Une bouffée d’oxygène vitale pour MiG