Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'industrie automobile au Maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 20 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Fremo
Administrateur
Administrateur


messages : 21540
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: L'industrie automobile au Maroc   Sam 19 Mar - 1:14

Puisque c'est un secteur appelé à être une locomotive de secteur industriel marocain ... il est préférable d'avoir un topic spécial pour ...

à noter que 30% de cette production a été exporté vers les marchés européens et arabes
Citation :
Somaca: Production record en 2010 Près de 50.000 voitures sorties de l’usine de Casablanca


Plus de 21.500 Dacia montées localement Il y a 25 ans, la production de Somaca ne dépassait pas les 7.000 véhicules par an. Ce qui était à l’époque perçu comme un exploit. Aujourd’hui, le site de Casablanca produit 7 fois plus.
Somaca dope sa production… Après la traversée du désert, la Société marocaine de constructions automobiles se frotte les mains. Le site d’assemblage a pu boucler l’année 2010 avec près de 50.000 véhicules montés. Un résultat record boosté en grande partie par la marque Dacia.
En effet, la production du site a été boostée par l’arrivée de la Sandero Stepway au 4e trimestre 2010.
L’an dernier, Somaca a monté plus de 15.000 Logan et 6.500 Sandero. En revanche, le 4x4 Duster reste la chasse gardée de l’usine roumaine de Pitesti. L’utilitaire n’est pas en reste. Le site de Casablanca a pu assembler pas moins de 17.000 Kangoo. Le reste de la production a été réalisé pour le compte de Sopriam (Berlingo et Partner). Le français PSA, rappelons-le, a arrêté l’assemblage local de ses marques Peugeot Partner et de la Citroën Berlingo en décembre 2010. Le contrat liant le constructeur à Somaca étant arrivé à terme fin 2010.
Outre la dynamisation de l’assemblage, Somaca a poursuivi son programme d’investissements en 2010. Des actions qui visent à rendre l’outil industriel plus souple et robuste, avec l’introduction de nouveaux process et méthodes de travail.
Le programme d’investissements a également porté sur la mise à niveau des ressources humaines. Un véritable levier de développement et de compétitivité de l’usine de Casablanca.
De sources proches du management de Somaca, «l’entreprise devrait produire davantage à l’avenir». D’ailleurs, la demande est aussi importante tant au niveau local qu’à l’export, poursuit-on. Le tour de table de Somaca est, rappelons-le, détenu majoritairement par Renault SSA (71%), Automobiles Peugeot (20%), Renault Maroc (8%) et divers (1%).
Valeur aujourd’hui, le Maroc est en phase de devenir un centre régional de l’automobile. C’est le premier pays à avoir consolidé une expérience concluante en construction automobile dans la région (Maghreb). Depuis 2008, le site Maroc exporte des Logan vers des pays très exigeants de l’UE (France, Espagne, Allemagne…) ainsi qu’en Afrique du Nord (Tunisie et Egypte via l’accord Quadra). Mais ce n’est qu’un début. Le site de Somaca est appelé à faire jouer des synergies avec le site de Renault Tanger (RTM). A terme, la plateforme de Melloussa devrait produire quelque 400.000 véhicules et exporter dans près de 50 pays!
Autre actualité, Renault inaugure, mardi 22 mars, son institut de formation aux métiers de l’industrie automobile Tanger Méditerranée (IFMIA/TM). Le centre assurera aux salariés de Renault des formations dans les filières de la peinture, du montage, de la logistique et du contrôle. Il dispensera également une formation dans les filières de l’ingénierie, les achats, la qualité, la gestion et les ressources humaines.

l'eco

_________________
Revenir en haut Aller en bas
atlasonline
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2009
Inscrit le : 23/05/2010
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Sam 19 Mar - 2:48

Citation :

Dacia Slowly Shifts Production to Morocco

The first signs that Romanian brand Dacia, despite quality and safety issues, is slowly becoming a global brand are beginning to surface. Having hit the jackpot with almost every model released since it was taken over by Renault, the Romanian auto maker is slowly beginning to do what all other players on the market like to do: cut costs.

Currently, the bulk of the Dacia models are manufactured at the Mioveni facility in Romania, but soon that might change. The new promised land when it comes to production costs and workers wages is Tangiers, Morocco.

Romanian media reported a while back that, faced with increasing pressure in Romania and lured by the promises made by the Moroccan government, Dacia might even consider, in the long run, relocating most of the production into the African country.

The rumor was somehow confirmed by Romanian Dacia officials who said that the high expectations of the Romanian workers could no longer be met. The Moroccans, on the other hand, are cheaper to use, with the costs associated with one worker being some EUR500 lower than at Mioveni.

Another aspect that is pushing Dacia towards Africa is the fact that, for months, the production lines in Romania work at full throttle, hence making necessary the relocation of some of the production to the new site.

In Tangiers, Dacia plans to manufacture 350,000 vehicles each year, starting 2012, including two new models that will be launched that year (both are likely to be built only in Tangiers). One model will be a small family car, whose details remain unknown for now, while the second will be a commercial vehicle, comparable in size with the Renault Kangoo. Both will be made on the same Logan platform used on all the carmaker's models.

http://www.autoevolution.com/news/dacia-slowly-shifts-production-to-morocco-32791.html

_________________
السيسي عمهم و حارق دمهم
Revenir en haut Aller en bas
Cobrath
sergent
sergent


messages : 242
Inscrit le : 04/04/2009
Localisation : Paris / Bettana
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: ...   Ven 29 Avr - 20:47

Citation :
AUTOMOBILE
LE CHINOIS GEELY MISE SUR L’AFRIQUE DU NORD
DNES À SHANGHAI, MOHAMED AZMANI
LE CONSTRUCTEUR PARIE SUR LE POTENTIEL DE MOTORISATION AU MAROC
10% DU CHIFFRE D’AFFAIRES CONSACRÉS À LA R&D




Geely Cixi a été construite en l’espace de 6 mois! Elle s’étend sur plus de 21 hectares. Opérationnelle depuis fin 2010, l’usine comprend 5 chaînes de production (assemblage, moteurs, peinture, emboutissage, soudure)

LE marché automobile chinois monte en régime. Cette 2e puissance mondiale a bouclé l’année 2010 avec 18 millions de véhicules écoulés. Avec plus d’une dizaine de constructeurs publics et privés, Geely est le premier opérateur privé chinois qui se démarque tant sur le marché national qu’international. A l’occasion de la 14e édition du salon automobile de Shanghai, Geely a exposé 37 modèles dont un concept car (hybride et électrique) et 10 motorisations. «Aujourd’hui, les constructeurs chinois sont conscients des préjugés dont souffrent leurs marques locales», annonce d’emblée Othmane Bellamine, DG de Premium Auto, importateur exclusif de Geely au Maroc. Ceci étant, les Chinois comptent développer suffisamment la technologie et affiner leur stratégie marketing à l’international. Pour preuve, Geely est représentée dans 60 pays et 4 continents. Ses ventes à l’export ont enregistré 130.000 unités en 2010, soit une hausse de 20% par rapport à 2009.
Globalement, les constructeurs chinois se tournent de plus en plus vers l’export, mais de manière à opter pour des niches susceptibles de se développer rapidement, notamment au Maroc. «De par son positionnement géographique au nord de l’Afrique et porte de la Méditerranée, le Maroc constitue l’une des régions-clés. Une zone à prendre en considération dans l’étude de développement de nos unités d’assemblage à l’international», souligne Franck Zhao, directeur recherche & développement chez Geely.

Pour preuve, en deux ans d’existence (depuis 2008), Premium Auto dispose déjà de 9 points de vente dont 5 en propre. Il mise sur une gamme de 5 modèles Geely. Courant 2011, le représentant exclusif de la marque importera 3 autres modèles. Il s’agit de l’Engrand EC7 (1,5l, 1,8l) et la Geely Cross. Geely compte également se positionner sur le segment des 4x4 au Maroc avec sn EX7 prévu pour le 2e semestre 2011. Aujourd’hui, «nous enregistrons une évolution notable de la perception des Marocains pour les marques chinoises. Ils prennent conscience de l’émergence de la Chine en tant que puissance mondiale et surtout de ses progrès en technologie», affirme Bellamine.
Geely a procédé à une refonte complète de sa stratégie de développement. Laquelle consiste à passer de l’internationalisation à la globalisation, de la technique à la qualité et d’une croissance rapide à une évolution plutôt régulière.
Geely dispose de 9 unités de production en Chine mais aussi en Ukraine, Russie, Turquie et Brésil. «Nous avons déjà entamé un projet d’étude d’une nouvelle unité d’assemblage en Egypte», annonce le directeur R&D. C’est dire que la marque mise sur le marché nord-africain.
En tout cas, cette démarche d’ouvertures d’unités d’assemblage permettra à Geely de réduire ses frais logistiques et de se prémunir de la fluctuation des cours de change.

La toute dernière usine de Geely date de novembre 2010. Elle a été construite en l’espace de 6 mois! L’usine Cixi comprend 5 chaînes de production (assemblage, moteurs, peinture, emboutissage, soudure). Cette unité répond aux normes strictes des constructeurs automobiles internationaux. Elle se dote de 30 robots intelligents, de la marque suédoise ABB. Une technologie qui lui permet de produire une voiture toutes les 2 minutes. Sur une superficie de plus de 21 hectares, le site est dédié uniquement à la production de l’Engrand EC7 et EC7-RV. Sa capacité de production est de 120.000 véhicules par an en 2 lignes pour chacune des 5 chaînes de montage.

Citation :
AUTOMOBILE
LE MAROC, HUB RÉGIONAL POUR GEELY
UNE ÉTUDE POUR L’IMPLANTATION D’UNE PLATEFORME EXPORT VERS L’AFRIQUE
PREMIUM AUTO PRÉVOIT 15 CONCESSIONS EN 2015




Geely dispose d’une gamme de 5 modèles au Maroc. Parmi les nouveautés de ce 2e semestre 2011 figure la berline l’England EC7. Elle sera disponible en motorisation essence (1,5l et 1,8l) (Source: Geely)

Geely asseoit ses ambitions au Maroc. Le constructeur automobile chinois renforce sa présence via Premium Auto, importateur exclusif de la marque. Deux ans après son implantation au Maroc, Geely monte en gamme. La marque ambitionne de devenir un opérateur automobile de premier plan. Concrètement, le business plan de Premium Auto s’articule autour de 3 axes. L’extension du réseau de distribution, un site intégré à Témara et l’implantation d’une plateforme à l’export ainsi que l’élargissement de la gamme. Premium Auto s’attelle déjà au renforcement de sa force de vente à travers le pays. «Le développement de notre réseau de distribution constitue une priorité», lance d’emblée Othmane Benlamine, DG de Premium Auto. Composé aujourd’hui de 9 points de vente, le réseau devra atteindre 15 points à l’horizon 2012. Outre les ouvertures prochaines de concessions prévues à Fès et Meknès, la marque est présente à Casablanca, Rabat, Salé, Nador, Oujda, Marrakech, Agadir…L’importateur exclusif est en phase de finaliser la construction d’une plateforme dédiée. Un investissement qui s’étend sur une superficie de 10.000 m² à Témara. Le site est composé d’un show-room pilote, d’ateliers d’entretien et de réparation dotés d’une technologie pointue, en plus d’un magasin central de pièces de rechange. La plateforme comprend également une école de formation. L’ensemble sera livré début 2012. Geely international se développe de manière à opter pour des niches susceptibles de se développer rapidement, notamment au Maroc. De par son positionnement au Nord de l’Afrique et porte de la Méditerranée, le Maroc constitue l’une des régions-clés. C’est dans cette optique qu’une étude sera bientôt lancée pour la création d’une plateforme d’exportations vers l’Afrique.
«Ce projet part des atouts que présente le Maroc en termes d’infrastructures de base et de logistique. Il s’inscrit parfaitement dans le cadre du Plan Emergence», précise Benlamine.
Geely dispose d’une gamme de 5 modèles au Maroc. Pour cette année, le représentant exclusif de la marque compte élargir la gamme avec l’importation de trois nouveaux modèles.


l'eco
Revenir en haut Aller en bas
Cobrath
sergent
sergent


messages : 242
Inscrit le : 04/04/2009
Localisation : Paris / Bettana
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Lun 2 Mai - 16:37

Citation :
Lear Corporation investit 84 millions de DH à Technopolis



Lear Corporation Automotive s’implante via une unité de production au Maroc. Une décision qui intervient dans le cadre de la stratégie de développement des activités de l’entreprise dans le monde. Dotée d’un investissement de 11 millions de dollars (environ 84,4 millions de DH), la nouvelle unité est basée au parc Technopolis de Rabat. Elle s’étend sur une superficie de 14.342 m2 et emploie une centaine de personnes. A l’horizon 2013, la nouvelle unité compte passer à 400 emplois, et multiplier par 4 ses investissements. Lear Corporation est l’un des principaux fournisseurs mondiaux de sièges et équipements de gestion électrique dans l’automobile.

l'economiste
Revenir en haut Aller en bas
moroccan-soldier
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 429
Inscrit le : 25/02/2009
Localisation : Tetouan
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Lun 9 Mai - 17:15

Citation :
Une société espagnole spécialisée dans l'injection plastique s'implante dans la zone franche de Tanger

Madrid, 09/05/11- La société espagnole "Proinsur", spécialisée dans l'injection plastique pour équipements automobiles, a ouvert une usine dans la zone franche de Tanger, apprend-t-on, lundi, auprès du Centre technologique du plastique d'Andalousie (Andaltec).

L'ouverture de cette usine au Royaume pour un investissement de 2 millions d'euros s'inscrit dans le cadre du plan d'action de la société espagnole visant à étendre ses activités sur les marchés étrangers, indique Andaltec dans un communiqué, ajoutant que l'objectif est de nouer des partenariats avec les sociétés opérant au Maroc dans le secteur de l'automobile.

Etalée sur une superficie de 2.500 m2, l'unité de "Proinsur" à Tanger est dotée des installations les plus modernes et d'un équipement complet pour garantir le bon fonctionnement et le développement des activités de l'usine, précise la même source.

L'installation de cette usine au Maroc, dans une conjoncture marquée par la crise économique internationale, vise à renforcer la présence de la compagnie à l'étranger, a souligné le gérant de "Proinsur", Manuel Cazorla.

De son côté, le gérant d'Andaltec, José Maria Navarro, a indiqué que l'ouverture d'une usine de "Prosinsur" dans la ville du Détroit constitue un "pas important" vers le développement et la diversification des activités de la firme espagnole, une référence dans le domaine de l'injection thermoplastique et les productions industrielles, a-t-il dit.

Créée en 1993, "Proinsur" dispose d'une plate-forme à Jaén (Sud de l'Espagne) qui s'étend sur une superficie de 10.000 m2.

MAP
Revenir en haut Aller en bas
Cobrath
sergent
sergent


messages : 242
Inscrit le : 04/04/2009
Localisation : Paris / Bettana
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Lun 9 Mai - 18:25

Citation :
CÂBLAGE AUTOMOBILE
SUMITOMO ELECTRIC SE RENFORCE
DEUX NOUVELLES USINES EN PROJET
LE GROUPE EMPLOIE PLUS DE 15.700 PERSONNES AU MAROC




SUMITOMO Electric tisse sa toile. Le groupe japonais, spécialiste des faisceaux de câbles et composants automobiles, poursuit sa politique de développement au Maroc. «Outre sa position géographique à proximité de l’Europe, le Maroc offre à tout investisseur une compétitivité en termes de coûts et de qualification en main-d’œuvre», lance d’emblée Masayoshi Matsumoto, président de Sumitomo Electric Industries (SEI). Le patron du groupe vient, d’ailleurs, d’être décoré par le Souverain, lors des Assises de l’industrie, pour sa contribution au développement industriel et économique du pays.
Aujourd’hui, SEI est classé premier employeur dans l’industrie automobile au Maroc. Il emploie quelque 15.712 personnes à travers ses 3 filiales (Sews-Cabind Maroc, Sews Maroc et AWSM) et 6 usines. En 2010, il a réalisé un chiffre d’affaires de 336 millions d’euros en 2010.

Le groupe ne compte pas s’en arrêter là. Sumitomo nourrit des ambitions d’extension au Maroc. Le spécialiste nippon du câblage compte développer deux nouvelles usines à moyen et long termes. Un témoignage fort de la confiance que placent les investisseurs japonais dans le pays. En dépit de la lenteur et la complexité des procédures administratives, le Maroc ne cesse d’attirer de nombreux équipementiers et professionnels de l’industrie automobile (Lear, Delphi, Renault-Nissan…). A lui seul, le secteur de l’automobile représente 50% des exportations des métiers mondiaux du pays. Au Maroc, Sews-Cabind est le fournisseur exclusif de Fiat en faisceaux conducteurs d’énergie électrique et de données pour véhicules industriels et de tourisme (Fiat, Iveco, Alfa Roméo, CNH…). «Il est également désigné en tant que plateforme pour devenir le fournisseur des principaux constructeurs automobiles européens», souligne le top management de Sews-Cabind. La filiale marocaine de Sumitomo vient de célébrer son 10e anniversaire en marge des 2e Assises de l’industrie.

La filiale emploie quelque 5.500 personnes dans 3 usines dont 2 à Casablanca et une à Berrechid. A fin 2010, Sews-Cabind a investi pas moins de 57 millions d’euros au Maroc. La totalité de sa production est destinée à l’export. Son chiffre d’affaires (CA) a atteint 102,6 millions d’euros en 2010. Conformément à son business plan, l’entreprise compte réaliser un chiffre d’affaires prévisionnel de 120 millions d’euros en 2011. Pour leur part, Sews Maroc et AWSM nourrissent de fortes ambitions. Les deux autres filiales marocaines sont respectivement implantées à Kénitra et Tanger. Sews Maroc est le fournisseur de Renault, PSA et Nissan. Elle emploie 5.200 personnes. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 136 millions d’euros en 2011. Basée à TFZ, la 3e filiale de Sumitomo Electric a bouclé l’année 2010 avec un chiffre d’affaires de près de 98 millions d’euros. Elle compte en atteindre 113 millions cette année. A l’international, SEI, filiale du groupe Sumitomo, atteint un chiffre d’affaires de 15,3 milliards d’euros. Elle compte 300 filiales dans le monde (dont Sews-Cabind) et emploie 170.000 personnes dans 36 pays. SEI est l’un des trois plus grands producteurs de faisceaux de câbles automobile au monde avec plus de 25% du marché. N’empêche que les évènements qu’a connus le Japon ont légèrement secoué l’activité de Sumitomo. «Grâce à la globalisation, nous restons malgré tout confiants», précise Matsumoto.

l'ecomiste
Revenir en haut Aller en bas
Cobrath
sergent
sergent


messages : 242
Inscrit le : 04/04/2009
Localisation : Paris / Bettana
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Lun 9 Mai - 18:32

Citation :
Automobile: L’Américain Visteon s’installe à Tétouan



L’équipementier américain Visteon vient d’opter pour la ville de Tétouan. C’est à quelques kilomètres de là, dans la commune rurale de Siddina que l’opérateur a choisi d’installer sa future usine. L’investissement total est de 170 millions de DH pour une superficie de 12.000 m2, selon le Centre régional d’investissement (CRI) de Tanger-Tétouan. L’unité fabriquera des éléments de garniture intérieures pour la future usine de Renault à Melloussa.

Pour l’équipementier, le choix n’est guère fortuit et correspond à un souci de proximité de son client Renault à moins d’une heure de route. L’accessibilité que représente la proximité du complexe portuaire TangerMed et aussi la disponibilité d’un important bassin d’emploi dans la zone de Tétouan ont donc été déterminants dans la sélection du site qui était concurrencé par plusieurs autres options dont certaines internationales.
Le nombre d’emplois à créer devrait dépasser les 500 avec, à la clé, l’arrivée de plusieurs équipementiers et de sous-équipementiers. Cette implantation arrive à point nommé pour une zone fortement touchée par le chômage comme l’est la région de Tétouan. Cette dernière commence dès à présent à entrer dans le radar et devenir visible pour les investisseurs potentiels.
C’est d’ailleurs la raison qui a motivé les pouvoirs publics à mettre en place une nouvelle zone industrielle à Tétouan. Sur plus de 150 hectares, elle devra offrir aux opérateurs intéressés une base foncière solide pour entamer leurs activités. D’autant plus que Tétouan reste une alternative intéressante face à d’autres régions, comme Tanger, qui souffrent de leur succès relatif avec une rareté du foncier et une saturation des principales plateformes d’accueil.
Visteon Tétouan devra alimenter la future usine de Renault dont les travaux de construction sont en cours. Cette dernière devra entrer en service dès 2012. L’usine devra produire dans une première phase 170.000 véhicules par an.
Dans une deuxième phase, ce volume devra atteindre les 400.000 véhicules, soit environ une voiture toutes les minutes. L’essentiel de la production sera destiné aux marchés émergents. La firme française envisage d’employer près de 6.000 personnes de manière directe et assurera la création indirecte de 30.000 emplois supplémentaires. L’investissement est de près de 750 millions euros (soit plus de 8 milliards de DH) dans une phase initiale. Lors de la deuxième phase, il sera porté à 1,1 milliard d’euros, soit un peu plus de 13 milliards de DH.

http://www.entreprendre.ma/Automobile-L-Americain-Visteon-s-installe-a-Tetouan_a3967.html
Revenir en haut Aller en bas
Cobrath
sergent
sergent


messages : 242
Inscrit le : 04/04/2009
Localisation : Paris / Bettana
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 13 Mai - 10:07

Citation :
Contribution du FHDES de plus de 26 MDH à la société SNOP pour réaliser un projet d'emboutissage à Tanger



Rabat- L'équipementier automobile SNOP Dunois a bénéficié d'une contribution du Fonds Hassan II pour le développement économique et social (FHDES) de plus de 26 millions de dirhams (MDH) pour la réalisation d'un projet d'emboutissage à Tanger.


Le contrat d'investissement a été signé, jeudi à Rabat, par le président du directoire du FHDES, M. Abdelwahed Kabbaj et le président du directoire du groupe SNOP Dunois, M. Michel Henri Pinaire, lors d'une cérémonie présidée par le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, M. Ahmed Reda Chami.

Ce projet, retenu par Renault pour lui fournir un ensemble de pièces métalliques destinées à la fabrication de ses futurs véhicules, est réalisé sur un terrain d'une superficie de 53.500 m2, dont environ 15.000 m2 construite.

Ledit projet, dont la réalisation nécessitera un investissement de 298 MDH, permettra la création de 250 à 300 emplois directs et génèrera un chiffre d'affaires à terme entre 270 et 450 MDH.

Dans une déclaration à la presse, M. Chami a souligné l'importance de ce projet qui "prouve encore une fois que le Maroc est une véritable plateforme industrielle de consommation interne et d'export, particulièrement vers l'Europe".

Le projet contribuera également à la promotion de l'emploi en assurant 300 emplois directs, a-t-il ajouté.

SNOP Dunois (FSD) est un équipementier automobile opérant dans trois grands domaines d'activité: transformation de tôles (emboutissage, profilage et mécanismes), conception et fabrication d'outillages de production, ainsi que les presses d'emboutissage.

Le Groupe, qui a réalisé en 2009 un chiffre d'affaires de 504 millions d'euros, emploi 3.800 personnes dans 21 usines de production en Europe et en Chine et dans ses quatre centres techniques.

Les principaux clients du groupe sont PSA, Nissan, Renault, Volvo, Toyota et Daimler.

MAP
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 17 Mai - 11:41

Citation :
Lear Corporation annonce l'ouverture d'une nouvelle usine électronique à Rabat, au Maroc
Communiqué publié le 17 mai 2011 à 09h00 par PR NewsWire



RABAT, Maroc, May 17, 2011 /PRNewswire/ -- Lear Corporation a annoncé aujourd'hui l'ouverture officielle d'une nouvelle installation de matériel électronique à Rabat, au Maroc. Lear est un leader mondial en matière de systèmes de gestion électrique complets destinés à l'industrie automobile de partout dans le monde. Les connaissances de Lear en matière d'intérieur des véhicules ainsi que son expertise en intégration de systèmes représentent un atout dans la conception et la livraison de systèmes de distribution d'électricité à l'appui d'une vaste gamme de caractéristiques et de fonctionnalités des véhicules.

La nouvelle installation de Rabat fournira du matériel électronique de premier plan dans l'industrie, notamment des chargeurs de batterie et des modules de points d'accès à des constructeurs automobiles européens tels que BMW, Renault et Volkswagen. L'installation, qui occupe une superficie de 14 340 mètres carrés, compte actuellement 130 employés dont le nombre devrait passer à 230 d'ici la fin 2011. L'emplacement de l'installation facilite la livraison vers le marché européen, ce qui permet de réduire les délais et les coûts de livraison, tout en augmentant la souplesse et en accélérant la réponse aux préférences des clients. De plus, cette nouvelle installation se trouve à proximité d'autres usines européennes de Lear.

Lear est fière d'ouvrir une nouvelle usine électronique de calibre mondial qui contribuera à soutenir notre division de systèmes de gestion électrique , a affirmé Bob Rossiter, président-directeur général de Lear, tout en ajoutant, Etant donné la demande croissante sur la marché, nous nous consacrons à élargir nos capacités fondamentales de distribution et de gestion d'énergie .

Citation :
Lear Open Electronics Plant in Morocco

Slowly becoming a preferred destination for automakers and suppliers alike, mostly because of the low operating costs a business has in the country, Morocco was chosen by Lear as the place for its next electronics plant.

The supplier announced today that it had opened the doors of its new plant in Rabat. The 14,340 square-meter facility will be the workplace for an initial batch of 130 employees (that number will grow to 230 people by the end of 2011.

The facility will be in charge with manufacturing electronics (for example, battery chargers and gateway modules) for several major automakers, including BMW, Renault and Volkswagen. Aside for the unspoken financial advantages, says Lear, Rabat was chosen as the site for the new plant because of the proximity to the aforementioned manufacturers, which allows for ease of shipment.

"Lear is proud to open another world-class electronics plant to support our growing Electrical Power Management Systems business segment," said Bob Rossiter, Lear chief executive officer and president.

"With the increasing market need, we are focusing on expanding our core electrical power distribution and power management capabilities."

Separately, as do several other big businesses, Lear braces itself for the hit the rising cost of shipping components from Japan will cause. According to Rossiter, the higher freight costs, caused by the earthquake that hit Japan on March 11 and wreaked havoc in the automotive supply industry, might take their toll on the second-quarter earnings of the company.

"We are working with our suppliers and our customers to offset these costs," Rossiter added.
http://www.autoevolution.com/news/lear-open-electronics-plant-in-morocco-35365.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
atlasonline
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2009
Inscrit le : 23/05/2010
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mer 18 Mai - 18:12

LEAR corporation s'installe à Technopolis (Rabat) (en arabe)



_________________
السيسي عمهم و حارق دمهم
Revenir en haut Aller en bas
moroccan-soldier
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 429
Inscrit le : 25/02/2009
Localisation : Tetouan
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Sam 21 Mai - 20:35

Edit fahed64: Déja posté Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Cobrath
sergent
sergent


messages : 242
Inscrit le : 04/04/2009
Localisation : Paris / Bettana
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Sam 21 Mai - 21:12

Citation :
Le Maroc ambitionne d'attirer une centaine d'entreprises espagnoles d'industrie automobile d'ici 2015 (AMDI)

Madrid, 20/05/11 - Le Maroc ambitionne d'attirer une centaine d'entreprises espagnoles d'industrie automobile d'ici 2015, a indiqué le chef du département marketing stratégique-industrie à l'Agence marocaine de développement des investissements (AMDI), Mehdi El Khatib.


Le secteur de l'industrie automobile espagnole est appelé à jouer un "rôle important" au Maroc durant les prochaines années, notamment dans le volet des composantes automobiles, a-t-il souligné dans un entretien publié vendredi par l'agence de presse espagnole "EFE".
Il a relevé que le Royaume offre aux investisseurs espagnols dans ce secteur des avantages compétitifs par rapport à l'Europe, notamment des coûts bas en termes de production et de logistique, ainsi que des avantages fiscaux.
A partir du nord du Maroc, une entreprise peut avoir accès, dans un délai de deux à trois jours, à un marché de cinq millions de voitures produites au Portugal, en Espagne et en France, a-t-il expliqué.
Il a souligné, à ce propos, que le démarrage, en janvier 2012, de l'usine de Renault à Tanger pourrait accélérer l'implantation au Royaume de nouveaux investisseurs du secteur automobile.
El Khatib a relevé l'existence d'un "grand intérêt" accordé par de constructeurs automobiles internationaux au Maroc, faisant savoir que l'objectif du Royaume est d'attirer un deuxième constructeur après Renault.
Il a mis en relief les "forts investissements" réalisés par le Maroc autour de l'usine de Renault, notamment la création de deux parcs industriels intégrés à Tanger et Kénitra connectés à cette usine par l'autoroute et le réseau ferroviaire.

MAP
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3321
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Sam 21 Mai - 21:33

très intéressante cette idée d'attirer un deuxième constructeur au Maroc cela dopera la production d'une façon très importante qui se fera sentir très vite
je vois bien un autre constructeur européen et si c'est le cas j’espère qu'il sera allemand on connais tous ici la qualité et l'exigence des allemand qui est bien supérieur au autres pays grand producteur de voiture le coup de pub que cela fera pour le Maroc l'impact que cela aura après cela les constructeur se jetteront a nos porte sans avoir à aller les chercher !!! on ne verra surement pas mercedés ou BMW venir chez nous j'en doute fort mais audi et wolkswagen seraient parfait dans ce rôle c'est vraiment le moment pour un effet d'annonce qui se concrétise dans les 6 mois grand maximum après !!!

_________________
" les orphelins d'aujourd'hui seront les guerriers de demain !!! " GAZA
Revenir en haut Aller en bas
docleo
Colonel
Colonel


messages : 1536
Inscrit le : 03/09/2008
Localisation : de garde
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 2 Juin - 15:32

Citation :
Automobile
Renault : L'usine de Tanger mise en avant pour les choix verts

Carlos Tavarès remplace Patrick Pélatta. Les premières voitures électriques sur le marché dès juillet en Europe. L'usine de Tanger mise en avant pour les choix verts. 450 000 m² de panneaux photovoltaïques pour les usines parisiennes et normandes du groupe.


La multinationale automobile française a annoncé cette semaine la nomination d’un nouveau directeur général délégué en remplacement de Patrick Pélatta, Carlos Tavarès et le lancement d’un plan d’accroissement de l’usage des énergies renouvelables dans la suite de son usine « Zéro carbone » de Tanger. La commercialisation des premières voitures électriques a également démarré ce mois-ci avec un road show parti de l’Espagne et qui visitera huit autres pays européens d’ici la fin du mois de juillet. La commercialisation des premières voitures électriques de Renault interviendra dès le mois prochain sur les marchés européens.

Fortement ébranlé par le faux scandale d’espionnage qui a coûté son poste au numéro 2 du groupe Patrick Pélatta au début de cette année, le numéro 1 de Renault Carlos Ghosn vient coup sur coup d’annoncer une reprise en main personnelle de certains départements, dont celui des ressources humaines, et la nomination de Carlos Tavarès au poste de directeur général délégué. Tavarès était jusqu’à présent directeur des opérations Nissan Amériques. L’une des dernières sorties de Pélatta hors du siège de Renault à Boulogne-Billancourt était sa visite à Tanger en mars dernier pour l’inauguration de l’Institut de formation aux métiers de l’automobile implanté sur le site de Renault Tanger-Méditerranée à Melloussa.

Le faux scandale d’espionnage avait également fait trois victimes parmi l’encadrement supérieur du constructeur automobile. Ces personnes avaient été licenciées et dénoncées à la police avant que les plaintes ne soient retirées et des indemnités versées.

Renault compte également sur son projet photovoltaïque, « le plus grand du secteur automobile » pour améliorer son image et faire la preuve de ses engagements écologiques. Le constructeur prévoit la pose de 450 000 m2 de panneaux solaires –l’équivalent de 63 terrains de football- sur les toitures de ses usines françaises de Douai, Maubeuge, Flins, Sandouville et Cléon en banlieue parisienne et dans l’ouest français. Ce projet est mené avec la société Gestamp Solar, filiale de Gestamp Renewables. Renault met ce projet en rapport avec l’objectif de « zéro carbone » de l’usine de Tanger. Grâce à un ensemble de technologies et de choix qui font de la récupération de vapeur au recyclage des déchets, l’usine tangéroise sera la plus performante du groupe sur le plan de l’énergie et des émissions de carbone.

Le constructeur français est aujourd’hui présent dans 118 pays où il emploie un total de 121 000 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 39 milliards d’euros en 2010 et 2,6 millions de véhicules vendus.


Jamal Amiar. La Vie éco
www.lavieeco.com

2011-06-02
Revenir en haut Aller en bas
http://medecinsmaroc.xooit.com/index.php
docleo
Colonel
Colonel


messages : 1536
Inscrit le : 03/09/2008
Localisation : de garde
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Dim 5 Juin - 18:18

la 2eme est à combien?
Revenir en haut Aller en bas
http://medecinsmaroc.xooit.com/index.php
Northrop
General de Division
General de Division


messages : 4518
Inscrit le : 29/05/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Dim 5 Juin - 18:24

Il faut que je retrouve le magazine il est pomé chez mes parents..

Je vais le recuperer est te dire ca promis. Wink

_________________

الله الوطن الملك
Revenir en haut Aller en bas
docleo
Colonel
Colonel


messages : 1536
Inscrit le : 03/09/2008
Localisation : de garde
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Dim 5 Juin - 18:26

Merci bcp Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://medecinsmaroc.xooit.com/index.php
docleo
Colonel
Colonel


messages : 1536
Inscrit le : 03/09/2008
Localisation : de garde
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 7 Juin - 17:02

Citation :
INDUSTRIE AUTOMOBILE
LES ATOUTS DE LA PLATEFORME MAROC
80% DE LA PRODUCTION DÉDIÉE À L'EXPORT
INVESTISSEMENTS: 24,6 MILLIARDS DE DH EN 6 ANS
L'INGÉNIERIE ET LA CONCEPTION: LES MÉTIERS POINTUS À DÉVELOPPER


Les exportations, production et investissement observent un trend haussier depuis 2005. Leurs taux de croissance annuels respectifs sont de 20, 13 et 37,8%


L'industrie automobile a le vent en poupe. Le site Maroc se positionne désormais en plateforme régionale compétitive de production et d’exportation. Pour y arriver, une feuille de route industrielle dédiée à l’automobile a été mise en place par l’Etat.

Le site Maroc compte déjà trois zones industrielles majeures abritant les équipementiers automobiles. Il s'agit de Tanger free zone, Atlantic free zone et Tanger automotive city (TAC) sans oublier les zones de Nouaceur, Aïn Sebaâ et Bouskoura à Casablanca. "Le site de production Maroc est destiné principalement au marché international. Près de 80% de la production du secteur automobile est destinée à l’export. Pour le cas de Renault, plus de 90% de la production sera destinée au marché euro-méditerranéen", tient à préciser Ahmed Réda Chami, ministre du Commerce, de l'industrie et des nouvelles technologies (MCINT).

Globalement, le secteur a généré des investissements de l'ordre de 24,6 milliards de DH depuis 2005 (hors investissements de Renault-Tanger), soit un taux de croissance annuel moyen de 37,8%. Le Maroc abrite près de 160 entreprises spécialisées qui emploient quelque 51.827 personnes. Des ressources spécialisées principalement dans l'emboutissage, le câblage, verre, pièces plastiques, mécanique, électronique.

. En revanche, "nous devrons développer d'autres métiers plus pointus, notamment l'ingénierie et la conception", signale Mohamed Ouzif, directeur de l'Association marocaine pour l'industrie et le commerce automobile (Amica). Pour sa part, la fabrication de blocs moteurs requiert un volume de production beaucoup plus important et de lourds investissements.
Les accords de libre-échange qu'a conclus le Maroc avec l'UE, les Etats-Unis, la Turquie et l'accord Quadra ont permis au Royaume d'ouvrir son économie sur l'environnement régional et international. "Par ces accords, le Maroc offre une réelle opportunité pour les investisseurs désirant une meilleure fructification de leurs capitaux, une forte diversification de leurs marchés, tout en ayant la possibilité de garder leurs clients dans leur sphère d’influence", explique Chami. A titre d'exemple, l'implantation de l'usine Renault à Tanger a généré près d'un milliard d'euros. De plus, ce site contribuera au développement massif et accéléré de l'industrie automobile marocaine. Sur le plan local, l’impact de ce projet sera bénéfique pour l’ensemble du secteur. En effet, Renault n’est que la partie visible de l’iceberg. Plusieurs équipementiers de renom s’installent depuis un an au Maroc. 18 équipementiers de rang 1 et une trentaine de rang 2 sont déjà présents au Maroc pour fournir l'usine.

En fait, les exportations observent un trend haussier depuis 2005. Rien qu'en 2010, les exportations ont atteint près de 19 milliards de DH. En cumul, le taux de croissance annuel moyen est de 20,3% (depuis 2005). En volume, le Maroc devra produire près de 400.000 véhicules en 2015, dont 90% orientés vers le marché euro-méditerranéen. "Et ce n'est que le début", souligne Ouzif. Néanmoins, pour se positionner avec des pays tels que la Turquie (2 millions de véhicules produits), l'inde ou même la Chine (18 millions de véhicules), "le Maroc a du chemin devant lui", conclut le directeur de l'Amica.

Le développement des investissements dans l’industrie automobile a commencé à être perceptible à partir de la période 2003-2004. L’engouement pour TFZ (Tanger free zone), l’effet d’entraînement que suscite déjà l’usine de Renault et la dynamique enclenchée par le port de TangerMed ainsi que la visibilité qu’offre le plan Emergence… sont autant de facteurs qui expliquent les multiples investissements dans les équipements automobiles. Aujourd’hui, le pays suscite l’intérêt d’autres constructeurs et donneurs d’ordre internationaux. Des majors soucieux d’optimiser leurs coûts de production. Parmi ces derniers, l’on cite notamment PSA (Peugeot/Citroën), Volkswagen, BMW… C’est dire que le nouvel écosystème donne plus de crédibilité à la vocation industrielle du Maroc. Il devient un levier important qui positionne la plateforme sur le plan régional.

A terme, l’objectif est de se positionner dans un marché de 5 millions de voitures à portée logistique immédiate. Les exportations de voitures ont commencé avec la Logan en 2007. Elles ont concerné la France, l'Allemagne et l'Espagne. Les derniers marchés débouchés à l'export du Maroc sont l'Egypte et la Tunisie, mais les volumes sont encore faibles. Rien qu'en 2010, la Somaca a produit près de 50.000 véhicules, notamment les gammes Dacia Logan, Sandero et Sandero Stepway. Le plan de formation sectoriel dédié aux besoins de cette industrie concerne 70.000 nouveaux lauréats prévus pour 2015. Pour ce faire, le ministère de tutelle compte construire 4 instituts à travers le pays.

“Just in time”

Les atouts du site de production Maroc sont matérialisés de par sa position stratégique lui offrant une proximité géographique. D'ailleurs, le volet logistique est parmi les arguments forts qui déterminent l'acte d'investir. De plus, cette position est confortée par la réalisation du port TangerMed. Pour Ahmed Réda Chami, "l’expérience vécue par les entreprises installées à la zone franche de Tanger montre qu'elles travaillent avec 6 heures de stocks, alors que certaines unités s’engagent déjà sur des livraisons «Just in time» en Espagne et même en Grande-Bretagne".


Citation :
INDUSTRIE AUTOMOBILE
LES ÉQUIPEMENTIERS DANS LES STARTING-BLOCKS
PLUS DE 200 ENTREPRISES ATTENDUES
ELLES FOURNIRONT 28 SITES D’ASSEMBLAGE DE L’EUROPE DU SUD
TANGER ET ATLANTIC FREE ZONE, TAC, USINE RENAULT-NISSAN… LES SITES DE PRODUCTION


L’Etat a mis en place des plateformes intégrées (P2I), dédiées à l’automobile, dans les principales régions du pays. Il s’agit de l’extension de la zone franche de Tanger sur 100 hectares, la réalisation d’Atlantic free zone à Kénitra (345 ha) et Tanger automotive city (TAC) sur 260 ha (Ph. Archives)


Câblage, emboutissage, châssis… l’offre et la cartographie industrielle Maroc se développe par la consolidation et la densification des équipementiers. «Nous avons suivi une analyse basée sur 4 groupes fonctionnels: châssis, moteur, intérieur et extérieur du véhicule, comportant 22 modules. A terme, nous comptons disposer d’une carte industrielle automobile avec plus d’une dizaine de modules et une quinzaine de spécialités», annonce Ahmed Réda Chami, ministre du Commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies.

L’enjeu est de taille! Des opérateurs majeurs de l’industrie automobile se disputent la destination Maroc pour initier de nouveaux flux d’affaires. Lear, Sumitomo, Denso, Faurecia.

. Plus de 200 entreprises comptent délocaliser leur savoir-faire et transférer leur technologie au Maroc. Dans ce contexte, l’Etat devrait, non seulement, attirer de nouveaux investisseurs mais également les retenir et les fidéliser. D’où la mise en place de plateformes intégrées (P2I), dédiées à l’automobile, dans les principales régions du pays. Aujourd’hui, elles sont au nombre de trois. Il s’agit de l’extension de la zone franche de Tanger sur 100 hectares, la réalisation d’Atlantic free zone à Kénitra (345 ha) et Tanger automotive city (TAC) sur 260 ha.

La zone franche de Tanger abrite déjà plus de 500 entreprises de différents secteurs, notamment celles spécialisées dans l’automobile. Une partie de cette zone (60 ha) est réservée aux équipementiers et à Renault-Nissan en particulier. Quant à Atlantic free zone (AFZ) et Tanger automotive city (TAC), leurs livraisons sont prévues en 2015 et 2019.

Au lendemain des 2e Assises de l’industrie (5 mai 2011), le département de l’Industrie a procédé au lancement de la première tranche (47 ha) de la plateforme intégrée TAC. A terme, le projet verra la création de 15.000 emplois et plus de 8 milliards de DH d’investissements. Le chiffre d’affaires prévisionnel annuel est de 15 milliards de DH.

Dans sa globalité, le projet s’étale sur une superficie de 260 ha. Il sera aménagé en deux phases. La première porte sur une superficie brute totale d’environ 130 ha, pour 2014, dont la première tranche de 47 ha déjà lancée. Cette dernière sera achevée vers fin 2012. La deuxième phase, d’une superficie brute de 130 ha, sera lancée courant 2015. Une superficie de 178 ha en zone franche est dédiée à l’automobile et une partie en zone libre. Elle sera dédiée aux activités industrielles, logistiques et de services liés à l’industrie (10 ha). Cette plateforme a une capacité d’accueil de 200 équipementiers et 100 entreprises spécialisées dans l’industrie automobile.

Le lancement de Tanger automotive city vient à point nommé. La plateforme accompagnera le développement du projet Renault à Tanger. Elle favorisera le regroupement d’équipementiers de rangs 1, 2 et 3, sous-traitants et services. L’idée est donc de s’appuyer sur les synergies et complémentarités avec les autres filiales de TMSA. Autre enjeu majeur: attirer des équipementiers fournisseurs des 28 sites d’assemblage de l’Europe du Sud.
Pour sa part, la zone franche de Kénitra a été lancée en avril 2010. La première tranche de 192 ha sera achevée vers fin 2011. Une 2e phase de 152 ha bruts sera livrée au cours du 1er trimestre 2015. A peine lancée, la partie zone franche de la plateforme industrielle intégrée de Kénitra attire déjà des investisseurs.

Deux équipementiers ont récemment annoncé leur implantation. Il s’agit du japonais Fujikura (câblage électrique) et du français Saint-Gobain (spécialiste de pare-brise).

Par ailleurs, la finalisation de l’usine Renault à Tanger-Melloussa constitue un tournant dans l’industrie automobile nationale, en érigeant le Maroc en tant que pays constructeur et hub régional. En tout cas, les équipementiers sont dans les starting-blocks. A ce jour, 18 équipementiers de rang 1 et une trentaine de rang 2 sont déjà installés au Maroc. D’autres viendront renforcer le tissu industriel et permettront d’accroître l’intégration locale. «Le nombre dépendra de la compétitivité technico-économique des nouveaux fournisseurs», précise Michel Faivre-Duboz, DG du groupe Renault Maroc. Quant au rythme de production de la plateforme, il se veut progressif. A terme, l’unité de Tanger-Melloussa produira 340.000 unités. Les produits qui sortiront de l’usine seront de la gamme entry badgés sous les marques Dacia ou Renault, selon les marchés où ils seront exportés.

Formation

Outre le renforcement des structures et plateformes, le volet formation et qualification des ressources humaines fait également partie des priorités du ministère du Commerce et de l’Industrie. La stratégie mise en place par la tutelle prévoit la construction de 4 instituts de formation aux métiers de l’automobile, soit 2 à Tanger, 1 à Casablanca et 1 à Kénitra. Cette initiative est accompagnée par des partenaires internationaux de formation. Les entreprises bénéficieront d’avantages fiscaux et aides financières directes durant les 3 premières années. C’est dans cette optique que Renault a inauguré en avril dernier son institut de formation, issu d’un partenariat public-privé. L’institut devrait assurer la formation des opérateurs, techniciens et cadres de l’usine de Renault à Melloussa ainsi que ceux des fournisseurs du constructeur. Il devrait accueillir 250 stagiaires.

Citation :
RENAULT: DES SYNERGIES DÉPLOYÉES ENTRE TANGER ET SOMACA
ENTRETIEN AVEC MICHEL FAIVRE-DUBOZ, DG DE RENAULT MAROC
170.000 UNITÉS À PRODUIRE EN 2013
LE CHOIX DES FOURNISSEURS REPOSE SUR DES STANDARDS DE RENAULT-NISSAN PURCHASING ORGANIZATION

«Des opportunités de synergie s’offrent à Renault et Somaca pour travailler ensemble, il faut les saisir!», insiste Michel Faivre-Duboz, DG du groupe Renault Maroc
(Ph. Renault Maroc)

- L'Economiste: Quel sera le volume à l'export durant la 1re année pleine de Renault Tanger?
- Michel Faivre-Duboz: Pour la première année pleine (2013), nous aurons la capacité de produire jusqu’à 170.000 véhicules dont près de 90% seront exportés. A terme, nous produirons jusqu’à 340.000 véhicules par an selon la demande commerciale. Le taux d'exportation dépendra de l'attractivité des produits fabriqués sur le marché marocain sans toutefois être inférieur à 85%. Nous comptons commercialiser une partie de la production de l’usine de Tanger sur le marché marocain. Il y aura, de façon logique, toujours un flux de commercialisation vers le Maroc.

- Une production de Nissan est-elle envisagée à terme?
- L’usine de Tanger est un investissement de l’alliance Renault-Nissan. La crise a éloigné temporairement Nissan, qui s’est concentrée sur l’usine de Chennai en Inde, ainsi que sur d’autres projets en Chine. A terme, comme l’a confirmé Nissan, elle reviendra sur Tanger, en fonction des conditions économiques.

- Comment se fait la sélection de vos fournisseurs?
- Le choix des équipementiers fournisseurs ne se fait pas à l'aveuglette. Ils sont sélectionnés suivant des règles et standards établis par Renault-Nissan Purchasing Organization (RNPO), en fonction de critères précis dits QCD (Qualité, Coût, Délai). La sélection recouvre l’examen des compétences techniques, de conception, de fabrication et de logistique. D’autres critères comme la solidité financière, la capacité d’investissement et le potentiel d’innovation sont également pris en compte. Ces standards sont exigés au Maroc comme partout ailleurs où les usines Renault-Nissan sont présentes.

- Quelles sont les synergies qui vont être développées entre Somaca et l'usine de Tanger?
- Le projet de Tanger a été mis en place pour avoir un site «pieds dans l’eau», obtenu grâce à la réalisation du port de TangerMed et à son implantation sur une zone franche. Le site de Casablanca répond aux besoins du marché local et étranger. Somaca continuera son activité après le démarrage du projet de Tanger. Il est d'ailleurs inscrit, depuis plus de 2 années, dans un projet d’excellence Qualité qui connaît une évolution positive. Les deux sites travaillent déjà ensemble sur plusieurs projets. A titre d’exemple, plusieurs nouvelles recrues de Tanger passent leurs stages d’immersion à Somaca. Des collaborateurs expérimentés dans différents métiers de la fabrication à Somaca se déplacent régulièrement à Tanger pour apporter leur savoir-faire aux équipes. Dans les deux cas, les sites de Tanger et Somaca reçoivent des renforts de la part des directions centrales de Renault afin de converger vers les meilleurs standards communs en performance QCD. Des opportunités de synergie s’offrent aux deux sites pour travailler ensemble, il faut donc les saisir!
Propos recueillis par
Mohamed AZMANI
http://www.leconomiste.com/article/883996-industrie-automobilebrles-atouts-de-la-plateforme-maroc
http://www.leconomiste.com/article/883998-industrie-automobilebrles-equipementiers-dans-les-starting-blocks
http://www.leconomiste.com/article/883997-renault-des-synergies-deployees-entre-tanger-et-somacabrentretien-avec-michel-faivre-
Revenir en haut Aller en bas
http://medecinsmaroc.xooit.com/index.php
moroccan-soldier
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 429
Inscrit le : 25/02/2009
Localisation : Tetouan
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 7 Juin - 18:04

Citation :
Deux fabricants espagnols de composants automobiles comptent s'installer à Tanger

Madrid, 7/06/11- Deux sociétés espagnoles comptent s'installer prochainement dans la zone franche de Tanger à travers la mise en place de deux unités de fabrication de composants automobiles, dans le cadre d'une joint-venture.
L'équipementier "CIE Automovile" et du groupe "Hispamoldes", spécialisé dans l'injection plastique, viennent de signer un accord pour la création d'une entreprise commune dans le domaine de la fabrication de composants automobiles, dont deux à Tanger.

Selon un communiqué de "CIE Automovile", la première unité, dont l'ouverture est prévue lors de l'année en cours, sera spécialisée dans la réalisation de pièces plastiques par procédé d'injection, ajoute la même source, précisant que ce projet, dont le montant d'investissement s'élève à 1,1 millions d'euros, est conçu pour être respectueux de l'environnement et participer au développement durable.

La deuxième unité, qui sera dédiée à la fabrication et à l'entretien de moules d'injection, sera mise en place avant la fin de l'année en cours dans la zone franche de Tanger qui constitue un "pole industriel reconnu" au plan international, souligne la société espagnole.

Créée en 2002, "CIE Automovile" est une société spécialisée dans le développement, la fabrication et la vente de composants automobiles et la fabrication de biocombustibles.

De son côté, "Hispamoldes", créée en 1984, est une référence internationale dans la conception, le développement, l'innovation et la fabrication de moules d'injections et de pièces plastiques, principalement, pour le secteur de l'automobile.

MAP
Revenir en haut Aller en bas
Cobrath
sergent
sergent


messages : 242
Inscrit le : 04/04/2009
Localisation : Paris / Bettana
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 9 Juin - 11:46

Citation :
PSA prévoit de fermer deux sites en France, selon la CGT



Selon un document interne du syndicat, les deux sites visés sont ceux d'Aulnay-sous-Bois et de Sevelnord. Leur fermeture pourrait menacer 6.200 emplois indique la CGT. "Pas d'actualité" pour la direction du groupe


Le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën prévoit de fermer son site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) "courant 2014" et celui de Sevelnord (Nord) en 2013, menaçant 6.200 emplois, selon un document interne du groupe présenté à la presse jeudi 9 juin par la CGT.
Au cours d'une conférence de presse, la CGT a ajouté que "plusieurs centaines d'emplois étaient menacés sur le site de Madrid" également. La direction de PSA Peugeot Citroën a rétorqué jeudi que la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois "n'est pas un sujet d'actualité", affirmant que ce document interne, vieux de près d'un an, n'avait pas valeur de décision.
"Un plan scandaleux, révoltant"

Bruno Lemerle, représentant de la CGT au CCE central et au comité de groupe européen, a reproché à la direction de leur avoir "menti depuis des années". "On va demander des comptes", a-t-il prévenu.

De son côté, Jean-Pierre Mercier, délégué syndical à Aulnay, a dénoncé un "plan scandaleux, révoltant". "On va sacrifier Aulnay pour surexploiter les usines de Poissy (Yvelines) et Mulhouse, et développer le low cost", a-t-il dit.

Selon la note de stratégie présentée par la CGT, la Turquie, le Maroc et les pays d'Europe centrale et orientale sont cités parmi les pays susceptibles d'accueillir de nouveaux sites. La CGT a annoncé qu'elle demanderait la convocation d'un CCE extraordinaire.

(Challenges.fr)
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur


messages : 14775
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 9 Juin - 15:13

Cobrath a écrit:
Citation :
PSA prévoit de fermer deux sites en France, selon la CGT



Selon un document interne du syndicat, les deux sites visés sont ceux d'Aulnay-sous-Bois et de Sevelnord. Leur fermeture pourrait menacer 6.200 emplois indique la CGT. "Pas d'actualité" pour la direction du groupe

(Challenges.fr)

Citation :

PSA dément la fermeture d'Aulnay

AFP Avec Reuters
09/06/2011 |

Le groupe automobile PSA Peugeot Citroën assure que la fermeture de son site d'Aulnay (Seine-Saint-Denis) n'est pas d'actualité, après la présentation par la CGT d'un document interne le laissant penser.

Malgré cette réaction, le syndicat s'est dit convaincu que le constructeur français voulait fermer l'usine, dont la production et les effectifs ont fondu ces dernières années. "On est convaincu que PSA a programmé la fermeture de l'usine d'Aulnay", a dit Jean-Pierre Mercier, délégué CGT, qui travaille sur le site. "On n'est pas du tout rassuré par la réponse du groupe : ils nous ont menti depuis des années et ils vont continuer à nous mentir jusqu'au bout."

Selon lui, l'usine produisait plus de 400.000 véhicules au milieu des années 2000 contre moins de 200.000 l'an dernier. Dans un communiqué, le constructeur automobile déclare : "PSA Peugeot Citroën tient à affirmer que la fermeture du site d'Aulnay n'est pas un sujet d'actualité". "Le document diffusé ce jour par la CGT est un document préparatoire datant d'il y a près d'un an sur la compétitivité industrielle à long terme du groupe en Europe. Il ne constitue en aucun cas un relevé de décisions", poursuit-il.

PSA souligne que l'usine d'Aulnay produit la C3, le véhicule Citroën le plus vendu avec 310.000 exemplaires l'an dernier. A propos du document interne présenté par la CGT, il ajoute qu'"anticiper sur ces sujets dans le contexte de crise qui était celui de l'industrie automobile à l'été 2010 était, et reste, du devoir de la direction générale".
PSA annonce la convocation d'un comité centrale d'entreprise exceptionnel pour une mise au point sur ce sujet, et souligne "qu'il produit en France près de deux fois plus de véhicules qu'il n'en vend et 85% de ses moteurs".

_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 9 Juin - 15:18

a mon avis la fetmeture ou non,est independante de ses plans d´expansion,donc on reste sur les plans,faudra seulement trouver la bonne vaseline..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Viper
Modérateur
Modérateur


messages : 7644
Inscrit le : 24/04/2007
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 9 Juin - 15:32

Franchement je préfère VW s'intalle à leur place...

_________________
Gloire à nos aïeux  

Revenir en haut Aller en bas
ScorpionDuDesert
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 446
Inscrit le : 15/08/2010
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 9 Juin - 15:35

Ayant vu les résultats (que je ne peux partager) de ce site, je peux vous dire les conséquences étaient attendues. Les employés (maghrébin pour la majorité) en sont responsable allah ihdihoum. le site fermera un jour ou l'autre Rolling Eyes

Produire au Maroc n'est pas d'actualité (PSA). wait & see.

yaku, on a passé l'étape sous-traitance & délocalisation de production, le plan qu'il faut se tracer est de lancer une marque national de voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages : 12861
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 9 Juin - 15:41

Viper a écrit:
Franchement je préfère VW s'intalle à leur place...

Pas forcement, VW c'est pour du low cost aussi. Les allemands produisent tout leur gros model et best seller at home. Y'a qu'à voir le nombre d'usine du groupe VW en Allemagne. J'avais eu entre les main un document ultra intéressant. Le complexe de Wolfsbourg produit à lui seul 800 000 véhicule/ an toute voiture confondu Shocked

Les allemands viendront chez nous que pour du low cost

Citation :
yaku, on a passé l'étape sous-traitance & délocalisation de production, le plan qu'il faut se tracer est de lancer une marque national de voiture.

Ah bon? Avec quel marché? 130 000 véhicule/an Rolling Eyes Qui va les acheté tes voitures. Tu sais qu'il suffit d'une rumeur chez nous pour ruiner une marque ou un produit....

De plus le marché est saturé. Il a pour caricaturé deux type de consommateur. Celui qui achète Logan car pas chère utile pratique etc. Et les autre qui achètent à l'occidentatl (Fiesta, Golf, Méganne etc)

On va se place ou sur le marché? Quel offre? concurrencé le low cost? Il y'a déjà Dacia, Hyundai et Kia pour sa ....


De plus l'usine SOMACA est catastrophique niveau process. On a pas encore les épaule ni le marché pour pouvoir rêver je dis bien rêver d'une marque national.
Restons les pied sur terre, l'usine Renault n'est même pas encore fini et il y a du retard (j'ai rencontré des français qui travaillent sur le chantier à Tanger en prenant l'avion Mardi), les con avaient pas pris en compte les forte pluie qu'il y a dans le nord du Maroc clown

Une fois celle ci lancé il faudra 5 ans au moins pour pouvoir dire que l'on maîtrise le process auto et encore. Ces personnes formés ne quitterons pas Renault pour aller travailler je ne sais ou Rolling Eyes

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Aujourd'hui à 20:41

Revenir en haut Aller en bas
 
L'industrie automobile au Maroc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 40Aller à la page : 1, 2, 3 ... 20 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quel avenir pour le F910 & le F911 ???
» Obtention du visa et la durée pour quitter le Maroc???!!!!
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?
» Bricks au thon (Maroc)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: