Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La politique américaine comme si vous y étiez...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
vinseeld
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1300
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mar 15 Nov - 9:47

WRANGEL a écrit:


Oui trump est un espoir pour les nationalistes (de toutes races et religions) anti mondialistes qui refusent cette humanité hors sol que la super classe mondiale veut imposer aux peuples cultures et religions de la planete.


La fissile est trop grosse pour le faire passé pour une sorte d’anti-système ,si il est la c'est justement parce-que le système la valider et accepter ...........le "systéme" a simplement changer sa vitesse de croisière pour des besoin stratégique que le future nous dévoilera bientôt .............


WRANGEL a écrit:
Avec un mec comme trump on aura l'hypocrisie en moins, cela aura le merite d'etre clair et nos dirigeants cesseront d'utiliser ces elements de langage sur la democratie etc etc ( Par ex: trump veut officialiser jerusalem comme capitale d'israel, cela aura le merite de mettre fin a l'escroquerie des 2 etats qu'utilisent les gentils democrates pacifiques, escroquerie qui permet a israel de depouiller ce qui reste de la palestine.



Sur cela je suis totalement d'accord ............
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3778
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mar 15 Nov - 11:35

vinseeld a écrit:
WRANGEL a écrit:


Oui trump est un espoir pour les nationalistes (de toutes races et religions) anti mondialistes qui refusent cette humanité hors sol que la super classe mondiale veut imposer aux peuples cultures et religions de la planete.


La fissile est trop grosse pour le faire passé pour une sorte d’anti-système ,si il est la c'est justement parce-que le système la valider et accepter ...........le "systéme" a simplement changer sa vitesse de croisière pour des besoin stratégique que le future nous dévoilera bientôt .............


WRANGEL a écrit:
Avec un mec comme trump on aura l'hypocrisie en moins, cela aura le merite d'etre clair et nos dirigeants cesseront d'utiliser ces elements de langage sur la democratie etc etc ( Par ex: trump veut officialiser jerusalem comme capitale d'israel, cela aura le merite de mettre fin a l'escroquerie des 2 etats qu'utilisent les gentils democrates pacifiques, escroquerie qui permet a israel de depouiller ce qui reste de la palestine.



Sur cela je suis totalement d'accord ............


C'est aussi ce que je soupconne quand j'ai vu que le responsable du FBI a relancé, a moins de 15jours de l'election, l'enquete portant sur hillary clinton.

Meme si trump est aussi dans le systeme, il a fait exploser en vol l'escroquerie politico_mediatico_financiere
Il a fait un effet brexit mondial. Tous les nationalistes d'europe sont boostés a mort car le spectacle de la collusion politico_mediatico_financiere en faveur de clinton a validé leurs accusations.

Vu sur BFM: Sur Les 200 principaux journaux us, 194 supportaient la clinton.

BYE BYE La toute puissance des medias qui leur permettait de diaboliser, hommes et partis, depuis 50ans.

Toutes pertes d'influence des medias occidentaux sur les opinions publiques des pays occidentaux, est bonne pour nos pays Umma et religions.
Les medias alternatifs sont aujourd'hui plus importants que les gros medias conventionnels qui depuis 50ans collaborent à la perte des valeurs des nations et entretiennent la propagande sioniste.


_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mer 16 Nov - 15:17

Citation :
Facebook reconnaît de nouvelles erreurs dans ses mesures d'audience


AFP 16/11/2016


Facebook a fait état mercredi de plusieurs erreurs dans la mesure des audiences d'une série de contenus diffusés sur son réseau, reconnaissant qu'elles avaient souvent été surévaluées, et annoncé une série de mesures pour y remédier.

C'est la deuxième fois en quelques mois que le réseau social américain est confronté à ce type de problème: il avait déjà reconnu fin septembre avoir fourni durant deux ans des durées moyennes de visionnage de vidéo surestimées de 60% à 80%.


Cette fois-ci, Facebook indique par exemple que depuis le mois de mai, ses données agrégées sur 7 ou 28 jours pour l'audience des "pages" (créées sur son réseau par des entreprises ou des marques) oubliaient de "dé-dupliquer" les personnes étant revenues à plusieurs reprises durant ces périodes. Une fois la correction faite, le nombre de visiteurs devrait être revu à la baisse de respectivement 33% et 55%.

Facebook admet également avoir surestimé de 7% à 8% en moyenne, depuis le mois d'août, le temps passé sur les articles publiés par des éditeurs de presse en utilisant son outil Instant Article.
Il a par ailleurs opté pour une définition plus restrictive du nombre de visionnage des publicités payantes intégrées aux fils d'actualité de ses utilisateurs, ce qui devrait réduire en moyenne de 20% les chiffres d'audience qu'il fournit aux annonceurs.

Le réseau social assure en revanche avoir sous-estimé le nombre de personnes regardant en intégralité des vidéos publiées sur son réseau. Le nombre de "vidéos regardées à 100%" devrait en conséquence augmenter d'environ 35%. Facebook assure que ces données erronées ne sont pas celles sur lesquelles il se base pour fixer les prix facturés pour les publicités diffusées sur son réseau.

Les mesures d'audience sont toutefois importantes pour les annonceurs ou les entreprises qui cherchent à évaluer l'impact de leurs campagnes et le réseau social, qui tire l'essentiel de ses revenus de la publicité, a donc intérêt à conserver leur confiance en leur fournissant des statistiques fiables.

Facebook annonce d'ailleurs mercredi avoir mis en place "un nouveau système d'examen interne pour garantir que nos mesures sont claires et à jour". Il promet davantage de transparence à l'avenir, avec des définitions plus claires des chiffres fournis ainsi que des informations régulières sur les changements qu'il met en place. Il dit aussi réfléchir à l'utilisation de davantage de données fournies par des sociétés spécialisées dans les mesures d'audience comme comScore ou Nielsen.

http://www.lorientlejour.com/article/1018749/facebook-reconnait-de-nouvelles-erreurs-dans-ses-mesures-daudience.html
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9326
Inscrit le : 11/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 18 Nov - 13:34


Ça promets


Citation :
Le président américain Donald Trump a nommé vendredi 18 novembre 2016 Mike Pompeo (à g) à la tête de la CIA, Michael Flynn (au c) conseiller à la sécurité nationale et Jeff Sessions (à d) à la Justice.

ETATS-UNIS

Le président américain élu doit rencontrer Mitt Romney ce week-end.

Donald Trump a nommé vendredi à son cabinet trois tenants d'une ligne dure sur les questions de sécurité nationale et d'immigration provoquant l'ire des démocrates, tout en laissant filtrer des noms de personnalités plus consensuelles pour diriger la diplomatie et rassurer les alliés de l'Amérique.

Le président élu des Etats-Unis a décidé de confier le ministère de la Justice au sénateur Jeff Sessions, 69 ans, partisan d'une extrême fermeté sur l'immigration illégale, un des grands thèmes de campagne de Donald Trump, qui avait promis d'expulser 11 millions de clandestins. M. Sessions, qui entend travailler avec "justice et impartialité", apportera à Donald Trump, novice en politique, sa fine connaissance des mécanismes du pouvoir à Washington.

Mais des propos ouvertement racistes tenus dans les années 1980 le poursuivent encore aujourd'hui: procureur fédéral dans l'Alabama, il avait reproché en 1986 à un avocat blanc de faire "honte à sa race" pour avoir défendu un client noir. La puissante organisation de défense des libertés Aclu a rappelé avoir été qualifiée de "communiste" par M. Sessions et avoir contesté plusieurs de ses positions sur les droits des homosexuels, la peine de mort ou l'avortement.
"Si vous êtes nostalgiques de l'époque où on faisait taire les Noirs, où les homosexuels devaient se cacher, les immigrés étaient invisibles et les femmes à la cuisine, le sénateur Sessions est votre homme", a ironisé le représentant démocrate de l'Illinois Luis Gutiérrez.
Le sénateur ultra conservateur du Texas Ted Cruz, rival malheureux de M. Trump, a au contraire salué "une grande nouvelle".

(Lire aussi : L'élection de Trump ajoute aux incertitudes des rebelles syriens)
 

Pro-Russie, anti-Iran
Autre poste très important, celui de conseiller à la sécurité nationale - actuellement occupé par Susan Rice - va revenir au général à la retraite Michael Flynn, 57 ans, grand pourfendeur de l'extrémisme islamique et conciliant à l'égard de la Russie. Il avait dirigé le service des renseignements militaires (Defense Intelligence Agency) entre 2012 et 2014 et suscité la polémique pour des déclarations hostiles à l'islam. Il défend un rapprochement avec Moscou et Pékin, s'affichant lors d'un dîner à Moscou avec Vladimir Poutine en décembre 2015.

Seul des trois responsables nommés vendredi à n'avoir pas besoin de l'aval du Sénat, il "pourrait ravir (le président russe) Poutine et (le président turc) Erdogan", a estimé l'ancien conseiller de Barack Obama, David Axelrod. Le représentant démocrate Adam Schiff, membre de la commission du Renseignement, a dit être "très inquiet" de son "faible" pour la Russie et de ses "remarques incendiaires" sur l'islam.

Le milliardaire élu le 8 novembre sur un programme populiste a aussi annoncé que la CIA allait être pilotée par Mike Pompeo, 52 ans, qui représente le Kansas à la Chambre des représentants, élu dans la vague d'arrivée au Congrès du Tea Party, l'aile ultra-conservatrice du parti républicain. Ce "faucon" est un farouche adversaire du régime iranien et de l'accord international sur le nucléaire signé par les grandes puissances pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe.
M. Pompeo a été l'un des membres en vue de la controversée commission d'enquête sur l'attaque du consulat américain à Benghazi en Libye en 2012, qui avait accusé Hillary Clinton, alors secrétaire d'Etat, d'avoir minimisé la menace jihadiste dans ce pays.


(Lire aussi : Les dirigeants européens et Obama mettent en garde Trump)

Un modéré à la diplomatie ?
Ces premières nominations au gouvernement ont réjoui les républicains mais alarmé les démocrates, déjà vent debout contre la nomination à la Maison Blanche de Steve Bannon, patron du site d'information d'extrême droite Breitbart, comme haut conseiller en charge de la stratégie. Mais Trump avait aussi nommé à ses côtés le beaucoup plus consensuel Reince Priebus, actuel président du parti républicain, au poste de secrétaire général de la Maison Blanche.

Dans un subtile jeu d'équilibre, Donald Trump laisse filtrer des noms de personnalités plus modérées pour diriger la diplomatie américaine ou conduire l'économie.
Il va rencontrer ce week-end le républicain modéré Mitt Romney, perdant à la présidentielle contre Barack Obama en 2012. Et selon les médias américains, il envisagerait même d'en faire son secrétaire d'Etat, soit ministre des Affaires étrangères. Un tel rapprochement constituerait une surprise car Mitt Romney avait été le chef de file des opposants à Donald Trump et à sa ligne populiste pendant la primaire du parti républicain.
Le nom de l'ex-maire de New York Rudy Giuliani reste également évoqué à ce poste.
 

(Lire aussi : Jared Kushner, éminence grise du clan Trump)


Rassurer les alliés
Le président élu cherche ainsi à rassurer les alliés des Etats-Unis. Premier dirigeant à le rencontrer jeudi à New York, le chef du gouvernement japonais Shinzo Abe a estimé que Donald Trump était une personnalité de "grande confiance".
Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a lui aussi indiqué vendredi dans un tweet avoir eu "une bonne discussion" au téléphone avec Donald Trump sur l'avenir de l'Otan.
Le président de la 22e conférence de l'Onu sur le climat, le Marocain Salaheddine Mezouar, a dit compter sur le "pragmatisme" et l'"esprit d'engagement" de Donald Trump.

Donald Trump, qui est resté enfermé depuis son élection à son domicile new-yorkais de la Trump Tower, doit passer le week-end dans son club de golf à Bedminster, dans le New Jersey voisin. Il devrait y poursuivre les consultations pour la formation de son équipe.

Le magnat de l'immobilier continue néanmoins de tweeter, annonçant sur le réseau social jeudi soir avoir évité une délocalisation d'une usine Ford. Il avait promis en campagne de ramener aux Etats-Unis les usines de groupes américains installées à l'étranger.


Lire aussi

Le tandem Trump-Bannon rend Breitbart incontournable

Laminé par la défaite de Clinton, le Parti démocrate veut renouer avec les cols bleus


http://www.lorientlejour.com/article/1019160/trump-nomme-les-tenants-dune-ligne-dure-sur-la-securite-et-limmigration.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1474
Inscrit le : 03/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 18 Nov - 13:48

Le "Trump is coming" challenge fait fureur dans les lycées américains


_________________
“L'art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste.”. Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
bens.othman
Adjudant
Adjudant


messages : 313
Inscrit le : 29/03/2016
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 18 Nov - 14:55

Le général Michael Flyn est un faucon connu pour son obsession de l'islam, il ne fais même la différence entre islam, islamisme et djihadisme pour lui c'est toute la religion qui est un cancer ! la question qui se pose c'est comment trump peut être isolationniste alors qu'il nomme comme conseillé à la sécurité national un va t'en guerre ?
J'ai du mal avec ceux qui se réjouissent du retour de ce genre énergumène au pouvoir ! allay star o safi !

_________________
" Ceux qui veulent aller vers l'avenir et voir l'avenir doivent avoir la mémoire longue "
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1300
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 18 Nov - 16:30

Qu'on le veuille ou pas ,c'est une guerre de civilisations qui se dessine ..................d'où ma remarque la dernière fois lorsque j'ai mentionné "un changement d'aire" suite à l'élection du Fou (Wangrel ne l'avait pas compris dans ce sens) .
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3778
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mar 22 Nov - 10:48

Fin des restrictions ""assassines'''' pour la production ameriacaine concernant l'exploitation du gaz de schiste et le charbon.

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3778
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mar 22 Nov - 10:58

bens.othman a écrit:
Le général Michael Flyn est un faucon connu pour son obsession de l'islam, il ne fais même la différence entre islam, islamisme et djihadisme pour lui c'est toute la religion qui est un cancer ! la question qui se pose c'est comment trump peut être isolationniste alors qu'il nomme comme conseillé à la sécurité national un va t'en guerre ?
J'ai du mal avec ceux qui se réjouissent du retour de ce genre énergumène au pouvoir ! allay star o safi !

Les predecesseurs de Trump et de flyn nous massacraient depuis des années tout en jurant leurs grands dieux qu'ils n'avaient absolument rien contre nous et notre religion.

Comment les nouveaux pourraient t'ils faire pire que ce que nous subissons depuis au moins 2001 ?????

Au pire ils feront pareil et les musulmans qui croyaient encore naivement à leurs jolis discours à base de poutoux poutoux les musulmans pacifistes et  de lutte contre la barbarie comprendrons enfin que eux aussi, à l'instar des barbus, sont la cible.

Si il est vraiment isolationniste cela ne pourra etre que mieux pour nous eu égard au sanglant bilan des gentils clinton obama etc etc

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”



Dernière édition par WRANGEL le Mer 23 Nov - 5:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Aspirant
Aspirant


messages : 567
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mer 23 Nov - 4:49

https://www.washingtonpost.com/politics/sc-gov-nikki-haley-tapped-to-be-trumps-un-ambassador/2016/11/23/c1395cb6-b144-11e6-8616-52b15787add0_story.html
Citation :

Gov. Nikki Haley tapped to be Trump’s U.N. ambassador



Gov. Nikki Haley (R-S.C.) was reportedly tapped to be President-elect Donald Trump's ambassador to the United Nations. Here's what you need to know about the rising Republican star. (Jenny Starrs/The Washington Post)

South Carolina Gov. Nikki Haley, a rising Republican star and daughter of Indian immigrants, has accepted President-elect Donald Trump’s offer to serve as U.S. ambassador to the United Nations in the coming administration, according to a person familiar with the selection process.

The move, which will be announced Wednesday morning, was first reported by the Post and Courier , comes as Trump advisers are seeking to diversify his ranks and marks his first female appointment to a cabinet-level post.

The person spoke on the condition of anonymity to discuss a decision that has not yet been announced by Trump’s transition team.

Haley, 44, who is serving her second term, has worked on trade and labor issues as governor but brings little foreign policy experience. Her views on various U.S. military and national security matters usually fall within the GOP’s hawkish mainstream.

Trump met with Haley last Thursday at Trump Tower in New York as part of the round of meetings the president-elect has held.
Gov. Nikki Haley, R- S.C., delivers a speech on "Lessons from the New South" at the National Press Club in Washington. (Evan Vucci/AP)

If confirmed, Haley would be replaced by South Carolina’s Lt. Gov. Henry McMaster, a top Trump ally. His ascension is seen inside of Trump’s inner circle as a welcome consequence of her departure, the person said — a way to promote them both.

The Post and Courier noted that Haley has taken at least eight trips abroad since taking office in 2011, including visits to Germany.

Haley also represents the addition of a rival. She was critical of some of Trump’s proposals, such as his temporary ban on Muslims’ entry to the U.S., during the Republican primary contest and backed Sen. Marco Rubio (R-Fla.) in its early months.

When she gave the GOP response to President Obama’s State of the Union address last year, Haley criticized the “angriest voices” within national politics and their “siren call” to voters, a line widely seen as a not-so-subtle shot at Trump’s campaign.

But when she visited Trump last week, Haley told reporters that she never disliked Trump in spite of her past comments.

“He was a friend and supporter before he ran for president, and was kind to me then. But when I see something I am uncomfortable with, I say it,” she said. “When we met, it was friends who had known each other before.”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3778
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mer 23 Nov - 5:26

youssef_ma73 a écrit:
Le "Trump is coming" challenge fait fureur dans les lycées américains


C'est émouvant!!! cet exemple de mixité sociale et de diversité est trop beau...

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mer 23 Nov - 15:22

Very Happy
Citation :
Clinton devance Trump de 2 millions de voix à la présidentielle


AFP 23/11/2016


Hillary Clinton a remporté 2 millions de voix de plus que son rival Donald Trump à la présidentielle américaine du 8 novembre, qui a cependant été remportée par le républicain en nombre de grands électeurs.

Cette avance de 1,5 point de pourcentage de la candidate démocrate, selon les experts du Cook Political Report, ne change rien au résultat de l'élection, scrutin indirect à un tour.

Donald Trump a remporté 290 grands électeurs contre 232 pour la démocrate, qui a concédé sa défaite. Il en fallait 270, soit la majorité des 538 grands électeurs en jeu, pour accéder au Bureau ovale. Hillary Clinton a recueilli 64.227.373 voix contre 62.212.752 pour Donald Trump, selon les dernières données compilées de sources officielles par le Cook Political Report et publiées mercredi. C'est la deuxième fois au XXIe siècle qu'un démocrate remporte le nombre de voix mais perd l'élection.

En 2000, le vice-président Al Gore a perdu face à George W. Bush même s'il devançait son rival de près de 544.000 voix. Aux Etats-Unis, c'est le nombre de grands électeurs, attribué dans chacun des 50 Etats et dont le nombre varie en fonction de la population, qui détermine la victoire finale.

http://www.lorientlejour.com/article/1019991/clinton-devance-trump-de-2-millions-de-voix-a-la-presidentielle.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 2 Déc - 11:24

Shocked
Citation :
Un « moine guerrier » nommé à la tête du Pentagone


Posté dans Amériques par Laurent Lagneau Le 02-12-2016




Peu à peu, la future administration américaine prend forme. Ainsi, en matière de sécurité et de défense, Donald Trump, qui succédera à Barack Obama en janvier prochain, a déjà nommé l’ex-général Michael Flynn au poste de conseiller à la sécurité nationale et le « faucon » Mike Pompeo à la CIA.

Ancien directeur de la DIA (Defense Intelligence Agency, le renseignement militaire), le général Flynn est très critique à l’égard des interventions américaines en Afghanistan et en Irak. « Des erreurs dramatiques ont été commises. La principale a été l’incapacité à comprendre ceux que nous venions aider. Nous avons essayé d’imposer nos valeurs, notre mode de vie, nous avons tenté de faire du nation-building au lieu de simplement combattre l’ennemi et permettre aux populations d’avoir l’État de leur choix », a-t-il confié au journaliste Antoine Vitkine, en mai dernier.

Mais le général Flynn, qui a quitté la DIA en raison, dit-il, de désaccords avec l’administration Obama sur la conduite à tenir en Syrie, est aussi connu pour ses propos polémiques sur l’islam. « Nous avons un problème majeur, que personne ne veut reconnaître, à cause du politiquement correct : c’est l’islam. Cette religion est un problème. Je ne parle pas du monde musulman, mais de l’islam », croit-il. Enfin, plaidant pour un soutien accru à Israël (mais aussi à l’Égypte), il est de ceux qui ont dénoncé l’accord sur le programme nucléaire iranien.

Tout comme Mike Pompeo. Ce major de la promotion 1986 de l’académie militaire de West Point qui quitta l’uniforme 5 ans plus tard pour entamer des études de droit à Harvard était un membre de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, où il a su gagner l’estime de ses adversaires politiques. Et pour lui, l’Iran est la source de l’instabilité au Moyen-Orient.

« Vous pouvez retracer l’origine d’une grande partie de la volatilité actuelle du Moyen-Orient, et de la série d’innombrables problèmes qui s’y posent, à la révolution iranienne de 1979″, a-t-il en effet déclaré en décembre 2015. « J’ai hâte de voir repousser cet accord désastreux avec le plus grand Etat financeur du terrorisme », a-t-il encore récemment affirmé au sujet du programme nucléaire iranien.

Et celui qui devrait être le prochain chef du Pentagone est sur la même ligne. En effet, le 1er décembre, Donald Trump a annoncé qu’il nommerait le général James Mattis, alias « Mad Dog », « Chaos » et « Warrior Monk » [moine guerrier, ndlr] au poste de secrétaire à la Défense.

« Je considère que l’État islamique (EI ou Daesh) n’est rien de plus qu’un prétexte pour l’Iran de poursuivre ses méfaits. L’Iran n’est pas un ennemi de l’EI et il a beaucoup à gagner avec l’agitation que l’EI crée dans la région », a-t-il ainsi estimé dans les colonnes du Washington Examiner, en avril 2016. En outre, il considère que l’accord sur le nucléaire iranien est mauvais dans la mesure où, selon lui, les inspections « risquent de ne pas empêcher Téhéran de développer des armes nucléaires », au plus permettront-elles « d’avoir de meilleures coordonnées des cibles dans le cas d’un possible combat futur. » Le ton est donné.

Par ailleurs, la nomination du général Mattis, issu de l’US Marine Corps, risque de bousculer les habitudes au Pentagone. En tout cas, sa personnalité le suggère. Cet homme de terrain qui peut lire du Marc Aurèle sur un théâtre d’opérations, a été quasiment de toutes les interventions militaires américaines au Moyen-Orient et en Asie centrale depuis 1991. C’est d’ailleurs ainsi qu’il s’est fait une réputation.

Aussi, le général Mattis connaît bien l’Irak pour y avoir commandé la 1st Marine Division et participé aux opérations menées en 2004 à Falloujah (« Resolve Vigilant » en avril et « Phantom Fury » en novembre). Après un temps passé au Commandement Allié Transformation (ACT) de l’Otan, il a terminé sa riche carrière militaire à la tête l’US CENTCOM, le commandement militaire américain pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale.

Le général Mattis est « l’un de nos plus grands combattants et stratèges militaires », avait dit de lui, en 2010, Robert Gates, alors secrétaire à la Défense.

Célibataire et sans enfant, le général Mattis est un féru d’histoire militaire, au point que sa bibliothèque compterait pas moins de 7.000 ouvrages. De là vient son surnom de « moine guerrier ». En outre, il n’est pas un « fou de guerre » : « Chaque fois que vous montrez de la colère ou du dégoût envers les civils, c’est une victoire pour al-Qaïda et les autres insurgés », a-t-il dit à ses hommes.

En outre, pour lui, la réflexion doit primer sur le reste. « Utilisez votre cerveau avant d’utiliser votre arme », a-t-il ainsi lancé à ses troupes. « Les 6 pouces [15 cm, ndlr] les plus importants sur le champ de bataille sont entre vos deux oreilles », a-t-il également dit, s’inscrivant ainsi dans la lignée d’un maréchal Lyautey (« Quand les talons claquent, l’esprit se vide »). Et, pour lui, un militaire doit toujours chercher à apprendre. D’où ses listes de livres à lire envoyées à ses subordonnés, qu’ils soient colonels ou caporaux.

Mais le général Mattis a aussi pu tenir certains propos peu « politiquement corrects ». « Soyez polis, soyez professionnels, mais gardez en tête un plan pour tuer toutes les personnes que vous pouvez avoir l’occasion de rencontrer », a-t-il aussi recommandé à ses troupes. Ou encore, s’adressant à des recrues : « La première fois que tu descends quelqu’un, ce n’est pas rien, c’est le moment où tu réalises qu’il y a des trous de balle dans le monde qui ont besoin d’être refroidis. »

Cela étant, le général Mattis va-t-il réussir à réformer le Pentagone, et surtout sa bureaucratie? (« PowerPoint nous rend stupides » a-t-il dit). Rien n’est moins sûr… Sa nomination peut toutefois poser quelques réserves.

En effet, étant donné qu’il n’a quitté l’uniforme que très récemment [en 2013, ndlr] et en raison de ses états de service ainsi que de sa réputation, James Mattis risque faire de l’ombre au chef d’état-major interarmées, le général Joseph Dunford, issu, comme lui, de l’US Marine Corps.

En outre, avec deux « Marines » aux postes les plus importants du Pentagone, il n’est pas impossible que les autres branches de l’armée américaine puissent en prendre ombrage, notamment quand il s’agira d’arbitrer les priorités budgétaires. Et là, James Mattis saura-t-il éviter une « guerre des boutons »?

http://www.opex360.com/2016/12/02/moine-guerrier-nomme-la-tete-du-pentagone/
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3151
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 2 Déc - 11:28

je trouve que il ressemble assez au Général Patton !!!
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Sam 3 Déc - 10:43

Citation :
Les Etats-Unis s'opposent au rachat d'Aixtron US par le groupe chinois Grand Chip (Trésor)


AFP 03/12/2016


Les Etats-Unis ont bloqué vendredi le rachat du groupe industriel Aixtron, basé en Allemagne, par le groupe chinois Grand Chip Investment, invoquant "des risques pour la sécurité nationale", selon un communiqué du Trésor.
Par un décret, le président Barack Obama a interdit l'acquisition de la filiale américaine d'Aixtron, fabricant de composants destinés au marché des semi-conducteurs, qui peuvent avoir des applications militaires. Cela revient dans les faits à bloquer pour l'instant l'acquisition du groupe allemand par le Chinois.

Fin octobre le gouvernement allemand, qui avait initialement donné son feu vert à ce rachat d'un montant de 670 millions d'euros, avait suspendu sa décision après avoir reçu des informations du gouvernement américain selon lesquelles une telle opération reviendrait à transférer des technologies sensibles.


La mesure ordonnée vendredi par l'administration Obama somme "les acheteurs et Aixtron de prendre toutes les mesures nécessaires pour abandonner le rachat proposé de la filiale américaine d'Aixtron dans les 30 jours".
En Allemagne, Aixtron compte environ 750 employés et génère presque 200 millions d'euros de chiffre d'affaires. Aux Etats-Unis, le groupe est représenté par une filiale d'une centaine de personnes, en Californie.

La Maison Blanche a l'autorité de s'opposer à un rachat par une entreprise étrangère quand il y a "une preuve crédible que la prise de contrôle par un intérêt étranger (...) menace d'altérer la sécurité nationale", indique le Trésor.

L'inquiétude semble porter sur un procédé de dépôt organo-métallique chimique en phase gazeuse (MOCVD), utilisé dans la composition des semi-conducteurs qui entrent dans la fabrication des lasers et des cellules solaires notamment.
Le ministère chinois des Affaires étrangères, interrogé sur l'opposition américaine au rachat d'Aixtron, a dénoncé une "interférence politique" injustifiée et des "interprétations" excessives.
"Cette acquisition est une transaction commerciale parfaitement normale. Puisqu'il s'agit d'une opération normale, elle doit être conduite selon les principes ordinaires et la loi du marché", a insisté vendredi Geng Shuang, porte-parole de la diplomatie chinoise, lors d'une conférence de presse régulière.
"Nous espérons qu'il n'y aura pas dans ce dossier d'interférences politiques, et qu'il n'y aura pas non plus d'interprétations politiques excessives", a-t-il ajouté.
Les investissements chinois en Allemagne devraient atteindre un montant record, avec déjà 3,4 milliards d'euros investis au premier semestre de 2016.

Non sans déclencher de controverse: le géant chinois de l'électroménager Midea a bouclé à l'été le rachat pour 4,6 milliards d'euros du fabricant allemand de machines-outils Kuka, fleuron de l'industrie de pointe du pays, suscitant une vive polémique dans la classe politique outre-Rhin.

De son côté, aux Etats-Unis, le Comité des investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS) a été plusieurs fois à l'origine de rachats avortés.
En 2008, la société d'investissements Bain Capital, associée au groupe chinois Huawei, avait dû abandonner son projet d'acquérir le groupe américain de haute technologie 3com, l'un des fournisseurs de services télécoms à l'administration américaine.
En 2005, le chinois CNOOC avait était contraint de retirer son offre de rachat de la compagnie pétrolière Unocal, s'estimant victime du "climat politique" à Washington. La presse officielle à Pékin avait alors estimé que l'économie américaine n'était pas "libre".

http://www.lorientlejour.com/article/1021797/les-etats-unis-sopposent-au-rachat-daixtron-us-par-le-groupe-chinois-grand-chip-tresor.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Aujourd'hui à 10:40

Citation :
L’anticonformiste général Flynn


5 décembre 2016/Actualité Stratégie et politique




Les grands médias ont présenté le général Flynn, nouveau conseiller à la sécurité nationale américain, comme un individu aux positions ambigües tant à l’égard de certains dirigeants autoritaires, comme Vladimir Poutine ou Recep Tayyip Erdogan, que sur des valeurs morales. Son limogeage du Pentagone en 2014 par Obama pour «style de management» serait aussi lié à son expertise en termes de renseignement et à ses capacités d’innovations. Ce qui, selon certains observateurs, lui aurait attiré de nombreuses inimitiés au sein du monde politique, parmi ceux «cherchant à démontrer ce qu’ils tiennent pour acquis».

Flynn est en fait un personnage complexe, créatif, sans cesse en quête de nouvelles clés de compréhension mais aussi de résultats. Sa carrière militaire a entièrement été consacrée aux opérations spéciales et aux techniques de renseignement, dont il a couvert l’intégralité du spectre au sein de l’US Army et de l’Ussocom. Ancien de la 82e Airborne, mais aussi du centre d’interception de Fort Huachuca, patron de la brigade de renseignement, de l’état-major des forces spéciales en Afghanistan, il fut aussi le «DRM» américain. Un itinéraire somme toute peu courant à ce niveau de responsabilité, et qui ne se retrouve en France qu’avec le général Gomart, qu’il connaît bien.

Rejeté par le formalisme administratif de Washington, Flynn n’a toujours eu qu’un but : étendre le spectre des unités opérationnelles et leurs capacités d’actions dans les domaines de la collecte humaine et technique. Homme de terrain, il a cherché à dépasser l’approche tactique, afin d’agir sur les fondamentaux. D’où son obsession de réformer également les processus d’analyse du renseignement en insistant sur la gestion de la connaissance, sur le signifiant et non plus seulement sur les données.

Dans son rapport «Fixing Intelligence», en 2010, il fonde la qualité des actions antiterroristes sur la multiplicité des grilles de lecture et sur l’implication d’un nombre croissant d’opérateurs de base, afin de renforcer la compréhension de l’environnement. Il a été le premier militaire de haut rang à s’investir sur le renseignement ouvert, une discipline permettant, grâce au Big Data, d’anticiper les intentions des dirigeants et des populations, d’en mesurer les états d’âme, par une approche intelligente des réseaux sociaux. Mais aussi de répondre aux besoins immédiats. Il a ainsi sollicité l’expert en Big Data de l’université John Hopkins, Ian McCulloch, pour traquer, à l’aide de sources ouvertes, plusieurs membres d’Al-Qaida.

Obsédé par la nuance des interprétations, par la science du détail pouvant tout bouleverser, Flynn, en grand admirateur de l’école française de contre-insurrection, a cherché à mieux appréhender les liens informels entre les acteurs locaux et les tribus, à stimuler le recours aux anthropologues pour mieux saisir les perceptions et les besoins culturels. Si la plupart de ses anciens collaborateurs voient en lui un esprit brillant, un homme d’action curieux de tout, ils expliquent sa disgrâce par le fait que Flynn a sans aucun doute cherché à «bouleverser trop de comportements routiniers, trop vite, inspirant la panique chez les décideurs n’ayant pas sa maîtrise du domaine».

Mais le général Flynn fait son grand retour en s’attaquant à un des piliers du dispositif de renseignement de Barack Obama : la suppression des centres fonctionnels de terrain, qui cherchaient, dans le cadre de la lutte antiterroriste, à réduire la fracture entre agents de terrain et analystes. Flynn, qui avait tenté de compenser les faiblesses de la CIA en créant une entité clandestine au sein de la DIA portée par les forces spéciales, considère que ces centres ont enfermé le renseignement dans une approche micro-tactique et policière ne se focalisant que sur la neutralisation des High Value Individuals (HVI), au détriment de la compréhension et de l’anticipation. Ces HVI n’étant pas la cause mais bien la conséquence d’un risque systémique plus global. Devenu prudent, Flynn se serait assuré de la loyauté du nouveau patron de la CIA, M. Pompeo, avant même sa nomination.

http://www.ttu.fr/lanticonformiste-general-flynn/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Aujourd'hui à 11:38

Revenir en haut Aller en bas
 
La politique américaine comme si vous y étiez...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
 Sujets similaires
-
» PETRA - Jordanie - comme si vous y étiez NE PAS LOUPER
» 30 photographies pour survoler le monde comme si vous étiez un oiseau
» vous avez quoi comme deuxieme poussette?
» photos du monde comme vous ne l’avez jamais vu !
» Vis ma vie de maton, le monde carcéral comme vous ne l'avez jamais lu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: