Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La révolte en libye

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Jeu 6 Juil 2017 - 15:51

Citation :
Libye : Le maréchal Haftar affirme que les groupes jihadistes ont été chassés de Benghazi


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 06-07-2017




Un peu plus de trois ans. C’est le temps qu’il aura fallu à l’Armée nationale libyenne (ANL), commandée par le maréchal Khalifa Haftar, pour venir à bout des organisations jihadistes présentes dans la ville de Benghazi qui, située dans l’est de la Libye, fut bastion de l’opposition au régime du colonel Kadhafi, avant de devenir un repaire terroriste.

« Après une lutte continue contre le terrorisme et ses agents, qui a duré plus de trois ans (…) nous vous annonçons la libération de Benghazi du terrorisme. Une libération totale », a en effet déclaré le maréchal Haftar, lors d’une allocution télévisée, le 5 juillet au soir, avant de rendre hommage « aux caravaes de martyrs » tués dans les combats. Et d’ajouter : « Benghazi rentre aujourd’hui dans une nouvelle ère de paix, de sécurité de réconciliation (…) et de reconstruction. »

Cela étant, l’issue de l’opération Karama (« Dignité »), lancée en mai 2014 par le maréchal Haftar et avec le soutien des Émirats arabes unis ainsi que celui l’Égypte (voire de la Russie et de la France), ne faisait aucun doute. Mais les derniers combats, concentrés sur un secteur de 3 km² dans les quartiers de Sabri et Souk al-Hout, ont duré plus longtemps que prévu, alors que, en février, le colonel Ahmed al-Mismari, porte-parole de l’ANL, assurait que l’offensive était quasiment terminée.

Comme un symbole, le dernier quartier à être repris par l’ANL aura été celui de Souk al-Hout, celui où commença la révolution libyenne le 2011. Cette victoire va donner encore plus de poids au maréchal Haftar, l’homme fort du gouvernement replié à al-Baïda, qui n’est plus reconnu par la communauté internationale depuis qu’un autre exécutif, dit d’union nationale (GNA) s’est installé à Tripoli sous l’égide des Nations unies.

Au cours de ces trois années de combat, l’ANL a notamment affronté les « Brigades de défense de Benghazi », formées à la suite d’un appel lancé par l’ex-mufti libyen al-Sadek al-Guaryani, ennemi juré du maréchal Haftar. Et aussi le conseil de la Choura de Benghazi, celui d’Ajdabya et de Derna, sans oublier les Brigades des révolutionnaires de Benghazi ou encore des combattants de l’État islamique et du groupe Ansar Asharia qui, proche d’al-Qaïda, a récemment annoncé sa dissolution.

Les pertes de l’ANL à Benghazi sont estimées à environ 5.200 hommes. En juillet 2016, trois sous-officiers du service action de la DGSE, en mission auprès des forces du maréchal Haftar, ont perdu la vie dans la chute de leur hélicoptère Mil Mi-35. Les Brigades de défense de Benghazi affirmeront plus tard avoir abattu ce dernier, avec un missile SA-7.

http://www.opex360.com/2017/07/06/libye-le-marechal-haftar-affirme-que-les-groupes-jihadistes-ont-ete-chasses-de-benghazi/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Lun 24 Juil 2017 - 20:20

Citation :
L'initiative de Macron sur la Libye fait grincer des dents à Rome


Reuters 24/07/2017


L'initiative diplomatique de la France sur la Libye fait grincer des dents à Rome, où certains responsables disaient lundi y voir un nouvel exemple de la manière dont le président Emmanuel Macron snobe l'Italie.

Les dirigeants des deux camps rivaux libyens, le gouvernement du gouvernement d'union nationale (GNA) soutenu par l'Onu, Fayez Seraj, et le chef militaire Khalifa Haftar, qui tient la Cyrénaïque, se retrouvent mardi à la Celle-Saint-Cloud dans les Yvelines, à l'invitation du président Macron, qui a fait du retour de la stabilité en Libye une de ses priorités diplomatiques.

L'Italie avait jusque-là été à la pointe des efforts pour ramener la paix dans son ancienne colonie d'Afrique du Nord, se rangeant résolument derrière Fayez Seraj et ne cachant pas son profond scepticisme envers Khalifa Haftar.

"Macron veut s'impliquer beaucoup plus en Libye. C'est bien, mais il nous snobe. Nous n'avons pas été consultés", déclarait lundi un diplomate au ministère italien des Affaires étrangères, sous le sceau de l'anonymat. "Cela a fortement irrité", a-t-il ajouté.

Interrogé au sujet de l'initiative française, le président du Conseil italien, Paolo Gentiloni, a répondu laconiquement: "On va voir. J'espère que cela sera positif".

Pour l'ancien président italien de la Commission européenne Romano Prodi, Emmanuel Macron fait passer d'abord les intérêts de la France, aux dépens de l'Italie. De ce fait, avertit-il, il ne pourra pas toujours compter sur le soutien de Rome au sein de l'Union européenne.

"La solidarité est peut-être symétrique. Pour recevoir, vous devez donner", écrivait Prodi dimanche dans le journal Il Messaggero, estimant qu'Emmanuel Macron "marginalise particulièrement" Rome.

Certains membres de l'opposition ont accusé le gouvernement Gentiloni de marginaliser l'Italie sur la question libyenne.

"La réunion sur la Libye organisée par la France(...)illustre l'échec total de la politique étrangère (de Rome)", a estimé sur Twitter Giorgia Meloni, une des responsables du parti Frères d'Italie (droite nationaliste).

Quant au journaliste de télévision Bruno Vespa, il estime que l'Italie a été "cocufiée" par la France. "Révoltez-vous!", lance-t-il sur Twitter à l'adresse de Gentiloni et du chef de la diplomatie italienne, Angelino Alfano.

https://www.lorientlejour.com/article/1063949/linitiative-de-macron-sur-la-libye-fait-grincer-des-dents-a-rome.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Mar 25 Juil 2017 - 19:43

Citation :
Libye : Sarraj et Haftar, adoptent pour la première fois une déclaration commune en vue d'une sortie de crise


Reuters 25/07/2017


Les deux hommes forts de Libye, réunis près de Paris à l'initiative d'Emmanuel Macron, ont adopté mardi une déclaration commune en vue d'une sortie de crise, qui prévoit notamment un cessez-le-feu et l'organisation d'élections au printemps 2018.

Il s'agit de la première déclaration agréée à la fois par le Premier ministre du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'Onu, Fayez Sarraj, et par le chef militaire et homme fort de l'est du pays, Khalifa Haftar.

Les deux frères ennemis se sont rencontrés pendant plus d'une heure au château de La Celle-Saint-Cloud (Yvelines) en présence d'Emmanuel Macron et de l'émissaire spécial de l'Onu pour la Libye Ghassan Salamé.

"Je crois qu'aujourd'hui la cause de la paix en Libye a fait un grand progrès, je veux vraiment vous remercier pour le travail fait", a déclaré Emmanuel Macron à l'issue de la rencontre. La déclaration conjointe trace la "feuille de route d'une réconciliation nationale".

"La guerre civile n'a rien d'inéluctable", a-t-il poursuivi. "Beaucoup a été accompli mais beaucoup reste à faire", a-t-il ajouté.

Les précédentes tentatives de parvenir à une déclaration commune s'étaient jusqu'à présent heurtées aux divisions internes et aux rivalités entre groupes armés qui se disputent le contrôle du pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi.

Dans la déclaration commune en dix points - agréée mais non signée par les deux parties - les deux dirigeants soulignent que la solution à la crise ne peut être que politique et passer par un processus de réconciliation nationale associant tous les Libyens.

"Nous nous engageons à un cessez-le-feu et à nous abstenir de tout recours à la force armée pour ce qui ne ressort pas strictement de la lutte antiterroriste, conformément à l'accord politique inter-libyen et aux traités internationaux, et afin de protéger le territoire et la souveraineté de la Libye, et condamnons fermement tout ce qui menace la stabilité du territoire", peut-on notamment lire.

https://www.lorientlejour.com/article/1064118/libye-sarraj-et-haftar-adoptent-pour-la-premiere-fois-une-declaration-commune-en-vue-dune-sortie-de-crise.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Jeu 27 Juil 2017 - 19:37

Citation :
La feuille de route pour la « réconciliation nationale » libyenne a déjà du plomb dans l’aile


Posté dans Afrique, Diplomatie par Laurent Lagneau Le 27-07-2017




La feuille de route pour une « réconciliation nationale » agréée par Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d’union nationale libyen (GNA), et le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort des autorités rivales repliées dans l’est de la Libye, a souvent été présentée comme étant un succès diplomatique – ou du moins un « bon coup » – du président Macron, qui avait réuni les deux hommes à La Celle Saint-Cloud, le 25 juillet.

Seulement, quand il s’agit de la situation inextricable dans laquelle est plongée la Libye, il convient de rester prudent. La preuve en est avec les dernières déclarations, justement, du maréchal Haftar au sujet de M. al-Sarraj.

Dans un entretien accordé à France 24, le chef de l’Armée nationale libyenne a tiré à boulets rouges sur le Premier ministre libyen, qui, mis en place sous l’égide des Nations unies, reste contesté par le Parlement de Tobrouk qui, issu des élections législatives de juin 2014, soutient un gouvernement rival au GNA.

« Il ne possède pas la ville. Tripoli est la capitale de tous les Libyens, elle n’appartient à personne, il n’a aucune autorité sur Tripoli », a lancé le maréchal Haftar, un jour à peine après la rencontre de La Celle Saint-Cloud. Et d’ajouter : M. Sarraj est « un ingénieur. Il doit parler dans le cadre de ses compétences et loin des fanfaronnades inutiles. Il ne possède que le verbe ».

Comment, dans ces conditions, croire que cette « feuille de route », qui prévoit notamment de nouvelles élections au printemps prochain, puisse être respectée au regard de la faible considération que porte le maréchal Haftar à Fayez al-Sarraj?

« Tant qu’il y a un danger, nous sommes prêts à défendre [Tripoli]. Mon ambition est de défendre le peuple. Nous sommes les gardiens du peuple », a ensuite continué le chef de l’ANL.

Cela étant, la portée de cette feuille de route paraissait déjà limitée, au vu de la situation libyenne. Elle ne concerne pas le Congrès général national (CGN), dont est issu un troisième gouvernement, en l’occurrence celui de Khalifa al-Ghowel, ni les myriades de milices armées aux allégeances changeantes.

http://www.opex360.com/2017/07/27/la-feuille-de-route-pour-la-reconciliation-nationale-libyenne-deja-du-plomb-dans-laile/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Ven 4 Aoû 2017 - 18:59

Citation :
Le maréchal Haftar menace les navires italiens qui seront déployés dans les eaux territoriales libyennes


Posté dans Afrique, Forces navales, Opérations par Laurent Lagneau Le 04-08-2017




Le 2 août, le Parlement italien a autorisé une mission de la Marina Militara dans les eaux territoriales libyennes afin de répondre à une sollicitation du gouvernement d’union nationale (GNA) qui, conduit par Fayez al-Sarraj, est reconnu par la communauté internationale. Et, dans la foulée, le patrouilleur Comandante Borsini a mis le cap vers Tripoli.

Seulement, cette mission italienne, qui doit apporter un appui aux gardes-côtés relevant de l’autorité du GNA contre les réseaux de passeurs de migrants, n’est pas du goût du gouvernement établi à al-Bayda, dans l’est de la Libye, et dont le maréchal Khalifa Haftar est l’un des personnages clés puisqu’il commande l’Armée nationale libyenne (accessoirement, c’est lui qui parle en lieu et place du Premier ministre, Abdallah al-Thani).

Ainsi, le maréchal Haftar a tout simplement ordonné à ses troupes d’empêcher l’accès des eaux libyennes à tout navire étranger. Évidemment, cela vise le patrouilleur italien et tous les autres bâtiments de la Marine Militare qui viendront appuyer les gardes-côtes du GNA.

« Le maréchal Khalifa Haftar a donné des ordres à l’état-major de la marine d’empêcher l’entrée de tout navire étranger dans les eaux territoriales libyennes sans autorisation de l’ANL », a ainsi indiqué, le 3 août, Khalifa al-Obeidi, porte-parole du commandement général de l’Armée nationale libyenne (ANL).

« Les ordres ont effectivement été donnés aux bases navales de Tobrouk, Benghazi », dans l’est du pays et à celle « de Ras Lanouf », au centre, a ajouté M. al-Obeidi. Et de confirmer que « le maréchal Haftar a donné ces directives en réaction à l’annonce par l’Italie de son intention de déployer des navires jusque dans les eaux nationales libyennes. »

Reste à voir si l’ANL a vraiment les capacités pour inquiéter la marine italienne. Avant la révolution de 2011, la base navale de Benghazi abritait la frégate Al Hani (classe Koni) et la corvette Tariq-Ibn Ziyad. La première avait été envoyée à Malte pour y être réparée et la seconde a été coulée. En outre, 2 patrouilleurs de classe Osa II et le dragueur de mines Ras Al Massad avaient rallié la capitale de la Cyrénaïque. Mais on ignore dans quel état ils se trouvent actuellement. Cela étant, les troupes du maréchal Haftar disposent de quelques avions de combat (MiG-21 et MiG-23) et d’hélicoptères, ce qui peut constituer la seule menace sérieuse pour les marins transalpins si jamais ils devaient s’aventurer au-delà de Misrata.

Quoi qu’il en soit, les ordres donnés par le maréchal Haftar, soutenu par la France (discrètement) pour son opération anti-jihadiste « Dignité », rendent de plus en plus incertaine l’application de la feuille de route qu’il avait « agréée » avec le chef du GNA à La Celle-Saint-Cloud, sous la parrainage du président Macron.

http://www.opex360.com/2017/08/04/le-marechal-haftar-menace-les-navires-italiens-qui-seront-deployes-dans-les-eaux-territoriales-libyennes/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Jeu 10 Aoû 2017 - 23:13

Citation :
Secours aux migrants : la Libye interdit "tout navire étranger" près de ses côtes


Un porte-parole de la marine libyenne, le général Ayoub Kacem, à Tripoli, en Libye, le 10 août 2017. AFP / MAHMUD TURKIA

Crise
"Vous devez respecter notre volonté", a déclaré la marine libyenne en s'adressant aux ONG.


OLJ/AFP 10/08/2017


La marine libyenne a annoncé jeudi la création au large du territoire d'une zone de recherche et de sauvetage, qu'elle interdit sauf autorisation aux navires étrangers, en particulier aux ONG patrouillant en eaux libyennes pour secourir des migrants.

La mission des ONG engagées dans les secours aux migrants au large de la Libye suscite des tensions dans la région. L'Italie, qui a vu débarquer plus de 600.000 migrants depuis 2014, essentiellement via la Libye, tente de fermer la route et a mis en place début août un code de conduite imposant transparence et coopération maximum aux ONG de secours en mer, dont plusieurs ont refusé de signer.

La Libye a déclaré "officiellement une zone de recherche et de secours", a déclaré jeudi en conférence de presse le général Abdelhakim Bouhaliya, commandant de la base navale de Tripoli, sans préciser l'étendue de cette zone. "Aucun navire étranger n'a le droit d'y accéder, sauf demande expresse de la part des autorités libyennes", a-t-il souligné.

Un porte-parole de la marine libyenne, le général Ayoub Kacem, a précisé que la décision visait explicitement "les ONG qui prétendent vouloir sauver les migrants clandestins et mener des actions humanitaires". Les gardes-côtes libyens sont souvent montrés du doigt par les navires des ONG qui patrouillent au large de la Libye afin de secourir des migrants clandestins et les tensions sont vives.

De nombreux migrants sont retenus dans des camps sordides, soumis au travail forcé, à la torture, aux abus sexuels et aux extorsions. Des trafiquants profitent du chaos qui règne dans le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 pour faire passer chaque année des dizaines de milliers de migrants à destination de l'Italie, en échange d'importantes sommes d'argent. Avec des capacités diminuées dans un pays divisé et affaibli, la marine libyenne n'est pas en mesure de sécuriser ses frontières maritimes et a récemment sollicité l'aide de l'Italie.

'Respecter notre volonté'
"Par cette annonce, nous souhaitons envoyer un message clair à tous ceux qui portent atteinte à la souveraineté libyenne et manquent de respect aux gardes-côtes et à la marine", a déclaré le général Ayoub Kacem. "Vous devez respecter notre volonté" et "obtenir l'autorisation de l'Etat libyen même pour les opérations de secours", a-t-il dit en s'adressant aux ONG.

Ces annonces ont été faites par les autorités loyales au chef du gouvernement d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale mais qui peine à asseoir son autorité en dehors de Tripoli. Ce gouvernement avait demandé en juillet un appui naval à l'Italie pour lutter contre les départs de migrants clandestins depuis les côtes libyennes.

C'est dans ce cadre que le navire italien de transport côtier et de maintenance "Tremiti" a accosté au port de Tripoli mardi "pour compléter l'appui logistique et technique commencé par les deux navires Vaccaro et Commandante Borsini aux forces de la Marine et aux gardes-côtes (...) à la demande du gouvernement libyen", a indiqué la Direction de la communication de la marine libyenne.

La décision italienne d'envoyer des navires de la marine militaire a provoqué de vives réactions en Libye, le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen et chef d'une force autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), ordonnant notamment à ses troupes d'empêcher l'entrée de navires étrangers dans les eaux libyennes.

Rome fournit désormais formation, équipement et soutien technique aux gardes-côtes libyens et cherche aussi à limiter l'afflux de migrants en Libye même, grâce à un meilleur contrôle de ses frontières sud et une coopération avec des pays de transit comme le Niger, le Tchad et le Mali.

Les défenseurs des droits de l'Homme estiment que la politique italienne de renforcer les garde-côtes libyens pour intercepter les migrants avant qu'ils ne gagnent les eaux internationales abandonne des milliers de personnes ayant droit à l'asile aux violences des milices.

https://www.lorientlejour.com/article/1066667/secours-aux-migrants-la-libye-interdit-tout-navire-etranger-pres-de-ses-cotes.html  
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3980
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: La révolte en libye   Jeu 10 Aoû 2017 - 23:49

Avec quoi la lybie va interdire quoi que ce soit?!
Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3259
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La révolte en libye   Ven 11 Aoû 2017 - 9:25

ils n'y connaissent rien en droit international...
ils seraient capable d'envoyer 2 gugus sur une chambre à air de camion équipé de kalashs ou RPG7. jocolor

_________________
L'homme sage est celui qui vient toujours chercher des conseils dabord, des armes on en trouve partout.

feu Hassan II.

https://www.youtube.com/watch?v=AbjNQ_5QvgQ
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Ven 11 Aoû 2017 - 21:54

Citation :
Libye : le maréchal Haftar et son rival Sarraj à Moscou samedi


AFP 11/08/2017


L'homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar, et son rival Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'entente nationale, sont attendus à Moscou samedi, a annoncé vendredi soir Lev Dengov, à la tête du groupe russe de contact sur la Libye.

"Demain à Moscou, le maréchal Khalifa Haftar arrive de Tobrouk et le Premier ministre du gouvernement reconnu (par la communauté internationale, ndlr) Fayez al-Sarraj", a-t-il déclaré à l'agence de presse russe Interfax. "Lors de cette réunion, les questions relatives à la réconciliation des parties en conflit seront évoquées", a-t-il affirmé, sans préciser la date de cette réunion, ni si elle inclura des discussions directes entre les deux rivaux.

Selon lui, au cours de cette réunion, "les questions relatives à la sécurité nationale, à la lutte contre les groupes terroristes, qui tentent de pénétrer en Libye, ainsi que la question des immigrés qui arrivent en Europe et Asie à travers la Libye" seront aussi au menu.

La Russie souhaite "discuter avec toutes les parties du conflit et tenter de les réconcilier, et c'est à cela que sera (consacrée) la rencontre", a ajouté M. Dengov, dont le groupe a été mis en place conjointement par la Douma (chambre basse du Parlement russe) et le ministère russe des Affaires étrangères.

Fin juillet, Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj se sont mis d'accord sur une déclaration en dix points dans lesquelles ils s'engagent notamment à un cessez-le-feu et à organiser des élections le plus rapidement possible, lors d'une rencontre en région parisienne sous l'égide du président français Emmanuel Macron. Cette déclaration de principes reste toutefois très vague et n'engage pas la myriade de milices plus ou moins alliées avec les deux rivaux libyens.

Le maréchal Haftar, revenu de vingt ans d'exil en 2011 au moment de la révolution libyenne, est soupçonné par ses détracteurs de vouloir prendre le pouvoir en Libye et de n'avoir aucune intention de se soumettre au pouvoir civil.

Fayez al Sarraj, installé depuis mars 2016 à Tripoli à la suite d'un accord sous l'égide de l'ONU, peine à asseoir l'autorité de son gouvernement, alors que le pays, riche en pétrole, a sombré dans le chaos depuis la chute du colonel Kadhafi fin 2011.

https://www.lorientlejour.com/article/1066850/libye-le-marechal-haftar-et-son-rival-sarraj-a-moscou-samedi.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Sam 12 Aoû 2017 - 18:40

Citation :
Interdiction libyenne aux navires étrangers: MSF suspend en partie ses activités


Rome, 12 août 2017 (AFP) -


Médecins sans frontières (MSF) a annoncé samedi la suspension des activités du Prudence, le plus gros des navires de secours aux migrants en Méditerranée, à la suite de l'interdiction lancée par la marine libyenne aux navires étrangers.

"Les Etats européens et les autorités libyennes sont en train de mettre en oeuvre conjointement un barrage à la possibilité pour des personnes de chercher la sécurité. C'est une attaque inacceptable à la vie et à la dignité des personnes", a réagi Loris De Filippi, président de MSF Italie, dans un communiqué.

Le Prudence est le plus gros des bateaux de secours d'ONG actifs au large des côtes libyennes: il avait recueilli notamment un record de 1.500 personnes fin mai.

L'ONG continuera cependant à assurer la logistique et l'assistance sanitaire sur l'Aquarius de SOS Méditerranée, qui se trouve actuellement dans les eaux internationales, a-t-elle précisé samedi.

"Pour l'instant, nous poursuivons notre activité de patrouille dans les eaux internationales", avait expliqué vendredi Nicola Stalla, coordinateur des opérations de recherche et sauvetage à bord de l'Aquarius, à un journaliste de l'AFP présent à bord.

L'Aquarius patrouille depuis dix jours à 20 milles nautiques au nord de la Libye -- une distance à laquelle on peut distinguer les côtes libyennes depuis le bateau --, en se retirant à 30 milles la nuit.

La marine libyenne a annoncé jeudi la création au large du territoire d'une zone de recherche et de sauvetage, qu'elle interdit sauf autorisation aux navires étrangers, en particulier aux ONG patrouillant pour secourir des migrants.

Parti le lendemain de cette annonce pour la zone des secours, le Vos Hestia de Save the Children, s'est pour sa part dérouté vers l'île italienne de Lampedusa, mais l'ONG britannique, jointe par l'AFP, n'a pas donné d'explication dans l'immédiat.

En revanche, le Golfo Azzurro de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms se préparait à repartir "dans les prochaines heures" pour la zone des secours après un ravitaillement à Malte.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/15047-interdiction-libyenne-aux-navires-etrangers-msf-suspend-en-partie-ses-activites
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Sam 12 Aoû 2017 - 18:54

Citation :
Libye : le maréchal Haftar rencontrera Lavrov à Moscou lundi


AFP 12/08/2017


L'homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar, était attendu à Moscou samedi mais ne rencontrera que lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a annoncé Lev Dengov, à la tête du groupe russe de contact sur la Libye.

"Pour l'instant, la rencontre avec le ministre n'est confirmée que pour lundi", a déclaré M. Dengov, cité par l'agence de presse russe Ria Novosti.

Vendredi soir, il avait annoncé la venue samedi à Moscou du maréchal Haftar, expliquant que celui-ci discuterait avec M. Lavrov de "son éventuelle rencontre avec le Premier ministre du gouvernement reconnu (par la communauté internationale, ndlr) Fayez al-Sarraj".

"Lors de cette réunion, les questions relatives à la réconciliation des parties en conflit (en Libye) seront évoquées", a-t-il affirmé, sans préciser la date de cette réunion, ni qui y participerait.

Fin juillet, Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj se sont mis d'accord sur une déclaration en dix points dans lesquelles ils s'engagent notamment à un cessez-le-feu et à organiser des élections le plus rapidement possible, lors d'une rencontre en région parisienne sous l'égide du président français Emmanuel Macron.
Cette déclaration de principes reste toutefois très vague et n'engage pas la myriade de milices plus ou moins alliées avec les deux rivaux libyens.

Le maréchal Haftar, revenu de vingt ans d'exil en 2011 au moment de la révolution libyenne, est soupçonné par ses détracteurs de vouloir prendre le pouvoir en Libye et de n'avoir aucune intention de se soumettre au pouvoir civil.

Fayez al Sarraj, installé depuis mars 2016 à Tripoli à la suite d'un accord sous l'égide de l'ONU, peine à asseoir l'autorité de son gouvernement, alors que le pays, riche en pétrole, a sombré dans le chaos depuis la chute du colonel Kadhafi fin 2011.

https://www.lorientlejour.com/article/1067000/libye-le-marechal-haftar-rencontrera-lavrov-a-moscou-lundi.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Dim 13 Aoû 2017 - 17:56

Citation :
Libye : Le maréchal Haftar demande 17 milliards d’euros à l’UE pour bloquer les flux migratoires

Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 13-08-2017




Commandant en chef de l’armée nationale libyenne (ANL) et rival de Fayez al-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement d’union nationale (GAN), reconnu par la communauté internationale, le maréchal Khalifa Haftar s’oppose à la présence de tout navire étranger dans les eaux territoriales libyennes, même si leur mission est de lutter contre les trafiquants de migrants, comme c’est actuellement le cas de ceux déployés par la marine italienne, à la demande de Tripoli. Une décision « illégitime et illégale », a-t-il dénoncé dans un entretien donné au journal transalpin « Corriere della Sera ».

Car selon lui, la solution la plus efficace pour bloquer les flux de migrants qui espèrent se rendre en Europe passerait par le contrôle des frontières méridionales de la Libye. Et, évidemment, cela a un coût. Coût qui serait assumé par l’Union européenne (UE), qui a lancé l’opération navale EUNAVFOR Sophia pour « casser » – sans succès – le modèle économique des trafiquants d’êtres humains.

« Le problème des migrants ne se résout pas sur nos côtes. S’ils ne partent plus par la mer nous devons les garder nous et la chose n’est pas possible », a fait valoir le maréchal Haftar.

« Nous devons au contraire travailler ensemble pour bloquer les flux sur 4.000 kilomètres à la frontière désertique libyenne du Sud. Mes soldats sont prêts. Je contrôle plus des trois quarts du pays. Je possède la main-d’oeuvre, mais il me manque les moyens », a expliqué le chef de l’ANL.

Mais pour cela, le maréchal Haftar réclame des moyens, que, a priori, la France serait prête à transmettre à ses partenaires de l’UE. Le président Macron « m’a demandé de dont j’avais besoin, je suis en train de lui envoyer une liste », a-t-il dit.

Ainsi, pour pouvoir installer des points de contrôle avec « 150 hommes au minimum » tous les 100 kilomètres, le maréchal Haftar souhaite des « formations pour les garde-frontières, des munitions, des armes, mais surtout des véhicules blindés, des jeeps pour le sable, des drones, des détecteurs, des lunettes de vision nocturnes, des hélicoptères. » Rien que ça. Et d’après lui, cela coûterait « environ 20 milliards de dollars [près de 17 milliards d’euros] sur 20 ou 25 ans pour les pays européens unis dans un effort collectif ».

Pour le maréchal Haftar, cette somme n’a rien d’excessif par rapport à celle qui est donnée à la Turquie, qui « prend 6 milliards » à l’UE « pour contrôler un nombre infiniment inférieur de réfugiés syriens et quelques irakiens. » Et d’ajouter : « Nous, en Libye, nous devons contenir des flux gigantesques de personnes arrivant de toute l’Afrique. »

Cela étant, les flux migratoires ne concernent pas seulement la Libye. En effet, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a récemment indiqué que l’Espagne devient une destination de plus en plus prisée par les migrants.

« Nous n’entendions pas beaucoup parler de l’Espagne, mais cette année c’est le cas », a déclaré Joel Millman, porte-parole de l’OIM, d’après l’AFP. « Le gros du flux de migration continue de passer par l’Italie, mais « l’Espagne pourrait dépasser la Grèce cette année », a-t-il ajouté.

Selon les données communiquées par l’OIM, 8.183 migrants étaient arrivés en Espagne au 6 août, soit trois fois plus que l’an passé à pareille époque. « Beaucoup des migrants viennent d’Afrique de l’Ouest et une partie de ce flux passe par le Maroc plutôt que par la Libye livrée aux milices », a expliqué M. Millman. « Nous supposons que la route qui longe la côte pour remonter vers le Maroc est considérée comme plus sûre », a-t-il conclu.

http://www.opex360.com/2017/08/13/libye-le-marechal-haftar-demande-17-milliards-deuros-sur-20-ans-lue-pour-bloquer-les-flux-migratoires/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Mar 15 Aoû 2017 - 21:56

Citation :
Une ONG rapporte un incident avec les garde-côtes libyens


AFP 15/08/2017


L'ONG espagnole Proactiva Open Arms a affirmé mardi que son bateau Golfo Azzurro avait eu une confrontation tendue avec les garde-côtes libyens dans les eaux internationales.

Dans l'après midi, Oscar Camps, le responsable des opérations de l'ONG a écrit sur Twitter: "Ils menacent d'ouvrir le feu si nous ne mettons pas le cap vers leurs eaux territoriales, c'est une séquestration en bonne et due forme".
Selon les sites de suivi du trafic maritime, le Golfo Azzurro se trouvait alors à environ 24 milles nautiques des côtes libyennes, loin de la limite de 12 milles des eaux territoriales mais dans la zone de près de 100 milles où la Libye revendique depuis la semaine dernière de diriger les éventuelles opérations de secours en mer.

M. Camps a finalement envoyé ensuite un nouveau message expliquant que les Libyens avaient renoncé après "1H44 de séquestration et de tension". Le Golfo Azzuro, navire de 37 mètres, qui était arrivé mardi matin dans la zone après un ravitaillement à Malte, a ensuite mis le cap au nord.
Des identitaires européens de "Defend Europe" qui protestent contre le travail des humanitaires naviguait dans les environs et ont expliqué sur Twitter que les gardes-côtes libyens avaient demandé au Golfo Azzuro de "quitter les eaux libyennes immédiatement ou de les suivre à Tripoli".
"Partez et ne revenez plus", ont-ils entendu les gardes-côtes lancer au navire de l'ONG.

Joints par l'AFP, les gardes-côtes libyens n'étaient pas en mesure de confirmer l'incident dans l'immédiat.
Proactiva Open Arms avait déjà dénoncé la semaine dernière des menaces de gardes-côtes libyens qui auraient tiré des coups de feu en l'air en sommant son autre navire, l'Open Arms, de quitter la zone.

La marine libyenne a annoncé jeudi la création d'une nouvelle zone de recherche et de sauvetage (SAR) sous sa responsabilité directe. Son accès est interdit aux navires étrangers afin d'en éloigner les ONG, que Tripoli accuse de collusion avec les réseaux de passeurs.

Cette décision doit en principe recevoir l'autorisation de l'Organisation maritime internationale, a toutefois précisé mardi le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, en estimant que les gardes-côtes n'avaient pas les moyens de contrôler une telle zone.
Dans l'attente de précisions, trois autres ONG ont annoncé ces derniers jours une suspension de leurs opérations.

https://www.lorientlejour.com/article/1067455/une-ong-rapporte-un-incident-avec-les-garde-cotes-libyens.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Mer 23 Aoû 2017 - 17:02

Citation :
Onze personnes décapitées dans une attaque en Libye


AFP 23/08/2017


Au moins neuf soldats et deux civils ont été décapités en Libye dans une attaque contre une position de l'Armée nationale Libyenne (ANL), loyale à l'homme fort de l'Est Khalifa Haftar, a indiqué à l'AFP un porte-parole de cette force.

"Au moins neuf soldats ont été décapités (...) en plus de deux civils tués de la même manière à une position" de l'ANL, a affirmé le colonel Ahmed al-Mesmari attribuant l'attaque à l'organisation Etat islamique (EI). L'attaque, qui n'a pas été revendiquée jusqu'ici, a eu lieu mercredi à l'aube à un check-point des forces loyales au maréchal Haftar dans la région de Joufra, à quelque 500 km au sud de Tripoli.

L'ANL s'était emparée début juin de cette région qui compte notamment une base militaire aérienne. Cette base était occupée notamment par les Brigades de défense de Benghazi (BDB), une coalition de combattants opposés à Khalifa Haftar, dont des islamistes chassés de la ville de Benghazi (est). Même depuis la perte de son fief de Syrte (nord) en décembre 2016, l'EI reste actif en Libye, en particulier dans le sud et l'est du pays, selon des analystes et des sources militaires.

La Libye est déchirée par des conflits entre milices et deux autorités se disputent le pouvoir dans le pays: d'un côté, le gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, de l'autre une autorité qui exerce son pouvoir dans l'est du pays avec le soutien du maréchal Haftar.

https://www.lorientlejour.com/article/1068788/onze-personnes-decapitees-dans-une-attaque-en-libye.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Lun 28 Aoû 2017 - 18:55

Citation :
Un pétrolier et sa cargaison illégale saisis en Libye (marine)      

Tripoli, 28 août 2017 (AFP) -


La marine libyenne a annoncé lundi avoir saisi un pétrolier étranger au large des côtes ouest du pays pour chargement illégal de carburant et l'équipage philippin du navire a été ramené et retenu lundi à Tripoli.

Le pétrolier se trouvait au large de la région d'Abou Kamach, près de la frontière tunisienne, à près de 170 km à l'ouest de Tripoli, lorsqu'une patrouille de la marine l'a intercepté dimanche, selon le porte-parole de la marine, le général Ayoub Kacem.

Le navire appartenant à une compagnie grecque et battant pavillon libérien était chargé de six millions de litres de carburant de contrebande, a-t-il précisé.

L'équipage composé de 20 membres de nationalité philippine, a été ramené à Tripoli et attend d'être entendu par le procureur général, toujours selon M. Kacem.

Livrée au chaos politique et sécuritaire depuis la chute de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est un havre pour les trafics en tous genre.

Le prix du carburant en Libye, un des moins chers au monde, fait de la contrebande des hydrocarbures notamment vers la Tunisie voisine ou vers l'Italie et Malte, une activité très lucrative.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/15124-un-petrolier-et-sa-cargaison-illegale-saisis-en-libye-marine
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Lun 4 Sep 2017 - 17:06

Citation :
Bombardements aériens contre des positions de l'EI en Libye


Reuters 04/09/2017


Les forces du général libyen Khalifa Haftar, qui contrôlent l'est du pays, ont annoncé lundi avoir mené des raids aériens contre des positions de l'Etat islamique dans la région de Syrte, ancien bastion du groupe jihadiste.

Chassés de la ville méditerranéenne en décembre au terme de sept mois d'offensive menée par des miliciens libyens appuyés par des frappes aériennes américaines, les combattants de l'EI ont repris pied ces dernières semaines dans cette région.

Selon des responsables libyens, les jihadistes y ont lancé des attaques contre les forces de sécurité, établi des barrages routiers ou encore pris le contrôle de mosquées pendant la fête musulmane de l'Adha.

Syrte est située au centre de la Libye, à la limite entre la partie occidentale sous l'autorité du gouvernement de Tripoli, reconnu par la communauté internationale, et l'Est aux mains de l'Armée nationale libyenne de Khalifa Haftar.

Les forces d'Haftar ont dit avoir bombardé dimanche soir des positions de l'EI situées entre Syrte et Waddane, une ville située à 230 km plus au sud.

Les miliciens de Misrata, qui ont repris Syrte en décembre et sont alliés au gouvernement de Tripoli, disent également patrouiller dans la région pour empêcher les jihadistes de s'y réimplanter.

https://www.lorientlejour.com/article/1070668/bombardements-aeriens-contre-des-positions-de-lei-en-libye.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Dim 17 Déc 2017 - 20:02

Citation :
Libye : pour le maréchal Haftar, l'accord politique libyen a expiré


AFP 17/12/2017


L'homme fort de l'est libyen Khalifa Haftar a estimé dimanche que l'accord politique libyen signé le 17 décembre 2015 au Maroc, a expiré et avec lui le mandat du gouvernement d'union nationale (GNA) appuyé par la communauté internationale.

L'accord signé il y a deux ans à Skhirat (Maroc) sous l'égide de l'ONU, prévoyait la formation du GNA pour un mandat d'un an renouvelable une seule fois. Le maréchal Haftar n'a jamais reconnu ce gouvernement.

Le mandat du GNA dirigé par Fayez al-Sarraj expire théoriquement dimanche, même s'il n'a jamais pu obtenir la confiance du Parlement élu basé dans l'est du pays et qui appuie le maréchal Khalifa Haftar ainsi qu'un gouvernement parallèle.

Mais le Conseil de sécurité de l'ONU a prévenu jeudi que l'accord de Skhirat "demeure le seul cadre viable pour mettre fin à la crise politique en Libye", en attendant la tenue d'élection prévue en 2018.

Dans un discours télévisé, le maréchal Haftar a estimé que la date du 17 décembre marquait "un tournant historique et dangereux" avec "l'expiration de l'accord politique libyen". "Tous les corps issus de cet accord perdent automatiquement leur légitimité contestée (déjà) dès le premier jour de leur prise de fonction", a-t-il dit.

Régulièrement accusé par ses détracteurs de vouloir prendre le pouvoir et instaurer une dictature militaire, il a indiqué avoir été "menacé de mesures internationales fermes" s'il osait prendre des initiatives en dehors du cadre mis en place par la communauté internationale et la mission de l'ONU en Libye. "Nous annonçons sans équivoque notre obéissance totale au peuple libyen, maître (...) de son destin", a-t-il conclu.

Dans un communiqué, l'envoyé spécial de l'ONU en Libye Ghassan Salamé a indiqué dimanche que les Libyens en avaient "marre de la violence" et "considéraient le processus politique comme la seule voie vers la stabilité et l'unité de leur pays". "J'exhorte ainsi toutes les parties à écouter leurs voix et à s'abstenir de toute action qui pourrait menacer le processus politique", a-t-il dit.

La Libye a sombré dans le chaos après la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi. Des autorités rivales, à Tripoli et dans l'est du pays, et de nombreuses milices continuent de s'y disputer le pouvoir.

https://www.lorientlejour.com/article/1089973/libye-pour-le-marechal-haftar-laccord-politique-libyen-a-expire.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Ven 29 Déc 2017 - 18:03

Citation :
Libye: le maréchal Haftar dit appuyer la tenue d'élections en 2018


AFP 29/12/2017


Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, a indiqué qu'il appuyait la tenue d'élections en Libye en 2018, comme le souhaite la communauté internationale, tout en menaçant implicitement de prendre le pouvoir si ce processus politique n'aboutit pas.

Dans une déclaration jeudi soir à son bras médiatique, la télévision Libya al-Hadath, M. Haftar a rejeté "les allégations tendancieuses" selon lesquelles il est opposé à une solution politique en Libye et planifierait un coup d'Etat pour instaurer une dictature militaire.
Au contraire, "c'est nous qui avons poussé le monde à accepter à contrecoeur le processus électoral comme une solution fondamentale et de principe" à la crise en Libye, a-t-il dit.

Il a appelé à la tenue d'élections présidentielles et législatives "sans atermoiements, fraudes ou falsifications", accusant ses rivaux, au pouvoir dans l'ouest du pays, de retarder le processus électoral.

Le maréchal controversé maintenait jusqu'à présent le flou sur sa position concernant la tenue d'élections en 2018, qui fait partie du plan d'action présenté en septembre par l'envoyé spécial de l'ONU en Libye Ghassan Salamé.

Appuyés par un Parlement élu en 2014 et basé dans l'est du pays, le maréchal Haftar et le gouvernement parallèle de l'est libyen n'ont jamais reconnu la légitimité du gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, issu de l'accord politique interlibyen signé en 2015 à Skhirat (Maroc).
Le GNA, installé à Tripoli et soutenu par la communauté internationale, n'a pas obtenu la confiance de l'assemblée élue, ce qu'exige pourtant l'accord de Skhirat.

Prenant le contrepied du Conseil de sécurité de l'ONU, qui voit cet accord comme "le seul cadre viable pour mettre fin à la crise politique en Libye", le maréchal Haftar avait récemment estimé qu'il était devenu caduc.
Ces propos avaient fait craindre un coup de force. Mais selon des analystes, M. Haftar ne dispose pas de la force ni du soutien suffisants pour pouvoir avancer vers l'ouest où des puissants groupes armés lui sont hostiles.

Les déclarations du maréchal libyen avait été précédées par une campagne de ses partisans, l'appelant à prendre le pouvoir par "procuration du peuple".
Jeudi soir, M. Haftar a fait savoir que "cette procuration" pourrait être une option probable si "tous les mécanismes classiques permettant une transition pacifique du pouvoir via des élections libres et démocratiques sont épuisés".
Il a répété jeudi que l'accord de Skhirat était bien "fini". Mais "l'accord est une chose et le travail de la mission de l'ONU (qui oeuvre à la tenue d'élections) est une autre chose", a-t-il dit.

https://www.lorientlejour.com/article/1091796/libye-le-marechal-haftar-dit-appuyer-la-tenue-delections-en-2018.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Ven 5 Jan 2018 - 16:49

Citation :
Libye : affrontements entre groupes armés près de la frontière tunisienne


AFP 05/01/2018


Des combats entre groupes armés ont éclaté vendredi dans l'ouest libyen, près de la frontière tunisienne, provoquant la fermeture du point de passage principal entre les deux pays, selon un responsable local.

Les affrontements opposent deux groupes qui affirment tous les deux leur loyauté au gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli et appuyé par la communauté internationale.

Une coalition de groupes armés formée récemment par le GNA pour sécuriser la partie ouest du pays a attaqué d'autres groupes près du poste-frontière de Ras Jedir, a indiqué à l'AFP un responsable local de la ville de Zouara (100 km à l'ouest de Tripoli). L'objectif, selon ce responsable qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat, est de prendre Ras Jedir, même si les groupes qui le contrôlent sont aussi pro-GNA.

Le chef de la coalition, Oussama Jouili, a confirmé vendredi son offensive à la chaîne libyenne 218 TV, affirmant avoir un mandat du GNA pour sécuriser la région. Le poste-frontière a été fermé temporairement pour "garantir la sécurité des voyageurs", a-t-il ajouté, sans préciser si l'attaque a été coordonnée avec le GNA ou non.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, ce poste-frontière est contrôlé par des groupes armés de la ville de Zouara, accusés régulièrement d'implication dans un vaste réseau de contrebande de carburant vers la Tunisie et par voie maritime vers Malte.

Les autorités successives de transition ont échoué à mettre en place une police et une armée régulières, capables de rétablir l'ordre dans un pays où des centaines de milices font la loi.

https://www.lorientlejour.com/article/1092763/libye-affrontements-entre-groupes-armes-pres-de-la-frontiere-tunisienne.html
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1472
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : Ait Mzal
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: La révolte en libye   Ven 13 Avr 2018 - 21:29

Citation :
Le maréchal libyen Khalifa Haftar serait décédé à Paris

https://fr.sputniknews.com/international/201804131035937438-libye-france-haftar/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2199
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La révolte en libye   Dim 22 Avr 2018 - 20:00

JA a écrit:

Libye : qui est Abdessalam al-Hassi, le successeur pressenti de Khalifa Haftar ?




Alors que l'état de santé du maréchal Khalifa Haftar donne lieu à des spéculations depuis le 13 avril, la Libye s'interroge sur l'identité d'un éventuel successeur. Un général discret, proche d'Abou Dhabi, qui a été actif sur le front contre les jihadistes, semble représenter l'option la plus concrète.


Le 13 avril, dans la soirée, les réseaux sociaux et certains médias internationaux se sont enflammés autour de la rumeur du décès du maréchal Khalifa Haftar, chef de l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) et homme fort de l’est libyen, soutenu par l’Égypte et les Émirats arabes unis (EUA). Si le flou règne sur l’état de santé de l’officier, son hospitalisation a toutefois été confirmée par l’ANL.

Une situation qui a conduit plusieurs sites d’information libyens à s’interroger : en cas de décès, qui pourrait-être le « khalife » – « successeur » en arabe ?

Le bras droit de Haftar

Dans la liste des dauphins potentiels, plusieurs titres de la presse libyenne désignent Abdessalam al-Hassi comme étant le favori. Ce que confirme à Jeune Afrique une source française qui suit de près le conflit libyen, ainsi que Jalel Harchaoui, chercheur à l’université Paris-8, spécialiste de la Libye. Sputnik, agence de presse pro-Moscou, qui soutient le maréchal Haftar, assure sur son site en arabe ce 18 avril que Le Caire a expressément émis le souhait de voir Hassi succéder à Haftar lors de discussions ayant lieu aux Émirats à ce sujet. Le site Arabi21, réputé proche du Qatar, hostile au camp Haftar, indique aussi le nom de Hassi comme candidat le plus sérieux.

« Dès mai 2014, Abdessalam al-Hassi a été nommé au commandement de la salle de l’opération « Karama » [dignité] ». Lancée de manière autonome par Khalifa Haftar, cette opération avait pour objectif déclaré de « purger » la Libye des « groupes extrémistes ». Elle s’est très vite retrouvée confrontée à la résistance de milices islamistes issues de la révolution.

Début avril, Asharq al-Awsat, un média saoudien basé à Londres, a fait état de la présence de Hassi à Khartoum pour des discussions organisées, sous les auspices du Caire, avec des autorités militaires soudanaises. Les frictions entre le régime de Omar el-Béchir et le camp de Haftar sont récurrentes : Khartoum accuse notamment le Libyen d’employer et de soutenir militairement des rebelles soudanais. Quant à la présence égyptienne, elle semble logique : Le Caire soutient l’ANL et l’accompagne diplomatiquement.

Hassi serait le profil idoine : officier, versé dans la diplomatie en temps de guerre, il serait également capable d’assurer la cohésion de l’ANL, qui est un assemblage de groupes hétéroclites. Il est également un interlocuteur des chancelleries et états-majors étrangers présents en Libye. « De plus, il est discret, chose très appréciée par les partenaires de l’ANL pour qui la forte personnalité de Haftar était plus vue comme un handicap que comme un atout », précise Harchaoui.

Sur le front de Benghazi contre Daesh

Dans leur ouvrage The Libyan Revolution and its Aftermath (Oxford University Press, 2015), Peter Cole et Brian McQuinn reviennent sur le parcours de Abdessalam al-Hassi. Sous Kadhafi, Hassi est colonel dans la « Saiqa » – les forces spéciales, formées par des notables de l’Est et commandées par Abdel Fattah Younès, le ministre de l’Intérieur de Kadhafi, qui déserte et rejoint la rébellion en février 2011. La Saiqa est notamment chargée de la répression du Groupe islamique combattant en Libye.

Au cours de la révolution, Hassi déserte et prend la direction d’une petite cellule d’opérations montée « à la hâte » avec l’aide de l’Otan à Benghazi. De là, il devient le relais entre officiers déserteurs et Occidentaux.

En avril 2011, des tensions apparaissent entre ses troupes et des groupes de révolutionnaires, notamment le Bataillon des martyrs du 17 février, commandé par l’islamiste Abdelhakim Belhadj. Selon les auteurs, Hassi reçoit alors le soutien des Émiratis, mais il est marginalisé au cours de l’année 2011 par le Qatar, qui soutient des groupes révolutionnaires.

En décembre 2015, Hassi prend le commandement des troupes de l’ANL à Benghazi face aux groupes terroristes, après que son prédécesseur, Ali Al Thamen a été tué par une mine. Il combat Ansar al-Charia et les groupes affiliés à Daesh. En juillet 2017, son nom apparaît dans la presse internationale lorsque Benghazi est libérée des jihadistes.

Un candidat logique pour Abou Dhabi et Le Caire

« Il s’agit d’une figure conservatrice et non d’un révolutionnaire », résume Harchaoui. Le profil parfait pour Abou Dhabi et Le Caire, très influents dans le commandement de l’ANL et qui s’opposent à l’influence du Qatar et des Frères musulmans dans la région.

Hassi pourrait aussi apparaître pour les capitales occidentales comme un partenaire efficace dans la lutte contre le terrorisme. « En 2012, les Américains ouvrent un camp pour les forces anti-terroristes libyennes près de Tripoli. C’est Hassi qui l’a dirigé, alors qu’il officiait comme chef des opérations au ministère de la Défense », rappelle Harchaoui.

Si Hassi a des atouts, il n’est pas certain qu’il soit accepté par l’ensemble des forces actuellement rassemblées sous la houlette du maréchal Haftar. S’il semble, selon Harchaoui, que Hassi soit en bonne entente avec les madkhalis – salafistes rigoristes influents en Cyrénaïque et alliés à Haftar –, il se pourrait en revanche « que ce représentant de la tribu orientale des Hassa suscite la méfiance de la tribu du maréchal, les Ferjani. »

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La révolte en libye   Mar 26 Juin 2018 - 16:26

Citation :
Libye : l’inquiétude des experts américains

25 juin 2018/ Stratégie et politique


Si plusieurs experts américains ont récemment salué l’initiative de l’Elysée pour réunir les conditions nécessaires à la tenue d’élections législatives en Libye à la fin de cette année, ils ont en revanche déploré l’obsession des Européens pour la crise migratoire, et le déploiement sans cesse reporté d’une force civile de stabilisation réclamée par le gouvernement Sarraj à Tripoli. Pour eux, la menace est double. Voir le maréchal Haftar se substituer au rôle d’arbitre de l’Onu dans la répartition des pouvoirs, suivi du risque de laisser la place vacante à une intervention russe.

Plus grave, les Européens sont également montrés du doigt pour ne pas avoir contribué suffisamment aux opérations de stabilisation qui ont succédé à l’intervention de 2011, précipitant ainsi la Libye dans le chaos à partir de 2014. Ces atermoiements européens pourraient préparer le retour de l’Etat islamique, relancer une nouvelle crise migratoire, voire semer les germes d’un second scénario syrien aux marches de l’Europe.

Mais Washington n’est guère en situation de montrer l’exemple puisque les frappes de drones ciblant les réseaux terroristes sont passées de 497 en 2016, à 2 en 2018 ! En outre, l’actualité de ces derniers jours a encore démontré que la prudence restait de mise. Si le maréchal Haftar est à nouveau parvenu à reprendre Derna à la coalition des milices islamistes réunies sous le nom de Choura des Moudjahidine, ce succès et la stratégie de communication qui l’a accompagné ne sont pas parvenus à rassurer.

Car la bataille de Derna ne correspond certainement pas à la chute du dernier bastion islamiste, au vu des effectifs encore présents dans le sud, à Tripoli et à Benghazi. L’Onu et Amnesty International vont même jusqu’à évoquer que les moyens employés par la Libyan National Army d’Haftar (LNA) pourraient même pousser les populations civiles dans les bras des djihadistes. Mais après avoir échoué cette année à reconquérir la Tripolitaine, et avoir subi plusieurs défections de milices au profit de Tripoli, la LNA devait se réaffirmer par la force.

En fait, loin de stabiliser la situation, le forcing employé lors de cette opération a contribué à relancer les attaques dans le croissant pétrolier, officiellement contrôlé par les troupes d’Haftar. Le 14 juin, les Brigades de défense de Benghazi, commandées par Ibrahim Jathran, ont incendié le tanker n° 2 de Fida à l’ouest du terminal stratégique de Ras Lanuf, qui peut stocker jusqu’à 980 000 barils. Le 17 juin, une seconde attaque a touché sur le même site le tanker n° 12. Le 18, la compagnie pétrolière nationale NOC émettait un message d’alerte quant au risque d’extension de l’incendie à l’ensemble des autres tankers. Ce retour de la guerre du pétrole et la chute des revenus qui en sera le corolaire risquent d’hypothéquer lourdement le résultat des futures élections.

https://www.ttu.fr/libye-linquietude-des-experts-americains/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La révolte en libye   

Revenir en haut Aller en bas
 
La révolte en libye
Revenir en haut 
Page 42 sur 42Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42
 Sujets similaires
-
» Coalition aéro maritime au large de la Libye
» Libye
» Libye
» Libye - Frégate Dat Assawari
» LIBYE – L’Italie prend le commandement de la force navale de L’OTAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: