Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21886
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Dim 20 Déc 2015 - 21:32

Citation :
19 déc 2015

Les Casques bleus Nigériens de la MINUSCA reçoivent la médaille de l’ONU




Ce vendredi 18 décembre 2015, 44 Casques bleus du Contingent nigérien de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), 16 policiers et 15 gendarmes parmi eux 4 femmes, ont reçu la médaille de la paix des Nations Unies. Une médaille attribuée par le Représentant du Secrétaire général des Nations Unies en République Centrafricaine et Chef de la MINUSCA, Parfait Onanga- Anyanga.

Etaient également présents le Commissaire de Police de la MINUSCA, Luis Miguel Carrilho ; le Commandant de la Force, le Général Balla Keita, le Chef d’Etat-major de la Police de la MINUSCA, Hector Founa7 et le Chargé des Opérations, Soulemanou Ngansop.

Le Contingent du Niger, au service de la MINUSCA depuis le 8 septembre 2014, comprend 44 Casques bleus, Policiers et gendarmes, affectés dans les différentes sections de la Police de la MINUSCA. Ils servent en tant qu’officiers de police individuels (ils ont été recrutés individuellement pour servir à la Police de la MINUSCA).

Cette décoration a coïncidé avec la célébration du 57eme anniversaire de l’accession du Niger à l’indépendance, le 18 décembre 1958.

Le Commandant du Contingent du Niger, le Commissaire Anifa Mamadou dira : « La paix que nous voulons pour notre pays le Niger, nous la voulons aussi pour le reste du monde », puis il invitera son contingent a être fier de la distinction reçue et à cultiver davantage la fraternité avec les autres contingents pour mieux servir la mission à eux dévolue pour le salut de la Centrafrique. « C’est une grande nécessité pour nous de faire notre travail avec professionnalisme, sérieux et engagement », conclura-t-il.

Le Commissaire Luis Miguel Carrilho, a expliqué, à son tour, que « la médaille de l’ONU symbolise la reconnaissance de cette organisation pour les risques pris, les efforts consentis pour avancer le pays vers la paix et un Etat de droit, dans le but d’un bon épanouissement des citoyens centrafricains. » Il a remercié les récipiendaires pour avoir exercé leur devoir avec courage malgré la situation extrêmement difficile et tendue qui prévaut dans le pays.

Le Représentant du Secrétaire général des Nations Unies en République Centrafricaine et Chef de la MINUSCA a reconnu le mérite des femmes et hommes en uniformes qui seront décorés. Il leur demandera de redoubler d’efforts pour soutenir le processus électoral en cours : « C’est ce processus seul qui permettra à la Centrafrique de sortir de cette crise politico-sécuritaire…»

Le premier Contingent du Niger a été déployé en Haïti en 1996, puis aux Comores, au Kossovo, au Timor Oriental, au Soudan, au Burundi, Libéria, Sahara Occidental, Tchad, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Mali et République Centrafricaine.

http://minusca.unmissions.org/les-casques-bleus-nig%C3%A9riens-de-la-minusca-re%C3%A7oivent-la-m%C3%A9daille-de-l%E2%80%99onu
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Lun 18 Jan 2016 - 16:08

Citation :
ilitaires nigériens tués samedi dans une action de Boko Haram à Kablewa (Diffa)


Selon une radio privée "Anafani" de Niamey, qui rapportait cette information dans son journal de samedi soir, confirmée par d'autres sources militaires sur place, ces éléments des FDS ont trouvé la mort lorsque leur véhicule a sauté sur un engin explosif, alors qu'ils étaient en patrouille dans une zone où sévit souvent la secte islamiste armée à travers des actions isolées.

Ces sources, qui n'ont donné aucun bilan du coté des assaillants, ont toutefois précisé que cette attaque a été suivie d'intenses actions des forces aériennes nigériennes dans toute la zone.

Ces attaques isolées du groupe terroriste depuis quelques temps dans la région de Diffa, rappelle-t-on, interviennent en dépit de la proclamation de l'état d'urgence depuis plusieurs mois dans cette partie du Niger.

Depuis le 6 février 2015, les localités de Bosso et Diffa, toutes frontalières du Nigeria, subissent des attaques à répétition de Boko Haram, à partir de ses positions nigérianes, qui ont fait des centaines de victimes civiles et militaires nigériens; de même, plus d'un millier de combattants de Boko Haram ont été éliminés, et autant d'éléments de la secte également arrêtés.


http://www.actuniger.com/societe/11055-6-militaires-nig%E9riens-tu%E9s-samedi-dans-une-action-de-boko-haram-%E0-kablewa-diffa.html



Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Sam 23 Jan 2016 - 10:09

Citation :
Niger : révélations sur la tentative de putsch
Publié le 22 janvier 2016 à 20h16 — Mis à jour le 22 janvier 2016 à 20h19


Directement impliqué aux côtés d'autres unités dans la tentative de coup d'État déjouée à la mi-décembre, le Groupe d'intervention des forces spéciales a été, selon nos informations, dissous il y a plus d'une semaine sur ordre du président Mahamadou Issoufou.


Ce corps d’élite antiterroriste était composé d’une centaine d’hommes formés par des instructeurs français. Il était logé au sein même du complexe présidentiel et était parfois présenté comme le bras armé de la Direction de la sécurité extérieure (DGDSE), les services spéciaux. Or le commandant Issoufou Oumarou, son patron, était l’un des chefs du complot. Avec l’arrestation, le 12 janvier à Lomé (Togo) où il s’était réfugié, de l’un des adjoints de ce dernier (il a été depuis extradé vers le Niger), tous les officiers soupçonnés d’être impliqués sont sous les verrous. C’est le 15 décembre que le groupe a été démantelé, le « coup » – qui comportait notamment le bombardement du palais présidentiel par des hélicoptères Mi-35 et sa prise d’assaut par le groupe du commandant Oumarou – étant prévu pour le 18. Les putschistes, dont certains avaient confié leurs projets à des marabouts et cherché à sensibiliser à leur cause des membres de la Garde présidentielle, ont manifestement manqué de prudence et de discrétion.

Le général Souleymane Salou a depuis sa cellule écrit une lettre au président Issoufou dans laquelle il sollicite son pardon
Ceux qui étaient absents de la capitale ont ainsi naïvement répondu à des convocations individuelles leur enjoignant de se rendre à Niamey pour affaire les concernant, sans se douter qu’ils allaient y être cueillis par la gendarmerie. Celui qui était censé prendre la tête de la junte, le général Souleymane Salou, qui était chef d’état-major sous le régime précédent, a depuis sa cellule écrit une lettre au président Issoufou dans laquelle il sollicite son pardon et affirme qu’il n’avait pas l’intention de l’éliminer. Chargée de l’affaire, la justice militaire a déjà procédé à une douzaine d’inculpations. Le procès ne se tiendra pas avant plusieurs mois.



http://www.jeuneafrique.com/mag/294417/politique/niger-revelations-tentative-de-putsch/



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21886
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Mar 10 Mai 2016 - 14:25

Citation :
10.05.2016

ISR in Africa: des Cessna 208B pour le Tchad, le Niger, le Cameroun



Les USA poursuivent leur effort d'équipement des forces armées africaines en moyens ISR. C'est ce que montrent deux avis lus dans la liste des marchés annoncés lundi soir par le Pentagone. Trois pays africains de la région du Lac Tchad vont en profiter: Tchad, Niger et Cameroun.

Cet effort s'inscrit dans l'enveloppe du "Counterterrorism Partnerships Fund" (CTPF) qui prévoit 105 millions$ pour la FY 2016 et 125 millions$ pour la FY 2017.

Deux entreprises sont citées dans ces avis:
- North American Surveillance Systems
- L3C


Citation :
North American Surveillance Systems, Titusville, Florida, has been awarded a $39,983,647 firm-fixed-price, undefinitized contract action. Contractor will provide modification and integration of intelligence, surveillance and reconnaissance capabilities into Cessna 208B aircraft, training, and field service representative support. Work will be performed at Titusville, Florida, and is expected to be complete by Sept. 30, 2019. This contract involves pseudo foreign military sales to Chad, Cameroon, Niger and Philippines. This award is the result of a sole-source acquisition. Fiscal 2016 Section 2282 and counter-terrorism partnership funds in the amount of $19,751,000 are being obligated at the time of award. Air Force Life Cycle Management Center, Wright-Patterson Air Force Base, Ohio, is the contracting activity (FA8620-16-C-4015).
L-3 Communications Corp., doing business as Communication Systems West, Salt Lake City, Utah, has been awarded a $14,185,927 firm-fixed-price, undefinitized contract action for Cessna 208B intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) program production of ISR capabilities and spares. Work will be performed at Salt Lake City, Utah, and is expected to be complete by Sept. 30, 2017. This contract involves foreign military sales to Chad, Cameroon, Niger and Philippines. This award is the result of a sole-source acquisition. Fiscal 2016 Section 2282 and counter-terrorism partnership funds in the amount of $7,000,673 are being obligated at the time of award. Air Force Life Cycle Management Center, Wright-Patterson Air Force Base, Ohio, is the contracting activity (FA8620-16-C-4014).

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/05/10/isr-in-africa-des-cessna-208b-pour-le-tchad-le-niger-le-came-16152.html
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8149
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Lun 16 Mai 2016 - 12:30

Citation :
Damen Delivers Four Stan Patrol 1605 Patrol Vessels to Nigerian Navy


Damen Shipyards has delivered four patrol vessels to Nigeria. The delivery was completed by C&I Leasing Plc after the conclusion of the sea trials. The four Damen Stan Patrol 1605 boats will carry security patrols and escort operations for the LNG tankers docking at the country’s Bonny LNG terminal.






http://worlddefencenews.blogspot.com/





Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21886
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Jeu 8 Sep 2016 - 17:49

Citation :
 4e Régiment de chasseurs- 4RCH

Barkhane : un détachement d'instruction opérationnelle du SGD Lyautey forme une section des forces armées nigériennes

De juin à juillet 2016, un détachement de soldats du 4e RCh, engagé au sein du sous groupement Désert Lyautey, est déployé au Niger afin d’encadrer une instruction opérationnelle au profit des forces armées nigériennes (FAN).

Dans un premier temps, les deux patrouilles du SGD Lyautey assurent la protection de l’emprise d’Aguelal, menant en parallèle des patrouilles de reconnaissance et de contrôle de zone afin de connaitre et maitriser le terrain.
Dans un second temps, sous l’autorité du chef de corps du 23e Bataillon interarmes nigérien, les cavaliers montagnards débutent la formation de la section nigérienne : instruction sur le tir de combat (ISTC), contre-IED, combat de nuit, combat en localité et combat en montagne. L’objectif est multiple car au-delà de l’apprentissage de ces savoir-faire techniques, il s’agit de faire manœuvrer ensemble une section hétérogène afin qu’elle devienne la 1re compagnie d’intervention du bataillon. L’enjeu est donc de taille.

C’est donc extrêmement motivés que les militaires du SGD Lyautey forment et conseillent leurs frères d’armes nigériens dans leur montée en puissance.
Il est à noter que la zone d’Aguelal est particulièrement adaptée à l’entraînement opérationnel. Située à l’Ouest du massif de l’Aïr (massif montagneux culminant à 2000 mètres d’altitude), elle offre des immensités de sable, des zones rocheuses contraignantes et exigeantes ainsi que quelques zones marécageuses. De jour comme de nuit, les soldats mènent alors des exercices de contrôle de zone, des infiltrations à pied, des prises d’assaut de hameau, des reconnaissances dans le désert et des combats débarqués en montagne. Chaque interception de véhicule, chaque action de secourisme ou de combat ou contre-IED améliorent les réflexes opérationnels et la coordination au sein du groupe.

Au fil des semaines, l’instruction renforce un peu plus les liens d’amitié entre les deux armées et offre des moments privilégiés pour chacun des soldats.
L’immersion des soldats français au cœur des forces armées nigériennes a notamment permis d’approfondir les connaissances sur les troupes africaines et de découvrir un autre armement tel que l’AK47 dont le tir fut très apprécié de tous.

En appuyant les armées des pays du G5 Sahel dans leurs actions de formation, les soldats de l’opération Barkhane contribuent directement au renforcement de leurs capacités.
Ce partenariat existe depuis le 1er août 2014 et regroupe 3 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.







Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21886
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Ven 7 Oct 2016 - 19:42

RIP

Citation :
Au moins 22 soldats nigériens tués lors de l’attaque d’un camp de réfugiés


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 07-10-2016




Un groupe non identifié, fort d’une quarantaine d’hommes armés, a attaqué, le 6 octobre, le camp de réfugiés maliens de Tazalit, dans le nord du Niger, à environ 180 km de la frontière malienne.

Selon les premiers éléments disponibles – qui demandent encore à être confirmés – les assaillants seraient arrivés sur le site à bord d’une douzaine de véhicules et d’une moto avant de surprendre les militaires nigériens affectés à la surveillance et à la protection des lieux. Ces derniers ont subi une lourde perte : au moins 22 d’entre eux ont été tués. En outre, un réfugié a été blessé par une balle perdue.

« Nous avons été informés d’une attaque sur le camp de Tazalit. Pour l’instant, on nous a dit qu’il y a 22 morts mais ce n’est pas le bilan définitif. Il pourrait s’alourdir », a en effet déclaré le Premier ministre nigérien, Brigi Rafini.

Après leur attaque, les assaillants ont pris la direction du nord-ouest, certainement vers le Mali, en emportant des armes, des munitions et au moins un véhicule de l’armée nigérienne. Des moyens de la force française Barkhane (*) auraient été engagés afin de retrouver leur trace.

Ce n’est pas la première fois qu’un camp de réfugiés maliens (qui seraient 54.000 au Niger selon l’UNHCR) est attaqué. Celui de Tabareybarey, situé à une dizaine de kilomètres de la ville d’Ayorou, avait également été visé, dans la soirée du 10 septembre, par des hommes armés. Trois civils y laissèrent la vie. Même chose pour celui de Mangaize, en octobre 2014. Là, selon Niamey, 9 membres des forces de sécurité y furent tués.

Pour le moment, aucune précision sur l’identité des assaillants du camp de Tazalit n’a été officiellement donnée. Si le nord du Niger, comme d’ailleurs l’ensemble de la bande sahélo-saharienne (BSS), est une région où proliférent des réseaux criminels, la piste jihadiste est la plus probable. Cela étant, la frontière entre les groupes terroristes et les trafiquants est poreuse, comme le souligne l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime.

Les groupes criminels, note-t-il, « utilisent d’anciennes routes caravanières pour divers trafics : résine de cannabis et de cocaïne, contrebande de médicaments et même trafic d’êtres humains. » Et d’ajouter que le « phénomène insurrectionnel et le terrorisme salafiste compliquent les investigations dans cette zone instable », d’autant plus que « l’interconnexion entre groupes terroristes et réseaux criminels traditionnels rend le travail des enquêteurs sérieusement plus compliqué. »

Par ailleurs, l’attaque de Tazalit est la plus meurtrière pour l’armée nigérienne depuis celle de Bosso, commise en juin dernier par les jihadistes du groupe nigérian Boko Haram. Selon un bilan finalement révisé à la baisse, 24 soldats nigériens avaient été tué dans cette ville située près de la frontière avec le Nigéria.

(*) À noter que le dernier compte-rendu de l’État-major des armées (EMA) ne fait aucune mention de Barkhane. Une première depuis août 2014.

http://www.opex360.com/2016/10/07/au-moins-22-soldats-nigeriens-tues-lors-de-lattaque-dun-camp-de-refugies/
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1894
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Mer 2 Nov 2016 - 20:57

Citation :
Bases militaires occidentales au Niger : pour quoi faire ?

Les bases militaires se multiplient au Niger. Après les Etats Unis et la France, l’Allemagne envisage d’en installer une nouvelle. La raison : la lutte contre le terrorisme. Est-ce le seul argument ? Dans son article, ALASSANE SOUFOUYANOU Abdourahimoune, exprime son doute quant à la réelle volonté des puissances étrangères installant des bases militaires en Afrique et singulièrement au Niger. Il note un défaut de communication d’informations stratégiques entre ces puissances et les forces armées nationales mais note surtout que ces puissances occidentales, principales cibles du terrorisme, importent les problèmes, les accentuent, sans les résoudre. La lutte contre le terrorisme semble donc un prétexte pour accéder à toutes les riches matières premières qu’abrite le Niger.

Le 10 octobre 2016, la Chancelière allemande Angela Merkel a rendu une visite officielle en République du Niger. Cette visite s’est effectuée en prélude à l’installation très imminente d’une base militaire allemande au nord du Niger qui sera la 3ème après celle des Etats Unis et de la France. Officiellement, ces bases militaires sont installées pour lutter contre le terrorisme de Boko Haram et des autres groupes terroristes au Sahel notamment au Mali et au Niger. Est-ce leur véritable motivation ?

A la veille de la visite de la Chancelière allemande au Niger, un camp de réfugiés maliens sur le territoire nigérien a été attaqué, générant 22 morts et plusieurs blessés. Le 17 octobre 2016, des terroristes ont attaqué la prison de haute sécurité de Koutou-Kallé à une quarantaine de kilomètres de Niamey. Deux jours avant, le 15 octobre 2016, un humanitaire américain a été kidnappé par des éléments du MUJAO venant du Mali, son garde du corps et une tierce personne assassinés par les assaillants. Trois attaques terroristes en moins d’une semaine pour un pays qui abrite des bases aériennes et terrestres de deux grandes puissances militaires.

Avec tous les effectifs et les moyens logistiques déployés, on s’étonne que des militaires nigériens, basés presque dans les mêmes environs, ne soient pas informés de la préparation d’attaques sur leur position. Or, ces bases militaires de par leurs moyens et leur positionnement (Niamey, Agadez et Diffa), couvrent l’essentiel du Niger et du Sahel. Toutes les poches de conflits sont surveillées par des drones et avions de surveillance. Cela signifie raisonnablement qu’il n’y a pas un partage de renseignements collectés par les occidentaux avec les militaires nigériens. C’est ce manque de coopération qui étonne et frustre les Nigériens qui se demandent légitimement à quoi bon servent ces bases si ce n’est pas pour collaborer avec l’armée locale.

Par ailleurs, l’existence même des bases occidentales sur le territoire est un danger car pouvant attirer les hordes des terroristes qui se jurent d’attaquer l’Occident et ses alliés partout dans le monde. Les combattants de l’EI en Libye peuvent, pour se venger des bombardements occidentaux, s’attaquer au Niger. C’est d’ailleurs un des facteurs qui explique les incessantes attaques terroristes sur le territoire nigérien. Autrement dit, sur le plan miliaire ces bases produisent des effets contraires aux résultats escomptés.

Sur le plan économique, ces bases remplissent des missions de contrôle des approvisionnements en matières premières. Il n’est un secret pour personne que les mines d’Areva au Niger approvisionnent une importante partie des centrales nucléaires françaises. Pour assurer la stabilité de cet approvisionnement, un détachement de militaires français est affecté à la protection de ces mines. Le sous-sol sahélo saharien est riche en ressources naturelles. De l’uranium au pétrole en passant par l’étain, le phosphate, le sel, l’or et bien d’autres minerais. Ce qui explique « des stratégies de positionnement, de prise de contrôle, d’encerclement et de contre-encerclement […] à la définition des enjeux géopolitiques et géoéconomiques de la zone sahélienne. »[1]. Les Occidentaux concurrencent, via les bases militaires, les positions de la Chine qui est un partenaire de plus en plus incontournable en Afrique. Au Niger, la Chine est présente dans le secteur pétrolier avec la SORAZ qui est une coentreprise entre la CNPC (China National Petroleum Coorporation) et l’Etat du Niger. Elle est également présente dans l’or et l’uranium avec la China National Nuclear Coorporation (CNNC). Mieux, la Chine a failli ravir la vedette aux Français en étant très proche de remporter les concessions uranifères d’Imouraren. Précisons que l’Allemagne, dernier pays venu au Niger, est également présent dans l’exploitation de l’uranium à travers la Compagnie Urangeselschaft, actionnaire dans la SOMAÏR (Société des Mines de l’Aïr). Dans le charbon, ils sont en phase de reprendre le marché de la Centrale thermique de Salkadamna (qui est en principe aux mains des Américains). Dans le domaine militaire, la Chine n’a pas encore de projet officiel d’installer une base au Niger. Mais compte tenu de son importance économique, l’empire du milieu pense au Niger, ce n’est qu’une question de temps. Au-delà des ressources traditionnelles que constituent le pétrole, le charbon et l’uranium, le Niger dispose d’importants gisements de métaux rares qui peuvent attiser l’intérêt des Occidentaux. Il s’agit du gallium, du dysprosium, du niobium ou encore du zirconium. Ces métaux entrent dans la fabrication de pratiquement tous les produits de haute technologie comme les smartphones, les tablettes, les satellites, etc.

L’autre enjeu derrière l’installation de ces bases militaires, et non le moindre, est la lutte contre la migration clandestine vers les pays de l’Europe et le trafic de drogue. En effet, les routes du trafic de drogue et de migrants se croisent au Niger. La cocaïne produite en Amérique Latine en direction des Etats Unis et de l’Europe transite notamment par le Niger[2] (passe de Salvador). Depuis la chute du guide libyen, la migration clandestine vers l’Europe a repris de plus belle. Pour lutter contre ces phénomènes les Européens créent ou financent des centres de rétention et ou de transit de migrants à Agadez, Dirkou et Niamey. Ainsi, un financement de 50 milliards de Francs CFA est accordé au Niger par l’Union Européenne pour financer cinq projets entrant dans le cadre du plan d’action du sommet de la Valette (UE-Afrique) sur les migrations. En contrepartie, le Niger a accepté d’entraver la libre circulation de citoyens ouest africains, et ce contre les dispositions de l’UEMOA. Pire, il a accepté de réadmettre ceux qui ont fait l’objet d’expulsions du territoire Européen. Le Niger sert de frontières extérieures à l’Union Européenne. C’est à croire que le Niger est devenu le gendarme de l’Europe en matière sécuritaire et de lutte anti-migratoire.

Avec l’installation tout azimut des bases étrangères au Niger, c’est la souveraineté économique et territoriale qui se trouve aliénée tout en offrant un champ de bataille légitime aux terroristes.

ALASSANE SOUFOUYANOU Abdourahimoune, Doctorant nigérien en droit international des droits de l’Homme (DIDH).

http://www.afrik.com/bases-militaires-occidentales-au-niger-pour-quoi-faire
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21886
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Mer 25 Jan 2017 - 19:29

Citation :
Le Burkina Faso, le Niger et le Mali vont créer une force militaire conjointe


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 25-01-2017




Dans un entretien accordé au quotidien Le Monde, en décembre, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, avait avancé l’idée de créer une « force régionale » avec les autres pays du Sahel afin de lutter contre les groupes jihadistes.

Mais la Mauritanie ne sera pas concernée par l’initiative que viennent de lancer le Mali, le Burkina Faso et le Niger. En effet, ces trois pays, affectés par les actions des organisations jihadistes implantées au Sahel, ont décidé de mettre sur pied une force conjointe destinée à lutter contre l’insécurité dans la zone du Liptako-Gourma, qui, chevauchant leurs frontières respectives, est « en passe de devenir un sanctuaire de groupes terroristes. »

Cette décision a été prise le 24 janvier à Niamey, à l’occasion d’un sommet de l’Autorité du Liptako-Gourma (ALG), une organisation créée en 1970 afin de promouvoir les ressources de cette région et d’en assurer le développement économique. Cette zone, d’une superficie de 370.000 km², abrite 45% de la population totale des trois pays concernés.

« Nous avons décidé (…) de la mutualisation de nos moyens de renseignements, de nos capacités (militaires) opérationnelles pour faire face à la situation sécuritaire dans cette zone », a expliqué Mahamadou Issoufou, le président du Niger.

Cette Force multinationale de sécurisation du Liptako-Gourma (FMS/LG) s’inspire de celle qui a été créée par les pays du bassin du Lac Tchad (Nigéria, Cameroun, Niger, Tchad) et le Bénin pour lutter contre le groupe jihadiste Boko Haram [Force multinationale mixte, FMM, ndlr].



Seulement cette dernière bénéficie de financements extérieurs, l’Union européenne ayant, par exemple, accordé une aide de 55 millions d’euros. Or, pour le moment, aucun dispositif n’est prévu pour cette FMS/LG.

Mais pour M. Issoufou, comme « la Force multinationale mixte a beaucoup affaibli Boko Haram », alors « il n’y a pas de raison qu’on ne s’en inspire pas au niveau des trois frontières qui concernent le Burkina Faso, le Mali et le Niger. » D’autant plus que les circonstances l’exigent.

« Jadis havre de paix », la région du Liptako-Gourma « est en passe devenir un sanctuaire de groupes terroristes et de criminels de tous genres », explique le communiqué final publié à l’issue du sommet de Niamey. Et « malgré les efforts déployés par les Etats membres, en relation avec la communauté internationale (…) la situation sécuritaire demeure volatile et préoccupante », insiste-t-il.

La création d’une telle force multinationale était réclamée depuis plus mois par le président nigérien. « Face au terrorisme, nous n’avons d’autres choix que la mutualisation de nos forces et de nos moyens de défense et de renseignements », avait-il plaidé, en juin 2016. En outre, elle permettra de régler les problèmes de « droit de poursuite » qui demeurent au sein du G5 Sahel, créé en 2014 pour renforcer la coopération en matière de sécurité entre la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.

Reste à voir comme l’action de cette FMS/LG pourra s’articuler avec celle de la Force Barkhane. Théoriquement, et étant donné que les militaires français ont l’habitude de mener des missions « tripartites » avec leurs homologues maliens, nigériens et burkinabé, il ne devrait pas y avoir de problèmes.

Par ailleurs, et s’agissant de la région du Liptako-Gourma, la France a récemment lancé un projet « Appui à la coopération transfrontalière au Sahel » (ACTS), grâce à un financement du Quai d’Orsay et en liaison avec la Direction de la coopération de sécurité et de Défense (DCSD), avec pour objectifs d’améliorer la « gestion des espaces frontaliers pour lutter contre le terrorisme et les trafics illicites », d’instaurer des « relations de proximité et de confiance entre les populations locales et les autorités » et de mettre en oeuvre des « projets de développement inclusifs, en particulier dans le domaine du pastoralisme, de l’éducation et de la santé. »

http://www.opex360.com/2017/01/25/le-burkina-faso-le-niger-le-mali-vont-creer-force-militaire-conjointe/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21886
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Ven 11 Aoû 2017 - 22:38

Citation :
Germany donates 215 vehicles, 55 satellite phones to Niger Armed Forces


Written by Oscar Nkala, Friday, 11 August 2017


Ursula von der Leyen.The German government has donated 100 flat-bed military trucks, 115 motorcycles and 55 satellite phones to Niger for use by its special army and police counter-terrorism units to combat cross-border militancy and trafficking through the Agadez region of the Sahel.

The equipment was handed over to Nigerien Interior minister Mohammed Bazoum by German defence minister Ursula von der Leyen in Niamey on 31 July, who hailed the donation as further strengthening German defence relations with West Africa.

She said the equipment would help Niger combat the problem of people smuggling amid indications that the country was the main transit point for nearly 80% of the refugees and illegal immigrants who crossed the Sahara to Libya and sailed to Europe.

“Germany sees itself as a close partner of Niger and the entire Sahel region in the fight against terrorism, organized crime and human trafficking. The most sustainable security situation would be one where these countries are able to provide for their own security and stability, and to combat terrorism and organized crime," von der Leyen said.

Bazoum hailed the German donation saying it would help the country stop transnational terrorism, arms smuggling and various forms of trafficking, which have flourished due to insecurity.

Together with France, Germany supports the setting up of the G-5 Sahel regional counter-terrorism military alliance that is made of Niger, Mali, Mauritania, Burkina Faso and Chad.

The headquarters of the regional force is under construction in the Nigerien capital, Niamey. von der Leyen said in the long-term, Germany wants to see the region attaining capabilities to provide its own security to stop the advance of Islamic extremism.

Germany has nearly 1 000 soldiers based in Mali, where they run capacity-building, training and armament programmes for local army and police counter-terrorism units engaged in the fight against regional terrorism.

France has 4 000 troops operating in the Sahel as part of 'Operation Barkhane', a regional counter-terrorism effort that trains and runs joint military operations with local forces.

Meanwhile, the Canadian Department of National Defence has invited bids for the supply of 1.2 million rounds of ammunition for AK-47 type weapons for use in a counter-terrorism training and capacity building program for the army and police forces of Niger.

In terms of a solicitation notice posted on the government website Byandsell.gc.ca on 18 July (and amended on 1 August), the successful bidder or bidders will deliver two batches of 7.62 x 39mm (W8484-17XA25/A) cartridges to the Department of National Defense in Ontario by 31 December 2017.

"The contract quantity is 1,200,000 units at 200,000 units delivered on or before 30 August 2017 and 1,000,000 units delivered on or before 31 December 2017. The requirement is subject to the provisions of the Canadian Free Trade Agreement (CFTA). The end user entity is the Department of National Defence," read part of the notice.

Canadian Joint Operations Command Headquarters spokesman Captain Vincent Bouchard said the ammunition would be used in 'Operation Naberius', a programme that has trained the Niger Armed Forces in basic military skills, marksmanship and Intelligence Surveillance and Reconnaissance (ISR) operations.

“We take a little part of the ammunition each time we go to Niger, and this purchase is meant to be for the next few years providing training to our international partners. We are getting ready for the next editions of the training. That is why this procurement was required," Captain Bouchard said.

The Canadian Army training programme is based near the town of Diffa in southern Niger. The town sits on the front-line of the war against Nigerian-based regional Islamist militant group Boko Haram and has been attacked by the militants several times in the past two years

http://www.defenceweb.co.za/index.php?option=com_content&view=article&id=48873:germany-donates-215-vehicles-55-satellite-phones-to-niger-armed-forces&catid=50:Land&Itemid=105
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21886
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   Sam 7 Oct 2017 - 16:25

Citation :
Niger : inhumation des quatre militaires nigériens tués près du Mali


AFP 07/10/2017


Les quatre militaires nigériens tués mercredi dans une embuscade d'un groupe jihadiste à la frontière avec le Mali qui a aussi coûté la vie à quatre soldats américains, ont été inhumés samedi à Niamey, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le ministre nigérien de la Défense, Kalla Moutari, des membres du gouvernement, et Eunice Reddick, l'ambassadrice des Etats Unis, ont assisté à la levée des corps à la morgue de Niamey. Visages tristes, yeux larmoyants, les veuves, enfants et proches des soldats tués ont également pris part à la cérémonie.
Les défunts - trois soldats et un gendarme - ont ensuite été enterrés au cimetière de la ville.

Lors des oraisons funèbres, des militaires ont rendu hommage à leurs camarades "morts en mission commandée" et ont salué" leur "dynamisme" et leur "bravoure" dans la lutte contre "les terroristes". "Nous ne vous oublierons jamais" et "la Nation toute entière exprime sa plus grande reconnaissance pour le sacrifice consenti", ont-ils dit.

Une patrouille conjointe américano-nigérienne opérant dans la région de Tillabéri (sud-ouest) était tombée mercredi dans un guet-apens tendu par des "terroristes" à bord d'une dizaine de véhicules et une vingtaine de motos à hauteur du village de Tongo Tongo, situé à environ 80 km au nord-ouest de Ouallam (à une centaine de km de Niamey), selon un communiqué du ministère de la Défense du Niger. Quatre militaires nigériens ont été tués et huit blessés aux côtés d'éléments des forces spéciales américaines, qui ont également perdu quatre hommes dans cette embuscade visiblement très bien préparée, à la frontière avec le Mali.

Après l'attaque, le président nigérien Mahamadou Issoufou a convoqué jeudi une réunion extraordinaire du Conseil national de sécurité (CNS) pour "évaluer le dispositif sécuritaire" puis s'est entretenu avec l'ambassadrice des Etats-Unis, selon les médias officiels.

Niamey a décrété vendredi trois jours de deuil national "à la mémoire" des soldats disparus.

https://www.lorientlejour.com/article/1076913/niger-inhumation-des-quatre-militaires-nigeriens-tues-pres-du-mali.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Forces Armées Nigeriennes / Niger Armed Forces ( FAN )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les forces françaises en OPEX
» aller au bout de ses forces...
» Les Forces Morales
» FMR - Forces Maritimes du Rhin - Stagiaires pilotes du Génie
» FORCES MARITIMES DU RHIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Afrique-
Sauter vers: