Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'armée de Madagascar.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Dim 22 Juil 2012 - 18:30

Citation :
Mutinerie à Madagascar: Un Caporal Bloque L’aéroport D’Antananarivo



Les coups de feu ont commencé à retentir vers 6 heures du matin. Depuis 10 heures, la situation est calme, quelques tirs très sporadiques ont été entendus mais il n’y a aucun mouvement aux abords du camp du 1er régiment des forces d’intervention, unité d’élite de l’armée.

Des négociations sont en cours avec les mutins, selon le ministère des Forces armées.
Le camp, qui se trouve à côté de l’aéroport international d’Ivato est encerclé, des barrages légers limitent l’accès des véhicules à environ un kilomètre à la ronde.

À la tête de la mutinerie, selon le ministère des Forces armées, il y a le caporal Koto Mainty, surnommé « Black ». Il s’agit de l’ancien garde du corps du général Noël Rakotonandrasana, aujourd’hui en prison.

Ancien ministre des Forces armées, le général avait participé à une mutinerie en novembre 2010 dans une autre base adjacente à l’aéroport, la Base aéronavale d’Ivato (Bani).

Le caporal serait à la tête d’un groupe de militaires, essentiellement de jeunes recrues. Les mutins se sont emparés de l’armurerie du camp. Aucune déclaration, aucune revendication n’a pour l’instant été effectuée, et dans le centre-ville la situation est calme.


Attention © Copyright Senego.com, si vous republier cet article sur votre site, un lien est vers l'article original est oblgatoire, : http://actu-senegalaise.senego.com/mutinerie-a-madagascar-un-caporal-bloque-laeroport-dantananarivo_26936.html#ixzz21MwXtYyr
Senego.com


Citation :
Mutinerie à Madagascar : l’assaut lancé par l’armée malgache

Clicanoo.re publié le 22 juillet 2012 19h05



Ce matin de 6 heures à 10 heures du matin (heure locale), des tirs ont retenti dans un camp militaire proche de l’aéroport d’Ivato à Madagascar. Selon le ministre des Forces Armées malgaches, il s’agissait d’une mutinerie.

L’AFP a précisé que ces échanges se seraient effectués au sein du régiment d’intervention (RFI) et la base aéronavale d’Antananarivo (Bani). Le chef d’Etat-major aurait ensuite pris les choses en main, selon le ministre des Forces armées, André Lucien Rakotoarimasy.

Le nombre de mutins et leurs motivations quant à elles, sont pour le moment inconnues.

En début d’après-midi vers 16 heures 30, les coups de feu se seraient intensifiés, entraînant un assaut contre les rebelles par l’armée et la gendarmerie malgache. Selon un correspondant de l’AFP sur les lieux un militaire blessé serait sorti du camp.

Informations non vérifiables pour l’instant, indiquent que des tirs auraient été donnés à l’aéroport également, qui font état d’un négociateur tué.

Bien entendu, l’espace aérien de l’aéroport international d’Ivato a été suspendu : les vols provenant d’Afrique du Sud ou de métropole ont été annulés ou retardés, comme le précisait la préfecture dans un communiqué cet après-midi. A l’aéroport de Gillot, les vols en partance et en provenance de Madagascar ont aussi été affectés. Le vol UU611 parti ce matin vers Antananarivo a dû faire demi-tour.

La préfecture recommande aux personnes devant se rendre à Madagascar demain lundi de se mettre en contact avec leur compagnie aérienne.

Les troubles se produisent juste avant un face-à-face entre l’ancien président Marc Ravalomanana et son opposant et actuel président Andry Rajoelina, organisé par les médiateurs de l’Afrique australe (SADC) pour mercredi aux Seychelles. Le tout à quelques jours de l’annonce prévue le 1er août d’un calendrier pour des élections législatives et présidentielle.

http://www.clicanoo.re/332768-mutinerie-dans-une-base-militaire-de-madagascar.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Lun 23 Juil 2012 - 20:20

Citation :
Mutinerie à Madagascar : Free FM accusée de complicité

lundi, 23 juillet 2012


Après la mutinerie qui a secoué hier une base militaire, l’atmosphère reste pesante à Antananarivo. La station radio locale Free FM est accusée de complicité d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

La station radio locale Free FM est accusée par le ministère de la Communication de complicité d’atteinte à la sûreté de l’Etat après la diffusion de « fausses informations » au temps fort de la mutinerie. « Free FM aurait fait intervenir sur ses ondes un prétendu mutin ‘annonçant la dissolution de l’Etat et la mise en place d’un directoire militaire’ », rapporte L’Express.

Ce lundi, malgré un calme apparent, l’atmosphère reste pesante à Antananarivo, au lendemain de la mutinerie qui a secoué la base militaire BANI et le Régiment des Forces d’Intervention (RFI).

L’armée malgache a mis fin à la mutinerie au sein d’une base militaire d’Ivato à la suite d’un assaut lancé en début de soirée. Le chef des mutins, un certain caporal Black a été abattu par balles, tandis que dans les rangs des forces légales, un officier et une nouvelle recrue du Régiment des Forces d’Intervention (RFI) ont été froidement exécutés par les mutins. Quatre autres militaires ont également été blessés dans des échanges de tirs violents.

Une vingtaine de soldats ont investi la Base aéronavale d’Ivato (BANI), mais leur siège n’a duré qu’une journée. Pour l’heure, personne ne sait la motivation de cette mutinerie.

Dans la soirée, le chef d’état major le général André Ndriarijaona a indiqué aux médias que la situation était sous contrôle, malgré un climat sous haute tension ressenti au sein des forces armées. Rapidement, le ministère de la Défense a annoncé l’ouverture d’une enquête afin d’éclaircir les tenants et aboutissants de cette mutinerie meurtrière.

Tous les camps militaires de la capitale restent sur le pied de guerre à la suite d’un ordre émanant de l’Etat-major de l’armée. Les camps militaires d’Andohalo, le siège de l’Etat-major, mais aussi à Ampahibe, Sonierana et Analakely,… « ont vu leur accès systématiquement interdit et mis sous très haute surveillance militaire », selon L’Express de Madagascar. En clair, tous les militaires sont consignés dans leurs camps d’attachement en attendant le retour au calme.

Un grand mouvement d’éléments armés, véhicules légers et camions de transport de troupes se fait également remarquer dans les rues d’Antananarivo depuis dimanche matin. La Gendarmerie nationale ainsi que les Commissariats de police ont également reçu « l’instruction de se tenir prêts », d’après le quotidien malgache.


Sources : L’Express de Madagascar, Les Nouvelles

http://www.linfo.re/spip.php?page=imprimer&id_article=369145





Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mer 25 Juil 2012 - 15:24

Citation :
La désobéissance militaire se généralise : une trentaine de policiers s’opposent à un placement sous MD
Publié le Mercredi 25 juillet 2012 à 2:23

Quelques jours à peine après la mutinerie militaire à la RFI Ivato, l’on a assisté hier à une désobéissance des éléments du GIR. La scène a donné une impression de déjà-vu, rappelant l’affaire Michel Rahavana du mois de décembre 2011.


Les éléments de l’administration pénitentiaire n’ont rien pu faire contre la contestation de la décision du doyen des juges du tribunal d’Anosy. Hier, une trentaine de policiers armés se sont opposés au placement de 5 des leurs sous Mandat de dépôt à l’issue du déferrement. Les cinq policiers en question étaient suspectés du meurtre d’un opérateur économique aux 67 Ha il y a de cela quelques mois. Ils ont été présentés au Doyen des juges à Anosy hier, soutenus par leurs compagnons d’armes au sein du Groupe d’intervention rapide (GIR) de la Police nationale.

À l’issue du déferrement, le Parquet ordonné le placement des 5 suspects sous Mandat de dépôt, une décision qui était loin de ravir la trentaine de policiers venus sur les lieux. Ces derniers très remontés ont chargé leurs armes et sont entrés de force dans la salle pour se saisir des 5 autres policiers. Ils ont par la suite embarqué à bord de véhicules 4X4 pour conduire leurs compagnons dans un lieu qui demeure inconnu.

Cette affaire rappelle l’incident survenu le mois de décembre 2011, dans le cadre de l’affaire Michel Rehavana. À cette époque, les éléments Forces d’intervention de la police (FIP) se sont interposés contre l’incarcération de 11 éléments de la police nationale, présumés coupables directement ou indirectement dans le meurtre du magistrat. La même scène a été constatée, à savoir la contestation de la décision du tribunal et l’enlèvement de 11 suspects à Anosy. Pour le cas de l’incident survenu hier, les hauts responsables de la police nationale ont organisé une réunion d’urgence. Les heures qui suivent nous révèleront davantage sur l’évolution de cette nouvelle affaire.

http://www.tananews.com/2012/07/la-desobeissance-militaire-se-generalise-une-trentaine-de-policiers-sopposent-a-un-placement-sous-md/
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Lun 6 Aoû 2012 - 12:59

11 officiers ont suivi une formation de 6 mois auprès de l'école d'état-major et poursuivront leur carrière militaire à l'état-major général des Forces Armées malgaches ou au Commandement des corps de troupes.


Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Ven 14 Sep 2012 - 15:25

Citation :
Andry Rajoelina à Betroka : Branle-bas de combat chez les dahalo assassins

Face à l’insécurité, se rapportant essentiellement au vol de bovidés dans la partie Sud de Madagascar, le Président de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, a effectué, ce Mardi 11 Septembre 2012, une descente dans la Région Anosy, plus précisément dans le District de Betroka, pour trouver des solutions pérennes à ce fléau mais également afin de rassurer la population locale.




Ont été également présents à Betroka le Ministre des Forces Armées, le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie, le Chef d’Etat-Major Général de l’Armée Malagasy, le Commandant de la Gendarmerie Nationale, le Ministre de la Communication et le Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle.
Ayant ouvert la série de discours, le Chef de la Région Anosy a souligné que : « le zébu a une valeur culturelle capitale pour la population de cette localité ». Et lui de poursuivre que « le vol de bovidés, en son état actuel, a un caractère moderne ». « C’est une grande première qu’une bande d’une centaine de Malaso, s’organise pour voler un millier de zébus », a-t-il continué.
Par ailleurs, le Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a appelé tout un chacun à sensibiliser les jeunes pour ne pas se lancer dans le vol de bœufs. Il a suggéré d’organiser des travaux HIMO dans cette localité afin de créer de nouveaux emplois pour occuper les jeunes.




Le Ministre des Forces Armées, le Général Lucien RAKOTOARIMASY, a expliqué que : « une forte troupe de 200 hommes en treillis militaires a été mobilisée à Betroka afin de restaurer la sécurité dans cette localité ». « Certes, la mission des Forces de l’ordre s’avère difficile mais nous promettons de travailler d’arrache – pied. D’ailleurs, nous ne reculons point devant les intimidations en tout genre », a-t-il poursuivi.

Dans son allocution, le Président de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, a, d’emblée, expliqué les raisons de sa descente à Betroka : « dès mon départ, beaucoup s’inquiètent et craignent sur ma sécurité mais je leur ai dit qu’il est temps de se donner de la main et de faire preuve de solidarité avec la population victime de ce vol de bœufs. Nous ne laisserons guère le mal vaincre dans ce pays. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et ne devons pas se contenter de trouver des solutions sur table, et se placer en simple spectateur. Si nous sommes ici en ce moment, c’est pour apporter des solutions efficaces et pérennes ». Il a également présenté ses sincères condoléances aux familles des membres des Forces de l’ordre qui ont succombé en service commandé, et a encouragé les familles victimes de ces actes des « Dahalo ».



Ce fut également une occasion pour le Président RAJOELINA de présenter publiquement le Colonel Lylison de René qui conduira les éléments spéciaux de 200 hommes. Ces éléments, qui vont rester à Betroka durant des semaines afin d’éradiquer ce vol de bovidés, seront également dotés d’équipements matériels adéquats pour leur permettre de mener à bien cette « opération spéciale », notamment deux hélicoptères, deux motos, et d’autres armements appropriés. Dans la foulée, le Président de la Transition a souligné que : « auparavant, certains ont ardemment critiqué l’achat des hélicoptères. Mais maintenant, ces mêmes hélicoptères sont utilisés pour combattre l’insécurité afin de protéger la population ».

Le Président de la Transition, toujours dans son discours, a indiqué que : « je vais bientôt me rendre en Europe et aux Etats-Unis pour trouver un accord de partenariat sur l’acquisition de nouveaux matériels de haute technologie, permettant la traque, par satellite, des mouvements des zébus volés et le traçage des déplacements des Malaso ».



Le Président RAJOELINA, outre la présentation de ces « Forces Spéciales d’Intervention », a apporté le « Zoma Fanampiana » à Betroka, (8,25 Tonnes de riz à plus de 1 600 familles de 14 Fokontany). Des semences (paddy, maïs, haricots, etc…) ont été également distribuées et ce, dans la perspective de pousser la population à la culture. Toujours sur le plan social, une forte délégation de médecins, venant d’Antananarivo avec des médicaments, a été mobilisée par le Président de la Transition pour soigner gratuitement la population environnante.

Dans l’après-midi, le Président de la Transition a tenu une séance de travail avec les « Raiamandreny de Betroka »¸ témoins vivants de l’histoire de vol de bovidés dans cette localité, ainsi que les Autorités locales, composées essentiellement des responsables de l’Administration locale et des Membres de la Société civile.



A l’issue de cette séance de travail, le Numéro Un de la Transition a sollicité les personnalités présentes : « d’adresser au Président de la Transition au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra, et ce, sous plis fermés, des lettres confidentielles pour toutes informations permettant d’identifier les commanditaires et autres bailleurs de fonds des Malaso, qu’ils soient de simples civils ou de hauts gradés des Forces de l’ordre».
En marge de cette séance de travail, le Président RAJOELINA a accordé une interview aux membres de la presse présents à Betroka.

« Les questions relatives au vol de zébus sont nombreuses mais il existe trois (3) éventualités : une complicité (il y aurait quelqu’un derrière ces actes), un calcul politique et une modernisation du vol de bovidés ». Par ailleurs, le Président de la Transition a annoncé que : « les matériels utilisés par les Forces de l’ordre seront renforcés. L’Etat, par ses propres moyens, procèdera bientôt à l’achat d’un autre hélicoptère gros porteur, pouvant transporter une section entière composée d’une vingtaine de membres des Forces de l’ordre ».

Interrogé sur le budget acquitté pour combattre ce vol de bovidés, le Président RAJOELINA a précisé que : « le budget, hors l’acquisition des matériels et équipements des Forces de l’ordre, est estimé à 600 millions d’Ariary, soit 3 Milliards de Fmg ».

Betroka, le 11 Septembre 2012

http://www.madagate.com/editorial/communique/2633-andry-rajoelina-a-betroka-branle-bas-de-combat-chez-les-dahalo-assassins.html
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Jeu 27 Sep 2012 - 19:35

Citation :
Exercice Papangue 2012 du 27 septembre au 3 octobre
Les FAZSOI s’entraînent
Dans le cadre de la coopération militaire régionale, les Forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI) s’entraîneront au travers d’un exercice fictif de protection et de secours à des populations menacées, nommée Papangue 2012. Il se déroulera à La Réunion du jeudi 27 septembre au mercredi 3 octobre 2012. "La population réunionnaise sera donc amenée à croiser des militaires en déplacement ou en situation de gestion de crise, à voir des aéronefs ou des bateaux s’entraîner aux abords des côtes", indiquent les FAZSOI.

Cet exercice, selon les FAZSOI, permet également de "mettre en œuvre des savoir-faire, de travailler en coopération avec les voisins de la zone afin d’être en mesure de réagir vite et efficacement dans le cadre d’opérations humanitaires conjointes".

Il est également la continuité des opérations de coopération militaire régionale menées toute l’année avec les républiques de Maurice, Seychelles, Comores et Madagascar, qui se traduisent par des détachements d’instruction technique ou d’instruction opérationnelle. "Cette coopération se concrétise aujourd’hui au travers de l’exercice multinational Papangue avec la participation des Mauriciens (deux hélicoptères Dhruv et Fennec ainsi qu’un patrouilleur des Gardes-côtes, le " Guardian "), des Malgaches (unités du 1er RFI et 2ème RFI) et d’officiers étrangers des cinq nations intégrés à tous les niveaux de commandement", terminent les FAZSOI.
http://reunion.orange.fr/news/reunion/les-fazsoi-s-entrainent,632325.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mar 16 Oct 2012 - 17:00

Citation :
Gl Ravalomanana : les photos de la passation de Commandement de la ZP
Vendredi, 12 Octobre 2012


Au centre, de G. à Dr., les Généraux Razafindrakoto et Ravalomanana

Encore une fois, une photo valant 1.000 mots, celles qui suivent se passent de tout commentaire.


C’était le jeudi 11 octobre 2012, au camp Ratsimandrava, lors de la cérémonie de passation de Commandement de la Gendarmerie nationale, entre les Généraux Bruno Wilfrid Razafindrakoto (sortant) et Richard Ravalomanana (entrant). Celui-ci est le 16è Malgache a être nommé à ce poste. Pour votre culture personnelle, voici un survol sur la « Zandarimariam-pirenena».

A la suite du décret n° 60-102 du 14 Mars 1960,la Zandarimaria Nasionaly (ZN) a été constituée à l’issue de l'indépendance de Madagascar, réunissant sous un même commandement les unités de la Garde de Madagascar et celles qui constituaient auparavant la Gendarmerie Française.

En 1969, le Lieutenant-Colonel Richard Ratsimandrava devient le premier Malgache à commander la ZN.

1975, la ZN change de nom pour devenir la ZANDARIMARIAM-PIRENENA (ZP).

LES COMMANDANTS SUCCESSIFS DE LA GENDARMERIE NATIONAL MALGACHE



1969 - 1975: Lieutenant - Colonel RATSIMANDRAVA Richard (assassiné le 11 février 1975)

1975 - 1975: Lieutenant - Colonel MAMPILA Jaona

1975 - 1977: Lieutenant - Colonel RAKOTOMANGA Mijoro

1977 - 1984: Lieutenant - Colonel JEAN Philippe

1984 - 1984: Colonel RAKOTOARIJAONA Desiré

1984 - 1991: Colonel RANDRIANASOAVINA

1991 - 1993: Colonel BORY Jean Paul

1993 - 1997: Général de Brigade RAVELOMANANA Ernest

1997 - 2002: Général de Division RABOTOARISON Charles Sylvain

2002 - 2003: Général de Division SAMBIHEVINY Findrama Elson

2003 - 2006: Général de Division RANDRIANASOLO Augustin

2006 - 2008: Général de Division RAMANANARIVO Claude (assassiné avec toute sa famille, dans son domicile, en mai 2012

2008 - 2009: Général de Brigade RAHARIJAONA Lucien Emmanuel

2009 - 2009: Général de Brigade PILY Gilbain

2009 - 2012: Colonel RAZAFINDRAKOTO Jean Bruno Wilfrid

2012 - .......: Général de Brigade RAVALOMANANA Richard

Comme quoi rien ni personne n’est éternel ici-bas. A présent, place aux photos de ce jeudi 11 octobre 2012 au « Toby » Ratsimandrava (ex-camp La Catalane) à Andrefan’Ambohijanahary) !












Texte : Jeannot RAMAMBAZAFY

Photos: Harilala RANDRIANARISON


http://www.madagate.com/reportages/photos/2702-gl-ravalomanana-les-photos-de-la-passation-de-commandement-de-la-zp.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mar 16 Oct 2012 - 17:12

Vidéo

Citation :
Publiée le 12 oct. 2012 par Jeannot Ramambazafy


"Toby" (camp) Ratsimandrava, Andrefan'Ambohijanahary, Antananarivo. Revue des troupes de la Gendarmerie nationale, dans le cadre de la passation de Commandement entre les Généraux Bruno Razafindrakoto (sortant) et Richard Ravalomanana (entrant). Ce, en présence du Président de la Transition, Andry Rajoelina.




Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Lun 22 Oct 2012 - 16:56

Citation :
« Sakay 2012 »

Exercice militaire de maintien de la paix à Mahasolo
lundi 22 octobre 2012

« Un exercice de maintien de la paix dénommé « Sakay 2012 » s’est déroulé du 15 au 18 octobre 2012 dans la région Itasy et Bongolava » a rapporté ce dimanche 21 octobre 2012, le service de la communication de l’armée (SICA) malgache.

La manœuvre a vu la participation de 255 militaires et a permis de mettre en pratique les savoir-faire tactiques et techniques du maintien de la paix. Ainsi, l’instauration d’un check point, la libération d’otages, les négociations, la sécurisation d’itinéraires humanitaires et la pacification de zone ont été les principaux points des exercices de manœuvre. Cet entrainement s’est conclu par une journée de démonstration dans le village de Mahasolo.

Cette journée a débuté par la présentation des opérations du maintien de la paix ainsi que du thème de l’exercice au poste de contrôle opérationnelle du bataillon. Les autorités civiles et militaires ont pu ensuite assister à une démonstration dynamique de l’un des savoir-faire spécifique les plus difficiles du maintien de la paix, à savoir la négociation avec une faction de rebelles armées.

L’ensemble des participants a ensuite pris part à un défilé militaire avec tous les matériels mis en œuvre pendant l’exercice, pour la plus grande joie de la population de Mahasolo. Celle-ci a aussi pu bénéficier de consultations médicales et de soins offerts par le service de santé militaire.

Cette dernière journée était placée sous la présidence du vice Premier ministre Hajo Andrianainarivelo, et a eu lieu en présence du général de division Claris Andriamaharo, secrétaire général du ministère des Forces Armées et du général de division André Ndriarijaona, Chef de l’État-major général de l’Armée malgache, de l’attaché de défense auprès de l’ambassade de France à Madagascar ainsi que des autorités civiles locales et d’un grand nombre de hauts responsables militaires malgaches.

« Madagascar démontre ainsi sa volonté d’honorer ses engagements internationaux de participer aux opérations de maintien de la paix sous l’égide des Nations Unies » a indiqué dans son communiqué le SICA tout en précisant que « les forces armées malgaches sont appuyées par un projet de coopération militaire avec la France dont l’objectif serait de soutenir une première participation armée de Madagascar à une opération de maintien de la paix extérieure dans les années à venir ».

En matière de maintien de la paix, l’armée malgache a instauré en son sein depuis 2008 le bataillon Renforcement des capacités africaines de maintien de la paix dit RECAMP. Et le 22 aout 2012 a été promulgué le décret officialisant la création de ce bataillon RECAMP. Il a a été mis sur pied officiellement le samedi 13 octobre au camp colonel Alphonse Rakotonirainy sis à Fiadanana à partir des éléments des régiments des forces d’intervention : 1er RFI, RAL, R3A, RAS.

Recueilli par Rakotoarilala Ninaivo

http://www.madagascar-tribune.com/Exercice-militaire-de-maintien-de,18074.html
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mar 23 Oct 2012 - 15:17

Citation :
Tous les membres des corps de l’Armée doivent respecter les règles pour l’avance­ment. Cette éthique a été présentée à la journée du CEDS, hier au Carlton.

«Il n’y a pas de passe droit » a affirmé le vice- amiral d’escadre Olivier Lajous, directeur du personnel militaire de la marine (DPMM) française, pour démontrer que les grades ne s’acquièrent ni par clientélisme, ni par influence politique. Ce qui a soulevé l’ovation de l’assistance, composé de plusieurs officiers et sous-officiers de l’Armée malgache, dans la salle Ravinala de Carlton, hier après-midi lors de la journée du Centre d’études diploma­tiques et stratégiques (CEDS).« Je me refuse toujours de trancher seul sur les avancements de mes subordonnés, et demande le conseil d’une commission », a-t-il dit tout en soulevant que ce choix de méthode de travail l’amène dès fois à refuser des demandes de faveur émanant de certains hauts responsables de l’administration française.
« Je reçois dès fois des appels qui demandent mon intervention pour l’avancement de certains de mes subordonnées, et je réponds toujours à ceux qui me demandent ce genre de service, ce n’est pas pour cela qu’on m’a mis à ce poste », a affirmé avec fierté le vice-amiral
d’escadre Olivier Lajous.
Au mois de juin, il a été désigné, « DRH de l'année » au cours du 16ème Trophée du directeur des ressources humaines de l'année, salle Wagram à Paris. Il a mis au centre de ces valeurs, le dialogue et
l’amour avec un grand « A ». Il a développé l’éthique militaire à partir de ces deux mots au Carlton hier.
Duvers thèmes
À titre d’université d’été, le CEDS organise du 21 au 26 octobre les journées CEDS, portant sur le thème : les CEDS face aux consultations géopolitiques mondiales. Ce lundi, au Carlton Anosy, le centre a invité trois intervenants : professeur Pascal Chaigneau président de la section de science politique et membre du conseil d'administration de l'Université Paris Descartes (Sorbonne-Paris cité), Abdelkrim Bendjebbour, le représentant résidant de la Banque africaine de développement (BAD) et l'amiral Olivier Lajous, directeur du personnel militaire de la marine (DPMM) française.
Ont été abordé entre autre, lors de cette journée d’hier, les thèmes de la nouvelle donne géopolitique mondiale, par l’exposé de Pascal Chaigneau et l’éthique militaire par l’intervention de
l'amiral Olivier Lajous.
Le fondateur du CEDS, Pascal Chaigneau, a évoqué la complexité de la géopolitique mondiale d’aujourd’hui, surtout avec les révolu­tions dans le monde arabe. Dans cette évolution, le président de la section de science politique et membre du conseil d'administration de l'Université Paris Descartes (Sorbonne-Paris-cité), a souligné l’affaiblissement des États-Unis sur le plan économique et politique, au profit de multiples pays de l’hémisphère sud et de l’Asie.
http://www.lexpressmada.com/ethique-militaire-madagascar/37966-avancement-selon-les-reglements.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mar 30 Oct 2012 - 18:08

Citation :
Madagascar : les forces de sécurité accusées de commettre des exactions dans le Sud


Les méthodes employées par l’armée pour lutter contre le banditisme dans le sud de Madagascar font débat. Des forces spéciales ont été envoyées il y a un mois et demi dans la région de Betroka pour pacifier la région. Des affrontements meurtriers se sont multipliés ces derniers mois contre les voleurs de bœufs. Mais certains militaires ou gendarmes se livreraient à des exactions. Des accusations portées par des citoyens originaires de la région.

Depuis une semaine, c’est un célèbre musicien qui prend la parole dans les journaux et sur les réseaux sociaux. Il s’appelle D’Gary. Originaire du Sud, il dit obtenir ses informations directement de sa famille, des paysans qui vivent dans les montagnes et qui craignent la présence de l’armée. « C’est grave ce qui se passe là-bas. Les gendarmes et les militaires, Ils ont brûlé seize villages. Et les gens se cachent dans la forêt. Ils ont peur (…). C’est très, très grave. »

Du côté des forces de sécurité, les discours se contredisent : certains démentent, d’autres affirment que des villages ont bien été brûlés parce qu’ils abritaient des bandits. Le ministre des Forces armées, le général Rakotoarimasy, refuse pour l’instant de confirmer ou d’infirmer ce qu’il qualifie de « rumeurs ».

« Actuellement, on est en train d’envoyer des missionnaires, des officiers supérieurs de la gendarmerie et du ministère des Forces armées pour mener des enquêtes sur tous les renseignements à propos de ces actions des forces de l’ordre. »

Sans représentant dans ces régions reculées, la Croix-Rouge internationale reste prudente et discrète. Le Haut commissariat aux droits de l’homme des Nations unies également. Il envisage néanmoins d’entamer des démarches pour se rendre sur place.


http://www.rfi.fr/afrique/20121030-madagascar-forces-securite-exactions-sud-rakotoarimasy-securite-betroka-foret-
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mer 14 Nov 2012 - 17:08

Citation :
Insécurité dans le sud

Les forces de l'ordre nient un génocide



L’État-major des forces mixtes face à la presse, hier

Des responsables des forces armées et de la police réfutent tout manquement au respect des droits humains dans l'opération « Tandroka ». Les interrogations s'apparentaient à des critiques.

Les hommes en treillis se défendent. L'État-major mixte opérationnel (Emmo/nat) lance une contre-offensive médiatique après les observations négatives de l'Amnesty international concernant le rétablissement de l'ordre après la recrudescence de l'insécurité dans le Sud.
« Il n'y a pas de génocide dans le Sud. Au contraire, les habitants sont contents de nos actions », a déclaré le Colonel René Lylison, au siège de commandement de la gendarmerie, à Andrefan'Ambo­hijanary, hier. Il fait partie des officiers généraux et officiers supérieurs en charge de l'opération « Tandroka », et qui font le point de la situation dans le Sud de l'île.
Le général Iama Radafy, coordonnateur de l'opération, assure qu'« il n'y a pas d'enfants ou de femmes tués » dans le rétablissement de l'ordre. « Les dahalo [voleurs de zébus] ont été tués durant les accrochages », poursuit le commandant de la circonscription interrégionale de la gendarmerie à Toliara, avant de préciser l'« incendie des campements des dahalo et non des villages » durant les offensives des éléments des forces de l'ordre.
Décalage
Les Forces armées apportent leur version sur l'opération « Tandroka », deux mois après le début de celle-ci. Le général Richard Ravalo­manana, commandant de la gendarmerie, monte également au front et regrette un décalage entre la réalité sur le terrain et la position affichée au niveau international qui se fie à des photos qui circulent sur le net. Des photos tronquées de son con­texte, selon l'officier général.
Le commandant de la gendarmerie vise personnellement Christian Mukosa, chercheur chez Amnesty international, une organisation non gouvernementale qui milite pour le respect des droits humains. Ce dernier se trouve dans la Grande île jusqu'à mi-novembre pour deux dossiers, à savoir le traitement des médias et la gestion de l'insécurité dans le Sud. Il avait fait part de ses « préoccu­pations » et de son « scepticis­me » sur l'absence de commu- nication officielle sur les événements dans le Sud. Il s'est interrogé sur des éventuelles exécutions sommaires des présumés voleurs de zébus ou encore sur l'initia­tive de faire incendier ce qu'il con­sidère comme des villages, et cela sans décision judiciaire.
Hasard du calendrier ou simple coïncidence, l'intervention des hauts gradés vient au lendemain d'une réunion organisée par Andry Rajoelina, président de la transition, à Iavoloha lundi. Au cours de ce rendez-vous, ce dernier avait demandé à ses partisans et aux groupes politiques censés le soutenir de riposter face aux attaques dont fait l'objet le régime au cours de ce rendez-vous.

Iloniaina Alain
Mercredi 14 novembre 2012


http://www.lexpressmada.com/insecurite-dans-le-sud-madagascar/38494-les-forces-de-l-ordre-nient-un-genocide.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mer 28 Nov 2012 - 23:24

Citation :
Madagascar: militaires accusés d'exactions, le gouvernement ouvre une enquête

Le gouvernement malgache a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête sur les éventuelles exactions commises par des militaires contre des civils dans le sud du pays, durant une vaste opération lancée en septembre contre les voleurs de bétail.

"Des enquêtes mixtes vont être menées par le gouvernement et la communauté internationale pour qu'il n'y ait pas de doutes et d'interrogations sur ce qui s'est passé sur place", a déclaré le Premier ministre Omer Beriziky.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International a accusé il y a une semaine en termes très vifs les militaires impliqués dans l'opération "Tandroka" (corne) de "mauvais traitements" et d'"actes de violence aveugle" envers les populations du sud qu'ils ont pour mission de protéger contre les "dahalos" (voleurs de zébus) qui sévissent depuis des mois dans la région et terrorisent la population.

"Au moins 250 personnes sont mortes cette année aux alentours de Fort-Dauphin, dans le cadre de ce que les autorités décrivent comme des affrontements entre villages déclenchés par des vols de bétail", a affirmé mardi Amnesty, appelant le gouvernement non élu d'Andry Raejolina à ouvrir une enquête indépendante.

L'organisation a rapporté des témoignages faisant état de villageois brûlés vifs dans l'incendie de leur maison, de récoltes anéanties, d'exécutions sommaires dont celle d'une enfant de six ans, d'un handicapé ou des parents et de l'épouse d'un suspect.

Ces accusations ont été confirmées à demi-mot en début de semaine par le Premier ministre, lors d'une séance de questions-réponses au Conseil supérieur de la Transition durant laquelle il a admis des "bavures".

Selon la gendarmerie, les accusations d'Amnesty International sont infondées.

L'auteur du rapport "Christian Mukosa ne s'est pas déplacé dans le sud, il a recueilli des témoignages tendancieux, à objectif politique. Son jugement est subjectif", a déclaré mercredi à l'AFP le Commandant de la gendarmerie nationale, Richard Ravalomanana.

Mais vendredi, la Communauté des Etats d'Afrique australe (SADC) avait renforcé les accusations d'Amnesty International, en rappelant à l'ordre les autorités malgaches: "La SADC a (...) noté avec préoccupation les événements qui se sont déroulés dans le Sud de Madagascar (...) Nous appelons les dirigeants de Madagascar et les forces de sécurité à faire preuve de retenue", indiquait son communiqué.

Quant à l'association CRISUD (cercle de réflexion et d'intervention pour le Sud) réunissant des Malgaches originaires du Sud et qui soutient l'opération militaire, elle rejette les accusations de la SADC.

"Votre communiqué (...) nous a blessés. Vous avez dit qu'il y a des tueries atroces dans le Sud. Les militaires (...) nous protègent.(...) Nous demandons à la SADC de bien se renseigner et de ne pas seulement se fier aux déclarations d'Amnesty International", a indiqué l'association dans un communiqué.

vol de zébus à grande échelle

La guerre des communiqués fait d'autant plus rage qu'il est difficile d'avoir des informations précises sur les événements dans cette région reculée montagneuse et aride de l'Anosy, coupée de tout réseaux téléphonique et de voies de communication. Aucun journaliste n'a pu se rendre sur place depuis le début de l'opération "Tandroka".

Selon les chiffres de la gendarmerie, la lutte contre les voleurs de zébus a provoqué la mort de 129 dahalos, 23 éléments des forces de l'ordre et 20 habitants entre janvier et mi-septembre.

Les chiffres de l'opération déclenchée le 13 septembre font état de 40 dahalos morts, un habitant et aucun militaire.

Les régions d'Atsimo-Atsinanana et d'Anosy (sud-est) vivent depuis le début de l'année au rythme de la difficile traque de ces bandits spécialisés dans le vol de zébus à grande échelle, dont le transport est aidé par des fraudes diverses.

Pratique ancestrale locale, considéré comme un signe de virilité dans certaines sociétés du sud de Madagascar, le vol de zébus a changé de nature, par sa violence, son ampleur et le trafic juteux qu'il alimente. Le prix du kilo de viande de zébu ne cesse d'augmenter et atteint l'équivalent de 3 euros à Antananarivo, pour un salaire de base mensuel d'environ 30 euros.

http://www.slateafrique.com/99143/madagascar-militaires-accuses-dexactions-le-gouvernement-ouvre-une-enquete
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Jeu 29 Nov 2012 - 0:07

Citation :
Madagascar - Opération Tandroka : Déclaration des forces de sécurité
Mercredi, 28 Novembre 2012

Il s'agit d'une déclaration commune des responsables des Forces de sécurité faite à l'endroit des membres des corps diplomatiques présents, ce Mercredi 28 Novembre 2012 au Palais d'Etat de Mahazoarivo.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

DECLARATION DES RESPONSABLES DES FORCES DE SECURITE


Dans le cadre de l’opération TANDROKA, il n’y a jamais eu de massacre ni de génocide dans le sud de Madagascar et les actions entreprises par les Forces de sécurité malgaches y sont légales et légitimes.

En faisant sa déclaration publique du 20 novembre 2012, monsieur Christian MUKOSA de l’Amnesty International n’a jamais été dans le sud de Madagascar pour voir de visu ce qui s’est passé et entendre les témoignages des habitants locaux. Durant son séjour au pays, il était tout le temps dans la Capitale et a seulement recueilli des témoignages à objectif politique faits par des individus qui n’ont jamais été dans le sud de Madagascar depuis le début du déclenchement de l’opération de sécurisation jusqu’à ce jour.

Par contre, ce qui va être présenté, résulte de témoignages et de constats sur place. De toute façon, la culture malgache considère la vie précieuse et les éléments de Forces de sécurité malgaches sont formatés pour assurer l’exécution des lois et règlements afin de protéger les personnes et les biens comme il est prescrit dans le décret 63-253 du 09 mai 1963. De ce fait, les Forces de sécurité malgaches ne sont pas comme ceux de certains pays qui n’hésitent pas à tirer avec des armes de guerre sur des manifestants pour en tuer plus d’une trentaine d’un seul coup.

L’opération de sécurisation déclenchée dans le sud de Madagascar depuis le 13 septembre 2012, est nécessaire pour mettre fin aux attaques en masse par des centaines de malfaiteurs munis d’armes à feu. Ces malfaiteurs s’amènent aussi avec des gris-gris qui les rendraient invulnérables aux balles et les habitants ainsi que certains éléments de Forces de sécurité locaux y ont cru.

Ces derniers qui sont intervenus avant l’opération de sécurisation ont subi de lourdes pertes lors des accrochages dont particulièrement 10 décédés à IABOHAZO FARITR’ALA EKOLITA, commune MAROVITSIKA district de BEFOTAKA le 09 juin 2012 et 07 décédés à BEKOJOY ANTANIMATY, commune ISOANALA, district de BETROKA, le 07 septembre 2012.

Ce phénomène ne s’est jamais produit auparavant. Il en a découlé un exode massif des habitants après les pillages et meurtres sans nécessité commis par les malfaiteurs et un blocage du processus de l’organisation des élections, une solution à la crise que Madagascar a vécue depuis presque 4 ans.

Après accord des autorités responsables, les Forces de sécurité sont aussi intervenues pour éviter une continuation d’affrontements entre les habitants en leur absence, comme tel est le cas dans le district de TAOLAGNARO où il y a eu 129 morts en 02 jours dont 35 malfaiteurs à MAHANDRAZANA FENOANDALANA commune ELITA et 67 autres à BESEVA, commune FENOARIVO le 31 août 2012 ; 27 malfaiteurs et 01 membre de fokonolona et 08 blessés parmi ces derniers, dans la commune EMANOBO, le 03 septembre 2012. L’objectif de l’intervention est de rétablir la paix et la sécurité dans la zone.

La stratégie des Forces de sécurité est de faire un coup d’arrêt aux attaques en masse des malfaiteurs, ensuite rassurer la population locale par une présence sécurisante des éléments de Forces de l’ordre et l’amener à contribuer pour instaurer une paix durable. Dans les ordres écrits donnés, il est prescrit de rester dans le cadre des lois et règlements en vigueur et de respecter le Droit international humanitaire. De ce fait, les responsables des Forces de sécurité n’hésitent pas à prendre des mesures disciplinaires et pénales à l’encontre de leurs hommes qui sont défaillants comme tel est le cas d’un lieutenant-colonel de gendarmerie placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Betroka actuellement.

Cette intervention des Forces de sécurité malgaches est légitime à cause des appels de détresse des habitants locaux, du nombre important de malgaches décédés, d’un risque d’extension du phénomène dans d’autres régions et d’un risque de blocage de l’organisation des prochaines élections qui va mettre fin à la crise actuelle, une profonde aspiration du peuple malgache.

Elle est légale parce qu’elle entre dans le cadre des missions des Forces de sécurité prévues par les lois et règlements en vigueur et même des sommations au moyen de mégaphone ont été faites avant une action pour avoir une reddition des malfaiteurs. Particulièrement, l’engagement d’éléments mixtes de l’armée, de la police et de la gendarmerie est prévu par le décret 84-056 du 09 février 1984.

L’intervention des Forces de sécurité malgaches est légale et légitime parce qu’elle a permis de détruire des centaines d’hectares de cultures et des milliers de kilogrammes de cannabis, de réduire le nombre de malgaches décédés et celui de bœufs volés ; d’augmenter le taux de récupération des bœufs volés, d’arrêter les attaques en masse des malfaiteurs et de réduire leur capacité de nuisance. Elle a permis aussi un retour des habitants dans leur village, un retour progressif à la normale de leur vie au quotidien et un regain de confiance des habitants et des Forces de sécurité locales.

Durant l’opération de sécurisation, au vu du nombre 79 des malfaiteurs arrêtés et présentés au Tribunal, par rapport à celui de 40 décédés, les Forces de sécurité ne se sont pas adonnées à des massacres comme il est insinué.

A ANTANANARIVO, le 28 novembre 2012.

http://www.madagate.com/editorial/communique/2801-madagascar-operation-tandrokan-declaration-des-forces-de-securite.html
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mer 5 Déc 2012 - 10:47

Citation :
Réorganisation au ministère des Forces armées

Une nouvelle répartition des tâches
mercredi 5 décembre 2012
Le contexte de lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes et au nord de Madagascar aidant, mais vraisemblablement aussi les critiques de ces derniers mois portant sur les véritables fonctions des forces armées (armée et gendarmerie) dans le maintien de l’ordre, dans la protection civile, dans la défense du territoire ou dans la pacification de portion du territoire, le gouvernement a jugé utile de revoir l’organigramme du ministère des Forces armées. À cet effet, la Direction de la Défense et de la Logistique sera scindée en deux directions différentes : d’une part la Direction de la Défense dont les principales missions consisteraient à assurer la sécurité, la défense militaire du territoire, la lutte contre la piraterie, la défense environnementale et économique et d’autre part la Direction des Matériels Stratégiques laquelle se chargera entre autres, du contrôle et du suivi des armes de guerre en circulation sur tout le territoire ainsi que la réglementation et le régime desdits matériels.

L’objectif principal de cette nouvelle organisation est la sécurité et l’intégrité du territoire, la sauvegarde du patrimoine national ainsi que la protection de la population dont elle tend à développer la capacité matérielle, intellectuelle et morale de résistance.

Recueilli par Bill
http://www.madagascar-tribune.com/Une-nouvelle-repartition-des,18230.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Dim 9 Déc 2012 - 20:59

Citation :
Antsiranana : passation de commandements militaires, le 30 novembre 2012
Dimanche, 09 Décembre 2012 13:10


Le Capitaine de Vaisseau Rakotoarisoa Marie Jean Lucien

Les cérémonies de passations de commandements militaires se sont déroulées le vendredi 30 novembre 2012, à Antsiranana (ex-Diego Suarez), sous la direction du CEMGAM. Il s’agissait :

-de la prise de commandement de la Force Navale par le Capitaine de Vaisseau Rakotoarisoa Marie Jean Lucien ;
-de la passation de commandement de la région militaire n° 7 au Colonel Marcelin Henri Michel succédant au Colonel Mosa ;
-de la passation entre le Colonel Randrianarivelo Alain, en tant que Chef du Service Régional des Matériels Techniques n° 7 et le Capitaine de Vaisseau Sakaima Désiré.


Lors son allocution, le Ministère des Force Armées, le Général Rakotoarimasy André Lucien, a insisté sur la défense de la Souveraineté nationale.



Un défilé Militaire s'est déroulé en présence de hautes personnalités civiles et surtout militaires.



Pour ce qui des Forces Navales, la ville d'Antsiranana est non seulement caractérisé par le fait que l’Océan Indien et le canal du Mozambique se rejoignent à cet endroit, mais la plus grande Base Navale de la région s’y trouve, avec la présence de la SECREN (Société d'études, de construction et de réparations navales) qui assure l’entretien des bâtiments de Guerre malagasy et de navires commerciaux de toutes les nationalités.


Pour la petite histoire, le premier vaisseau malagasy date de la reine Ranavalona III. Il fut baptisé « Ambohimanga ».


L’HISTOIRE DES FORCES NAVALES EN QUELQUES DATES

- 18 février 1961 : création de l’élément « MER » des Forces Armés Malagasy

- 21 décembre 2003 : création du Commandement des Forces Navales (COFONA), suivant le Décret 2003-118. Le nouveau COFONA entend poursuivre efficacement les principales missions à savoir :

-Défense Opérationnelles du Territoire ;

- Sûreté de l’espace Maritime et Action de l’ETAT en mer qui vise à sauvegarder les intérêts humains, économiques et écologiques du Madagascar.

- 2004 : Le contre amiral Ranaivonarivo prend le commandement des Forces Navales.



Quant à la Base Navale de Diego, le 1er Officier de Marine de nationalité Malagasy à commander la Base Navale de Diego fut feu le Capitaine de Corvette Sibon Guy Albert, de 1969 à 1972.

Les 2 derniers commandants sont : le Capitaine de Vaisseau Ranaivoseheno Antoine de Padoue, de 2008 à 2010, également Assistant technique de l’OLEP (Organe de lutte contre l'évènement de pollution marine) et le Commandant actuel, le Capitaine de vaisseau Randrianarisoa Marosoa.


Qui est le Capitaine de vaisseau Rakotoarisoa Marie Jean Lucien ?

- Né le 24/05/1961

- 1981 : au cours spécial de l’Ecole Navale de Brest (France)

- Diplôme de Technicien Supérieur de la mer, génie Océanique et prospection

- Diplôme Master professionnel, filière Science politiques et Sociales, spécialité « Défense géostratégique et dynamiques industrielles »

- Formé sur la lutte anti-pollution marine à Capetown (Afrique du Sud)

- Décoré de la médaille de la défense Nationale Française

- Marié, Père de 3 enfants.


Avec pour thème « Une mer sûre et bien gouvernée », la célébration du 50ème anniversaire de la Marine malagasy, arrive à son terme.

Notons que le Baptême de la Base Navale, devant porter le nom du Contre-Amiral SIBON Guy, a été reporté au dernier moment pour cause de l’indisponibilité de la veuve de cet inoubliable officier supérieur de la Marine malagasy.

Recueillis par Jeannot Ramambazafy

Photos : Andry Rakotonirainy



http://www.madagate.com/madagascar-informations-politiques-malagasy-photos-madagascar/a-la-une-de-madagascar/madagate-video-et-affiche/2831-antsirananan-passation-de-commandements-militaires-le-30-novembre-2012.html
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Lun 10 Déc 2012 - 18:14

Citation :

Les forces spéciales ont frappé fort à Lampiry, Ambosary-sud. Bien que l'un deux, le gendarme principal de deuxième classe, Mansory, du Commandement des formations spécialisées (CFS), à Ivato, est tombé sous les balles des dahalo, ses collègues rescapés ont fait mouche, faisant six morts dans les rangs des malfaiteurs.
L'accrochage meurtrier a éclaté, jeudi après-midi, aux alentours de 14h30, en pleine poursuite d'une centaine de bandits de grand-chemin. Armés de Kalachnikov et de fusil de chasse, la horde de dahalo venait de dérober 325 têtes de zébus. En s'accrochant farouchement à leur butin, ils ont fait parler leurs armes en se heurtant de plein fouet aux gendarmes et au fokonolona, lancés à leurs trousses.
Dahalo introuvables
Dans ce violent affrontement, les dahalo ont réussi à arracher aux forces gouvernementales toute une caisse de munitions. En tirant à volonté, à moins d'une trentaine de mètres des gendarmes, les brigands ont touché le Gp2 Mansory. Frappé de projectiles, tirés avec des fusils de chasse, dans des points vitaux, le sous-officier n'a pas survécu.
Ce tour de force des bandits, en surnombre, a mis fin à la poursuite. Les premiers éléments de l'enquête révèlent que certaines des munitions utilisées par les dahalo lors de l'affrontement de jeudi pourraient être celles des dix éléments de la compagnie de sécurité intérieure de Sakaraha, abattus à Iabohazo par Reme­nabila et ses comparses, début juin. Après l'hécatombe, les malfaiteurs ont pris les boîtes chargeurs de leurs victimes.
Les forces spéciales ont commencé à pister la meute de bandits, qui s'est évanouie dans la nature avec son butin après la fusillade.
Aux dernières nouvelles, ces voleurs de bétail armés jusqu'aux dents se sont évaporés dans les dédales de montagnes et la vaste zone aride du Sud. Du coup, leur localisation ne serait pas tâche aisée. Portée à pied par ses collègues jusqu'au village de Lampiry, sur une distance de 15 kilomètres, la dépouille de l'adjudant Mansory a été acheminée par voie routière jusqu'à Esira, où attendaient, samedi après-midi, les têtes de l'opération Tandroka. Arrivé à Betroka, hier, le corps est en route pour Morondava. La famille du défunt attend le cortège funèbre, à Antsirabe. L'adjudant Mansory a été décoré, à titre posthume lors d'une cérémonie funèbre, à Betroka, hier.
Seth Andriamarohasina
Lundi 10 decembre 2012
http://www.lexpressmada.com/betroka-madagascar/39215-sept-morts-dans-une-fusillade-entre-dahalo-et-gendarmes.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Sam 2 Fév 2013 - 16:53

Citation :
Madagascar : 800 militaires participeront à une opération de maintien de la paix

ANTANANARIVO (Xinhua) - 800 militaires s'activeront pour un exercice de participation à une opération de maintien de la paix dans le cadre de la coopération militaire bilatérale franco-malgache, dénommé "Betsiboka", qui se déroulera du 5 au 22 février prochain, selon un communiqué de l'ambassade de France à Madagascar rendu public vendredi.

Le thème majeur de cette manoeuvre est la participation à une opération de maintien de la paix et se déroulera essentiellement dans la région de Boeny, dans la province de Majunga, dans l'ouest du pays, à partir de zones de déploiement et d'attente à Ambanja ( nord), Antananarivo (centre) et Toamasina (est).

L'objectif de cette coopération entre Madagascar et la France est d'appuyer la Grande Ile à participer, en unité militaire constituée, à une 1ere opération de maintien de la paix (OMP) avant 2015.

http://www.afriquinfos.com/articles/2013/2/1/madagascar-militaires-participeront-operation-maintien-paix-217215.asp
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Dim 10 Fév 2013 - 21:58

Citation :
Betsiboka : exercice militaire franco-malgache 2013

L’exercice BETSIBOKA 2013 se déroule du 3 au 24 février 2013 dans la région de Mahajanga. Cet exercice bilatéral et interarmées de niveau opératif a pour but d’entraîner les Forces armées de la zone sud de l’Océan indien (FAZSOI) et leur partenaire malgache à agir dans le cadre d’une opération de maintien de la paix et à la conduite d’un engagement commun.

Dates clés de l’exercice BETSIBOKA 2013 :

Entre le 1er et le 13 février : arrivée des premiers éléments français à Toamasina.
A compter du 12 février début de la progression pour rejoindre Mahajanga.
13 février : saut de parachutistes sur aéroport de Mahajanga.
14 février : opération aéroportée de troupes franco-malgache sur aéroport de Mahajanga
15 février : exercice sur région Mahajanga.
16 février : saut d’un groupe parachutiste sur Nosy-Be
17 février : fin de manœuvre.
18 février : cérémonie de clôture d’exercice sur le stade de Mahajanga. Remise de brevets parachutistes français et malgaches.

Sur l’exercice BETSIBOKA 2013 :

L’exercice interarmées BETSIBOKA 2013 est organisé par les FAZSOI.

Pour les forces armées malgaches, l’exercice BETSIBOKA s’inscrit dans la continuité de leur exercice synthèse SAKAY 2012. Du 13 au 19 octobre 2012, l’exercice SAKAY a permis de mettre en œuvre les équipements fournis dans le cadre du concept « ReCAMP » (Renforcement des capacités africaines de maintien de la Paix) et de mettre en application les savoir-faire dispensés par les FAZSOI dans le cadre de la coopération militaire régionale.

Chaque année les FAZSOI organisent un grand exercice multinational et interarmées.

L’exercice bilatéral BETSIBOKA constitue le rendez-vous majeur dans l’entraînement des forces armées dans la zone sud de l’océan Indien pour 2013.

BETSIBOKA est un exercice majeur par sa durée, les effectifs engagés, le budget consacré à l’entraînement des forces et les moyens terrestres, aériens et maritimes projetés loin de leurs bases.

La planification et la conduite de l’exercice sont assurées par l’état-major interarmées des FAZSOI en étroite coordination avec les malgaches. Les officiers malgaches sont présents dans toutes les structures de commandement.

L’objectif prioritaire de l’exercice est :

de développer la coopération et l’interopérabilité entre les forces armées malgaches et françaises et d’entraîner ces forces à préparer et conduire une opération de maintien de la paix.

Cet exercice met en œuvre d’importants moyens français soit environ 660 militaires répartis comme suit :

Commandement : 51 militaires
Force terrestre : 402 militaires
Force navale : 161 militaires
Force aérienne : 28 militaires
Service de santé : 15 militaires

Cet exercice verra l’engagement d’un effectif de 450 militaires des forces armées malgaches

Sur la coopération régionale

Après avoir été ralentie en raison de la situation politique qu’a connue Madagascar entre 2009 et 2011, la coopération militaire entre nos deux pays a repris son cours. Elle est marquée par une volonté commune d’agir au profit de la stabilisation régionale.

L’une des préoccupations majeure est la lutte contre l’insécurité maritime. A ce titre, la France conduit régulièrement des détachements d’instruction opérationnelle « anti-piraterie » au profit du 2ème RFI de Diégo Suarez.

La formation constitue l’un des principaux volets de la coopération militaire mise en œuvre par les Forces armées de la zone sud de l’Océan indien. Elle constitue un appui important au développement des capacités opérationnelles malgaches. Elle vise notamment à aider les Forces armées malgaches à s’engager dans des opérations de maintien de la Paix sur sollicitation de l’Union africaine et de l’ONU.

Cette coopération opérationnelle se traduit par l’organisation d’une cinquantaine d’activités chaque année dont une manœuvre interarmées majeure annuelle. En 2012, il s’agissait de l’exercice PAPANGUE à La Réunion (participation d’une centaine de militaires malgaches) et l’exercice LA BUSE dans la région d’Antsiranana (environ 200 militaires malgaches) En 2013, l’exercice BETSIBOKA rassemblera plus de 450 militaires des forces malgaches aux côté des forces françaises.

http://www.madagate.com/reportages/manifestation/2979-betsiboka-exercice-militaire-franco-malgache-2013.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mer 3 Avr 2013 - 22:31

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Jeu 4 Avr 2013 - 22:52

Citation :
Les FAZSOI conduisent une formation au profit des forces armées malgaches

Mise à jour : 04/04/2013 19:16

Dans le cadre de la coopération entre les FAZSOI et l’armée malgache, un stage commando a été organisé par les instructeurs du 2ème régiment de parachutistes d'infanterie de marine (2ème RPIMa) au profit des parachutistes du 1er Régiment des forces d’intervention (1er RFI).



Par ailleurs, dans le cadre des échanges réguliers entre le CATR et le centre national d’entraînement commandos malgache d’Ambatolaona Apinga, les instructeurs français ont, à cette occasion, recyclé et complété les qualifications commandos pour quatre de leurs homologues.



Ces deux semaines de stage illustrent la coopération existant entre le 1er RFI et le 2ème RPIMa, et plus généralement entre l’armée malgache et les FAZSOI. Il s’est clôturé le 28 mars par une cérémonie de remise de brevet à laquelle ont participé 50 malgaches, tous ayant été brevetés.



Principal volet de la coopération militaire mise en œuvre par les FAZSOI, la formation constitue un appui important au développement des capacités opérationnelles malgaches. En 2012, les FAZSOI ont ainsi conduit trois détachements d’instruction opérationnelle CATR au profit de l’armée malgache.



Avec 1900 militaires, les FAZSOI constituent le principal point d’appui de la zone sud de l’océan Indien. Leur mission consiste à garantir la souveraineté, protéger les intérêts nationaux, lutter contre la piraterie en coopération et en coordination avec le commandant de la zone maritime océan Indien (ALINDIEN) et mener des activités de coopérations régionales.


Sources : EMA
Droits : Ministère de la Défense


http://www.defense.gouv.fr/ema/forces-prepositionnees/la-reunion-mayotte/actualites/les-fazsoi-conduisent-une-formation-au-profit-des-forces-armees-malgaches
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Ven 12 Avr 2013 - 14:00

Citation :
Madagascar : Les militaires réclament 3,8 millions de dollars pour sécuriser les prochaines élections


ANTANANARIVO (Xinhua) - Les forces armées de l'état- major mixte opérationnel national (EMMONat) de Madagascar réclament un budget spécial de 7,6 milliards d'Ariary (environ 3,8 millions de dollars) pour assurer la sécurisation des prochaines élections, a-t-on appris d'une source officielle de cette entité, jeudi.
La sécurisation des élections incluant la sécurité de l’acheminement des matériels de vote ou la prévention des troubles et de l'apaisement lors du scrutin, n'entrent pas dans le budget de fonctionnement des différents ministères liés à la sécurité nationale, a-t-on indiqué.

L'EMMONat, regroupant les éléments des ministères des forces armées, de la sécurité intérieure et le secrétariat d'Etat à la gendarmerie nationale, interpelle ainsi l’autorité centrale sur la nécessité du déblocage de ce budget spécial de près de 3,8 millions de dollars. Le bon déroulement des élections repose sur le renforcement de la sécurité et puisque les élections ne se tiennent que ponctuellement, des mesures et stratégies spécifiques seront à adopter afin d'éviter les risques de manifestations, les actes de banditisme ou de vandalisme avant, pendant et après les prochaines élections, a-t-on précisé.

Ce budget, au départ évalué à 14 milliards d'Ariary (7 millions de dollars), a déjà été envoyé à la Commission Electorale Nationale Indépendante pour la transition (CENIT) et au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) qui gère le panier commun relatif aux budgets électoraux mais ces deux institutions ont renvoyé la balle aux autorités de la transition qui, normalement, s'occupent du déblocage du financement d'une telle opération. Selon le calendrier électoral publié par la CENIT, le premier tour de l'élection présidentielle est prévu se tenir le 24 juillet prochain, le deuxième tour, en jumelé avec les législatives, le 25 septembre et les municipales le 23 octobre de cette année.

http://www.afriquinfos.com/articles/2013/4/12/madagascar-militaires-reclament-millions-dollars-pour-securiser-prochaines-elections-221709.asp

Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mer 22 Mai 2013 - 12:58

Citation :

22/05/2013 à 12h:05 Par Jeune Afrique
Présidentielle malgache : l'armée et la police invitent les trois principaux candidats à "réfléchir"

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Présidentielle malgache : l'armée et la police invitent les trois principaux candidats à "réfléchir" | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook



Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Mar 16 Juil 2013 - 18:49

Citation :
Suspension de la coopération militaire : un aperçu
16/07/2013 à 11:23
D’après le Colonel Nicolas Graff, le gel de la coopération militaire entre France et Madagascar se caractérise en la suspension de l’envoi de stagiaires malgaches en France, la suspension des exercices du FAZSOI et la cessation des dons d’équipements et matériels divers



http://www.tananews.com/asides/suspension-de-la-cooperation-militaire-un-apercu/comment-page-1/

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21818
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   Lun 4 Jan 2016 - 16:30

La marine de Madagascar va participer à l’exercice « Cutlass Express 2016 » :   http://www.newsmada.com/2016/01/04/cutlass-express-2016-marine-nationale-sera-de-partie/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'armée de Madagascar.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'armée de Madagascar.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Divers Madagascar] Souvenirs de Madagascar
» [ Campagnes ] [ Divers ] MADAGASCAR - LA RÉUNION - LES COMORES LE CAP D'AMBRE
» [Campagne Madagascar - Divers] Départ du dernier marin français de l'Ambassade à Diégo
» Don couches lavables pour Madagascar
» [Divers campagne Madagascar] CAP DIEGO AU CID 1972

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Afrique-
Sauter vers: