Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La politique américaine comme si vous y étiez...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 22262
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mar 14 Nov 2017 - 23:57

Shocked
Citation :
Tu aimes la chasse? Tu as moins de 10 ans? Pas un souci dans le Wisconsin


AFP 14/11/2017


Les enfants de moins de 10 ans pourront dès samedi partir à la chasse dûment équipés de leur arme à feu dans les campagnes du Wisconsin. En toute légalité.

La nouvelle loi --l'une des plus permissives des Etats-Unis-- a été promulguée le week-end dernier par le gouverneur républicain de cet état rural du nord des Etats-Unis, Scott Walker.

De nombreux Etats fédérés autorisent les enfants à chasser sous la supervision d'un adulte, mais la plupart exigent qu'un enfant ait au moins douze ans pour pouvoir abattre du gros gibier.

La nouvelle législation du Wisconsin supprime la limite d'âge qui était de 10 ans, autorisant ainsi n'importe quel enfant à porter une arme de chasse s'il est accompagné par un chasseur adulte aguerri.

Le très puissant lobby des armes à feu NRA et l'association régionale des chasseurs d'ours ont promu cette loi, y voyant un excellent moyen de transmettre les traditions de chasse familiales.
La loi doit entrer en vigueur samedi le jour de l'ouverture de la chasse aux cerfs avec des armes à feu.
"J'ai une fille de 14 ans qui m'a accompagné à la chasse depuis qu'elle était dans un siège de voiture pour enfant", a affirmé Rob Stafsholt, un élu co-auteur du projet de loi.
"J'ai appris à manipuler le fusil que j'avais entre les mains en toute sécurité en observant les gens qui m'ont appris" à chasser, a-t-il ajouté.

Les opposants à la loi ont jugé qu'un enfant de moins de 10 ans n'était tout simplement pas capable de manipuler une arme à feu sans danger pour lui ou autrui.
"S'il vous faut un siège rehausseur pour aller à la chasse, on ne devrait probablement pas vous confier un fusil une fois arrivé sur place", a argué Wisconsin Anti-Violence Effort, un groupe combattant la violence par les armes à feu.

Le débat sur les restrictions au port d'armes est récurrent aux Etats-Unis, où le nombre d'armes à feu en circulation est supérieur à la population.
La NRA et ses partisans invoquent l'article 2 de la Constitution pour bloquer quasiment toutes les initiatives destinées à restreindre la détention des armes à feu, y compris les plus mortelles.
Plus de 32.000 personnes meurent par balle tous les ans, dont les deux tiers se suicident.

https://www.lorientlejour.com/article/1084019/tu-aimes-la-chasse-tu-as-moins-de-10-ans-pas-un-souci-dans-le-wisconsin.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 17 Nov 2017 - 15:10

Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1852
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 8 Déc 2017 - 18:54

Citation :

God Bless United Shtesh? Results of Trump's Medical Exam to Be Made Public





This is what happens when you, as President of the United States, fail to articulate your words properly when delivering a speech about the recognition of Jerusalem as Israel's capital.



The White House has announced that US President Donald Trump will go through a physical exam at Walter Reed National Military Medical Center early in 2018 and will make the results public.

The announcement came after Trump slurred some words when delivering a keynote speech on recognizing Jerusalem as Israel's capital.

In particular, the 71-year old had troubles with the words that included the letter "s," voicing some of them as "sh", NBC News reported, quoting Trump as saying at the end of the speech a sort "God bless the United Shtesh."



All this prompted many to speculate about Trump's dental or health problems, in what was rejected by White House press secretary Sarah Huckabee Sanders who said that "the President's throat was dry, nothing more than that."

"He does have a physical scheduled for the first part of next year, the full physical that most presidents go through," Sanders said, adding that "those records will be released by the doctor following that."

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 22262
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Lun 11 Déc 2017 - 23:32

Citation :
L'armée US devra accepter les recrues transgenres à compter du 1er janvier


Reuters 11/12/2017


Les personnes transgenres pourront être incorporées dans l'armée américaine à compter du 1er janvier, a décidé lundi une juge fédérale, rejetant la demande de l'administration Trump qui voulait que l'interdiction d'incorporation reste en vigueur le temps que le gouvernement fasse appel de la décision de justice la bloquant.

La juge de district Colleen Kollar-Kotelly, de Washington, a refusé de lever partiellement sa décision du 30 octobre empêchant l'application de l'interdiction tant que l'affaire est en cours, au motif que cette interdiction viole sans doute les garanties constitutionnelles et l'égalité devant la loi.

Plusieurs personnes transgenres ont engagé une action en justice lorsque Donald Trump a annoncé en juillet qu'il leur interdisait de s'enrôler dans l'armée, décision qui revenait sur la politique de mise sous Barack Obama, consistant à accepter les transgenres dans

https://www.lorientlejour.com/article/1089012/larmee-us-devra-accepter-les-recrues-transgenres-a-compter-du-1er-janvier.html
Revenir en haut Aller en bas
ScorpionDuDesert
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 472
Inscrit le : 15/08/2010
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mer 13 Déc 2017 - 19:40

L'état ultra conservateur a donné une grande gifle à trump Shocked !!
ceux qui pensent que Trump aura un deuxième mandat ont eu un premier element de réponse.

L'AS était à l'ordre du jour pour les democrates et le redeviendra en 2020. MBS a 3 ans pour changer les choses !

Citation :

En Alabama, la victoire démocrate est un revers politique majeur pour Trump

Doug Jones a battu l’ultraconservateur Roy Moore : jamais depuis 1992 un démocrate n’avait été élu sénateur dans cet Etat du sud des Etats-Unis.

L’Alabama a dit non. Cet Etat sudiste a infligé, mardi 12 décembre au soir, un cuisant revers au candidat républicain Roy Moore à qui était pourtant promis un siège au Sénat des Etats-Unis à l’issue des primaires du Grand Old Party, en septembre. Avec 48,4 % des voix, l’écart qui le sépare du vainqueur, le démocrate Doug Jones (49,9 %), peut paraître faible, ce qui a d’ailleurs poussé le républicain à ne pas reconnaître immédiatement sa défaite. Rapporté à la mainmise républicaine sur cette terre qui compte parmi les plus conservatrices du pays, ce revers constitue néanmoins un véritable séisme qui n’épargne pas le président Donald Trump.
Personnalité particulièrement controversée, évincé à deux reprises de la Cour suprême de l’Alabama pour avoir refusé d’appliquer la loi au nom de ses convictions de chrétien fondamentaliste, Roy Moore avait été mis en cause en novembre par le Washington Post pour des comportements sexuels inappropriés avec des mineures survenues quatre décennies plus tôt. L’ancien juge avait nié avec énergie avoir commis la moindre faute et dénoncé un complot d’« élites » contre « un peuple de l’Alabama » qu’il prétendait incarner. Le Parti républicain s’était divisé, la branche locale se rangeant majoritairement derrière son candidat pendant que de nombreux élus du Congrès l’invitaient, au contraire, à se retirer, même s’il était trop tard pour lui substituer quelqu’un d’autre.
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/12/13/en-alabama-la-victoire-democrate-est-un-revers-politique-majeur-pour-trump_5228739_3222.html
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13427
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Mer 13 Déc 2017 - 19:54

C'était la troisième fois qu'il se présenterait à ce poste ! Il est connu pour des prises de position ultra religieuse ....

J'espère que Trump s'en prendra d'autre Smile

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 22262
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Dim 31 Déc 2017 - 21:39

Citation :
Forces américaines: Trump ou pas, les personnes transgenres pourront s’enrôler dès lundi
 
par La rédaction  le 30 décembre 2017   Amériques Monde  



Les silhouettes de membres des forces armées américaines saluant sur fond de drapeau multicolore illustrant les célébrations du
mois de la fierté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre à la base aérienne de Cannon au Nouveau Mexique en juin 2014.
(Archives/SHELBY KAY-FANTOZZI / U.S. AIR FORCE)


Le département de la Justice des États-Unis ayant confirmé avoir mis sur la glace sa proposition d’interdire aux personnes transgenres de servir dans les forces armées américaines, ces dernières pourront commencer à s’enrôler dès lundi, l’interdiction annoncée par Donald Trump en juillet ayant échoué le test des tribunaux.

Plusieurs juges fédéraux avaient bloqué une partie ou la totalité cette interdiction annoncée par Trump sur son compte twitter et le Pentagone était censé commencer à accepter des recrues transgenres à partir du 1er janvier, conformément à la décision prise l’année dernière par l’administration de Barack Obama.

Mais l’administration Trump n’en démordait pas et le département de la Justice avait déposé un recours qui demandait que l’obligation faite au Pentagone d’accepter les recrues transgenres soit au moins repoussée.

Le 11 décembre, une juge fédérale américain avait rejeté un recours du gouvernement qui aurait repoussé la date de l’ouverture des forces armées aux recrues transgenres, leur permettant plutôt s’enrôler dès le 1er janvier comme prévu.«Le tribunal ne repoussera pas son injonction préliminaire» [datant du 30 octobre 2017, NDLR], avait décidé la juge Colleen Kollar-Kotelly.

Cette décision représentait un camouflet pour le président américain qui avait tweeté en juillet que les personnes transgenres ne pourraient servir dans l’armée «en aucune capacité». Mais l’administration Trump s’entêtait encore.

Finalement cette semaine, deux cours d’appel fédérales, l’une à Washington et l’autre en Virginie, ont rejeté la demande de l’administration de suspendre les ordres des juges des tribunaux inférieurs exigeant que les militaires commencent à accepter les recrues transgenres dès le 1er janvier.

Dans la dernière décision, celle rendue par le juge Jesus Bernal de la U.S. District Court à Riverside, qui statuait sur une plainte déposée au nom de sept plaignants qui souhaitent servir dans l’armée, y compris Aiden Stockman, un homme transgenre de Californie qui veut rejoindre l’armée de l’air, le juge a convenu avec les plaignants que l’interdiction du président discriminait indûment en fonction du sexe ou du genre et, par conséquent, violait la promesse faite par la Constitution d’une égale protection des lois.

« Il faut se souvenir », avait pour sa part déclaré un peu plus tôt la cour d’appel américaine du district de Columbia, que les personnes transgenres qui se sont rendues au tribunal cherchent « à servir leur nation avec honneur et dignité, à faire face à des épreuves extrêmes, à subir de longs déploiements et la séparation de leur famille et de leurs amis et à faire volontairement le sacrifice ultime de leur vie si nécessaire.  »

Aujourd’hui, à court de temps, l’administration Trump doit pour le moment renoncer à bannir les personnes transgenres, n’en déplaise à sa base conservatrice chrétienne. Tard vendredi soir, le département de la Justice a révélé que le Pentagone publierait prochainement une étude indépendante, mais que l’administration Trump ne porterait pas entre temps la cause en appel en Cour Suprême.

Toutefois, l’avenir des personnes transgenres dans les rangs de l’armée américaine n’en demeure pas moins incertain.

Le département de la Justice n’a évidemment pas renoncé de façon définitive à sa bataille judiciaire pour bannir les personnes transgenres de l’armée, mais a plus simplement décidé d’attendre la publication au cours des prochaines semaines des résultats de la nouvelle étude du Pentagone sur la question avant d’aller plus loin.

Entre temps, le Pentagone a pour sa part annoncé qu’il permettrait aux personnes transgenres d’intégrer l’armée à compter du 1er janvier, et ce, jusqu’à ce que le conflit soit réglé. Les personnes transgenres peuvent donc s’enrôler dans l’armée à compter du 1er janvier et celles qui sont déjà en service sont pour l’instant à l’abri de toute démobilisation.

«Nous sommes soulagés de voir que nous n’aurons pas à mettre sur pause les droits constitutionnels des personnes transgenres qui veulent servir leur pays et qui sont capables de le faire», a indiqué Peter Renn, le principal avocat de Lambda Legal, l’un des groupes qui se battent contre l’interdiction devant les tribunaux.

Voilà un rare exemple d’un changement majeur dans la politique militaire américaine, malgré l’opposition du commandant en chef. Mais il était également inhabituel pour un président, font observer plusieurs commentateurs, de tenter mettre un terme à une politique de cette importance par un tweet. Un tweet d’ailleurs qui a surpris tout le monde, à commencer par le secrétaire à la Défense, James Mattis, qui était encore à réétudier la question à la demande du président au moment de l’annonce par Trump de l’interdiction sur son compte twitter personnel.

Malgré les rebuffades devant les tribunaux, Trump continuait d’insister pour que le Pentagone ne poursuive pas le plan de l’administration Obama de mettre fin à l’interdiction d’enrôler des personnes transgenres en 2017. L’administration sortante avait pourtant mené une longue étude au sein de forces armées et financé une analyse poussée du groupe de réflexion RAND qui s’était avérée concluante et démontrait clairement que les personnes transgenres ne représentaient pas un fardeau inacceptable pour les forces armées.

Et l’Australie, le Canada, Israël et le Royaume-Uni n’ont subi aucune perte d’efficacité opérationnelle, d’état de préparation ou de cohésion après avoir recruté du personnel transgenre.

Devant l’insistance de Trump, le secrétaire à la Défense, James Mattis, avait dans un premier temps reporter le moment où les personnes transgenres pourraient s’enrôler.

Mais cela ne suffisait pas au milliardaire populiste américain qui voulait en finir tout de suite a été jusqu’à appeler également les militaires à «libérer» le personnel transgenre et à mettre fin au financement des «procédures chirurgicales de réaffectation sexuelle».

N’eut été de l’intervention des tribunaux, derniers remparts contre les assauts de l’administration, les droits des personnes transgenres qui veulent servir ou servent déjà honorablement leur pays auraient été bafoués de façon honteuse et irrémédiable.

http://www.45enord.ca/2017/12/forces-americaines-trump-ou-pas-les-personnes-transgenres-pourront-senroler-des-lundi/  
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1852
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 12 Jan 2018 - 16:33

Surprised

AFP a écrit:

Donald Trump traite plusieurs pays africains de « pays de merde »




Donald Trump s'est emporté jeudi lors d'une réunion avec des parlementaires à la Maison Blanche, cette fois, il était question d'immigration. Le locataire de la Maison-Blanche a qualifié plusieurs nations africaines, Salvador et Haïti de "pays de merde".

Le milliardaire républicain recevait dans le Bureau ovale plusieurs sénateurs, dont le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin, pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial et de restreindre l’accès à la loterie pour la carte verte. En échange, l’accord permettrait d’éviter l’expulsion de milliers de jeunes, souvent arrivés enfants aux États-Unis.

« Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? », a demandé le président Trump lors des discussions, selon le Washington Post, qui cite plusieurs sources anonymes. (La phrase exacte, en anglais, étant : « Why are we having all these people from shithole countries come here ? »)

Des Norvégiens plutôt que des Haïtiens

Selon ces sources, l’homme d’affaires devenu président faisait référence à des pays d’Afrique ainsi qu’à Haïti et au Salvador, expliquant que les États-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège, dont il a rencontré la Première ministre la veille. « Pourquoi avons-nous besoin de plus d’Haïtiens ? », aurait encore demandé le président, selon le quotidien.

De son côté, le New York Times, qui fait état également des mêmes propos du président, citant des participants non identifiés à la réunion, avait rapporté en juin dernier que Donald Trump avait assuré lors d’une autre réunion sur l’immigration, que les Haïtiens « ont tous le sida ». La Maison-Blanche avait alors démenti.

Membre du Congrès, le démocrate Luis Gutierrez a réagi en déclarant: « Nous pouvons dire maintenant avec 100% de certitude que le président est un raciste qui ne partage pas les valeurs inscrites dans notre Constitution ».

Sa collègue républicaine Mia Love, d’ascendance haïtienne, a jugé pour sa part « désobligeants » et « clivants » les propos présidentiels et demandé des excuses. « Cette attitude est inacceptable de la part du chef de notre nation », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

L’ancien Premier ministre Haïtien, Laurent Lamothe, a s’est indigné contre le « manque de respect et l’ignorance » du président Trump sur son compte Twitter.

La défense de Trump : l’attaque

La Maison-Blanche n’a pas nié que le président américain a tenu ces propos. « Certaines personnalités politiques à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain », a souligné un porte-parole de l’exécutif, Raj Shah, dans un communiqué.

« Comme d’autres nations ayant une immigration fondée sur le mérite, le président Trump se bat pour des solutions durables qui renforcent notre pays en accueillant ceux qui contribuent à notre société, font croître notre économie et s’assimilent à notre grande nation », a-t-il poursuivi.

Les parlementaires étaient présents pour évoquer les discussions entre les responsables des deux partis pour encadrer le sort des « Dreamers », les jeunes bénéficiaires du programme appelé Daca (Deferred Action for Childhood Arrival), hérité de l’administration Barack Obama. Les négociations sont ardues entre la Maison-Blanche et les parlementaires sur ce projet.

En septembre, le président Trump a abrogé le programme qui a permis à 690 000 jeunes, entrés illégalement aux États-Unis alors qu’ils étaient enfants, de travailler et d’étudier en toute légalité en les protégeant de l’expulsion. Il a donné jusqu’au 5 mars au Congrès pour trouver un compromis.

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13427
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 12 Jan 2018 - 16:57

Mieux il a inventé le F-52 de call of lol!

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 10020
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 12 Jan 2018 - 17:09

pas certain que les norvégiens veuillent émigrer dans un pays de M.... Rolling Eyes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kursad2
Sous lieutenant
Sous lieutenant
avatar

messages : 637
Inscrit le : 23/12/2016
Localisation : Moyen-Orient
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   Ven 12 Jan 2018 - 17:53

Fahed64 a écrit:
Mieux il a inventé le F-52 de call of lol!

C'est un lapsus révélateur sur un programme de drone/avion de 6ème génération de Northop.

_________________
𐰰𐰼𐰇𐱅

"Il n'y a, dans le monde, ni oppresseurs, ni opprimés. Il y a ceux qui tolèrent qu'on les opprime et ceux qui ne le tolèrent pas. Les Turcs sont de ces derniers." (Mustafa Kemal)

"Les peuples qui n'auront pas développer les technologies robotiques devront se battre contre des robots"

https://twitter.com/RestitutorOrien
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/RestitutorOrien
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La politique américaine comme si vous y étiez...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La politique américaine comme si vous y étiez...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 22 sur 22Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
 Sujets similaires
-
» PETRA - Jordanie - comme si vous y étiez NE PAS LOUPER
» Le Saint-claude comme si vous y étiez.
» vous avez quoi comme deuxieme poussette?
» photos du monde comme vous ne l’avez jamais vu !
» Comme vous avez pu voir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: