Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19948
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 7 Juil 2017 - 18:12

Citation :
Chypre : la Turquie critique l'attitude chypriote grecque


AFP 07/07/2017


Le Premier ministre turc Binali Yildirim a condamné vendredi l'absence d'"attitude constructive" de la part des autorités grecques-chypriotes, leur imputant l'échec du dernier cycle de négociation en vue d'une réunification de l'île divisée de Chypre.

Nicosie "n'a malheureusement pas montré l'attitude constructive attendue en vue d'un règlement" de ce dossier, a déclaré M. Yildirim, s'adressant à la presse à Ankara.

La nouvelle série de négociations entamée le 28 juin sous l'égide de l'ONU a achoppé sur plusieurs points, notamment la question de la présence militaire turque sur le territoire chypriote, dénoncée par Athènes et Nicosie.

L'île de Chypre, qui compte un million d'habitants, est divisée depuis l'invasion en 1974 par l'armée turque de son tiers septentrional, en réaction à un coup d'Etat ayant visé à rattacher ce pays à la Grèce, qui avait inquiété la communauté chypriote-turque. Depuis, la République de Chypre, admise au sein de l'Union européenne en 2004, n'exerce son autorité que sur la partie sud où vivent les Chypriotes-grecs. Au Nord, les Chypriotes-turcs ont autoproclamé la République turque de Chypre du Nord (RTCN), uniquement reconnue par Ankara.

La Turquie et la RCTN "ont fait tout ce qui était en leur pouvoir" pour trouver un accord, a estimé M. Yildirim.
"La Turquie recourra jusqu'au bout au droit international pour défendre les droits de ses frères de Chypre du Nord", a-t-il ajouté, assurant que "la Turquie continuera à se montrer constructive à chaque fois que l'ONU, ou toute autre organisation, souhaitera un règlement durable et juste".

De multiples séries de négociations ont eu lieu ces dernières décennies pour tenter de rapprocher les vues des deux communautés, sans succès.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a ainsi estimé que ce nouvel échec montrait qu'"un règlement ne peut pas être trouvé avec les paramètres de la mission de bons offices de l'ONU", selon des propos reproduits par l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

https://www.lorientlejour.com/article/1061202/chypre-la-turquie-critique-lattitude-chypriote-grecque.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19948
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Lun 10 Juil 2017 - 15:52

Citation :
Droit des Européens post-Brexit: une "douche froide", selon des députés européens


AFP 10/07/2017


Plusieurs leaders du Parlement européen ont menacé lundi de voter contre les propositions de Londres sur le statut des expatriés européens au Royaume-Uni après le Brexit, affirmant qu'elles ont fait l'effet d'une "douche froide".

"Le Parlement européen se réserve le droit de rejeter tout projet d'accord qui traiterait les citoyens européens moins favorablement" qu'aujourd'hui, affirment Guy Verhofstadt, le référent du Parlement européen sur le Brexit, et plusieurs responsables des principaux groupes politiques dans une tribune publiée dans la presse européenne.

Ils estiment que le plan britannique jette "un voile noir sur la vie de millions d'Européens qui se trouvent ainsi plongés dans l'incertitude la plus complète".
Les propositions du gouvernement conservateur de Theresa May ont fait l'effet d'une "douche froide", poursuivent-ils, ajoutant qu'il existe un risque de "créer des citoyens de deuxième classe".

Selon ces propositions, les citoyens européens résidant au Royaume-Uni depuis au moins cinq ans se verraient accorder un droit de résidence similaire à celui dont ils jouissent actuellement. Ils perdraient néanmoins le droit de voter aux élections locales, et devraient justifier d'un certain niveau de revenus pour pouvoir faire venir dans le pays les membres de leur famille.

Les députés européens soulignent aussi que le "statut des bébés nés après le Brexit" demeure dans "le plus grand flou". Les enfants nés au Royaume-Uni de citoyens européens ne disposant pas d'une autorisation permanente de résidence sur le territoire devront postuler pour l'obtenir, sans garantie de résultat, selon ces propositions.

Environ 3,2 millions de ressortissants de l'Union européenne vivent actuellement au Royaume-Uni, tandis que les 27 accueillent près d'un million de Britanniques.

Lors de l'exposé de ces propositions le mois dernier, la Première ministre Theresa May avait considéré faire une "offre juste et sérieuse". Mais le négociateur en chef de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, avait rejeté le plan. "L'objectif de l'UE sur les droits des citoyens: même niveau de protection que dans le droit européen. Plus d'ambition, de clarté et de garanties sont nécessaires", avait-il tweeté.

Les Britanniques ont voté la sortie de l'UE lors d'un référendum le 23 juin 2016. Theresa May a officiellement notifié à l'UE l'intention de son pays de quitter l'union en mars, ouvrant ainsi une période de négociation de deux ans avant la concrétisation du Brexit.

https://www.lorientlejour.com/article/1061587/droit-des-europeens-post-brexit-une-douche-froide-selon-des-deputes-europeens.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19948
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Jeu 13 Juil 2017 - 16:52

Citation :
Prospection : Ankara prendra des mesures contre les Chypriotes grecs


Reuters 13/07/2017


Les autorités turques vont prendre des mesures contre les activités de prospection gazières et pétrolières des Chypriotes grecs aux abords de l'île de Chypre, a déclaré jeudi le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, ajoutant que les Chypriotes turcs avaient des droits sur les gisements en question.

Les ministères turcs de l'Energie et des Affaires étrangères coopèrent pour prendre des mesures contre les décisions "unilatérales" des Chypriotes grecs, a dit le ministre en estimant que l'envoi d'un navire de forage montrait que les Chypriotes grecs n'avaient pas fait preuve de sincérité aux négociations sur une réunification, qui ont pris fin la semaine dernière sans résultat.

Le navire de forage "West Capella", affrété par Total et par l'italien Eni se sont positionnés mercredi pour entamer une prospection gazière au large de Chypre, a déclaré le ministère de l'Energie de la République de Chypre.

https://www.lorientlejour.com/article/1062132/prospection-ankara-prendra-des-mesures-contre-les-chypriotes-grecs.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19948
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Jeu 13 Juil 2017 - 22:41

Citation :
Chypre poursuivra les explorations de gaz malgré la mise en garde d'Ankara


AFP 13/07/2017


Chypre a affirmé jeudi qu'elle poursuivra l'exploration de gisements gaziers au large de l'île malgré la mise en garde cette semaine d'Ankara contre la réalisation de projets dans ce domaine.

Plus tôt dans la journée, le ministre turc des Affaires étrangères a indiqué que son pays prendrait des mesures contre l'exploration de gaz par les autorités chypriotes, sans donner plus de détails.

Lundi, quelques jours après l'échec du dernier round de négociations sur la réunification de l'île méditerranéenne, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait mis en garde les compagnies internationales contre d'éventuels projets gaziers à Chypre.

Le lendemain, le Premier ministre grec Alexis Tsipras avait lui soutenu "les droits souverains" de Chypre à l'exploitation de ses gisements gaziers.

Chypre est divisée depuis 1974 et l'invasion de l'armée turque du tiers nord de l'île en réaction à un coup d'Etat nationaliste visant à la rattacher à la Grèce. L'entité chypriote turc installée dans le nord n'est reconnue que par Ankara.

En 2011, la firme américaine Noble Energy a été la première à découvrir du gaz au large de Chypre, dans le champ Aphrodite, dont les réserves sont estimées à 127,4 milliards de mètres cubes de gaz. Son exploitation n'a toutefois pas encore commencé.

Chypre espère devenir à terme un acteur énergétique majeur en Méditerranée orientale et construire un terminal à terre pour exporter du gaz vers l'Europe et l'Asie à l'horizon 2022. Mais il lui faut pour cela trouver davantage de réserves gazières.

Le ministre chypriote grec de l'Energie George Lakkotrypis a dit jeudi rester impassible devant la position de la Turquie.
"Nous sommes préparés à différents scénarios", a-t-il dit à la radio publique. "Notre perception c'est que la Turquie continuera à nous défier d'une manière ou d'une autre".

Cette montée des tensions intervient alors que les géants français et italien de l'énergie, Total et ENI, pourraient commencer vendredi un test de forage au large de Chypre. Les deux compagnies avaient signé en avril un contrat d'exploration d'hydrocarbures.

https://www.lorientlejour.com/article/1062220/chypre-poursuivra-les-explorations-de-gaz-malgre-la-mise-en-garde-dankara.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19948
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Hier à 18:12

Citation :
Brexit: Londres prêt à accepter la libre circulation pendant quelques années (presse)


AFP 21/07/2017


La Première ministre britannique Theresa May serait prête à garantir la liberté de circulation aux Européens pendant un certain nombre d'années après le Brexit, écrit vendredi la presse britannique.

Selon le quotidien Times, cette période serait de deux ans tandis que le journal Guardian évoque une période de trois à quatre ans.
Le ministre des Finances Philip Hammond aurait le soutien de l'ensemble des ministres du cabinet gouvernemental pour ce projet d'accord de transition qui durerait deux années après la sortie du bloc européen prévue en 2019, écrit le Times qui cite une "source britannique proche des négociations".

Le Guardian, qui cite une source au sein du cabinet gouvernemental, affirme que celui-ci aurait accepté l'idée d'une liberté de mouvement pendant une période pouvant aller jusqu'à quatre ans après le Brexit.
"Si vous demandez aux entreprises quand elles veulent voir la conclusion de cet accord, elles diront demain", a déclaré cette source.

Un maintien de la liberté de circulation permettrait aux entreprises britanniques de conserver un accès au marché unique européen pendant une période de transition, ce que réclame notamment la principale organisation patronale britannique, la CBI.

Jeudi, Carolyn Fairbairn, la patronne de la CBI, a été reçue avec d'autres responsables économiques par Theresa May à Downing Street.
"La Première ministre a réitéré l'objectif global du gouvernement d'obtenir une sortie ordonnée et en douceur qui aboutisse à un accord de libre-échange global avec l'UE intégrant une période de mise en place afin d'éviter toute rupture brutale", a indiqué un porte-parole de Downing Street.

A Bruxelles, le négociateur en chef européen pour le Brexit, Michel Barnier, a demandé à Londres de "clarifier" ses positions sur la facture du divorce et les droits des citoyens, à l'issue de quatre jours de négociations.

Son homologue britannique, David Davis a évoqué des discussions "robustes mais constructives". "Il faut encore discuter de beaucoup de choses", a-t-il ajouté.
La prochaine session de négociations est prévue fin août.

https://www.lorientlejour.com/article/1063435/brexit-londres-pret-a-accepter-la-libre-circulation-pendant-quelques-annees-presse.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19948
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Hier à 18:35

Citation :
Le Parlement moldave demande le retrait des forces russes de Transnistrie


Posté dans Europe par Laurent Lagneau Le 21-07-2017




L’indépendance de la Moldavie, au début des années 1990, donna lieu à un conflit en Transnistrie, une région séparatiste massivement russophone. Conflit qui vit l’intervention de la 14e armée russe, alors commandée par le général Aleksandre Lebed. Puis, un accord fut finalement trouvé : les autorités moldaves renonçait à tout rattachement avec la Roumanie en échange de la neutralité de Moscou et d’une large autonomie du territoire en question.

Depuis, les troupes russes sont toujours présentent en Transnistrie, qui a proclamé son indépendance – non reconnue par la communauté internationale – et pris le nom de « République moldave du Dniestr. » Et elle est devenue une plaque tournante de tous les trafics (armes, drogue, être humains, etc…).

Pour autant, la Moldavie n’a jamais renoncé à imposer son autorité sur cette région qui lui appartient. Sans y parvenir… Car la Transnistrie préférerait être rattachée à la Russie, dont elle dépend largement sur le plan économique. D’où la crainte, à Chisinau, de voir cette dernière connaître le même sort que la Crimée, en 2014.

Depuis des années, la Moldavie demande le retrait des forces russes de Transnistrie. Un accord avait même été signé en 1994 avec Moscou… Mais il n’a jamais été ratifié par le Parlement russe. Aussi, après l’affaire de la Crimée, Chisinau a fait mine de se rapprocher de l’Union européenne, en espérant signer un accord d’association, et de l’Otan. Fin 2016, l’Alliance devait y ouvrir un bureau, comme elle l’a d’ailleurs déjà fait en Russie.

Cela étant, l’attitude à l’égard de Moscou divise la population moldave, c’est à dire entre ceux qui souhaitent un rapprochement avec la Russie et ceux qui, au contraire, veulent intégrer l’espace euro-Atlantique. Politiquement, les premiers ont porté Igor Dodon à la présidence, tandis que les seconds sont majoritaires au Parlement.

D’où la déclaration faite ce 21 juillet par les députés proche du Parti démocratique, actuellement au pouvoir. Ainsi, ont-ils fait valoir, la présence des forces russes en Transnistrie depuis 25 ans est « une violation des normes constitutionnelles concernant l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale » de la Moldavie. Et d’ajoute : « C’est une menace permanente pour la sécurité et la stabilité régionale et européenne ».

La réaction du président Dodon, seul dirigeant étranger à assister à la parade de la victoire, le 9 mai, à Moscou, ne s’est pas fait attendre. Il a en effet qualifié l’initiative des députés de « provocation (…) visant à détériorer les relations avec la Russie ».

En 2014, le gouvernement russe fit une mise en garde au sujet de la Transnistrie. « Je veux dire à tous qui ne pensent pas comme nous: il ne faut pas mettre son nez en Transnistrie (…), il ne faut pas faire augmenter les tensions, parce qu’il y a des citoyens russes qui habitent là-bas », avait ainsi prévenu Dmitri Rogozine, le vice-Premier ministre russe.

http://www.opex360.com/2017/07/21/le-parlement-moldave-demande-le-retrait-des-forces-russes-de-transnistrie/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   

Revenir en haut Aller en bas
 
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 22 sur 22Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
 Sujets similaires
-
» Magazine de l'actualité poilitique européenne
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» Pétition européenne pour sauvegarder la médecine naturelle
» Le général Patrick de Rousiers nommé president du comité militaire de l'Union Européenne
» Pour ou contre la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: