré à l'AFP M. Retailleau.

Le président de la région des Pays de la Loire souhaite que "Fincantieri n'obtienne pas la majorité du capital en deçà de 50%, ou, une solution plus radicale, que l'Etat préempte l'accord, disposant de 60 jours depuis la signature".

Le groupe italien Fincantieri a signé le 19 mai un accord pour le rachat de 66,66% des chantiers navals de Saint-Nazaire à son actionnaire actuel, STX Europe AS, pour 79,5 millions d'euros. L'Etat français détient 33,3% du capital de STX France.

Fincantieri, qui emploie 19.200 personnes dans le monde, était le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre STX France, filiale florissante du groupe sud-coréen en difficulté, STX Offshore and Shipbuilding.

Mais le gouvernement français refusant que Fincantieri devienne actionnaire majoritaire, le groupe italien devra céder des parts.

Selon l'accord de principe longuement négocié, le constructeur italien devrait reprendre 48% du capital des chantiers de Saint-Nazaire. Il devra rester minoritaire pendant au moins huit ans et sera accompagné d'un investisseur italien indépendant, la Fondazione CR (Cassa di Risparmio) Trieste, qui devrait avoir autour de 7% du capital.

Côté français --où le gouvernement a changé après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence-- l'Etat conserverait un tiers du capital et un droit de veto, tandis que le constructeur militaire public français DCNS entrerait à hauteur de 12%.

Dans une lettre adressée à M. Macron, M. Retailleau "craint un transfert de l'emploi et du savoir-faire de la France vers l'Italie".

Sa crainte porte également sur "l'arrivée soudaine d'une fondation italienne la Fondazione CR, dont l'autonomie est d'autant moins prouvée qu'elle participe au capital de Fincantieri", poursuit-il dans sa lettre.

Les chantiers navals de Saint-Nazaire, qui comptent 2.600 employés et font travailler environ 5.000 employés d'entreprises sous-traitantes, apportent un carnet de commandes de 12 milliards d'euros, avec des commandes jusqu'en 2026.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/14697-chantiers-de-saint-nazaire-retailleau-lr-appelle-a-ce-que-qletat-rouvre-le-dossierq
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19595
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Marine & mondialisation   Ven 2 Juin 2017 - 19:03

Citation :
STX France: MSC Croisières souhaite entrer au capital du chantier naval français (presse)


Rennes, 2 juin 2017 (AFP) -


Le propriétaire de l'armateur italo-suisse MSC Croisières Gianluigi Aponte affirme dans une interview au Monde qu'il souhaite entrer au capital du chantier naval STX France pour "participer à l'équilibre de l'actionnariat" et pour éviter le "pillage" de l'entreprise française que doit reprendre l'italien Fincantieri.

"Nous ne souhaitons pas devenir majoritaires, mais participer à l'équilibre de l'actionnariat" de STX France, assure Gianluigi Aponte.

"Si nous sommes actionnaires, de même que l'autre grand client Royal Caribbean, nous ferons tout pour que Fincantieri ne puisse pas piller Saint-Nazaire, transférer sa technologie à l'étranger, ni privilégier ses propres chantiers au détriment du site français", explique M. Aponte.

Ces déclarations interviennent deux jours après la livraison par STX France à MSC Croisières du paquebot Meraviglia, à laquelle avait assisté Emmanuel Macron. A cette occasion, le président de la République avait souligné vouloir "que "soit revu" l'accord d'actionnariat pour le rachat par Fincantieri des chantiers navals de Saint-Nazaire, afin de "garantir la préservation des emplois" et de la souveraineté.

Fincantieri a signé le mois dernier un accord pour le rachat de 66,66% de STX France à son actionnaire actuel, STX Europe AS, pour 79,5 millions d'euros.

Selon un accord négocié par l'ancien gouvernement, le constructeur italien devait reprendre 48% du capital des chantiers de Saint-Nazaire, épaulé par l'investisseur italien Fondazione CR (Cassa di Risparmio) Trieste à hauteur d'environ 7%. L'État français conservait 33% et un droit de veto, tandis que le constructeur militaire public français DCNS entrait au capital à hauteur de 12%.

Un schéma qui inquiétait les syndicats pour qui Fincantieri aurait été de facto majoritaire en raison de ses liens avec l'autre actionnaire italien et risquait de privilégier ses propres chantiers.

Pour M. Aponte, "seul maître à bord, Fincantieri pourrait agir à sa guise, transférer les technologies, revoir la stratégie commerciale de manière trop contraignante pour le développement de l'industrie de la croisière".

"Une forte hausse des prix nous inciterait à faire construire nos bateaux ailleurs, en Asie par exemple. Ce serait certainement la fin des chantiers européens", prévoit-il. "Les Asiatiques deviendraient rapidement les maîtres du jeu, comme ils l'ont fait dans d'autres secteurs", ajoute le fondateur du deuxième plus grand armateur de porte-conteneurs au monde, et le numéro quatre international des croisières.

MSC doit prendre livraison en décembre du MSC Seaside, premier de trois paquebots commandés à Fincantieri. STX doit lui livrer sept navires d'ici à 2026.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/14725-stx-france-msc-croisieres-souhaite-entrer-au-capital-du-chantier-naval-francais-presse
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19595
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Marine & mondialisation   Jeu 8 Juin 2017 - 17:48

Citation :
L'accord STX-Fincantieri signé reste "valable" pour Rome


Rome, 8 juin 2017 (AFP) -


L'accord signé à la mi-mai par le groupe italien Fincantieri en vue de l'achat des chantiers navals de Saint-Nazaire reste "valable" pour Rome, même si le président français, Emmanuel Macron, veut le revoir, a déclaré jeudi un ministre italien.

"Nous considérons valable l'accord signé avec le gouvernement précédent concernant la naissance d'un pôle de chantiers navals", a déclaré Carlo Calenda, ministre du Développement économique, à des journalistes en marge d'un colloque.

Il s'est cependant déclaré prêt à discuter éventuellement "de quelle sera l'institution financière qui prendra les 6%" supplémentaires, "qui de toute façon reviennent à l'Italie".

En vertu d'un accord négocié par le précédent gouvernement français, Fincantieri devait reprendre 48% du capital des chantiers de Saint-Nazaire et rester minoritaire pendant au moins huit ans, épaulé par l'investisseur italien Fondazione CR (Cassa di Risparmio) Trieste à hauteur d'environ 7%.

Côté français, l'Etat devait conserver un tiers du capital et un droit de veto, mais les syndicats et les élus locaux, estimant que Fincantieri serait de facto majoritaire en raison de ses liens avec l'autre actionnaire italien, redoutent de le voir privilégier ses propres chantiers italiens.

Le 31 mai, M. Macron a déclaré qu'il voulait que cet accord "soit revu" afin de "garantir la préservation des emplois" mais aussi la souveraineté. Il a chargé le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, de négocier la constitution d'un nouvel actionnariat "dans les prochaines semaines".

M. Le Maire a abordé ce sujet lundi à Rome avec son homologue italien, Pier Carlo Padoan, et M. Calenda. A l'issue de cette rencontre, les ministères français et italiens avaient diffusé un bref communiqué évoquant leur volonté de trouver une solution, rapide selon Rome.

Fincantieri, qui emploie 19.200 personnes dans le monde, était le seul candidat à la reprise de STX France, filiale florissante du groupe sud-coréen en difficulté STX Offshore and Shipbuilding.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/14748-laccord-stx-fincantieri-signe-reste-qvalableq-pour-rome
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marine & mondialisation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marine & mondialisation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Marine chinoise - Chinese navy
» Les actualités de la Marine Française
» Portuguese Navy - Marine portugaise
» objets de la Marine
» Singapore Navy - Marine de Singapour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Aviation et Marine Civiles-
Sauter vers: