Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
AuteurMessage
snak-boss
Aspirant
Aspirant


messages : 528
Inscrit le : 07/07/2010
Localisation : Belgique Liege
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Dim 4 Sep 2011 - 18:06

La plus anciennes des dynastie du Maroc a régner au départ sur ma belle ville Tanger
Revenir en haut Aller en bas
farewell
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)


messages : 2466
Inscrit le : 13/02/2011
Localisation : ******
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Dim 4 Sep 2011 - 18:43

Citation :
La Libye n’est pas invitée à la conférence d’Alger sur le terrorisme

http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/la-libye-n-est-pas-invitee-a-la-conference-d-alger-sur-le-terrorisme_17147.html

une politique interrégionale de gamin de récré...

_________________

"Les belles idées n'ont pas d'âge, elles ont seulement de l'avenir"
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Dim 4 Sep 2011 - 19:17

farewell a écrit:
Citation :
La Libye n’est pas invitée à la conférence d’Alger sur le terrorisme

http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/la-libye-n-est-pas-invitee-a-la-conference-d-alger-sur-le-terrorisme_17147.html

une politique interrégionale de gamin de récré...
Je voudrais bien comprendre ce que signifie une rencontre sur le terrorisme au Sahara et au Sahel, avec comme sujet principal la Libye, mais sans représentants libyens... scratch
Nous, Marocains, nous ne pouvons que féliciter les dirigeants algériens de pousser les nouvelles autorités libyennes encore plus de notre côté cheers
Il reste aux Algériens les Mauritaniens, Maliens et Nigériens, tous candidats pour le premier prix de la girouette clown

_________________
Revenir en haut Aller en bas
sorius
Commandant
Commandant


messages : 1137
Inscrit le : 18/11/2010
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Dim 4 Sep 2011 - 19:48

pourtant l algerie a ete invite a la conference de paris sur la libye, pour eux une invitation vaut une reconnaissance ce qu il refuse encore a faire
tant mieux ils vont de connerie en connerie,

je note avec satisfaction que la politique algerienne ne doit plus parler de la liberte des peuples Wink
Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur


messages : 6031
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Dim 4 Sep 2011 - 20:18

Samyadams a écrit:
farewell a écrit:
Citation :
La Libye n’est pas invitée à la conférence d’Alger sur le terrorisme

http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/la-libye-n-est-pas-invitee-a-la-conference-d-alger-sur-le-terrorisme_17147.html

une politique interrégionale de gamin de récré...
Je voudrais bien comprendre ce que signifie une rencontre sur le terrorisme au Sahara et au Sahel, avec comme sujet principal la Libye, mais sans représentants libyens... scratch
Nous, Marocains, nous ne pouvons que féliciter les dirigeants algériens de pousser les nouvelles autorités libyennes encore plus de notre côté cheers
Il reste aux Algériens les Mauritaniens, Maliens et Nigériens, tous candidats pour le premier prix de la girouette clown

Et encore les dirigeant mauritanien et nigérien c'est le Maroc qui les as installer

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nano
Colonel
Colonel


messages : 1530
Inscrit le : 18/05/2009
Localisation : Brest - Rabat
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Dim 4 Sep 2011 - 23:02

Invitez le CNT à leur conférence masscarade bidon reviendrais à les reconnaître officieusement or c'est encore loin détre le cas... Laughing Ils sont complètement borné ces généraux algériens... A ce rythme ils finiront seul à leur conférence l'année prochaine on va bien rigoler
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages : 12864
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Dim 4 Sep 2011 - 23:14

Nano a écrit:
Invitez le CNT à leur conférence masscarade bidon reviendrais à les reconnaître officieusement or c'est encore loin détre le cas... Laughing Ils sont complètement borné ces généraux algériens... A ce rythme ils finiront seul à leur conférence l'année prochaine on va bien rigoler


C'est déjà le cas puisque l'ordre du jour c'est: "Je s'occupe de tout, tu s'occupes de rien".

Comme je le disais l'autre jours, quand ton ennemie commet des erreurs, ne lui dit surtout pas et attend de récolter les fruits Twisted Evil

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Lun 5 Sep 2011 - 0:25

sorius a écrit:
pourtant l algerie a ete invite a la conference de paris sur la libye, pour eux une invitation vaut une reconnaissance ce qu il refuse encore a faire
tant mieux ils vont de connerie en connerie,

je note avec satisfaction que la politique algerienne ne doit plus parler de la liberte des peuples Wink
non l´ "invitation" c´etait pour lui tirer les oreilles sur radio en live,et lui faire subir la giffle de Mr Juppé tout pret et en meme temps.
normalement apres ce coup il devait s´ejecter voir se suicider par fierté mais bon..
la malice bordelaise est cruelle

_________________
Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division


messages : 6778
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Lun 5 Sep 2011 - 1:08

Yakuza a écrit:
sorius a écrit:
pourtant l algerie a ete invite a la conference de paris sur la libye, pour eux une invitation vaut une reconnaissance ce qu il refuse encore a faire
tant mieux ils vont de connerie en connerie,

je note avec satisfaction que la politique algerienne ne doit plus parler de la liberte des peuples Wink
non l´ "invitation" c´etait pour lui tirer les oreilles sur radio en live,et lui faire subir la giffle de Mr Juppé tout pret et en meme temps.
normalement apres ce coup il devait s´ejecter voir se suicider par fierté mais bon..
la malice bordelaise est cruelle


you are too much yakuza.you nailed it
Revenir en haut Aller en bas
marques
Colonel
Colonel


messages : 1909
Inscrit le : 05/11/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Lun 5 Sep 2011 - 10:44

c'est trop top "une réunion sur le terrorisme" .....Very Happy

le sujet est trop "cool" ; çà donne très envie d'y participer et d'y s'afficher !!!

merçi de ne pas inviter le Maroc, je préfères plutôt que la lutte contre le terrorisme se fasse en secret et non dans l'affichage
Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2703
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Lun 5 Sep 2011 - 11:17

C'est clair que ça donne envie d'y être pour que l'on puisse prendre exemple sur les acteurs incontournable de la lutte anti-terroriste!
Ceux qui ont su éradiquer le terrorisme (GIA-GSPC-AL-QAïDA 2.1) on dirait l'évolution d'un jeu de PlayStation!
C'est le jeu des chaises musicales, qui sera le prochain?...

bref, par-contre, a quand une réunion de l'UMA pour faire un point sur la situation?
Il n'y a rien sur leur site. Faudras qu'ils pensent a changer le drapeau Libyen

_________________
L'homme sage est celui qui vient toujours chercher des conseils dabord, des armes on en trouve partout.

feu Hassan II.

http://www.youtube.com/watch?v=AbjNQ_5QvgQ
Revenir en haut Aller en bas
marques
Colonel
Colonel


messages : 1909
Inscrit le : 05/11/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Lun 5 Sep 2011 - 11:38

BOUBOU a écrit:
C'est clair que ça donne envie d'y être pour que l'on puisse prendre exemple sur les acteurs incontournable de la lutte anti-terroriste!
Ceux qui ont su éradiquer le terrorisme (GIA-GSPC-AL-QAïDA 2.1) on dirait l'évolution d'un jeu de PlayStation!
C'est le jeu des chaises musicales, qui sera le prochain?...

bref, par-contre, a quand une réunion de l'UMA pour faire un point sur la situation?
Il n'y a rien sur leur site. Faudras qu'ils pensent a changer le drapeau Libyen


çà me rappelle par exemple des gens qui sont fiers de dire " nous allons organiser une réunion sur la peste" ... : étant des grands malades pestiférés, nous organisons cette réunion avec d'autres malades comme nous et des médecins ..

se croire "expert en terrorisme" est d'une bêtise monumentale, mais bon !!!

BOUBOU : tu parles de l'UMA ? , c'est quoi l'UMA ?
Revenir en haut Aller en bas
snak-boss
Aspirant
Aspirant


messages : 528
Inscrit le : 07/07/2010
Localisation : Belgique Liege
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Lun 5 Sep 2011 - 13:34

Marques,

L'UMA: Union du Maghreb Arabe

C'est un machin qui dans l'avenir, permetrait de mieux collaborait entre pays Magrebin



Le seul truc qui m'enerve, c'est le "A" dans UMA qui veut dire Arabe....pourquoi le mettre alors qu'il sufisait de metre UM...il y a 40% de non-Arabe...
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Lun 5 Sep 2011 - 15:42

ca s´appelera le Grand Maghreb / Union du Maghreb tout court,comme souligné dans la constitution.
http://www.parlement.ma/fe/images/CONST/constitution%20du%201er%20juillet%202011.pdf

c´est bien plus que 40% cher ami,mais bon c´est une autre histoire/hrira ca..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
snak-boss
Aspirant
Aspirant


messages : 528
Inscrit le : 07/07/2010
Localisation : Belgique Liege
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Lun 5 Sep 2011 - 17:18

Merci de me l'avoir préciser , yakuza Wink


Pour les 40 %, c'est un chiffre qui est strictement minimal pour ne pas mètre plus car cela devient assez ambiguë...



Un Petit article que j'ai trouvé sur le quotidien Elwatan:


Citation :
«Des ‘‘think tank’’ projettent déjà l’image d’un Maghreb qui sera moins arabe et plus berbère»
Grand reporter, rédacteur en chef et éditorialiste à TV5, Slimane
Zeghidour a largement couvert le monde arabe au point de devenir un fin connaisseur de la région. En sus d’être un infatigable globe-trotter et une figure médiatique bien connue, l’enfant d’Erraguène (Jijel) est un homme d’une grande érudition. Esprit vif à la culture vertigineuse, il porte un regard bien singulier sur les événements qui agitent notre planète. Un regard où se mêlent l’histoire, l’anthropologie, la psychanalyse, la géopolitique, l’art, la philosophie… Nous l’avons sollicité pour disséquer le cycle insurrectionnel en cours, et il s’est prêté généreusement à l’exercice. Avec une vision lucide et un talent de conteur, il nous livre une analyse saisissante des bouleversements politiques qui ont changé le visage du monde arabe.




- Le régime de Mouammar El Gueddafi vient de tomber après six mois de combats. Comment réagissez-vous, à chaud, à cette chute ? Quelles auront été, selon vous, les spécificités de cette «révolution» libyenne ?


Une ère s’achève, une autre s’ouvre, la nature ayant horreur du vide. El Gueddafi fini, reste son héritage accablant, chaotique. Un constat d’abord : où sont donc passés ces soldats dévoués et patriotes, ces masses populaires ardentes, ces avions, tanks et missiles dernier cri ? Une leçon, ensuite : il ne peut y avoir d’armée efficiente dans un pays où règne la médiocrité, le laisser-aller et l’arbitraire. Une morale enfin : la pathétique solitude des dictateurs arabes. Voyez avec quelle désinvolture les «fidèles» du Guide l’ont lâché pour aller monnayer leur salut personnel contre les secrets d’Etat qu’ils détiennent. Ce type de régime a moins à voir avec la dictature de type européen ou latino-américain qu’avec la mafia, un mot qui viendrait de l’arabe «ma’afiya» signifiant la «protection». La protection en échange de l’allégeance au chef. Mais dès que celui-ci flanche, il y a rupture immédiate du contrat. La singularité du cas libyen saute aux yeux.


Primo : les Egyptiens, les Syriens, les Tunisiens, les Yéménites sont tous sortis protester en arborant leurs couleurs nationales. Rien de tel avec les Libyens qui ont d’emblée hissé un nouveau-ancien drapeau, celui du royaume Senoussi, renversé par El Gueddafi le 1er septembre 1969. Secundo : au contraire de leurs frères arabes, les insurgés libyens ne se recrutent pas parmi les jeunes sans travail ni avenir. Ce ne sont pas des exclus, démunis de tout. Au contraire : il y a parmi eux des caciques du régime, des exilés qui ont fait fortune dans les pays anglo-saxons, des libéraux bon teint, des monarchistes, des islamistes plus ou moins repentis. Leur profil est très différent de celui des autres révoltés. Tertio : alors que les «révolutionnaires» tunisiens, égyptiens, syriens ou yéménites sont sortis mains nues crier leur soif de liberté, les Libyens, eux, sont soudain apparus bardés de roquettes anti-chars, d’orgues de Staline, de canons et d’uniformes venus de tous horizons. En un mot, en Libye, ce n’est pas une catégorie sociale qui s’est révoltée, mais une région, la Cyrénaïque, capitale de Benghazi.




- Comment envisagez-vous l’après El Gueddafi ? On sait que l’OTAN, et la France en particulier, se sont beaucoup impliqués pour soutenir le CNT. Certains prédisent déjà un gouvernement à l’irakienne après l’éviction de Saddam par les Américains...


El Gueddafi a tout fait pour gommer le brouillon d’Etat construit par la dynastie Senoussi. Il a aboli tout semblant d’institution un tant soit peu représentative, parti politique, syndicat, association de quartier, amicale de métiers. Il n’y avait ni conseil des ministres, ni véritable état-major militaire, ni députation ni même des ambassades à l’étranger, celles-ci étant réduites à de simples «bureaux populaires». Tout est donc à faire et à refaire, à partir de zéro ou presque : le découpage administratif, les billets de banque ou les manuels scolaires, tous à la gloire du Guide, l’hymne national, les passeports, les timbres, les noms de lieux. Il faut récupérer les milliards placés ou investis hors du pays, revoir les contrats, reconstituer la police, l’armée... Et bien entendu, il faudrait trouver des cadres assez compétents, motivés et intègres pour s’atteler à ce chantier colossal. Avec la Libye, on aura assisté au troisième régime mis à bas avec l’appoint décisif d’une intervention militaire étrangère, terrestre en Afghanistan et en Irak, aérienne dans le cas libyen. On sait ce qu’il en est advenu de Kaboul et Baghdad : la fin des délires du mollah Omar et de la terreur de Saddam Hussein ont eu pour corollaire une division de fait de ces pays. Le Pachtoun Hamid Karzaï n’a pas réussi à se rallier les Ouzbeks de Mazar-i-Charif ni les Tadjiks du Pandjchir. Idem pour l’Irak, coupé entre un Nord kurde, un Sud chiite et un Centre sunnite, le tout sur fond de déplacements de populations visant à une sorte de purification ethnique sans armes ni violences. Qu’en sera-t-il de la Libye, un pays composite fondé sur un trépied assez bancal assemblant la Cyrénaïque, la Tripolitaine et le Fezzan, au Sud ? C’est un défi majeur que les futurs dirigeants devront relever, sous peine de partition, un risque qui n’a hélas plus rien de fictif depuis que le Soudan a subi l’ablation de son Sud, qui plus est avec l’aval de la Ligue arabe !




- Comment se dessine le nouveau Maghreb à l’aune de tous ces bouleversements, sachant que le CNT a toujours reproché au gouvernement algérien ses positions ambiguës vis-à-vis du conflit libyen et son soutien au colonel El Gueddafi ?


Nul ne sait de quoi demain sera fait. Tout le monde semble naviguer à vue, y compris les grandes puissances, tant il est vrai que les grilles de lecture issues de la guerre froide, les paradigmes géostratégiques et les schémas mentaux en vigueur jusqu’ici ne sont plus opératoires. Ils sont caducs, point barre ! Un ample mouvement de redistribution des cartes, y compris dans le sens géographique, est à l’œuvre sous nos yeux ébahis. Depuis 1991, l’ONU a accueilli une vingtaine de nouveaux Etats, le plus récent étant le Sud Soudan. Le dogme de l’intangibilité des frontières coloniales a vécu, voici venu le temps des minorités, des provinces et des principautés. Faut-il donc rappeler que sur les 230 000 km de frontières terrestres entre Etats, plus de la moitié, oui plus de la moitié, dont celles des pays arabes, ont été tracées par deux puissances, la France et la Grande-Bretagne ? On n’a jamais autant parlé de «Berbères» en Libye que lors de cette insurrection, non en tant que composante vitale de l’identité maghrébine mais en tant que corps social «à part», par opposition aux Arabes. Des «think tank» projettent déjà l’image d’un Maghreb qui sera moins arabe et plus berbère. En tout état de cause, les remous qui risquent d’affecter la Libye ne manqueront pas de peser sur le cours des transitions en Tunisie et en Egypte et, bien entendu, sur l’Algérie.




- Abordons maintenant le cas égyptien. Que vous ont inspiré ces images d’un Hosni Moubarak diminué, dans une posture peu glorieuse, porté sur une civière et comparaissant devant ce tribunal du Caire ?


A vif, j’ai eu comme un flash fulgurant : l’image d’un autre dictateur, peut-être le premier tyran-bouffon jamais jugé en Afrique, celle de Macias Nguema, le président de la Guinée équatoriale, ex-colonie portugaise. Renversé puis capturé, ce mélange d’Amin Dada, de Pol-Pot et d’El Gueddafi est présenté au tribunal couché sur un brancard, l’air hébété. L’image fit sensation. Sous son règne (1968-1979), un tiers de la population avait fui le pays. Il avait interdit les timbres, le courrier, le port de chaussures. Et aboli toutes les religions, sauf son propre culte qu’on célébrait dans des temples répartis à travers tout le pays.

Voilà donc l’image qui gicla dans mon esprit en voyant Hosni Moubarak, alias «le héros
de la traversée» (de la ligne Bar-Lev) ou «Vache qui rit», couché sur une civière, derrière des barreaux. Rien de glorieux dans ce spectacle, pas plus pour l’Egypte que pour la justice du pays, celle-là même qui aura, jusqu’ici, expédié des dizaines de milliers de citoyens dans l’enfer des bagnes de la Haute-Egypte. On ne se grandit pas en rabaissant un homme dans son humanité, aussi vil soit-il. Tout un chacun a droit au respect de son intégrité physique et morale, quand bien même il aura, lui, piétiné celles des autres. Réagir à la violence brute par une autre violence, c’est, au final, donner raison au tyran et lui concéder par là même une sorte de victoire.
L’intérêt, la vertu pédagogique du procès de Moubarak n’est pas tant la juste sanction d’un responsable politique que la rupture une fois pour toutes avec le cycle infernal des violences politiques, qui ont déjà pourri la vie à deux générations d’Arabes, poussé des millions d’entre eux à un exil sans retour. Sur ce point, je reste redevable au Nobel de la paix argentin, Adolfo Perez Esquivel, d’une immense leçon d’éthique : il faudrait démontrer via le procès que non seulement le crime ne paye pas, mais qu’il se payera tôt ou tard. Rien ne serait pire que de laisser s’installer dans l’inconscient collectif l’idée que l’usage de la violence politique peut payer et même rester impuni. Ce serait laisser le portail grand ouvert à la tentation de la violence.


On n’a encore jamais vu une justice expéditive aboutir à un ordre stable. Au contraire, la vengeance appelle toujours la vengeance. Voilà pourquoi il faut couper net le cycle. Humilier, dégrader, tuer, assouvit non pas la soif de justice mais l’instinct de vengeance. Il faut méditer, à ce propos, le sort infligé au Premier ministre irakien Nouri Saïd (1888-1958), il y a déjà plus d’un demi siècle. S’étant évadé de son palais déguisé en femme, il fut reconnu, aussitôt lynché par une foule en furie qui accrocha son cadavre à une moto pour le traîner ensuite en macabre trophée à travers tout Baghdad.
Cette image d’un Moubarak aux abois marque probablement un temps fort des révolutions arabes. C’est peut-être le moment de dresser un premier bilan de ce cycle insurrectionnel, notamment des révolutions tunisienne et égyptienne. Partagez-vous le sentiment selon lequel rien n’est encore réglé, que ce soit à Tunis ou au Caire ? On a vu les jeunes en Egypte réinvestir Maydan Atahrir pour exiger le départ du maréchal Tantaoui et sa clique…Rien n’est réglé, tout reste à faire. Une fois décapité, privé de son raïs, le pouvoir doit être reconstruit. Comment ? En le restituant aux citoyens qui vont, eux, choisir qui sera en mesure de l’incarner. Il ne s’agit donc pas de substituer une «tête» par une autre, mais de donner un autre contenu et une mission autre au pouvoir. Ce sera un travail ardu mais crucial. Faut-il rappeler que l’Etat républicain égyptien est dirigé par des militaires depuis sa création mi-1952 et que depuis lors, il n’aura eu que… trois présidents en 60 ans, dont un, Moubarak, 30 ans durant ? L’état des lieux est accablant : avec 5 à 6 millions de gratte-papiers d’une bureaucratie aussi impotente que tyrannique, deux à trois millions de soldats, gendarmes, policiers, indicateurs et autres seconds couteaux, l’Etat égyptien n’est plus qu’un monstre obèse, un Etat-parasite, un pur pouvoir d’obstruction. En clair, avant de songer à un Etat de droit, il faudrait bien commencer par y édifier déjà un Etat tout court.


Il faut donc se défier de la «pensée magique» selon laquelle la révolte en elle-même produit la révolution, soit le changement radical, la rénovation, le bonheur. C’est une vue de l’esprit, un leurre dangereux. C’est juste que la route est ouverte, mais que tout un chemin reste à parcourir pour la construction d’une société politique moderne, avec une séparation des pouvoirs, un Etat arbitre, un Etat puissant parce qu’il a l’assentiment de la population et non pas parce qu’il l’intimide ou la terrorise avec ses pléthores de flics et de mouchards. La seule et unique force d’un Etat, c’est la confiance qu’il inspire aux citoyens. Dans Le Prince, Machiavel propose toutes les recettes et les combines pour que le Prince puisse se maintenir au pouvoir : la manipulation, la corruption, la prébende, le chantage, les alliances matrimoniales, bref, toute sorte d’expédients. Et il termine en lui disant : «Mais sache quand même que le meilleur moyen de gouverner dans la quiétude et la prospérité, c’est d’être aimé par son peuple.» A bon entendeur…




- Vous être connu pour être un spécialiste de la géopolitique des religions. La donne islamiste revient avec insistance dans la reconfiguration de la société politique en Tunisie et en Egypte. Comment voyez-vous le positionnement de l’islamisme dans le nouvel échiquier politique qui se dessine dans ces deux pays ?


Je ferai d’abord une observation préliminaire. On parle de l’islamisme comme on parlerait du communisme. Or, il n’y a pas de doctrine islamiste. J’entends par là une théorie générale de l’homme et de la société, à l’instar de ce que l’on connaît dans les doctrines marxiste, fasciste, libérale. J’ai rencontré assez de dirigeants islamistes pour en parler : il n’y a pas de doctrine islamiste digne de ce nom. Rien d’étonnant à cela : le cursus académique des «penseurs islamiques», leur conviction que l’Islam recèle en lui tout le savoir humain - «El Islam din kamil chamil» -, leur peu d’intérêt pour les autres civilisations, tout cela fait qu’ils sont hors d’état de créer une idéologie islamique en prise sur le siècle et exprimée à travers un discours cohérent et universaliste. Il y a juste chez la plupart d’entre eux ce leitmotiv que le retour à un prétendu âge d’or de l’Islam résoudrait tous les problèmes.
On est dans la pensée magique. Cela tend à dire que la piété en elle-même, par une opération du Saint Esprit, apportera la prospérité, la paix et le bonheur. Tout cela est bien joli, mais exercer le pouvoir ne consiste pas à protéger la religion mais à prévoir et à gérer des conflits incessants, à relever des défis inédits, à imaginer des solutions efficaces à des problèmes de plus en plus complexes. D’ailleurs, moi, si j’étais un islamiste, je prierais pour ne jamais exercer le pouvoir parce que ce serait prendre le risque de disqualifier la religion en lui faisant porter le chapeau de l’échec des hommes qui agissent en son nom.




- Pourtant, les mouvements islamistes, eux, se préparent activement pour s’engager dans cette bataille politique précisément…


Oui, je le vois. Cependant, le cas tunisien est singulier. Rien à voir avec l’Algérie ou l’Egypte. Un, la Tunisie n’a aucun problème identitaire. Tout le monde se sent tunisien, même les enfants de juifs tunisiens immigrés en Israël qui habitent Tel-Aviv ou Petakh-Tikva se définissent en tant que tels. Deux, il y a un bilinguisme arabe-français apaisé dont tout le monde se félicite, et qui plus est n’entame nullement le parler populaire tunisien. Quand on connaît le pouvoir de nuisance de ces deux problèmes en Algérie, on se dit que la Tunisie à vraiment de la chance. Trois, le pays a une histoire qui le distingue nettement de son voisin algérien. Un exemple, à Alger, le pouvoir ottoman n’a jamais été dévolu à des autochtones et ne fut exercé que par des «raïs» venus d’Europe, des renégats ou chrétiens convertis à l’Islam qui y ont vécu le regard fixé sur la mer, le dos tourné au pays profond.


Hussein Dey a signé la capitulation sans barguigner avant de gagner Naples avec son trésor et sa famille. Rien de tel en Tunisie, où les «pieds-noirs» ottomans, pour la plupart des Grecs ou des Crétois, se sont «créolisés» au même titre que les Espagnols d’Amérique du Sud qui ont fini par développer un patriotisme local, avec Simon Bolivar entre autres. Savez-vous que Bourguiba tout comme Bahi Ladgham ont des origines crétoises ? Et c’est quand même épatant de savoir que ce sont eux qui ont porté le patriotisme tunisien. J’ai vu comme tout un chacun la Tunisie fliquée à mort sous Ben Ali, un flicage absurde compte tenu du caractère pacifique et policé de la société. Sauf qu’il y a une classe moyenne et il y a un Etat en Tunisie. Et cela se voit tout de suite, dans le tissu urbain, dans la trame des paysages ruraux, dans la préservation du patrimoine historique dont chacun connaît la valeur. Il n’y a pas de HLM et pas plus de cité des «1500 logements» ou encore des «12 Salopards» comme on en voit à Alger ou à Tizi Ouzou mais également au Caire. Il y a de petites maisons de petits bourgeois. 80% des Tunisiens sont propriétaires de leur maison. Tout est tracé au cordeau, et la façade des maisons et des immeubles relève de l’espace public. On n’a pas le droit de mettre des barreaux à la fenêtre, de placer du zinc pour cacher la vue des femmes au balcon. Toutes ces choses-là n’existent pas en Tunisie. Et cela se répercute sur l’islamisme tunisien qui est un islamisme d’épargnant petit bourgeois, plus conservateur qu’intégriste. En tout cas, et jusqu’à nouvel ordre, ce n’est pas un islamisme insurrectionnel.




- Venons-en maintenant au chantier syrien. Il y a quelque chose qui choque dans l’attitude de Bachar Al Assad. Il est relativement jeune, il est ophtalmologue de formation, il a fait ses études à Londres, et voilà qu’il se comporte comme son père, confirmant parfaitement l’adage : «Tel père tel fils». Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans sa tête pour massacrer son peuple de cette
manière ? Serait-il pris d’un sentiment de panique ?


Souvent, les choses sont d’une simplicité désarmante. J’ai un ami anglais, un universitaire, qui m’a dit un jour une chose très juste : les services de renseignement dans ce type de régimes fonctionnent comme les journalistes de la presse aux ordres du parti qui y règne. Tous deux intoxiquent le régime en lui racontant ce qu’il a envie d’entendre.
Le paradoxe est que ces services de renseignement qui sont supposés tout savoir – et souvent ils en savent long sur les petites choses de la vie quotidienne des gens, du genre qui parle avec qui, qui couche avec qui, etc – finissent par s’auto-intoxiquer eux-mêmes via les journalistes qu’ils «briefent». Mais s’ils disent au régime ça ne va pas dans telle région, la réaction est la sanction. «Donc, vous n’avez pas été capables de les réprimer !» Alors, ils trichent. Ils mentent. C’est pour cela que la phrase la moins mensongère que Ben Ali ait prononcée est : «Je ne savais pas qu’il y avait tout ça.»




- Vous le croyez ?


Oui, je suis enclin à le croire. C’est la phrase où il y avait une part indéniable de vérité. «Je ne savais pas». Cela ne le rend pas pour autant non coupable, non. Il est pleinement coupable et responsable. Le fait est que le régime crée un système de miroirs qui lui renvoie l’image qu’il a envie d’avoir de lui-même. «Je suis aimé. Je suis Bachar et tout le monde m’adore». On l’a vu dans ses discours absurdes, pathétiques, au Parlement, en train de s’esclaffer, affichant une désinvolture indécente alors même que son pays est à feu et à sang. D’abord, parce qu’on ne lui dit pas toute la vérité. Ensuite, parce qu’il y a l’effet «théorie du complot». Il doit se dire : «Je suis tellement légitime que s’il y a des gens qui protestent contre moi, c’est qu’ils sont des agents stipendiés par l’étranger.» Ces gens-là, je dirais presque «sincèrement», n’arrivent pas à imaginer qu’on puisse vivre sans eux. Ils se croient à ce poin indispensables pour leur pays, et c’est dans ce sens qu’ils sont dangereux. Parce que cette cécité les empêche de voir la réalité. Cette cécité se trouve chez El Gueddafi, et elle est chez Bachar également. Ils ont l’impression qu’ils sont la solution alors qu’ils sont le problème, voire le seul problème de leur pays. Ils ont l’impression qu’ils sont la clé alors qu’ils en sont le verrou.


Source: Elwatan


Lisez le car il est très intéressant
Revenir en haut Aller en bas
farewell
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)


messages : 2466
Inscrit le : 13/02/2011
Localisation : ******
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Mar 6 Sep 2011 - 13:27

excellent j'ai beaucoup aimé la phrase

Citation :
«Des ‘‘think tank’’ projettent déjà l’image d’un Maghreb qui sera moins arabe et plus berbère»

c'était d'ailleurs une impression ou plutot une esperance de ma part, mais quand je vois que je ne suis pas le seul a penser c'est de bonne augure, un grand merci a toi pour avoir partager cet article, qui me fait l'impression d'une bouffée d'oxygéne face une afrique du nord cristallisé sous un soleil de plomb "arabo-musulman" que l'on nous servait à chaque heure de la journée depuis nos independances respectives.

PS: cela degage d'ailleurs un fait important et novateur ainsi qu'inedit qui est la prise de conscience generalisé et assumé du fait berbere comme ciment de solidarité et d'interet, destin en commun pouvant architecturer a l'avenir les relations des pays de la region avec un nouvel élan et une dynamique porteuse


cordialement

_________________

"Les belles idées n'ont pas d'âge, elles ont seulement de l'avenir"
Revenir en haut Aller en bas
yassine1985
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2948
Inscrit le : 11/11/2010
Localisation : Marrakech
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Mar 6 Sep 2011 - 15:09

farewell a écrit:


assumé du fait berbere comme ciment de solidarité et d'interet, destin en commun pouvant architecturer a l'avenir les relations des pays de la region.


Je vois les arabes, peuvent aller faire de la nage? l'union maghrebine à l'idéologie algérienne ....

Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur


messages : 6495
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Mar 6 Sep 2011 - 15:46

Farewell veut dire qu'il y aura au Maghreb un "amazigh empowerment" c'est tout à fait normal c'est la règle démocratique qui l'imposera
il ne faut pas non plus créer un "panarabisme" amazigh on a tellement souffert de la "3ourouba" de Nacer

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
farewell
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)


messages : 2466
Inscrit le : 13/02/2011
Localisation : ******
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Mar 6 Sep 2011 - 16:51

FAMAS a écrit:
Farewell veut dire qu'il y aura au Maghreb un "amazigh empowerment" c'est tout à fait normal c'est la règle démocratique qui l'imposera
il ne faut pas non plus créer un "panarabisme" amazigh on a tellement souffert de la "3ourouba" de Nacer

+100

_________________

"Les belles idées n'ont pas d'âge, elles ont seulement de l'avenir"
Revenir en haut Aller en bas
snak-boss
Aspirant
Aspirant


messages : 528
Inscrit le : 07/07/2010
Localisation : Belgique Liege
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Mar 6 Sep 2011 - 17:28

Derien Farewell Wink
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages : 12864
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Jeu 8 Sep 2011 - 12:36

Citation :
Nos diplomates parlent en “off” sur le Maghreb



Rencontre avec nos ambassadeurs en poste en Afrique du Nord. Impossible de citer les sources, mais les premiers bilans sont instructifs.
Paris a accueilli la XIXe Conférence des ambassadeurs (181 chefs de mission) – « un événement majeur de la diplomatie française », précise le Quai d’Orsay – , en marge de laquelle des diplomates vont à la rencontre des journalistes sous le sceau du “off absolu” (impossibilité de citer la source).
Le grand intérêt de ces rendez-vous aura été d’entendre le satisfecit de nos ambassadeurs au Maghreb, sur le ton modeste et martial adopté par le chef de l’État. Leur “nous” très collectif permet de valoriser le succès de la conférence de Paris sur la Libye (soixante-trois participants, 15 milliards de dollars d’avoirs libyens bientôt dégelés) et de gommer les doutes exprimés sur l’option militaire par Alain Juppé au début de la crise. Oubliée sa recherche du dialogue avec le clan Kadhafi pour son éviction “en douceur”. Le ton est donné : « Le succès est là et il faut aller de l’avant » ; « Assez de retours en arrière » ; « Positionnons-nous avec la jeunesse et les forces de renouveau. »
Nos diplomates ne doutent pas de la suite. À croire que le souffle de la liberté au Maghreb les a hissés sur un nuage. En Tunisie comme en Égypte, « le pays tourne, l’administration et les institutions fonctionnent ». Le pronostic est rassurant avant les élections du 23 octobre. Le bloc islamiste tunisien semble incapable de rassembler plus de 25 % de l’électorat, face au centre droit (libéral, estimé à 35 %) et aux socialistes (20 %). Comme en Égypte, les partis prônent une transition démocratique : « Les islamistes sont un mouvement divisé et composite. Ils n’ont pas de modèle politique. Ils ne veulent pas le pouvoir. » Ils le proclament : « Notre seule charia c’est la démocratie et la liberté. » Certes, mais ils l’avaient dit aussi ailleurs…
On se réjouit : « Ce pays de dix millions d’habitants vivait sous cloche. Il se banalise. C’est un laboratoire. » L’aveuglement initial de la France est oublié. « Nous vivons sous un ciel sans nuages. »
Malgré des débuts un peu chahutés, notre nouvel ambassadeur à Tunis, le sémillant Boris Boillon, a remonté la pente. Sa jeunesse est une arme : il est en prise directe avec les “blogueurs” et les “twitteurs” qui ont accompagné cette révolution.
Les 1 270 entreprises françaises présentes en Tunisie devraient en profiter. La Tunisie bénéficie déjà de 1,5 milliard d’euros d’investissements directs français. Un plan de 350 millions d’euros aidera à la transition. La France sera généreuse : 90 000 visas ont été attribués et deux charters de retours volontaires sont arrivés à Djerba. Le retour se fait dans de bonnes conditions : « On leur finance leur microentreprise. »
Au palmarès des pays secoués, le Maroc a pris de l’avance, engagé dans une ambitieuse politique de réformes. La contestation sociale née le 20 février est même un atout : « Le souverain a trouvé avec ce mouvement l’outil qui lui a permis de balayer des obstacles qui le gênaient pour appliquer les réformes promises depuis des années. »
Un léger doute cependant : « La vitesse du changement n’est pas garantie. Si cela ne tenait qu’au roi, il irait plus loin et plus vite. » Le palais pousse à la roue, la Constitution proposée est bonne, « mais les partis ne semblent pas prêts à entrer dans le jeu ». Dans cette société rurale à 35 %, on observe encore « des comportements anciens d’allégeance qui continuent à peser ». Premier investisseur direct avec 700 entreprises françaises implantées, premier client et premier fournisseur, la France a des atouts dans « ce Maroc qui veut se brancher sur les métiers mondiaux, base d’assaut sur les marchés africains ».

Pour l’Algérie au contraire, le constat est cruel. Ce « pays pathétique » est le grand perdant. Les mots sont sévères : « Ce bloc monolithique ne comprend rien, il est dépassé. » Dans ce régime où « deux cents têtes » font la pluie et le beau temps, « les autorités continuent à contresens ». Les Algériens sont passifs : « Cela fait de la peine de voir ce peuple tué, qui n’a pas plus de ressort. » Dans le nouveau paysage géopolitique du Maghreb, l’Algérie devient préoccupante : « C’est un mastodonte qui va nous gêner. » Frédéric Pons


http://www.valeursactuelles.com/actualit%C3%A9s/monde/nos-diplomates-parlent-en-%E2%80%9Coff%E2%80%9D-maghreb20110908.html


Le constat est amère et sans appel Neutral

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Ven 9 Sep 2011 - 0:22

faux,en 2009 on comptait deja 750 entreprises francaises implantées au Maroc
Citation :
..il a précisé que ces implantations (passées de 529 en 2006 à 750 en 2009)..
http://maghress.com/fr/lematin/135724

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3321
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Ven 9 Sep 2011 - 0:26

Yakuza a écrit:
faux,en 2009 on comptait deja 750 entreprises francaises implantées au Maroc
Citation :
..il a précisé que ces implantations (passées de 529 en 2006 à 750 en 2009)..
http://maghress.com/fr/lematin/135724
oui je trouvais le nombre d'entreprise trop bas aussi surtout en voyant par rapport a celui de la Tunisie !!

_________________
" les orphelins d'aujourd'hui seront les guerriers de demain !!! " GAZA
Revenir en haut Aller en bas
Missoum
Aspirant
Aspirant


messages : 530
Inscrit le : 17/08/2010
Localisation : RP
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Ven 9 Sep 2011 - 23:34

C'est la fin des Haricots pour l'Algérie, le CNT a avancé des preuves irréfutables de son implication criminelle auprès de ce tyran de Kaddafi, Al Jazira en Direct Live retransmet la cérémonie de présentation des preuves à 500 journalistes étrangers venus des 4 coins du monde, les Algériens directement impliqués, avec ça je crois que les carottes sont cuites pour nous !

Voici un petit résumé de la conférence de presse en World Prime Time tout à l'heure sur CNN/Al Jazira/ BFM TV etc...

http://www.youtube.com/watch?v=Au7_q4G2ho4&feature=player_embedded#


Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division


messages : 6778
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Ven 9 Sep 2011 - 23:37

Missoum a écrit:
C'est la fin des Haricots pour l'Algérie, le CNT a avancé des preuves irréfutables de son implication criminelle auprès de ce tyran de Kaddafi, Al Jazira en Direct Live retransmet la cérémonie de présentation des preuves à 500 journalistes étrangers venus des 4 coins du monde, les Algériens directement impliqués, avec ça je crois que les carottes sont cuites pour nous !

Voici un petit résumé de la conférence de presse en World Prime Time tout à l'heure sur CNN/Al Jazira/ BFM TV etc...

http://www.youtube.com/watch?v=Au7_q4G2ho4&feature=player_embedded#





maintenant pour sauver la face le DRS va introduire des dirhams marocains en libye pour montrer l'ingerence du maroc.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?    Aujourd'hui à 3:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelles relations intermaghrébines dans le nouveau contexte géopolitique régional ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» c'est un gars qui va dans un nouveau camp de nudistes
» Philippe Bouvard parle de BB dans son nouveau livre
» ma fille n'aime pas son nouveau siège auto !
» Nouveau président en "région" Basse-Normandie.
» Comment faites vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: