Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La politique américaine comme si vous y étiez...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Lun 22 Mai 2017 - 17:53

Citation :
Plantu

TRUMP A JERUSALEM: Les murs de séparations.... Le dessin du Monde de ce lundi 22 mai.

Revenir en haut Aller en bas
pyromane
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1305
Inscrit le : 22/06/2011
Localisation : Ailleurs
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mar 23 Mai 2017 - 12:01

Citation :

Killing C.I.A. Informants, China Crippled U.S. Spying Operations
By MARK MAZZETTI, ADAM GOLDMAN, MICHAEL S. SCHMIDT and MATT APUZZOMAY 20, 2017

WASHINGTON — The Chinese government systematically dismantled C.I.A. spying operations in the country starting in 2010, killing or imprisoning more than a dozen sources over two years and crippling intelligence gathering there for years afterward.

Current and former American officials described the intelligence breach as one of the worst in decades. It set off a scramble in Washington’s intelligence and law enforcement agencies to contain the fallout, but investigators were bitterly divided over the cause. Some were convinced that a mole within the C.I.A. had betrayed the United States. Others believed that the Chinese had hacked the covert system the C.I.A. used to communicate with its foreign sources. Years later, that debate remains unresolved.

But there was no disagreement about the damage. From the final weeks of 2010 through the end of 2012, according to former American officials, the Chinese killed at least a dozen of the C.I.A.’s sources. According to three of the officials, one was shot in front of his colleagues in the courtyard of a government building — a message to others who might have been working for the C.I.A.

Still others were put in jail. All told, the Chinese killed or imprisoned 18 to 20 of the C.I.A.’s sources in China, according to two former senior American officials, effectively unraveling a network that had taken years to build.

Assessing the fallout from an exposed spy operation can be difficult, but the episode was considered particularly damaging. The number of American assets lost in China, officials said, rivaled those lost in the Soviet Union and Russia during the betrayals of both Aldrich Ames and Robert Hanssen, formerly of the C.I.A. and the F.B.I., who divulged intelligence operations to Moscow for years.

The previously unreported episode shows how successful the Chinese were in disrupting American spying efforts and stealing secrets years before a well-publicized breach in 2015 gave Beijing access to thousands of government personnel records, including intelligence contractors. The C.I.A. considers spying in China one of its top priorities, but the country’s extensive security apparatus makes it exceptionally hard for Western spy services to develop sources there.

At a time when the C.I.A. is trying to figure out how some of its most sensitive documents were leaked onto the internet two months ago by WikiLeaks, and the F.B.I. investigates possible ties between President Trump’s campaign and Russia, the unsettled nature of the China investigation demonstrates the difficulty of conducting counterespionage investigations into sophisticated spy services like those in Russia and China.

The C.I.A. and the F.B.I. both declined to comment.

Details about the investigation have been tightly held. Ten current and former American officials described the investigation on the condition of anonymity because they did not want to be identified discussing the information.


Investigators still disagree how it happened, but the unsettled nature of the China investigation demonstrates the difficulty of conducting counterespionage investigations into sophisticated spy services. Credit Carolyn Kaster/Associated Press..
The first signs of trouble emerged in 2010. At the time, the quality of the C.I.A.’s information about the inner workings of the Chinese government was the best it had been for years, the result of recruiting sources deep inside the bureaucracy in Beijing, four former officials said. Some were Chinese nationals who the C.I.A. believed had become disillusioned with the Chinese government’s corruption.

But by the end of the year, the flow of information began to dry up. By early 2011, senior agency officers realized they had a problem: Assets in China, one of their most precious resources, were disappearing.

The F.B.I. and the C.I.A. opened a joint investigation run by top counterintelligence officials at both agencies. Working out of a secret office in Northern Virginia, they began analyzing every operation being run in Beijing. One former senior American official said the investigation had been code-named Honey Badger.

As more and more sources vanished, the operation took on increased urgency. Nearly every employee at the American Embassy was scrutinized, no matter how high ranking. Some investigators believed the Chinese had cracked the encrypted method that the C.I.A. used to communicate with its assets. Others suspected a traitor in the C.I.A., a theory that agency officials were at first reluctant to embrace — and that some in both agencies still do not believe.

Their debates were punctuated with macabre phone calls — “We lost another one” — and urgent questions from the Obama administration wondering why intelligence about the Chinese had slowed.

The mole hunt eventually zeroed in on a former agency operative who had worked in the C.I.A.’s division overseeing China, believing he was most likely responsible for the crippling disclosures. But efforts to gather enough evidence to arrest him failed, and he is now living in another Asian country, current and former officials said.

There was good reason to suspect an insider, some former officials say. Around that time, Chinese spies compromised National Security Agency surveillance in Taiwan — an island Beijing claims is part of China — by infiltrating Taiwanese intelligence, an American partner, according to two former officials. And the C.I.A. had discovered Chinese operatives in the agency’s hiring pipeline, according to officials and court documents.

But the C.I.A.’s top spy hunter, Mark Kelton, resisted the mole theory, at least initially, former officials say. Mr. Kelton had been close friends with Brian J. Kelley, a C.I.A. officer who in the 1990s was wrongly suspected by the F.B.I. of being a Russian spy. The real traitor, it turned out, was Mr. Hanssen. Mr. Kelton often mentioned Mr. Kelley’s mistreatment in meetings during the China episode, former colleagues say, and said he would not accuse someone without ironclad evidence.

Those who rejected the mole theory attributed the losses to sloppy American tradecraft at a time when the Chinese were becoming better at monitoring American espionage activities in the country. Some F.B.I. agents became convinced that C.I.A. handlers in Beijing too often traveled the same routes to the same meeting points, which would have helped China’s vast surveillance network identify the spies in its midst.



Some officers met their sources at a restaurant where Chinese agents had planted listening devices, former officials said, and even the waiters worked for Chinese intelligence.

This carelessness, coupled with the possibility that the Chinese had hacked the covert communications channel, would explain many, if not all, of the disappearances and deaths, some former officials said. Some in the agency, particularly those who had helped build the spy network, resisted this theory and believed they had been caught in the middle of a turf war within the C.I.A.

Still, the Chinese picked off more and more of the agency’s spies, continuing through 2011 and into 2012. As investigators narrowed the list of suspects with access to the information, they started focusing on a Chinese-American who had left the C.I.A. shortly before the intelligence losses began. Some investigators believed he had become disgruntled and had begun spying for China. One official said the man had access to the identities of C.I.A. informants and fit all the indicators on a matrix used to identify espionage threats.

After leaving the C.I.A., the man decided to remain in Asia with his family and pursue a business opportunity, which some officials suspect that Chinese intelligence agents had arranged.

Officials said the F.B.I. and the C.I.A. lured the man back to the United States around 2012 with a ruse about a possible contract with the agency, an arrangement common among former officers. Agents questioned the man, asking why he had decided to stay in Asia, concerned that he possessed a number of secrets that would be valuable to the Chinese. It’s not clear whether agents confronted the man about whether he had spied for China.

The man defended his reasons for living in Asia and did not admit any wrongdoing, an official said. He then returned to Asia.

By 2013, the F.B.I. and the C.I.A. concluded that China’s success in identifying C.I.A. agents had been blunted — it is not clear how — but the damage had been done.

The C.I.A. has tried to rebuild its network of spies in China, officials said, an expensive and time-consuming effort led at one time by the former chief of the East Asia Division. A former intelligence official said the former chief was particularly bitter because he had worked with the suspected mole and recruited some of the spies in China who were ultimately executed.

China has been particularly aggressive in its espionage in recent years, beyond the breach of the Office of Personnel Management records in 2015, American officials said. Last year, an F.B.I. employee pleaded guilty to acting as a Chinese agent for years, passing sensitive technology information to Beijing in exchange for cash, lavish hotel rooms during foreign travel and prostitutes.

In March, prosecutors announced the arrest of a longtime State Department employee, Candace Marie Claiborne, accused of lying to investigators about her contacts with Chinese officials. According to the criminal complaint against Ms. Claiborne, who pleaded not guilty, Chinese agents wired cash into her bank account and showered her with gifts that included an iPhone, a laptop and tuition at a Chinese fashion school. In addition, according to the complaint, she received a fully furnished apartment and a stipend.




SOURCE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Jeu 1 Juin 2017 - 23:57

Citation :
Ambassade américaine maintenue à Tel Aviv : "sage décision", selon l'ONU


AFP 01/06/2017


La décision du président américain Donald Trump de ne pas déménager pour le moment l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem est "une sage décision", a estimé jeudi le porte-parole de l'ONU Stephane Dujarric.

Il a rappelé que pour l'ONU "le statut de Jérusalem est un problème essentiel qui ne peut être résolu que par un règlement politique négocié" du conflit israélo-palestinien. "Le secrétaire général (Antonio Guterres) espère que cette décision peut contribuer à faciliter la reprise d'un véritable processus de paix", a-t-il ajouté.

Jeudi, Donald Trump a signé une clause dérogatoire ordonnant de conserver la chancellerie américaine à Tel-Aviv pour six mois supplémentaires, conformément à la pratique de tous les présidents américains successifs qui ont depuis la fin des années 1990 signé tous les six mois cette dérogation.

Israël s'est dit jeudi "déçu" par la décision du président américain, alors que des responsables palestiniens ont salué un "pas positif et important".

https://www.lorientlejour.com/article/1054885/ambassade-americaine-maintenue-a-tel-aviv-sage-decision-selon-lonu.html
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1582
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mer 7 Juin 2017 - 15:29

Citation :

Hillary Clinton soupçonnée de corruption



L'enquête porte sur un épisode qui a eu lieu entre 2009 et 2013 quand Clinton occupait le poste de secrétaire d'Etat. Grassley affirme: il existe des raisons de croire qu'elle essayait de mettre un terme à l'enquête au Bangladesh sur une affaire de l'entrepreneur Muhammad Yunus, ami de la famille et donateur de la fondation Clinton.

En pleine campagne présidentielle le candidat républicain Donald Trump avait promis de mettre en prison sa rivale démocrate Hillary Clinton.

"Parce que tu serais en prison", lui avait-il déclaré pendant le débat du 9 octobre à Saint-Louis, dans le Missouri.

Et six mois après l'arrivée de Trump au pouvoir Clinton fait l'objet d'une enquête — d'une première sous l'administration actuelle, mais loin d'être la première de ces dernières années.

La fondation à scandale


D'après The Daily Caller se référant aux sources du Capitole, l'ex-secrétaire d'Etat Clinton avait tenté d'éviter à Yunus une enquête des autorités du Bangladesh le soupçonnant de corruption. Elle avait ordonné aux diplomates américains de haut rang de faire pression sur la première ministre du pays Sheikh Hasina et sur son fils Sajeeb afin de forcer le chef du gouvernement à cesser les poursuites contre Yunus. Par exemple, Clinton aurait menacé Sajeeb par un audit fiscal intégral sur son activité commerciale aux Etats-Unis.

Chuck Grassley a déjà demandé au secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson de fournir à sa commission tous les documents et correspondances relatifs à cet épisode avant le 15 juin.

Il s'agit de la première enquête parlementaire ouverte contre Clinton après sa défaite à la présidentielle. Pendant ce temps, la commission de surveillance et de réforme de l'action gouvernementale de la chambre des représentants du congrès poursuit une autre enquête, qui a été ouverte sous l'administration précédente. Elle concerne l'usage par l'ex-secrétaire d'Etat d'un serveur personnel pour la correspondance de service.

La fondation familiale des Clinton (Hillary et son mari, ex-président des USA Bill Clinton) fait également l'objet d'une enquête menée par le FBI depuis plus de deux ans. Cette investigation porte sur les lettres relatives à la campagne de Clinton volées dur les serveurs du parti démocrate et publiées par WikiLeaks. Les agents fédéraux tentent de découvrir si l'ex-secrétaire d'Etat recevait de l'argent de la part des donateurs en échange des "services politiques".

Les jeux politiques


En novembre 2016 le FBI a attribué à l'enquête sur la fondation une "très haute priorité". Les analystes y ont perçu un aspect de "jeux politiques" impliquant les institutions policières américaines et notamment le FBI.

Le fait est que jusqu'à l'été 2015 le FBI enquêtait également sur l'usage d'un serveur privé par Hillary Clinton pour sa correspondance de service, ce qui aurait éventuellement entraîné une fuite de secrets d'Etat. Cependant, elle a été close en été — l'agence a conclu que ces actes ne constituaient pas une infraction, même si elle avait agi de manière "extrêmement imprudente".

Les républicains se sont indignés et un scandale a éclaté, d'autant que par la suite le FBI a découvert presque 15 000 lettres électroniques passées inaperçues. La situation était d'autant plus piquante qu'une partie de ces nouvelles lettres a été retrouvées par les agents sur les appareils électroniques appartenant à Anthony Weiner, mari de l'ancienne assistante de l'ex-secrétaire d'Etat Huma Abedin, qui travaillait au moment des faits dans le QG de campagne de Clinton. Et l'ex-congressiste Weiner avait dû démissionner encore en 2011 accusé d'harcèlement sexuel sur mineure.

Or même en dépit des nouvelles circonstances le FBI n'a pas rouvert l'enquête, et la bombe médiatique a explosé avec une telle force qu'elle a semé la confusion totale dans le camp des démocrates, à tel point que ces derniers sont allés jusqu'à accuser le directeur du FBI James Comey de liens avec Moscou. C'est probablement pour lui éviter de telles accusations que le FBI a annoncé une priorité plus élevée dans l'affaire de la fondation Clinton.

De plus, le bureau fédéral a publié les dossiers de l'enquête de corruption datant de 15 ans visant l'ex-président Bill Clinton. Il était soupçonné à l'époque de violation de la loi en graciant l'entrepreneur Marc Rich, accusé de fraude fiscale et de transactions illégales avec l'Iran pendant la crise des otages américains en Iran en 1979-1981. Bill Clinton a signé la directive de gracier Marc Rich à quelques heures de l'écoulement de son mandat présidentiel.

Le ministère de la Justice a rejoint le scandale en accusant Comey de délits et d'abus de ses fonctions. La presse a eu écho de rumeurs que le président à l'époque Barack Obama avait l'intention de renvoyer le directeur du FBI à cause de son implication dans la politique. Et bien qu'Obama ne l'ait pas fait, cela n'a pas sauvé James Comey — il a été limogé six mois plus tard par le nouveau président Donald Trump.

Trump mettra-t-il ses menaces à exécution?


La fondation caritative Clinton est exonérée d'impôts, car formellement elle n'apporte pas de revenus. Cependant, la presse américaine a publié plusieurs fois des documents montrant qu'une partie mineure des fonds de la fondation est dépensée à des fins caritatives. Mais de telles publications ne constituent qu'une part infime de tous les scandales autour de cette fondation depuis sa fondation en 2001.

En règle générale, il est question d'importants versements dans cette fondation effectués, par une étrange coïncidence, après un service rendu par les fondateurs au sponsor. Par exemple, après la visite au Kazakhstan de Bill Clinton en 2005, l'homme d'affaires canadien Frank Giustra a obtenu le droit d'exploiter les gisements d'uranium dans ce pays, alors que la fondation a reçu de sa part un don de 30 millions de dollars. Autre exemple. Quand Hillary Clinton était sénatrice, elle a fait adopter un projet de loi avantageux pour l'entrepreneur Robert Congel, qui a versé 100 000 dollars à la fondation.

Ce n'est pas les exemples qui manquent. Et souvent les figurants sont loin d'avoir une réputation irréprochable. Par exemple — l'ami de Bill Clinton, le Libanais Gilbert Chagoury, reconnu coupable en Suisse de blanchiment d'argent et accusé de financer des politiciens libanais affiliés au Hezbollah. Ou encore l'oligarque ukrainien Viktor Pintchouk qui a payé la fondation pour un accès personnel au couple Clinton et pour le soutien du département d'Etat.

Parmi les pays donateurs de la fondation on retrouve l'Algérie, Oman, l'Arabie saoudite, le Maroc et les Emirats arabes unis. Selon certaines informations, y figurent également le Congo et la Corée du Nord affraid . En novembre 2016 un scandale a éclaté concernant le versement d'un million de dollars par le Qatar, et la fondation a reconnu qu'un tel "cadeau" a effectivement eu lieu.

D'ailleurs, sur fond de scandale diplomatique au Moyen-Orient, où plusieurs pays ont rompu leurs relations avec le Qatar, les médias ont rapporté que l'ex-secrétaire d'Etat Hillary Clinton était au courant à l'époque que les autorités de ce pays financent l'Etat islamique.

De nombreux autres faits scandaleux font actuellement l'objet d'une enquête du FBI. Cependant, les analystes ne s'empressent pas d'affirmer que Trump mettra forcément sa menace à exécution et jettera Clinton derrière les barreaux. Non seulement parce qu'immédiatement après la prise de ses fonction il a changé de ton vis-à-vis d'elle et a fait plusieurs éloges à son sujet, mais aussi car une telle agitation pourrait provoquer un véritable tsunami politique aux Etats-Unis. Sans parler des enquêtes du FBI et du parlement qui dureront certainement encore très longtemps.

Sputnik

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3462
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Jeu 8 Juin 2017 - 11:19

entre temps:

Liberation.fr a écrit:
Après le témoignage de James Comey, direction la destitution pour Trump ?

L'ex-directeur du FBI, limogé par le milliardaire, en mai, s'apprête à témoigner devant le Sénat de faits accablants pour le président américain.


Après le témoignage de James Comey, direction la destitution pour Trump ?


Telle une épée de Damoclès pendue au-dessus de la tête de Donald Trump avec le mot «destitution» gravé dessus, l’audition de l’ex-directeur du FBI devant le comité du renseignement du Sénat, jeudi (16h00 heure de Paris), risque de coûter cher au président. Mardi, il a fait savoir qu’il n’essayerait pas de l’empêcher. Au lieu de cela, le milliardaire a tenté de détourner l’attention du public et des médias en multipliant les annonces spectaculaires. Mais les tentatives de diversion n'ont pas été efficaces longtemps. Mercredi, le comité sénatorial a publié le témoignage que James Comey s'apprête à rendre lors de l'audience publique du lendemain. Le texte a eu l'effet d'une déflagration.

L'ex-directeur du FBI, que Trump a renvoyé début mai avec «cette histoire russe en tête» (selon ses propres mots), a consigné méticuleusement toutes les conversations qu'il a eues avec le président depuis son élection en novembre, dans des mémos non-classifiés. La réponse à la question que tout le monde se posait s'y trouve en détails : Donald Trump a-t-il demandé à Comey d’étouffer l’enquête sur l’ancien conseiller en sécurité nationale du président, Michael Flynn, se rendant ainsi coupable d'obstruction à la justice? Oui, lit-on entre les lignes du témoignage de l'ex-agent des renseignements.

«J’espère que vous pourrez trouver une façon d’abandonner cela, de lâcher Flynn. C’est un homme bien», lui aurait demandé Trump lors d'une rencontre en tête-à-tête dans le bureau ovale de la Maison blanche, le 14 février dernier. Le président aurait, par la suite, rappelé deux fois Comey au téléphone pour lui demander de statuer publiquement qu'aucune enquête du FBI ne portait directement sur lui. Or, tel que lui a rappelé à plusieurs reprises l'ancien chef du Bureau fédéral, c'est au département de la Justice, dont dépend le FBI, de prendre cette décision. Un département de la Justice, dont le patron Jeff Sessions, s'est par ailleurs récusé pour tout ce qui touche à l'enquête menée sur les liens présumés entre des membres de l'équipe de campagne de Trump et le gouvernement russe.

Destitution ou non?

Si les preuves d'une obstruction de justice par le président des Etats-Unis sont apportées, ce que semble faire Comey avec son témoignage, ces charges pourraient justifier l'ouverture d'une procédure de destitution. «Seulement, comme ce processus est mené entièrement par les deux chambres du Congrès, il dépendra de la volonté politique des élus, explique Bruce Ackerman, professeur de droit à l'université de Yale, qui a notamment témoigné devant la chambre des représentants lors de la procédure de destitution de Bill Clinton en 1998. Pour l'instant, les républicains qui ont la majorité ne semblent pas prêts à saborder leur allié à la Maison blanche."

Trump a maintenant tout intérêt à cesser ses dérapages intempestifs sur les réseaux sociaux, s'il ne veut pas s'aliéner son parti. Cela lui serait fatal, avec les élections législatives de mi-mandat organisées en 2018. L'an prochain, les républicains pourraient avoir à sacrifier la figure présidentielle pour garder leur majorité au Parlement. Paul Ryan, le leader des conservateurs à la Chambre des représentants, a déjà déclaré mercredi à NBC news considérer «évidemment» inapproprié le fait que le président ait demandé au directeur du FBI de garantir sa «loyauté». L'agence fédérale de renseignements est censée rester indépendante du pouvoir exécutif en toutes circonstances.

Donald Trump ne semble pas mesurer les risques qu'il encourt en maintenant sa politique de la terre brûlée, autant à l'intérieur qu'à l'international. Dans un communiqué publié mercredi soir, un conseiller de la Maison blanche assure que «le président est content que M. Comey a enfin confirmé publiquement qu'il n'était pas sous le coup d'une enquête en lien avec la Russie. Le président se sent complètement et totalement innocenté. Il a hâte d'aller de l'avant dans son programme.» Pas si vite, le questionnement de Comey par les sénateurs du comité du renseignement, jeudi, pourrait révéler d'autres informations incriminant le milliardaire. Celui-ci aurait d'ailleurs prévu de tweeter pendant l'audition.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La politique américaine comme si vous y étiez...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 21 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
 Sujets similaires
-
» PETRA - Jordanie - comme si vous y étiez NE PAS LOUPER
» vous avez quoi comme deuxieme poussette?
» photos du monde comme vous ne l’avez jamais vu !
» Comme vous avez pu voir...
» Vis ma vie de maton, le monde carcéral comme vous ne l'avez jamais lu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: