Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26
AuteurMessage
jonas
General de Brigade
General de Brigade
jonas

messages : 3325
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena24actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena25
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena26actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena31

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Empty
MessageSujet: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Icon_minitimeMer 9 Mai 2012 - 16:02

Rappel du premier message :

nouveau topic sur l'actualité européenne dans tous les domaine (économique, politique scientifique etc ...)


Citation :

Merkel travaille sa contre-offensive face à Hollande

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 496b7510

Des ministres du gouvernement allemand reprochent au président français de ne pas avoir les moyens de sa politique.
Angela Merkel peaufine sa contre-offensive face à François Hollande. La chancelière allemande, qui continue de dominer la politique européenne, où elle a imposé sa stratégie fondée sur la discipline budgétaire dans la lutte contre la crise de la dette, n'a aucune intention de céder aux pressions du président français. Plusieurs ministres de son gouvernement sont montés au créneau pour rappeler la France à ses engagements et tacler le nouveau président socialiste, lui reprochant de ne pas avoir les moyens de sa politique.

Lundi, Merkel avait fermement réitéré son refus de renégocier le pacte de stabilité budgétaire, comme le souhaite son nouveau partenaire. La chancelière, qui a adressé mardi un message de félicitations au nouveau président français, a laissé entrevoir clairement à Hollande quelles concessions il pourrait obtenir de Berlin: la formulation d'un nouveau pacte de croissance et l'augmentation des moyens de la Banque européenne d'investissement en font partie. Mais elle rejette catégoriquement tout programme de stimulation de la conjoncture qui creuserait la dette.

«L'Allemagne n'est pas là pour financer les promesses électorales des socialistes, a lancé plus brutalement son lieutenant, le ministre de l'Écologie et vice-président de la CDU, Norbert Röttgen. Le gouvernement fédéral défend clairement la poursuite de la politique de discipline budgétaire.» Au bout du compte, si la croissance est financée par de nouvelles dettes, ce sera à l'Allemagne de payer pour «la victoire des socialistes français», tranche-t-on à Berlin, où l'on rappelle qui tient les cordons de la bourse en Europe.

Réduction des déficits budgétaires
Merkel mise sur une double stratégie. «L'économie de la France et les finances du pays demeurent dans un état précaire, décrypte Peter Altmaier, dirigeant du groupe parlementaire CDU au Bundestag et fidèle de la chancelière. Tout pays qui essaierait de mener une politique de l'offre en accroissant ses déficits se mettrait très vite les marchés à dos et verrait ses taux d'intérêt augmenter. La France n'a aucune marge de manœuvre.»

Berlin déplore notamment qu'Hollande ait promis pendant sa campagne d'augmenter le salaire minimum, de créer des postes de fonctionnaires et de revenir sur le recul de l'âge de la retraite. Altmaier juge qu'une fois les élections législatives françaises terminées, il sera possible pour Berlin de parvenir à un compromis avec Paris pour réaffirmer «une fois pour toutes» que la réduction des déficits budgétaires est la seule voie possible pour l'Europe.

Berlin juge crucial pour Hollande de prendre à bras-le-corps les réformes nécessaires pour que la France retrouve sa compétitivité. Si Hollande s'entête dans la voie tracée pendant sa campagne, Merkel entend désamorcer le soutien dont il jouit auprès des sociaux-démocrates et des Verts, qui se sentent portés par la victoire des socialistes français, en faisant d'eux un épouvantail en Allemagne. Elle n'hésitera pas à dénoncer les «recettes archaïques» d'un François Hollande accusé d'aller dans le mur, pour laisser entendre que les sociaux-démocrates veulent expérimenter la même politique en Allemagne s'ils remportaient les législatives de septembre 2013. La stratégie de Merkel a ses limites. Si Hollande parvient à inverser le rapport de force dans la zone euro en mobilisant contre la politique d'austérité allemande, la chancelière ira au compromis avant de plonger dans l'isolement.

Lefigaro
Citation :

Europe: les Bourses demeurent angoissées par Athènes.

Les Bourses européennes ne parviennent pas à se remettre de leur séance déprimante de la veille, les graves incertitudes liées au blocage politique de la Grèce continuant d'angoisser les investisseurs.

Francfort grappille certes 0,1%, mais Londres perd 0,3%, Milan 0,6%, Zurich 0,7% et Madrid dévisse de 2,5%. Sur Euronext, Amsterdam recule de 0,4%, Paris et Lisbonne de 0,6%, et Bruxelles de 0,8%. Wall Street a cédé 0,6% mardi.

'Le résultat indécis des élections grecques ce week-end a conduit à une incertitude renouvelée sur les perspectives du plan de sauvetage grec à court terme et, plus généralement, sur l'appartenance du pays à la zone euro', indique un économiste de Crédit Suisse.

Ce dernier considère cependant que l'échec vraisemblable de la formation d'un gouvernement conduira à de nouvelles élections le mois prochain, probablement le 17 juin, qui pourraient déboucher sur un gouvernement d'unité nationale destiné à renégocier le plan de sauvetage.

'La situation demeure volatile et cela devrait rendre les investisseurs prudents et nerveux après la relative période de stabilité que nous avons connue depuis le début de l'année, comparativement à 2011', estime pour sa part Cameron Peacock, chez IG Markets.

Sur le plan des données économiques, l'Allemagne a dégagé un excédent commercial stable à 13,7 milliards d'euros en mars, tandis que la France a vu son déficit baisser à 5,7 milliards contre 6,3 milliards en février.

En hausse de 2,5% à 5,1 euros, ING Group prend la tête de l'AEX à Amsterdam, l'établissement financier néerlandais ayant observé une certaine amélioration de ses résultats au premier trimestre 2012 par rapport aux trois derniers mois de 2011.

De même, Commerzbank figure dans le haut de classement sur le DAX, prenant 3,1% à près de 1,6 euro, grâce à des résultats illustrant une amélioration de sa solidité financière malgré un contexte de marché pénalisant pour son segment BFI.

E.On recule par contre de 1,4% à 15,4 euros à Francfort, bien que les résultats trimestriels du groupe énergétique aient pu résister à la baisse des prix électriques européens et de la production nucléaire allemande.

Carlsberg s'adjuge 3,3% à 488 couronnes danoises sur l'OMX, malgré des résultats en baisse au premier trimestre pour le brasseur, du fait du déstockage opéré en Russie et de ses investissements en marketing.

Lefigaro
Citation :

L'Europe sous la pression des extrêmes

Le contraste entre le dénouement du scrutin présidentiel français, dimanche 6 mai, ouvrant la voie à une alternance ordonnée et incontestée à la tête de l'Etat, et le chaos créé par le résultat des élections législatives en Grèce, où, trois jours plus tard, aucune perspective de gouvernement ne se dessine encore, ne doit pas faire oublier la tendance commune révélée par ces deux scrutins : la montée de mouvements minoritaires, mais de plus en plus vocaux, contestant l'ordre établi par les partis traditionnels. Cette tendance est de plus en plus sensible à travers l'Europe.

En France, 18 % des électeurs ont choisi d'exprimer, au premier tour de l'élection présidentielle, leur rejet de l'Europe et de l'immigration en votant pour Marine Le Pen. En Grèce, le 6 mai, 7 % des électeurs ont envoyé au Parlement 21 députés du parti néonazi Aube dorée, dont le programme prévoit de miner la frontière avec la Turquie pour bloquer l'immigration. En Italie, les "antipolitiques" du mouvement "5 étoiles" du comique Beppe Grillo ont réalisé une percée aux élections municipales, en dénonçant la corruption et l'austérité.

Dans un autre genre, le Parti pirate, militant du téléchargement gratuit sur Internet, a fait une irruption spectaculaire dans la politique allemande et parvient à inquiéter les grands partis à la veille d'une importante élection partielle, le 13 mai.

Ces mouvements ont peu de chose en commun. Il est difficile, par exemple, de rapprocher la vague des jeunes indignados espagnols, née il y a un an à Madrid, des mouvements xénophobes et anti-islam que l'on voit monter depuis des années dans le nord de l'Europe ou en Autriche.

Pourtant, qu'ils soient d'extrême droite, d'une gauche radicale qui conteste l'orientation actuelle de la politique européenne ou totalement à la marge du système, ces mouvements bousculent les formations traditionnelles, et en particulier les grands courants politiques qui ont pris en charge le projet européen depuis des décennies. Ils les bousculent d'autant plus que la crise économique et la question de la dette ont créé une problématique commune à l'ensemble du paysage politique européen.

L'Europe politique existe, et chaque élection nationale résonne beaucoup plus que par le passé dans les autres pays de l'UE.

La tentation est grande, pour les partis traditionnels, de réagir en incorporant certains des thèmes des contestataires. L'inflexion donnée par Nicolas Sarkozy à sa campagne présidentielle sous la pression de l'ascension du Front national, par exemple sur la question des frontières, a parfaitement illustré les risques de cette dynamique.

De toute évidence, ce n'était pas la bonne stratégie. Le défi, pourtant, reste à relever : aucune institution, aucun mouvement à l'échelle européenne ne paraît en mesure aujourd'hui de répondre aux questions posées par ce front du refus. C'est un chantier auquel doivent s'atteler d'urgence les grands partis, sous peine de se voir déborder.

Lemonde
Citation :

Barroso : "Il n'y aura pas de renégociation du pacte budgétaire"

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Pict_410

Renégocier le pacte de discipline budgétaire : voila qui figure dans le programme du président élu François Hollande. Mais le président de la Commission ne l'entend pas de cette oreille.
Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a estimé mercredi qu'il n'y aurait pas de renégociation du pacte de discipline budgétaire qui a été signé en mars par 25 pays de l'UE, contrairement au souhait du nouveau président français, François Hollande.

Interrogé lors d'un colloque au Parlement européen à Bruxelles pour savoir s'il y aurait renégociation du pacte budgétaire, M. Barroso a simplement répondu "non", sans étayer sa réponse. Egalement présent, le président du Parlement européen, Martin Schulz, a apporté la même réponse à cette question.

Les deux responsables politiques se sont en revanche montrés ouverts à la mise en place d'un autre pacte économique européen qui ne soit pas uniquement consacré à la discipline budgétaire. Interrogé sur un tel scénario, ils ont répondu positivement. "Parlez-vous de nouveau traité ou de contrat politique ? Si vous me dites un contrat politique, je vous dis oui", a affirmé M. Barroso. Il n'a pas donné de précision sur le format que pourrait prendre ce contrat et s'est contenté de dire qu'il ne serait pas financé par de nouvelles dettes ou par l'inflation, en réponse à une question lors de ce colloque sur l'avenir de l'Europe au Parlement européen.

Le socialiste François Hollande, qui a été élu dimanche président de la république française, souhaite "renégocier" ou "compléter" le pacte budgétaire par des mesures censées doper la croissance, mais se heurte au non catégorique de la chancelière allemande Angela Merkel sur ce point.

Mardi, un membre du directoire de la Banque centrale européenne, Jörg Asmussen, a également affirmé que la France devait appliquer le pacte "tel quel". M. Hollande et Mme Merkel doivent se rencontrer le 16 mai, au lendemain de la prise de fonction de du nouveau président français, et ce sujet sera au coeur d'âpres discussions avant un dîner informel des dirigeants européens le 23 mai, consacré à la croissance et à l'emploi.

lalibre.be

_________________
" les orphelins d'aujourd'hui seront les guerriers de demain !!! " GAZA
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 15051210
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28676
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena32actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena24
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena25actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena26
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Cheval10actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena15
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Medail10

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Icon_minitimeVen 6 Sep 2019 - 20:58

Citation :
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 _12d187
© REUTERS

La Chambre des Lords adopte la loi pour reporter le Brexit

La Chambre des Lords britanniques a adopté définitivement vendredi le texte de loi visant à bloquer une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord, infligeant une nouvelle défaite au Premier ministre Boris Johnson, opposé à une telle initiative.

Rédaction  06-09-19, 16:49 Dernière mise à jour: 18:02  Source: Belga, afp

       

La Chambre des Lords a adopté vendredi la proposition de loi contraignant Boris Johnson à demander un report du Brexit pour éviter une sortie sans accord de l’UE, au grand dam du Premier ministre qui parie sur des élections anticipées pour résoudre la crise politique.

Le texte, qui avait été adopté mercredi par les députés, doit désormais recevoir l’accord de la reine Elizabeth II, dès lundi, pour devenir loi. Il vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre, si Boris Johnson ne trouve pas un accord de divorce avec l’Union européenne d’ici le 19 octobre.

Le Premier ministre, qui préférerait “mourir au fond d’un fossé” plutôt que de repousser le Brexit, espère désormais que l’opposition approuve sa demande d’organiser des élections anticipées mi-octobre, afin de se donner une majorité pour sortir de l’UE le 31 octobre -- accord ou pas.

Boris Jonhson faisait déjà campagne vendredi, rencontrant en Ecosse des agriculteurs et des pêcheurs qui avaient soutenu le départ de l’UE lors du référendum de juin 2016, qui avait vu la victoire à 52% du camp “Leave”.

Après un premier échec, le gouvernement va donc de nouveau soumettre tard lundi soir au vote des députés une motion convoquant des élections anticipées. Celle-ci doit réunir les deux-tiers des voix pour être adoptée. Mais le succès n’est pas garanti.

L’opposition se concerte

Les partis de l’opposition se concertaient vendredi en vue de ce vote. Jeremy Corbyn “a eu une conférence téléphonique positive” vendredi matin avec d’autres partis d’opposition sur les “efforts en cours” pour empêcher un Brexit sans accord et sur “la tenue d’élections”, a précisé un porte-parole du Labour.

“Nous sommes prêts à travailler avec d’autres pour s’assurer que nous le ferons au bon moment”, c’est-à-dire celui qui garantit “un délai”, a aussi déclaré Ian Blackford, haut responsable du parti indépendantiste écossais SNP, la deuxième force d’opposition au Parlement.

Un nouveau report du Brexit, initialement prévu le 29 mars et repoussé deux fois, devra toutefois être approuvé à l’unanimité des 27 autres États membres de l’UE, qui semblent s’y montrer ouverts.

Dans cette bataille féroce, Boris Johnson a remporté une victoire sur le plan judiciaire vendredi.

La Haute Cour de justice à Londres a décidé de rejeter une demande d’annuler la suspension du Parlement, une décision controversée prise par le chef du gouvernement conservateur. L’action avait été intentée par Gina Miller, femme d’affaires et militante anti-Brexit, et soutenue par l’ex-Premier ministre conservateur John Major.

“Mon équipe et moi n’abandonnerons pas le combat pour la démocratie”, a déclaré à la presse à l’issue de l’audience Mme Miller, qui compte faire appel.

En Ecosse, Boris Johnson a plaidé la cause des élections, se moquant du Labour, principal parti d’opposition, qui les a évité. “Jamais dans l’histoire un parti d’opposition ne s’était vu offrir une chance d’avoir une élection et ne l’avait rejetée”, a déclaré vendredi Boris Johnson lors de son déplacement dans la région d’Aberdeen.

M. Johnson doit ensuite être reçu par la reine Elizabeth II dans son château de Balmoral, où il passera la nuit.

“Très confiant”

À 55 jours de la date prévue de Brexit, le Premier ministre finlandais Antti Rinne, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, a jugé que la possibilité d’un compromis avec Londres sur une sortie ordonnée du Royaume-Uni de l’Union “ne semble maintenant pas possible”.

“Nous ne savons pas ce qui se passe là-bas. Il semble tout à fait évident que nous ne parviendrons pas à un accord de Brexit”, a déclaré Antti Rinne aux journalistes après une réunion avec le nouveau président du Parlement européen David Sassoli à Helsinki.

https://www.7sur7.be/monde/la-chambre-des-lords-adopte-la-loi-pour-reporter-le-brexit~a604c154/  
Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur
RED BISHOP

messages : 6874
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena21actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Untitl10
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena26actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Cheval10
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena13

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Icon_minitimeDim 8 Sep 2019 - 22:01

C'est pas Boris Johnson...mais plutôt celui qui est derrière lui, le cerveau qui a mener la campagne du Brexit, le stratège qui est aller jusqu a utiliser un mensonge ( 350 millions de livres par semaine) pour gagner.

Dominic Cummings un fantastique tacticien politique mais un véritable psychopathe dont le seul but est de provoquer un chaos qui devrait faire naître un Nouvel Ordre Mondial

Voila il pousse a un Brexit dure pour foutre un énorme bordel qui devrait balayer la classe politique qu il déteste...
Des qu il est arriver il a fait le ménage en mettant a la porte des assistants ministériel qui ne partage pas sa vision du Brexit
Ainsi l'Assistante du Ministre du Budget a était mise a la porte et a même était accompagner par des policiers armées...
C'est aussi lui qui est derrière la suspension du Parlement

_________________
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Marche12
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28676
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena32actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena24
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena25actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena26
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Cheval10actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena15
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Medail10

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Icon_minitimeLun 9 Sep 2019 - 21:20

Citation :
GB : la reine a approuvé la loi demandant un report du Brexit

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 _12d193
La reine Elizabeth et le prince Charles lors d'un festival à Braemar, en Ecosse, le 7 septembre 2019. Photo REUTERS/Russell Cheyne


AFP  09/09/2019


La reine Elizabeth II a formellement approuvé la loi qui contraint le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson à solliciter un report du Brexit auprès de l'Union européenne, a indiqué lundi après-midi la Chambre des Lords.

"La proposition de loi sur le retrait de l'UE a reçu l'assentiment royal", a annoncé la chambre haute britannique sur Twitter. L'approbation de la reine était la dernière étape nécessaire à l'entrée en vigueur de ce texte qui vise à empêcher un Brexit sans accord.

https://www.lorientlejour.com/article/1185882/gb-la-reine-a-approuve-la-loi-demandant-un-report-du-brexit.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28676
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena32actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena24
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena25actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena26
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Cheval10actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena15
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Medail10

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Icon_minitimeLun 21 Oct 2019 - 17:58

Citation :
20.10.2019

Les Européens aiment tous leurs armées sauf les Bulgares


L’armée continue de se positionner en tête des institutions dans lesquelles les Européens ont le plus confiance. En moyenne, 73 % des personnes interrogées en juin 2019 dans les 28 États membres de l’Union européenne ont déclaré avoir confiance dans l’armée de leur pays (proportion stable par rapport à novembre 2018). C'est ce révèle le nouveau numéro du bulletin EcoDef Conjoncture n° 137 intitulé : Opinion des Européens sur la défense, juin 2019 - Novembre 2018.

Les Français sont, quant à eux, 82 % à déclarer avoir confiance dans leur armée en juin 2019 (+2 points par rapport à novembre 2018).

Il existe de grosses différences toutefois: la Finlande caracole à plus de 90% alors que la Bulgarie ferme la marche avec moins de 50%. Cinq autres pays sont sous la barre de 60%

Voici le détail (avec en dessous la liste des pays pour aider à les identifier):

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 _12e425

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 _12e522

Pour la France où 82% des sondés font confiance à l'armée, voici des détails:

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 _12e324

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/10/18/ecodef-137-20552.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28676
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena32actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena24
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena25actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena26
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Cheval10actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena15
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Medail10

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Icon_minitimeMer 30 Oct 2019 - 18:49

Citation :
L'UE ouvre une enquête approfondie sur le rachat des Chantiers de l'Atlantique par Fincantieri


Bruxelles, 30 oct 2019 (AFP) -


La Commission européenne a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête approfondie sur le projet d'acquisition des Chantiers de l'Atlantique (ex STX France) par l'italien Fincantieri, jugeant l'opération susceptible de réduire "la concurrence sur le marché de la construction navale de croisière".

"Nous allons examiner scrupuleusement si l'opération envisagée est susceptible d'avoir une incidence négative sur la concurrence dans le domaine de la construction de navires de croisière, au détriment des millions d'Européens qui partent en croisière chaque année", a déclaré la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

A l'issue d'une enquête préliminaire, la Commission estime "peu vraisemblable" qu'un nouvel acteur puisse faire son entrée sur ce marché "en temps utile et de manière crédible pour compenser les éventuels effets négatifs de l'opération".

Selon elle, le rachat pourrait en effet "entraîner une hausse des prix, une réduction du choix et une moindre incitation à l'innovation".

En outre, elle juge que "les gros clients" ne disposeront "pas d'une puissance d'achat suffisante pour parer à tout risque d'augmentation des prix qui résulterait de l'opération".

L'exécutif européen dispose désormais de 90 jours ouvrables, soit jusqu'au 17 mars, pour prendre une décision.

Fincantieri avait exprimé dès mardi soir, après des informations de presse évoquant cette enquête, son désaccord avec la décision de l'UE si celle-ci venait à être confirmée.

La Commission se penche depuis le mois de janvier sur l'opération, ce qui avait fait grincer des dents en Italie.

De son côté le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, avait dit croire en cette fusion et "au rapprochement de la France et de l'Italie en matière navale".

La reprise des Chantiers de l'Atlantique - établis à Saint-Nazaire (ouest de la France) - par le groupe italien avait été annoncée en septembre 2017. L'accord conclu alors prévoyait que le groupe transalpin détiendrait 50% du capital, plus 1% supplémentaire prêté par l'Etat français.

Ce feuilleton avait commencé en 2016 lorsque STX France, alors seule unité rentable de STX Offshore & Shipbuilding, avait été mis en vente pour cause de redressement judiciaire.

Fincantieri, contrôlé par l'Etat italien et seul candidat à la reprise, avait alors obtenu le feu vert du gouvernement de François Hollande. Mais Emmanuel Macron, fraîchement élu président de la République, avait demandé en mai 2017 à revoir la participation française à la hausse, visant une répartition à parts égales.

Cette proposition avait d'abord été rejetée par Rome, les Italiens insistant pour détenir 51% du capital et le contrôle du conseil d'administration. Les deux pays avaient finalement trouvé un compromis en septembre 2017.

https://www.marine-oceans.com/actualites/19417-l-ue-ouvre-une-enquete-approfondie-sur-le-rachat-des-chantiers-de-l-atlantique-par-fincantieri
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28676
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena32actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena24
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena25actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena26
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Cheval10actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena15
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Medail10

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Icon_minitimeJeu 31 Oct 2019 - 20:03

Citation :
L'Italie "croit beaucoup" au projet de rapprochement Fincantieri/STX" (Conte)


Rome, 31 oct 2019 (AFP) -


Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a assuré jeudi qu'il croyait beaucoup au projet de rapprochement entre les Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) et l'Italien Fincantieri, au lendemain de l'annonce d'une enquête de la Commission européenne sur ce projet.

"Je crois beaucoup en ce projet, qui vise à renforcer notre industrie de la construction navale, et par +notre industrie+ j'entends européenne," a déclaré M. Conte cité par les médias italiens.

"Lorsqu'on parle de géants qui doivent rivaliser sur la scène mondiale, si nous ne pensons qu'au microcosme européen et pas à l'économie globale, on prend le risque de désavantager nos champions", a-t-il précisé.

La Commission européenne a ouvert mercredi une enquête approfondie sur le rachat des Chantiers de l'Atlantique par l'italien Fincantieri, qui pourrait nuire à la concurrence dans la construction navale. Au risque d'irriter Rome et Paris.

"C'est un sujet politique que j'ai déjà abordé à plusieurs reprises lors des Conseils européens. Lorsque nous parlons de concurrence, nous parlons de règles élaborées il y a quelque temps déjà, à un moment où la globalisation n'existait pas", a poursuivi Giuseppe Conte, interrogé sur cette enquête.

"Ceci est un élément politique que je soumets aux considérations d'ordre technique relevant de la compétence de la Commission européenne", a-t-il ajouté.

Selon Bruxelles, l'opération envisagée par Paris et Rome "est susceptible d'avoir une incidence négative sur la concurrence dans le domaine de la construction de navires de croisière, au détriment des millions d'Européens qui partent en vacances de croisière chaque année".

La Commission explique que cette opération, annoncée en septembre 2017, réduira le nombre d'acteurs sur un marché déjà très concentré.

L'exécutif européen dispose désormais de 90 jours ouvrables, soit jusqu'au 17 mars 2020, pour prendre une décision.

A l'annonce de cette enquête, la France a rappelé qu'elle était aussi "très attachée au projet de rapprochement" entre les deux groupes.


https://www.marine-oceans.com/actualites/19424-l-italie-croit-beaucoup-au-projet-de-rapprochement-fincantieri-stx-conte
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28676
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena32actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena24
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena25actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena26
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Cheval10actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Unbena15
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Medail10

actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Icon_minitimeJeu 7 Nov 2019 - 18:44

Citation :
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique

Stockholm, 7 nov 2019 (AFP) -


Des centaines de bouteilles de cognac et de Bénédictine ont été remontées fin octobre de l'épave d'un navire coulé en mer Baltique par la marine allemande pendant la Première Guerre mondiale.

Le 22 octobre, Ocean X, une entreprise suédoise spécialisée dans la recherche d'alcools vintage perdus en mer, a sauvé de l'épave du Kyros 600 bouteilles de cognac et 300 de Bénédictine, un digestif distillé à partit d'épices et de plantes.

Le Kyros avait été coulé au large de l'île d'Åland par un sous-marin allemand en 1917 alors qu'il faisait route vers la Finlande, chargé de biens destinés à la Russie tsariste. L'équipage avait été épargné et transféré à bord d'un bateau à destination de la Suède.

Le cognac, produit par la maison De Haartman aujourd'hui disparue, et la Bénédictine sont en cours d'analyse dans un laboratoire pour déterminer s'ils sont propres à la consommation.

"La mer Baltique offre des conditions favorables à la conservation de ces boissons" parce qu'elle "sombre et très froide", a indiqué à l'AFP Peter Lindberg, responsable de l'expédition.

Après la localisation de l'épave par 77 mètres de fond, l'équipe de Peter Lindberg a dû la libérer des filets de pêche qui l'entravaient. Son exploration par des plongeurs s'avérant tout de même périlleuse, ils ont dû faire appel à une société équipée d'un petit véhicule sous-marin téléguidé.

A l'oeil nu, l'état de préservation du trésor semble encourageant, aucune trace de fuite n'ayant été détectée. Des bulles d'air se promènent entre le bouchon et la liqueur et beaucoup des bouteilles de cognac étaient scellées à l'étain.

"La valeur de ces bouteilles reste à déterminer parce que la marque de cognac n'existe plus", explique Peter Lindberg.

Il espère pouvoir vendre le lot à bon prix lors d'enchères internationales. "Je ne suis pas sûr d'avoir les moyens de me garder une bouteille", plaisante-t-il.


https://www.marine-oceans.com/actualites/19457-600-bouteilles-de-cognac-remontees-d-une-epave-centenaire-en-mer-baltique
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...   actualité européenne : Economie, politique, diplomatie... - Page 26 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
actualité européenne : Economie, politique, diplomatie...
Revenir en haut 
Page 26 sur 26Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26
 Sujets similaires
-
» Taboulé à la méditerranéenne
» Pourquoi les jeunes se détournent de la politique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: