Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Renseignement & Espionnage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17000
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Renseignement & Espionnage   Mar 15 Mar 2016 - 17:28

Citation :
Les logiciels espions du renseignement allemand


Stratégie et politique 15 mars 2016


Alors que l’opinion allemande s’était émue de l’opération d’espionnage de la NSA qui avait ciblé le téléphone portable d’Angela Merkel, le porte-parole du ministère de l’Intérieur a confirmé que les services de renseignement allemands étaient désormais autorisés à infecter le matériel informatique ou téléphonique d’un suspect, grâce à des « chevaux de Troie », pour surveiller ses communications. Baptisé Bundestrojaner, ce spyware aurait été réalisé par le groupe Finfisher Gamma international, spécialisé dans la surveillance des opposants politiques.

Cette pratique, encadrée par la cour constitutionnelle, ne serait autorisée qu’avec le consentement d’un juge et dans l’hypothèse où la sécurité de l’Etat ou la vie d’individus venaient à être menacées. Pourtant le porte-parole du fameux groupe de hackers berlinois, Chaos Computer Club (CCC), Frank Rieger, a rappelé que le gouvernement allemand avait déjà utilisé secrètement ce type de logiciels espions depuis 2008, baptisé à l’époque « Quellen TKÜ », avant que le CCC ne le découvre. Cette révélation avait provoqué un scandale politique majeur.

Si, à l’époque, chaque version était unique et adaptée à chaque cible, le produit de Finfisher Gamma exploiterait des vulnérabilités communes à tous les systèmes. Ces spywares sont capables de télécharger les données personnelles d’un suspect et d’y installer d’autres programmes destinés à piloter à distance ordinateurs et smartphones.

Mais, selon Rieger, le flou le plus total planerait sur la notion de « sécurité de l’Etat ». Celle-ci se limite-t-elle aux actions terroristes ou d’espionnage, ou s’étend-elle jusqu’à la notion de « sécurité économique » ?… Un concept inventé par les Allemands lors de la Première Guerre mondiale.

http://www.ttu.fr/logiciels-espions-renseignement-allemand/
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Commandant
Commandant


messages : 1168
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume des lumières
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Renseignement & Espionnage   Dim 22 Mai 2016 - 23:11


_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division


messages : 6778
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Renseignement & Espionnage   Mar 24 Mai 2016 - 0:51

Vois ci les 3 videos spy master cia in the crosshairs





Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17000
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Renseignement & Espionnage   Jeu 21 Juil 2016 - 21:06

Citation :
Nouveau scandale d’espionnage en Russie


21 juillet 2016/ Actualité Stratégie et politique


Les autorités russes ont rendu public un nouveau cas d’espionnage avec l’interpellation musclée du troisième secrétaire de la section politique de l’ambassade américaine à Moscou, Daniel Van Dyken. Selon les Russes, Van Dyken, qui serait un officier de la CIA, revenait d’un rendez-vous avec un informateur. Au-delà de la polémique sur les conditions de l’interpellation, c’est le dixième officier de la CIA en poste à Moscou dont les Russes dévoilent l’identité depuis trois ans !

Moscou paraît être revenu à une pratique très simple. Jusque 2002, les autorités russes continuaient de rendre publiques les interpellations d’informateurs de la CIA ou les expulsions de leurs officiers traitants. Puis la presse ne fut plus abreuvée de « scandales ». Exemple, TTU a appris qu’un officier de la CIA sous couverture diplomatique avait été expulsé pour espionnage en 2004, sans que rien ne filtre.

Depuis 2010, le FSB (contre-espionnage russe) a recommencé à distiller ses succès dans la presse, qu’il s’agisse des condamnations d’officiers de la Police, du FSB, ou du GRU fournissant des informations à Langley, ou de l’identité de certains opérateurs de la CIA sous couverture diplomatique à Moscou.

Les autorités russes ne font que reprendre les méthodes utilisées du temps de l’URSS : les scandales d’espionnage étaient soigneusement oubliés quand Russes et Américains s’entendaient bien, pour être rendus publics lors d’une dégradation des relations diplomatiques. Ainsi, quand Washington annonça l’expulsion d’une quarantaine de diplomates russes en 2001, Moscou en profita pour dévoiler le nom du chef de station adjoint de la CIA. Une publication russe spécialisée sur les questions de Défense poussa même le luxe jusqu’à dévoiler le nom du chef de station, Mark Kelton.

Autre raison de ce déballage : la montée en puissance des activités des services de renseignement en direction de la Russie. La doctrine militaire russe remise à jour en décembre 2014 considère désormais l’activité des services de renseignement étrangers contre la Russie comme une menace pour la souveraineté du pays. Rendre publics les noms des officiers traitants et souligner les échecs de l’adversaire devrait « refroidir » l’adversaire, pense-t-on à Moscou.

Parfois, Moscou dévoile les noms d’officiers traitants adverses, sans les expulser, comme ce fut le cas en 2006 pour quatre membres du MI6 britannique en poste à Moscou. A quoi bon les expulser ? Autant les laisser travailler à l’ambassade, ils sont désormais « carbonisés », grillés, identifiés du grand public, ils ne pourront plus faire de dégâts. Alors que si on les expulsait, tout serait à recommencer avec leurs successeurs.

Mais l’utilisation des médias pour « humilier » les services secrets adverses ne sont pas l’apanage des seuls Russes : le FBI a rendu publics ses succès et à la mi-2014, le Nouvel Observateur publiait (avec le soutien de la DCRI) un dossier extrêmement bien documenté sur les activités du SVR et du GRU en France, multipliant exemples, faits, dates et opérations des services secrets russes contre la France. Plus récemment, la presse espagnole a révélé que, grâce au colonel Poteyev (haut responsable du département des illégaux du SVR qui a fait défection au profit des américains en 2010), un illégal avait été identifié en Espagne et surveillé par le contre-espionnage local. Faute de preuves, il avait pu rentrer à Moscou.

http://www.ttu.fr/nouveau-scandale-despionnage-russie/
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1474
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Renseignement & Espionnage   Sam 3 Sep 2016 - 21:59

Citation :

Les confessions d’un maître de l’espionnage français

C’est une intrusion inespérée dans un monde interdit aux regards extérieurs, celui du renseignement et des guerres secrètes. Face aux élèves de l’école d’ingénieurs CentraleSupélec, dont il est issu, Bernard Barbier, l’un des personnages les plus importants de l’espionnage français des dix dernières années, a levé le voile sur des mystères qu’on pensait insolubles. Au cours de cette causerie, il a ainsi fait œuvre de transparence sur certaines des principales affaires d’espionnage récentes ayant touché la France. Il a brisé des tabous, notamment en relatant l’attaque chinoise sur Areva et en confirmant la responsabilité de la France derrière une attaque informatique mondiale détectée par les services canadiens.

M. Barbier, qui fut de 2006 à 2014 l’homologue du directeur de l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine, en tant que chef de la direction technique de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), a commencé sa carrière au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Au sein de la DGSE, il obtient, en 2008, une enveloppe de 500 millions d’euros et 800 nouveaux postes pour l’une des plus formidables révolutions du renseignement français : créer un système de collecte massive de données replaçant la France dans la course à l’espionnage moderne.

De façon surprenante, le contenu de son intervention, faite en juin sur le campus de l’école à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine) et dont nous avons pu consulter l’enregistrement filmé, n’a eu aucun écho public. En revanche, le milieu du renseignement et sa principale figure, Bernard Bajolet, le chef de la DGSE, ont eu tout l’été pour s’offusquer de ces déclarations qui montrent, sans doute, que les vrais secrets ne sont peut-être pas là où l’on croit. Extraits choisis.

A ce jour, il ne s’agissait que de soupçons. Les Américains auraient pu jouer un rôle dans le piratage, découvert entre les deux tours de l’élection présidentielle, en mai 2012, des ordinateurs des collaborateurs du chef de l’Etat français, alors Nicolas Sarkozy. Une note interne de la NSA, dévoilée par Le Monde à l’automne 2013 et préparant la visite, le 12 avril 2013, de deux hauts responsables français, dont M. Barbier, venus demander des comptes aux Américains, orientait plutôt les soupçons vers les services secrets israéliens…

« Le responsable de la sécurité informatique de l’Elysée était un ancien de ma direction à la DGSE, relate M. Barbier. Il nous a demandé de l’aide. On a vu qu’il y avait un “malware” [logiciel malveillant] qui avait une signature identique à celui que nous avions identifié lors d’une attaque contre la Communauté européenne en 2010. Il n’y avait que les Américains et les Russes qui avaient pu faire cette première opération. En 2012, nous avions davantage de moyens et de puissance techniques pour travailler sur les métadonnées. J’en suis venu à la conclusion que cela ne pouvait être que les Etats-Unis.

Ce malware avait aussi attaqué d’autres pays avec une méthode révolutionnaire qu’a révélée, en 2013, Edward Snowden : la “quantum attack”. Quelqu’un de l’Elysée allait sur Facebook, mais au lieu d’aller directement sur le serveur du réseau social, cette consultation était interceptée par une machine de la NSA qui répondait à la place de Facebook (…), lui permettant d’entrer dans votre ordinateur. Ce malware trouvait la faille et permettait de prendre le contrôle de votre ordinateur.

J’ai reçu l’ordre du successeur de M. Sarkozy d’aller aux Etats-Unis les engueuler. Ce fut le 12 avril 2013 et ce fut vraiment un grand moment de ma carrière professionnelle. On était sûrs que c’était eux. A la fin de la réunion, Keith Alexander [directeur de la NSA de 2005 à 2014], n’était pas content. Alors que nous étions dans le bus, il me dit qu’il est déçu car il pensait que jamais on ne les détecterait. Et il ajoute : “Vous êtes quand même bons.” Les grands alliés, on ne les espionnait pas. Le fait que les Américains cassent cette règle, ça a été un choc.
Quand Le Monde s’apprêtait à publier le document interne de la NSA préparant notre visite du 12 avril 2013, j’ai demandé à mon correspondant de la NSA à Paris de m’en donner une copie. Il me répond qu’il ne peut pas, car le niveau de secret de la note est tel que seul le président Obama peut le déclassifier. J’ai réagi en disant que dix millions de Français allaient lire cette note alors que je n’y ai pas accès. Je l’ai finalement eue un jour avant sa publication. »

Babar ou la fin d’un secret d’Etat

En 2013, Le Monde publie une note dévoilée par Edward Snowden révélant que les services secrets canadiens suspectent leurs homologues français d’être derrière une vaste opération de piratage informatique lancée en 2009. Si l’attaque vise une demi-douzaine d’institutions iraniennes liées au programme nucléaire de ce pays, elle cible également le Canada, l’Espagne, la Grèce, la Norvège, la Côte d’Ivoire, l’Algérie et même certains objectifs en France. Sur ses auteurs, les Canadiens restaient flous : « Nous estimons, avec un degré modéré de certitude, qu’il s’agit d’une opération sur des réseaux informatiques soutenue par un Etat et mise en œuvre par une agence française de renseignement. » Du côté français, silence absolu. Paris admet s’être doté de capacités défensives, mais dément toute activité offensive, un tabou. Jusqu’au récit de M. Barbier.

« Les Canadiens ont fait du “reverse” [remonter la trace informatique] sur un malware qu’ils avaient détecté. Ils ont retrouvé le programmeur [le codeur] qui avait surnommé son malware “Babar” et avait signé “Titi”. Ils en ont conclu qu’il était français. Et effectivement, c’était un Français (…). On a franchi un seuil énorme entre 1990 et 1995 quand on a acheté un supercalculateur américain Cray. On s’est aperçu qu’avec une très grande puissance de calcul, on pouvait casser les mots de passe.

On a commencé à faire du hacking en 1992. J’ai monté les premières équipes de hacking étatique, les premiers soldats de la cyber-armée française. Les meilleurs n’ont pas de formation universitaire. Ce n’est pas un problème de connaissance, c’est un problème de cerveau. C’est quelqu’un qui, à partir de 15-16 ans, a commencé à bidouiller. Il va trouver des choses et donc des failles. Aujourd’hui, ce n’est pas 100 personnes qu’il faudrait recruter, il en faut 200 à 300. »
La fusion de la DGSE et de son homologue allemand, le BND
M. Barbier ne s’est pas contenté de relater des opérations. Il a également évoqué la frilosité du pouvoir politique face à ses propositions visant à répondre plus efficacement aux nouvelles menaces, et notamment son projet audacieux esquissant un embryon de renseignement européen.

« Il est impossible de construire un seul service de renseignement européen avec vingt-huit pays qui n’ont pas les mêmes moyens ni la même culture. Les meilleurs, par rapport à leur nombre d’habitants, ce sont les Suédois. Les Italiens sont mauvais. Les Espagnols sont un peu mieux, mais n’ont pas de moyens. Et les Britanniques, avec 6 500 agents au sein du GCHQ [le renseignement électronique britannique], sont forts, mais sont-ils européens ? Et la France est la première force de renseignement technique en Europe continentale.

Restent les Allemands, qui sont de solides partenaires. J’ai beaucoup travaillé avec eux, à la fois en transmettant notre savoir-faire mais aussi en leur apportant des moyens techniques. Les ingénieurs allemands et français travaillent très bien ensemble. En revanche, l’ingénieur britannique avec l’ingénieur français, c’est compliqué.
Pour être plus efficaces, j’ai dit aux politiques en France qu’il fallait fusionner le BND [le Service fédéral allemand de renseignement] et la DGSE. C’est la seule solution. Cela ferait un service de 15 000 personnes. La NSA compte 60 000 personnes, et la direction technique de la DGSE, seule, c’est 3 000 agents. Mais les politiques français n’ont jamais donné suite. »

Une révolution dans le secret de la DGSE

Au cours de son exposé, Bernard Barbier a illustré le rôle primordial joué désormais par la direction technique dans la lutte contre les milieux djihadistes et l’espionnage moderne.
« Pour avoir du renseignement humain sur les réseaux djihadistes, c’est quasiment impossible. Leurs membres [de ces réseaux] ne travaillent qu’avec des gens qu’ils connaissent. Dans la direction, on était déjà bien conscient en 2012 que des Français voulaient revenir faire le djihad en France. A plusieurs reprises, en 2013, mes équipes m’avaient déjà fait écouter des interceptions de Français de Syrie parlant à leur famille ou à des proches, en évoquant clairement leur projet de venir en France (…).

J’ai réussi à convaincre le service “action” de travailler avec ma direction technique lors d’une première opération conjointe en juillet 2010 sur une équipe qui voulait faire sauter l’ambassade de France à Nouakchott, en Mauritanie. On a montré aux militaires que, grâce aux satellites, on pouvait faire une maquette 3D de leur lieu d’intervention [le campement djihadiste] au milieu de dunes, et donc leur permettre de choisir virtuellement leur chemin. Ils les ont éliminés à leur réveil.
Cette collaboration a été une vraie révolution au sein de la DGSE. Pour moi, en tant qu’ingénieur, c’était fondamental. Pour les commandos, faire venir des gens d’autres services avec eux, c’était une révolution. Car leur règle absolue, c’est : “Je fais tout moi-même.” En guise de remerciement pour le succès de l’opération, le chef du service action m’a offert une des kalachnikovs prises aux djihadistes. »

Edward Snowden, « un traître qui nous a plutôt aidés »

Enfin, interrogé sur le lanceur d’alerte le plus connu de l’histoire du renseignement, M. Barbier a apporté une nuance inattendue au discours officiel tenu habituellement sur Edward Snowden, soulignant les services rendus à la France.

« Pour moi, Snowden est un traître à son pays, mais il n’a rien à voir avec Julian Assange [fondateur de WikiLeaks]. Les Américains ont fait de Snowden, contractuel extérieur de la NSA, un administrateur système. Alors que ceux qui font ce métier à la DGSE sont des fonctionnaires qui ont entre quinze et vingt ans d’ancienneté. La probabilité d’avoir un Snowden en France est très faible. Snowden a montré que l’espionnage entre alliés existait et que le matériel était piraté par les Américains comme celui vendu par l’entreprise Cisco, ce qui pose un problème d’indépendance pour la technologie. A ce titre, Snowden nous a plutôt aidés. »
http://zinc.mondediplo.net/messages/36006

_________________
“L'art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste.”. Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Renseignement & Espionnage   Aujourd'hui à 3:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Renseignement & Espionnage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» renseignement poussette
» Renseignement sur métiers divers
» fiche des renseignement
» besoin de renseignement
» Help, renseignement sur Maclaren!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: