Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 TUNISIE - Actualités et avenir

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40
AuteurMessage
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13858
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mar 13 Juin 2017 - 23:44

Une mesure sage est plus que nécessaire ! Nous ferions bien si ce n'est pas le cas de les suivre en exemple .

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2280
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mar 13 Juin 2017 - 23:52

Lam3allam c'est Poutine.. 500 moutons arrêtés en une seule journée de manifestation Shocked

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2280
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Ven 30 Juin 2017 - 23:22

Citation :

Tunisie : des sites de production décrétés « zone militaire interdite »


Les sites de production et installations vitales du pays seront désormais considérés comme « zone militaire interdite » en Tunisie, a annoncé la présidence de la République. Cette mesure vise à empêcher leur entrave par des mouvements sociaux.

Un décret en ce sens « a été examiné et approuvé » par le conseil de sécurité nationale réuni mercredi 28 juin au palais présidentiel, a indiqué Béji Caïd Essebsi dans un communiqué. Présenté par le ministère de la Défense, le texte entrera en vigueur dès publication au Journal officiel, a précisé à l’AFP la présidence de la République, sans autre précision.

Le nombre de sites concernés n’a pas non plus été mentionné. Sollicité, le porte-parole du ministère de la Défense, Belhassen Oueslati, n’a pas souhaité faire de commentaire.

Une liste « longue et diversifiée »

Selon le quotidien La Presse de jeudi 29 juin, la liste des sites, qui « sera révélée prochainement au public », « sera longue et diversifiée puisqu’il s’agit maintenant de savoir quelle est l’installation qui peut être considérée comme stratégique ou vitale ». Elle concernera les sites pétroliers et le bassin minier de Gafsa, mais « pas exclusivement », d’après le journal.

Six ans après la révolution, la Tunisie cherche toujours à relancer son économie. L’actuel gouvernement d’union, à l’image de ses prédécesseurs, est confronté à une grogne sociale donnant lieu à la paralysie de sites de production.

En réaction à cette grogne, le chef de l’État Béji Caïd Essebsi avait annoncé le 10 mai, lors d’un discours officiel, que l’armée allait dorénavant protéger ces sites des mouvements sociaux susceptibles d’empêcher leur exploitation.

« Toute personne voulant manifester peut manifester, dans le cadre de la loi […]. Mais si tu veux manifester et que la première chose que tu fais, c’est stopper la production de la Tunisie […] où allons-nous ? », avait-il lancé, ajoutant : « Nous savons que c’est une décision grave mais elle doit être prise. »

Au cours des jours suivants, un sit-in observé depuis plusieurs semaines à El-Kamour (sud-est), à proximité d’un complexe pétrolier, avait dégénéré en heurts. Le 22 mai, un manifestant avait été tué par un véhicule de la gendarmerie, « accidentellement » selon les autorités, provoquant une flambée de violences dans la région.

Après médiation du puissant syndicat UGTT, un accord avait été trouvé mi-juin entre autorités et manifestants, prévoyant des embauches pour les jeunes de la région et la création d’un fonds d’investissement. Des mouvements sporadiques persistent toutefois sur d’autres sites, à Kébili (sud) par exemple.

AFP

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2280
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Lun 3 Juil 2017 - 19:34

Citation :

La Tunisie se soumet au FMI et suspend ses subventions au carburant


La Tunisie a annoncé, hier, qu’elle suspendait ses subventions au carburant. Cette décision a entraîné une hausse de 6,7% du prix du pétrole, indique Reuters qui souligne que la manœuvre vise à permettre au pays de réduire son déficit budgétaire. Elle permet au pays de se conformer aux directives du Fonds monétaire international (FMI) qui attend de lui une réduction de son déficit budgétaire.

En effet, la Tunisie a perçu le mois dernier une autre tranche de 320 millions $ de l’institution de Bretton Woods, dans le cadre d’un prêt global de 2,9 milliards $. Il faut noter que la libération de ce financement avait déjà connu du retard et n’a été rendue possible que par l’engagement de Tunis d’accélérer la mise en œuvre des réformes économiques prescrites par le FMI, notamment la réduction des effectifs de la fonction publique.

Selon les autorités tunisiennes, si rien n’était fait, le déficit budgétaire se serait élevé à 5,9% cette année contre 5,4%, l’an dernier. Cette situation aurait pour cause principale la charge représentée par les coûts élevés des hydrocarbures et la chute du dinar. Les Tunisiens qui devront désormais payer le litre d’essence sans plomb à 1,75 dinar contre 1,65 dinar précédemment, verront les prix du carburant augmenter pour la première fois depuis 3 ans.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2130
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mar 25 Juil 2017 - 1:03

Citation :
DERNIÈRES NEWSEzzeddine Saidane : La Tunisie vit le scénario grec…en pire !

L’expert économique Ezzeddine Saidane a soutenu que « la Tunisie vit le scénario grec en pire » ajoutant que « si la Grèce avait été épaulée par l’UE, la Tunisie, elle, n’a personne ». Pour lui, « le pays n’a pas le choix, il doit suivre les recommandations du Fonds Monétaire International (FMI) ».

M. Saidane a expliqué, lors d’une interview accordée ce lundi 24 juillet 2017, à  Amina Ben Doua dans l'émission Midi Show, qu’après la révolution, on parlait de recommandations du FMI alors que réellement, il n’y en avait pas : Il y avait plutôt des engagements des autorités tunisiennes pour réaliser certaines réformes économiques.
«Aujourd’hui, je le dis avec une certaine amertume : Avec certaines de ses mesures, le FMI met l’économie tunisienne sous sa tutelle. Il y a des décisions et des mesures que l’Etat tunisien ne peut pas prendre librement sans l’approbation du FMI. En outre, il y a des rapports mensuels qui devront être envoyés à l’institution monétaire internationale», a-t-il affirmé.

Revenant sur certaines dates clés, l’expert économique a rappelé que la Tunisie a recouru au FMI en 2013, dans le cadre d’engagements et de réformes bien déterminés. Les réformes convenues n’ont pas été accomplies intégralement, puisque la dernière tranche a été bloquée et a été annulée, la Tunisie n’ayant pas respecté ses engagements.
En mai 2016, la Tunisie a de nouveau recouru au FMI pour obtenir un crédit de 7 milliards de dinars (soit 2,8 milliards de dollars) et la Tunisie s’est engagée à réaliser un programme de réformes contre le déblocage du prêt, explique l’expert.
« La première tranche est automatiquement débloquée dès la signature de l’accord. La deuxième tranche, en revanche, n’a pas été débloquée alors que cela aurait dû se faire en décembre 2016. Il y a eu, entre temps, la visite de plusieurs délégations du FMI jusqu’à celle d’avril qui a été déterminante. Le FMI s’orientait vers le blocage de la 2ème tranche, mais la Tunisie insistait pour remettre en cause les principes de l’accord établi entre les deux parties », a-t-il dit.
L’expert ajoute que « cette affaire a été suivie par une dépréciation violente du dinar, une augmentation du taux d’intérêt directeur, deux fois en à peine un mois, l’augmentation des prix du carburant et diverses autres mesures ».
«Si cette tranche n’a pas été versée, elle aurait créé un étranglement complet de l’économie tunisienne, sachant que l’ensemble des institutions financières suivent l’avis du FMI», estime-t-il.
Il ajoute : « Juste après le déblocage de cette tranche, la Banque Mondiale a accordé un prêt de 500 millions de dollars, la BEI 300 millions d’euros et la BAD 300 millions de dollars. Ces prêts ont donné une bouffée d’air aux finances tunisiennes ».

« Cette fois-ci, le FMI a exigé la signature du gouverneur de la BCT et du chef du gouvernement sur l’accord les liant, pour sceller les engagements de l’Etat tunisien. Ces accords concernent, notamment, le départ de 25.000 fonctionnaires ce qui fera perdre à l’administration ses meilleurs éléments, le gel de l’augmentation de la masse salariale, la mise en place d’une politique d’austérité, le suivi avec le FMI de 5 sociétés publiques (Tunisair, la STEG, l’Office des céréales, la Régie nationale des tabacs et des allumettes (RNTA) et la SONEDE) avec des rapports périodiques ainsi que des rapports mensuels sur une trentaine d’indicateurs », a précisé Ezzeddine Saidane.
«Ce sont des engagements importants et je doute que la Tunisie soit capable de les tenir, sachant qu’une délégation du FMI est actuellement en mission en Tunisie, pour le déblocage de la 3ème tranche prévue pour octobre 2017 », note-t-il, en expliquant qu’il y a une opacité politique qui empêche la prise de décisions de l’exécutif et le dialogue avec les parties sociales.

« Le départ de 25.000 fonctionnaire a un coût et on ne sait pas comment cela va-t-il être financé », indique-t-il, en rappelant également que, « le gouvernement s'est engagé à opérer des augmentations salariales en 2017 et en 2018 ».

http://www.businessnews.com.tn/Ezzeddine-Saidane--La-Tunisie-vit-le-sc%25C3%25A9nario-grec%25E2%2580%25A6en-pire-!,520,73812,3
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13858
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Jeu 24 Aoû 2017 - 0:33

Les cons donnent du grain à moudre à ceux qui sont contre notre adhésion ! Il faut impérativement fermer la porte derrière nous sinon on risque de se retrouver avec les zazairien

http://m.huffpost.com/mg/entry/17806342

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6534
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Jeu 24 Aoû 2017 - 19:22

Ce se fera pas comme ca je pense.

Deja la CEDEAO doit "absorbé" le Maroc qui est un trés trés trés gros morceau au niveau africain.
Alors prendre en plus la Tunisie ca va etre tendu pour eux.
Ensuite la Tunisie a 10 ans de retard sur le Maroc en terme d'intégration africaine, il n'y a pas eu d'activisme politique a l'image des tournées royale en Afrique. Il n'y a pas de grande banque tunisienne qui domine en Afrique de l'Ouest, etc...
Enfin la Tunisie a d'autres chat a fouetter, ils sont en plein remaniement gouvernemental, les principaux partis politique veulent la tete du 1er Ministre, ils doivent se sortir de la crise économique et financière ( la Tunisie n'est plus en capacité d'emprunter sur le marché financier).
En plus, le Maroc a quelques choses a donner aux africains, les engrais phosphaté, ce que la Tunisie a aujourd'hui du mal a produire son phosphate du fait des blocages et des greves

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2280
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mar 21 Nov 2017 - 15:13

Citation :

La Tunisie accélère son adhésion à la CEDEAO

En visite à Tunis, ce lundi, le président de la commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Marcel de Souza, et les autorités tunisiennes ont signé un mémorandum d’entente visant la mise en place d’une feuille de route, pour la promotion de la coopération économique, entre la Tunisie et l’institution sous-régionale.

Ce protocole qui porte sur les secteurs agricole, commercial et de développement, servira de tremplin pour la création d’une zone de libre-échange entre les deux parties.

Bien que la rencontre de Tunis marque un tournant décisif dans le processus d’adhésion du pays du Jasmin, la Tunisie devra encore garder son statut d’observateur jusqu’aux prochaines réunions de l’organisation d’intégration qui se tiendront en novembre 2018, à Lomé.

« Pour l'instant, la Tunisie prendra part aux prochaines réunions de cette communauté, prévues en novembre, au Togo, en tant qu'observateur », a souligné le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui (photo).

Si les échanges commerciaux entre les pays de l’Afrique de l’Ouest et la Tunisie ne représentent que 1% du commerce global tunisien, les autorités tunisiennes espèrent booster ces échanges à plus de 10%.

La ruée vers l’Ouest des pays de l’Afrique du Nord est révélatrice des atouts énormes que présente le marché de la CEDEAO. Avec une population de plus de 320 millions d’habitants, majoritairement jeune, combinée à l’amélioration continue de la qualité de la main-d’œuvre, la zone d’intégration dispose de précieuses potentialités aussi bien en matière d’investissements que sur le plan commercial.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24914
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Jeu 14 Déc 2017 - 17:11

Citation :
Le FMI appelle Tunis à des "mesures décisives" face aux déficits


AFP 14/12/2017


Le gouvernement tunisien a adopté un budget "ambitieux" pour 2018, a estimé le Fonds monétaire international (FMI), tout en exhortant à une "action urgente" et des mesures "décisives" face au creusement inquiétant des déficits.

Sept ans après sa révolution, la Tunisie peine toujours à relancer son économie, et l'unique pays rescapé du Printemps arabe a obtenu en 2016 une nouvelle ligne de crédit auprès du FMI, d'un montant de 2,9 milliards de dollars sur quatre ans, en échange d'un programme de réformes. L'accord prévoit huit revues du Fonds pour valider son versement graduel.

A la faveur de la relance du tourisme et du rebond de la production de phosphates -deux secteurs vitaux de l'économie--, la croissance en Tunisie "s'est raffermie pour atteindre environ 2%", s'est ainsi félicité le FMI après l'une de ces revues.

Dans un communiqué publié mercredi soir, il a également salué la loi de finances "ambitieuse" 2018 adoptée samedi soir au Parlement, qui prévoit notamment de réduire le déficit budgétaire à moins de 5%, un objectif jugé "ambitieux".

Malgré cela, l'institution de Bretton Woods a exprimé son inquiétude face à l'accentuation des "vulnérabilités macro-économiques", appellant à une "action urgente". La dette publique continue de grimper à 70% du PIB, le déficit commercial va atteindre un niveau record "à deux chiffres", tandis que l'inflation -qui a "dépassé" 6% en novembre- affecte le niveau de vie, a-t-elle prévenu.

Le gouvernement de Youssef Chahed doit prendre "des mesures décisives", a dès lors fait valoir le FMI, en citant particulièrement "la stratégie globale de réforme de la fonction publique" et "la réduction des subventions de l'énergie". Ces deux dossiers s'avèrent particulièrement sensibles dans un pays marqué par une grogne sociale persistante.

Adopté à une nette majorité, le budget 2018 a lui-même suscité de vives critiques au moment de sa présentation. L'objectif de ramener le déficit budgétaire à 4,9%, contre plus de 6% en 2017, se fonde sur une prévision de 3% de croissance mais aussi sur plusieurs hausses d'impôts. Il instaure notamment une Contribution sociale de solidarité sur les bénéfices et les salaires pour sauver les caisses sociales, et augmente de 1% les taux de TVA, avec une surtaxe sur les boissons alcoolisées ou encore les produits de beauté. Certains droits d'importations sont par ailleurs revus à la hausse afin de juguler le déficit commercial, qui pèse sur la devise tunisienne (dinar). Une taxe d'un à trois dinars est créée sur les nuitées dans les hôtels de 2 à 5 étoiles.

https://www.lorientlejour.com/article/1089562/le-fmi-appelle-tunis-a-des-mesures-decisives-face-aux-deficits.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24914
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Dim 17 Déc 2017 - 20:07

Citation :
Tunisie: tensions à Sidi Bouzid pour le 7e anniversaire de la révolution


AFP 17/12/2017


L'anniversaire du déclenchement de la révolution a été marqué par des tensions à Sidi Bouzid, ville du centre de la Tunisie où le vendeur ambulant Mohamed Bouazizi s'était immolé par le feu il y a sept ans, a constaté un correspondant de l'AFP.
Dimanche, une quarantaine de membres du parti islamiste radical Hizb ut-Tahrir ont été brièvement interpellés pour avoir tenté de manifester sans autorisation et brandi des banderoles hostiles à l'Etat, ont indiqué des sources au sein des services de sécurité.
Des chômeurs et militants locaux ont eux défilé dans la ville, déplorant la marginalisation continue de Sidi Bouzid, où le chômage reste très élevé comme dans de nombreuses villes de l'intérieur tunisien.

Samedi soir, les forces de sécurité avaient tiré des gaz lacrymogènes sur des manifestants qui avaient bloqué des rues avec des pneus dans certains quartiers de cette ville devenue symbole de la révolution tunisienne.
A l'occasion d'un festival marquant l'anniversaire du début de la révolution, la ministre du Tourisme et de l'artisanat Selma Elloumi Rekik s'est rendue à Sidi Bouzid.

L'ambiance était morose et les organisateurs ont regretté que ni le chef du gouvernement ni de l'Assemblée n'aient fait le déplacement, accusant les autorités de négliger une date clé de l'histoire récente de la Tunisie.
Le 17 décembre 2010, un jeune vendeur ambulant, excédé par la misère et les brimades policières, s'était immolé par le feu à Sidi Bouzid, déclenchant un mouvement de protestation contre le chômage et la vie chère.

Les manifestations, marquées par des émeutes sanglantes, s'étaient étendues à tout le pays, au point de chasser du pouvoir le président Zine El Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, première étape des Printemps arabes.
La Tunisie, seule rescapée de ces mouvements pro-démocratie, traverse néanmoins d'importantes turbulences économiques et politiques, et de nombreux Tunisiens mettent en garde contre un retour de l'autoritarisme.

Des dizaines de personnalités de la société civile, universitaires, artistes et militants, ont ainsi appelé dans une pétition dimanche à "sauvegarder les espaces de liberté conquis depuis 2011".
"Aucune des revendications essentielles de la population n'a reçu le moindre début de satisfaction" sept ans après le début de la révolution, déplorent-ils, accusant le président et le gouvernement de mener une "offensive anti-démocratique".

https://www.lorientlejour.com/article/1089981/tunisie-tensions-a-sidi-bouzid-pour-le-7e-anniversaire-de-la-revolution.html
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2280
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mar 26 Déc 2017 - 18:19

JA a écrit:

Tunisie-Émirats arabes unis : une crise ouverte sur fond de désaccords politiques


L’interdiction d’accès des Tunisiennes aux vols d’Emirates airways et au territoire émirati provoque une vive émotion en Tunisie. À l'origine, la politique de Tunis envers les islamistes et le dossier libyen.

C’est le sujet du moment en Tunisie. Depuis le vendredi 22 décembre, la mesure prise par les Émirats arabes unis à l’encontre des voyageuses tunisiennes ne cesse de nourrir la controverse. Discriminatoire, insultante envers la Tunisie et ses femmes, contraire aux règlements internationaux…les Tunisiens ne décolèrent pas.

Le ministre des Affaires étrangères émirati, Anwar Gargash, a précisé que l’interdiction temporaire imposées aux femmes tunisiennes d’embarquer sur les vols en direction des Émirats arabes unies (EAU) était une précaution sécuritaire. Selon les renseignements émiratis, une femme détentrice d’un passeport tunisien devait exécuter un attentat à Dubaï. Mais aucun document en ce sens n’a été présenté aux autorités tunisiennes qui s’offusquent de la décision injustifiée émiratie et du peu d’égard fait à leurs citoyennes. En réaction, la Tunisie a fermé ses aéroports à tous les vols d’Émirates Airways.

Relations perturbées

Conséquence : une situation chaotique au niveau des aéroports, des Tunisiens bloqués à Dubaï et une vive tension entre la Tunisie et les Émirats. Depuis 2011, avec l’entrée en scène des islamistes dans le paysage politique tunisien, les relations tuniso-émiraties connaissent des hauts et des bas avec de régulières suspensions d’octroi de visas aux Tunisiens dont 30.000 résident aux EAU.

Le député du Front populaire, Amr Amroussia, dénonce « des représailles politiques » tandis que des sources proches du gouvernement tunisien parlent « de pressions » exercées par Abou Dhabi sur Tunis. Selon elles, les EAU souhaitent que la Tunisie cesse de ménager Doha et Riyad et prenne fait et cause dans la crise du Golfe.

Libye, le grand désaccord

Mais le désaccord concerne surtout le dossier libyen. Dubaï aurait voulu que la la diplomatie tunisienne apporte un franc soutien au maréchal libyen Khalifa Haftar ; une position inacceptable pour les islamistes d’Ennahda, proches du courant de la faction rivale, « Fajr Libya », et surtout impossible pour la Tunisie, qui a contracté des prêts importants avec le Qatar depuis 2011.

La détérioration des relations tuniso-émiraties date de 2011. Les Émiratis avaient été hostiles au « printemps arabe », d’autant qu’il a fait émerger les islamistes en Tunisie et attribué un rôle essentiel au Qatar. Opposés aux Frères musulmans, ils ont également désapprouvé la position tunisienne, qui privilégiait les milices de « Fajr Libya » au gouvernement de Tobrouk et soutenait l’ancien président égyptien, Mohammed Morsi, comme l’avait clamé, en 2013 l’ancien président tunisien Mocef Marzouki à la tribune des Nations-Unies.

À cette époque, en signe de représailles, les EAU avaient rappelé leur ambassadeur à Tunis. Il a fallu tout l’entregent du chef du gouvernement, Mehdi Jomaa, en 2014, pour retrouver des relations plus apaisées mais fragiles.

Une alliance mal vue

Les autorités émiraties ont été aussi outrées qu’un juge d’instruction en charge d’une affaire de corruption dans le projet immobilier de la société Sama-Dubaï émette, en 2015, un mandat contre le prince de Dubaï, Mohammed Ben Rachid Al Maktoum, pour l’entendre dans cette affaire.

Mais c’est surtout au régime actuel que les Émiratis en veulent. En 2014, ils avaient largement appuyé la candidature de Béji Caïd Essebsi et de son parti Nida Tounes aux législatives et à la présidentielle. Mais ils n’ont pas apprécié qu’une fois élu, ce dernier nous une alliance avec les islamistes d’Ennahda.

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2130
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mer 27 Déc 2017 - 12:14

Citation :
Aérien : la situation de Tunisair se dégrade

La signature de l'accord sur l'Open Sky, le 11 décembre dernier, a déchaîné la colère des syndicats de Tunisair. Ces derniers craignent que cet accord soit préjudiciable pour leur compagnie aérienne, alors que les derniers résultats financiers du groupe laissent craindre ce scénario.
La bourse de Tunis vient de publier les états financiers du groupe Tunisair pour l'exercice 2016. Ceux-ci font état d'une situation assez alarmante : les pertes de la compagnie aérienne nationale ont plus que doublé en l'espace d'un an, puisqu'elles sont passées de -69,8 millions de dinars à -174,5 millions de dinars entre 2015 et 2016. Le groupe quant à lui essuie une perte nette de 196,6 millions de dinars.

Bien que les revenus du groupe aient enregistré une augmentation de 18% par rapport à l'exercice précédent, cette performance a été neutralisée par une augmentation importante des charges d'exploitation (+16,4%). A elles seules, les charges de personnel ont augmenté de 8,3% pour atteindre 353 millions de dinars. Le groupe affiche désormais des charges d'exploitation de 1 323,8 millions de dinars pour un produit d'exploitation de 1 193,5 millions de dinars.

Le plan de redressement de la société mère, adopté en décembre 2012, n'a vraisemblablement pas porté ses fruits. Sans doute qu'il n'avait pas pris la pleine mesure des nombreuses difficultés qui entravent les activités de cette institution, jadis fleuron de l'économie tunisienne. Manque de productivité, masse salariale disproportionnée, détérioration de la qualité du service, corruption... Tunisair est un vrai chantier et aucun des ministres du Transport qui se sont succédé depuis la «révolution du Jasmin» n'a été capable de s'attaquer frontalement à la situation de la compagnie.

Les états financiers du groupe indiquent des problèmes structurels : «S'agissant des autres sociétés du groupe, leurs situations financières ne sont plus stables et leurs états financiers dégagent des pertes importantes. Cette situation n'est pas de nature à assurer et maîtriser la continuité des activités du groupe Tunisair fortement dépendantes».

Les cas de Tunisair Technics et de Tunisair Handling sont les plus saisissants : les charges du personnel de ces deux filiales sont beaucoup plus importantes que leurs revenus. Tunisair Technics comptabilise 42 millions de dinars de charges de personnel pour un revenu de 3,6 millions de dinars. Tandis que Tunisair Handling supporte des charges de personnel de 72,3 millions de dinars pour un revenu de 53,7 millions de dinars.

Le rapport financier du groupe précise qu'un nouveau plan de redressement pour la période 2017-2020 est en cours de préparation, celui-ci devant inclure les filiales du groupe.

La survie de Tunisair va désormais dépendre de l'efficacité et la mise en application de ce nouveau plan de redressement, particulièrement après l'annonce de la signature de l'accord sur l'Open Sky avec l'Union européenne. Face à l'agressivité des compagnies charters et au vu de l'état de ses finances, Tunisair ne pourra certainement pas gagner sur le terrain de la compétitivité sur les prix et devra donc se positionner sur la qualité de service. L'exercice 2018 s'annonce décisif pour le management de la compagnie.

https://afrique.latribune.fr/entreprises/services/transport-logistique/2017-12-26/aerien-la-situation-de-tunisair-se-degrade-762871.html#xtor=AL-13
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24914
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mer 27 Déc 2017 - 20:59

Citation :
Erdogan en Tunisie pour parler commerce et défense


AFP 27/12/2017


Les présidents turc et tunisien ont affirmé mercredi à Tunis leur détermination à renforcer la coopération notamment économique, à l'occasion d'une visite officielle de Recep Tayyip Erdogan qui a signé des accords en matière de défense et d'investissement.

"Nous avons affirmé l'envie des deux États de renforcer la coopération (...) en tenant compte des circonstances que traverse la Tunisie" a déclaré le président tunisien Béji Caïd Essebsi, saluant "la compréhension dont a fait preuve le président turc concernant ces circonstances".

Tunisie et Turquie ont de profonds liens politiques et commerciaux, mais le débat sur la loi de finances 2018 en Tunisie a été marquée par une polémique sur l'accord de libre échange entre les deux pays.
Le déséquilibre de la balance commerciale s'est en effet beaucoup creusé ces dernières années au détriment de Tunis, atteignant 1,6 md de dinars (565 M EUR) sur les 10 premiers mois de 2017, et la Tunisie a rétabli des droits de douanes sur certains produits importés de Turquie.
"La Turquie soutient la Tunisie dans les jours difficiles", a de son côté assuré M. Erdogan. "Le développement de la Tunisie est le développement de la Turquie".
Il a dit espérer le renforcement des relations économiques, en particulier le commerce et les investissements, et le développement de la coopération dans les secteurs de l'énergie, du tourisme et de l'agriculture, soulignant que les échanges commerciaux avaient "atteint environ 1,125 milliard de dollars".

Des accords de coopération en matière de défense, prévoyant notamment des formations et des stages pour les militaires tunisiens en Turquie, et des ententes pour faciliter les investissements entre les deux pays ont été signés mercredi, a indiqué en marge de cette rencontre le ministre tunisien des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui.

Les Turcs souhaitent augmenter l'exportation des produits tunisiens comme l'huile d'olive et le phosphate, a-t-il ajouté.
M. Erdogan, arrivé à la tête d'une délégation d'une dizaine de ministres et plus de 150 hommes d'affaires pour l'ultime étape d'une visite d'Etat en Afrique, va également rencontrer le chef du gouvernement Youssef Chahed et le président du Parlement Mohamed Ennaceur.

Après une visite au Soudan et au Tchad, M. Erdogan avait atterri mardi soir en Tunisie où le syndicat des journalistes avait manifesté contre les violations de la liberté d'expression en Turquie, et l'emprisonnement de nombreux journalistes dans ce pays.
La question palestinienne et la crise en Libye voisine étaient également au menu des discussions entre les deux présidents.

https://www.lorientlejour.com/article/1091472/erdogan-en-tunisie-pour-parler-commerce-et-defense.html
Revenir en haut Aller en bas
kurahee
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2153
Inscrit le : 16/02/2014
Localisation : fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mer 10 Jan 2018 - 15:25

Citation :
Nouvelle poussée de fièvre sociale en Tunisie

Un homme est mort lors de heurts avec la police à l’occasion de manifestations contre l’austérité. Plus de 200 personnes ont été arrêtées dans tout le pays.



La Tunisie est entrée dans une phase de turbulences sociales. Dans plusieurs villes du pays et dans certains quartiers de Tunis, des heurts ont opposé manifestants et forces de l’ordre, mardi 9 janvier, pour la deuxième journée consécutive. Un homme a été tué lundi à Tebourba, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale, en marge d’un rassemblement contre la vie chère, alors que grandit une grogne générale contre le budget d’austérité adopté fin 2017. Et selon le porte-parole du ministère de l’intérieur, Khlifa Chibani, plus de 200 personnes ont été arrêtées dans tout le pays et près de 50 policiers ont été blessés lors des affrontements.

Les manifestations, émaillées dans certains cas de scènes de pillage de magasins, surviennent dans un contexte social dégradé, où le rebond de l’inflation – 6,4 % en glissement annuel – ajoute aux effets délétères d’un taux de chômage de 15 % (30 % pour la catégorie des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur).

Sept ans après la révolution de 2011, qui avait renversé la dictature de Zine El-Abidine Ben Ali, la stagnation socio-économique est l’envers du décor d’une transition démocratique qui avait valu à la Tunisie un certain prestige à l’étranger. L’agitation sociale, notamment dans les régions de l’intérieur – historiquement défavorisées par rapport au littoral –, est récurrente, comme l’avaient illustré les poussées de fièvre de janvier 2016 ou du printemps 2017.

La rapidité de la contagion de ces derniers jours présente toutefois un caractère nouveau. Les troubles ont touché quasiment simultanément des quartiers de Tunis – Ettadhamen, Al-Ouardia – des localités proches de la capitale (Tebourba), des gouvernorats de l’intérieur (Kasserine, Sidi Bouzid, Gafsa) et même des villes du littoral (Gabès, Nabeul). La police a procédé à plusieurs dizaines d’arrestations.

Volatilité politique

Ces secousses mettent rudement sous pression le gouvernement de Youssef Chahed, nommé en août 2016, dont la marge de manœuvre s’avère limitée. Sur le plan politique, le premier ministre n’est que mollement soutenu par son parti, Nidaa Tounès, la formation dite « moderniste » alliée aux islamistes d’Ennahda dans la coalition gouvernementale. M. Chahed, placé à la tête du gouvernement par le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, a irrité nombre de ses amis en raison des ambitions présidentielles qui lui sont prêtées.

En quête de nouveaux soutiens, il a noué une relation de travail privilégiée avec l’Union générale du travail tunisien (UGTT), le principal syndicat du pays. Ce lien ne lui est toutefois guère utile pour apaiser l’actuelle tension sociale, car nombre de protestataires ne sont affiliés à aucune organisation syndicale. La perspective des élections municipales prévues en mai, premier scrutin local depuis 2011, devrait ajouter à la volatilité du paysage politique en attisant de nouvelles concurrences, y compris au sein de la coalition gouvernementale.

M. Chahed voit en outre sa latitude bornée par des indicateurs financiers au rouge. Alors que dérivent le déficit budgétaire (6,1 % du PIB) et la dette publique, qui frôle les 70 % du PIB, le gouvernement s’est résolu à aggraver la ponction fiscale, en particulier en relevant la TVA. Ajouté à l’inflation nourrie par la dépréciation du dinar, qui a perdu le quart de sa valeur par rapport à l’euro en deux ans, ce relèvement de la fiscalité indirecte s’est révélé socialement périlleux en pesant lourdement sur le pouvoir d’achat.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/01/10/en-tunisie-plus-de-200-arrestations-apres-une-nouvelle-nuit-de-troubles_5239660_3212.html
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 10405
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Sam 13 Jan 2018 - 12:29

Édito intéressant

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/12/tunisie-l-envers-du-decor-d-une-transition-tant-celebree-a-l-etranger_5240868_3232.html

Les points saillants :

- une tunisie à 2 vitesses avec un littoral prospère et une tunisie intérieure délaissée
- une sympathie à l endroit de la tunisie qui se limite à l'aspect "democratique" sans aucun soutien financier
- une fiscalité limitée aux classes modestes et moyennes qui ne touche pas aux rentiers
- application des recettes habituelles du fmi qui produit les mêmes effets qu'ailleurs.

L'article omet l'absence des aides khalijis qui souvent permettaient à l'état de boucler ses fins de mois.

Bref, de nombreux enseignements à tirer

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1452
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Dim 14 Jan 2018 - 21:48



Citation :

Les dernières heures qui ont précédé et suivi le départ de Benali


RECIT EXCLUSIF. Médias24 a rencontré deux parmi les anciens plus proches collaborateurs de Ben Ali. Contrairement à une info qui s’est répandue, Benali ne s’est pas enfui. Il n’a pas non plus été poussé de force dans un avion. Voici la réalité telle que nous l’avons reconstituée, avec les conclusions qui nous paraissent s’imposer, 7 ans jour pour jour après la chute de Benali.
La suite
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13858
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Jeu 8 Fév 2018 - 3:11

Énorme coup de poignard de la commission de l'UE qui vient de classer la Tunisie sur la liste noire des pays exposés Blanchiment et financement du terrorisme !

En comparaison, le précédent concernant les paradis fiscaux est " mignon" comparé à celui la ! Le pays s'apprête à aller demander 800 millions d'euros sur le marché extérieur.

L'UE joue avec le feu et le pays va durablement " Stagner" et " boiter" et continuer à "payer" sa "révolution". Encore une fois, que des pays extra européen y font partis ! Quid du Luxembourg, ile de Man, Liechtenstein etc avec leur société écrans et opacité financière clown

Le gouverneur de la banque centrale a été limogé quelques heures après ce qui montre la gravité de la situation


http://www.jeuneafrique.com/528093/economie/blanchiment-dargent-et-financement-du-terrorisme-nouvelle-epee-de-damocles-au-dessus-de-la-tete-de-la-tunisie/

PS: Coucou à " tout le monde le sait" le Maroc n'y figure pas Razz

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24914
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mar 6 Mar 2018 - 19:38

Citation :
Tunisie: l'état d'urgence prolongé jusqu'à la fin de l'été


AFP 06/03/2018


La présidence tunisienne a annoncé mardi la prolongation jusqu'à mi-octobre de l'état d'urgence, en vigueur depuis une série d'attentats en 2015, disant vouloir assurer la sécurité durant les élections municipales, le mois de ramadan et la saison touristique.

Le président Béji Caïd Essebsi a décidé de prolonger cette mesure d'exception "pendant sept mois à compter du 12 mars", selon un communiqué de la présidence publié à l'issue d'une réunion du conseil national de sécurité, un organe restreint sous la houlette de M. Essebsi. Il a indiqué avoir consulté le chef du gouvernement et le président du Parlement.

Les premières élections municipales de l'après révolution - très attendues et plusieurs fois repoussées - sont prévues le 6 mai, tandis que le ramadan devrait débuter à la mi-mai pour un mois. La fréquentation touristique, cruciale pour l'économie tunisienne, reprend du poil de la bête après une longue crise liée notamment aux troubles sécuritaires.
Il s'agit de la plus longue prolongation de l'état d'urgence depuis son instauration en 2015, la présidence expliquant vouloir ainsi éviter des "polémiques" à répétition.

L'état d'urgence octroie des pouvoirs d'exception aux forces de l'ordre. Il permet notamment l'interdiction des grèves et des réunions "de nature à provoquer (...) le désordre" ou encore l'adoption de mesures "pour assurer le contrôle de la presse".

En 2015, trois attentats majeurs revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) ont frappé la Tunisie. L'état d'urgence est sans cesse renouvelé, chaque mois ou pour quelques mois à la fois, depuis le troisième de ces attentats, perpétré contre la garde présidentielle en novembre 2015 en plein Tunis (12 agents tués).

La dernière attaque de grande ampleur en Tunisie remonte à mars 2016, lorsque des dizaines de jihadistes ont attaqué des installations sécuritaires à Ben Guerdane (sud), à la frontière avec la Libye.

Les autorités disent avoir fait "des pas très importants dans la guerre contre le terrorisme" et soulignent que la sécurité s'est largement améliorée depuis 2015, tout en continuant à appeler à la vigilance. La situation en Libye voisine, pays en proie au chaos, reste l'une de leurs principales préoccupations, selon des responsables gouvernementaux.

https://www.lorientlejour.com/article/1103392/tunisie-letat-durgence-prolonge-jusqua-la-fin-de-lete.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24914
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Dim 29 Avr 2018 - 22:33

Citation :
Tunisie : des policiers et militaires votent pour la première fois


Tunisie : des policiers et militaires votent pour la première fois



Pour la première fois dans l’histoire de la Tunisie, des policiers et militaires peuvent se rendre dimanche dans un bureau de vote pour mettre leur bulletin dans l’urne, à l’occasion du premier scrutin municipal depuis la révolution de 2011.

Au centre de Tunis, un policier vient de voter pour la première fois dans sa carrière et ne cache pas sa joie en sortant de l’isoloir.

“C’est une journée historique! Finalement nous sommes considérés comme les autres citoyens”, confie à l’AFP cet homme qui a préféré garder l’anonymat.

Sous la dictature en Tunisie, les autorités interdisaient aux policiers et militaires de voter en estimant qu’ils devaient maintenir un devoir de réserve strict et rester complètement à l‘écart de la vie politique.

Mais après la révolution de 2011 qui vu l’émergence de syndicats chez les policiers —interdits jusqu’alors, ces derniers ont réclamé le droit de vote.

La nouvelle loi électorale autorise désormais le vote des forces de sécurité et de l’armée uniquement aux municipales, un scrutin qui doit permettre de consolider la transition démocratique dans l’unique pays rescapé du Printemps arabe.

“C’est un acquis historique pour la Tunisie”, se réjouit Seifallah Hichri, président de l’association “Afek pour les agents de sécurité de l’Intérieur et de la douane” qui contrôle le déroulement de ce vote grâce au soutien de l’ONG pour la transparence I Watch.

Les policiers et militaires votent dimanche alors que le reste de Tunisiens se rendront aux urnes le 6 mai.

“Droit tronqué”

Policiers et militaires ne peuvent pas participer aux campagnes électorales ni assister aux meetings publics, regrette toutefois M. Hichri.

“Ce droit est tronqué, vu le nombre des restrictions imposées”, a jugé de son côté Moez Dabbabi, vice-président de l’association Afek.

Plus de trois heures après le début de vote, la participation des agents sécuritaires et militaires “est très faible”, a affirmé à l’AFP Chokri Talbi, membre du réseau “Mourakiboun” (Observateurs, en arabe), une coalition citoyenne chargée de contrôler les élections en Tunisie.

Quelque 36.055 militaires et agents sécuritaires sont inscrits, a indiqué à l’AFP Mehdi Jalouali, responsable à l’Instance chargée des élections (Isie). Le nombre total des forces armées et sécuritaires ne peut pas être dévoilé en Tunisie, a-t-il ajouté.

Par mesure de sécurité, l’Isie a décidé de ne pas afficher le registre de ces électeurs, de ne pas leur faire utiliser l’encre et de ne pas leur permettre de participer au dépouillement.

Des syndicats de police ont appelé à participer en masse à ce vote, mais une organisation a appelé au boycott.

“L’institution sécuritaire est à la disposition du peuple et il faut qu’elle soit neutre, avec ce vote elle ne le sera pas”, a déclaré à un média tunisien Chokri Hamada, porte-parole du Syndicat national des forces sécuritaires de l’Intérieur.

Depuis la chute de la dictature de Zine el Abidine Ben Ali en 2011, les municipalités sont gérées par de simples délégations chargées des affaires courantes, ce qui a affecté sensiblement le quotidien des Tunisiens.

AFP

http://fr.africanews.com/2018/04/29/tunisie-des-policiers-et-militaires-votent-pour-la-premiere-fois/?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=AfricanewsFR&utm_source=Facebook#link_time=1525001888
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2130
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   Mer 13 Juin 2018 - 22:29

Citation :
Tunisie / L’Algérie a-t-elle participé à déjouer un coup d’État contre Bédji Caïd Essebssi ?  

Un coup d’État aurait été déjoué en Tunisie et ce serait l’Algérie, l’Allemagne et la France qui aurait averti le gouvernement tunisien de cette entreprise. Selon le site internet Mondeafrique, l’architecte de ce renversement n’est autre que Lotfi Brahem, l’ex-ministre de l’Intérieur tunisien fraîchement limogé.  

Bédji Caïd Essebssi vient donc d’éviter de justesse un coup d’État à tout point similaire à celui orchestré par Ben Ali en 1987 pour renverser Habib Bourguiba. Limogé récemment, Lotfi Brahem aurait, selon Mondeafrique, concocté un plan bien ficelé pour éjecter l’actuel président tunisien et son Premier ministre Youcef Chahed, pour le remplacer par Kamel Morjane, ancien ministre de la Défense sous la présidence de Zine El-Abidine Benali.

Ce serait les services algériens, français et allemands qui auraient découvert la combine alertant les autorités tunisiennes du danger imminent.

Les autorités tunisiennes refusent toujours de réagir et continuent toujours de se murer dans le silence. Elles ont, cependant, indiqué avoir ouvert une enquête suite aux révélations du site internet Mondeafrique. De nouvelles informations ont été relayées faisant été d’un financement émirati de cette opération de renversement.

https://www.algerie-focus.com/2018/06/tunisie-lalgerie-a-t-elle-participe-a-dejouer-un-coup-detat-contre-bedji-caid-essebssi/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TUNISIE - Actualités et avenir   

Revenir en haut Aller en bas
 
TUNISIE - Actualités et avenir
Revenir en haut 
Page 40 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Quel avenir pour le F910 & le F911 ???
» "Pasqua Siciliano "à Hammam-Lif (Tunisie)
» L'avenir de l'Orne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: