Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hélicoptères de combats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Anassfra93
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 509
Inscrit le : 20/07/2010
Localisation : FREMM
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Hélicoptères de combats   Ven 2 Oct 2015 - 3:50

Yakuza a écrit:
Non les Apache british sont seaborne,ils ont ete utilisés en libye.
Ah ok , Merci Yakuza .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1525
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: Hélicoptères de combats   Sam 26 Mar 2016 - 22:44







A Palmyre .





Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1525
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: Hélicoptères de combats   Mar 14 Juin 2016 - 6:03

http://ultimaratio-blog.org/archives/7778 a écrit:


Aérocombat et technologies avancées

Ce post poursuit une série consacrée à l’étude des relations entre le combat terrestre et les technologies d’aujourd’hui qui a notamment pour objectif d’interroger la pertinence de nos organisations et de nos schémas tactiques et capacitaires actuels au regard des avancées technologiques.


Parler de technologies avancées dans le domaine des hélicoptères mène d’emblée à imaginer les nouvelles techniques de commandes de vol, les recherches sur une meilleure portance des pales, ou l’amélioration des turbines moteurs. Mais l’aérocombat n’est pas qu’une vitrine des avancées industrielles dans le domaine aéronautique : sa raison d’être est la manœuvre tactique aéroterrestre dont les hélicoptères ne sont que les vecteurs. Si les capacités propres de ces vecteurs représentent un facteur important dans l’aptitude globale de nos unités ALAT[1], que ce soit par l’apport d’une autonomie ou d’un rayon d’action plus ou moins importants, ils ne font que très peu évoluer le champ des possibles dans les missions d’aérocombat. Ce sont les technologies annexes au vecteur hélicoptère, intégrées au système d’armes complet depuis les dernières générations, qui permettent véritablement d’améliorer les capacités de combat de nos unités d’hélicoptères en accélérant et en élargissant le spectre des manœuvres possibles.

Combat de nuit

Les vingt dernières années ont vu l’essor des capacités de combat de nuit en hélicoptère, de l’appropriation du savoir-faire en machine isolée, en altitude, jusqu’à la manœuvre en escadrille constituée, en vol tactique au plus près du sol. L’amélioration des technologies de vision de nuit, à la fois des jumelles de vision nocturne individuelles et des caméras thermiques ou infra-rouge, permettent d’augmenter sans cesse l’aisance de manœuvre et l’efficacité du combat de nuit. L’opération Harmattan en Libye a en cela représenté une apogée opérationnelle et a permis de confirmer que l’aérocombat est aujourd’hui plus efficace de nuit que de jour, grâce à la continuité des actions possibles, à une meilleure vision thermique de nuit et à la sûreté assurée par l’obscurité. Dans ce domaine, la supériorité technologique demeure une supériorité tactique.

Réalité augmentée

Les pilotes des hélicoptères de dernière génération, Caïman et Tigre, bénéficient dans la visière de leur casque de l’affichage d’une réalité augmentée. Celle-ci offre des données de vol, bien sûr, comme l’horizon artificiel, mais également des informations tactiques qui s’affichent par transparence directement sur le terrain. En entrant une coordonnée, le point ainsi créé apparaît sur sa position réelle, au travers de la visière, dès lors que le pilote regarde dans la bonne direction. Le gain de temps est considérable lorsqu’il s’agit par exemple d’attaquer une position ennemie d’opportunité, dont les coordonnées ont été transmises par un tiers. Là où l’équipage devait aborder le compartiment de terrain en sûreté, s’arrêter pour identifier la zone et la position ennemie, puis enfin pouvoir débuter l’attaque, ce système permet d’identifier la position avant même de la voir directement, puisqu’elle apparaît en réalité augmentée avec décompte de la distance restante. En recoupant avec la cartographie qui déroule en temps réel, grâce à une centrale inertielle recalée par GPS, l’équipage peut passer directement à la phase d’attaque, sans perte de temps et surtout sans s’exposer aux tirs ennemis par un vol stationnaire de reconnaissance.

TAVD

L’arrivée des munitions aptes au Tir Au-delà des Vues Directes (TAVD) représente une petite révolution dans la culture de l’ALAT. Apportée par le système d’armes Hellfire sur la version HAD du Tigre, il s’agit tout simplement de la capacité à tirer le missile alors qu’une ligne de crête, par exemple, cache la cible. Cette technique nécessite de rentrer les coordonnées de la position (avec l’erreur de précision afférente) ou de se faire illuminer la cible au laser. Cette possibilité technique, si elle est prise en compte et que donc les équipages s’entraînent à l’utiliser, est abordée avec la plus grande prudence. Elle risque en effet de faire de transformer l’hélicoptère de combat, prévu pour manœuvrer au plus près du sol dans le cadre du Close Combat Attack (CCA), où le pilote est responsable du tir, en une simple arme d’appui, pourvoyeuse de Close Air Support (CAS), où le contrôleur au sol est le vrai responsable du tir. En mettant un pied dans ces procédures de voilures fixes, on se prive en effet de toute la richesse tactique qu’offrent les hélicoptères de combat par leur souplesse et leur manœuvrabilité. Le TAVD doit donc être considéré comme une possibilité technique supplémentaire, à utiliser si nécessaire, mais le sens des responsabilités et le poids culturel de l’ALAT forcera le plus souvent les équipages à chercher à voir leur cible afin de confirmer sa nature hostile.

Systèmes d’information

Longtemps en retard dans le domaine de la numérisation du champ de bataille, l’ALAT a fait un important effort ces dernières années pour équiper tous ses aéronefs de systèmes d’information capables de recevoir et transmettre en quasi-temps réel des calques de données tactiques. Si en théorie l’utilisation de ces systèmes est séduisante (actualisation en plein combat des positions ennemies, transfert de ces positions d’un appareil à un autre, etc.), la réalité est plus complexe. La première raison concerne les équipements radios : pour le transfert de données, les systèmes d’information utilisent en effet un poste radio complet (en l’occurrence un PR4G, en évasion de fréquences) et donc le condamnent. Or, même si plusieurs postes équipent les hélicoptères, cette radio est bien souvent nécessaire pour établir une liaison avec des troupes au sol ou pour maintenir le contact avec d’autres aéronefs. De plus, les contraintes terrain (topographie, élongations) de certains théâtres d’opérations entraînent des pertes de liaison radio, et donc des pertes de transfert de données. Enfin, l’utilisation de ces systèmes d’information est chronophage. Créer un calque tactique peut prendre plusieurs minutes, un coût extrêmement important pour un équipage d’hélicoptère de combat au contact de l’ennemi dont l’espace-temps est restreint. La fulgurance de l’aérocombat va naturellement à l’encontre de l’emploi de ces systèmes de liaisons en temps réel. Créer un système d’information et de communication qui serait adapté à cette exigence est peut-être le plus grand défi technologique à venir, parce qu’il permettrait à l’aérocombat d’encore mieux s’intégrer dans la manœuvre tactique interarmes.

Simulation

Le potentiel tactique de nos unités d’aérocombat provient essentiellement de l’entraînement poussé de nos équipages dans tous les domaines. Combat de jour, de nuit, en patrouille, en escadrille, en montagne, à partir de la mer, dans le désert, en action autonome, en appui de troupes au sol…, la liste pourrait être longue et la simulation joue aujourd’hui un rôle majeur dans la maîtrise de tous ces savoir-faire. Chaque unité d’aérocombat (régiment et école) est dotée de simulateurs « techniques », individuels et par type de machine, et « tactiques », pour simuler l’action d’une escadrille. Les premiers reproduisent fidèlement le cockpit et l’environnement de vol et permettent de maîtriser l’hélicoptère dans tous ses détails : procédures d’urgence mais également procédures de tir de munition de tous types ou tout simplement entraînement au pilotage. Les seconds, bien plus simplistes dans la reproduction des cockpits, mettent en réseau plusieurs équipages sur un même scénario tactique. Cet outil est idéal pour parfaire les capacités de combat d’une escadrille, notamment pour ses organes de commandement, nerf principal de la manœuvre d’aérocombat. La simulation, si elle n’est pas un outil technologique intégré directement aux hélicoptères, participe donc largement à l’amélioration des capacités d’aérocombat par ses possibilités d’entraînement jamais égalées.

Restriction éthique

La technologie a un pouvoir d’attrait phénoménal. Mais elle est une Gorgone : elle séduit par les capacités qu’elle offre, puis rend l’homme esclave de ses contraintes et de ses exigences, en dépit du bon sens. Que penser du pilote mettant en route son hélicoptère pour évacuer un blessé grave sur le point de mourir et qui prend le temps de tester son pilote automatique pour la seule et unique raison que cette tâche est dans la procédure ? La question du cadre d’utilisation d’une technologie est aujourd’hui indispensable pour chaque nouvelle capacité, car il est nécessaire de prendre du recul et d’établir un seuil dans le rapport homme/machine. Le jour où le pilote ne se « sentira » plus sur le champ de bataille, la limite sera franchie. Or, toutes les technologies décrites supra participent à cette déshumanisation du combat, contre laquelle il est nécessaire de lutter pour préserver le discernement émotionnel – uniquement humain – qui permet d’analyser avec intelligence les situations complexes des champs de bataille modernes[2].

Conclusion

Les nouvelles technologies dans le domaine de l’aérocombat n’ont donc pas déclenché de révolution tactique mais permettent de réaliser les manœuvres de combat bien plus rapidement, avec plus d’assurance et plus de sûreté. De nouvelles avancées technologiques apporteront sans doute dans un avenir proche des possibilités accrues. Mais au-delà du problème éthique que certaines de ces avancées peuvent poser, l’augmentation des couches technologiques implique une charge de travail plus importante pour les pilotes. Il devient donc de plus en plus nécessaire d’avoir une formation et un entraînement riches pour les soldats de l’aérocombat qui doivent maîtriser et prendre en compte de nombreux outils au cours d’un combat à l’échelle de leur vecteur : puissant, rapide et complexe. La réalisation des nouveaux principes de la guerre à la mode, fulgurance et ubiquité, est à ce prix-là.


Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 18364
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Hélicoptères de combats   Mer 10 Aoû 2016 - 21:53

Citation :
10/08/2016

Un nouveau radar AESA pour le Ka-52K « Katran » !





La marine russe annonce que sa version de Kamov Ka-52K « Katran » sera équipée d'un nouveau type de radar AESA. Ce nouveau capteur est développé par la société Technologies Radio-électroniques (KRET).

Selon le porte parole de la société KRET, ce nouveau radar AESA à ondes millimétrique permettra d’acquérir des cibles au sol avec une plus grande efficacité et pourra également détecter des cibles navales à une distance de 180 km. De plus, le nouveau radar permettra au Ka-52K d’identifier et de suivre des cibles aériennes à basse altitude telles que les missiles de croisière et les drones. L’arrivée de ce nouveau radar renforcera également la sécurité des vols dans les conditions de faible visibilité Le radar détecte également les obstacles au sol, les lignes électriques.

Pour l’aéronaval russe, ces améliorations vont permettre au Kamov Ka-52K « Katran » de combattre une multitude de cibles et permettre l’attaque de navires de surface et les systèmes amphibies, les aéronefs ennemis, les missiles de croisières sans oublier les drones.

Pour l’exportation, le Ka-52K sera livré avec le radar de base Phazotron Arbalet à antenne mécanique.

Le Kamov Ka-52K « Katran » :

Le Kamov Ka-52K "Katran" est une version navalisée du Ka-52 « Alligator ». Le Ka-52K bénéficie de pales et d’ailes repliables, d’un train d’atterrissage renforcé, d’un traitement anticorrosion, ainsi que de nouvelles capacités comme la lutte antinavire. En matière d'armement, cet appareil recevra le missile air-mer Kh-35UV en plus de l’armement classique de l’Alligator. Les deux pilotes disposent d’un système d’éjection inédit qui éjecte en premier le rotor coaxial, puis déclenche l’éjection des deux sièges, du pilote et du mitrailleur. Les systèmes de vol comprennent un système de navigation inertielle (INS), un pilote automatique et affichage tête haute (HUD). Les capteurs comprennent pod infrarouge (FLIR) et un radar de suivi de terrain. Le Ka-52 est équipé d'un récepteur d'alerte radar couplé à un système de guerre électronique. Le Ka-52 est propulsé par deux turbines Klimov117VMA, fournissant chacune 2.200 CV (1660 kW). Les moteurs sont placés de chaque côté du fuselage pour renforcer la capacité de survie au combat. L'hélicoptère a également une unité de puissance auxiliaire (APU) pour le fonctionnement autonome. L'hélicoptère disposant de petites ailes équipées chacune rails de suspension, ainsi, que les contre-mesures de bout en bout d'aile. L’Alligator peut emporter jusqu’à 12 missiles anti-char «Vikhr» d’une portée de 8 km. Le Ka-52 est armé d'un canon 2A42 à tir rapide de 30mm, sans restriction d’azimut.


Photos : Kamov Ka-52K Katran@ Kamov

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2016/08/10/un-nouveau-radar-aesa-pour-le-ka-52k-katran-861910.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 18364
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Hélicoptères de combats   Dim 16 Oct 2016 - 18:45

Citation :
16/10/2016

Premier vol pour le Mi-28NM !





Russian Helicopter a effectué avec succès le premier vol de la toute dernière version de son hélicoptère multirôle Mil Mi-28NM à Tomilino près de Moscou. Pour la filiale Rostec qui développe l’appareil, il s’agit du premier hélicoptère de combat de 5ème génération.

Le Mil Mi-28NM :



Cette nouvelle génération du Mi-28 dispose de l’expérience et de la conception du Mi-28UB. Cependant, de nombreuses améliorations sont incorporées à bord issues de l’expérience des combats en Syrie.

La version « NM » du Mi-28 dispose d'un radar Nadterechny Н025 monté sur mât du rotor principal permettant la détection et l’identification des cibles terrestres et aériennes. Le système détermine leurs coordonnées pour le tir et peut également transmettre les données de ciblage à terre et en direction des postes de commandement aéroportés. Le nouveau système de navigation permet un atterrissage sécurisé dans le brouillard et de nuit. Les pilotes disposent d’un nouveau viseur de casque qui affiche toutes les informations nécessaires pour le vol et pour viser des cibles dans tout le champ de vision. Le Mi-28NM dispose également de nouvelles capacités de tir air-air.

Le Mi-28NM est doté d’une motorisation plus puissante avec deux turbines VK-2500-03 utilisées pour équiper les Ka-52K « Katran ». Cette motorisation semble permettre d’atteindre les 600 kilomètres par heure (370 mph).


Photos : 1 le Mi-28NM @ Kabuki 2 Mi-28NM@ Alexey

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2016/10/16/premier-vol-pour-le-mi-28nm-862293.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 18364
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Hélicoptères de combats   Dim 16 Oct 2016 - 19:58

Citation :
Cold War Soviet Aircraft a ajouté 6 photos.

First flight of Mi-28NM prototype, Moscow helicopter plant, Oct 12 2016

PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9574
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Hélicoptères de combats   Dim 16 Oct 2016 - 20:50

Belle bête

_________________
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1525
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: Hélicoptères de combats   Ven 21 Oct 2016 - 17:20

1er Hélicoptère de l'histoire ,le  Fl-282 .

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hélicoptères de combats   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hélicoptères de combats
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Porte-hélicoptères R97 Jeanne d’Arc
» quel etait votre affectation aux postes de combats ?
» Combats sur la Loire
» La Koninklijke Marine se sépare de 5 CMT's!
» Le Catch expliqué au nul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Aviation militaire-
Sauter vers: