Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Révolte en Syrie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 14:04

Yakuza a écrit:
si vous intervenez la bas pour,les beaux yeux des occidentaux ou quiconque autres,c´est vous qui allez payer le prix,vous aurez des morts la bas et des attentas chaque jour chez vous,vaut vraiment pas le prix,pas pour l´US ou meme le GCC.
faut savoir rester dehors d´ingerences qui compliquent la vie,sinon on declenche un cercle infernal dont on ne peut sortir indemnes.

Une guerre est inévitable à long terme..
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 14:05

Yakuza a écrit:
si vous intervenez la bas pour,les beaux yeux des occidentaux ou quiconque autres,c´est vous qui allez payer le prix,vous aurez des morts la bas et des attentas chaque jour chez vous,vaut vraiment pas le prix,pas pour l´US ou meme le GCC.
faut savoir rester dehors d´ingerences qui compliquent la vie,sinon on declenche un cercle infernal dont on ne peut sortir indemnes.

Je pense que tous les gens qui pensent à une intervention regarde la Turquie, je ne sais pas ce que pense Erdogan sur la question en coulisses.

Ce n'est pas un "va t-en-guerre" mais il a rapproché tellement la Turquie du CCG qu'il y aura forcément une contrepartie pour tout le business et la coopération militaire Rolling Eyes

La Turquie va acheter du gaz au Qatar (on parle de 2 millions de tonnes sur le long terme). Je ne suis pas bon dans ce domaine donc je sais pas si c'est beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
osmali
Aspirant
Aspirant


messages : 531
Inscrit le : 04/11/2011
Localisation : Türkiye Cumhuriyeti //MENA
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 14:37

chanceux ce reporter, il a eu droit au même traitement que g w bush Laughing



_________________

"Do you believe a man can change his destiny?"
http://www.youtube.com/watch?v=XogzGNXpRoM
Revenir en haut Aller en bas
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 14:56

Baybars a écrit:
Yakuza a écrit:
et voila mtn qu´ils lachent lentement leur allié syrien,apres l´iran et la libye Rolling Eyes

Les Russes n'ont pas d'autre solution. La situation se dégrade en Syrie. Les Américains redoutent un scénario à l'Irakienne, c'est à dire, la destruction de l'Etat Syrien. Les Russes viennent de comprendrent que leur soutien mènent la Syrie vers une guerre civile, avec des répercussions incontrôlables pour eux et pour la région.

Detrompez vous, personne ne lache personne, Assad a le soutien de tous les 5 membres permanents a l'ONU.
Meme si les medias nous jouent une autre piece de theatre.
Les ASSAD ont ete les gardes-frontieres d'Israel depuis 40 ans. Si les Occidentaux decident de le remplacer, c'est qu'ils ont trouve encore plus traitre que lui ou qu'ils vont balkanises toute la region.
Ils jouent clairement la carte chiite, cf la mascarade des menaces contre l'Iran, et la carte kurde pour affaiblir les "arabes" sunnites. Et comme en face, ils ont pas des Bismark, on est mal barre...


Revenir en haut Aller en bas
arsenik
General de Division
General de Division


messages : 4637
Inscrit le : 19/05/2012
Localisation : juste a coté
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 15:05

Yakuza a écrit:
si vous intervenez la bas pour,les beaux yeux des occidentaux ou quiconque autres,c´est vous qui allez payer le prix,vous aurez des morts la bas et des attentas chaque jour chez vous,vaut vraiment pas le prix,pas pour l´US ou meme le GCC.
faut savoir rester dehors d´ingerences qui compliquent la vie,sinon on declenche un cercle infernal dont on ne peut sortir indemnes.


la guerre est inévitable ,il ne s'arreteront plus il sont parti beaucoup trop loin

il ne reste que 2 choix

soit les occidentau intervienne et transforme ce gouvernement en pantin et le golan et peut etre meme le liban n'existeron plus a long terme

soit les arabe intervienne et laisse les sunite s'emparer du pouvoir


dans les 2 cas le pays sera ravagé et c'est inévitable tant que assad est là il y a eu trop de mort pour qu'il lui parsonne



le monde arabe est en danger et 2 solution s'offre a lui soit se défaire de ces maitre soit il est condmné a un sort peu enviable
Revenir en haut Aller en bas
Ryad
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1402
Inscrit le : 03/03/2012
Localisation : Sur la Falaise
Nationalité : Egypt
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 18:51

vipsdesvips a écrit:
Baybars a écrit:
Yakuza a écrit:
et voila mtn qu´ils lachent lentement leur allié syrien,apres l´iran et la libye Rolling Eyes

Les Russes n'ont pas d'autre solution. La situation se dégrade en Syrie. Les Américains redoutent un scénario à l'Irakienne, c'est à dire, la destruction de l'Etat Syrien. Les Russes viennent de comprendrent que leur soutien mènent la Syrie vers une guerre civile, avec des répercussions incontrôlables pour eux et pour la région.

Detrompez vous, personne ne lache personne, Assad a le soutien de tous les 5 membres permanents a l'ONU.
Meme si les medias nous jouent une autre piece de theatre.
Les ASSAD ont ete les gardes-frontieres d'Israel depuis 40 ans. Si les Occidentaux decident de le remplacer, c'est qu'ils ont trouve encore plus traitre que lui ou qu'ils vont balkanises toute la region.
Ils jouent clairement la carte chiite, cf la mascarade des menaces contre l'Iran, et la carte kurde pour affaiblir les "arabes" sunnites. Et comme en face, ils ont pas des Bismark, on est mal barre...



HS


Rappelez vous du massacres de Hama, les occidentaux ont était satisfait craignant la monté des frères musulmans.
On est face depuis des années à une mascarade concernant l'IRAN et ISRAEL, faite un récapitulatif de tout les articles depuis 2003 sur l'Iran et sont programme nucléaire.
Ils sont en train de berné les arabes.

FIN HS

_________________
"Que vous cachiez votre parole ou la divulguiez Il connaît bien le contenu des poitrines."

Sourate 67 Al Mulk (la Royauté) ~ Verset 13
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 19:16

vipsdesvips a écrit:
Baybars a écrit:
Yakuza a écrit:
et voila mtn qu´ils lachent lentement leur allié syrien,apres l´iran et la libye Rolling Eyes

Les Russes n'ont pas d'autre solution. La situation se dégrade en Syrie. Les Américains redoutent un scénario à l'Irakienne, c'est à dire, la destruction de l'Etat Syrien. Les Russes viennent de comprendrent que leur soutien mènent la Syrie vers une guerre civile, avec des répercussions incontrôlables pour eux et pour la région.

Detrompez vous, personne ne lache personne, Assad a le soutien de tous les 5 membres permanents a l'ONU.
Meme si les medias nous jouent une autre piece de theatre.
Les ASSAD ont ete les gardes-frontieres d'Israel depuis 40 ans. Si les Occidentaux decident de le remplacer, c'est qu'ils ont trouve encore plus traitre que lui ou qu'ils vont balkanises toute la region.
Ils jouent clairement la carte chiite, cf la mascarade des menaces contre l'Iran, et la carte kurde pour affaiblir les "arabes" sunnites. Et comme en face, ils ont pas des Bismark, on est mal barre...



C'est à eux de voir, la situation sort de contrôle. Ils vont faire la même faute qu'au Mali.
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 20:22

Citation :
Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté vendredi, lors d'une session spéciale tenue à Genève, une résolution demandant à sa commission d'enquête sur la Syrie de "mener de toute urgence une enquête spéciale complète, indépendante et impartiale" sur le massacre de Houla en Syrie, afin d'identifier les responsables en vue de poursuites.

La résolution, présentée par le Qatar et adoptée après une journée de débat, condamne de la manière la plus ferme " l'utilisation scandaleuse de la force contre des civils, en violation du droit international, dont l'assassinat de 49 enfants, tous de moins de dix ans" à Houla les 25 et 26 mai.

Selon la résolution, après une journée de débat, la commission doit "conserver les preuves de crimes dans la perspective d'éventuelles poursuites pénales ou processus judiciaires ultérieurs", et "identifier publiquement, dans la mesure du possible, ceux qui semblent être responsables de ces atrocités".

Le texte condamne les meurtres "dans des attaques impliquant le meurtre délibéré de civils en tirant sur eux à courte portée, et les agressions physiques graves de la part d'éléments partisans du régime, ainsi qu'une série de bombardements d'artillerie et de chars des forces gouvernementales sur un quartier résidentiel".

La résolution appelle la mise en application du plan de Kofi Annan, demandant à toutes les parties syriennes de mettre fin à " toutes les violences sous toutes formes".

Aux termes de la résolution, la commission d'enquête devrait présenter un rapport à la 20e session du Conseil des droits de l'homme, qui aura lieu du 18 juin au 6 juillet.

La résolution invite aussi Kofi Annan, envoyé spécial conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe pour la crise syrienne, à présenter le problème syrien à la 20e session du Conseil des droits de l'homme.

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a mis en place la commission d'enquête indépendante sur la Syrie en septembre 2011, dirigée par Paulo Pinheiro.

La Russie, la Chine et Cuba a voté contre le projet de résolution.

Au cours de la session du Conseil des droits de l'homme, le représentant de la Russie a déclaré condamner de façon catégorique et ferme les crimes commis en Syrie, mais a qualifié la résolution de biaisée et partiale.

Il a déploré que la résolution ne comporte aucune condamnation du terrorisme et que le gouvernement syrien est accusé d'être l'auteur de tous les actes commis, sans reprendre en compte les actes de terrorisme.

Cuba a déclaré que le terrorisme, sous quelque forme que ce soit, devait être rejeté de toutes les façons. C'est pourquoi Cuba regrette que le texte présenté ne traite pas des attentats terroristes qui ont frappé le territoire syrien. Une fois de plus, a indiqué le représentant cubain, le Conseil est saisi d'un projet de résolution politisé et partial, qui reflète l'opinion d'une seule partie au conflit et ne condamne pas les actes terroristes perpétrés en Syrie.

La Chine a déclaré condamner la tuerie commise à Houla, estimant que ce drame souligne la nécessité de mettre un terme rapidement à la violence et d'appliquer tant les résolutions du Conseil de sécurité que le plan en six points de M. Annan.

Elle a déploré que le projet de résolution n'est pas objectif, notamment parce qu'il préjuge des résultats de l'enquête du gouvernement syrien et ne dit rien des crimes commis par les forces d'opposition. Par ailleurs, l'enquête du Conseil des droits de l'homme constitue une duplication de celle menée par la mission d'observation de l'ONU en Syrie..

Liu Zhenmin, représentant permanent de la Chine auprès de l'ONU à Genève, a déclaré que la Chine soutient les discussions sur la Syrie lancées par le Conseil des droits de l'homme, tout en soutenant que ces discussions doivent contribuer à pousser le processus politique en Syrie.

Le massacre de Houla a coûté la vie à 108 personnes. Le gouvernement syrien et l'opposition s'accusent mutuellement d'être les auteurs de cette boucherie. Jeudi, un comité mandaté par le gouvernement syrien a annoncé les résultats préliminaires de son enquête, affirmant que le massacre avait été commis par 600 à 800 éléments de la rébellion qui attaquaient les soldats gouvernementaux.

A Damas, le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdissi, a indiqué qu'il est "injustifié et hâtif" pour le Conseil des droits de l'hommes de "tirer la conclusion avant la fin de l'enquête", ce qui est, selon lui, " évidemment pour raison politique".

http://french.news.cn/monde/2012-06/02/c_131626352.htm
Revenir en haut Aller en bas
choukoumakou
2eme classe
2eme classe


messages : 25
Inscrit le : 02/06/2012
Localisation : syrie
Nationalité : France

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 20:27

Je peux vous dire que damas n'est pas calme, kfar sousseh, mazeh, midan tous ces quartiers sont en ebullition avec des manifs tous les jours. Et de sources familiales, le moral est au plus haut depuis la revolution, et ils voient la fin du regime dans un avenir proche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 20:48

choukoumakou a écrit:
Je peux vous dire que damas n'est pas calme, kfar sousseh, mazeh, midan tous ces quartiers sont en ebullition avec des manifs tous les jours. Et de sources familiales, le moral est au plus haut depuis la revolution, et ils voient la fin du regime dans un avenir proche.

Incha'Allah..
Revenir en haut Aller en bas
osmali
Aspirant
Aspirant


messages : 531
Inscrit le : 04/11/2011
Localisation : Türkiye Cumhuriyeti //MENA
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 21:02

Baybars a écrit:
choukoumakou a écrit:
Je peux vous dire que damas n'est pas calme, kfar sousseh, mazeh, midan tous ces quartiers sont en ebullition avec des manifs tous les jours. Et de sources familiales, le moral est au plus haut depuis la revolution, et ils voient la fin du regime dans un avenir proche.

Incha'Allah..

iaaa raaabi !!

_________________

"Do you believe a man can change his destiny?"
http://www.youtube.com/watch?v=XogzGNXpRoM
Revenir en haut Aller en bas
tshaashh
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1305
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Canada
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 3 Juin 2012 - 21:11

Une guerre civile "permanente" est la situation optimale pour les big bosses: la questio ndu golan restera stable, le reste des pays voisins continueront a etre instable. Ne jamais oublier: les dirigets occidentaux n'ont aucun interets a ce que la turquie continue dans la voie de "neutralite active", cad surfer sur les vagues profitables (GCC--> turquie sunnite vs. Iran par exmple), lancer des messages menacant (organisation cooperation de shanghai) et eviter de "payer" (recherche d'equilibre sur la question iranienne et recuperation du "printemps" arabe).

une instabilite permanente en syrie est bien, etendre le probleme syrien (qui n'a pas de solution gagnate) a tout le voisinnage est encore mieux. car meme la carte de la turquie aurait apparement besoin de "correction"...

la seule chose qui permettrait a la turquie de sortir peut etre son epingle du jeu serait une 3mme guerre du golfe starring iran vs. le reste du monde (et "pacifier" la syrie du meme coup). en passant ca tombe bien avec cette "crise economique" il est temps de rembaucher du monde...

_________________
Citation :
One should then look at the world of creation. It started out from the minerals and progressed, in an ingenious, gradual manner, to plants and animals. [...] The animal world then widens, its species become numerous, and, in a gradual process of creation, it finally leads to man, who is able to think and to reflect. The higher stage of man is reached from the world of the monkeys, in which both sagacity and perception are found, but which has not reached the stage of actual reflection and thinking. At this point we come to the first stage of man after (the world of monkeys). This is as far as our (physical) observation extends.


Ibn Khaldoun, Al Mouqaddimah (1377 - Franz Rosenthal translation), Ch.1
Revenir en haut Aller en bas
Ryad
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1402
Inscrit le : 03/03/2012
Localisation : Sur la Falaise
Nationalité : Egypt
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Lun 4 Juin 2012 - 12:56

Citation :
Syrie : les rebelles auraient tué 80 militaires

Les rebelles syriens ont tué au cours du week-end au moins 80 militaires en multipliant les attaques contre les barrages de l'armée et les accrochages avec les forces fidèles au régime de Bachar al Assad, ont rapporté lundi des opposants.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) dit avoir été informé par les rebelles que des unités combattantes avaient détruit des chars et tué plus de 100 soldats de Damas jusqu'à Idlib, dans le nord de la Syrie. L'OSDH dit avoir pu obtenir confirmation de 80 noms auprès de médecins en Syrie.
http://www.europe1.fr/International/Syrie-les-rebelles-auraient-tue-80-militaires-1112941/

_________________
"Que vous cachiez votre parole ou la divulguiez Il connaît bien le contenu des poitrines."

Sourate 67 Al Mulk (la Royauté) ~ Verset 13
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Mer 6 Juin 2012 - 19:36

Citation :
L'ONU, à Genève, vient d'organiser son 3ème Forum humanitaire sur la Syrie, réunissant des Etats membres, des organisations régionales et internationales et des ONG.

Un accord a été trouvé avec le gouvernement syrien pour répondre à la demande humanitaire où un million de personnes ont besoin d'aide.

Sur les 180 millions de dollars nécessaire pour financer les activités en Syrie 20% ont été récoltés et sur les 84 millions réclamés pour faire face à l'afflux de réfugiés dans la sous- région, 36% ont été reçus.

A la suite de discussions intensives entre le Coordinateur humanitaire régional, Radhouane Nouicer, et des représentants du gouvernement, les Nations Unies et le gouvernement syrien se sont mis d'accord pour intensifier les opérations humanitaires. Ainsi, l'accès à 4 sites supplémentaires (Dara'a, Dayr Az Zor et Hamaainsi qu'Idlib) est autorisé à l'ONU et à 7 ONG internationales.

Le Directeur des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), John Ging a précisé que cet accord apporterait une aide à un million de personnes, au cours des six prochains mois, sous forme notamment de nourriture, d'assistance médicale et d'appui aux services de base.

Selon le HCR près de 78.000 syriens sont actuellement réfugiés dans les pays voisins dont 67.212 sont enregistrés auprès de l' organisation. L'UNICEF estime qu'environ 50% des déplacés sont des enfants et des adolescents.

En Jordanie 21.432 réfugiés sont enregistrés et 2.550 personnes attendent d'être enregistrés. Le Liban reçoit actuellement 27.541 réfugiés. Plus de 50% sont enregistrés dans le Nord du pays. En Irak, 4.413 personnes sont réfugiées et la Turquie accueille 24. 326 personnes.

Les Nations Unies et ses partenaires ont besoin de 264 millions de dollars pour répondre à la demande humanitaire découlant de la situation en Syrie. Pour financer 44 projets en Syrie, durant les 6 mois à venir, 180 millions de dollars sont nécessaires dont 20% ont été récoltés à ce jour.

Une somme de 84 millions de dollars est demandée pour la réponse humanitaire dans la sous-région. Jusqu'à ce jour seuls 30, 7 millions ont été récoltés.

http://french.news.cn/monde/2012-06/06/c_131633321.htm
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Jeu 7 Juin 2012 - 8:46

Citation :
Plus de 100 personnes ont trouvé la mort mercredi lors d'un massacre perpétré aux alentours de la ville syrienne de Hama (centre), rapportent jeudi les agences occidentales citant le porte-parole du Conseil national syrien (opposition) Mohammed Sermini.

"Une centaine de personnes, dont près de 20 femmes et près de 20 enfants, ont été tuées dans les villages d'al-Koubeir et de Maarzaf", a fait savoir M.Sermini.

Selon l'opposition, la tuerie a été commise par les forces gouvernementales syriennes.

Il y a deux semaines, l'Observatoire syrien des droits de l'homme basé à Londres a rapporté que plus de 100 civils, dont un tiers d'enfants, avaient été massacrés dans le village de Houla, dans la province de Homs. L'opposition a imputé cette attaque aux soldats de l'armée régulière. Le 27 mai, le Conseil de sécurité de l'Onu a fermement condamné ce massacre. Pour leur part, les autorités syriennes rejettent la responsabilité de la tragédie sur les combattants islamistes...

http://fr.rian.ru/world/20120607/194970573.html
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Jeu 7 Juin 2012 - 17:01

Citation :
L'Armée syrienne libre face au piège du sectarisme

En un bond, les thuwar (les révolutionnaires) sont sur la route et braquent leurs kalachnikovs sur la voiture qu'ils ont piégée. Un tronc d'arbre barre la chaussée. Le conducteur terrifié extrait de sa poche une carte d'identité. C'est un chrétien de Conseba. Il pourra repartir. Le soleil tape sur la route entre Kabani et Djebel Ahmar en bordure du djebel Akrad, au nord-ouest de la Syrie. Le trafic est quasi inexistant, une heure passe avant qu'une camionnette chargée de matériel agricole débouche du virage. Arrêt au check-point, vérification, le chauffeur est aussi chrétien. "C'est bien ma veine, peste Abou Hassan. Deux voitures, deux chrétiens." S'il était tombé sur un alaouite, il aurait confisqué la voiture.

A la fin de la journée, lorsque le combattant de l'Armée syrienne libre (ASL) relate sa mésaventure, ses camarades éclatent de rire : l'un d'eux, Abou Bakr, a été plus chanceux. Il est tombé sur un alaouite du village de Djebel Ahmar au volant d'un véhicule presque neuf qu'il a aussitôt confisqué. Un des rebelles présents tente de justifier le vol : "Les thuwar n'ont rien contre les alaouites, ils se battent contre les chabiha [les milices prorégime] et contre un régime politique." Tous autour de la table acquiescent, en buvant leur thé très noir et sucré dans de petits verres renflés. L'un d'eux finit par lâcher : "Les alaouites de Djebel Ahmar sont tous des chabiha. Pour preuve, ils étaient présents en appui de l'armée régulière, lors du sac de Kabani en avril."

BARBE À LA MODE SALAFISTE

Les 500 habitants du village de Kabani sont tous sunnites ; mais, à 5 kilomètres de là, Djebel Ahmar est à 100 % alaouite ; et le bourg de Selma est mixte, alaouite et sunnite. Quant à Conseba, on y trouve des chrétiens, des alaouites et des sunnites. Une mosaïque confessionnelle inextricable. L'ASL a pris ses quartiers dans la région centrale du djebel Akrad, qui compte une quinzaine de villages exclusivement sunnites. Mais elle ne se hasarde pas en périphérie du massif, là où se trouvent les villages alaouites ou mixtes qu'elle soupçonne de complicité avec le régime. En quinze mois, le conflit a érigé un mur en zigzag entre les différentes communautés religieuses. De part et d'autre, la défiance semble irrémédiablement ancrée.

En file indienne, les fidèles reprennent leurs chaussures après la prière du vendredi, à la sortie de la mosquée d'Akko. Durant son sermon, le cheikh a béni les révolutionnaires et a rappelé que seul Dieu pourrait leur donner la victoire. Son affectation est nouvelle et il ne parvient pas à s'imposer auprès des jeunes qui lui préfèrent son prédécesseur, plus véhément : "Le sermon d'aujourd'hui était un peu mou", regrette Ahmed, un jeune combattant qui arbore une barbe noire, encore peu fournie.

Sur le perron de la mosquée, des petits groupes se sont formés. Les vieux sont presque tous rasés de près ou arborent une petite moustache, rappelant celle d'Hafez Al-Assad, le père du tyran. Au contraire, les jeunes ont la barbe. "La plupart des thuwar portent la barbe sans moustache, à la manière des salafistes. C'est presque devenu un signe de reconnaissance", explique Ahmed, dont la barbe est née avec le soulèvement : "La révolution m'a révélé ma foi. J'ai compris l'importance des valeurs morales. Je veux désormais régler ma vie selon les principes de l'islam."

Il voit dans sa lutte contre le régime de Bachar Al-Assad un combat pour faire triompher les valeurs de l'islam. Mais récuse toute influence étrangère : "Mon évolution s'est faite naturellement, en discutant avec les autres combattants. Lorsqu'on a peur, penser à Dieu rassure, et l'on se dit que notre vie ne nous appartient pas."

"VOILÀ NOTRE TERRORISTE D'AL-QAIDA !"

Un combattant arrive, la barbe très fournie. Mi-sérieux, mi-moqueurs, les autres l'appellent le cheikh, en raison de sa piété. "Voilà notre terroriste d'Al-Qaida !", plaisante Hassan, avant de préciser : "Il connaît le Coran mieux que nous, il nous guide lors de la prière." Abou Mohammed, le cheikh, a forcé le respect de ses frères d'armes en restant calme dans les situations les plus délicates. Mais lorsqu'il les surprend penchés sur l'écran d'un portable qui affiche la photo anodine d'une jeune fille non voilée, sa condamnation est sans appel : "Haram ["impur"] !"

Ismaïl, un jeune informaticien de Kabani, déplore ce manque de tolérance. Durant ses études à Lattaquié, il est tombé amoureux d'une jeune alaouite. Il espérait l'épouser, mais la révolution a bousculé ses desseins. Contraint de quitter Lattaquié, il a rejoint sa famille dans le djebel. "Elle aurait voulu qu'on reste ensemble, mais ma famille n'aurait jamais accepté." Ismaïl baisse les yeux, sort de sa poche son téléphone. "Nous nous parlons presque tous les jours. En cachette. Mais un de mes frères m'a surpris, et depuis il se moque de moi." Jadis courtisées par la jeunesse sunnite, les femmes alaouites sont aujourd'hui raillées pour leur prétendue légèreté.

Vendredi, alors que le cheikh se mêle aux villageois, Ismaïl profite d'un creux dans les conversations pour lui poser la question qui le démange. "Epouser une chrétienne, cela ne pose aucun problème", assure son interlocuteur. "Et une femme alaouite ?" Après un silence, le cheikh tranche : "Ce n'est pas conforme à l'islam."

http://www.lemonde.fr/international/article/2012/06/06/l-armee-syrienne-libre-face-au-piege-du-sectarisme_1713516_3210.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Jeu 7 Juin 2012 - 17:54







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Jeu 7 Juin 2012 - 17:56

Voilà la qualité des blindés russes!

Revenir en haut Aller en bas
arsenik
General de Division
General de Division


messages : 4637
Inscrit le : 19/05/2012
Localisation : juste a coté
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Jeu 7 Juin 2012 - 19:16

Baybars a écrit:
Voilà la qualité des blindés russes!





kornet e? Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Jeu 7 Juin 2012 - 21:24

Selon Erdogan, la fin d'Assad est proche.. Selon lui aussi, la rébellion gagne du terrain de jour en jour..
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Ven 8 Juin 2012 - 12:24

Citation :
Le Conseil de sécurité de l'Onu examine plusieurs scénarios de règlement de la crise syrienne, notamment l'adoption de mesures supplémentaires, ont fait savoir jeudi aux journalistes le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et l'émissaire spécial pour la Syrie Kofi Annan.

"Ce sont des idées précieuses, mais elles sont toutes en phase de gestation du point de vue des participants, des valeurs et des objectifs", a déclaré M.Ban à l'issue de trois heures de consultations du Conseil de sécurité de l'Onu à huis clos.

Il s'agit notamment de l'initiative visant à tenir une conférence internationale sur la Syrie, avancée le 6 juin par la Russie. D'autres membres du Conseil ont proposé de créer des groupes de contact sur le règlement de la situation.

Selon Kofi Annan, le Conseil de sécurité a discuté de mesures susceptibles de sauver son plan de règlement ainsi que des conséquences en cas d'échec.

"S'il ne marche pas, nous devrons trouver d'autres solutions", a déclaré l'envoyé spécial avant d'ajouter que l'accroissement de la militarisation du conflit aboutirait à des conséquences catastrophiques.

Présent aux consultations, le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a déclaré qu'il était temps de prendre des mesures.

Depuis plus d'un an, la Syrie est en proie à une vague de contestation du régime en place. Les affrontements ont déjà fait plus de 9.000 morts, selon l'Onu. Un cessez-le-feu a été décrété dans le pays en avril 2012, conformément au plan de paix proposé par l'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie Kofi Annan.

Près de 300 observateurs militaires des Nations unies chargés de veiller au respect de la trêve se trouvent en Syrie, mais les parties en conflit font régulièrement état de nouveaux affrontements et victimes.

http://fr.rian.ru/world/20120608/194985911.html
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Ven 8 Juin 2012 - 16:28

Citation :
LE PRINTEMPS SYRIEN : TÉMOIGNAGE D’UN RELIGIEUX FRANÇAIS

par Mgr Philippe Tournyol du Clos, Archimandrite Grec-Catholique Melkite

La paix en Syrie pourrait être sauvée si chacun disait la vérité. De retour à Damas en ce mois de mai 2012, il me faut bien constater qu’après une année de conflit, la réalité du terrain ne cesse de s’éloigner du tableau catastrophiste qu’en imposent les mensonges et la désinformation occidentale.

Le mois de février a marqué un coup d’arrêt aux provocations des islamistes radicaux. Les troubles, en majorité circonscrits à Hamma et à Homs, auraient d’ailleurs été plus vite résorbés si la pression internationale n’avait freiné l’intervention de l’Armée. Les zones frontalières de la Turquie , de la Jordanie et du Liban – par lesquelles s’infiltrent les mercenaires – restent encore sensibles. Dans la capitale, ce que l’on appréhende le plus sont les voitures piégées et les attentats à la bombe, la plupart du temps, le fait de kamikazes alléchés par l’appât du gain, le désir du paradis d’Allah, ou bercés du rêve sunnite de la fin des alaouites au terme de 40 ans de règne et l’avènement de Jésus au haut du minaret, accompagné du dernier prophète Al Mahadi pour le Jugement dernier.

Il faut dire et redire que l’idéologie fanatique est d’importation étrangère et que la Syrie n’a jamais été confrontée à un cycle de manifestations/répression, mais à une déstabilisation sanguinaire et systématique par des aventuriers qui ne sont pas syriens. Cette information, qui va à l’encontre des journaux et des reportages télévisés, l’ex-ambassadeur de France, Éric Chevallier, n’avait eu de cesse de la faire entendre à Monsieur Juppé ; mais le ministre français refusa toujours de tenir compte de ses rapports et falsifiait sans vergogne ses analyses pour alimenter la guerre contre la Syrie.

Nos lecteurs ont encore en mémoire l’invitation du Patriarche maronite à Paris, Sa Béatitude Bechara Raï, par Nicolas Sarkozy qui, s’étant renseigné sur le nombre des chrétiens au Liban et en Syrie, lui proposa de les installer en Europe. La réponse indignée et courageuse du haut prélat qui prit la défense de Bachar Al-Assad – et qui devait, selon le protocole, être décoré de la légion d’honneur – lui valut d’en recevoir l’écrin de la main sèchement tendue de l’ex-président français.

Arrivée à Damas

L’on respire à Damas un autre air qu’on voudrait nous le faire croire partout ailleurs.

Certes, depuis quatre mois, dans la banlieue, les voitures piégées ont fait de sanglants dégâts ; plusieurs fanatiques suicidaires se sont fait exploser dans la foule d’innocentes victimes. L’on entend parfois, la nuit, des échanges de coups de feu, c’est l’armée qui veille à la protection des habitants et parvient souvent à empêcher les attentats meurtriers. Ces jours-ci, deux minibus bourrés de TNT ont explosé simultanément selon un schéma terroriste désormais classique. Toujours disposée à proximité d’une cible d’intérêt stratégique, la première charge est destinée à semer la panique et à attirer le plus grand nombre d’intervenants pour déclencher la seconde explosion. Cette fois-ci, c’était le Quartier Général du contre espionnage syrien, où avaient été détenus les étrangers pris les armes à la main et que les salafistes projetaient de faire évader. Leur tentative échoua mais se solda par un bilan terrible : 130 morts (dont 34 chrétiens), 400 blessés et autant de logements endommagés.

La consternation est générale, le chagrin indescriptible et les nombreuses funérailles déchirantes. Pourtant, en ce mois de Marie les églises abondamment fleuries se remplissent chaque soir et j’ai vu les mosquées bondées le vendredi à midi ; la concentration de la prière aux Omeyyades évoquait pour moi celle des coptes en Égypte ; tandis que les espaces verts sont régulièrement envahis par des familles heureuses de se retrouver pour des piqueniques qui se prolongent tard dans la nuit. Le peuple syrien est un peuple simple et enjoué. Malgré l’insécurité et les dramatiques difficultés économiques engendrées par les sanctions internationales (l’inflation de la livre syrienne, l’anéantissement total du tourisme, la croissance du chômage et la cherté grandissante des denrées de base), la vie continue normalement.

Les chrétiens vivent en paix

Bien que partageant avec leurs congénères l’inquiétude générale, les chrétiens avouent volontiers qu’ils ne se sont jamais sentis aussi libres par le passé. Ils attribuent ce sentiment à la pleine reconnaissance de leurs droits lors de l’accession à la présidence de la famille Assad. Certains s’estiment même mieux traités aujourd’hui qu’à l’époque où ils étaient pris entre les deux feux des partisans opposés de De Gaulle et de Vichy. Un ami damasquin évoque pour moi le souvenir de son grand-père qui, suivant une coutume alors répandue, avait échangé le sang d’une légère blessure faite à la main avec celui d’un cheikh musulman pour devenir frères de sang ; il me confie : « Les ennemis de la Syrie ont enrôlés les Frères Musulmans dans le but de détruire les relations fraternelles qui existaient depuis toujours entre les musulmans et les chrétiens. Pourtant, à ce jour, ils n’y sont pas parvenus : ils ont même provoqué une réaction contraire et rapproché comme jamais auparavant tant les communautés que les individus. »

Petit rappel historique. La conquête de la Syrie par les arabes (636) n’a jamais été sanglante. À Damas, tandis que les chrétiens byzantins tentaient de leur résister, les chrétiens syriaques leur ouvraient les portes de la ville et leur offraient spontanément leurs services pour construire des habitations. Sait-on que pendant 70 ans, chrétiens et musulmans prièrent ensemble dans l’Église Saint Jean-Baptiste ? Quand celle-ci fut devenue trop petite, sur la demande des musulmans, elle devint la Mosquée des Omeyyades (705) que l’on admire encore aujourd’hui ; et pour dédommager les chrétiens, les musulmans leur construisirent les quatre premières églises damascènes.

La première impression qui me frappe est donc de retrouver Damas pareille à elle-même, son charme désuet, ses souks hauts en couleurs aux effluves d’épices, l’animation égayée des ruelles de la vieille ville et sa circulation qui n’a rien à envier à celle du Caire ; dans les quartiers verdoyants des bords du Barada, les restaurants sont pleins. La seconde, c’est la dignité et la modestie du petit peuple de la rue : guère de mendicité, d’apitoiement ou de plainte de la part des pauvres qui fourmillent pourtant et cachent bien leur misère derrière leurs murs lézardés. On n’imaginerait jamais ici personne dormant dans la rue, comme à Paris.

Sur le terrain

L’Armée n’est intervenue que plusieurs mois après le commencement des événements. L’insurrection s’est caractérisée par une cruauté d’une sauvagerie oubliée en Syrie depuis les massacres de 1860 où 11’000 chrétiens furent assassinés par des fanatiques mahométans encouragés par les ottomans.

Les turcs d’alors étaient pires que les salafistes d’aujourd’hui. Petite évocation historique. Qui se rappelle qu’en 1859, la maladie du ver à soie avait provoqué la disparition de sa culture tant en Chine qu’en France ? Seule la Syrie avait échappé au fléau. (Le brocart, inventé par la famille Boulad avait déjà conquis le monde). Or tous les soyeux syriens étaient chrétiens. Il n’en fallut pas plus pour que le gouvernement français du Second Empire « suggère » à l’occupant ottoman de provoquer – par musulmans exaltés interposés – les troubles sanglants que l’on sait et la persécution contre les chrétiens qui se solda par l’expatriation de tous les soyeux vers la France et le rachat à bas prix de leur production.

Un militaire, actuellement sous les armes au sud du pays, me fait part de sa stupéfaction quand il s’est trouvé affronté à des combattants qui n’étaient pas syriens mais étrangers, et me rapporte quelques faits surprenants dont il a été témoin : « Quand nous avons commencé à nous battre, nous avons trouvé en face de nous des Libyens, des Libanais (mercenaires sunnites de Saad Hariri), des Qatari, des Saoudiens et, bien sûr, des Al Qaeda. Quand nous avons fait des prisonniers, nous avons constaté que beaucoup d’entre eux ne parlaient pas l’arabe, c’étaient des Afghans, des Français, des Turcs ». Chacun s’attend, ici, à des révélations de nature à mettre en porte-à-faux bien des pays.

Parmi ces étrangers, me dit-il, « bon nombre d’entre eux ne savent pas où ils sont : on fait passer les Libyens par le Golan à proximité de la frontière israélienne pour leur montrer le drapeau israélien et les convaincre qu’ils sont bien sur la route de Gaza où ils vont combattre avec leurs frères musulmans… À Homs, a été arrêté un Libyen persuadé de se trouver en Irak pour combattre les Américains. »

Près de la frontière israélienne, de nuit, des voitures télécommandées bourrées d’explosifs ont pu être interceptées, exemple parmi d’autres des interventions sporadiques de commandos qui traversent chaque jour les frontières jordanienne, israélienne, libanaise et turque.

Homs, ville martyre

À Homs, il est faux de dire que les alaouites centralisent dans leurs mains tous les pouvoirs ; au nombre de 24, les notable comptent 18 sunnites, 4 chrétiens et 2 alaouites.

Homs a toujours été la ville du pays la plus peuplée de chrétiens. Ceux-ci occupaient à 98% deux quartiers, Bustan El Diwan et Hamidieh (le Vieux Souk), où se trouvent toutes les églises et les évêchés. Le lacis de ses ruelles et les nombreux passages souterrains rouverts pour la circonstance ne permirent pas aux mercenaires d’y pénétrer avant la reprise de Baba Amro. Le spectacle qui s’offre maintenant à nos yeux est celui de la plus absolue désolation : l’église de Mar Élian est à demi détruite et Notre-Dame de la Paix saccagée (près de laquelle on a trouvé plusieurs personnes égorgées) est encore occupée par les rebelles. Les maisons, très endommagées par les combats de rue sont entièrement vidées de leurs habitants qui ont fui sans rien emporter ; le quartier d’Hamidieh constitue encore aujourd’hui le refuge inexpugnable de bandes armées indépendantes les unes des autres, fournies en armes lourdes et en subsides par le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Tous les chrétiens (138’000) ont pris la fuite jusqu’à Damas ou au Liban ; ceux qui n’y avaient pas de parents se sont réfugiés dans les campagnes avoisinantes, chez des amis, dans des couvents, jusqu’au Krak des Chevaliers. Un prêtre y a été tué ; un autre, blessé de trois balles dans l’abdomen, y vit encore ainsi qu’un ou deux autres, mais ses cinq évêques se sont prudemment réfugiés à Damas ou au Liban. On dit que les chrétiens amorcent un timide mouvement de retour.

Aujourd’hui, mis à part quelques coups de feu nocturnes, la ville a retrouvé le calme. C’est le cas d’Arman, quartier où les alaouite sont aussi proportionnellement plus nombreux que dans les autres villes, où l’on peut circuler en voiture. Quant au quartier sunnite, on peut y pénétrer (même un étranger, s’il est accompagné d’un sunnite), mais c’est à ses risques et périls car les tireurs isolés ne sont pas rares. Les magasins sont fermés et les destructions impressionnantes. Je trouve étrange de n’apercevoir dans toute la ville aucune présence militaire, aucun soldat en armes. Ceux-ci se contentent d’en contrôler les accès et d’occuper des casernes, à l’extérieur.

Les villages chrétiens de la campagne d’Homs

Puisqu’on n’est pas éloigné de la frontière du Liban, les points de contrôle et les barrages sont nombreux, ainsi que le mouvement des véhicules de l’armée loyaliste. Du haut de ses sept ans, Jacques s’époumone auprès de moi : « Dieu protège l’armée ! » ; je le verrai ce soir prier pour elle comme il le fait chaque jour avec ses frères et sœurs. Dans le village chrétien où je passe les nuits, les grand-mères se font un devoir de porter de la nourriture aux soldats. Un habitant me confie : « Si l’armée quitte notre village, nous risquons d’être égorgés. Si la répression sauvage dont l’accusent vos médias était réelle, pourquoi les militaires seraient-ils les bienvenus dans nos villages ? ». Ils sont, j’ai pu le constater de mes yeux, sous la protection attentive des troupes fidèles au Président Bachar. Pourtant, le jour de l’Ascension, une roquette est arrivée dans le jardin, heureusement sans faire de dégâts, mais l’explosion a terrifié les enfants. Le village, pour la première fois, a été la cible de trois RPG dont l’un a provoqué la mort d’un grand-pèreet de ses deux petits enfants (14 et 13 ans).

La campagne jouit donc d’un calme très relatif. On entend des échanges de tirs, la nuit : c’est que nous ne sommes qu’à une quinzaine de kilomètres de la frontière libanaise. Douze personnes qui se rendaient à Kafr Nam en minibus ont été kidnappées contre rançon. Un autobus a été mitraillé sur la route. Au village, un cousin a été enlevé quelques heures, le temps de lui voler son taxi (habilité à passer la frontière libanaise). Tout cela relève d’actions isolées des bandes armées.

Rappel des faits récents…

On se souvient que pendant huit longs mois, les Homsiotes avaient réclamé l’intervention de l’Armée, qui se refusait à prendre le risque d’atteindre la population civile.

Après avoir essayé sans succès de s’établir à Daraa, (près de la frontière jordanienne), puis à Idleb (près de la frontière turque) dont ils furent également délogés, les opposants au régime avaient choisi Homs pour sa proximité avec le Liban, comme Quartier Général. Dès lors, on ne compta plus les exactions et les crimes d’une férocité tout-à-fait étrangère au comportement syrien. Pour exemple, l’enlèvement de 200 alaouites, en août de l’an dernier, à fin de les égorger pour la fête de l’Aid al-Adha. En provenance du Liban, un armement sophistiqué considérable, suffisant pour approvisionner toute la rébellion, avait été stocké dans le quartier de Baba Amro autoproclamé Émirat Islamique Indépendant. De nombreux combattants y avaient d’ailleurs été enrôlés de force, sous menace d’éliminer leur famille. Parmi des atrocités sans nom, on a retrouvé les corps de 48 jeunes hommes égorgés parce qu’ils voulaient rendre les armes ; c’est ce que m’a personnellement raconté un survivant qui avait perdu dans cette circonstance son père et ses deux frères. Il faut savoir que, pour le fanatique sunnite extrémiste, égorger son ennemi manifeste sa fierté d’être en Guerre Sainte ; et c’est un acte de vertu qu’il offre aux yeux d’Allah.

Lorsque des terroristes veulent vérifier l’identité religieuse d’un suspect, s’il se dit chrétien, ils lui font réciter le Je crois en Dieu et le laissent partir (les chouans l’exigeaient en latin). S’il se dit ismaélite, il lui est demandé de donner les généalogies qui remontent à Moïse. S’il se dit sunnite, ils exigent qu’il récite une prière dont les alaouites, eux, ont retiré un passage. Les alaouites n’ont aucune chance de s’en tirer vivant. Nombre d’entre eux ont été kidnappés sur simple présentation de leur carte d’identité ; quand des chrétiens l’ont été, c’était par erreur. Depuis les temps immémoriaux, en effet, les chrétiens vivent en paix dans les quartiers sunnites et alaouites, heureux de leur présence.

Toujours au contact avec la population, Bachar Al-Assad (dont on sait que la mère a été l’élève d’un collège de Latakieh tenu par des religieuses) s’est rendu personnellement sur place après les événements et a promis de reconstruire les quartiers martyrs.

Le dessous des événements

Que l’on nous permette de revenir quelque peu sur les événements d’Homs présentés par la presse française et internationale à la honte du « barbare » Bachar El-Assad.

9 février 2012. Après épuisement de toutes les tentatives de médiation, l’Armée loyaliste syrienne donne l’assaut à « l’Armée syrienne libre » qui s’était emparé du quartier de Baba Amro et avait pris ses habitants en otage. Lorsqu’au terme de batailles qualifiées de « répression sanguinaire » par la presse internationale, les Forces gouvernementales vinrent à bout des rebelles, une partie d’entre eux trouva refuge dans le labyrinthe du quartier chrétien, tandis que les derniers éléments armés de l’Émirat prenaient la fuite, en massacrant les chrétiens des deux villages qu’ils traversèrent avant de trouver refuge au Liban. Mais qu’advint-il des journalistes-combattants de l’émirat islamique autoproclamé ?

Deux y trouvèrent la mort, Marie Colvin et Rémi Ochlik qui furent identifiés sur des vidéos par les ambassadeurs de France et de Pologne, en tenue de combat. Le « photographe » Paul Conroi appartenait à une agence de renseignement britannique ; Édith Bouvier était entrée clandestinement en Syrie aux côtés des rebelles. Elle, qui aurait dû tomber sous le délit d’immigration illégale, osa à l’époque manipuler la compassion des téléspectateurs français en réclamant la création d’un « couloir humanitaire », se faisant la porte-parole d’Alain Juppé qui cherchait par là à exfiltrer les mercenaires de l’Armée Syrienne Libre et leurs instructeurs occidentaux. D’autres éléments laissent à imaginer que l’envoyée du Figaro Magazine travaillait pour la DGSE.

La veille de l’assaut final, s’échappant nuitamment les dits journalistes gagnèrent le Liban où ils furent récupérés à un point de passage illégal par l’ambassadeur de France à Beyrouth, Denis Pietton, le même qui avait insolemment pris position contre Sa Béatitude Bchara Raï, trop bacharisé à son goût. Sous le faux prétexte de visiter les alentours de Baalbek, à l’est du Liban, le diplomate avait rejoint le nord de la Bekaa , (région frontalière limitrophe de la province de Homs) avec une équipe sécuritaire française. Là, il récupérait les exfiltrés français ; comme, en vertu de la Convention de Vienne, les voitures diplomatiques ne peuvent être perquisitionnées, le convoi ramena les agents français à l’ambassade, au nez et à la barbe de la police.

La frontière évanescente du Liban

L’Armée Nationale syrienne renforce son dispositif pour empêcher les infiltrations. Mais des combattants étrangers se regroupent toujours aux frontières turque et jordanienne ; après avoir transité par Amman, des centaines de Libyens d’Al-Qaïda takfiristes (ex-groupe islamique agressif en Libye) continuent d’affluer, tandis que plusieurs milliers d’autres sont rassemblés à Hattay (en Turquie) et encadrés par l’Armée turque ; ces jours-ci, sont arrivés en renfort plus de 5’000 Libyens.

Les incidents se multipliant, on dit que l’Armée libanaise aurait démantelé un camp de regroupement et une base de communication sur son territoire. Pourtant les preuves prolifèrent sur la responsabilité de certains milieux libanais dans la transformation du Liban en base arrière pour frapper la Syrie et y commettre des actes de violences. En collaboration avec des ambassades occidentales, un vaste trafic d’armes a été mis en place via Tripoli (où arrivent par cargos des milliers de tonnes d’armement lourd) grâce à l’installation de bases logistiques et médiatiques notamment animées par le Courant du futur de Saad Hariri et les Forces libanaises de Samir Geagea. La tâche de ces cellules est de former et d’entraîner les groupes terroristes syriens. Tout se passe comme si, sur décision américaine, le Liban était devenu une plateforme pour agresser la Syrie.

Damas, une écharde dans la chair

Alors que la Syrie semblait trouver sa place dans le concert des nations, voici qu’un nombre inattendu de protagonistes s’intéresse à elle, pas toujours de façon cordiale ou désintéressée. L’homme de la rue se demande si une nouvelle guerre mondiale n’a pas commencé dans son pays. Et les conjectures vont bon train.

La Russie n’a-t-elle pas besoin de la région comme débouché indispensable vers les mers libres ? Comment l’Amérique pourrait-elle supporter l’idée de son émergence au rang des puissances mondiales ? La Chine elle-même ne nourrit-elle pas le projet d’une ligne de chemin de fer en direction du Golfe et de l’Afrique ? L’acheminement du pétrole et du gaz iraniens à destination de Banyias se fait à travers l’Irak, mais les hydrocarbures du Qatar à destination d’Haïfa ne seraient-ils pas programmés pour transiter par la Syrie ? Poursuivant le plan sioniste ourdi de longue date de découpage confessionnel du Moyen-Orient, Israël considère que sa sécurité exige à n’importe quel prix la chute de Bachar, dont la force est devenue une menace. Nul n’ignore que lorsqu’il devint premier ministre, le sunnite Saad Hariri (dont la fortune doit beaucoup aux fonds américain, saoudiens et qataris) n’était libanais que depuis huit ans. Son alliance avec l’Arabie Saoudite s’explique aisément par le fait qu’il est le fils de l’épouse que son père, Rafic, a offert en présent au roi Abdallâh. Saoudiens et Qataris sont alliés des USA qui les soutiennent à cause du pétrole mais leur tiennent la bride courte, en menaçant – par des troubles populaires qui ont déjà commencés – la stabilité de leurs trônes. On peut noter qu’il y a aussi du pétrole dans la région de Deir Ezzor, à l’est de la Syrie (où vient d’exploser un véhicule contenant 1000 kg de TNT), et beaucoup de gaz dans la région de Qara et au large des côtes de Latakieh. En fait, tout ce beau monde ne s’est-il fédéré contre la Syrie que lorsqu’elle a commencé d’émerger au niveau des grandes puissances et Washington ne provoquerait-il les changements de régime du monde arabe que pour réaliser ses objectifs géopolitiques concernant la maîtrise de l’énergie ?

Quand – à l’appui de la Russie et de la Chine, au soutien de l’Iran et celui du Hezbollah libanais (qui menace directement Israël) – la Syrie ajoute sa puissance de feu et l’efficacité de la protection de son territoire (par des moyens électroniques capables d’intercepter toutes communications ou de mettre en panne tout appareillage électronique), Bachar devient une écharde insupportable dans la réalisation du plan sioniste de dépècement du Moyen-Orient destiné à assurer la survie d’Israël.

Les chrétiens ne sont pas persécutés comme en Égypte

Mon hôte me dit : « Avant le commencement des événements, nul n’aurait jamais eu l’idée de revendiquer son appartenance religieuse. On vivait tous ensemble, sans toujours savoir quelle religion l’autre pratiquait. On était syrien, et cela nous définissait. C’est en 2011 que tout a commencé de changer et que nous y avons prêté attention. »

On pourrait presque dire que les malheurs des chrétiens relèvent des dommages collatéraux. En effet, les incidents dont ils ont été victimes ne se sont produits que dans la région d’Homs, (précédés des affrontements entre sunnites et alaouites), mais l’on n’en déplore à ce jour aucun dans les autres provinces.

Ils sont inquiets, bien sûr, mais leur peur n’a vu le jour qu’avec le Printemps arabe et la crainte de la prise du pouvoir par les Frères musulmans. Avec l’immense majorité des Syriens, ils aiment leur Président dont on sait aujourd’hui qu’il ne tient plus au pouvoir mais, ne voulant pas céder à la pression actuelle, attend les élections de 2014 sans intention de se porter candidat. Ils jugent enfin les bandes armées fanatisées pour ce qu’elles sont, la plupart du temps, composées de jeunes délinquants entre 18 et 26 ans à peine sortis de prison. Avec tous les Syriens et comme le Président lui-même, ils désirent des réformes. Mais pas sa chute qui entraînerait immédiatement l’irakisation de la Syrie (qui a accueilli, faut-il le rappeler, plus de trois millions de réfugiés irakiens).

Il a fallu attendre cette guerre pour que les chrétiens soient personnellement menacés par des combattants salafistes encouragés et excités chaque soir à la télévision par le « cheikh » Al Araour. Ancien officier de l’Armée syrienne, ce personnage peu recommandable a été jugé et condamné aux geôles syriennes pour ses mœurs dépravés ; mais il a pris la fuite et s’est réfugié au Qatar d’où il ne cesse d’inciter ses troupes à massacrer alaouites et chrétiens.

Il y a, pour l’observateur, une évolution évidente des « révolutions ». Les troubles avaient commencé en Tunisie, puis ce fut le tour du Yémen, de l’Égypte et de la Libye, avec le « succès » que l’on sait. Il restait la Syrie. Pourtant il faut reconnaître ceci : si les chrétiens ne sont pas directement persécutés dans leur pays, c’est leur existence même qui est menacée de l’extérieur par les alliés du Golfe et les prises de position iniques de nations comme la France, à la remorque des États-Unis, eux-mêmes assujettis à Israël.

Bilan des victimes, la torsion des chiffres

Au début du mois, la presse officielle faisait état d’un Rapport de la Syrie à l’ONU daté du 21 mars qui recensait les victimes du conflit depuis le début des affrontements.

Le nombre des victimes des rebelles s’élevait à 6’000 et se décomposait ainsi : 3’000 soldats de l’Armée régulière et 3’000 civils, (500 policiers abattus, 1’500 enlèvements et 1’000 disparus). Dans le même temps, l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme évaluait le nombre de Syriens tués à 11’000. Les rebelles – rebaptisés « déserteurs » par l’OSDH – ne comptabilisaient que 600 pertes et ne mentionnaient évidemment pas les nombreux combattants étrangers tombés en martyrs du djihad.

Même compte tenu de la difficulté de l’exactitude en la matière, la marge entre les deux chiffres était démesurée. Mais la manipulation ne s’arrêtait pas là puisque la responsabilité des 11’000 morts devait incomber à la répression gouvernementale, les médias de masse occidentaux se faisant immédiatement l’écho indigné des chiffres de l’OSDH.

Printemps syrien

Il plane dans le petit peuple chrétien le sentiment qu’une renaissance doive suivre les événements actuels, leurs ennemis conjugués n’ayant obtenu d’autres résultats que des destructions partielles et celui de souder les Syriens autour de leur président ; les attentats des derniers kamikazes sont même perçus comme des combats d’arrière-garde.

C’est sous les murs de Damas que saint Paul, futur Apôtre des Nations, a été saisi par le Christ Jésus, Lumière du Monde. Ni à Jérusalem, ni autre part.

Et le terme singulier d’orientalité (proche d’authenticité) n’exprimerait-il pas la qualité de convivialité historique qui a toujours existé entre chrétiens et musulmans ? On sait que la Mosquée des Omeyyades abrite le crane de saint Jean-Baptiste, que vénèrent côte-à-côte chrétiens et musulmans. Mais sait-on que beaucoup de musulmans cultivés prient le Christ ? Pèse-t-on à leur juste mesure les visites régulières du président Bachar au monastère de Notre-Dame de Sayidnaya, comme à l’humble Sanctuaire de Saint Ananie où il a lui-même demandé de l’huile bénite ? ; et sait-on que l’image miraculeuse de la Vierge de Soufanieh – devant laquelle viennent se recueillir des cheikhs musulmans – fut rapportée du Kazanska, où musulmans et chrétiens honorent depuis toujours l’icône prodigieuse de Notre-Dame de Kazan ?

Enfin, ne faudrait-il détruire la Syrie que parce qu’elle apparaît comme le cœur d’un Islam modéré ? Pour justifier sa politique de domination, l’Occident ne veut avoir affaire qu’à l’Islam pur et dur qu’il suscite, alimente et bouffit. En opposant au monde occidental (soi-disant chrétien) un monde de barbus fanatiques, il peut justifier sa guerre pour le pétrole.

Les politiciens font des plans. L’ultime raison d’espérer des chrétiens de Syrie – comme de tout le Proche-Orient – repose sur leur foi dans le plan du Seigneur. La terre d’Orient est gorgée d’Espérance. N’a-t-elle pas engendré au cours des siècles passés des victoires aussi fulgurantes que mystérieuses : David face à Goliath, Cirrus face à Nabuchodonosor, Gédéon face aux Madianites ? N’oublions pas que le sort du monde se joue autour du mont Moriah, à portée de canon de Damas.

http://citoyenlibre.nonalaguerre.com/?p=1687
Revenir en haut Aller en bas
Ryad
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1402
Inscrit le : 03/03/2012
Localisation : Sur la Falaise
Nationalité : Egypt
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Ven 8 Juin 2012 - 19:21

Citation :
Syrie : violents accrochages entre armée et rebelles à Damas

Au moins dix-huit personnes ont été tuées ce vendredi en Syrie, alors que les opposants sont de nouveau sortis manifester.
http://www.lepoint.fr/reactions/monde/commentaires-sur-syrie-violents-accrochages-entre-armee-et-rebelles-a-damas-08-06-2012-1470939_24

_________________
"Que vous cachiez votre parole ou la divulguiez Il connaît bien le contenu des poitrines."

Sourate 67 Al Mulk (la Royauté) ~ Verset 13
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Sam 9 Juin 2012 - 20:08

Citation :
attestant que les groupes armés de l'opposition syrienne sont placés sous le commandement de forces extérieures, a déclaré samedi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'un point de presse à Moscou.

"Nous avons suffisamment de preuves confirmant que les rebelles reçoivent des armes et d'autres moyens dont ils ont besoin pour maintenir leur capacité de combat et que des renseignements sont mis à la disposition de l'Armée syrienne libre (ASL)", a affirmé le ministre.

Selon M.Lavrov, Moscou sait bien où se trouve l'état-major de l'ASL et quels sont les pays qui financent la rébellion.

"D'ailleurs, ces pays ne le cachent pas: nos collègues saoudiens et qatariens en parlent ouvertement. Hier, des hommes d'affaires syriens se sont réunis, si je ne me trompe pas, à Istanbul pour annoncer la création d'un fonds destiné à financer l'Armée syrienne libre", a indiqué le chef de la diplomatie russe.

Il est persuadé que ces informations sont bien connues des services spéciaux de l'Otan.

"Lors d'entretiens privés, menés en l'absence de journalistes, nos collègues (occidentaux) se montrent parfaitement au courant de ce qui se passe réellement en Syrie", a souligné M. Lavrov.

http://fr.rian.ru/world/20120609/195003861.html

Citation :
Un car transportant des Russes a été samedi la cible de tirs à l'ouest de Damas, en Syrie, a annoncé à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Un car transportant des spécialistes russes a été aujourd'hui la cible de tirs à l'ouest de Damas", a indiqué le ministre lors d'un point presse.

Il ne s'agit pas de la première attaque visant des Russes en Syrie. Vendredi, un immeuble où résident des spécialistes russes a été attaqué au lance-roquettes portable à Damas. "Une roquette a endommagé l'édifice au niveau du 1er étage. Heureusement, l'attaque n'a pas fait de victimes", a-t-il annoncé.

http://fr.rian.ru/world/20120609/195003599.html
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Dim 10 Juin 2012 - 8:54

Le ton continue de monter...


Citation :
Le délégué permanent de Russie aux Nations unies, Vitali Tchourkine, estime que les démarches des "amis de la Syrie" ne contribuent pas à régler la crise dans ce pays, car au lieu d'appliquer le plan Annan, ce groupe cherche à renverser les autorités syriennes.

Le 6 juillet, les "amis de la Syrie" se réuniront à Paris à l'initiative du président français François Hollande.

"Nous estimons que les « amis de la Syrie » sont une structure nuisible, car leur activité se ramène de fait à différents subterfuges destinés à renverser le gouvernement en place à Damas et non à des démarches visant à appliquer le plan formulé par Kofi Annan", a déclaré M. Tchourkine à la chaîne de télévision Rossia-1.

Selon le diplomate, il n'existe pas de solutions simples pour sortir la Syrie de la crise.

La Russie propose de convoquer une conférence permettant de mettre gouvernement et opposition à la table des négociations afin de réunir les conditions nécessaires pour appliquer le plan Annan.

D'après les autorités russes, cette conférence pourrait réunir une quinzaine de pays, dont tous les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Russie, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Chine), le Qatar et l'Arabie saoudite, ainsi que les voisins de la Syrie: le Liban, la Jordanie, l'Irak, la Turquie et l'Iran. Des structures internationales telles que la Ligue arabe, l'Organisation de la coopération islamique, l'Union européenne et l'ONU doivent également prendre part à ce forum qui se réunirait sous l'égide des Nations unies.

Les Etats-Unis et la France se sont catégoriquement opposés à l'idée d'associer l'Iran au règlement de la crise syrienne.

http://fr.rian.ru/world/20120609/195004952.html

Citation :
Abdulbaset Sieda a été désigné, samedi à Istanbul, comme unique candidat à la présidence du Conseil national syrien (CNS, opposition) basé à Istanbul.

Abdulbaset Sieda, né en 1956, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il était le seul candidat pour la réunion spéciale tenue à Istanbul et que le résultat des élections serait annoncé samedi soir ou dimanche.

Il a déclaré qu'il ferait de son mieux pour unifier les divers groupes d'opposition dans la lutte contre le régime syrien.

Avec son affiliation politique au bloc kurde et son lieu de résidence à Sween, Abdulbaset Sieda a indiqué qu'il passerait une bonne partie de son temps en Turquie pour diriger le Conseil national syrien.

Titulaire d'un doctorat en philosophie arabe de l'Université de Damas, il est un spécialiste de la pensée orientale antique et de l'Assyriologie. Il a beaucoup écrit sur les affaires publiques syriennes.

Le Conseil national syrien a annoncé le début des élections d'un nouveau dirigeant après que Burhan Ghalioun a démissionné en mai en raison de la montée des critiques à son encontre de la part de ses membres.

Au total, 43 représentants, dont Burhan Ghalioun, sont actuellement en réunion à Istanbul, pour élire le nouveau responsable de cette organisation qui regroupe sept groupes d'opposition syriens basés à l'étranger.

Ghalioun a été réélu président de cette coalition de 300 membres en mai mais a présenté sa démission le 17 mai après avoir été accusé par les membres du Conseil de monopoliser le pouvoir.

Le Conseil national syrien a été crée à Istanbul en septembre 2011. Il est devenu une force importante qui conteste la façon dont le gouvernement syrien traite les manifestations intérieures.

http://french.news.cn/monde/2012-06/10/c_131642791.htm
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Révolte en Syrie.   Aujourd'hui à 5:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Révolte en Syrie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Guerres et épaves - Le Syrie
» Syrie . 120 militaires français arrêtés
» Mathilde,17 ans,a suivi son petit ami parti faire le djihad en Syrie
» Une jeune Autrichienne djihadiste morte en Syrie
» soldat(s) français en Syrie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: