Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant
AuteurMessage
Altay
Caporal chef
Caporal chef


messages : 152
Inscrit le : 22/03/2016
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 24 Juin 2016 - 15:54

bens.othman a écrit:
Altay a écrit:
des conservateurs au texas appelle a un referendum pour que le texas devienne indépendant
Plutôt suprématistes blancs.

ils sont pas tres loin mais le mouvement est bien lancé sur twitter
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 24 Juin 2016 - 16:01

Erdogan parle de référendum pour l'adhésion de la Turquie à l'UE

Bravo aux Britanniques.
Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Lieutenant
Lieutenant


messages : 742
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 24 Juin 2016 - 16:48

Personnellement je serais pas contre un éclatement du royaume uni !
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Aspirant
Aspirant


messages : 579
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 24 Juin 2016 - 16:58

Citation :

What to Expect After the Brexit

Analysis
June 24, 2016 | 06:38 GMT Print

Summary

In a historic referendum, British citizens voted to leave the European Union on June 23, with 51.9 percent of voters choosing an exit. For the first time since its creation in the mid-1950s, the bloc will soon lose a member. The move is triggering a chain of events that will be felt around the globe, and it pushes both Britain and the European Union into a prolonged period of uncertainty that will fundamentally change the future of Europe.

Analysis

The implications of the referendum will become clear in stages. In the immediate term, markets will react negatively to the results. The pound has already fallen by over 10 percent against the dollar and is on track for its worst single-day decline in 45 years. Outside the United Kingdom, emerging market currencies and oil prices are also dropping, and stock exchanges around the world are likely to follow, with money moving into havens such as the Japanese yen and gold. In recent days, markets had reacted optimistically to opinion polls saying the "remain" campaign would prevail. This suggests that their reaction in the coming days could be particularly hard. Japan's Nikkei index, for example, has already suffered its worst single-day fall since the Fukushima incident in 2011.

Depending on the depth of the negative market reactions, the European Central Bank (ECB) and the Bank of England will have to activate emergency agreements (such as a swap operation between pounds and euros to provide liquidity to banks) discussed in recent weeks. The ECB is meeting later on June 24 to discuss its next moves. The United Kingdom has a high chance of plunging into a recession, putting the Bank of England in an incredible bind: Cutting interest rates in an attempt to mitigate the risk of recession would hurt its currency even more, creating inflation concerns. But raising them to support the pound will choke off growth.

Thus, the coming days will be marked by uncertainty, which will affect financial and economic decisions by investors and households around the world. Bond yields in the eurozone periphery are also likely to increase as investors move to havens such as Germany. Depending on the pressure on those countries, the ECB's promise to do "whatever it takes" to protect the eurozone by intervening on debt markets will be tested.

Negotiating the Details of the Divorce
From a political point of view, the referendum could lead to the resignation of British Prime Minister David Cameron, who campaigned heavily for his country to remain in the European Union. Considering the frictions among the ruling Conservatives (roughly half the party's lawmakers supported the "leave" camp), new elections before the end of the year in Britain cannot be ruled out. The results will also reignite independence demands in Scotland and, to a lesser degree, Northern Ireland.


The referendum is not legally binding, which means the British Parliament could technically decide not to respect its outcome — though this would mean ignoring a vote in which more than 33 million citizens participated. The evolution of political events in the United Kingdom will determine when negotiations between London and Brussels over the withdrawal begin. According to EU treaties, countries that want to leave the bloc have to formally notify Brussels of their intentions, but the exact moment of the announcement is decided by the country in question. Members of the "leave" camp have said that there is no need to make such an announcement immediately and that London and Brussels should be allowed some time to negotiate informally.

The formal declaration of the intention to leave will trigger a two-year negotiation period, during which the United Kingdom and the rest of the member states will hammer out the terms of the divorce and the framework of their new relationship. It is worth keeping in mind that, while negotiations are taking place, the United Kingdom will remain a full member of the European Union. The free movement of goods, services, capital and people between Britain and the Continent should remain unchanged until at least mid-2018. Any agreements between London and Brussels will then have to be ratified by EU member states as well as the EU and British parliaments. This could further delay the exit process. In an event this unprecedented, those with a seat at the negotiating table will decide how to proceed based primarily on their interests, regardless of what the EU treaties say.

The United Kingdom will be intent on preserving its access to the EU common market, since roughly 45 percent of British exports go to EU countries and 53 percent of its imports come from the bloc. The United Kingdom's trade access will, however, need to be negotiated. The scope and depth of Britain's access to the common market will determine the extent to which the country will have to comply with EU regulations. Once EU norms are no longer enforced, the British Parliament will have to reintroduce, amend or abolish its laws currently in place. London and Brussels will also have to negotiate over the status of EU citizens living in the United Kingdom and British citizens living in the EU states.

Broader Implications
EU leaders will probably strike a hopeful tone about the future of the Continental bloc. In the coming days, member states led by Germany and France will send messages of unity and even portray the vote as an opportunity to continue with the process of Continental integration. But the British vote is the most dramatic event in a long process of political fragmentation in the European Union. Euroskeptic parties across the Continent will present Britain as an example to follow and, depending on the depth of the economic impact on the United Kingdom, their moderate rivals will be under pressure to make similar proposals. One of the most critical countries to watch in this regard is France, which faces elections in 2017 and whose main Euroskeptic party, the National Front, is already calling for a similar referendum. With Britain preparing its exit, the more France drifts from the core, the quicker the foundation of the European Union crumbles.


Over the longer term, the main effect of the British referendum will be geopolitical. Without Britain, the European Union will be missing a liberal, market-friendly member, potentially shifting the balance of power in the bloc to the more protectionist economies in the south. This could exacerbate tension between Northern and Southern Europe, which are already at odds over issues such as the Schengen Agreement and the management of the eurozone. A European Union without the United Kingdom will also be less relevant at the international level, as the bloc is about to lose one of its few members that has a true global presence militarily, diplomatically and economically. By the time London and Brussels end the negotiations over their disconnection, the Continental bloc will look very different from how it looks today.

https://www.stratfor.com/analysis/what-expect-after-brexit

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fulcrum
Victime
Victime


messages : 650
Inscrit le : 03/09/2015
Localisation : Algerien
Nationalité : Algerie

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 24 Juin 2016 - 16:59

Kurssad a écrit:
Erdogan parle de référendum pour l'adhésion de la Turquie à l'UE

Bravo aux Britanniques.


Les europeens sont contre l'entré de la turquie
Revenir en haut Aller en bas
bens.othman
Adjudant
Adjudant


messages : 319
Inscrit le : 29/03/2016
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 24 Juin 2016 - 17:08

Fulcrum a écrit:
Kurssad a écrit:
Erdogan parle de référendum pour l'adhésion de la Turquie à l'UE

Bravo aux Britanniques.


Les europeens sont contre l'entré de la turquie

Il ne sont pas contre, c'est la France qui est contre ! Et de tout façon je ne vois pas les turques reconnaître le génocide arménien (si tant est que ce soit vrai) qui est une des conditions pour intégrer l'UE.

_________________
" Ceux qui veulent aller vers l'avenir et voir l'avenir doivent avoir la mémoire longue "
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Altay
Caporal chef
Caporal chef


messages : 152
Inscrit le : 22/03/2016
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 24 Juin 2016 - 17:22

toute façon la turquie se developpe rapidement pas besoin de EU en crise economique qui va s'agraver avec le brixit en plus de la monté en puissance des groupes nationaliste, xenophobe qui sont pour l'eclatement de EU
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1334
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Sam 25 Juin 2016 - 1:43



L’Écosse demande à nouveau un référendum sur leur indépendance vis à vis du Royaume-Unis pour ensuite réintégré l'Union Européenne ......l’Irlande du Nord va surement suivre .......le brexit est entrain de faire exploser l'UK .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Sam 25 Juin 2016 - 4:44

Fulcrum a écrit:
Kurssad a écrit:
Erdogan parle de référendum pour l'adhésion de la Turquie à l'UE

Bravo aux Britanniques.


Les europeens sont contre l'entré de la turquie

A part peut être la France de Sarkozy, il n'y a pas de réelle opposition en Europe.

Le référendum en Turquie concernant l'adhésion à l'UE sonnera la fin de l'influence politique de l'UE. Car l'UE pouvait avoir un poids même limité en Turquie qui menaçait de suspendre l'adhésion de la Turquie.

Personnellement, ce qu'on doit faire est simple:

1- Mettre fin à l'adhésion de la Turquie.
2- Renégocier le marché commun en traité de libre échange afin de profiter des autres marché plus facilement.
3- Fin des visas pour l'UE.

La Politique turque vis à vis de l'UE doit être limité aux échanges économiques.

Et crée un grand marché commun avec les pays riches du monde musulman (Golfe, Malaisie, Turquie, Indonésie) dans un premier temps que pourrait rejoindre les autres pays.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Sam 25 Juin 2016 - 15:48

L'Ecosse va sans doute demandé un référendum pour l'indépendance. L'Irlande du Nord veut rejoindre l'l'Irlande. Le pays de Galles n'a pas d'envie sécessionniste.

C'est marrant comment un pays puissant qui a divisé les autres peut être divisé. La roue tourne.
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Aspirant
Aspirant


messages : 579
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Sam 25 Juin 2016 - 19:48

http://news.efinancialcareers.com/uk-en/248265/london-banking-redundancies-brexit/

Citation :

Thousands of London banking job cuts to start next week


If you perchance thought that your London banking job would be safe with Britain outside the European Union, you were wrong.
Banking job cuts London Brexit

Get ready to clear your desk

If you perchance thought that your London banking job would be safe with Britain outside the European Union, you were wrong. Consultants working for leading strategy firms in London say banks have activated their contingency plans and that the London job cuts are about to come thick and fast.

“You’re looking at 50,000 to 70,000 London finance jobs being moved overseas in the next 12 months,” says one consultant working with one of the top finance strategy firms in the City. “Jobs are going to be cut, and those cuts are going to start next week.”

Jamie Dimon already sent a memo to J.P. Morgan staff in London saying that the US bank, “may need to make changes to our European legal entity structure and the location of some roles.” The consultant suggested this is an understatement: “J.P. Morgan has just let four buildings in Madrid and six buildings in Frankfurt. All the banks have been planning this for weeks. At 7.30am this morning, their contingency plans kicked in.”

Dimon said previously that 4,000 of J.P. Morgan’s 16,000 UK jobs could move overseas if Britain leaves the European Union. J.P. Morgan declined to comment.

A financial services partner at another leading strategy consulting firm, also speaking on condition of anonymity, agreed that the impact of the Brexit vote will be felt soon rather than later in London finance circles. “These banks are going to start moving roles overseas very quickly,” he said, citing one client which has made preparations to move 1,000 roles out of the City. “The impact on the London economy is going to be dire.”

Chris Wheeler, banking analyst at Atlantic Equities agrees: “There are going to be a mass of finance jobs moving out of this country and they’re going to move soon. Anyone who thinks J.P. Morgan or Morgan Stanley are going to wait years before moving their thousands of jobs is in cloud cuckoo land. They’ll want to get uncertainty out of the way and to comply as soon as possible. This is the biggest change in London since the Big Bang.”

London bankers who think they’re in with a chance to move to Madrid or Dublin could be sorely disappointed. Consultants are in agreement: roles will be cut in London rather than migrated overseas. “Why would you move someone who’s earning £150k in London to do a £60k job in Frankfurt,” said one.”Banks are going to use this as an opportunity to cut costs.”

London bonuses are also likely to plummet this year, dealing a double blow to staff at European banks who’ve seen the value of previous years’ bonus deferrals collapse. “This is just going to hammer people,” says one headhunter. “If you’re a banker in London now, you’re going to stop spending. Cancel the nanny. Cancel the holiday. Cancel the extension.”

Continental European financial centres will benefit from London’s pain. “For European banks, front office jobs are going to be repatriated to the home country – wherever that bank has it’s headquarters. Back and middle office jobs are a different matter,” said the consultant. “There, you’re looking at Dublin, Poland, or the Czech Republic.”

The real question is where US banks will choose to relocate their European headquarters. Goldman Sachs has a sixth of all its employees globally in the City and is in the process of building a big new European HQ in London’s Farringdon – although consultants said it’s been quietly looking at subletting space in the building before it’s even finished. Morgan Stanley president Colm Kelleher touted Dublin or Frankfurt as potential locations for Morgan Stanley’s European HQ in future. Madrid is a new option – and a wild card, but one consultant said it’s popular with bankers who will be kept on: “The senior guys are all hoping for Madrid.”

As bankers in London stare over a precipice, the consultants we spoke to are doing just fine. “The emails from clients are coming right, left and centre,” said one. “30 projects across different banks went live for us this morning,” said the other “All the big strategy firms, McKinsey & Co. Bain, Boston Consulting are being dragged in. Everything needs to change.”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Aspirant
Aspirant


messages : 579
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Dim 26 Juin 2016 - 20:05

https://next.ft.com/content/a3a92744-3a52-11e6-9a05-82a9b15a8ee7#axzz4Ch7jOEbi

Citation :

Banks begin moving some operations out of Britain

June 26, 2016 by: Martin Arnold and Laura Noonan in London



Banks have already begun to take action to shift operations out of the UK, but most of their staff will have to wait several months to find out how many thousands of them will be asked to move to fledgling financial hotspots like Paris, Dublin and Frankfurt.

Investment banks, who donated heavily to the Remain campaign, have reacted immediately to Britain’s referendum result, with some of London’s largest institutions approaching regulators to secure licences and lining up executives to relocate.

The big US banks — JPMorgan Chase, Goldman Sachs, Bank of America, Citigroup and Morgan Stanley — have large operations employing tens of thousands of people in the UK. They have historically set up their regulated businesses in Britain and then used its right to “passport” into the rest of the 28-member bloc.

But lawyers are warning that after Brexit, they would likely need a new legal home base, so they are preparing to shift at least some work to cities such as Dublin, Paris and Frankfurt.

UK banks were also re-evaluating what to do with their businesses that trade EU — as opposed to UK — securities, because many analysts assume that clearing of those products will move to the continent.

HSBC said before the vote that it could move as many as 1,000 trading jobs to Paris in the event of a Leave. But because the bank already has a Paris office, it could defer any decision until right before the UK’s exit comes into effect.

The danger to the UK’s financial services sector was highlighted by François Villeroy de Galhau, France’s central bank governor, who warned that banks would lose “passporting” rights to operate in the EU if Britain leaves the single market.

The UK could try to adopt the path followed by Norway, which is a member of the European Economic Area but not the EU. But that has drawbacks: it requires Britain to implement all of the EU’s rules without having a say in writing them.

And Jonathan Hill, the Briton who resigned at the weekend as EU’s commissioner for financial services, told the Financial Times that he was not sure an arrangement would work. “Most approaches that offer access come with free movement of people and I can’t see that flying given the weight of immigration as an issue in the referendum debate,” he said.

The US banks, therefore, are already preparing for the contingency that the right to sell financial products and services from Britain to EU clients could be partially or entirely abolished.

“We’ll get on with it,” said a senior executive at one large US bank. “We’ve started to think about how we put people in our existing offices and entities in Europe. We are already rebalancing our footprint.”

“Some stuff will move quickly — we’ll travel at the pace of the slowest link,” said the executive. “Regulatory approvals and permissions can take time — we will look ahead at all the circumstances and ask what do we need to continue to serve our clients.”

Damian Carolan of Allen & Overy said it would typically take banks 2-3 months to put a licence application together. They would then have to wait for about six months for approval for an investment bank or brokerage, or nine months for a retail bank.

But he warned that those timetables could be extended, saying: “That’s in normal times … In these times, you will have a number of onshore regulators getting numerous questions.”

Many of the US banks have been quietly bulking up European entities outside the UK, allowing them to transfer some activities quite quickly. But most of them still lack sufficient licences to carry out many of the operations they at present run out of London.

“If you don’t have a [full EU] licence [outside the UK] then you need to start work right away,” said the head of investment banking at a large group.

Jamie Dimon, JPMorgan chief executive, warned before the referendum that as many as 4,000 jobs could be shifted out of the UK. But investment bank boss Daniel Pinto — whose unit employs most of JPMorgan’s 16,000 staff in Britain — told the FT that the US group hoped to keep most of its UK investment bank intact. The bank would “need to figure out a way to deal with” some specific products and services, such as global custody and corporate deposits, but he said any moves would be gradual.

“We will not start moving people until we have clarity on what we will be allowed to do from the UK once the negotiations [on the terms of the country’s exit from the EU] start to take shape,” he said.

Jonathan Lewis, head of Japan’s Nomura International, which employs about 2,600 staff in London, said it would have to “wait and see” how things unfolded before making any big decisions about its locations or operating structures.

But his base case was that the UK would be left at a disadvantage. “I don’t see how anyone can say with any certainty that passporting will continue. Switzerland doesn’t have passporting, neither does the US, so we cannot assume we will,” he said.

Morgan Stanley had previously warned that 1,000 of its London jobs could move in the event of a Leave vote, but on Friday categorically denied a report that it had already decided 2,000 workers were being moved to either Dublin or Frankfurt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Aspirant
Aspirant


messages : 579
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Dim 26 Juin 2016 - 20:07

http://www.ecfr.eu/publications/summary/brits_abroad_how_brexit_could_hurt_expats

Citation :
Brits abroad: How Brexit could hurt expats

A British exit from the EU could jeopardise the jobs, homes, and healthcare of the 1.2 million Brits living in Europe, according to new research from the European Council on Foreign Relations.

ECFR’s network of researchers across the 28 member states gathered data on exactly what a Brexit might mean for expats in their countries, setting out the rules on working, studying, buying property, and accessing healthcare and pensions for EU versus non-EU citizens.

After a Brexit, the UK would have two options. One is to join Iceland and Norway in the European Economic Area (EEA), or Switzerland in the European Free Trade Area (EFTA), but the price would be continuing to follow current EU rules on freedom of movement. The other option is for London to negotiate separate deals with each of the 27 member states on the jobs, homes, and healthcare of its citizens abroad. ECFR’s report looks at what would be up for negotiation in these talks.

“Brits abroad: How Brexit could hurt expats” found that these new deals could mean drastic changes in five key areas:

Jobs: Britons could lose their right to work in Europe without the need for a visa, falling foul of rules in 15 member states that employers must first prove that there is no suitable candidate in the entire EU/EEA in order to hire someone from outside.

Property: EU membership allows British expats to dodge red tape on property in 16 member states. Countries such as Austria, Croatia, Denmark, and Bulgaria demand that non-EU/EEA citizens have a residence permit, business registration, or permission from the government to buy there.

Education: Over 11,000 British students now study abroad in Europe each year. As EU citizens they pay the same low fees as locals – or even study for free – in countries including Austria, Denmark, Finland, Greece, and Sweden. Rates are far higher for non-EU/EEA citizens.

Healthcare: British citizens would lose the right to the European Health Insurance card, which gives them immediate access to essential healthcare across the EU - for free in some countries, and for a reduced price in others.

Pensions: Pensioners are the biggest group of British expats in Europe, and they can use the years they have worked in one member state to qualify for pensions in another. For example, in Germany EU citizens can count years worked elsewhere to meet the minimum requirements for a pension.

Author Dina Pardijs said:

“Amid the Punch and Judy politics of the referendum campaign, one group is following developments with extra concern – the 1.2 million British citizens living in other EU countries. If there is a Brexit, it will be their homes, jobs, education, and future prospects that are used as a bargaining chip between a retreating UK and the rejected EU member states.”

“In a campaign where facts are in short supply, it is important to know what could change for Brits abroad if we leave the EU. Long-time British expats will be unable to vote, but their lives may be radically altered. Everything will be on the table – the chance to work in Europe, to study, and keep easy access to their pensions and to essential healthcare.”

“No one really knows what the consequences will be for Brits abroad if there is a vote for Brexit. Expats who are still eligible to vote have good reason to make sure they post their ballot papers in time to be counted on June 23.”

Lien PDF du détail :http://www.ecfr.eu/page/-/ECFR_176_-_HOW_BREXIT_COULD_HURT_EXPATS.pdf

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mar 28 Juin 2016 - 14:09

Citation :
Plantu

BON ! MAINTENANT, ON FAIT QUOI? Le dessin du Monde de ce mardi 28 juin.

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mer 29 Juin 2016 - 12:47

Citation :
La coopération entre États membres de l’UE dans le domaine de la défense doit être « la norme »


Posté dans Défense européenne par Laurent Lagneau Le 29-06-2016




Il aura fallu un an à Federica Mogherini, Mme le Haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la sécurité, pour rédiger la cinquantaine de pages portant sur la nouvelle stratégie de politique étrangère et de sécurité de l’Union européenne (UE).

Ce document de référence, le premier depuis 2003, a été présenté le 28 juin à l’occasion d’un Conseil européen dominé par le Brexit, c’est à dire la sortie de l’UE du Royaume-Uni, seule vraie puissance militaire des 28 avec la France.

Jusqu’à présent, l’UE mettait surtout l’accent sur le « soft power » en matière de politique étrangère et de sécurité. Désormais, si l’on en croit ce texte, c’est terminé.

« L’Union européenne a toujours été fière de son ‘soft power’ et elle continuera à l’être car nous sommes les meilleurs dans ce domaine. Cependant, l’idée que l’Europe est exclusivement un ‘pouvoir civil’ ne rend pas justice à une réalité en constante évolution. Par exemple, l’Union européenne est engagée dans 17 opérations militaires et civiles, avec des milliers d’hommes et de femmes qui servent sous le drapeau européen pour la paix et la sécurité – notre propre sécurité. Pour l’Europe, le soft power et le hard power vont main dans la main », peut-on lire.

Dans un premier temps, le document définit les intérêts et les principes communs des États membres.

Ainsi, il est écrit que l’UE « favorisera la paix et garantira la paix de ses citoyens et de son territoire ». Et de souligner que, désormais, la sécurité intérieure est désormais plus étroitement liée à la sécurité extérieure.

Toujours au sujet des principes, il est question de favoriser la « résilience » des démocraties européennes (car pour Mme Mogherini, « être en permanence fidèle à nos valeurs déterminera notre crédibilité et notre influence à l’extérieur »), d’oeuvrer avec pragmatisme, c’est à dire en fonction d’une « appréciation réaliste de l’environnement stratégique actuel », en faveur d’un ordre mondial fondé sur des règles et de nouer un dialogue avec « les autres parties prenantes »

En plein Brexit, le texte appelle aussi les États membres à l’unité car « seul le poids combiné d’une véritable union a le potentiel d’apporter sécurité, prospérité et démocratie » aux citoyens et « d’exercer une influence positive sur le monde ».

Enfin, l’UE devra être « guidée par un sens de responsabilité », ce qui passera par des « mesures à l’échelle mondiale afin de nous attaquer aux causes profondes des conflits et de la pauvreté, et de défendre les droits de l’homme ». Et cette responsabilité ira de pair « avec un réaménagement de nos partenariats extérieurs », en fonction des valeurs et des intérêts européens.

Voilà pour le « soft power », qui paraît donc insuffisant au regard des défis sécuritaires que l’UE doit relever. Parmi ces derniers, le texte cite « le terrorisme, les menaces hybrides, l’instabilité économique, le changement climatique et l’insécurité énergétique ». Aussi, y est-il estimé, « un niveau approprié d’ambition et d’autonomie stratégique est important si l’on veut que l’Europe puisse promouvoir la paix et la sécurité à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières ».

Pour cela, le document prône une intensification des « efforts en matière de défense, de lutte contre le terrorisme, d’énergie et de communications stratégiques ainsi que pour ce qui est du cyberespace. » Et les États membres devront traduire leurs engagements en matière d’assistance mutuelle (…) consacrés par les traités en actes concrets. »

En outre, l’Union européenne va intensifier « sa contribution à la sécurité collective de l’Europe, en étroite coopération avec ses partenaires, à commencer par l’Otan. »

Dans le même temps, selon Mme Mogherini, « il est urgent d’investir dans la sécurité et la défense » car « tout l’éventail des capacités de défense est nécessaire pour faire face aux crises extérieures, renforcer les capacités de nos partenaires et pour garantir la sécurité de l’Europe. »

En outre, s’il souligne que les « États membres conservent leur souveraineté dans leurs décisions relevant du domaine de la défense » (exit, donc, l’armée européenne), le document encourage vivement la coopération dans le domaine militaire. Une coopération qui « doit devenir la norme. »

« L’UE encouragera systématiquement la coopération en matière de défense et s’efforcera de créer une solide industrie européenne de la défense, laquelle est essentielle pour garantir l’autonomie de décision et d’action de l’Europe », insiste-t-il.

Enfin, cette stratégie plaide pour une politique de sécurité et de défense commune plus réactive, grâce à un « de la coopération entre les États membres, qui pourrait conduire à une forme plus structurée de coopération, en exploitant pleinement les possibilités offertes par le traité de Lisbonne. » Même chose pour la politique de développement, qui doit être « plus souple » et « alignée sur les priorités stratégiques » de l’UE.

http://www.opex360.com/2016/06/29/la-cooperation-etats-membres-de-lue-dans-le-domaine-de-la-defense-doit-etre-la-norme/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Sam 9 Juil 2016 - 11:08

Citation :
Quatre jihadistes de l'EI arrêtés en Macédoine


AFP 09/07/2016


Quatre Macédoniens soupçonnés d'avoir combattu dans les rangs du groupe jihadiste Etat islamique en Syrie et en Irak, ont été arrêtés dans leur pays, a-t-on appris samedi de source policière.

"La police a arrêté quatre membre du groupe Etat islamique qui ont combattu en Syrie et en Irak (...) Selon nos informations, ils étaient combattants dans les rangs de l'Etat islamique", a déclaré à l'AFP une responsable policière, Dejana Nedeljkovic.

La police, qui mène cette opération depuis vendredi soir, cherche encore trois personnes, dont deux sont probablement toujours sur le front, a précisé Mme Nedeljkovic. Des perquisitions ont été menées à Skopje et à Tetovo (nord-ouest). Des ordinateurs, des téléphones portables, des passeports, ont notamment été saisis, selon la même source.

La minorité albanaise musulmane représente un quart des 2,1 millions des habitants de la Macédoine, pays en majorité slave orthodoxe.
Skopje estime à 130 le nombre de ressortissants macédoniens qui ont rejoint les rangs des islamistes pour combattre en Irak et en Syrie. Seize ont péri et 72 sont retournés au pays. Le président du pays, Gjorge Ivanov, a déclaré récemment que ceux qui sont rentrés étaient considérés comme des "terroristes potentiels".

En août 2015, onze Macédoniens accusés de liens avec les islamistes au Moyen-Orient avaient été arrêtés.
Six, dont Rexhep Memishi, un imam d'une mosquée de Skopje, considéré comme le leader du groupe, ont été condamnés à des peines de cinq à sept ans de prison. En mai, cinq autres ont écopé de peines allant de deux à quatre ans et demi de prison.

http://www.lorientlejour.com/article/995461/quatre-jihadistes-de-lei-arretes-en-macedoine.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Jeu 14 Juil 2016 - 16:17

Citation :
GB: Quitter l'UE ne signifie pas quitter l'Europe, affirme Boris Johnson


AFP 14/07/2016


Le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, partisan convaincu du Brexit, a affirmé jeudi que quitter l'Union européenne ne signifiait pas quitter l'Europe, dans sa première déclaration depuis sa nomination.
"Il y a une différence énorme entre le fait de quitter l'UE et nos relations avec l'Europe qui vont s'intensifier", a-t-il déclaré à la presse devant son ministère. "Bien sûr, nous allons appliquer la volonté de la population exprimée lors du référendum mais cela ne veut aucunement dire quitter l'Europe", a-t-il affirmé.

Le nouveau chef de la Diplomatie, qui a mené la campagne pour sortir de l'Union européenne, a indiqué qu'il s'attelait à "remodeler le profil global de la Grande-Bretagne et son identité de grand acteur mondial".
Interrogé sur les réactions mitigées qui ont accueilli sa nomination, M. Johnson a relevé qu'"un vote comme celui du (référendum du) 23 juin, forcément, fait tomber du plâtre des plafonds des chancelleries

européennes. Ce n'est pas le résultat qu'ils attendaient et ils expriment leurs vues librement et franchement".
Quant aux propos de son homologue français Jean-Marc Ayrault, qui l'a accusé jeudi matin d'avoir "beaucoup menti" pendant la campagne du référendum, Boris Johnson a répondu que M. Ayrault lui avait "envoyé une lettre charmante il y a quelques heures en me disant qu'il était impatient de travailler avec moi et d'approfondir la coopération anglo-française dans tous les domaines. Ce que nous souhaitons faire".

M. Johnson est spécialiste des déclarations intempestives voire insultantes et a par le passé comparé Hillary Clinton à "une infirmière sadique" ou rappelé les origines kényanes de Barack Obama pour lui attribuer une prétendue antipathie envers l'empire britannique.

http://www.lorientlejour.com/article/996326/gb-brexit-quitter-lue-ne-signifie-pas-quitter-leurope-dit-boris-johnson.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Sam 30 Juil 2016 - 14:31

Citation :
Ecosse: des milliers de manifestants réclament un 2e référendum d'indépendance à Glasgow


AFP 30/07/2016


Trois à quatre milles personnes ont défilé samedi matin à Glasgow pour réclamer la tenue d'un deuxième référendum sur l'indépendance de l'Ecosse, après la décision des Britanniques de quitter l'UE, a constaté sur place un photographe de l'AFP.

Alors que le Royaume-Uni a voté à 52% pour quitter l'UE lors du référendum du 23 juin, l'Écosse a elle voté à 62% pour rester dans le giron européen, ce qui a réveillé les scénarios d'une indépendance écossaise.

A l'issue de la marche, les manifestants, dont beaucoup arboraient des drapeaux écossais, se sont réunis sur la vaste place George Square, dans le centre-ville de la ville, où ils se trouvaient encore à la mi-journée.

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon avait déclaré dès le lendemain de la consultation du 23 juin que la question d'un deuxième référendum sur l'indépendance était désormais "sur la table", après celui perdu par les indépendantistes en 2014.
"Si nous considérons que nos intérêts ne peuvent pas être protégés dans le contexte du Royaume-Uni, l'indépendance doit être l'une des options" possibles, a redit la chef du Parti national écossais (SNP) lundi.

Pour autant, selon un sondage YouGov publié samedi, 53% des Ecossais se prononceraient en faveur d'un maintien au sein du Royaume-Uni en cas de nouveau référendum, contre 47% pour une indépendance. 55% déclarent par ailleurs préférer vivre au sein d'un Royaume-Uni sorti de l'Union européenne plutôt que dans une Ecosse indépendante du Royaume-Uni mais toujours membre de l'Union européenne, contre 45% préférant la seconde option.

En septembre 2014, les Ecossais avaient voté à 55,3% pour rester au sein du Royaume-uni lors d'un premier référendum d'auto-détermination.

http://www.lorientlejour.com/article/999317/ecosse-des-milliers-de-manifestants-reclament-un-2e-referendum-dindependance-a-glasgow.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mar 9 Aoû 2016 - 14:15

Citation :
Arrestation en Allemagne d'un membre présumé de l'EI


AFP 09/08/2016


Un homme soupçonné d'appartenir au groupe Etat islamique (EI) a été arrêté vendredi dernier dans l'ouest de l'Allemagne, ont annoncé mardi les autorités locales, évoquant une menace sur la reprise du championnat allemand du football.

"Il existe des informations selon lesquelles quelque chose était prévu pour le début de la Bundesliga", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur de Rhénanie-Palatinat, Etat-région de l'ouest de l'Allemagne. Le porte-parole n'a fourni aucune précision sur la nature et le degré de préparation de cette éventuelle attaque, et le parquet n'était pas joignable mardi pour commenter.

Le suspect, dont on ne connaît ni la nationalité ni l'âge ni le rang supposé au sein de l'EI, a été interpellé par les forces spéciales à Mutterstadt, 12.000 habitants.

L'Allemagne a connu fin juillet deux attentats revendiqués par l'Etat islamique, tous deux dans le sud du pays: une attaque à la hache commise dans un train par un adolescent de 17 ans, qui a fait cinq blessés, et un attentat suicide qui a tué son auteur et blessé 15 personnes à l'entrée d'un festival de musique.

http://www.lorientlejour.com/article/1000927/arrestation-en-allemagne-dun-membre-presume-de-lei.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mar 9 Aoû 2016 - 14:54

Citation :
Dérapage budgétaire : pas de sanctions pour l'Espagne et le Portugal


Si elles avaient été validées, les amendes auraient pu atteindre jusqu'à 0,2 % du produit intérieur brut (PIB) de chacun de ces deux pays.

Source AFP

Modifié le 09/08/2016 à 12:58 - Publié le 09/08/2016 à 11:57 | Le Point.fr



« Le Conseil accepte de ne pas imposer d'amendes à l'Espagne et au Portugal pour avoir échoué à mettre en place des mesures efficaces afin de corriger leurs déficits excessifs », annonce un communiqué du Conseil de l'Union européenne. La proposition de la Commission européenne de ne pas sanctionner l'Espagne et le Portugal malgré leurs dérapages budgétaires a été approuvée par les ministres des Finances de l'Union européenne, a annoncé mardi 9 août le Conseil de l'UE. Le Conseil avait dix jours, soit jusqu'à lundi minuit, pour s'opposer à la proposition de la Commission européenne, formulée le 27 juillet, sans quoi elle était formellement adoptée. La Commission avait proposé d'annuler les amendes des deux pays, des mesures qui « auraient été contre-productives à un moment où les peuples doutent de l'Europe » après le Brexit, avait expliqué le commissaire européen aux Affaires économiques, le Français Pierre Moscovici. Les amendes auraient pu atteindre jusqu'à 0,2 % du produit intérieur brut (PIB) de chacun de ces deux pays.

Un plan budgétaire présenté le 15 octobre

En 2015, le déficit public espagnol avait atteint 5,1 % du PIB, un chiffre bien au-dessus du plafond de 3 % fixé par le pacte de stabilité et des objectifs de la Commission de 4,2 %. Quant au Portugal, il avait affiché un déficit public de 4,4 % du PIB l'an passé, alors que l'objectif fixé était de repasser sous les 3 %. Outre sa clémence concernant les amendes, l'exécutif européen avait accordé deux années supplémentaires à l'Espagne pour faire tomber son déficit sous les 3 %, soit jusqu'en 2018. Pour ce pays, qui n'a toujours pas formé de nouveau gouvernement depuis les législatives du 26 juin, la Commission européenne avait recommandé la trajectoire budgétaire suivante : un déficit de 4,6 % du PIB en 2016, 3,1 % en 2017 et 2,2 % en 2018. Concernant le Portugal, elle avait tablé sur un déficit de 2,5 % du PIB en 2016. Deux objectifs que le Conseil de l'UE, instance qui représente les gouvernements des États membres, a qualifiés mardi de « crédibles ». « Des mesures efficaces doivent être prises d'ici le 15 octobre », date à laquelle les deux pays devront aussi présenter un projet de plan budgétaire, a précisé le Conseil. La Commission européenne s'est réjouie mardi de cette décision, qui témoigne d'une « application intelligente du pacte de stabilité », selon Pierre Moscovici. Outre ces amendes, la Commission européenne est dans l'obligation de proposer une suspension totale ou partielle des engagements des fonds structurels pour l'Espagne et le Portugal. Elle compte entamer « un dialogue structuré » après les vacances d'été avec le Parlement européen sur cette question.

http://www.lepoint.fr/economie/derapage-budgetaire-pas-de-sanctions-pour-l-espagne-et-le-portugal-09-08-2016-2059987_28.php
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mer 10 Aoû 2016 - 10:31

Citation :
L'Allemagne veut durcir sa législation antiterroriste après les attentats (presse)


AFP 10/08/2016


Le ministre allemand de l'Intérieur prépare une batterie de mesures pour renforcer ses outils de lutte contre le terrorisme après les deux attaques du mois de juillet revendiquées par le groupe Etat islamique, a indiqué la presse allemande mercredi.

Le ministre Thomas de Maizière, qui a prévu une conférence de presse jeudi, veut en particulier introduire une procédure accélérée d'expulsion de réfugiés et demandeurs d'asile "représentant un danger pour la sécurité publique", selon le quotidien populaire Bild citant des sources sécuritaires.

Cette mesure fait suite aux deux attentats commis dans le sud du pays fin juillet dans le pays qui a accueilli plus d'un million de migrants en 2015. Une attaque à la hache commise dans un train par un adolescent de 17 ans, probablement originaire d'Afghanistan, a fait cinq blessés, et un attentat a tué son auteur syrien et blessé 15 personnes à l'entrée d'un festival de musique.

Par ailleurs, le ministre veut obtenir, toujours selon Bild, un assouplissement du secret médical pour que les médecins puissent "informer à temps les autorités des crimes planifiés par leurs patients". Toujours en juillet, un déséquilibré inspiré par le tueur norvégien d'extrême-droite Anders Behring Breivik, a abattu neuf personnes avant de se donner la mort à Munich.

M. de Maizière compte aussi parapher en août une "déclaration de Berlin" avec les ministres de l'Intérieur des Etats régions issus du parti conservateur CDU et de sa branche bavaroise CSU appelant entre autres à une procédure de déchéance de nationalité et une interdiction du voile intégral, selon le groupe de presse RND.

Cette déclaration appelle aussi au recrutement de 15.000 fonctionnaires de police entre 2015 et 2020 et à la création d'un centre de lutte contre la cybercriminalité au sein de la police criminelle allemande pour combattre le trafic d'armes sur le "Darknet", cet ensemble de sites secrets et préservant l'anonymat utilisé pour des transactions illégales.
Le document appelle aussi à des mesures pour empêcher le financement de mosquées par des organisations extrémistes et réclame l'expulsion de responsables religieux étrangers "prêchant la haine".

La police allemande a par ailleurs perquisitionné mercredi matin les appartements et lieux de travail de trois hommes soupçonnés d'avoir oeuvré en 2015 au recrutement de membres et de soutiens de l'organisation Etat islamique, selon le parquet fédéral. L'un d'eux est également soupçonné d'avoir apporté à l'EI un soutien logistique et financier, précise la même source.
Aucun de ces suspects vivant en Basse-Saxe (nord-ouest) et en Rhénanie du Nord-Westphalie (ouest) n'a été arrêté.

Dans une autre affaire, un Syrien de 24 ans soupçonné d'appartenir au groupe EI a lui été arrêté vendredi dernier dans l'ouest de l'Allemagne, ont annoncé mardi les autorités locales.

http://www.lorientlejour.com/article/1001046/lallemagne-veut-durcir-sa-legislation-antiterroriste-apres-les-attentats-presse.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Dim 14 Aoû 2016 - 16:20

Citation :
Le Brexit pourrait être reporté à fin 2019, selon la presse


Par: rédaction
14/08/16 - 15h57 Source: AFP


© reuters.


Le départ effectif de la Grande-Bretagne de l'Union européenne pourrait être reporté à fin 2019 en raison des difficultés que rencontre l'administration britannique et des élections en France et en Allemagne, selon le Sunday Times.


Le gouvernement de la Première ministre Theresa May a indiqué qu'il comptait invoquer l'article 50 du Traité de Lisbonne au début de 2017.

Le recours à cet article ouvre une période de négociations de deux ans au terme de laquelle le pays concerné quitte l'Union. Ce qui pour un déclenchement début 2017 signifierait un départ effectif début 2019. Mais selon le Sunday Times, des ministres britanniques ont prévenu en privé de hauts responsables du secteur financier de la City de Londres que le recours à l'article 50 pourrait n'avoir lieu que vers la fin de 2017, ce qui reporterait le Brexit à fin 2019.

"Des ministres pensent à présent que le déclenchement pourrait être repoussé à l'automne 2017", a déclaré au journal une source de la City disant avoir parlé de la question avec deux ministres. "Ils n'ont pas l'infrastructure pour les gens qu'ils doivent engager" en vue des négociations, selon cette source. "Ils disent qu'ils ne savent même pas quelles sont les bonnes questions à poser lorsqu'ils commenceront finalement à négocier avec l'Europe". Par ailleurs, un membre non identifié du cabinet britannique a déclaré au Sunday Times que les calendriers électoraux de la France et de l'Allemagne posaient "certaines difficultés".

Les deux tours de l'élection présidentielle française se tiennent le 23 avril et le 7 mai 2017, et des élections fédérales auront lieu en Allemagne à l'automne 2017. A la suite du référendum du 23 juin lors duquel les Britanniques se sont prononcés majoritairement pour la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE, Mme May, qui a succédé à David Cameron, a créé un ministère chargé de superviser les discussions sur le Brexit.

Mais le ministre, David Davis, n'aurait engagé jusqu'à présent que la moitié environ du personnel dont il va avoir besoin. Un autre ministère, celui du Commerce international, dirigé par Liam Fox, est lui aussi confronté à la nécessité de recruter rapidement de nombreux experts, car il ne dispose actuellement que d'une poignée de négociateurs expérimentés.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/37462/Brexit/article/detail/2830619/2016/08/14/Le-Brexit-pourrait-etre-reporte-a-fin-2019-selon-la-presse.dhtml
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1483
Inscrit le : 03/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mar 23 Aoû 2016 - 6:05

J'ai menti mais c’était pour vous débarrasser de Saddam. C'est en gros le message de Tony Blair aux familles des soldats britanniques qui ont péri pendant la guerre du Golf juste après la publication du rapport Chilcot.
   

_________________
“L'art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste.”. Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Lun 5 Sep 2016 - 14:31

Citation :
Scandale du diesel: début du rappel volontaire de 630.000 véhicules en Allemagne


AFP 05/09/2016


L'agence fédérale de l'automobile KBA a donné lundi le coup d'envoi du rappel de 630.000 véhicules en Allemagne, une démarche volontaire de l'industrie allemande, épinglée dans le cadre du scandale du diesel.

La KBA a donné son feu vert au rappel du 4x4 citadin Macan, l'un des champions des ventes du constructeur haut de gamme Porsche, selon un communiqué du ministère allemand des Transports.
Il s'agit de la première étape du vaste rappel volontaire annoncé en avril par le ministère, qui avait identifié lors d'une enquête des "irrégularités" dans les niveaux d'émission des véhicules diesel de plusieurs marques, dont cinq allemandes.

Audi et Porsche, marques du groupe Volkswagen, mais aussi Opel (groupe General Motors), Mercedes (groupe Daimler) et Volkswagen utilitaires s'étaient engagés à procéder à des rappels.
Sur les véhicules incriminés, le système de filtration des émissions polluantes est systématiquement désactivé quand la température extérieure descend sous un certain seuil. Or, en vertu des normes européennes en vigueur, cette procédure n'est autorisée que si elle permet d'éviter un accident ou un dommage causé au moteur.

Dans le cas des 10.500 Macan rappelés, la désactivation du système de filtration ne sera plus possible qu'à partir d'une température de 5 degrés, contre 17 degrés jusqu'à présent. Cette amélioration sera adoptée par Porsche sur ses nouveaux modèles, précise la KBA.

La commission d'enquête, mise sur pied par le ministère allemand après la révélation en septembre 2015 de la tricherie du groupe Volkswagen sur 11 millions de ses véhicules diesel dans le monde, n'avait pas conclu à l'utilisation d'un logiciel fraudeur chez les autres constructeurs.

Le groupe Volkswagen fait déjà l'objet d'un rappel obligatoire de 2,4 millions de véhicules en Allemagne. En raison d'un désaccord avec la KBA sur les solutions techniques à adopter, ce rappel avait pris du retard. Il a depuis accéléré et pourrait se poursuivre jusqu'en 2017.

Le rappel en Allemagne permet ensuite de faire de même dans le reste de l'Europe, où le groupe aux douze marques compte rappeler au total 8,5 millions de véhicules équipés d'un logiciel truqueur.

http://www.lorientlejour.com/article/1005511/scandale-du-diesel-debut-du-rappel-volontaire-de-630000-vehicules-en-allemagne.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17069
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mar 13 Sep 2016 - 10:00

Citation :
L'emploi dans la zone euro au plus haut depuis 2008


Reuters 13/09/2016


L'emploi dans la zone euro a atteint au deuxième trimestre son plus haut niveau depuis la crise financière, un signe positif pour la croissance même si, pour les syndicats, le compte n'y est pas.

L'emploi dans les 19 pays ayant opté pour la monnaie unique a augmenté de 0,4% sur la période avril-juin par rapport aux trois mois précédents, et de 1,4% par rapport au trimestre comparable de 2015, a annoncé Eurostat mardi.

La croissance de l'emploi au premier trimestre a été révisée à la hausse, à 0,4% contre 0,3% en première estimation. Cette croissance a été portée essentiellement par l'agriculture et les services.

Eurostat estime que 153,3 millions de personnes avaient un emploi dans la zone euro durant la période avril-juin, soit le nombre le plus élevé depuis le quatrième trimestre de 2008, au pic de la crise financière mondiale amorcée en 2007.

Cela fait dix trimestres d'affilée que l'emploi augmente dans la zone euro, une tendance qu'ont observé tous les pays de la zone euro à l'exception de la Finlande, où il a stagné. La croissance de l'emploi a été particulièrement notable à Chypre (+0,8%) ainsi qu'en Italie, en Espagne et en Grèce, où elle a atteint 0,5%.

Si cette tendance se confirme au troisième trimestre, elle pourrait raviver la croissance de la zone euro après le coup de frein du deuxième trimestre, compensant ainsi le probable impact négatif du vote des Britanniques en faveur du Brexit le 23 juin dernier.

Malgré tout, le taux de chômage de la zone euro est resté supérieur à 10% en juillet et il est encore bien plus élevé dans certains pays.

"L'emploi est beaucoup trop faible; il y a trop de gens piégés dans des emplois à temps partiel, temporaires et autres contrats précaires", dit Veronica Nilsson, secrétaire confédérale de la Confédération européenne des syndicats (CES), qui réclame plus d'investissements publics et des salaires plus élevés.

Dans l'ensemble de l'Union européenne (UE), l'emploi a crû de 0,3% d'avril à juin, après +0,4% de janvier à mars. Il a augmenté de 1,5% par rapport au deuxième trimestre 2015 contre 1,4% au premier trimestre.

Eurostat estime que 232,1 millions de personnes avaient un emploi au deuxième trimestre dans l'UE, un nombre sans précédent.

http://www.lorientlejour.com/article/1006956/lemploi-dans-la-zone-euro-au-plus-haut-depuis-2008.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Aujourd'hui à 11:34

Revenir en haut Aller en bas
 
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant
 Sujets similaires
-
» Magazine de l'actualité poilitique européenne
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» Pétition européenne pour sauvegarder la médecine naturelle
» Le général Patrick de Rousiers nommé president du comité militaire de l'Union Européenne
» Pour ou contre la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: