Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 La politique américaine comme si vous y étiez...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 19 ... 25  Suivant
AuteurMessage
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8768
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite : La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena31
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena22La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena11
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena20La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeDim 11 Mar 2012 - 21:39

Rappel du premier message :

Citation :
Ce militant démocrate qui défie Barack Obama

Candidat à la présidence, Darcy Richardson exprime la frustration d’une partie des progressistes états-uniens face au bilan du président sortant. Il participe aux primaires démocrates afin de «r amener,dit-il, Obama à gauche ».

Il n’a eu droit qu’à quelques entrefilets 
dans deux, trois journaux mais le New York Times ne l’a pas cité une seule fois dans 
l’un de ses articles. Il ne collecte que quelques milliers de dollars de-ci, de-là. Il ne bénéficie donc ni de la puissance financière ni de la couverture médiatique, éléments indispensables à toute campagne électorale 
aux États-Unis. Pourtant Darcy Richardson 
est bel et bien candidat à la présidence des 
États-Unis (www.darcy2012.com). Mieux 
même, il est le seul à défier Barack Obama 
dans plusieurs États. Même si le barnum ultradroitier des républicains l’a occulté, 
il n’en reste pas moins que le Parti démocrate organise lui aussi un processus de désignation 
de son candidat.

« Je suis le premier à admettre que je n’ai aucune chance de battre, voire d’inquiéter le président sortant », répète Darcy Richardson en 
préambule des rares interviews que des chaînes locales lui accordent. Même si Eugene 
McCarthy constitue sa référence politique 
(les deux hommes ont notamment milité ensemble au début des années quatre-vingt-dix dans l’aile gauche du Parti démocrate), ce féru d’histoire sait que 2012 n’est pas 1968. Cette année-là, le sénateur progressiste du Minnesota, Eugene McCarthy, avait défié, au nom 
du mouvement antiguerre, Lyndon Johnson, président depuis 1963, embourbé dans 
son escalade militaire au Vietnam. Après 
des premières primaires très serrées, 
Johnson renonça finalement à se représenter.

Pourquoi dès lors se lancer dans une telle 
bataille à cinquante-six ans ? Parce qu’Obama 
doit répondre de son bilan, rétorque en substance cet ancien assureur devenu auteur et bloggeur (www.battleground.com). « Il n’a accompli aucune des choses dont il a parlé en 2008. L’administration Obama est un cas d’école de l’influence corruptrice de l’argent de Wall Street dans la politique américaine. Le président a abandonné sans mener le combat. » L’accusation est rude mais le ton toujours posé. Il cite : renoncement de la réforme du système bancaire et de Wall Street et de la création d’un véritable système public de santé, poursuite de la guerre en Afghanistan, reconduction des réductions d’impôts pour les plus riches votés sous 
George Bush. « Les frustrations et les déceptions de l’électorat démocrate sont immenses, ajoute-il. De plus en plus de gens se rendent compte que 
le premier mandat d’Obama est en fait un 
troisième mandat de Bush. Nous ne voulons pas d’un quatrième mandat de Bush. »

Darcy Richardson a reçu le soutien 
de la Nouvelle Alliance progressiste (www.newprogs.org), organisation créée par le philosophe noir Cornel West, très critique envers l’hôte 
de la Maison-Blanche et qui avait appelé 
à une candidature unifiée pour défier 
Obama. Aucune des personnalités évoquées 
depuis plusieurs mois (Jeffrey Sacks, Robert Reich, Bernie Sanders, Dennis Kucinich…) 
n’a relevé le gant. Darcy Richardson, si. 
Son slogan de campagne : « Un démocrate progressiste pour président. » Et son espoir : « Ramener Obama à gauche. »

http://www.humanite.fr/monde/ce-militant-democrate-qui-defie-barack-obama-491746
Citation :

Aux États-Unis, il n’y a pas que Lyndon LaRouche pour accuser Obama d’avoir trahi ses promesses. Bien que boudé par la grande presse, le démocrate progressiste Darcy Richardson défie le président Barack Obama dans plusieurs États dans la course à la présidentielle. Car, même si le barnum ultradroitier des républicains l’a occulté, il n’en reste pas moins que le Parti démocrate organise lui aussi un processus de désignation de son candidat.

Pour Darcy Richardson, qui mène lui aussi campagne pour rétablir la séparation des banques d’affaires des banques de dépôt (retour au Glass-Steagall Act), le bilan du mandat d’Obama est plus que calamiteux : «  Il n’a accompli aucune des choses dont il a parlé en 2008. L’administration Obama est un cas d’école de l’influence corruptrice de l’argent de Wall Street dans la politique américaine. Le président a abandonné sans mener le combat.  »

Et comme le précise un article paru dans l’Humanité du 8 mars : « L’accusation est rude mais le ton toujours posé. Il cite  : renoncement de la réforme du système bancaire et de Wall Street et de la création d’un véritable système public de santé, poursuite de la guerre en Afghanistan, reconduction des réductions d’impôts pour les plus riches votés sous George Bush. "Les frustrations et les déceptions de l’électorat démocrate sont immenses, ajoute-il. De plus en plus de gens se rendent compte que le premier mandat d’Obama est en fait un troisième mandat de Bush. Nous ne voulons pas d’un quatrième mandat de Bush." »

La référence politique de Darcy Richardson reste Eugene McCarthy (rien à voir avec l’anti-communiste Joseph McCarthy). Ce sénateur progressiste du Minnesota avait défié en 1968, au nom du mouvement contre la guerre du Vietnam, Lyndon Johnson, président depuis 1963. Eugene McCarthy était aussi en très bonnes termes avec Lyndon LaRouche et s’était fait remarquer en 1988 en faisant campagne en faveur de l’Initiative de défense stratégique (IDS), initiative anti-guerre initié par LaRouche et caricaturé par la presse comme « la guerre des étoiles ». Il avait également signé l’appel pour un Nouveau Bretton Woods de LaRouche.

Aujourd’hui, Darcy Richardson dispose du soutien de la Nouvelle Alliance progressiste, organisation créée par le philosophe noir Cornel West, très critique envers l’hôte de la Maison-Blanche et qui avait appelé à une candidature unifiée pour défier Obama. Le slogan de campagne de Richardson  : «  Un démocrate progressiste pour président.  » Son espoir  : «  Ramener Obama à gauche.  »

http://www.solidariteetprogres.org/Le-candidat-democrate-progressiste-Darcy-Richardson-Obama-c-est-Bush-III_08678
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
PGM
Administrateur
Administrateur
PGM

messages : 10798
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena21La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena31
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena23La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena20
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Ambass10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 27 Juil 2016 - 17:57

ca se fait juste mousser; hillary a avec elle les principaux lobbys du pays; su moins ceux qui compte (aipac, NYSE), bref le monde du business qui in fine impose toujours sont candidat.

_________________
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Marche12
Revenir en haut Aller en bas
kurahee
Colonel-Major
Colonel-Major
kurahee

messages : 2239
Inscrit le : 16/02/2014
Localisation : fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena10
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 27 Juil 2016 - 18:17

Kurssad a écrit:
Sondage du Los Angeles Times:

Trump: 47%
Clinton: 40%

Trump Trump Trump!!!

c'est normal: trump a bénéficié de l'effet convention républicaine, hillary fera de même dans quelques jours . il faut voir les tendances lourdes des intentions de vote
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 27 Juil 2016 - 18:44

kurahee a écrit:
Kurssad a écrit:
Sondage du Los Angeles Times:

Trump: 47%
Clinton: 40%

Trump Trump Trump!!!

c'est normal: trump a bénéficié de l'effet convention républicaine, hillary fera de même dans quelques jours . il faut voir les tendances lourdes des intentions de vote

C'est différent car Clinton est contesté dans son propre camp. Rajouté à cela les e-mails des démocrates. Beaucoup de Démocrates auraient voulu Sanders.
Revenir en haut Aller en bas
kurahee
Colonel-Major
Colonel-Major
kurahee

messages : 2239
Inscrit le : 16/02/2014
Localisation : fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena10
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 27 Juil 2016 - 19:13

oui mais à la fin les pro-sanders se rallieront tôt ou tard à clinton non pas pour ses beaux yeux mais pour barrer la route au fou
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
vinseeld

messages : 1655
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 27 Juil 2016 - 19:16

Oui ,mais le fou va passé..............
Revenir en haut Aller en bas
kurahee
Colonel-Major
Colonel-Major
kurahee

messages : 2239
Inscrit le : 16/02/2014
Localisation : fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena10
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 27 Juil 2016 - 19:23

du moment que hollande est passé tout peut arriver Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 27 Juil 2016 - 19:30

kurahee a écrit:
oui mais à la fin les pro-sanders se rallieront tôt ou tard à clinton non pas pour ses beaux yeux mais pour barrer la route au fou

Les élections sont en novembre. Clinton a perdu trop de temps pour battre Sanders. Et les pro-Bernie n'iront pas voter, car leur slogan est simple et net: "Ni Clinton et ni Trump".

Alors Trump à put réunir les derniers Républicains. Et il a un discours beaucoup plus réfléchit.

Et puis, il y aura les débats télévisées. Je sens que Trump fera un carton.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 27 Juil 2016 - 22:41

Citation :
L'homme qui a tenté d'assassiner Ronald Reagan en 1981 va être libéré


AFP 27/07/2016


L'homme qui a tenté d'assassiner le président américain Ronald Reagan en 1981 va être libéré sous conditions, a décidé mercredi un juge fédéral.
John Hinckley, 61 ans, pourra être remis en liberté après le 5 août, et devra notamment résider à plein temps à Williamsburg (Virginie), à environ 240 km au sud de Washington, a ordonné le juge Paul Friedman, selon des documents de justice obtenus par l'AFP.
Le juge a précisé que les conditions attachées à sa remise en liberté pourraient être assouplies dans les 12 à 18 mois suivant sa sortie, en fonction de ses progrès.

M. Hinckley a tenté d'assassiner Reagan à la sortie de l'hôtel Hilton de Washington le 30 mars 1981, et avait atteint trois autres personnes. Le tireur avait déclaré vouloir impressionner l'actrice Jodie Foster.
Il est interné à l'hôpital psychiatrique St. Elizabeth's, dans la capitale fédérale, depuis plus de trente ans.
En avril 2015, sa psychiatre Deborah Giorgi-Guarnieri avait assuré lors d'une audience de justice que son patient était "prêt pour un départ en convalescence et ne présente pas de danger".

Lors de son procès en 1982, il avait été déclaré non coupable car pénalement irresponsable et interné à St. Elizabeth, d'où il avait le droit l'an dernier de sortir 17 jours par mois et sous conditions pour rendre visite à sa mère en Virginie.

http://www.lorientlejour.com/article/998765/lhomme-qui-a-tente-dassassiner-ronald-reagan-en-1981-va-etre-libere.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMar 9 Aoû 2016 - 18:26

Citation :
Des proches d'Américains tués en Libye en 2012 portent plainte contre Hillary Clinton


AFP 09/08/2016


Les parents de deux Américains tués en Libye en 2012 ont porté plainte contre Hillary Clinton, à l'époque secrétaire d'Etat, la tenant pour responsable de leur mort en raison de son traitement "irresponsable" d'informations confidentielles dans ses emails envoyés grâce à un serveur privé.

Le 11 septembre 2012, des assaillants jihadistes avaient attaqué l'enceinte diplomatique américaine installée à Benghazi et l'annexe de la CIA située à proximité, tuant l'ambassadeur Christopher Stevens et trois autres Américains.

Les adversaires politiques de la candidate démocrate à la présidentielle américaine lui reprochent d'avoir mis en péril la sécurité nationale en n'utilisant pas les serveurs officiels sécurisés, mais un serveur privé de courriels employé à des fins professionnelles lorsqu'elle pilotait le département d'Etat (2009-2013).

Le FBI, qui a interrogé Hillary Clinton sur l'affaire des emails, a conclu en juillet que l'ancienne secrétaire d'Etat avait fait preuve d'une "négligence extrême" en installant un serveur privé au sous-sol de son domicile dans l'Etat de New York, mais a néanmoins refusé de recommander des poursuites pénales à son encontre.

Se basant sur les résultats du FBI, les autorités américaines ont abandonné l'enquête, mais les opposants politiques d'Hillary Clinton ont eux continué d'alimenter la controverse sur l'affaire des emails, notamment en la tenant pour responsable de la mort des quatre Américains à Benghazi.

Dans leur plainte déposée lundi devant la Cour fédérale du District de Columbia contre Mme Clinton, les parents de deux agents de sécurité américains tués au consulat affirment que les assaillants ont pu localiser les hommes à cause de l'utilisation de ce serveur privé.

Selon le texte de plainte, "il est très probable (...) que Mme Clinton, en tant que secrétaire d'Etat, ait envoyé et reçu des informations concernant l'ambassadeur Christopher Stevens et par conséquent concernant les activités du département d'État américain, ainsi que des opérations secrètes auxquelles participaient les défunts à Benghazi", qui ont pu permettre aux assaillants d'"orchestrer, planifier, et mener à bien l'attentat tristement célèbre du 11 septembre 2012".

http://www.lorientlejour.com/article/1000894/des-proches-damericains-tues-en-libye-en-2012-portent-plainte-contre-hillary-clinton.html
Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Capitaine
Capitaine
RadOne

messages : 815
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeDim 4 Sep 2016 - 18:20

La victoire quasi impossible de Donald Trump

Citation :
Parce que la carte électorale avantage massivement les démocrates et parce qu’il s’est coupé de pratiquement toutes les minorités, Donald Trump n’a quasiment aucune chance de rassembler les 270 délégués ­nécessaires pour accéder à la Maison-Blanche.

Inutile de faire durer le suspense plus longtemps. A dix semaines de l'élection présidentielle, Donald Trump a perdu tout espoir de remporter la Maison-Blanche, ou presque.

Si j'échoue, ce n'est pas grave. Je prendrai de longues et bonnes vacances.
Le milliardaire, qui n'est pas du genre à douter de lui-même, a surpris en évoquant lui-même sa possible défaite, le 11 août dernier : « Si j'échoue, ce n'est pas grave. Je prendrai de longues et bonnes vacances », a-t-il confié à la chaîne CNN. La situation semble si désespérée que des responsables républicains suggèrent au parti de délaisser la campagne présidentielle pour concentrer ses efforts sur le maintien d'une majorité au Sénat, les élections parlementaires ayant lieu le même jour, le 8 novembre.

Pratiquement aucune chance

Les télévisions américaines ont beau jurer que rien n'est joué - par respect du processus démocratique et plus encore pour maintenir leur audience -, Donald Trump n'a en fait pratiquement aucune chance de rassembler les 270 délégués nécessaires pour accéder à la Maison-Blanche. D'abord, parce que la carte électorale avantage massivement les démocrates. Ils sont certains de remporter au moins 18 des 50 Etats du pays (New York, Californie, Massachusetts, New Jersey, etc.). Ce sont des terres qui ne leur ont jamais échappé depuis un quart de siècle et que les républicains ne pourraient récupérer qu'au prix d'une profonde révolution idéologique. Ces Etats garantissent, à eux seuls, 242 grands électeurs au camp démocrate. Malgré une campagne terriblement insipide, Hillary Clinton est donc quasi assurée de sa victoire : il lui suffit de gagner un seul des grands Etats clefs - ces rares régions susceptibles de changer de camp à chaque élection (Floride, Pennsylvanie, Ohio, etc.).

La voie de Donald Trump est autrement plus étroite. La carte électorale, c'est-à-dire le nombre de délégués attribués pour chaque Etat, est ainsi faite que les républicains affichent un sérieux handicap à chaque élection. Seuls 13 Etats leur sont acquis avec certitude, qui ne représentent que 102 grands électeurs. Il leur faut donc conquérir beaucoup d'Etats clefs - la quasi-intégralité en fait - pour espérer dépasser la barre fatidique des 270 délégués. C'est l'exploit qu'avait accompli George Bush en 2000 et 2004. Mais il n'y était parvenu qu'au prix de lourdes concessions à l'intention des centristes. Il avait notamment soutenu l'idée d'une union civile pour les homosexuels - un sacrilège pour les républicains !

Aucune mesure susceptible de séduire les minorités

Après huit années démocrates (Bill Clinton), c'était le seul moyen de faire basculer les Etats clefs dans le giron républicain, au premier rang desquels la Floride (29 délégués), l'Ohio (18 délégués) et la Pennsylvanie (20 délégués). Donald Trump espère renouveler l'exploit. Mais, contrairement à George W. Bush, il ne défend aucune mesure susceptible de séduire les minorités (Noirs, Latinos, homosexuels, etc.). Hillary Clinton est ainsi donnée largement gagnante en Floride et dans l'Ohio. Elle explose tous les compteurs en Pennsylvanie, avec une avance de 9 points selon les derniers sondages.

Poids des changements démographiques

La faute n'en revient pas qu'à Donald Trump. Compte tenu des changements démographiques, son combat est autrement plus difficile à gagner qu'il ne l'était pour George W. Bush dans les années 2000. A titre d'exemple, celui-ci avait remporté le Nouveau-Mexique, ce qui serait totalement impossible aujourd'hui : les Latinos sont devenus tellement puissants que les démocrates ne peuvent plus y perdre. La meilleure preuve est que plus personne n'y fait campagne depuis 2008 ! Donald Trump en est donc réduit à monter des scénarios quasi impossibles, espérant remporter tout à la fois la Floride, l'Ohio, l'Iowa et le Nevada, et pourquoi pas le Colorado et la Virginie. Mais, comme au Nouveau-Mexique, la montée des Noirs et de Latinos fait que ces Etats, historiquement républicains, penchent plutôt démocrate aujourd'hui. Hillary Clinton y est donnée largement favorite.

S'ouvrir aux minorités ?

La démographie est-elle à ce point défavorable que les républicains n'ont aucune chance de reconquérir la Maison-Blanche ? Certains le pensent... D'autres estiment que c'est au Parti républicain de faire son aggiornamento en s'ouvrant aux minorités. Donald Trump a totalement échoué de ce point de vue-là. Sourd aux conseils de son entourage, il s'est concentré sur un pan extrêmement étroit de l'électorat : l'homme blanc du Midwest. Pratiquement toutes les autres populations lui échappent : Hillary Clinton affiche ainsi une très confortable avance auprès des femmes (51 %, contre 35 % pour Donald Trump), des Noirs (91 % contre 1 %), des jeunes (46 % contre 34 %) et des diplômés (47 % contre 40 %).

Le milliardaire a bien tenté de corriger le tir récemment. Il a troqué son odieux directeur de campagne, Paul Manafort, pour une reine des sondages, Kellyanne Conway. Il espère faire la paix avec les Latinos, en reniant tout ce qu'il a pu dire jusqu'alors sur l'immigration. Il n'est ainsi plus question de renvoyer les 11 millions d'immigrés clandestins présents aux Etats-Unis - tout juste les « mauvais », dit-il.


En difficulté dans les sondages, Donald Trump remanie son staff
Mais le revirement est tellement tardif qu'il ne convaincra certainement pas les minorités de changer leur vote. Dans cette dernière ligne droite, Donald Trump ne peut donc plus espérer qu'un immense coup de théâtre pour déjouer les pronostics. Il se prend à rêver qu'un nouveau scandale force Hillary Clinton à rendre les armes ou qu'un attentat de grande ampleur provoque une poussée de fièvre sécuritaire dans le pays. Deux scénarios qui ne sont malheureusement pas totalement exclus par les temps qui courent...

Lucie Robequain


http://www.lesechos.fr/monde/elections-americaines/0211243613671-la-victoire-quasi-impossible-de-donald-trump-2023910.php
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeDim 4 Sep 2016 - 23:29

Citation :
Aux États-Unis, les fabricants d'armes profitent des fusillades

Par Laszlo Perelstein | 02/09/2016



L'américain Smith & Wesson a plus que doublé son profit net lors du dernier trimestre, tandis que les récentes fusillades ont fait grimper le cours de l'action des fabricants d'armes.


Face aux tueries et attaques, nombre d'Américains choisissent de s'offrir une arme à feu afin d'assurer leur propre protection. Un comportement qui s'est révélé particulièrement lucratif pour les fabricants d'armes à feu et de munitions aux États-Unis. Smith & Wesson, le deuxième fabricants d'armes du pays, a ainsi enregistré lors du premier trimestre de son exercice décalé 2017 (mai-juillet) un bond de 226% de son profit net, à 32,6 millions de dollars contre 14,4 millions de dollars un an auparavant. Son chiffre d'affaires s'est quant à lui inscrit en hausse de 40,1%, à 207 millions de dollars.

Fort de ce succès commercial, le cours de l'action Smiths & Wesson a grimpé de 25,5% depuis le début de l'année. Par rapport à début 2015, la hausse est même de 179%, et les différentes fusillades n'ont aucunement ralenti cette croissance. Un graphique publié par le Guardian montre ainsi que le cours de l'action s'est inscrit en hausse après les récentes fusillades de San Bernadino (2 décembre 2015), Orlando (12 juin 2016) et Dallas (7 juillet). SW ne fait pas figure d'exception : les actions des autres fabricants d'armes, comme Sturm, Ruger & Company, Vista Outdoor ou encore TASER International, ont fait de même.


De son côté, Glock -leader mondial des pistolets mais non coté en Bourse- a vu en 2015 son chiffre d'affaires grimper de 55% en 2015, à 501 millions d'euros. Connaissant du succès avec le lancement de deux nouveaux modèles de petite taille aux États-Unis, son premier marché, le fabricant d'armes a enregistré quelque 96,7 millions de dollars de bénéfice net, (+208%) selon le registre des sociétés consulté début août par le quotidien économique allemand Wirtschaftsblatt.

De plus en plus d'armes à feu aux États-Unis

Depuis janvier, le nombre de tués par arme à feu aux États-Unis se rapproche rapidement des 10.000 personnes (9.632 au moment de l'écriture de cet article, selon le site Gun Violence Archive) et 2016 compte pour l'heure plus de fusillades de masse (258) que de jours dans l'année.

Face à ces cas de violence, le nombre de personnes possédant une arme à feu a quasiment doublé sur les huit dernières années, soulignait en janvier CNBC. Pour la seule année 2015, 23,1 millions de personnes (7,2% de la population totale) ont demandé une vérification des antécédents, nécessaire pour acheter une arme à feu Entre 1986 et 2013, le nombre d'armes à feu fabriquées aux États-Unis est passé de 3,04 millions à 10,84 millions, selon les dernières données du Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives (ATF), rattaché au ministère de la Justice. Largement adopté par les Américains pour leur protection personnelle, les pistolets fabriqués sont quant à eux passés de 662.000 en 1986 à 4,44 millions en 2013, soit plus de 600% d'augmentation.

Selon le rapport annuel 2015 de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), les dépenses militaires en Amérique du Nord ont représenté en 2014 35,5% des dépenses totales mondiales dans le monde, à 627 milliards de dollars. Et cela ne semble pas prêt de changer.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/aux-etats-unis-les-fabricants-d-armes-profitent-des-fusillades-596231.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeVen 9 Sep 2016 - 22:06

Citation :
Moteurs truqués: un ingénieur de Volkswagen inculpé aux Etats-Unis


AFP 09/09/2016


Un ingénieur de Volkswagen, James Liang, a été inculpé vendredi aux Etats-Unis, accusé d'être "directement" impliqué dans le développement de logiciels truqueurs ayant permis au groupe allemand de contourner les lois anti-pollution américaines, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

M. Liang était basé à Wolfsburg en Allemagne, où se trouve le siège de Volkswagen (VW), selon une plainte de l'Etat de New York déposée en juillet. Il devrait plaider coupable et accepter de coopérer avec les autorités américaines qui mènent une enquête pénale contre Volkswagen, a ajouté la source sous couvert d'anonymat.

http://www.lorientlejour.com/article/1006461/moteurs-truques-un-ingenieur-de-volkswagen-inculpe-aux-etats-unis.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeDim 11 Sep 2016 - 21:35

Citation :
Clinton se sent mal, quitte la cérémonie du 11-Septembre (media)


AFP 11/09/2016


La candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton a quitté plus tôt que prévu dimanche la cérémonie de commémoration des attentats du 11 septembre 2001 à New York après s'être sentie mal, a affirmé son équipe de campagne.

"Pendant la cérémonie, elle a eu un coup de chaud" et est partie rejoindre l'appartement new-yorkais de sa fille Chelsea, où elle "se sent mieux", selon le communiqué.

L'ancienne Première dame participait aux commémorations du quinzième anniversaire des attentats du 11-Septembre où elle a respecté une minute de silence à l'instar de son rival dans la course à la Maison Blanche, Donald Trump, également présent. Le milliardaire républicain répète depuis des mois que l'ancienne chef de la diplomatie américaine âgée de 68 ans souffre de problèmes de santé ce qui la rend inéligible à la présidence.

D'après la chaîne de télévision Fox News, qui cite une source anonyme au sein des forces de l'ordre, Mme Clinton semblait avoir connu un "épisode médical" au moment de monter dans son van pour quitter Ground Zero.

http://www.lorientlejour.com/article/1006759/clinton-se-sent-mal-quitte-la-ceremonie-du-11-septembre-media.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeLun 12 Sep 2016 - 21:15

Citation :
Hillary Clinton, affaiblie physiquement et politiquement


AFP Modifié le 12/09/2016 à 20:51 | AFP



Hillary Clinton se reposait chez elle près de New York lundi au lendemain d'un malaise et de la révélation de sa pneumonie, un incident tant médical que politique exploité par les républicains à 57 jours de l'élection présidentielle américaine.

Pour enfoncer le clou, Donald Trump a annoncé qu'il publierait cette semaine un nouveau bulletin de santé, promettant une tardive transparence dans un domaine où les candidats à la présidentielle sont généralement moins secrets que cette année.

Mais le candidat républicain a préféré attaquer sa rivale sur un sujet qui pourrait se révéler plus dévastateur au plan politique: ses propos, prononcés vendredi soir et regrettés illico, sur la moitié des électeurs du milliardaire, qualifiés de "pitoyables", "racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes".

"Tandis qu'Hillary Clinton vit sa vie derrière de hauts murs et protégée par des gardes du corps, elle raille et méprise les Américains qui travaillent dur et ne cherchent qu'à obtenir une fraction de la sécurité dont bénéficient nos politiciens", a déclaré Donald Trump à Baltimore.

Critiquée de toutes parts, l'équipe de la démocrate a annoncé que de nouveaux documents médicaux seraient rendus publics, dès cette semaine. Selon le porte-parole Brian Fallon, ils prouveront que Mme Clinton ne souffre d'aucun autre problème médical que la pneumonie. Elle reprendra sa campagne au milieu ou à la fin de la semaine, selon lui.

Ces documents viseront à contrer les insinuations émanant du camp conservateur quant à l'état de santé de la candidate. Donald Trump l'a lui-même souvent accusée ces derniers mois de manquer d'énergie. "Il se passe quelque chose", a-t-il soufflé dans une interview sur Fox News.

Ce n'est pas tant la pneumonie que le secret autour du diagnostic qui est reproché à la candidate démocrate à la Maison Blanche, qui fêtera ses 69 ans le 26 octobre.

Lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes des attentats du 11 septembre 2001 dimanche matin, Hillary Clinton s'est sentie mal à cause de la chaleur et, déshydratée, a été évacuée.

Un témoin l'a filmée, de dos, perdant l'équilibre, ses jambes semblant se dérober sous elle, et incapable de monter à bord de son véhicule sans l'aide de deux gardes du corps. Quelques heures après, elle est apparue tout sourire, assurant qu'elle se sentait bien. C'est la dernière fois qu'elle a été vue en public.

Il fallut plusieurs heures pour que son équipe se résolve à annoncer que la médecin de la candidate avait diagnostiqué une pneumonie deux jours auparavant, vendredi.

- Malaise politique -

"Avec le recul, nous aurions pu mieux gérer la situation et donner plus d'informations plus rapidement", a convenu sur MSNBC Brian Fallon, qui est lui-même tombé malade comme plusieurs collaborateurs du QG de campagne à Brooklyn.

"C'est quelqu'un qui instinctivement va toujours aller de l'avant, c'était son instinct vendredi après avoir appris qu'elle avait une pneumonie", a justifié le porte-parole. En soulignant que Donald Trump s'est illustré en refusant de publier ses déclarations de revenus, contrairement à elle.

Mais le flottement autour du diagnostic a relancé les soupçons envers l'ancienne Première dame, qui a toujours vigoureusement protégé sa vie privée.

"Une pneumonie, ça se traite avec des antibiotiques. Comment guérit-on d'un penchant malsain pour le secret qui crée des problèmes inutiles à répétition ?" a déploré sur Twitter David Axelrod, ancien bras droit de Barack Obama, dans une allusion au scandale de la messagerie privée d'Hillary Clinton.

Les conséquences de la maladie sur la suite de sa campagne dépendront de la forme de la candidate à son retour. Cela n'empêche pas médias et experts de spéculer sur la façon dont les démocrates pourraient changer de candidat si d'aventure Hillary Clinton devait abandonner.

Elle a jusqu'à présent seulement publié une lettre de son docteur en juillet 2015. Y sont décrits ses médicaments, dont des anticoagulants et des antihistaminiques contre les allergies saisonnières. Elle souffre aussi d'hypothyroïdie.

L'ancienne chef de la diplomatie a été victime de thromboses en 1998 et 2009 ainsi que d'une commotion cérébrale qui avait généré un caillot à la tête en 2012. Elle a vu double pendant deux mois et Bill Clinton a dit à l'époque qu'il lui fallut six mois pour s'en remettre.

Côté Trump, le médecin Harold Bornstein a publié en décembre 2015 une courte lettre, écrite de son propre aveu dans la précipitation, et à la formulation vague sur "l'excellente santé" du candidat.

12/09/2016 20:50:45 - Washington (AFP) - © 2016 AFP

http://www.lepoint.fr/monde/souffrant-d-une-pneumonie-clinton-annule-ses-deplacements-prevus-lundi-et-mardi-12-09-2016-2067691_24.php
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Division
General de Division
Fox-One

messages : 4386
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32 La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena10


La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeLun 12 Sep 2016 - 21:21

Le maroc compte trop sur clinton
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeLun 12 Sep 2016 - 21:21

Citation :
Etats-Unis: la mosquée fréquentée par le tueur d'Orlando incendiée


AFP Publié le 12/09/2016 à 20:53 | AFP


La mosquée de Floride que fréquentait le tireur de la boîte de nuit gay d'Orlando a été la cible d'un incendie volontaire lundi matin, le jour de la fête musulmane de l'Aïd el-Adha, ont affirmé les autorités locales.

La fusillade perpétrée au nom du groupe Etat islamique par Omar Mateen le 12 juin au Pulse, dans le sud-est des Etats-Unis, a fait 49 morts et une cinquantaine de blessés, le pire attentat aux Etats-Unis depuis ceux du 11 septembre 2001, commémorés dimanche.

Les pompiers ont été dépêchés sur place pour combattre les flammes après un appel d'urgence émanant du Centre islamique de Fort Pierce, situé à quelque 200 kilomètres au nord de Miami, à 00H31 heure locale (04H31 GMT), a indiqué David Thompson au bureau du shérif du comté de St. Lucie.

Son bureau a qualifié les faits en "incendie volontaire", des indices ayant "révélé que ce feu a été déclenché intentionnellement".

Une personne s'est approchée par le côté Est du modeste bâtiment et, "immédiatement" après, "un flash s'est produit et l'individu a fui la zone", a-t-il ajouté en décrivant les images de vidéosurveillance.

On ne connaît pas encore l'ampleur des dégâts causés par le feu, mais sur les photos publiées par la police, la façade de cette ancienne église reconvertie en mosquée est intacte.

Bien que le tueur d'Orlando faisait partie des fidèles de cette mosquée et que cet acte survient au lendemain des cérémonies de commémoration des attentats du 11-Septembre, David Thompson a refusé de "spéculer" sur un mobile.

Cela survient également le jour où les musulmans à travers le monde célèbrent la fête de l'Aïd el-Adha, ou fête du sacrifice.

Le rassemblement prévu dans la mosquée à cette occasion a été "déplacé vers un autre endroit", a ajouté M. Thompson, pour permettre aux autorités de poursuivre leur enquête.

12/09/2016 20:53:24 - Miami (AFP) - © 2016 AFP

http://www.lepoint.fr/monde/etats-unis-la-mosquee-frequentee-par-le-tueur-d-orlando-incendiee-12-09-2016-2067938_24.php
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeLun 12 Sep 2016 - 21:27

Citation :
Plantu

Les ennuis de santé d'HILLARY CLINTON.
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 5844
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMar 13 Sep 2016 - 16:12

Citation :
Washington n'a reçu aucune demande de Manille de retirer ses conseillers militaires


AFP 13/09/2016


Les Etats-Unis ont affirmé n'avoir reçu aucune demande officielle du président philippin Rodrigo Duterte de retirer les conseillers militaires américains épaulant l'armée philippine dans le sud de l'archipel, en proie à des rébellions islamistes.

Depuis 2002, des centaines de conseillers américains travaillent sur l'île méridionale de Mindanao à former les militaires philippins. Ces conseillers ont même été jusqu'à 600, mais leur nombre a diminué ces derniers temps.

Une semaine après avoir qualifié Barack Obama de "fils de pute", le bouillant président philippin, connu pour son franc parler et son langage ordurier, a déclaré lundi que les forces spéciales américaines devaient partir.
Son ministre des Affaires étrangères Perfecto Yasay s'est cependant efforcé mardi de déminer ce nouveau début de polémique entre les deux alliés, en laissant entendre que le chef de l'Etat avait en fait à coeur la sécurité des conseillers américains "qui risquaient de prendre des risques non nécessaires".

A Washington, le Pentagone comme le Département d'Etat ont indiqué n'avoir reçu aucune demande officielle de Manille sur le retrait des conseillers.
"Nous continuerons à avoir des consultations avec nos partenaires philippins pour adapter de manière appropriée notre assistance à l'approche adoptée" par les autorités de Manille "quelle qu'elle soit", a déclaré Gary Ross, porte-parole du Pentagone.
Le porte-parole du Département d'Etat John Kirby a également affirmé ne pas être au courant d'une requête officielle du gouvernement philippin.

M. Yasay, qui a chiffré à une centaine le nombre de conseillers américains déployés dans le sud, a confirmé auprès de la chaîne philippine ABS-CBN que les deux alliés n'avaient pas discuté de la demande de M. Duterte.

Les Philippines, dont l'armée est une des plus faibles d'Asie, sont un allié militaire historique de Washington dans la région. Cette relation est d'autant plus importante que Manille et plusieurs capitales régionales ont un contentieux territorial majeur avec Pékin en mer de Chine méridionale.
Or les incidents se sont multipliés entre Manille et Washington depuis l'investiture fin juin de M. Duterte, en raison notamment de la sanglante campagne contre la drogue déclenchée aux Philippines, qui a fait 3.000 morts en un peu plus de deux mois.

http://www.lorientlejour.com/article/1006914/washington-na-recu-aucune-demande-de-manille-de-retirer-ses-conseillers-militaires.html
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2219
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena11La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMar 13 Sep 2016 - 18:12

Citation :
Les USA et Israël s'entendent sur une aide militaire

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Les Etats-Unis et Israël ont réglé les derniers détails d'un accord portant sur le versement d'une aide militaire américaine record d'au moins 38 milliards de dollars sur 10 ans, selon des sources proches des négociations.

WASHINGTON/JERUSALEM (Reuters) - Les Etats-Unis et Israël ont réglé les derniers détails d'un accord portant sur le versement d'une aide militaire américaine record d'au moins 38 milliards de dollars sur 10 ans, ont déclaré mardi à Reuters des sources proches des négociations.

Cet accord, qui devrait être annoncé officiellement dans les prochains jours, constitue le plan d'aide le plus ambitieux jamais accordé par Washington à un pays étranger, mais il s'accompagne de concessions importantes dont s'est porté garant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, ont dit des responsables des deux pays.

Israël s'est ainsi engagé à ne pas réclamer des fonds supplémentaires au Congrès au-delà de ce qui est convenu annuellement dans le plan, et de mettre fin progressivement à une disposition qui permettait depuis les années 1980 à l'Etat hébreu de dépenser une partie de l'aide américaine (26,3% aujourd'hui) pour financer sa propre industrie de défense sans se fournir sur le marché américain, précise-t-on.

Le négociateur en chef israélien, Jacob Nagel, directeur par intérim du conseil de sécurité nationale, est arrivé la nuit dernière à Washington en prévision de la cérémonie de signature qui aura lieu "dans les prochains jours" avec la conseillère à la sécurité nationale des Etats-Unis, Susan Rice, indique une source proche du dossier.

"AVANTAGE QUALITATIF"

Près de dix mois de négociations entre Israël et les Etats-Unis sur cette nouvelle aide ont mis en relief les désaccords entre Benjamin Netanyahu et Barack Obama concernant l'accord sur le nucléaire iranien ou la question palestinienne.

Les deux dirigeants ne signeront pas le document, même s'il n'est pas exclu qu'ils se rencontrent la semaine prochaine en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

Benjamin Netanyahu a toutefois décidé qu'il valait mieux conclure un accord avec Barack Obama, qui quittera la Maison blanche en janvier prochain, plutôt que de prolonger l'incertitude en espérant de meilleures conditions avec celui ou celle qui lui succédera, indiquent des responsables des deux gouvernements.

Selon son entourage, Barack Obama souhaitait pour sa part conclure un nouvel accord avant la fin de sa présidence, le jugeant important pour son bilan. Les républicains l'accusent de ne pas prêter suffisamment attention à la sécurité d'Israël, ce que la Maison blanche dément avec vigueur.

Le nouveau plan sur dix ans, qui entrera en vigueur à l'expiration du programme actuel en 2018, doit permettre à Israël de conserver un "avantage militaire qualitatif" sur ses voisins, comme l'exigent les résolutions du Congrès américain.

Il prévoit au moins 3,8 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) d'aide par an, contre 3 milliards de dollars en vertu du plan actuel, indique-t-on de sources officielles. Netanyahu avait initialement cherché à obtenir 4,5 milliards par an.

Le nouveau plan intégrera pour la première fois l'argent consacré à la défense antimissile, qui était jusqu'ici financée par des accords spécifiques votés par le Congrès. Les élus américains ont ces dernières années voté jusqu'à 600 millions de dollars par an pour la défense antimissile israélienne.

https://fr.news.yahoo.com/les-usa-et-isra%C3%ABl-sentendent-sur-une-aide-144935286.html
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
youssef_ma73

messages : 1848
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 14 Sep 2016 - 20:43

Un individu a tenté de mettre le feu aux vêtements d'une jeune femme voilée à Manhattan NY(une dentiste britannique) Evil or Very Mad
La police a diffusé une vidéo prise par une caméra de surveillance (ne montrant pas la jeune femme) dans l'espoir de retrouver l'individu.


_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 8-photos-incroyables-qui-vous-feront-revivre-limpressionnante-Marche-Verte_feat
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
youssef_ma73

messages : 1848
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMar 27 Sep 2016 - 20:28

Premier face à face Clinton-Trump.


_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 8-photos-incroyables-qui-vous-feront-revivre-limpressionnante-Marche-Verte_feat
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 28 Sep 2016 - 18:41

Citation :
Les États-Unis maintiennent l’ambiguïté sur la possibilité de lancer une frappe nucléaire « en premier »


Posté dans Amériques, NBC par Laurent Lagneau Le 28-09-2016


La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 61b60

La doctrine nucléaire américaine, révisée en 2010, indique que les États-Unis ne solliciteront leurs forces stratégiques qu’en cas de « circonstances extrêmes » pour défendre leurs intérêts vitaux ainsi que leurs alliés et uniquement contre un adversaire doté d’armes nucléaires. En revanche, le document se garde de bien préciser si Washington serait susceptible de frapper ou non en premier.

Or, cet été, il a été prêté au président Obama l’intention de modifier encore cette doctrine nucléaire afin justement de préciser que les États-Unis n’utiliseraient jamais en premier leurs armes nucléaires. Et cela a donné lieu à un débat au sein de l’administration américaine. Visiblement, ceux qui y étaient hostiles, notamment au Pentagone, ont su être convaincants.

« Les Etats-Unis ne veulent pas s’interdire de dégainer les premiers l’arme nucléaire en cas de conflit », a en effet affirmé, le 27 septembre, Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense, lors d’une visite sur base aérienne de Kirtland (Nouveau-Mexique), qui abrite un centre de recherches.

« Parmi les puissances nucléaires, la Chine par exemple a pris l’engagement de ne jamais utiliser l’arme atomique en premier. Mais les Etats-Unis, et leurs alliés de l’Otan, ne veulent pas renoncer à cette option », a fait valoir le chef du Pentagone, pour qui cela « a été notre politique depuis longtemps et fait partie de nos plans pour l’avenir. »

Sur ce point, les États-Unis ne sont pas les seuls. S’il privilégie la notion d’ultime recours pour son arsenal nucléaire, le Royaume-Uni [.pdf] n’exclut pas un » usage sous-stratégique ou pré stratégique, y compris en première frappe, contre des Etats nucléaires et non nucléaires qui menaceraient ses intérêts vitaux. »

La doctrine russe, révisée en 2010 et en 2014, indique que la Russie « se réserve le droit de se servir de son arme nucléaire en riposte à une attaque à l’arme nucléaire ou à une autre arme de destruction massive, réalisée contre elle et/ou ses alliés, ainsi qu’en cas d’une agression massive à l’arme conventionnelle mettant en danger l’existence même de l’État. »

Quant à la France, le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013 rappelle que la « dissuasion nucléaire a pour objet de nous protéger contre toute agression d’origine étatique contre nos intérêts vitaux, d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la forme. (…) L’emploi de l’arme nucléaire ne serait concevable que dans des circonstances extrêmes de légitime défense. »

Cela étant, cette idée de renoncer à frapper en premier avait suscité quelques réserves chez certains responsables américains, comme Deborah Lee James, la secrétaire à l’US Air Force. « Avoir un certain degré d’ambiguïté n’est pas nécessairement mauvais. Il faut bien sûr communiquer certaines choses aux alliés et aux adversaires potentiels à traver le monde, mais il ne faut pas tout le temps dévoiler toutes ses cartes », avait-elle plaidé.

Cependant, le débat n’est pas fini outre-Atlantique. Ainsi, deux parlementaires démocrates – le sénateur Edward Markey et le représentant Ted Lieu – ont déposé une proposition de loi visant à interdire le président américain à ordonner une première frappe nucléaire sans une déclaration de guerre préalablement faite par le Congrès.

« Le risque d’une guerre nucléaire menace gravement la survie de l’espèce humaine. Malheureusement, en n’excluant pas d’être les premiers à utiliser l’arme atomique, les Etats-Unis augmentent le risque d’une escalade nucléaire involontaire », a fait valoir le sénateur Markey. « Le président ne devrait pas utiliser les armes nucléaires, sauf en réponse à une attaque nucléaire », a-t-il continué.

Quoi qu’il en soit, après des années de sous-investissement, Washington a entrepris de moderniser ses forces stratégiques. « Nous n’avons rien conçu de nouveau pendant les 25 dernières années, mais d’autres l’ont fait, y compris la Russie, la Corée du Nord, la Chine, l’Inde, le Pakistan et pendant un certain temps l’Iran », a justifié Ashton Carter.

Reste à voir si le Pentagone aura les moyens de ses ambitions. Déjà, le remplacement des missiles balistiques sol-sol Minuteman III par un nouveau modèle semble très compliqué, alors qu’il devient compliqué de trouver des pièces pour ceux qui sont déployés, beaucoup de fournisseurs ayant disparu depuis leur entrée en service.

En outre, il faudra également financer la rénovation des centres de recherche (88 milliards, selon une estimation de 2012), la modernisation de la bombe B-61 ainsi que le développement d’un nouveau bombardier stratégique (le B-21 Raider) et celui de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de nouvelle génération.

http://www.opex360.com/2016/09/28/les-etats-unis-maintiennent-lambiguite-sur-la-possibilite-de-lancer-frappe-nucleaire-en-premier/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28742
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena32La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Cheval10La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena15
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Medail10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 28 Sep 2016 - 22:18

Citation :
11-Septembre: le Congrès passe outre le veto d'Obama, autorise à poursuivre Riyad


AFP 28/09/2016


Les élus du Congrès américain ont voté mercredi à une large majorité pour rejeter un veto de Barack Obama sur une loi autorisant les proches de victimes du 11-Septembre à poursuivre l'Arabie saoudite, une première depuis le début de sa présidence.

Alors que Barack Obama n'avait jamais vu un de ses vetos révoqué, les élus de la Chambre des représentants ont voté à 348 voix pour rejeter le veto présidentiel contre 77 voix allant dans le sens du chef de l'Etat, peu après un vote similaire du Sénat.

Barack Obama avait mis vendredi son veto à cette loi autorisant les proches de victimes du 11-Septembre à poursuivre l'Arabie saoudite, un allié des Etats-Unis dont l'implication dans ces attentats n'a jamais été démontrée. Quinze des 19 auteurs des attentats ayant fait près de 3.000 morts en 2001, étaient toutefois des ressortissants saoudiens. Depuis son arrivée au pouvoir en 2009, Barack Obama a usé de son droit de veto à 12 reprises, mais jamais la majorité des deux tiers nécessaire pour les rejeter n'avait été atteinte.

Au Sénat, ce rare vote bipartisan a été encore plus tranché avec 97 voix pour entraver le veto, contre une seule voix soutenant l'initiative de Barack Obama, celle de Harry Reid, chef de la minorité démocrate à la chambre haute.
Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a salué le "courage" de cet élu, reprenant les arguments sécuritaires présentés par le président pour justifier son veto. "C'est peut-être la chose la plus embarrassante que le Sénat des Etats-Unis ait jamais faite depuis 1983", a-t-il estimé à propos du vote de mercredi.
"Le fait que des membres du Sénat américain n'aient été informés que récemment de l'impact négatif de cette proposition de loi sur nos militaires et nos diplomates est en soi embarrassant", a ajouté le porte-parole.

La Maison Blanche avait en effet estimé que le texte affaiblirait le principe d'immunité qui protège les Etats (et leurs diplomates) de poursuites judiciaires et risquait, par un effet boomerang, d'exposer les Etats-Unis à des poursuites devant divers tribunaux à travers le monde.

http://www.lorientlejour.com/article/1009864/11-septembre-le-congres-passe-outre-le-veto-dobama-autorise-a-poursuivre-riyad.html
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
PGM

messages : 10798
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena21La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena31
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena23La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena20
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Ambass10

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMer 28 Sep 2016 - 22:57

D'une manière ou d'une autre il "conserverons" une partie des avoirs saoudiens What a Face

_________________
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Marche12
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
Alloudi

messages : 7521
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena24La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena26
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena28La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena25
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Unbena23

La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitimeMar 4 Oct 2016 - 1:54

Citation :
Publié le 29 septembre 2016 à 17h48 | Mis à jour le 29 septembre 2016 à 20h16
11-Septembre: les relations Washington-Riyad pourraient s'envenimer

«L'Arabie saoudite a été poignardée dans le dos par cette loi irréfléchie et irréaliste [du Congrès américain sur les attentats du 11-Septembre]», déclare Salman al-Ansari, président d'un comité privé pour la promotion des relations saoudo-américaines.


L'Arabie saoudite, qui ressent comme «un coup de poignard dans le dos» un vote hostile du Congrès américain sur les attentats du 11-Septembre, pourrait riposter en réduisant sa coopération avec Washington, notamment dans le contre-terrorisme, selon des experts.


Le Sénat et la Chambre des représentants ont rejeté mercredi à une très large majorité un veto du président Barack Obama sur une loi autorisant les proches de victimes du 11-Septembre à poursuivre en justice l'Arabie saoudite.

Dans une première réaction officielle, un porte-parole du ministère saoudien des Affaires étrangères a appelé jeudi soir le Congrès américain à agir pour «parer aux conséquences désastreuses et graves» de cette loi sur les relations entre les États.

«J'ai peur que cette loi ait des implications stratégiques catastrophiques» sur les relations historiques entre Washington et Riyad, avertit Salman al-Ansari, président d'un comité privé pour la promotion des relations saoudo-américaines (SAPRAC).

La relation Washington-Riyad, nouée il y a plus de 70 ans, a été fondée jusqu'ici sur un échange de la sécurité américaine contre le pétrole saoudien.

«L'Arabie a été poignardée dans le dos par cette loi irréfléchie et irréaliste», souligne M. Ansari à l'AFP. «Comment pouvez-vous poursuivre un pays qui collabore contre ce même terrorisme dont il est accusé sans fondement?», s'interroge-t-il.

Quinze des 19 auteurs des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis (près de 3000 morts), revendiqués par feu Oussama ben Laden, étaient des ressortissants saoudiens. Mais la responsabilité de l'Arabie saoudite n'a jamais été démontrée.

Les relations Washington-Riyad se sont refroidies en 2014-2015 lorsque M. Obama a amorcé une ouverture vers Téhéran, qui s'est concrétisée par l'accord sur le nucléaire iranien.

Mais cela n'a pas apparemment pas empêché la coopération antiterroriste saoudo-américaine de rester solide. Elle «a permis aux autorités américaines d'avoir des renseignements précis» ayant contribué à déjouer des attentats, selon M. Ansari.

Les monarchies du Golfe n'avaient pas officiellement réagi jeudi au coup de tonnerre américain. À l'exception du Royaume de Bahreïn, très proche de Riyad, qui a estimé que le Congrès des États-Unis avait «décoché une flèche» sur son «propre pays».

Dès le 12 septembre cependant, les six monarchies du Golfe, dont l'Arabie saoudite, avaient mis en garde contre le «grave précédent» de la loi américaine sur le 11-Septembre et «l'impact négatif» qu'elle aurait sur les relations.

Investissements financiers

Une telle loi «aura des incidences négatives sur la coopération internationale pour la lutte contre le terrorisme», avait prévenu le ministre émirati des Affaires étrangères, cheikh Abdallah Ben Zayed Al-Nahyane.

Les Émirats font partie des pays du Golfe membres de la coalition internationale qui, sous la conduite des États-Unis, combat les jihadistes du groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie.

Un prince saoudien aurait en outre menacé de retirer des milliards de dollars investis aux États-Unis si la loi sur le 11-Septembre entrait en vigueur.

«Vos investissements financiers doivent être réduits aux États-Unis, ainsi que votre coopération politique et sécuritaire», a commenté Mustafa Alani, analyste du Gulf Research Center.

Il a suggéré à Riyad de reconsidérer son alliance avec Washington «parce que vous n'êtes plus un allié», tout en admettant que «ce n'est pas facile de faire demi-tour».

Pour Jamal Khashoggi, journaliste et analyste saoudien, il sera «très difficile pour l'Arabie saoudite de poursuivre sa coopération en matière de renseignement (avec les États-Unis) avec une telle position hostile».

Les responsables saoudiens sont probablement en train de se demander s'ils agissent maintenant ou s'ils «attendent le premier dépôt de plainte dans une petite ville de l'Amérique», dit-il.

Mais cet expert admet que le pari est risqué pour Riyad, car «il est important d'avoir les Américains de notre côté» face aux menaces en Syrie et au Yémen, et pour contrer l'Iran, grand rival chiite de l'Arabie sunnite.

Le vote au Congrès s'ajoute aux critiques occidentales contre l'Arabie saoudite concernant son intervention au Yémen, son bilan en matière de droits de l'Homme et l'idéologie wahhabite accusée d'alimenter l'extrémisme musulman.

En opposant son veto à la loi sur le 11-Septembre, Barack Obama ne s'est pas trop étendu sur l'Arabie saoudite.

Il a surtout jugé que ce texte affaiblirait le principe d'immunité qui protège les États (et leurs diplomates) de poursuites judiciaires et risquerait, par un effet boomerang, d'exposer les États-Unis à des poursuites devant divers tribunaux à travers le monde.

M. Khashoggi prédit que la loi va ouvrir une boîte de Pandore et que d'autres pays que l'Arabie saoudite pourraient être visés. Car «il y a de nombreux avocats américains avides d'argent et beaucoup de gens ayant des rancunes envers l'Arabie saoudite, le Pakistan ou les Émirats. Cette loi va transformer les tribunaux américains en arène pour marquer des points politiques».

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201609/29/01-5025765-11-septembre-les-relations-washington-riyad-pourraient-senvenimer.php

Citation :
11-Septembre : une veuve porte plainte contre l’Arabie Saoudite
Dimanche, 2 octobre 2016 02:32


WASHINGTON – Une veuve a décidé de porter plainte contre le Royaume d’Arabie saoudite pour la mort de son mari au Pentagone, lors des attentats du 11-Septembre, a rapporté CNN.
Stéphanie DeSimone était à l’époque enceinte de deux mois, lorsque son mari, le «Comander» de la marine américaine, Patrick Dunn, a trouvé la mort.

Vendredi, elle a décidé de porter plainte contre l’Arabie saoudite, soutenant que le royaume est en partie responsable du décès de son mari, car il aurait fourni un support matériel à Al-Qaïda pendant plus de dix ans. Elle l’accuse également d’avoir été au courant qu’un groupe terroriste planifiait d’attaquer les États-Unis.

Plus tôt cette année, des documents déclassifiés ont montré que certains pirates de l’air avaient reçu le soutien de personnes proches du gouvernement saoudien. Quinze (sur les 19) d’entre eux étaient saoudiens.

Cette mère de famille estime qu’elle et sa fille souffrent de blessures graves et permanentes et demandent une compensation.

http://www.journaldemontreal.com/2016/10/02/11-septembre--une-veuve-porte-plainte-contre-larabie-saoudite

_________________
Gloire à nos aieux  La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_sal
La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Marche10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   La politique américaine comme si vous y étiez... - Page 13 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La politique américaine comme si vous y étiez...
Revenir en haut 
Page 13 sur 25Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 19 ... 25  Suivant
 Sujets similaires
-
» Votre horoscope, vous y croyez ?
» Quelle machine à pain choisir ?
» Les pubs que vous aimez bien
» [résolu]le savez-vous !!
» avez-vous des trucs de congélation efficaces?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: