Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Nano
Colonel
Colonel


messages : 1530
Inscrit le : 18/05/2009
Localisation : Brest - Rabat
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mar 2 Mar 2010 - 15:20

Tu devrais faire un tour dans le topic actualité algérienne et dans le forum pour comprendre tout les rouages de ce dossier et le pourquoi du comment. Il n' a pas de haine ici. ce topic analyse le régime algérien au vue des nouvelles qui nous arrive du voisin de l'Est. Nous ne confondant pas le pouvoir en place laba et le peuple algérien. Chére amis fait l'effort de t'informer à ce sujet pour te faire un point de vue plus cartézien. On est pas dans l'émotion ici.

Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
fahd ibn abdoul aziz
2eme classe
2eme classe


messages : 38
Inscrit le : 23/02/2010
Localisation : france
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Jeu 4 Mar 2010 - 0:08

Nano a écrit:
Tu devrais faire un tour dans le topic actualité algérienne et dans le forum pour comprendre tout les rouages de ce dossier et le pourquoi du comment. Il n' a pas de haine ici. ce topic analyse le régime algérien au vue des nouvelles qui nous arrive du voisin de l'Est. Nous ne confondant pas le pouvoir en place laba et le peuple algérien. Chére amis fait l'effort de t'informer à ce sujet pour te faire un point de vue plus cartézien. On est pas dans l'émotion ici.

Amicalement

tot ou tard l'un a besoin de l'autre vue la nouvelle carte de route du monde
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Jeu 4 Mar 2010 - 3:44

En attendant ce n'est pas le maroc qui maintien les frontières fermées, ce n'est pas non plus le pays qui soutien des séparatistes qui cherchent à couper le voisin en deux, et ce n'est pas le pays qui entrave la construction du maghreb; ici ce n'est pas le sujet... ici on est tous conscient que dans le sang d'un marocain coule certainement du sang algérien, mais est ce le cas de l'autre côté de la frontière? pas sur... donc la haine faut la chercher pas loin de chez toi ibn abdoul, et si t'as une réponse merci de nous la rapporter.

Mon HS est juste un préambule pour revenir au sujet du régime algérien, ce régime qui a gâché une Algérie aux richesses infinis, dirigée par une clique de vieillards, eux-mêmes manipulés par des
généraux et des mafieux affairistes qui n'hésitent pas à sacrifier toute une jeunesse en proie aux narco trafiquants et à un terrorisme persistant qui ne doit rien au complot mais à l'incompétence...

C'est dommage de voir un pays, un peuple, des richesses, des compétences, gâchés, gaspillés de telle façon... ouallah hram

Tout ce que je souhaite c'est que les réglements de compte entre le clan boutef et tawfik ne va pas dégénérer au point de déclencher une catastrophe (allah yehfed) pourvu que ça s'arrête là.

Ceux qui clament haut et fort avoir libérer l'Algérie sont entrain de la coloniser depuis 46 ans...ils ont soi disant libérés l'Algérie, mais qu'ont ils fait de cette liberté??
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur


messages : 21541
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Dim 7 Mar 2010 - 18:54

Nettoyé !!
Regardez bien SVP le titre du topic et sachez que ce n'est pas un champs de batailles entre algériens et marocains, vous étes appelé à "débattre" dans le respect mutuel et en ce ui concerne le sujet de ce topic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
TooNs
Capitaine
Capitaine


messages : 981
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : Lebhira, Medina de Rabat
Nationalité : maroc-espagne

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Dim 7 Mar 2010 - 19:18

[edit]


Dernière édition par TooNs le Lun 8 Mar 2010 - 1:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur


messages : 21541
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Dim 7 Mar 2010 - 19:32

Effacé Mr Fahd

jusqu'à ici personne ne ta insulté alors surveille ce que tu écris, et n'essaye pas de provoquer les autres membres ici

_________________


Dernière édition par Fremo le Dim 7 Mar 2010 - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur


messages : 6495
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Dim 7 Mar 2010 - 19:32

Fahd ibn.... il y a une grande différence entre "critiquer le régime algérien" et "détester les algériens" ! donc pas la peine de se sentir visé pour rien
retour au sujet messieurs et bon débat

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
fahd ibn abdoul aziz
2eme classe
2eme classe


messages : 38
Inscrit le : 23/02/2010
Localisation : france
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Lun 8 Mar 2010 - 11:42

pardon fremo pardon famas je retire se que j'ai dis
Revenir en haut Aller en bas
reese
Colonel
Colonel


messages : 1640
Inscrit le : 10/05/2009
Localisation : alger
Nationalité : Algerie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mar 6 Avr 2010 - 19:51

Citation :

Saïd Sadi : l’Algérie est « dans un coma politique »



Yazid Slimani TSA










Le
livre de Saïd Sadi sur le colonel Amirouche « Une vie, deux morts, un
testament » sera édité en France. Le président du RCD a donc entamé une
tournée de promotion de son ouvrage dans les médias hexagonaux. Mardi,
il était l'invité de la radio d'information continue France Info.
L'occasion de parler du colonel Amirouche bien sûr, mais surtout
d'évoquer la situation politique en Algérie et de dénoncé le régime
coupable d'avoir « confisqué et falsifié » l'histoire pour légitimer
son pouvoir depuis l'Indépendance.

«On
a pris le sens interdit de l'histoire dès le départ. Il y a peu de
chance qu'on se retrouve sur l'autoroute politique. Il ne faut donc pas
s'étonner qu'il y ait des fraudes électorales qui mènent inévitablement
à la prédation du pouvoir », a ainsi déclaré Saïd Sadi.

M.
Sadi a également critiqué le président de la République Abdelaziz
Bouteflika et sa politique. « Le pouvoir algérien est dans une sorte de
sas de réanimation, où on extrait le patient une fois ou deux fois tous
les mois, tous les deux mois. Il n'y a pas vraiment de dirigeant. Le
pays est dans un coma politique après que Bouteflika l'a mis dans un
couvre-feu médiatique ». Il a dénoncé la mauvaise gestion économique
actuelle. « On liquide les affaires courantes. Il y a 150 milliards de
dollars, le pouvoir picore dans cette cagnotte, il n'y a pas de mise en
perspective ».

Enfin,
interrogé sur l'avenir de l'Algérie, le leader du RCD a préconisé « une
rupture générationnelle »
. Il a également conditionné toute
amélioration de la situation dans le pays à l'engagement de la
communauté internationale. « Il ne faut plus que le pouvoir algérien
bénéficie de ce statut d'enfant gâté dans le Tiers-monde, qui veut que
quand c'est Bouteflika qui est élu avec moins de 25% de participation
on envoie des télégrammes de félicitations de Paris. Lorsque c'est Ben
Ali qui triche on proteste contre la fraude, quand c'est l'Egypte c'est
pareil, il faut que l'Algérie soit traitée de manière adulte et
responsable », a-t-il dénoncé.

Parce que « lorsqu'on a volé la voix du citoyen, on va voler la Sonatrach, on va voler le pétrole et le gaz », a-t-il ajouté.



Revenir en haut Aller en bas
fahd ibn abdoul aziz
2eme classe
2eme classe


messages : 38
Inscrit le : 23/02/2010
Localisation : france
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mar 6 Avr 2010 - 19:58

Citation :
Parce que « lorsqu'on a volé la voix du citoyen, on va voler la Sonatrach, on va voler le pétrole et le gaz », a-t-il ajouté.

les voleurs de la sonatach sont sous les verroues et les voleurs de des voix demande a monsieur saad saadi les APC RCD comment ils ont eux la majorité votante et comment leurs elus geres ses APC RCD
Revenir en haut Aller en bas
TooNs
Capitaine
Capitaine


messages : 981
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : Lebhira, Medina de Rabat
Nationalité : maroc-espagne

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mar 6 Avr 2010 - 20:24

fahd ibn abdoul aziz a écrit:

les voleurs de la sonatach sont sous les verroues

y'a des exceptions pour les nains et les gros alors?
Revenir en haut Aller en bas
fahd ibn abdoul aziz
2eme classe
2eme classe


messages : 38
Inscrit le : 23/02/2010
Localisation : france
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mar 6 Avr 2010 - 21:05

TooNs a écrit:
fahd ibn abdoul aziz a écrit:

les voleurs de la sonatach sont sous les verroues

y'a des exceptions pour les nains et les gros alors?

de sources officieles plus de 10 cadres de la sonatrach sont sous les verroues c'est fini
la vache laitiére
Revenir en haut Aller en bas
Nano
Colonel
Colonel


messages : 1530
Inscrit le : 18/05/2009
Localisation : Brest - Rabat
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mar 6 Avr 2010 - 22:56

sa veut dire que Le clan Toufik prend du terrain sur le clan bouteflika. Je sens qu'il y 'aura bientot une nouvelle tueri ! Le jeux des réglements de compte continue... wait n see
Revenir en haut Aller en bas
fahd ibn abdoul aziz
2eme classe
2eme classe


messages : 38
Inscrit le : 23/02/2010
Localisation : france
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mar 6 Avr 2010 - 23:04

Nano a écrit:
sa veut dire que Le clan Toufik prend du terrain sur le clan bouteflika. Je sens qu'il y 'aura bientot une nouvelle tueri ! Le jeux des réglements de compte continue... wait n see

vous faite erreur en algerie ya pas de clan pour les tuerie
Revenir en haut Aller en bas
TooNs
Capitaine
Capitaine


messages : 981
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : Lebhira, Medina de Rabat
Nationalité : maroc-espagne

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mer 7 Avr 2010 - 6:00

fahd ibn abdoul aziz a écrit:

de sources officieles plus de 10 cadres de la sonatrach sont sous les verroues c'est fini
la vache laitiére
Surement qu'ils mangeaient plus que ce que le nain et les gros leur autorisaient Laughing

fahd ibn abdoul aziz a écrit:

vous faite erreur en
algerie ya pas de clan pour les tuerie
Bien sur! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
fahd ibn abdoul aziz
2eme classe
2eme classe


messages : 38
Inscrit le : 23/02/2010
Localisation : france
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Ven 9 Avr 2010 - 21:55

TooNs a écrit:
fahd ibn abdoul aziz a écrit:

de sources officieles plus de 10 cadres de la sonatrach sont sous les verroues c'est fini
la vache laitiére
Surement qu'ils mangeaient plus que ce que le nain et les gros leur autorisaient

fahd ibn abdoul aziz a écrit:

vous faite erreur en
algerie ya pas de clan pour les tuerie
Bien sur!

monsieur le president il autorise pas les voleurs
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9333
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Ven 9 Avr 2010 - 23:09

sur un forum, existe également un topic "noukat"

pgm
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Ven 9 Avr 2010 - 23:44

PGM a écrit:
sur un forum, existe également un topic "noukat"

pgm
lol!
Allons Messieurs, un peu de sérieux, svp
Pour ta gouverne, Fahd, Bouteflika traîne une affaire de détournement de fonds depuis le temps ou il était ministre des affaires étrangères de Boumedienne. Il y avait même eu des poursuites judiciaires en bonnes et dues formes engagées contre lui en Algérie.
Revenir en haut Aller en bas
iznassen
Lieutenant
Lieutenant


messages : 732
Inscrit le : 22/06/2008
Localisation : belgique
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Lun 10 Mai 2010 - 1:48

Citation :


Une fin de règne douloureuse : L'Algérie est au congélateur

Cela fera bientôt six mois qu'aucun conseil des ministres n'a été tenu en Algérie. Le chef de l'état qui gouverne selon ses humeurs, ne reçoit plus ses ministres et les boudent de manière ostensible.

Selon plusieurs sources les dossiers s’entassent sur la table du gouvernement; des décrets et des projets de loi sont ajournés. Les ministres sont, de fait, en chômage technique.
Depuis début avril, les déplacements des diplomates étrangers, notamment occidentaux, en Algérie sont soumis à de fortes restrictions. Dans une note adressée le 1er avril à toutes les représentations étrangères et dont le site d'information TSA a eu connaissance, le ministère des Affaires étrangères limite aux seuls ambassadeurs, consuls et chefs de missions économiques,après avoir obtenu une autorisation écrite, la possibilité d’effectuer des déplacements à l'intérieur du pays. En limitant ainsi le mouvement des diplomates étrangers, le pouvoir tente d'empêcher la communauté internationale d'accéder aux informations, notamment à propos des troubles sociaux quasi quotidien et de la répression systématique comme seule réponse.
Le 3 mai dernier, journée internationale de la liberté de la presse, trois journalistes, deux du quotidien algérien « El Watan », Adlène Meddi et Mustafa Benfodil et Said Khatibi (El Khabar) ainsi que le responsable du Rassemblement action jeunesse (RAJ), Hakim Addad, ont été embarqués par la police après leur tentative de tenir un rassemblement devant le siège de la télévision nationale à Alger.
Les syndicats autonomes sont sans cesse harcelés par les services de sécurité. Menaces, intimidations, chantage sont, hélas, le lot courant, des syndicalistes.
Le pays a été secoué ces derniers mois par des dizaines de grèves dans pratiquement tous les secteurs (éducation, santé, fonction publique, industrie etc...). Des émeutes éclatent au quotidien à travers les villes et villages d'Algérie sans que les médias lourds (télévision et radios) ne disent un mot sur la situation.
Internet est officiellement surveillé. Des sites web comme le notre, mais nous ne sommes pas les seuls, sont censurés. Les mails des récalcitrants (journalistes, écrivains, universitaires, syndicalistes, militants des droits de l'homme, opposants etc..) sont ouverts et lus. Leurs comptes sont quelques fois désactivés. Les écoutes téléphoniques sont pratiquées à large échelle. Le tout, bien évidemment, en toute illégalité, sans procédure judiciaire ni mandat de la justice.
Le patronat algérien, FCE, qui a pourtant soutenu le 3ème mandat de Bouteflika, a osé emmettre quelques critiques contre des décisions économiques et voila que la présidence tente immédiatement de créer un FCE bis aux ordres. Le site TSA nous apprend que "des contacts sont entrepris avec des chefs d’entreprises du secteur privé pour les convaincre d’adhérer à la future organisation patronale qui aurait la bénédiction de la présidence de la République".
La corruption est étalée au grand jour sans qu'aucun ministre ne soit poursuivi, ni inquiété. C'est l'impunité totale au sommet de l'Etat.
De toute évidence le pouvoir qui prend eau de toute part s'est totalement fermé, crispé, il ne supporte plus aucune contestation, ni aucune critique. Le pays est à l'arrêt, mis au congélateur, et les seuls services qui semblent fonctionner sont ceux chargés de la répression. Le pays est pris en otage par un régime prédateur et corrompu qui a peur de son peuple. La fin de règne s'annonce douloureuse.
Yahia Bounouar

http://www.kalimadz.com/fr/modules.php?name=News&file=article&sid=135
Revenir en haut Aller en bas
slim
2eme classe
2eme classe


messages : 40
Inscrit le : 29/01/2010
Localisation : casablanca
Nationalité : Maroc

MessageSujet: REVEILLEZ VOUS !!!!!!!   Sam 15 Mai 2010 - 16:18

http://www.iran-resist.org/mot193.html


OUI , le topic c'est l'armée algérienne , notre voisin dont le régime militaire totalitaire a des ambitions nucléaires militaires .

c'est quoi votre politiquement correcte ????

OUI , le peuple algérien est notre frere , ils sont dans nos chairs et dans nos coeurs .

OUI , comme nos freres algériens , nous souffrons de ce régime inique qui nous a couté beaucoup de sacrifices humains et financiers (au détriment du budget santé publique et education nationale )

alors pas de sujet tabou , et discutons librement
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur


messages : 6495
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Sam 15 Mai 2010 - 16:32

tu peux poursuivre ici Slim ! la rubrique "armée internationale" c'est des sujet exclusivement militaire et non politique

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
iznassen
Lieutenant
Lieutenant


messages : 732
Inscrit le : 22/06/2008
Localisation : belgique
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mar 18 Mai 2010 - 1:08

Citation :
Succession de Boutef et Mossad en menu principal à Paris

Sous les yeux bienveillants de la DGSE (services de renseignements français), particulièrement attentive de ce genre d’activités, un dîner fastueux a rassemblé environ une quinzaine de personnes dans un restaurant appartenant à homme d’affaires algérien situé au 20ème arrondissement de Paris. Parmi les participants à ces «agapes nocturnes», deux anciens généraux de l'armée nationale populaire, un patron d'un grand groupe économique (agro-industrie), un ancien premier ministre et des hommes d'affaires algériens résidents en France. Les généraux de l’ANP, qui d'habitude restent très discrets, notamment lorsqu'ils rencontrent leurs compatriotes à l'étranger, n'ont pas hésité à évoqué, en long et en large cette fois-ci, leurs craintes quant à l’avenir de l’Algérie. Les convives, tous très proches des cercles du pouvoir, ont évoqué l'absence de relève dans le cas où il arriverait malheur au président Bouteflika, qui malgré les divergences et les tiraillements, demeure une garantie pour le pays dans cette période critique.
Ces généraux, toujours proches de l'appareil, ont affirmé lors de ce dîner que les désaccords sur presque tous les points sont flagrants entre les différends clans du pouvoir. Ils ont tiré la sonnette d’alarme quant aux règlements de comptes qui font rage entre les différentes ailes de l'establishment. D’ailleurs, le dernier acte en date qui est venu étayer leurs arguments, est l'arrestation du directeur général du port d'Alger survenu il y a quelques jours.
Un autre volet a également attisé les craintes des « convives nocturnes » parisiens. Il s’agit de l'arrestation par les autorités algériennes de 6 agents du Mossad voyageant avec des passeports espagnols, italiens, et ukrainiens dans la ville de Hassi Messaoud (région où se concentre les sites pétrolier et gazier les plus important du pays) et dans la ville d'Oran. Pour les généraux qui participaient au dîner, cela est un signal fort de la dégradation de la situation en Algérie et de l’inquiétude que cela inspire à plusieurs pays que la succession de Bouteflika inquiète sérieusement.

http://www.maghreb-intelligence.com/algerie/170-succession-de-boutef-et-mossad-en-menu-principal-a-paris
Revenir en haut Aller en bas
iznassen
Lieutenant
Lieutenant


messages : 732
Inscrit le : 22/06/2008
Localisation : belgique
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mer 11 Aoû 2010 - 0:09

Citation :
Lutte des clans : Un témoignage du colonel Samraoui intéresse Bouteflika
Le président Bouteflika aurait récemment reçu un rapport accablant de l'ex colonel du DRS exilé Allemagne depuis 1992, Mohamed Samraoui dit Habib, relatif à l’existence d’un organisme secret appartenant au DRS et qui serait responsable d’assassinats politiques et de déstabilisation du régime durant les années 90.
Selon des sources proches de la Présidence, le chef de l'Etat porterait un intérêt particulier à ce témoignage qui désigne les plus puissants généraux comme étant les cerveaux de ce "bras armé" qui disposait, selon Samraoui, d’une force de frappe considérable en plus d’une autonomie sans précedent. La dite structure agissait dans un anonymat t(otal qui lui permettait d'échapper à tout contrôle, y compris celui du ministère de la défense dont il ne figurait pas dans l'organigramme. L'ex colonel, qui marchanderait ce témoignage en vue d'une amnistie présidentielle, affirme dans ce rapport avoir lui-même échappé à deux reprises à cette organisation secrète alors qu'il était en Algérie et qu'il occupait encore le poste de directeur central des investigations au sein du DRS. Le document est accompagné d'une liste nominative d'agents exécuteurs qui auraient officié dans cette structure.
Dans ce même document, Samraoui accuse une branche de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure, services secrets français), d'avoir monté une opération clandestine combinée avec les services du DRS, et visant à le kidnapper en Allemagne pour ensuite le remettre au services secrets algériens.
Samraoui, aurait fait parvenir son document à la présidence de la république par un colonel retraité du DRS connu dans le milieu de la presse privée où il intervient par des écrits épisodiques et qui ferait office d’intermédiaire entre l'ex-colonel Samraoui et le président Abdelaziz Bouteflika. Il en aurait remis une copie au quotidien français Le Monde..
http://www.lematindz.net/news/3252-lutte-des-clans-un-temoignage-du-colonel-samraoui-interesse-bouteflika.html
Revenir en haut Aller en bas
reese
Colonel
Colonel


messages : 1640
Inscrit le : 10/05/2009
Localisation : alger
Nationalité : Algerie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mer 11 Aoû 2010 - 0:19

Citation :

Le curieux "démenti" du colonel Samraoui à un journal intégriste



Le colonel Samraoui aurait envoyé un "démenti" à propos de l'article Lutte des clans : Un témoignage du colonel Samraoui intéresse Bouteflika, mais à l'un de nos confrères appartenant à la mouvance islamiste, pas au Matindz !
Pourquoi n'avoir pas adressé la "mise au point" (si elle existe) au journal qui a publié la "fausse information" ?
Le
procédé est pour le moins suspect. Nous ignorons si le texte est réel
ou s'il est le produit d'une machination de notre illustre confrère
intégriste. Toujours est-il que, brandissant haut et fort le slogan de
la déontologie, il s'est fait une joie d'étriper Lematindz sous le titre
"La presse éradicatrice ne changera jamais", écrivant joyeusement :
"Nous laissons nos honorables lecteurs et lectrices juger de la très
haute éthique journalistique de nos démocrates éradicateurs."
Nous
nous abstiendrons, pour notre part, de juger "de la très haute éthique
journalistique" de notre honorable confrère intégriste. Nous lui
rappelons néanmoins que l'un des principes de base de "la très haute
éthique journalistique", que ce soit à Alger, Kaboul, Ryad ou Téhéran,
commande de ne pas publier un démenti à un article paru dans un autre
journal. Même dans l'ancienne presse du FIS, on savait ça. Dans la
nouvelle, il semble bien que non.
Quant au colonel Samraoui, nous attendons qu'il se manifeste s'il estime que l'information du Matindz est erronée.
Nous lui rappelons l'adresse : redactionlematindz@gmail.com

http://www.lematindz.net/news/3254-le-curieux-dementi-du-colonel-samraoui-a-un-journal-integriste.html
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur


messages : 6495
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Mer 29 Sep 2010 - 20:55

Citation :

General Toufik: 'God of Algeria'

September 2010 is the 20th anniversary of the world's longest serving 'intelligence chief' taking office. The man in question is General Mohamed 'Toufik' Mediène, the director of Algeria's Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS).

He was appointed head of the DRS in September 1990, 15 months before Algeria's 'Generals', or 'the group' as they were known at the time, which included Mediène (then a colonel), annulled the elections that would have brought to power the world's first ever democratically elected Islamic government.

To serve as head of the intelligence and security service of one of the world's most ruthlessly repressive and corrupt regimes for 20 years is an extraordinary achievement. Felix Dzerzhinsky, the founder of the Cheka and forerunner of the KGB, effectively 'controlled' the Soviet Union for nine years (1917-1926); Lavrenti Beria, head of the NKVD, terrorised it for 15 (1938-1953); Hitler's chief of police, Heinrick Himmler committed suicide after 11 (1934-1945), while General Hendrik van den Bergh ran apartheid South Africa's Bureau of State Security (BOSS) for 11 years (1969-1980). Mediène has surpassed them all.

Why then, just as Mediène has reached this extraordinary milestone, are there rumours of his imminent demise?

The answer, in a nutshell, is that when a country's head of intelligence and security becomes 'the news' it is a fairly sure sign that his time is up. For the last nine months, Mediène has increasingly been 'the news', largely as a result of the struggle that broke out between Abdelaziz Bouteflika and the DRS boss after Bouteflika's election to a third term as president in April 2009.

Algeria's 'strong man'

To understand this struggle, we need to go back some years. Mediène's promotional route had been 'le tapis rouge' - trained by the KGB in 1961 and backed by the chiefs of Algeria's original secret service.

During the 1990s, when Algeria was immersed in its 'Dirty War' against the Islamists, the strongest man in the country was General Mohamed Lamari, the chief of staff of the Algerian army. However, as the country moved towards peace and the tanks returned to barracks, this mantle shifted to Mediène.

The transition from 'war' to 'peace' and the emergence of Mediène as the country's 'strong man' coincided with the period surrounding the election in 1999 of Bouteflika as president.

The personal weaknesses of others, such as the propensity to corruption and sexual proclivities, have been fundamental to Mediène's exercise of control. It is therefore not surprising that Mediène's support for Bouteflika in 1999 was clinched by the fact that Bouteflika had been convicted in 1983 for the embezzlement of some $23mn in today's equivalent from Algeria's chancelleries while serving as foreign minister from 1965 to 1978.

Mediène became Algeria's undisputed 'strong man' after the April 2004 presidential election and the unexpected dismissal of Mohamed Lamari four months later. The intrigue that led to Lamari's dismissal involved a deal between Bouteflika and Mediène to give Algeria a new image by removing the most hated general of that time.

With Lamari gone, power was effectively shared between Bouteflika and Mediène, with General Smaïn Lamari (no relation to Mohamed), Mediène's deputy and head of the Direction du contre-espionnage (DCE), doing his 'dirty work'.

Grandiose ambitions

Mediène is a very secretive man. Only one photograph of him has been published and few, if any, of his spoken words have been recorded. It has therefore been assumed that the realisation of his ambition, if that is what it was, to take effective control of the country, dates from Lamari's departure from the scene.

However, there is one record of Mediène's words which suggests that he had a grandiose sense of his self-importance and power long before Lamari's 'retirement'.

The year was 1999; the occasion was the DRS's torture and interrogation of Fouad Boulemia, claimed by the DRS to have murdered the Islamic Salvation Front (FIS) leader Abdelkader Hachani.

In his controversial one-day court trial in April 2001, Boulemia described how, after he had been tortured by DRS officers, Mediène entered and said: "It's me, the boss (ana rabha). You are going to see what I am going to do to you. Admit that you killed Hachani and you'll get 15 years prison. Your parents will be able to see you in prison. If not, I'm going to take you to your mother's and will disembowel her in front of you. I am General Toufik, the God of Algeria (Rab Edzayer)."

Aside from his power of life or death over his fellow mortals, Mediène's other godly attributes, given his shareholdings and investments in Algeria's natural resources and real estate, would appear to be more materialistic than spiritual.

Warning signal

The 'God of Algeria's' current difficulties began with Bouteflika's election to a third term in April 2009. A third presidential term required a change to the constitution, which the DRS reluctantly supported.

But the consequences of the election were not what Mediène had intended. No sooner was Bouteflika ensconced in his third term than his 'clan' as it become known, aware of the president's poor health, started planning in earnest for the succession of his younger brother, Said Bouteflika.

Although regarded by many as ineffectual, Said Bouteflika was nevertheless establishing a political power base. He had become the president's 'gate-keeper', was effectively a minister-without-portfolio and was gathering support among the country's business elite. There was even talk of a new political party being created for him.

The prospect of such a dynastic succession was not what the DRS had in mind when it gave the green light for Bouteflika's third term.

Mediène watched Said's move towards centre stage with distaste. Although the DRS no doubt felt that it could manage the 'succession problem', Mediène was alert to the possibility that Bouteflika, having got rid of Lamari at the beginning of his second term, might try to do the same with Mediène in his third.
The warning signal to Mediène came when Said Bouteflika linked his campaign to the former security boss, General Mohamed Betchine.

Corruption as control

Betchine had been head of the country's intelligence services and Mediène's boss in the 1980s, before the creation of the DRS in 1990, when he seemingly went into retirement.

Following their January 1992 coup, the Generals ruled for the next two years through the Haut Comité d'Etat (HCE). With the HCE's dissolution in January 1994, the Generals appointed their own man, Liamine Zeroual, as president.

Determined not to be the generals' stooge, Zeroual appointed Generals Saidi Fodil and Mohamed Betchine as his two advisors.

By 1996, Zeroual had decided that Mediène had become too powerful and planned to replace him with Fodil. Mediène's response was swift: Fodil died in a 'road accident'.

A year later, Zeroual tried again, this time deciding to appoint Betchine as minister of defence in order to get rid of Mediène. Mediène's retaliation was again swift and preemptory. He organised civilian massacres on a massive scale - at Raïs, Bentalha, Beni-Messous and elsewhere - bringing horror and psychosis to the gates of Algiers. At the same time, he set the DRS machinery on destroying Betchine's businesses and reputation, forcing him to resign - a broken man. Zeroual followed suite.

Mediène's response to the prospect of Betchine being brought back to power by a Said Bouteflika succession has been devastating. His strategy has been to destroy all those linked to Said Bouteflika using the age-old combination of 'corruption' and 'blackmail'. Indeed, one reason why Mediène backed Bouteflika in 1999 and why corruption has become so pervasive over the last 10 years is that the DRS has encouraged it and uses it as a form of control.

Witch-hunt

Mediène began by exposing the corruption involved in the $12bn E-W highway project, the department of public work and its minister, Amar Ghoul, a friend of Said Bouteflika. The warning was not heeded. Mediène's attack, reminiscent of his 'destruction' of Betchine in 1998, was therefore ratcheted up and directed at both Sonatrach, the giant state-owned oil and gas conglomerate and source of 98 per cent of Algeria's foreign exchange, and Chakib Khelil, the minister of energy and mines and a close friend of the president and 'symbol' of the Bouteflika era.

The 'Sonatrach scandal', which broke in January 2010 with the arrest of the company's CEO, four of its five vice-presidents and other senior executives soon brought both the economy and government to a state of near paralysis. Bouteflika was scarcely seen in public, while the DRS-led witch-hunt, ostensibly into Sonatrach's corruption, left few within the country's political and business elites without sleepless nights.

At one point, it looked as if Bouteflika might be turning the tables on Mediène by establishing an 'independent security commission' to investigate certain dossiers that had remained unresolved from earlier eras.

In particular, the commission sought to ascertain the role played by the DRS in the assassinations of Mohamed Boudiaf, the first chairman of the HCE, and Saidi Fodil.

The testimonies of two high-ranking witnesses, one a member of the DRS's special unit involved in the assassinations of both Boudiaf and Fodil and the other a high-ranking army officer who confirmed the existence of this secret DRS unit, confirmed that this unit, under the overall command of Generals Mediène and Smaïn Lamari, had arranged Fodil's car 'accident'.

We will probably never know what dark arts were exercised on Bouteflika after the publication of these testimonies, but suffice it to say that nothing more has been heard of the commission.

Bouteflika's May 2010 ministerial reshuffle had Mediène's victory script written all over it. Chakib Khelil and Interior Minister Nouredinne 'Yazid' Zerhouni, Bouteflika's two main ministerial supports, were dismissed, along with several lesser ministers. Said Bouteflika's proposed succession became history.

Pyrrhic victory

The fact that Mediène has succeeded in reducing Bouteflika's third term of office to a 'lame-duck' presidency may give him personal satisfaction, but it is something of a Pyrrhic victory for at least two reasons.

Firstly, the Sonatrach scandal and its associated exposés have been at incalculable cost to Algeria's economy and international reputation. Secondly, a number of other unexpected revelations in the last couple of months have caused particularly unwelcome problems for Mediène.

These stem mostly from the recent Quds Press interviews with former DRS agent Karim Moulay. Moulay not only reminded Algerians and the world of the involvement of Algeria's security services in the massacres of the 1990s, but, worse still for Mediène, Moulay gave public testimony that Mediène himself not only ordered the Beni Messous massacre of September 5, 1997, in which some 200 residents of the shack community were slaughtered, but that it was a 'real estate' land clearance operation for his family's personal gain.

Moulay also said that the DRS, under Mediène's command, was behind the planning and execution of the 'terrorist' attack on the Asni Hotel in Marrakech, Morocco, that killed two Spanish tourists and wounded a third in August 1994. Whether Spain re-opens the file and how Morocco will react remain to be seen.

Algeria's relations with Morocco are likely to be damaged further by the activities of al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM). Morocco is aware of the involvement of the DRS in establishing AQIM in the Sahara-Sahel. Now that the kidnapper of the three Spanish aid workers abducted in Mauritania last November, Omar Ahmed Ould Sidi Ould Hama, has been revealed as a member of Polisario, which is closely managed by the DRS, Morocco's claims that the Polisario is being used by Algeria, or at least the DRS, for 'terrorist' objectives, is suddenly taking on a new light.

Moreover, the increasing number of articles indicating that AQIM in the Sahel was a DRS creation is causing unease in Washington. Again, the blame lies with Mediène.

On the domestic front, it is believed that the DRS is coming under pressure, possibly from elements within the army and its own ranks, for the fact that 'terrorism' in the north may be getting worse, not better as claimed by the government, and that civil unrest across the country is reaching alarming levels.

Rumours are that third party intermediaries have spoken with both Mediène and Bouteflika and reached a deal whereby Mediène will 'retire' followed a while later by Bouteflika on grounds of ill-health, with the country to be ruled until the 2014 elections by a deputy president(s) to be appointed sometime before Bouteflika's departure.

Algeria lives by rumour, and this rumour is not dissimilar to one in the spring of 2001 which said that the Berber unrest would bring Mediène's career to an end.

But in 2001 Mediène was saved by 9/11 - twice. Firstly, he was spared being killed on 9/11 by being in another part of the Pentagon building on that fateful day. Secondly, he immediately became Washington's key ally in its 'global war on terror'.

It is unlikely that Washington will attempt to save him now. After all, it is thanks largely to DRS errors that we have been able to tell the story of how the Sahara-Sahel front in the 'global war on terror' was a US-Algerian fabrication.

Jeremy Keenan is a professorial research associate at the School of Oriental and African Studies, London University, and author of The Dark Sahara: America's War on Terror in Africa.

The views expressed in this article are the author's own and do not necessarily reflect Al Jazeera's editorial policy.
http://english.aljazeera.net/indepth/briefings/2010/09/201092582648347537.html

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?   Aujourd'hui à 3:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Le régime algérien, quelles perspectives d'avenir ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mohamed Racim, miniaturiste algérien
» SAID SADI A déchiré son passeport Algérien
» La Bouqala, cérémonie ésotérique algérienne
» EQUIPE NATIONALE Nabil Bentaleb opte officiellement pour l’Algérie
» Le nom de L'aubépine en ALgérien(darrija), Svp!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: