Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités Aéronautique et Spatiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21810
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Aéronautique et Spatiale   Lun 27 Nov 2017 - 20:44

Citation :
Comment Airbus Helicopters sort des turbulences

Par Vincent Lamigeon  le 27.11.2017 à 17h12  

Pour sortir de l’atonie actuelle sur le marché des hélicoptères, Airbus mise sur la remontée en puissance de son bestseller Super
Puma, et sur son nouveau bimoteur H160. En jeu, un marché estimé à 22.000 hélicoptères sur 20 ans.



Pour sortir de l’atonie actuelle sur le marché des hélicoptères, Airbus mise sur la remontée en puissance de son bestseller Super Puma,
notamment avec sa version militaire H225M Caracal, et sur son nouveau bimoteur H160.
A. Pecchi / Airbus Helicopters  


Airbus Helicopters serait-il en train de voir le bout du tunnel ? Durement touché par l'atonie du marché commercial, l'effondrement du marché oil & gas (desserte de plateformes pétrolières) et l'accident d'un Super Puma en Norvège en 2016, le groupe européen commence enfin à voir quelques coins de ciel bleu. A commencer par le retour en grâce de sa gamme d'hélicoptères lourds H225/ Super Puma. "Nous réalisons une très belle année sur les prises de commandes de Super Puma, expliquait le 23 novembre le PDG d'Airbus Helicopters Guillaume Faury lors d'une rencontre avec les journalistes de l'AJPAE (Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace). Cette année historique augure d'une remontée des livraisons à horizon de deux ou trois ans."

Airbus a pu s'appuyer sur quelques jolis coups commerciaux. Il y a eu la commande de 30 H225M Caracal, la version militaire de l'appareil, par le Koweït, annoncée en août 2016 mais entrée en vigueur au premier semestre 2017. Mais le Super Puma repart aussi dans le civil, avec le contrat signé par la Corée du Sud pour deux H225 (version recherche-sauvetage), celui pour trois H225 paraphé par les garde-côtes japonais, et la commande de trois H215 par Airtelis (filiale de RTE) et de sept autre par un client dont le nom n'a pas été communiqué. Ce retour en force sur le segment stratégique des hélicoptères lourds, précieux pour les marges et essentiel pour le plan de charge de l'usine de Marignane, est bien visible dans les résultats sur neuf mois d'Airbus Helicopters. Pour un nombre de commandes équivalent à la même période de 2016 (210 hélicoptères contre 2011), le montant est supérieur de 32% (4,7 milliards contre 3,6 milliards).

Part de marché en hausse

L’autre bonne nouvelle, c’est que sur un marché toujours tourmenté, Airbus a aussi réussi à redresser sa part de marché. Après avoir chuté de 48 à 42% entre 2012 à 2014, celle-ci est repassée à 56% en 2016 sur le segment civil et parapublic (police, sécurité civile…). "Nous avons ainsi pu maintenir nos livraisons dans un marché en forte baisse", se félicite David Prévor, directeur marketing et prévisions d’Airbus Helicopters. Le groupe de Marignane a pu compter sur la résilience de sa gamme de monomoteurs Ecureuil-H130 et celle de ses bimoteurs légers H135 et H145, qui affichent respectivement 69 et 68% de part de marché, mais aussi sur le bon démarrage de son hélicoptère super medium H175 (69% de part de marché en 2016), qui réussit même à surnager sur le segment sinistré du oil & gas.

Reste à reprendre position sur le segment de marché où Airbus prend l’eau : les hélicoptères moyens. Sur cette gamme des hélicoptères de classe 4 à 6 tonnes, le vieillissant Dauphin a pris le bouillon face au AW139 du concurrent italien Leonardo, chutant à 6% de part de marché seulement. Airbus espère faire son retard avec son nouveau H160, dont les tests en vols sont en cours. "Notre objectif est de revenir à la part de marché du Dauphin à son apogée, soit 40% environ", explique Bernard Fujarski, patron du programme H160.

Le H160, novateur mais en retard

Le nouvel appareil cristallise beaucoup d’attentes : il doit afficher une consommation de carburant inférieure de 15 à 20% à la concurrence, grâce à une série d’innovations ayant donné lieu au dépôt de 68 brevets : une structure en composites, des pales profilées dont les extrémités ressemblent à des boomerangs (système Blue Edge), un "fenestron" (rotor arrière caréné) incliné de 12° pour accroître la portance en vol stationnaire, et un petit stabilisateur arrière ("biplane stabilizer", en sabir Airbus) destiné à faciliter le pilotage à basse vitesse.

Si Airbus est en train de mettre la dernière main à la double ligne d’assemblage du H160, calibrée pour sortir 50 à 55 machines par an, le développement reste loin du fleuve tranquille : la première livraison du H160, initialement prévue en 2018, a dérapé d’un an, à fin 2019, du fait de problèmes techniques. Mais le groupe promet une montée en cadence agressive au début des années 2020 : "On veut être capables de livrer 40 machines trois ans après la première livraison", indique Bernard Fujarski. En revanche, pas moyen d'avoir une indication du nombre de commandes de l'appareil, chiffre qu'Airbus s'emploie étrangement à garder secret.

Marché de 22.000 hélicoptères sur vingt ans

En plus des deux lignes d’assemblage de H160 du site de Marignane, une troisième pourrait être construite en cas de besoin. Un scénario probable : le H160 a été sélectionné en mars dernier par le ministère des armées pour servir de base au futur hélicoptère interarmées léger (HIL). Il remplacera ainsi à l’horizon 2025 l‘Alouette III, le Dauphin ou le Fennec dans les forces françaises, pour des missions de transport léger, de soutien logistique ou de secours. Le besoin est estimé par l'armée entre 160 et 190 appareils.

Avec le H160, ses hélicoptères légers et un Super Puma en meilleure forme, Airbus espère être en bonne position pour profiter d’un marché qui va redémarrer. Selon les prévisions de marché établies  par le groupe en octobre dernier, les premières de ce type, le marché civil est estimé à près de 22.000 hélicoptères neufs sur les vingt prochaines années. La flotte civile mondiale devrait augmenter de 50% sur la période, passant de 25.000 à 37.400 hélicoptères, poussée notamment par la croissance de la région Asie-Pacifique (+157%). Le pactole est ainsi estimé à  370 milliards de dollars sur 20 ans, dont 125 milliards sur la vente d’hélicoptères neufs et 245 milliards sur celle de services (maintenance, rénovation).

https://www.challenges.fr/entreprise/aeronautique/comment-airbus-helicopters-sort-des-turbulences_516185  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21810
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Aéronautique et Spatiale   Lun 4 Déc 2017 - 19:25

Citation :
04/12/2017

China Airlines rejoint le programme de biocarburant !




China Airlines de Taïwan est devenue la deuxième compagnie aérienne à se joindre à un programme visant à utiliser un mélange de biocarburants traditionnels et durables pour alimenter ses avions Airbus. L'avion impliqué est le dixième A350-900 de China Airlines, qui a quitté aujourd'hui le centre de livraison du constructeur à Toulouse pour sa nouvelle maison à Taipei avec un mélange de 10% de carburéacteur durable dans ses réservoirs.

L'option carburant durable pour les vols de livraison a été développée par Airbus en association avec Air Total, la filiale aviation de l'opérateur énergétique mondial. Afin de stocker ce produit respectueux de l'environnement, Air Total a installé la toute première station de biocarburants adjacente au centre de livraison d'Airbus à Toulouse. Au total, 21 appareils ont été livrés par Airbus depuis l'inauguration de l'usine en mai 2016.

En plus de Toulouse, Airbus travaille actuellement à l'introduction de l'option d'utilisation de biocarburants pour les vols de livraison à partir de ses installations de Hambourg en Allemagne et de Mobile aux États-Unis. Les premières livraisons de ces sites devraient débuter en 2018. L'option sera également disponible par la suite à partir des installations de l'entreprise à Tianjin, en Chine.

Photo : A350-900 China Airlines @ Airbus/A.Doumenjou

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/12/04/china-airlines-rejoint-le-programme-de-biocarburant-864838.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21810
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Aéronautique et Spatiale   Ven 8 Déc 2017 - 16:53

Citation :
Observation spatiale : quand l'Allemagne se joue de la France

 Par Michel CABIROL            |     08/12/2017, 6:56   |   613   mots


   
La France va à terme perdre son leadership dans l'observation spatiale optique avec l'arrivée de l'Allemagne
sur ce segment de marché (Crédits : Airbus)

     
L'Allemagne a passé une commande de 400 millions d'euros au constructeur de satellites allemand OHB System pour la réalisation de deux satellites d'observation optique. Au mépris des accords de Schwerin.

Elle est belle l'Europe de la défense... Sans état d'âme, l'Allemagne a déchiré fin novembre les accords de Schwerin signés avec la France en 2002. Berlin a passé une commande de 400 millions d'euros au constructeur de satellites allemand OHB System pour la réalisation de deux satellites d'observation optique. "Pour l'administration française, c'est un coup de canif aux accords de Schwerin dans la défense", explique-t-on à La Tribune. Ces accords ont instauré entre Paris et Berlin un échange d'images optiques Helios et radars SAR-Lupe. Un "Yalta de l'observation spatiale" en quelque sorte, l'optique pour la France et le radar pour l'Allemagne.


"Ce système a permis à chaque pays de se spécialiser et d'éviter de dupliquer les moyens, la France fournissant les images optiques, l'Allemagne et l'Italie les images radars", avait précisé en juillet 2015 l'ancien ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Puis, ces accords avaient été renouvelés avec notamment le lancement du programme Composante spatiale optique (CSO) avec la réalisation de trois satellites d'observation, dont un pour l'Allemagne, qui a investi 210 millions d'euros en 2015. En contrepartie, Paris avait offert à l'Allemagne la part industrielle principale du futur drone MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) européen.

Le leadership de la France en danger

A moyen terme, la France va donc perdre son leadership dans l'observation optique et a confié les rênes du drone MALE à Berlin... avec le succès que l'on connaît. Ainsi, récemment, Dassault Aviation a rapatrié en France ses équipes quand les Allemands ont exigé de développer les commandes de vol électriques. D'ailleurs, Jean-Yves Le Drian avait rappelé que le choix d'Helios "était celui de l'indépendance, de notre autonomie stratégique, dans un domaine devenu essentiel à la conduite des opérations. Nous étions alors les premiers à faire un tel choix en Europe et les troisièmes dans le monde". A l'avenir, la France devra désormais composer avec les Allemands dans l'optique spatiale.


Tout était parfait jusqu'à cette commande de deux satellites d'observation optique à très haute résolution (30 cm) de Berlin à OHB, qui ne maîtrise pas cette technologie déjà dépassée. Même si elle s'en défend en jouant sur les mots, l'Allemagne a bel et bien rompu ces accords. La direction générale de l'armement (DGA) est même intervenue il y a deux mois environ. En pure perte. Sous l'influence de son industrie spatiale, l'Allemagne est passée outre cette fois-ci et a refusé une aide industrielle française. Elle avait déjà tenté dans le passé d'imposer le projet Hiros (High Resolution Optical System ou Système optique à haute résolution) développé à partir de 2009 avec les États-Unis. Mais Berlin y avait finalement renoncé après une intervention musclée de l'ancien délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon.


Mais de qui se moque l'Allemagne?
L'Allemagne justifie cette décision en expliquant que ces deux satellites seront utilisés par les services secrets allemands (BND) placés sous l'autorité de la chancellerie et non du ministère de la Défense allemand lié par les accords de Schwerin. La ficelle est grosse... et les Allemands se moquent bien une nouvelle fois des Français. Une habitude mais ils ont bien raison d'insister finalement puisque les politiques français encouragent avec beaucoup de naïveté et de romantisme la coopération franco-allemande. C'est donc un nouveau renoncement de la France face à une Allemagne puissante qui avance. Car avec ce programme, Berlin crée un nouvel acteur (OHB) dans l'observation optique qui va, dans le futur, concurrencer Thales et Airbus à l'export. Mais les politiques passent et les emplois... disparaissent.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/observation-spatiale-quand-l-allemagne-se-joue-de-la-france-760854.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21810
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Aéronautique et Spatiale   Ven 8 Déc 2017 - 17:13

Citation :
08/12/2017

Le Pilatus PC-24 obtient sa certification !




Pilatus Aircraft a obtenu les certificats de type de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et de la Federal Aviation américaine administration (FAA) pour le premier jet d'affaires suisse. La certification du biréacteur polyvalent prépare le terrain pour les livraisons des clients initiaux, qui verra le biréacteur d'affaires PC-24 faire son entrée sur le marché mondial.

Dans tout projet de développement d'un nouvel avion, la certification par les autorités de l'aviation est de loin l'étape la plus importante, étant donné que cela signifie que les livraisons aux clients peuvent aller de l'avant, de générer des revenus pour le fabricant. Le projet de développement PC-24 a été officiellement annoncé en 2013, mais le travail sur le biréacteur polyvalent a en effet été en cours depuis onze ans et demi.

Projet complexe avec un calendrier serré :

Le premier prototype PC-24 a terminé son vol inaugural en mai 2015. Les trois prototypes utilisés dans le programme de certification ont volé un total de 2’205 heures dans le monde entier jusqu'à présent. Certains essais en vol ont été effectués dans des environnements extrêmes: dans des conditions de givrage et des températures très chaudes, à des altitudes et des vitesses généralement pas rencontrées dans les opérations quotidiennes. D'autres tests ont inclus les impacts d'oiseaux, stress tests structuraux, des tests de bruit et fonction générale. Tout cela pour prouver que les clients peuvent dépendre de cet appareil pour fonctionner de manière sûre et fiable en tout temps, conformément aux exigences légales. En fait, les pilotes d'essai Pilatus ont pris l'avion aux limites mêmes de ses limites et même au-delà, voler dans des configurations et des manœuvres interdites aux pilotes commerciaux qui seront ensuite occuper le poste de pilotage.

« Le PC-24 est le premier biréacteur d'affaires Pilatus. Bien entendu, les exigences liées à l'obtention de la certification pour ce type d'avions sont extrêmement rigoureux, et je dois mentionner que nous avons été confrontés à certains grands défis. En 2013, nous avons annoncé que le PC-24 serait prêt en 2017, et maintenant, peu de temps avant la fin de l'année, nous avons réalisé exactement cela. Et toutes les données de performance promis à nos 84 premiers clients ont été atteints ou même dépassés. Le PC-24 offre une vitesse maximale de 440 noeuds (815 km / h) par rapport à la convenu contractuellement 425 noeuds (787 km / h) - pour ne citer qu'un exemple. Ce qui est pour Pilatus, et typique des qualités qui nous distinguent! » Dixit O. Schwenk Directeur de Pilatus Aircraft

La première livraison à la clientèle :

Le premier PC-24 sera remis à la PlaneSense® société de multipropriété d'avions fractionnelle américain à Stans en décembre. L'avion sera ensuite transporté aux États-Unis en janvier 2018, pour la livraison officielle au client. Les premiers voyageurs d'affaires apprécieront voler à bord peu après, et peut attendre d'arriver à leur destination plus rapidement, grâce à la capacité unique du PC-24 d'utiliser des pistes courtes. La flexibilité superbe PC-24 ouvre d'innombrables nouvelles, encore inexplorées occasions comme jet d'affaires, avions Medevac et pour d'autres missions spéciales. C'est précisément ce qui distingue vraiment le premier Super polyvalent Jet Pilatus du monde!

Photos : le PC-24 @ Pilatus Aircraft

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/12/08/le-pilatus-pc-24-obtient-sa-certification-864861.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualités Aéronautique et Spatiale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités Aéronautique et Spatiale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 28 sur 28Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» orientation spatiale chez nos petits
» Aéronautique/Aérospatial
» Actualité des Années 60

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Aviation et Marine Civiles-
Sauter vers: