Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mar 9 Jan 2018 - 21:08

Citation :
La Grèce rend la charia facultative pour sa minorité musulmane


AFP 09/01/2018


Le Parlement grec a aboli mardi le régime spécifique imposant le recours à la charia pour le règlement des affaires familiales de la minorité musulmane du pays, une réforme qualifiée d'"historique" par le Premier ministre Alexis Tsipras.

Le projet de loi a été adopté en début de soirée, tous les partis s'étant prononcés en sa faveur au cours des débats, à l'exception des élus néonazis d'Aube Dorée, a précisé le bureau de presse du Parlement.
M. Tsipras a salué un "pas historique", dans un communiqué.

"Le projet de loi sur la charia élargit l'égalité devant la loi à tous les Grecs" dans le "respect des caractéristiques de la minorité", installée en Thrace, dans le nord-est du pays, a-t-il souligné. Le texte, réclamé de longue date par les défenseurs des droits de l'Homme, impose la compétence d'office des tribunaux civils pour le règlement des mariages, divorces et héritages de la minorité, quelque 110.000 personnes d'origine turque, rom ou pomaque.

Le recours à la juridiction islamique, sous la compétence de trois muftis, des juges religieux nommés par l'État grec, ne devient possible qu'en cas d'accord de tous les intéressés.

Depuis près d'un siècle, les affaires familiales de la minorité relevaient de la compétence des muftis, au détriment notamment de l'égalité des sexes. Ce statut avait été mis en place après le Traité de Lausanne de 1923 fixant les frontières entre la Grèce et la nouvelle Turquie issue de l'empire ottoman.

Le gouvernement grec de gauche a décidé de franchir le pas alors que la Cour européenne des droits de l'Homme doit se prononcer en 2018 sur une plainte d'une veuve de la minorité, Molla Salli, 67 ans. Cette dernière avait recouru à l'instance européenne après que ses droits à hériter de son mari selon la loi grecque ont été déniés par un jugement de la Cour suprême grecque. Saisie après un recours des sœurs du défunt, la Cour avait renvoyé en 2015 Mme Salli sous la juridiction du mufti.

"Le régime actuel ne nous fait pas honneur en tant que pays de l'Union européenne", avait relevé en novembre M. Tsipras, lors d'une visite en Thrace. Le gouvernement a toutefois tenu à maintenir le recours facultatif à la charia, alors que le statut de la minorité, encore largement soupçonnée en Grèce de former une "cinquième colonne" turque, reste un des dossiers sensibles des délicates relations gréco-turques.

L'équilibre de la réforme vise aussi à prévenir toute radicalisation islamiste dans la région, où prévaut un "islam modéré" sous la houlette des muftis, selon une source gouvernementale.

https://www.lorientlejour.com/article/1093331/la-grece-rend-la-charia-facultative-pour-sa-minorite-musulmane.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Sam 13 Jan 2018 - 23:53

Citation :
Le Kosovo demande l'extradition d'un Israélien soupçonné de trafic d'organes


AFP 13/01/2018


Le Kosovo a demandé samedi l'extradition d'un ressortissant israélien soupçonné d'avoir été sur son territoire le cerveau d'un réseau international de trafic d'organes et qui a été arrêté à Chypre début janvier.
"Je ferai mon possible pour que cette personne qui a, en plus des délits criminels commis, porté préjudice à l'image internationale du Kosovo, soit traduite en justice pour répondre de ces actes", a indiqué le ministre kosovar de la Justice Abelard Tahiri sur son compte facebook.

Selon le parquet, le ressortissant israélien, que la presse locale a identifié comme Moshé Harel, est soupçonné d'avoir organisé plus de 30 prélèvements de reins et transplantations qui ont été faits illégalement dans la clinique Medicus, près de Pristina, fermée en 2008 lorsque le scandale a éclaté.
La police kosovare a annoncé le 6 janvier son arrestation à Chypre.
Moshé Harel est inculpé également à tel-Aviv avec six autres Israéliens pour leur appartenance présumée à un réseau international de trafic d'organes et de greffes illégales au Kosovo, en Azerbaïdjan, au Sri Lanka et en Turquie.

En 2013, un tribunal européen au Kosovo avait condamné cinq médecins kosovars à des peines allant jusqu'à huit ans de prison pour trafic d'organes au Kosovo, une affaire remontant à 2008 et dont les ramifications se sont étendues à travers l'Europe, l'Amérique du Nord et jusqu'au Proche-Orient.
La Cour suprême du Kosovo a annulé en 2016 ce verdict et ordonné un nouveau procès qui est en cours.
Les donneurs, recrutés en Europe ou en Asie centrale, se voyaient promettre chacun quelque 15.000 euros tandis que les receveurs d'organes étaient prêts à débourser chacun jusqu'à 100.000 euros pour une telle intervention chirurgicale.

L'acte de l'accusation désignait également Moshé Harel comme étant le cerveau du réseau, alors qu'un médecin turc, Yusuf Ercin Sonmez, toujours en fuite, était soupçonné d'avoir effectué les greffes d'organes dans la clinique.

Dans un rapport publié en 2011 sur un présumé trafic d'organes organisé pendant la guerre au Kosovo (1998-99) par la guérilla indépendantiste kosovare, le rapporteur du Conseil de l'Europe, Dick Marty, avait évoqué un lien entre ce trafic d'organes lors du conflit et le "cas contemporain" de la clinique Medicus.
Un tribunal spécial composé de juges et de procureurs internationaux, mis en place à la Haye à la suite du "rapport Marty", devrait annoncer prochainement ses premières inculpations.

https://www.lorientlejour.com/article/1094184/le-kosovo-demande-lextradition-dun-israelien-soupconne-de-trafic-dorganes.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mer 17 Jan 2018 - 23:11

Citation :
GB: les députés adoptent la loi de retrait de l'UE


AFP 17/01/2018


Les députés britanniques ont adopté mercredi soir un projet de loi gouvernemental sur le retrait de l'Union européenne, au terme d'un parcours tumultueux ayant plusieurs fois mis à mal l'exécutif et avant son examen par les Lords.


Le texte, adopté par 324 voix contre 295, doit permettre au Royaume-Uni de continuer à fonctionner normalement après le Brexit, le 29 mars 2019. Il sera débattu par la chambre des Lords à partir de fin janvier.

https://www.lorientlejour.com/article/1094866/gb-les-deputes-adoptent-la-loi-de-retrait-de-lue.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 19 Jan 2018 - 17:24

Citation :
Tuerie de Munich en 2016 : 7 ans de prison pour le fournisseur de l'arme


AFP 19/01/2018


La justice allemande a condamné vendredi à sept ans de prison ferme l'homme qui avait fourni un pistolet semi-automatique au jeune déséquilibré auteur d'une tuerie dans un centre commercial à Munich (sud) en juillet 2016.

Le tribunal de Munich (sud) a jugé Philipp Körber coupable d'homicides involontaires dans neuf cas, et de blessures involontaires dans cinq cas, suivant en grande partie les réquisitions du Parquet. "L'accusé a sans aucun doute une orientation d'extrême droite", a déclaré le juge Frank Zimmer lors de l'énoncé du verdict, le présentant comme "un adepte du Führer et du IIIe Reich" qui s'exprimait "de façon extrêmement défavorable" sur les étrangers et qu'on pouvait sans conteste qualifier de "raciste". L'homme de 33 ans a par ailleurs été accusé de violation de la législation allemande sur le contrôle des armes à feu.

Il avait vendu via le "dark net", cette face cachée de l'internet, un pistolet Glock 17 semi-automatique et des munitions à un Germano-Iranien de 18 ans, David Ali Sonboly, également lié à l'extrême-droite selon la police.

Le 22 juillet 2016, le jeune homme psychologiquement fragile avait utilisé cette arme pour abattre neuf personnes et en blesser cinq autres avant de se suicider sur les lieux de son crime, un centre commercial de la capitale bavaroise.

"Je veux exprimer mes condoléances aux proches (des victimes). Je n'ai jamais voulu ça, je suis désolé", a déclaré Philipp Körber vendredi. Au début de son procès en août 2017, il avait affirmé qu'il n'aurait jamais vendu l'arme s'il avait su que son client "allait commettre un crime si horrible". Il avait été arrêté en août 2016, dans la foulée de cette tuerie très médiatisée et un temps prise pour un acte terroriste.

Sur les disques durs saisis chez lui, les enquêteurs avaient relevé plusieurs symboles nazis et son téléphone mobile contenait des photos liées à l'attentat de Nice au camion-bélier, qui a fait 86 morts en juillet 2016 dans cette ville du sud-est de la France.

David Ali Sonboly, qui avait sélectionné ses cibles à leur apparence sud-européenne, aurait commis ce geste pour se venger du harcèlement dont il était victime de la part d'autres jeunes de son âge, selon les résultats de l'enquête de police.

https://www.lorientlejour.com/article/1095198/tuerie-de-munich-en-2016-7-ans-de-prison-pour-le-fournisseur-de-larme.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mer 14 Fév 2018 - 18:27

Citation :
La commande de 2.500 fusils d’assaut pour la police de la République serbe de Bosnie préoccupe Sarajevo

Posté dans Balkans par Laurent Lagneau Le 14-02-2018




Depuis les accords de Dayton (1995), la Bosnie-Herzégovine comprend deux entités autonomes : la fédération croato-bosniaque et la Republika Srpska (ou République serbe de Bosnie). En 2005, un premier pas a été fait vers l’unification avec le regroupement de leurs forces armées respectives au sein d’une même structure. Il s’agissait d’une étape importante en vue d’une éventuelle adhésion à l’Otan.

Seulement, les institutions communes à ces deux entités, déjà faibles, sont de moins en moins bien respectées. Et la République serbe de Bosnie, présidée par Milorad Dodik, par ailleurs désormais proche de Vladimir Poutine, le président russe, souffle le chaud et le froid sur ses velléités d’indépendance. Cela a encore été le cas en janvier.

« Notre but est le plus haut degré d’indépendance possible pour la Republika Srpska. Nous nous dirigeons dans cette direction, c’est un objectif politique légitime », a en effet déclaré Milorad Dodik, lors d’un entretien donné à la chaîne de télévision d’État serbe RTS. « Nous avons besoin de lutter pour préserver les droits que nous avons acquis », a-t-il ajouté, alors qu’il avait estimé, par le passé, que la Bosnie était un « concept ratée » et un « lieu que personne ne désire. »

Puis, lors des commémorations de la « fête nationale », M. Dodik a affirmé que « le peupe serbe avait deux États : la République de Serbie et la Republika Srpska. » Toutefois, a-t-il nuancé, « on ne traite pas la question d’indépendance comme si on avait l’intention de prendre cette décision aujourd’hui. »

Qui plus est, la Russie, qui cherche à empêcher l’adhésion de Sarajevo à l’Otan et à l’Union européenne (la Bosnie-Herzégovine a officiellement déposé sa candidature en février 2016), a accru son influence auprès de la Republika Srpska.

Récemment, M. Dodik a été photographié avec des membres des « Loups de la nuit », un groupe russe de motards étroitement lié au Kremlin et objet de sanctions américaines pour son rôle paramilitaire dans le sud-est de l’Ukraine et en Crimée. Dans le même temps, une autre milice, appelée « Honneur serbe » et entraînée par des « mercenaires » russes, a fait son apparition dans les rues de Banja Luka.

C’est dans ce contexte que M. Dodik a confirmé, le 12 février, une commande de 2.500 fusils auprès de l’armurier serbe Zastava. Selon lui, cet achat vise à « moderniser la police » de la Republika Srpska et de « renforcer son rôle ». « Pendant 20 ans, nous n’avions pas le droit d’équiper la police, maintenant nous avons décidé de le faire », a-t-il dit.

En outre, M. Dodik a démenti l’existence d’une unité paramilitaire qui lui serait inféodée. Selon lui, cette « histoire » n’aurait pour but que de « détourner l’attention des problèmes sécuritaires fondamentaux », dont « présence de combattants jihadistes en Bosnie. »

Quoi qu’il en soit, ce réarmement (présumé) des policiers serbes de Bosnie ne manque pas d’inquiéter. « Est-ce que c’est pour la police spéciale? Si c’est le cas, c’est beaucoup trop, c’est énorme », a estimé Aljosa Campara, ministre de l’Intérieur de la fédération croato-bosniaque.

Le Haut Représentant international en Bosnie-Herzégovine, Valentin Inzko, qui doit rendre compte de la situation au Conseil de sécurité des Nations unies tous les semestres, s’est ému de cette livraison de fusils, prévue en mars. « Je voudrais que le pays ait le moins d’armes possible. Si un camp obtient ce type d’armes, alors l’autre camp le voudra aussi », a-t-il dit.

http://www.opex360.com/2018/02/14/commande-de-2-500-fusils-dassaut-police-de-republique-serbe-de-bosnie-preoccupe-sarajevo/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Sam 17 Fév 2018 - 19:37

Citation :
Édouard Philippe : « Si l’Europe ne s’intéresse pas à la guerre, la guerre ne manquera pas de s’intéresser à l’Europe »

Posté dans Défense européenne, Politique de défense par Laurent Lagneau Le 17-02-2018




Invité à s’exprimer, lors de la Conférence sur la sécurité de Munich, ce 17 février, le Premier ministre français, Édouard Philippe a appelé les pays membres de l’Union européenne à s’engager davantage dans les opérations militaires.

« L’Europe se retrouve face à elle-même. Et, au pied du mur », a ainsi estimé le Premier ministre. « Disons les choses franchement: si l’Europe de la Défense ne s’accompagne pas d’un engagement opérationnel plus important des Etats membres, elle demeurera longtemps un sujet de colloque », a-t-il continué, avant de rappeler que les forces françaises sont « engagées sur un très grand nombre de fronts où elles paient le prix du sang », comme au Sahel et au Levant.

« Si l’Europe ne s’intéresse pas à la guerre, la guerre, elle, ne manquera pas de s’intéresser à l’Europe », a ensuite lancé M. Philippe, en paraphrasant Trotski, dont il n’est pas « adepte fervent » de ses théories.

Aussi, et comme l’avait fait, la veille, Florence Parly, la ministre des Armées, M. Philippe a plaidé en faveur de l’Initiative européenne d’intervention, qui, proposée par le président Macron, vise à « rapprocher les travaux des armées des Etats les plus engagés. »

« Les rapprocher pour qu’au début de la prochaine décennie, l’Europe dispose d’une force d’intervention commune, d’un budget de défense commun et d’une doctrine commune », a explique le Premier ministre. « On ne construira pas la défense européenne par de nouvelles structures » mais « en agissant ensemble (…) aussi et avant tout sur les théâtres d’opération », a-t-il poursuivi.

Et cela s’adresse aussi au Royaume-Uni, qui va quitter l’Union européenne. « Malgré le Brexit, nous comptons sur la communauté d’intérêts qui nous unit pour que le lien étroit noué entre nos deux pays soit maintenu et même renforcé », a avancé M. Philippe.

Concernant cette Initiative européenne d’intervention, Mme Parly a expliqué qu’il « s’agit de faire émerger une culture stratégique commune parmi les Européens », afin que « les plus désireux et les plus capables d’intervenir en opération soient prêts, le jour où ils devront le faire. »

« Partager notre appréciation des situations. Développer une même compréhension des crises. Une même analyse des menaces. Un même sentiment d’urgence. Un même plan d’action. Des réflexes communs. Des outils partagés. C’est un gros travail à mener », a estimé la ministre française.

« Cette capacité à intervenir en commun, elle est parfaitement cohérente avec la Coopération Structurée Permanente européenne, puisqu’elle en épouse d’une certaine manière la philosophie. Elle est aussi parfaitement cohérente avec l’Otan – où la réalité a toujours été que certains pays étaient, par choix, plus intégrés et plus agissants que d’autres », a encore fait valoir Mme Parly.

Cette Initiative européenne d’intervention doit aussi permettre aux Européens de faire face aux menaces dans leur voisinage immédiat « y compris lorsque les États-Unis ou l’Alliance souhaiteront être moins impliqués », a continué Florence Parly. Ce qui suppose une « autonomie stratégique », c’est à dire « une capacité à intervenir sans obliger les États-Unis à venir à notre chevet, sans qu’ils détournent leurs moyens ISR ou leurs ravitailleurs d’autres missions, ailleurs. »

Enfin, la ministre des Armées a précisé que cette Initiative ne dépendrait « ni de l’UE, ni de l’Otan », même si les « capacités et les habitudes développées dans ce cadre profiteront bien aux deux organisations. »

http://www.opex360.com/2018/02/17/edouard-philippe-leurope-ne-sinteresse-a-guerre-guerre-ne-manquera-de-sinteresser-a-leurope/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Jeu 22 Fév 2018 - 23:49

Citation :
Les Etats-Unis s’inquiètent du «protectionnisme» militaire de l’Europe. Sans blague !

Jean-Dominique Merchet Jean-Dominique Merchet •21 Février 2018 à 19h44



Les Etats-Unis n’ont rien contre la défense européenne, mais à la seule condition que les armées du Vieux Continent s’équipent auprès des industriels américains. Et ce, à grand frais. De récentes déclarations de l’ambassadrice américaine à l’Otan et ancienne sénatrice du Texas, Kay Bailey Hutchison, suscitent l’inquiétude dans les milieux français de la défense. Alors que l’Union européenne envisage de dépenser quelques centaines de millions d’euros pour financer son industrie militaire, Washington - qui va consacrer plus de 700 milliards de dollars à sa défense l’an prochain - fait mine de s’inquiéter du fait que ce futur fonds européen puisse devenir « une mesure protectionniste ». « Nous allons surveiller cela attentivement et si cela devenait le cas, cela pourrait faire éclater la solide alliance de sécurité que nous avons », menace la diplomate.

Voilà les Européens prévenus : si vous voulez qu’on vous protège, ne vous avisez pas de fermer la porte aux entreprises américaines ! Ce ton comminatoire ne semble pourtant guère troubler la quiétude des Européens. Certes, ils râlent un peu lorsqu’ils découvrent les coûts faramineux des matériels que Washington, usant de son poids politique, fournit à la quasi-totalité des pays, comme l’avion de combat F35. En contrepartie, ils se satisfont de la protection militaire américaine. « L’autonomie stratégique » ? Pour nombre d’Européens, ce n’est qu’une sorte de lubie française, même si les Allemands semblent parfois prêter une oreille intéressée. Or, si « autonomie stratégique » il doit y avoir, celle-ci passe autant par une industrie puissante que par la capacité à conduire des opérations. Les Américains, eux, l’ont bien compris.

https://www.lopinion.fr/edition/international/etats-unis-s-inquietent-protectionnisme-militaire-l-europe-blague-143773?utm_content=bufferc42d7&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mer 7 Mar 2018 - 22:16

Citation :
La France ratifie l'accord "ciel ouvert" UE-Israël


AFP 07/03/2018


Les députés français ont ratifié mercredi, après le Sénat, l'accord "ciel ouvert" entre l'Union européenne et Israël, signé en 2013, qui met en place un cadre juridique unique pour l'exploitation des services aériens entre les deux parties.

Cet accord, qui se substitue aux accords bilatéraux précédemment conclus par les Etats membres avec l'Etat d'Israël, est déjà mis en place progressivement.

Le but est que toutes les compagnies aériennes de l'UE puissent exploiter des vols directs à destination d'Israël en provenance de n'importe où dans l'UE, tandis que les transporteurs israéliens pourront desservir n'importe quel aéroport de l'UE.

Le texte n'harmonise cependant pas les règles de sécurité "parce qu'il n'était pas envisageable de procéder à une harmonisation des normes en matière de sûreté sur les règles européennes, compte tenu du niveau d'exigence très élevé de l'administration israélienne en la matière", selon la rapporteuse Monica Michel (LREM). L'accord a été ratifié en Israël et dans une vingtaine d'Etats européens.

Habituellement, la ratification de ce type d'accord technique ne fait pas l'objet d'un débat en séance publique mais le groupe communiste l'avait réclamé pour pouvoir critiquer la politique israélienne "qui filtre sur le sol français les passagers", et à laquelle "la menace terroriste sert d'excuse pour empêcher de se rendre en Palestine", selon le député Jean-Paul Lecoq.

https://www.lorientlejour.com/article/1103612/la-france-ratifie-laccord-ciel-ouvert-ue-israel.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Jeu 22 Mar 2018 - 19:41

Citation :
Chypre: Eni veut étendre l'exploration gazière malgré un incident avec la Turquie


Nicosie, 21 mars 2018 (AFP) -


Le géant italien de l'énergie Eni, dont un navire de forage avait été bloqué le mois dernier au large de Chypre par la Turquie, a annoncé mercredi son intention d'étendre ses activités d'explorations de gaz dans les eaux de l'île.

Eni s'est trouvé en février au centre d'un contentieux international lorsque l'un de ses navires qui effectuait des forages d'exploration à l'est de l'île divisée a été bloqué par la marine turque et a dû quitter la zone.

Le chef du département exploration, Luca Bertelli, a indiqué lors d'une conférence à Chypre qu'Eni étudiait de nouvelles possibilités d'exploration dans deux blocs --dont le numéro 6, appelé Calypso-- où la compagnie a annoncé début février avoir découvert d'importantes réserves de gaz.

La République de Chypre, membre de l'Union européenne et n'exerçant son autorité que sur les deux tiers sud de l'île, a signé ces dernières années des contrats d'exploration avec des géants des hydrocarbures comme Eni, le Français Total ou l'Américain ExxonMobil.

Mais Ankara, dont les troupes ont envahi en 1974 le tiers nord de l'île en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher l'île à la Grèce, réclame la suspension de toute exploration par les Chypriotes-grecs, tant qu'une solution à la division de Chypre n'est pas trouvée.

Selon M. Bertelli, le gisement Calypso contient du "méthane presque pur", Eni estimant qu'il pourrait contenir entre 6.000 et 8.000 milliards de pieds cubes de gaz.

Il n'a pas ouvertement évoqué les tensions survenues entre Nicosie et Ankara, mais a reconnu la "complexité de la situation géopolitique" et plaidé pour la recherche de solutions afin que ces ressources énergétiques soient exploitées.

De son côté, le ministre chypriote de l'Energie George Lakkotrypis a affirmé qu'en dépit de l'incident avec la Turquie, son pays demeurait déterminé à exploiter ses ressources énergétiques.

Le patron d'Eni, Claudio Descalzi, avait dit en février qu'il demeurait "serein" concernant la situation à Chypre, excluant que le groupe se retire de l'île méditerranéenne.

Le processus pour la réunification de l'île est en suspens depuis l'échec l'an dernier des dernières négociations parrainées par l'ONU.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/16039-chypre-eni-veut-etendre-lexploration-gaziere-malgre-un-incident-avec-la-turquie
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Lun 26 Mar 2018 - 18:06

Citation :
Le "cerveau" ukrainien de centaines de cyberattaques arrêté en Espagne


Madrid, 26 mars 2018 (AFP) -


L'Espagne et Europol ont annoncé, lundi, l'arrestation d'un Ukrainien soupçonné d'être le cerveau de centaines de cyberattaques lancées depuis l'Espagne contre des banques en Russie et à travers le monde, pour un préjudice de près d'un milliard d'euros.

Le dirigeant du gang soupçonné d'être derrière les attaques connues sous le nom de "Carbanak" et "Cobalt" a été appréhendé à Alicante, dans le sud-est de l'Espagne, a annoncé Europol dans un communiqué.

Au total, "plus de 100 institutions financières dans 40 pays" avaient été visées par ces actions de piratage, a indiqué l'agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité, estimant que "les pertes cumulées dépassent le milliard d'euros pour le secteur financier".

Le ministère espagnol de l'Intérieur précise dans un communiqué que le suspect de nationalité ukrainienne - Denis K. - et ses trois collaborateurs russes ou ukrainiens "avaient pu accéder à pratiquement toutes les banques de Russie et effectuer des retraits à des distributeurs de Madrid pour un demi-million d'euros".

"Il était le cerveau d'un groupe de pirates informatiques qui prenaient le contrôle de systèmes informatiques d'entités bancaires, ce qui leur permettait de vider des distributeurs à distance, de modifier des comptes destinataires de virements de grande importance"... selon le communiqué du ministère.

En outre, les bénéfices réalisés par les pirates informatiques étaient "immédiatement convertis en monnaie virtuelle (du style bitcoin, ndlr) afin de faciliter leur mouvement dans un réseau international de blanchiment de capitaux".

L'opération ayant abouti à l'arrestation du suspect était coordonnée par Europol et le parquet spécialisé dans la criminalité informatique en Espagne.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/16053-le-qcerveauq-ukrainien-de-centaines-de-cyberattaques-arrete-en-espagne
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Jeu 19 Avr 2018 - 17:56

Citation :
Maroc-UE: début vendredi des négociations pour un nouvel accord de pêche

Rabat, 19 avr 2018 (AFP) -


Le Maroc et l'Union européenne (UE) entameront vendredi des négociations pour le renouvellement de leur accord de pêche, qui devra tenir compte d'une récente décision de la justice européenne sur le Sahara occidental, un territoire disputé.

L'annonce a été faite lors d'une réunion préliminaire jeudi à Rabat, à l'issue de laquelle le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a appelé à "avancer sur des bases solides". "L'intégrité territoriale du Maroc est une ligne rouge" et n'est pas "sujet à négociation", a-t-il dit à la presse, alors que l'accord de pêche Maroc-UE arrive à échéance en juillet.

"La décision de la cour de justice (européenne) nous engage à répondre à quelques questions (...), notre travail est d'y répondre pour que l'accord soit stable et durable", a déclaré la cheffe de la délégation de l'UE au Maroc, Claudia Wiedey.

Les négociations se dérouleront dans la capitale du royaume et impliqueront, côté marocain, M. Bourita et le ministère de l'Agriculture et de la pêche, Aziz Akhannouch. Côté européen, Claudia Wiedey et Christian Rambaud, chef d'unité des affaires maritimes et de la pêche à la Commission européenne, comptent parmi les principaux négociateurs.

La Cour de justice de l'UE (CJUE) a rendu fin février une décision sur la validité de l'accord de pêche, estimant qu'il était "applicable au territoire du royaume" mais ne concernait pas les eaux adjacentes de la région disputée du Sahara occidental non mentionnées dans le texte.

Le Front Polisario, qui lutte pour l'indépendance du Sahara occidental, s'était félicité" de cette décision, alors que Rabat avait insisté sur la "validité" de l'accord, se disant prêt à de nouvelles négociations.

Jeudi, le Polisario a appelé "l'UE à respecter la décision de la cour européenne et ne pas inclure le Sahara dans cet accord". "Dans le cas contraire, nous ferons appel à la justice", a affirmé Mhamed Khadad, un haut responsable du Polisario.

Inclure le Sahara dans l'accord Maroc-UE "est illégal et c'est un obstacle aux négociations pour le règlement du conflit. Nous demandons à l'UE de respecter la légalité internationale", a-t-il ajouté.

- "Déterminés" -

Lundi, à Luxembourg, les Etats membres de l'UE ont donné leur feu vert pour l'amendement de ce protocole pluriannuel. Pour la Commission européenne, qui négocie au nom des 28 Etats membres, il est "possible d'étendre les accords bilatéraux avec le Maroc au Sahara occidental sous certaines conditions".

Jeudi, Rabat et l'UE se sont dits "déterminés" à faire aboutir les négociations le "plus rapidement possible", sans préciser comment ils comptaient concilier cette intention avec la décision de la CJUE.

Le ministre marocain de l'Agriculture a affirmé que l'accord actuel avait "permis de réaliser d'importants investissements en infrastructures", soulignant que le prochain accord porterait "essentiellement sur les ressources humaines".

L'accord de pêche UE-Maroc permet aux navires de l'UE d'accéder à la "zone de pêche marocaine" en échange d'une contribution économique, une contrepartie annuelle de 30 millions d'euros.

Seul territoire du continent africain au statut post-colonial non réglé, le Sahara occidental est en grande partie sous contrôle du Maroc, après le départ du colonisateur espagnol dans les années 1970.

Un cessez-le-feu est en vigueur depuis 1991. Le royaume, qui le considère comme partie intégrante de son territoire, propose désormais une autonomie sous sa souveraineté. Cette option est rejetée par le Polisario, qui continue de réclamer un référendum d'autodétermination.

Les efforts de médiation de l'ONU, qui compte une mission dans la région (Minurso), sont dans l'impasse depuis des années.

https://www.marine-oceans.com/actualites-afp/maroc-ue-debut-vendredi-des-negociations-pour-un-nouvel-accord-de-peche
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Lun 23 Avr 2018 - 18:26

Citation :
L'Europe lance un satellite "couteau suisse" pour surveiller les océans

Paris, 23 avr 2018 (AFP) -


L'Europe étoffe son dispositif d'auscultation de la Terre en lançant mercredi un satellite Sentinel-3B qui fournira toute une série de données sur la hauteur des océans, leur couleur, l'épaisseur des banquises et la température à la surface de la planète.

Il rejoindra son frère jumeau Sentinel-3A lancé en février 2016 et qui tourne depuis autour de la Terre à une altitude de 815 km.

Tous deux font partie de Copernicus, l'ambitieuse constellation de satellites d'observation de la Terre, les "Sentinel", déployée peu à peu par l'Union européenne et l'Agence spatiale européenne (ESA).

Ce sera le septième satellite Sentinel de la constellation à être mis sur orbite depuis avril 2014.

Les Sentinel-3 sont un peu les "couteaux suisses" de la famille, souligne le CNES, l'agence spatiale française.

D'une taille et d'une masse (1.250 kg) comparables à celle d'une petite voiture, Sentinel-3B sera lancé par une fusée russe Rockot, depuis le cosmodrome de Plessetsk situé dans le nord de la Russie. Le décollage est prévu à 17h57 GMT (19H57 heure de Paris).

Le programme Copernicus, financé par la Commission européenne et l'ESA, vise à donner à l'Europe une capacité autonome d'observation et de surveillance de la Terre. "Pour la période 2008 à 2020, les investissements totaux devraient atteindre 7,5 milliards d'euros", indique l'ESA.

Equipés de radars de pointe, deux satellites Sentinel-1 fournissent actuellement des images de la Terre de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques.

Une paire de satellites optiques, les Sentinel-2, se charge de surveiller les terres émergées et les côtes. Une tâche utile à la fois pour l'environnement, l'agriculture et la sécurité civile.

Un Sentinel-5 P, qui travaille en solo, observe la composition chimique de l'atmosphère depuis octobre 2017.

"Avec une série d'instruments de pointe, Sentinel-3 est sans doute la plus complexe des missions Sentinel", relève l'ESA.

Grâce à son radar altimètre, le Sentinel-3 mesure la hauteur des océans, des lacs et rivières mais aussi l'épaisseur des banquises et glaciers.

Doté d'un radiomètre imageur, il fournit quotidiennement les températures à la surface des eaux mais aussi des sols.

En outre, grâce à un spectromètre imageur, il peut connaître la "couleur" des océans, qui donne des indications sur la concentration en phytoplancton des eaux survolées. L'étude de la couleur des océans aide à mieux comprendre la chaîne alimentaire et le climat.

"Sentinel-3 sera un outil crucial pour surveiller de près les changements" des océans, souligne l'ESA. Il sera utilisé aussi sur les continents, grâce à ses mesures de température.

Sentinel-3B est conçu pour une durée de vie opérationnelle de sept ans, tout comme son jumeau. Ils ont été construits par un consortium d'entreprises sous la direction de Thales Alenia Space.

https://www.marine-oceans.com/actualites/l-europe-lance-un-satellite-couteau-suisse-pour-surveiller-les-oceans
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Lun 30 Avr 2018 - 19:30

Citation :
Le blé européen soutenu par la météo

Paris, 30 avr 2018 (AFP) -


Les prix du blé étaient soutenus lundi en début d'après-midi sur le marché européen par les perspectives météorologiques aux Etats-Unis et sur le bassin de la mer Noire.

Le déficit hydrique aux Etats-Unis laisse craindre des dégâts irréversibles sur les cultures d'hiver, et donc une baisse de rendement, ce qui soutient les cours. Sur le bassin de la mer Noire, aucune précipitation n'est attendue pour la semaine non plus, note Agritel.

L'Algérie a acquis 420.000 tonnes de blé meunier "dont l'origine France est hautement probable", précise Agritel, se félicitant par ailleurs du repli du cours de l'euro face au dollar ces jours derniers.

Intercourtage ajoute que l'Iran a acheté 200.000 tonnes de maïs brésilien, et 130.000 tonnes d'orge venant de la Mer Noire. En Ethiopie, un nouvel appel d'offres pour 400.000 tonnes de blé a été lancé avec une échéance fixée au 18 mai, après l'annulation du précédent.

Sur le maïs, en France, les semis étaient réalisés à 33% au 23 avril, à comparer à 72% l'an passé à la même date, selon les chiffres de FranceAgriMer.

Peu avant 15H00 (13H00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé gagnait 1,50 euro sur l'échéance de mai à 167,75 euros, ainsi que sur celle de septembre à 171,25 euros, pour plus de 25.500 lots échangés.

La tonne de maïs, elle, gagnait 0,75 euro sur l'échéance de juin à 164,25 euros, et restait stable sur celle d'août à 169,75 euros, pour près de 330 lots échangés.

https://www.marine-oceans.com/actualites/le-ble-europeen-soutenu-par-la-meteo
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Lun 28 Mai 2018 - 18:00

Citation :
Nom de la Macédoine : négociations "au stade final", selon Athènes et Skopje


AFP 28/05/2018


Les ministres grec et macédonien des Affaires étrangères, Nikos Kotzias et Nikola Dimitrov, ont affiché lundi leur optimisme après des entretiens à Bruxelles sur une solution à la querelle du futur nom de Macédoine indiquant que les négociations sont "au stade final".

Après des entretiens dimanche soir entre les deux ministres en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE), Nikola Dimitrov a déclaré lundi à l'Agence de presse grecque (Ana, semi-officielle) depuis Bruxelles que les négociations étaient "au stade final".


Selon le ministre macédonien, la rencontre avec son homologue grec "était bonne" et "les négociations se poursuivront entre des experts sur des questions juridiques et techniques". Il a estimé qu'il était possible d'arriver à une solution d'ici le sommet européen du 28 juin.

La vice-présidente de la Commission européenne et représentante de la diplomatie européenne, l'Italienne Federica Mogherini, a pour sa part affirmé que Nikola Dimitrov l'avait informé sur la question lors "d'un petit déjeuner de travail informel". "Nous sommes encouragés par les progrès effectués concernant les négociations sur la question du nom (de la Macédoine)", a dit aux médias Federica Mogherini avant de participer à la réunion des ministres des Affaires étrangères européens.

Les noms discutés actuellement entre Athènes et Skopje sont Haute macédoine, Macédoine du Nord ou Nouvelle-Macédoine, selon une source grecque proche du dossier. Selon cette source, la question cruciale dans les négociations reste l'adoption d'une appellation "qui sera utilisée internationalement, erga omnes".

Nikola Dimitrov a indiqué qu'un entretien téléphonique pourrait avoir lieu cette semaine entre les Premiers ministres grec Alexis Tsipras et macédonien Zoran Zaev pour finaliser l'accord. Nikos Kotzias a également confirmé que les deux ministres avaient "terminé le travail que leurs Premiers ministres leur avait confié".
"Quand les questions juridiques et techniques seront élucidées, les textes élaborés seront rendus aux deux Premiers ministres, qui doivent discuter et finaliser l'accord", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Les deux pays voisins se disputent depuis la création de l'Etat macédonien en 1991 sur le nom officiel de ce dernier : Athènes refuse de le reconnaître sous le nom "Macédoine" estimant que cette appellation appartient à son patrimoine historique et culturel, une province dans le nord de la Grèce, frontalière avec le pays voisin, portant le même nom.
La dispute a entraîné le blocage de l'adhésion de la Macédoine à l'OTAN et l'UE en raison du veto grec qui ne sera levé qu'après la solution du problème, selon Athènes, qui est membre de ces deux organismes internationaux.

https://www.lorientlejour.com/article/1117957/nom-de-la-macedoine-negociations-au-stade-final-selon-athenes-et-skopje.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Jeu 12 Juil 2018 - 16:16

Citation :
La possible adhésion de la « Macédoine du Nord » à l’Otan provoque des tensions diplomatiques entre la Grèce et la Russie

Posté dans Diplomatie, Otan par Laurent Lagneau Le 12-07-2018




Pendant 27 ans, la Macédoine a entretenu des relations difficiles avec la Grèce, qui lui reprochait son… nom, qui est le même que celui d’une de ses régions, ainsi que sa prétention à se réclamer de l’héritage antique de la dynastie des Argéades, et plus précisément des rois Philippe II et Alexandre le Grand. Et ces différends motivèrent le veto d’Athènes à l’adhésion de Skopje à l’Union européenne (UE) et à l’Otan.

Après des années de négociations et quelques propositions de nouveaux noms (Macédoine du Vardar, Nouvelle-Macédoine, Haute-Macédoine, etc…), un accord a finalement été trouvé en juin par le Premier ministre macédonien, Zoran Zaev, et son homologue grec, Alexis Tsipras. Et, désormais, il sera question de la « Macédoine du Nord » (ou « Severna Makedonja »), ce qui permet désormais à Skopje d’envisager une adhésion à l’UE ainsi qu’à l’Otan.

Le 26 juin, le Conseil de l’UE a décidé de l’ouverture des négociations d’adhésion. Une décision toutefois assortie de nombreuses conditions, qui prennent en compte les réserves exprimées par la France et les Pays-Bas. À noter que l’Albanie a également été invitée à suivre un tel processus. Or, la Macédoine (du Nord) compte une forte minorité albanaise au sein de sa population, ce qui ne va pas sans susciter de vives tensions, Tirana étant accusée régulièrement d’ingérence dans les affaires macédoniennes.

Puis, deux semaines plus tard, à l’occasion de son sommet organisé à Bruxelles, l’Otan a également invité Skopje à la rejoindre.

« La porte de l’Otan est et restera ouverte. Nous sommes convenus d’inviter le gouvernement de Skopje à commencer des discussions d’adhésion », a en effet indiqué Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Alliance atlantique, le 11 juillet. « Une fois que toutes les procédures nationales auront été terminées pour finaliser l’accord sur le nom, le pays rejoindra l’Otan en tant que 30e membre », a-t-il précisé.

« Aujourd’hui est un grand jour, un jour historique. […] Nos partenaires et amis nous reconnaissent. Notre engagement sans faille est reconnu et tous les critères [d’adhésion] sont respectés. Les portes sur le chemin de l’Otan sont maintenant ouvertes », s’est félicité Zoran Zaev.

Seulement, le Premier ministre macédonien ne devrait pas se réjouir trop vite dans la mesure où il lui reste encore des obstacles à franchir pour que l’accord conclu avec Athènes soit finalisé. Or, ce dernier cristallise des oppositions des deux côtés.

Tout d’abord, le parti de la droite nationaliste macédonienne [VMRO] a annoncé la couleur en fustigeant cet accord, négocié, selon lui, de « manière incompétente » par un chef du gouvernement qui « accepté toutes les revendications de la Grèce ». Or, M. Zaev ne dispose pas de majorité qualifiée pour faire ratifier ce compromis, qui, par ailleurs, fera l’objet d’un référendum. Puis ce sera ensuite au Parlement grec de se prononcer.

Or, l’accord sur le nom de la Macédoine a provoqué une crise diplomatique entre la Grèce et la… Russie, laquelle est hostile à tout rapprochement de Skopje avec l’UE et l’Otan.

En effet, les autorités grecques ont expulsé deux diplomates russes (et interdit l’accès de leur territoire à deux autres) « pour garantir l’intérêt national » après une « ingérence » de ces derniers dans le « règlement de la dispute entre la Grèce et l’ex-République yougoslave de Macédoine », ainsi qu’un tentative de corruption de responsables grecs.

Athènes « veut des bonnes relations avec tous les États, mais ne peut pas accepter des attitudes violant le droit international et ne respectant pas les autorités grecques », a ensuite fait valoir Dimitris Tzanakopoulos, le porte-parole du gouvernement.

En réponse, Moscou a annoncé l’expulsion de deux diplomates grecs. « Selon la pratique établie, dans des cas similaires, une réponse symétrique suit », a justifié le ministère russe des Affaires étrangères.

Pour l’Otan (comme l’Union européenne), l’intérêt d’une adhésion de la Macédoine [du Nord] ne saute pas aux yeux. Enclavé, faisant partie des plus pauvres d’Europe, ce pays dispose de forces armées relativement faibles, dont l’équipement est essentiellement d’origine soviétique (ou hérité de la période yougoslave). Cependant, Skopje a pris part à des missions de l’Alliance (Afghanistan et Kosovo) mais aussi à l’opération américaine « Iraqi Freedom », lancée en 2003.

Cependant, selon Jens Stoltenberg, l’adhésion de Skopje à l’Otan permettra de « renforcer la paix et la stabilité » dans les Balkans occidentaux. Et peut-être d’éviter les frottements entre Albanais et Macédoniens… et d’y réduire encore davantage l’influence russe.

Pour la Russie, une éventuelle adhésion de Skopje à l’Otan isolerait la Serbie [candidate à l’UE, ndlr] dans la régions des Balkans occidentaux et pourrait contrecarrer le projet de gazoduc « Turkish Stream » qui, passant par la Turquie, la mer Noire, et le territoire macédonien, permettrait de livrer 31,5 milliards de mètres cubes de gaz vers l’Europe (en particulier l’Autriche et la Hongrie). D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, s’oppose à l’accord sur le nom de la Macédoine du Nord…

http://www.opex360.com/2018/07/12/possible-adhesion-de-macedoine-nord-a-lotan-provoque-tensions-diplomatiques-entre-grece-russie/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Ven 13 Juil 2018 - 18:03

Citation :
Appel à la grève chez Fiat après le transfert onéreux de Ronaldo

 Par latribune.fr            |     13/07/2018, 12:53   |   206   mots


Le joueur portugais est attendu le 16 juillet à Turin pour une visite médicale et un show de présentation.
(Crédits : Albert Gea)

     
Un syndicat minoritaire du groupe automobile italien a appelé à la grève après que la Juventus de Turin a signé le transfert pour 400 millions d'euros, du footballeur portugais, Cristiano Ronaldo. D'après ce syndicat, la famille Agnelli qui possède le club de football turinois dépense sans compter pour un footballeur tout en demandant des sacrifices aux ouvriers des usines automobiles dont elle est également propriétaire.


Un syndicat italien minoritaire, l'USB, a appelé les ouvriers du site Fiat de Melfi (sud) à se mettre en grève du 15 juillet au soir au 17 juillet matin pour protester contre le transfert, jugé "inadmissible", de Cristiano Ronaldo à la Juventus de Turin.

Le groupe Fiat, dont le siège historique est à Turin, et la Juventus partagent le même actionnaire de référence, la famille Agnelli.

"Il est inacceptable que, pendant que la direction continue à demander des sacrifices énormes depuis des années aux travailleurs de FCA (Fiat Chrysler), la même direction décide de dépenser des centaines de millions d'euros pour l'acquisition d'un joueur de football", dénonce ce syndicat dans un communiqué.

Un syndicat minoritaire

Peu représenté dans l'usine de Melfi, il est le seul syndicat à appeler à cette grève. Le principal syndicat italien du secteur, la CGIL-Fiom, interrogé par l'AFP, a répondu ne "pas être intéressé" par cet appel jugeant avoir des "choses plus importantes" à faire.

La star du Real Madrid a signé pour quatre ans avec la Juventus pour un montant de plus de 100 millions d'euros. Le joueur portugais est attendu le 16 juillet à Turin pour une visite médicale et un show de présentation.

(Avec AFP)

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/appel-a-la-greve-chez-fiat-apres-le-transfert-onereux-de-ronaldo-785052.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Jeu 19 Juil 2018 - 18:58

Citation :
La France envoie deux Canadair en Suède pour combattre les feux


Stockholm, 19 juil 2018 (AFP) -


La France va envoyer deux Canadair en Suède pour combattre les feux de forêt, nourris par la sécheresse, qui font rage dans le sud de ce pays scandinave jusqu'au Cercle arctique, ont annoncé jeudi les autorités locales.

Les pompiers luttent contre une quarantaine de foyers, principalement dans des zones densément boisées, dont la moitié était hors de contrôle jeudi.

Les hommes et les moyens matériels sont en nombre insuffisant pour ce genre d'événement aussi spectaculaire qu'inhabituel sous ces latitudes aux étés souvent tempérés et pluvieux.

Pour l'heure, aucune victime n'est à déplorer.

Stockholm avait sollicité plus tôt cette semaine l'aide de l'Union européenne via le Mécanisme européen de protection civile.

Après deux avions italiens bombardiers d'eau et huit hélicoptères norvégiens, la France va ainsi mettre à disposition deux bombardiers Canadair CL-415 et leurs équipages, avec une capacité de 6.000 litres d'eau à chaque opération.

Trois hélicoptères allemands et un bombardier lituanien devraient les rejoindre, selon l'agence suédoise TT.

A pied d'oeuvre depuis plusieurs semaines, les pompiers sont confrontés à l'usure du matériel.

"Les tuyaux commencent à devenir un bien rare. Ils s'usent et il faut du temps pour les produire. Nous sommes en contact avec les fabricants pour voir s'ils peuvent accélérer le rythme", a expliqué Britta Ramberg de l'Agence suédoise de la sécurité civile.

Selon l'Office national des forêts, les feux ont détruit des terres boisées pour un montant de 60 millions d'euros.

https://www.marine-oceans.com/actualites/la-france-envoie-deux-canadair-en-suede-pour-combattre-les-feux
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Lun 23 Juil 2018 - 15:32

Citation :
Une envoyée de l'ONU à Chypre pour évaluer la possibilité d'une reprise des négociations


Nicosie, 23 juil 2018 (AFP) -


Une envoyée des Nations unies a entamé lundi des contact avec les dirigeants chypriotes pour évaluer la possibilité de reprendre les négociations sur la réunification de l'île méditerranéenne, divisée depuis près de 45 ans.

Jane Holl Lute, ancienne responsable au ministère américain de l'Intérieur, a rencontré le président de la République de Chypre Nicos Anastasiades, sans faire de déclarations à l'issue de leurs trois heures de réunion.

Elle devait rencontrer dans la journée le leader chypriote-turc Mustafa Akinci, qui est à la tête de la République turque de Chypre du Nord, reconnue seulement par Ankara.

Chypre est divisée depuis que l'armée turque a envahi en 1974 la partie nord de l'île en réaction à un coup d'Etat qui visait à rattacher le pays à la Grèce et qui avait suscité une vive inquiétude dans la minorité chypriote-turque.

Mme Lute mènera prochainement des consultations à Athènes, Ankara, Londres et Bruxelles, selon l'agence chypriote CNA. La Grèce, la Turquie et la Grande-Bretagne sont depuis 1960 les "garants" de l'indépendance de Chypre, membre de l'Union européenne depuis 2004.

Elle est censée élaborer un rapport à remettre au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Ce dernier l'a récemment chargée d'étudier si les conditions étaient réunies pour une reprise des négociations, qui s'étaient effondrées il y a un an en Suisse.

Un des points d'achoppement de ces négociations porte sur le sort des soldats turcs stationnés dans la partie chypriote-turque de l'île. M. Anastasiades exige leur retrait total, ce que M. Akinci refuse.

Depuis l'échec en juillet 2017 des dernières négociations sur la création d'une fédération bizonale et bicommunautaire, des tensions ont eu lieu autour de la question de l'exploration gazière au large des côtes de l'île.

Ankara, qui ne veut pas que Nicosie exploite ces ressources naturelles avant un règlement du conflit, a envoyé cet hiver des navires de guerre pour empêcher la société italienne ENI de prospecter dans les eaux chypriotes.

https://www.marine-oceans.com/actualites/une-envoyee-de-l-onu-a-chypre-pour-evaluer-la-possibilite-d-une-reprise-des-negociations
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Jeu 26 Juil 2018 - 16:56

Citation :
Le blé européen bondit au-delà des 200 euros la tonne


Paris, 26 juil 2018 (AFP) -


Les prix du blé européen bondissaient au-delà des 200 euros la tonne jeudi à la mi-journée, profitant des inquiétudes des opérateurs sur la production tant en Europe que dans le bassin de la mer Noire.

La récolte de blé 2018 en France est attendue en recul par rapport à 2017, à 35 millions de tonnes, mais la qualité est au rendez-vous, a indiqué Philippe Pinta, président de l'association des producteurs de blé AGPB, jeudi lors d'une conférence de presse.

Dans une note, Agritel évoque en outre "de fortes pluies qui stoppent les récoltes ukrainiennes et russes en dégradant fortement la qualité au point d'y observer des blés germés".

"Il en résulte une énième poussée haussière sur le contrat blé d'Euronext, peut-être la plus forte et la plus impressionnante jusqu'à présent en volume et en intensité", ajoute Agritel.

Vers 13H30 (11H30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé gagnait 2,50 euros sur le contrat de septembre à 203 euros, et 2 euros sur celui de décembre à 204,50 euros, pour plus de 59.000 lots échangés.

A la même heure, la tonne de maïs prenait 3,50 euros sur l'échéance d'août à 184,50 euros, et 3,25 euros sur celle de novembre à 189,25 euros, pour plus de 1.630 lots échangés.

https://www.marine-oceans.com/actualites/le-ble-europeen-bondit-au-dela-des-200-euros-la-tonne
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Sam 28 Juil 2018 - 16:35

Citation :
Orban "ne veut pas" d'une UE dirigée par la France


AFP 28/07/2018


Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré vendredi "ne pas vouloir d'une Union européenne dirigée par la France", jugeant les prochaines élections européennes "décisives" dans un entretien au journal allemand Bild.
"Jamais nous n'avons été face à une élection aussi décisives", a estimé M. Orban, interrogé par le tabloïd sur le scrutin européen qui doit se tenir en mai 2019.

"Les Allemands devraient avant tout être vigilants. Il y a un concept français qui, fondamentalement, signifie : leadership français de l'Europe, payé par de l'argent allemand", a lancé dans cet entretien mis en ligne sur le site du quotidien le chef du gouvernement hongrois, sans jamais nommer le président français Emmanuel Macron.
"C'est quelque chose que je rejette. Nous ne voulons pas d'une Union européenne sous leadership français (...) Les Européens doivent se faire entendre et il faut attendre les élections européennes avant de prendre des décision importantes", comme sur le budget ou l'immigration, a ajouté le dirigeant populiste.

M. Macron a estimé début juillet que la "véritable frontière en Europe" était celle séparant "progressistes" et "nationalistes" et que leur affrontement serait "au coeur" des européennes de 2019.
"Le combat est clairement posé" et sera "au coeur des enjeux de l'élection européenne de 2019", avait encore déclaré le chef de l'Etat français.

https://www.lorientlejour.com/article/1127621/orban-ne-veut-pas-dune-ue-dirigee-par-la-france.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mer 1 Aoû 2018 - 15:53

Citation :
Portugal: libération spectaculaire d'un Français séquestré en haute mer


Lisbonne, 1 août 2018 (AFP) -


Une unité d'élite de la marine portugaise a libéré dans une opération spectaculaire mais discrète un Français de 28 ans séquestré sur son embarcation par un malfaiteur corse lié au trafic de drogue.

La police judiciaire portugaise a révélé, dans une conférence de presse mardi soir, comment elle avait réussi à déjouer ce détournement de voilier avec l'aide de la marine et l'armée de l'air.

Jeudi, un homme de 42 ans, soupçonné d'appartenir au grand banditisme, monte à bord du voilier de la victime, également originaire de Corse, puis la force à lever l'ancre du port de Leixões, l'un des plus grands du Portugal, situé dans la banlieue de Porto (nord).

Il menaçait le propriétaire du voilier, dont le nom n'a pas été révélé, de s'en prendre à sa famille en Corse s'il refusait de coopérer.

Le bandit avait pour objectif, selon la police portugaise, de réceptionner une cargaison de drogue au Maroc.

La victime réussit cependant à envoyer un message par téléphone à un ami en France. Ce dernier prévient les autorités françaises qui se mettent aussitôt en contact avec l'unité anti-terroriste portugaise.

Dès lors, une vaste opération de sauvetage est mise en place. Grâce à un patrouilleur de l'armée de l'air, le voilier est localisé dans les eaux internationales à près de 300 kilomètres (160 milles) des côtes de l'Algarve, région à l'extrême sud du Portugal.

Dans l'après-midi de samedi, une corvette de la marine avec à son bord une équipe d'élite spécialisée dans ce genre d'interventions prend d'assaut le voilier sans résistance.

Le malfaiteur a été placé dimanche en détention provisoire tandis qu'un dispositif a été activé pour s'assurer de la sécurité de la famille de la victime.

Quelque 350.000 euros, certainement destinés au paiement de la drogue, ont été saisis à bord de l'embarcation, a ajouté la police.

https://www.marine-oceans.com/actualites/portugal-liberation-spectaculaire-d-un-francais-sequestre-en-haute-mer
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Lun 20 Aoû 2018 - 18:16

Citation :
Brexit: l'UE assure ne pas vouloir exclure les ports français


Bruxelles, 20 août 2018 (AFP) -


La Commission européenne a assuré à la France que sa proposition de nouvel itinéraire transeuropéen pour relier l'Irlande au continent après le Brexit n'évitait pas les ports français, dans une lettre en réponse aux inquiétudes du gouvernement français.

"La proposition de la Commission a pour seul objectif d'assurer la continuité du corridor Mer du Nord - Méditerranée, entre l'Irlande et la partie continentale de l'Union", déclare la commissaire aux Transports Violeta Bulc dans une missive adressée à la ministre française Elisabeth Borne, vue lundi par l'AFP.

La Commission avait proposé le 1er août d'adapter le tracé du corridor transeuropéen Mer du Nord-Méditerranée, qui relie notamment l'Irlande et l'Ecosse au Benelux et à Marseille, en prévision de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Il s'agit de promouvoir des liaisons maritimes directes, évitant les futurs passages en douane à l'entrée et à la sortie du Royaume-Uni.

Mais le 10 août, la ministre française des Transports avait écrit à Mme Bulc, s'étonnant de ne pas voir apparaître les ports français dans ce plan. Elle avait jugé la proposition "pas acceptable pour la France".

Le projet de nouvel itinéraire se "focalise sur les services maritimes existants", explique Mme Bulc dans son courrier, qui a également été adressé au président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand.

"Seuls les ports du réseau central faisant déjà partie de ce corridor pouvaient être considérés", précise-t-elle.

Après une "analyse des flux de transport", la Commission a constaté que des services maritimes internationaux réguliers existent entre Dublin et Cork en Irlande, et Rotterdam (Pays-Bas) et Anvers (Belgique), ainsi qu'entre Dublin et Zeebruges (Belgique).

"En revanche, nous n'avons pas connaissance de services réguliers vers les ports français du corridor, à savoir Calais et Dunkerque", note la commissaire européenne.

Les ports situés sur le réseau transeuropéen de transport (appelés RTE-T, ou TEN-T) sont susceptibles de bénéficier de fonds européens pour leur développement.

Selon Mme Bulc, la nouvelle proposition a "un périmètre limité et vise une solution à court terme", une solution d'urgence pour éviter que l'Irlande se trouve isolée économiquement. Elle ne remet pas en cause la définition du RTE-T, souligne la commissaire.

Pour rassurer encore la France, cette dernière propose de rencontrer Elisabeth Borne en septembre.

A plus long terme, la Commission souligne qu'à la suite du Brexit, qui "aura vraisemblablement des conséquences importantes sur les flux de transport entre l'Irlande, le Royaume-Uni et l'Europe continentale", "les ports français auront certainement un rôle clé à jouer".

De nouvelles discussions sont en effet attendues pour l'après 2020, notamment dans le cadre de la proposition pour le mécanisme pour l'interconnexion en Europe.

https://www.marine-oceans.com/actualites/brexit-l-ue-assure-ne-pas-vouloir-exclure-les-ports-francais
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24754
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mer 29 Aoû 2018 - 14:56

Citation :
Coquilles Saint-Jacques: la Commission appelle à un accord "à l'amiable"


Bruxelles, 29 août 2018 (AFP) -


Le différend qui s'envenime entre pêcheurs français et britanniques au sujet de la pêche des coquilles Saint-Jacques au large de la Normandie doit se régler "à l'amiable" entre les deux pays, a affirmé mercredi la Commission européenne.

"L'accord existant est dans l'intérêt des pêcheurs en premier lieu. Nous invitons les autorités nationales à résoudre tout conflit à l'amiable de même que cela a été le cas dans le passé", a déclaré un porte-parole, Daniel Rosario, lors du point presse quotidien de la Commission.

Mardi matin, des altercations ont eu lieu en mer entre pêcheurs français et britanniques au large de la Baie de Seine, à plus de 12 miles nautiques des côtes françaises, où les Britanniques peuvent pêcher librement.

Trente-cinq bateaux normands ont cherché à faire fuir cinq bateaux britanniques d'un gisement de coquilles Saint-Jacques qu'ils tentent de préserver.

Entre fumigènes et injures, certains navires ont joué aux bateaux-béliers en fonçant sur d'autres, et trois embarcations présenteraient des trous dans leur coque, selon la chaîne locale France 3 Normandie, qui a diffusé des images de l'altercation.

La zone de pêche en question est réglementée "au niveau national, et ces dernières années des mesures communes de gestion ont été convenues entre la France, le Royaume-Uni et l'Irlande", a rappelé M. Rosario.

Les pêcheurs normands qui n'ont le droit de pêcher la coquille que du 1er octobre au 15 mai, demandent toutefois aux Britanniques, dont la pêche n'est pas réglementée dans le temps, de respecter le même calendrier au large des côtes françaises.

https://www.marine-oceans.com/actualites/coquilles-saint-jacques-la-commission-appelle-a-un-accord-a-l-amiable
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8620
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mer 29 Aoû 2018 - 15:38

Bonjour,

Lu sur Opex360...

...Le monde entier a pourtant compris que c’est bien l’islam et les musulmans le danger...

http://www.opex360.com/2018/08/27/israel-va-se-doter-de-nouveaux-missiles-de-portee-intermediaire/

Même pas censuré.
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 10377
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   Mer 29 Aoû 2018 - 19:47

Je lis régulièrement ce type de commentaires. Il y en a de plus en plus.  L 'islam et les musulmans sont devenus   l'explication la plus simple pour ceux dont les facultés ne permettent pas de trouver des réponses pourtant très simples.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   

Revenir en haut Aller en bas
 
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...
Revenir en haut 
Page 23 sur 24Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24  Suivant
 Sujets similaires
-
» Magazine de l'actualité poilitique européenne
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» Pétition européenne pour sauvegarder la médecine naturelle
» Le général Patrick de Rousiers nommé president du comité militaire de l'Union Européenne
» Pour ou contre la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: