Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Rafale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40
AuteurMessage
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Le Rafale   Jeu 19 Avr 2012 - 18:09

De l'info donnée tu pouvais aussi en tirer que ce missile potentiellement intégrable sur l'avion vainqueur de la compétition MMRCA pouvait l'être tant sur le Rafale que sur l'Eurofighter, mais bon.

Mes amitiés à Madame qui a bien raison de prendre soin d'elle, de son corps, de sa santé, et son mari! cheers

Le BrahMos-3 n'est pour l'instant qu'un projet, donc pour en savoir plus il faudra attendre un peu.

Citation :
BrahMos Corp. is looking to develop a new anti-ship missile
Revenir en haut Aller en bas
mourad27
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 5252
Inscrit le : 19/02/2012
Localisation : PARIS
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Le Rafale   Jeu 26 Avr 2012 - 22:03

[]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3325
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 9 Mai 2012 - 12:06


_________________
" les orphelins d'aujourd'hui seront les guerriers de demain !!! " GAZA
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20777
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 9 Mai 2012 - 18:44

Citation :
Rafale contre Typhoon : l'épreuve des faits
Le 09/05/2012 à 17:50 | Par Guillaume Steuer


Pas de doute, le « Rafale bashing », pratique qui consiste à dénigrer les vertus de l’avion de combat français, est toujours d’actualité outre-Manche. Dernier exemple en date : dans son édition la plus récente, le magazine Eurofighter World, publié par le consortium industriel, n’hésite pas à affirmer (une fois de plus) qu’au cours de plusieurs combats aériens simulés (DACT), le Typhoon a émergé « presque à chaque fois » avec des « performances significativement supérieures ».

L’affirmation est gratuite et non argumentée. Tout au plus les responsables d’Eurofighter se bornent-ils à citer un pilote de la force aérienne italienne ayant eu « récemment » la chance de s’opposer en combat hors de portée visuelle (BVR) à des Rafale en mer Tyrrhénienne. Dans l'épisode en question, ce sont des Rafale M qui ont été impliqués, début 2012. Et les Marins auraient plutôt tendance à nuancer l'enthousiasme italien, rappelant que les "Pk" (probabilités de coup au but) utilisés pour le calcul des tirs Amraam sont bien plus permissifs que ceux du Mica... Certes, les pilotes français reconnaissent que, dans l'attente du RBE2-AESA, le radar du Typhoon reste supérieur à celui du Rafale en air-air. Mais de là à déclarer une supériorité totale de l'Eurofighter en combat BVR, il y a un grand pas que les équipages français se refusent à franchir, forts de leurs expériences contre l'avion européen.

Quid de la Royal Air Force ? Le dernier exercice en date ayant réellement opposé les deux chasseurs remonte à septembre 2009. A Solenzara, les Rafale de l’EC-1/7 « Provence » infligent une correction sans appel en combat canon (BFM) aux Typhoon britanniques. Bilan: neuf victoires pour une défaite, et encore celle-ci a-t-elle été enregistrée par un tout jeune pilote de Rafale. Peu de temps après, des affrontements hors de portée visuelle (BVR) à deux contre deux donnent des résultats largement favorables aux Rafale, selon des pilotes français ayant participé aux affrontements.

Echaudée, la RAF refuse depuis lors tout affrontement. Lors de la récente visite de deux Typhoon à Saint-Dizier, début mars, les aviateurs britanniques ont refusé purement et simplement de s’opposer au Rafale. Et le 11 mai prochain, date prévue d’une visite des Rafale sur la base de Coningsby, la RAF a fait savoir qu’aucun de ses quatre escadrons Typhoon ne serait disponible pour entraînement… Soit dit en passant, ce refus d’engagement n’a pas empêché les aviateurs anglais de poursuivre leur œuvre de « Rafale bashing » en 2011, allant jusqu’à affirmer à la presse pendant l’opération Harmattan que les chasseurs français étaient incapables d’illuminer eux-mêmes leurs cibles avec la nacelle Damocles. Une mauvaise foi qui jure notablement avec la volonté de rapprochement mise en avant par les états-majors de part et d'autre de la Manche.


Ci-dessous, un Typhoon dans la VTH d'un Rafale "Air".


http://www.air-cosmos.com/defense/rafale-contre-typhoon-l-epreuve-des-faits.html

Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 09/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 9 Mai 2012 - 20:20

A mediter...... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
bubzy
Caporal chef
Caporal chef


messages : 151
Inscrit le : 08/04/2012
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 9 Mai 2012 - 20:30

ça a déja été abordé sur d'autres forum, mais de toute façon, cette façon de faire est typiquement anglaise. Ils trouvent un terrain fertile au fait que le GIE Rafale mené par dassault ne communique pour sa part quasiment pas, ou en tout cas ne réagit pas à ce genre d'agressions. Pourtant ils auraient de quoi répondre.

Entre un qui parle trop et l'autre pas assez...

_________________
http://portail-aviation.blogspot.com toute l'actualité aéro du web commentée.
Revenir en haut Aller en bas
falconfighting
Caporal chef
Caporal chef
avatar

messages : 167
Inscrit le : 24/08/2011
Localisation : mouscron
Nationalité : Belgique

MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 9 Mai 2012 - 21:51

en tout casc'est le Rafale qui a gagné un gros contrat Very Happy

_________________
allez les diables rouges en route vers l'Histoire
Revenir en haut Aller en bas
bubzy
Caporal chef
Caporal chef


messages : 151
Inscrit le : 08/04/2012
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 9 Mai 2012 - 23:31

Oulaaaa. Moi je garde le champomy au frais! je le boirais que quand y'aura signature. D'ici là le sucre aura eu le temps d'alcooliser la bouteille.

En attendant, ce n'est pas le typhoon qui a été choisi, ni un jet américain, et c'est toujours ça

_________________
http://portail-aviation.blogspot.com toute l'actualité aéro du web commentée.
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 14775
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Le Rafale   Lun 14 Mai 2012 - 12:50

Citation :

Rafale saga takes a new turn in the UAE


Posted 12 May 2012 · Add Comment

Jon Lake looks at the on-going soap opera of Dassault's campaign to sell its Rafale 'omni-role' fighter to the UAE.




The long-running saga that is the UAE fighter contract has taken another turn.

The story finally seemed to have ended for Dassault in January when it was reported that the general staff of the UAE Air Force and Air Defence (UAE AF&AD) had proposed limiting its consideration of new fighters to the Boeing F-15, Lockheed Martin’s F-16 and the Eurofighter Typhoon, effectively shutting Rafale out of the competition.

This came on top of a series of knocks delivered by the UAE before and during the Dubai Airshow last November.

First it emerged that the UAE had been in contact with Boeing and had been seriously examining and evaluating the F-15 and the F/A-18E/F Super Hornet. Then, on the eve of the show, it emerged that the UAE had issued a request for proposal (RFP) to Eurofighter, further opening up the competition.

Finally Sheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, crown prince of Abu Dhabi and deputy supreme commander of the country’s armed forces, praised French president Nicolas Sarkozy for the role that he had played in keeping Dassault at the forefront of the UAE’s considerations (saying that Sarkozy “could not have done more diplomatically or politically to secure the Rafale deal”), but condemned Dassault, who, he said, seemed regrettably “unaware that all the diplomatic and political will in the world cannot overcome uncompetitive and unworkable commercial terms”.

Behind the scenes, though, contacts between the UAE and the French side continued, and Charles Edelstenne chairman of Dassault’s board of directors and chief executive officer, returned to Abu Dhabi after the show to try to repair the breach.

And in the wake of India’s selection of the Rafale as the L1 (lowest) bidder in its medium multi-role combat aircraft (MMRCA) competition on January 31 2012, Rafale’s prospects in the Emirates suddenly seem to have been resurrected.

“Good news reports are like worries, they fly in squadrons,” commented French defence minister Gerard Longuet after the Indian announcement.

Buoyed by its success, and with a massive 126 aircraft order virtually guaranteed, Dassault and the French government presented a new offer to the UAE, making unspecified changes to its previous commercial bid, presumably bettering its price, and perhaps agreeing to some of the upgrades which the UAE is understood to require.

French newspaper La Tribune reported that there were still a few technical details to be ironed out but claimed that the deal could be finalised in early March. This report was followed by an article in The National in which Khalid Al Buainnain, a former commander of the UAE Air Force, stated that “discussions never stopped”, and that “the technical and financial and contractual discussions have been completely finished”.

But Buainnain is not an entirely impartial source, as he is the chairman of the Baynuna Group, which has a joint venture with Dassault, and which is working on “how we can smooth out this contract”.

France’s Air & Cosmos magazine has also reported that all of the technical and financials terms of the Rafale sale to the UAE have been settled, and that contract signature is awaiting the signing of a broader state-to-state defence agreement. This could be signed with President Sarkozy due to visit the UAE as Arabian Aerospace went to press.

But despite these optimistic reports, BAE Systems is continuing to work with the UAE on its offer of the Eurofighter Typhoon and UK industry sources were quick to sound a cautionary note.

One said: “The French were in a bad position in the UAE but MMRCA turned things round for them and they’re now in a good position, but I’m confident that as things stand, the Typhoon now offers a better solution for the UAE’s needs, and I think there’s a way to go before any decision.”

The UAE process is being watched with interest elsewhere in the GCC, as both Qatar and Kuwait have similar fighter requirements, and both Rafale and Typhoon are under consideration in both nations.
.arabianaerospace

_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3325
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le Rafale   Mar 15 Mai 2012 - 11:08

Citation :

Avions de combat : la guerre est relancée



C’est l’histoire d’une résurrection. Après deux décennies de fiascos commerciaux, le Rafale de Dassault Aviation s’apprête à décrocher le contrat du siècle en Inde.

On dirait de l’humour british, ce subtil dosage de fausse maladresse et de second degré. Interrogé par le «Financial Times» le 7février dernier, le très sérieux Ian King a fait comme si le Rafale ne l’avait pas emporté sur son Typhoon lors de l’appel d’offres indien conclu huit jours plus tôt. «A mon avis, toutes les options restent sur la table», a lâché le patron du géant de la défense britannique au sujet du mégacontrat de 126 avions de combat, estimé à 12milliards de dollars.

Et d’ajouter, l’air de rien: «Je vais bientôt en parler à mes partenaires du consortium Eurofighter, le franco-allemand EADS (actionnaire à 41%) et l’italien Finmeccanica (26%).» «Personne n’est dupe, commente un proche du dossier. Après avoir été choisi par l’Etat indien pour entrer en négociation exclusive, Dassault Aviation a de fortes chances de signer le deal avant décembre.»

A moins d’une ultime ruse de l’Histoire c’en serait donc fini de la malédiction du Rafale. Vingt-sept ans après sa présentation au siège de Saint-Cloud, le joujou volant de feu Marcel Dassault vient enfin de trouver son premier vrai client autre que l’armée française. Et quel acheteur! Avec cette commande, l’Inde s’apprête à signer le plus grand contrat de l’histoire de l’aéronautique militaire. Sans parler d’une seconde tranche à l’étude de 64 à 74 appareils.

Résultat: le Rafale suscite à nouveau l’intérêt des potentiels acquéreurs. Le Brésil, qui avait fait miroiter l’achat de 36 unités en 2010, a dépêché son ministre de la Défense à New Delhi pour réétudier les compétences du chasseur français. Abu Dhabi, dont le prince héritier Cheikh Mohammed bin Zayed avait déploré «les conditions commerciales non compétitives et impraticables de Dassault Aviation» en novembre dernier, s’apprête à recevoir une délégation de l’avionneur.

Quant aux militaires de Malaisie, en plein casse-tête sur le remplacement de leurs antiques MiG-29russes, ils en pincent pour la fabrication française. «Les bonnes nouvelles sont comme les ennuis, elles volent en escadrille», répète à la manière d’Audiard notre ministre de la Défense, Gérard Longuet, qui évoquait encore début décembre «l’arrêt de la production».
De fait, jusqu’à présent, l’histoire de l’exportation du Rafale ressemblait à une interminable descente en piqué, où la supériorité technique française s’écrasait contre la diplomatie commerciale américaine.

A chaque fois que Dassault Aviation pensait décrocher son premier contrat, les équipes de Boeing (F-15 et F-18) ou de Lockheed Martin (F-16 et F-35) rappelaient aux Frenchies les dures règles de la realpolitik façon business. Aux Pays-Bas et en Corée du Sud (2002), à Singapour (2005) et même chez nos amis marocains (2007), ce sont eux qui finissaient toujours par l’emporter.

A Séoul, le président George Bush s’était ainsi déplacé en personne pour faire l’article auprès des autorités locales. Ce qui provoqua ce communiqué de dépit signé Dassault: «Le poids américain donne une fois de plus raison au proverbe chinois. Le bambou penche toujours du côté de celui qui pousse le plus fort.»

Et si au moins l’administration américaine avait accepté de laisser des miettes au français… Loupé: celles-ci étaient aussitôt ramassées par le consortium Eurofighter ou par les suédois de Saab, à l’image des 22 Gripen commandés par la Suisse en décembre dernier.

Dans un rapport remis au ministre de la Défense helvète, Ueli Maurer, que Capital a pu consulter, les pilotes estimaient pourtant que ce chasseur low-cost, surnommé «l’avion Ikea», n’atteint pas «le seuil minimum de capacités requises» pour accomplir la mission de police de l’air. «Depuis dix ans, les Américains mènent un travail de sape sur le thème “tout sauf le Rafale”, confie l’entourage de Charles Edelstenne, le P-DG de Dassault Aviation. L’intérêt de l’Inde montre que les cartes peuvent être rebattues.»

Arrêtons en effet l’antipatriotisme primaire: avec ses commandes de vol en fibre optique, son radar à antenne active capable de poursuivre 40 avions simultanément et ses 3heures15 d’autonomie à 150 nautiques d’une base, le Rafale reste le meilleur chasseur sur le marché.

Les Helvètes ne s’en sont peut-être pas rendu compte, mais cet avion semi-furtif est un vrai couteau suisse: il peut mener des missions d’interception, de reconnaissance, attaquer au sol, en mer et dans les airs, le tout avec des armes nucléaires. Lors de l’Air Tactical Leadership Course (ATLC), un concours international qui s’est tenu aux Emirats arabes unis en 2009, il a même tenu tête au F-22, la merveille de l’armée américaine interdite à l’export.

En six simulations, le Rafale n’a été «shooté» qu’une seule fois pour cinq matchs nuls. Les Américains ont d’ailleurs refusé un septième combat. Sans parler du F-35, présenté comme son futur rival: ce projet cumule tant de retards et de surcoûts que le sénateur John McCain envisage son arrêt pur et simple.
Mais c’est en Libye que le chasseur français a montré toute l’étendue de ses capacités. Une vraie campagne de pub pour les Rafale, cette opération Harmattan. Dès le premier jour de la guerre, le 19mars, ces derniers se sont littéralement promenés au-dessus du territoire ennemi. Puis, selon nos informations, ils ont pu ajuster huit missiles de croisière Scalp pendant la nuit du 23 au 24mars.

Au total, début septembre, les Rafale avaient effectué 850 sorties offensives. «Cet avion a prouvé qu’il marchait franchement mieux que ses concurrents sur un théâtre d’opérations», nous confie le général Jean Rannou, ancien patron de l’armée de l’air. Histoire de convaincre les officiels indiens, pour le moins soucieux de la menace pakistanaise à leur frontière, les émissaires de Dassault n’auraient pas hésité à leur présenter des vidéos de raids libyens.
Encore fallait-il s’entendre sur le prix. Sur ce sujet classé secret défense, les équipes de l’avionneur semblent avoir consenti des efforts considérables. Certes, officiellement, le Rafale vaut à peu près la même chose qu’un Typhoon: quand la Cour des comptes évalue le premier à 142,3millions d’euros, son homologue britannique estime le second à 150millions. Mais en réalité, les négociations se révèlent d’une extrême complexité: la seule documentation préalable à l’appel d’offres remplirait un gymnase. Surtout, l’acheteur dispose d’une arme imparable pour faire baisser les prix: une fois le montant global fixé, il réclame le maximum «d’offsets», ces contreparties directes et indirectes qui peuvent atteindre plus de 60% du prix du contrat.

Sous des formes parfois surprenantes. «Dans le cadre des 15 Mirage 2000-5 achetés par Athènes en 2000, le comité d’entreprise de Dassault Aviation a longtemps proposé des séjours en Grèce via des tour-opérateurs locaux», se souvient-on chez Thales, le spécialiste de l’électronique.

Pas de voyages au Rajasthan cette fois, mais d’importants transferts de technologie. Sur cette question encore, le groupe Dassault Aviation a l’art de laisser courir les fantasmes. On le sait: en principe, seuls les 18 premiers Rafale seront fabriqués en France, tandis que les 108 suivants doivent l’être par le géant de l’aéronautique indienne, Hindustan Aeronautics Ltd (HAL).
Mais en vérité, relève Guillaume Lecompte-Boinet dans «Air et Cosmos», ce champion national «doit d’abord prouver qu’il peut fabriquer des sous-ensembles complets et réaliser l’assemblage final d’un Rafale made in India».

Une mission délicate. Même si un terrain près de Bangalore a déjà été sélectionné pour accueillir la future chaîne, rien ne garantit que HAL parviendra à lancer la fabrication d’ici quatre ans.

«La version indianisée des Sukhoï Su-30MKI russes, signée en 2000, n’est toujours pas sortie d’usine», note un sous-traitant de Dassault, avant d’ajouter: «Mais vous n’entendrez jamais Sarkozy ou Edelstenne prononcer ce genre de remarques désobligeantes.» C’est vrai qu’on est encore en phase de négociation exclusive…

Polyvalent et semi-furtif: à 142millions d’euros, le Rafale n’a pas d’équivalent

> Un logiciel de fusion des données
Conçu par Dassault Aviation et complètement intégré au système d’armes, ce programme permet de récupérer les informations de tous les capteurs, puis de fournir au pilote une synthèse immédiate en phase de tir.

> Une autonomie de 3heures 15 en combat
Armé de six missiles air-air Mica et de réservoirs supplémentaires, le Rafale peut assurer une mission longue type protection d’un G20. Le Typhoon dispose d’une autonomie de 2heures 30, le F-18 de 2heures 25 et le Gripen de 1 heure 20.

> Un système de commandes digne d’un jeu vidéo
C’est l’une des spécialités de Dassault Aviation, mondialement reconnu pour son savoir-faire dans ce domaine. Les commandes de vol électriques en fibre optique assurent au Rafale une maniabilité et une réactivité sans comparaison.

> Un radar à antenne active RBE2-AESA
Développée par Thales, cette machine est capable de poursuivre 40 avions et d’en engager 8 simultanément. Le balayage électronique permet d’assurer en même temps le suivi du terrain et la détection de cibles terrestres ou navales.

Ses rivaux: le Typhoon européen, deux chasseurs US et un low-cost suédois

> Typhoon : Produit par le consortium Eurofighter, ce chasseur reste un avion de type air-air et son radar à antenne active souffre encore de retard.

> F-18 : La petite merveille de Boeing reste le concurrent le plus sérieux du Rafale. L’Australie en a commandé 24 en 2007.

> F-35 : Encore en phase de développement, le chasseur furtif de Lock­heed Martin cumule les retards. Son souci: il est trop lourd pour mener des combats air-air.

> Gripen : L’avion suédois est imbattable… au niveau du prix. A 80 millions d’euros pièce, ce chasseur surnommé «l’avion Ikea» n’a pas d’autres avantages.

Des dizaines de Rafale sont en négociation ou vont l’être :
> Koweït :14
Les négociations traînent depuis 2009. La décision d’Abu Dhabi pourrait faire boule de neige.

> Malaisie : 18
Les militaires malaisiens veulent remplacer leurs antiques MiG-29 de fabrication russe.

> Suisse : 22
Des soupçons de corruption pourraient vite remettre en cause le choix du suédois Saab.

> Inde : 126
Dassault a été choisi pour entrer en négociation exclusive. Signature prévue avant décembre.

> Abu Dhabi : 60
Après avoir boudé Dassault en novembre, le prince héritier semble prêt à changer d’avis.

> Brésil : 36
Deux ans après la vraie-fausse commande de Rafale par Lula, le pays relance l’appel d’offres.

> Qatar : 24
Le commandement de l’armée de l’air veut remplacer sa flotte de Mirage 2000-5 datant des années 1990.

Les étapes d’une négociation à 12 milliards de dollars :
1. La demande d’informations : Baptisée RFI (Request for Information), cette première étape permet au pays acquéreur de passer en revue l’état du marché pour identifier ses besoins.

2. La demande de propositions : Trois à six mois après la RFI, l’acquéreur envoie une RFP (Request for Proposal). Les candidats doivent formuler des propositions précises et chiffrées.

3. La compétition des finalistes : Deux à cinq propositions sont retenues. Le pays négocie alors pied à pied le prix et les contreparties («offsets»), comme les transferts de technologies.

4. Les négociations exclusives : Le vainqueur est annoncé. Mais le pays va encore mégoter avec lui le détail du règlement et des transferts de technologies. Avec les autres finalistes en embuscade.

CAPITAL.FR

_________________
" les orphelins d'aujourd'hui seront les guerriers de demain !!! " GAZA
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 14775
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 30 Mai 2012 - 13:45

Citation :
France-UAE talks over Rafale stalled -report

May 29 (Reuters) - Negotiations between France and the United Arab Emirates over the potential sale of 60 Rafale warplanes to the Gulf nation have "stalled", La Tribune newspaper reported on Tuesday.

The on-off negotiations have been under way for more than a year and were given high-profile support by former French president Nicolas Sarkozy, who mounted a diplomatic campaign to win the first firm export order for the Dassault-built jet.

Talks hit an obstacle in November when Abu Dhabi publicly criticized Dassault Aviation over the price of the multi-role combat jet and sought information on the competing Eurofighter Typhoon . It has also had contacts with U.S. Boeing over the F-18 warplane.

But talks were reported to have taken off again ahead of the recent French elections.

Citing unidentified French industry and government sources, La Tribune said Abu Dhabi's leadership now appeared less hurried to close a deal and would be gauging the diplomatic engagement of President Francois Hollande, a Socialist who replaced Sarkozy earlier this month.

Dassault declined to comment.

India selected the Rafale to enter exclusive negotiations for a potential 126-plane order in late January, beating the Eurofighter, but analysts say the $10 billion deal could also be influenced by the outcome of arms talks between France and UAE.

_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
bubzy
Caporal chef
Caporal chef


messages : 151
Inscrit le : 08/04/2012
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 30 Mai 2012 - 14:48

Bof. C'est une information provenant de la tribune "toujours eux". Les mêmes qui avaient annoncés que N.Sarkozy aurait dû sauter dans un avion pour signer le contrat en mars, les même qui avaient annoncés que les négociations étaient terminés, ce qui avait été démenti officiellement par Dassault un peu plus tard.

Je lis, mais je met toujours entre parenthèse les articles publiés par ce journaliste qui omets toujours de dire qu'il n'écrit que de la RUMEUR.

EDIT: Il est bien ce forum Wink je trouve toujours des idées d'articles !
http://portail-aviation.blogspot.fr/2012/05/rumeur-le-rafale-aux-eau-au-point-mort.html

_________________
http://portail-aviation.blogspot.com toute l'actualité aéro du web commentée.
Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 09/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 30 Mai 2012 - 20:26

Comme je dit depuis longtemps,qu'ils achetent leur F18 ou F35 ou Typhoon..............
C'est leur choix et leur pognon.
Je pense pas que hollande soit aussi receptif a leur "manieres" c'est ce qui leur fait peur,a savoir ne pas se sucrer assez dans ce contrat.
Perso si il ne le commande pas,je briserai les accords de defense et partirai de la bas ,meme si c'est un point stratégique.
Le Rafale vole sans eux depuis longtemps et volera sans eux aussi............
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Le Rafale   Mar 26 Juin 2012 - 0:58

Citation :

Le Rafale Marine compatible avec les porte-avions dotés de tremplin




Voilà qui peut donner à l'avion de combat français de nouvelles perspectives à l'exportation. A l'issue d'études et de simulations, les ingénieurs de Dassault Aviation ont déterminé que le Rafale Marine serait capable de décoller de porte-avions dépourvus de catapultes mais dotés d'un tremplin. Pour cela, aucune modification de structure ne serait nécessaire par rapport aux Rafale de l'aéronautique navale française, mis en oeuvre depuis le Charles de Gaulle au moyen de catapultes. Pour le recueil de l'avion, une piste oblique avec des brins d'arrêt est toutefois nécessaire. Pour l'heure, seules la Russie, la Chine et l'Inde disposent, ou vont disposer, de porte-avions avec tremplin et brins d'arrêt. Si pour les deux premiers pays, l'acquisition de Rafale Marine est exclue, il s'agit en revanche d'une nouvelle possibilité pour l'Inde. Cette dernière a, pour le moment, prévu de doter ses deux nouveaux porte-avions, les Vikramaditya et Vikrant, de MiG-29K russes. Mais New Delhi est aussi en phase de négociations exclusives avec Dassault Aviation pour l'achat de Rafale destinés à ses forces aériennes. Le contrat, qui pourrait être signé dans les mois qui viennent, ne comprend pas d'avions navalisés. Mais si l'Inde le souhaite, elle pourra disposer d'une alternative au MiG-29K, avec l'avantage d'homogénéiser sa future flotte aérienne. Pour le moment, aucune demande n'a été formulée en ce sens, mais l'option existe techniquement, ce qui est bon à savoir.

En dehors de l'Inde, la capacité du Rafale Marine à décoller sur un pont s'achevant par un tremplin pourrait, dans les prochaines années, intéresser d'autres pays, comme le Brésil, qui souhaite se doter à terme de deux nouveaux porte-avions et ne serait, ainsi, pas obligé d'opter pour des bâtiments à catapultes. Ce, alors que le Rafale est déjà proposé pour moderniser la force aérienne brésilienne.
Dans l'absolu, tout porte-avions ou porte-aéronefs disposant d'un tremplin et étant suffisamment large pour accueillir une piste oblique pourrait, pourrait être concerné. Le point technique le plus critique porte sur les espaces disponibles sous le pont d'envol pour accueillir la machinerie des presses de frein, liées aux brins d'arrêts. Les nouveaux porte-avions britanniques peuvent en être équipés, mais c'est en revanche moins évident pour le Cavour italien, qui nécessiterait probablement de lourds travaux. Pour le moment, ces bâtiments de la Royal Navy et de la Marina militare doivent mettre en oeuvre des avions à décollage court et appontage vertical F-35B. Mais ce programme accuse déjà beaucoup de retard et d'importants surcoûts, alors même que le F-35 entre tout juste dans la phase de développement de ses systèmes, considérée généralement comme la plus complexe d'un programme aéronautique.

M&M

_________________
Revenir en haut Aller en bas
bubzy
Caporal chef
Caporal chef


messages : 151
Inscrit le : 08/04/2012
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Le Rafale   Mar 26 Juin 2012 - 8:33

O_o

Devinez quel est le seul autre site qui a parlé de cela, et une semaine avant ?

Citation :
Royaume unis et F35B : un choix contestable sur sa forme



Rappelez-vous, c’était il y a quelque semaine. La Grande Bretagne officialisait son revirement en faveur (à nouveau) du F35B opérant à partir de portes avions doté d’un tremplin, au détriment de portes avions à catapultes et brins d’arrêts; exit donc les F35C/F/A18/Rafale. L’argumentation était simple, et tenait en deux points essentiels.
Le premier, économique ; en choisissant le F35C, et même si l’avion est moins cher que la version à décollage et atterrissage vertical (de combien ?), il fallait modifier en profondeur le design d’au moins un de ses portes avions, alors qu’ils sont déjà en court de construction. Pour y intégrer une catapulte, qu’elle soit à vapeur ou électromagnétique, il faut loger sous une grande partie du pont les locaux servant à la mise en fonction de ces équipement, et apporter l’énergie nécessaire à leur fonctionnement. Et pour générer de la vapeur ou de l’électricité en grande quantité n’est pas chose aisée, surtout dans un navire à propulsion conventionnelle.
L’autre argument était à chercher du côté opérationnel.

Premièrement, en revenant au F35B, ce sont bien deux portes avions qui seront armés, assurant une permanence à la mer. Ensuite, et sans modification de leur design, les porte-avions seront opérationnels plus rapidement, avant 2020. Pour le F35B par contre, c’est une autre histoire…
Récemment, un article de flightglobal (http://www.flightglobal.com/news/articles/indian-aircraft-carrier-enters-sea-trials-as-navy-eyes-rafale-372925/) nous rapportait que l’inde lorgnait du côté du Rafale, déjà choisi pour son armée de l’air, pour équiper ses portes avions. Une chose a fait tilt en lisant cet article. Le Rafale M n’est donc pas limité à l’emploi sur un porte avion doté de catapultes.
La maison Dassault a par ailleurs étudié l’emploi du Rafale à partir de navires dotés de tremplins, avec des performances d’emport forcément diminuées par rapport à l’utilisation d’une catapulte, et dépendant aussi du vent relatif créé par la vitesse de déplacement du navire ainsi que de la longueur du pont utilisé pour le décollage. Bien évidemment, les performances en questions restent du domaine du confidentiel. Il me semble même qu’à la fin des années 1980, celui qui devait être nommé le porte avion Richelieu (et qui deviendra Charles de Gaule) avait été étudié avec la possibilité de lui adjoindre un tremplin en lieu et place des catapultes.

Revenons-en à la Royal Navy.
Ses portes avions étant énormes par rapport aux navires de la classe WASP à partir des quels opéreront une partie des F35B des US Marines, il n’y aurait aucun problème à voir opérer des avions plus classiques, comme le Rafale justement, ou même une version navalisé du Typhoon. La seule modification à apporter au porte avion serai l’adjonction d’un système de brins d’arrêt, ce qui pour le coup, est beaucoup plus simple techniquement et économiquement, que l’ajout de catapultes.
Maintenant, mettons-nous à rêver quelques instants. Il serait alors possible que la Navy puisse équiper ses bâtiments de quelque dizaines de Rafale, qui seront opérationnels bien avant l’arrivée des F35B. Car comme le F35B n’est, à mes yeux, pas un programme totalement sécurisé, il n’est pas impossible que la Grande Bretagne n’ai à nouveau un autre choix à faire, mais bien malgré elle cette fois.

http://portail-aviation.blogspot.fr/2012/06/royaume-unis-et-f35b-un-choix.html

C'est bien d'être repris, ça serai bon d'être cité aussi. C'est toujours ça de gagné

-------

http://far-maroc.forumpro.fr/viewtopic.forum?t=3591

_________________
http://portail-aviation.blogspot.com toute l'actualité aéro du web commentée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Rafale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Rafale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 40 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40
 Sujets similaires
-
» L'achat de Rafale ou de F18 évoque au Royaume-Uni
» premier contrat pour le rafale
» L'aviation embarquée (Rafale, Super Etendard, etc...)
» Premier tir d’évaluation d’un missile ASMP-A par un Rafale
» Le Rafale lâche ses premiers Meteor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Aviation militaire-
Sauter vers: