Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Industrie de defense Française

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29, 30, 31  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeJeu 26 Juil 2012 - 20:22

Rappel du premier message :

Citation :
Renault Trucks Defense rachète le Français Panhard
Publié le 26 juillet 2012, à 18h23

Volvo a annoncé l'acquisition par sa filiale Renault Trucks Defense du constructeur de blindés légers Panhard, entamant la consolidation attendue de longue date du secteur de l'armement terrestre français.

La transaction, dont le montant n'est pas précisé, devrait être finalisée au quatrième trimestre 2012, une fois obtenu l'accord des autorités françaises, précise le constructeur automobile suédois dans un communiqué publié le 26 juillet.

Panhard a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de 81 millions d'euros et un bénéfice d'exploitation de 9,4 millions, et emploie environ 300 personnes.

Cette acquisition, qui permet à Renault Trucks Defense d'élargir sa gamme vers les blindés légers, donne naissance à un nouvel ensemble face à Nexter, le fabricant des chars Leclerc dans lequel Thales pourrait prendre une participation.

Nexter, qui avait discuté rapprochement avec RTD et Panhard l'an passé, s'est tourné vers des groupes hors de France, comme les allemands Rheinmettal et Krauss-Maffei Wegmann (KMW), l'italien Oto Melara (Finmeccanica) et le finlandais Patria.

La consolidation du marché de l'armement terrestre en France, voire en Europe, paraît de plus en plus souhaitable pour faire face à la concurrence internationale dans la course aux contrats dans les pays émergents au moment où les budgets de défense se réduisent en Europe.

RTD, qui affiche un carnet de commandes de 1,2 milliard d'euros dont les deux tiers en France, espère réaliser à terme la moitié de son chiffre d'affaires à l'export.

La division de Renault Trucks avait dit en juin tabler sur un chiffre d'affaires de 700 millions d'euros d'ici 2015 contre 300 millions en 2011 grâce à une accélération de ses ventes à l'export et à la mise sur le marché de nouveaux blindés.

Panhard, spécialiste du véhicule blindé léger (VBL), dont 2 300 exemplaires sont en service dans 16 pays, est le plus petit des trois principaux acteurs du secteur en France, avec un chiffre d'affaires d'un peu moins de 100 millions d'euros en 2011, soit dix fois moins que Nexter.

Panhard a été racheté en 2005 à PSA par le fabricant de 4x4 Auverland, que Christian Mons dirigeait depuis 2001 après plus de dix ans chez Thomson-CSF, dont est issu Thales. La gamme d'Auverland a été intégrée à celle de Panhard, spécialisé dans les blindés jusqu'à 12 tonnes.

La famille Cohen détient 83 % de Panhard, Christian Mons 10 % et l'investisseur Pierre Delmas le solde.

(avec Reuters, par Cyril Altmeyer)

http://www.usinenouvelle.com/article/renault-trucks-defense-rachete-le-francais-panhard.N179482
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
PGM
Administrateur
Administrateur
PGM

messages : 10738
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena21Industrie de defense Française - Page 28 Unbena31
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena23Industrie de defense Française - Page 28 Unbena20
Industrie de defense Française - Page 28 Ambass10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeVen 26 Oct 2018 - 21:05

La Belgique renoncé au Rafale mais achète plus de 400 blindės (jaguar et griffon) pour 1,5 mds.

_________________
Industrie de defense Française - Page 28 Marche12
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeVen 26 Oct 2018 - 23:15

Citation :
vendredi 26 octobre 2018

EXCLUSIF : qui est le grand gagnant du contrat CAMO ?



Sorti un peu rapidement du round initial de négociation sur la fourniture de blindés à l'armée belge, ce groupe belge est le grand vainqueur du contrat CAMO. CMI Défense, qui a aussi des intérêt en France (il a repris l'ancien site du 8e RA et possède une filiale simulation), va assurer l'assemblage en Belgique des 382 Griffon prévus, et sans doute, des tourelles de 40 mm des 60 Jaguar.
C'est une énorme consécration pour ce groupe très spécialisé, surtout connu pour ses tourelles de moyen et gros calibre.
Le soutien ne fait pas partie de CAMO, mais Nexter devrait prêter main-forte à la société belge.

Une autre, FN Herstal, sera impliquée dans la fourniture de tourelleaux télé-opérés, tandis qu'une filiale belge de Nexter Mecar (basée à... Waterloo) se chargera des munitions.

Cette victoire des industriels, notamment belges, est aussi une, plus personnelle, pour Florence Parly. CAMO avait été le premier dossier qu'elle aura contribué à mener seule en matière d'export.

http://lemamouth.blogspot.com/2018/10/exclusif-qui-est-le-grand-gagnant-du.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeLun 5 Nov 2018 - 16:20

Citation :
Coopérations dans l'armement : la France peut-elle vraiment faire confiance à l'Allemagne ? (1/3)

Par Michel Cabirol | 05/11/2018, 6:56 | 979 mots

Industrie de defense Française - Page 28 11e13
(Crédits : DR)


La France et l'Allemagne ont à l'évidence des enjeux et des objectifs différents. La coopération franco-allemande est-elle assise sur des bases saines ? Pas sûr.


La France peut-elle vraiment faire confiance à l'Allemagne en matière de politique de défense et d'armement? Pas sûr si l'on en croit le député LREM du Finistère, Jean-Charles Larsonneur, qui jette un pavé dans la mare avec son rapport sur le programme 146 (Equipement des forces et dissuasion) : "L'approfondissement, sans grande publicité et, pour ainsi dire, à bas bruit, du concept de nation-cadre de l'OTAN, consiste à fédérer autour de l'Allemagne les capacités de 17 « petits » pays, ce qui risque de réduire l'intérêt des Allemands pour nos coopérations bilatérales", a-t-il expliqué le 24 octobre à l'Assemblée nationale.

L'Allemagne se place dans une volonté de leadership en Europe dans le domaine de la défense, qu'elle a très clairement exprimé dans son Livre Blanc de 2016 et dans sa stratégie dans le domaine des technologies clés. D'ailleurs le think tank officiel de l'Allemagne fédérale, la Stiftung für Wissenschaft und Politik (SWP), synthétise parfaitement la stratégie allemande. Il préconisait en août 2017 que Berlin prenne le leadership militaire de l'Union européenne, et de devenir le pilier européen de l'OTAN en raison du futur désengagement américain. "La Bundeswehr pourrait devenir une épine dorsale de la sécurité européenne à long terme, affirmait la SWP. (...) Cela exige de la volonté du futur gouvernement fédéral d'accepter un leadership politique et militaire dans l'alliance".

Un avantage puissant pour l'industrie allemande

L'Allemagne a effectivement su se saisir du concept de nation-cadre ("Framework Nation Concept"- FNC) élaboré par l'OTAN à son initiative à partir de 2012. De fait, l'Allemagne, qui a mis en œuvre ce concept, s'est entourée, en tant que nation-cadre, de 19 États membres pour mettre en œuvre des projets de coopération très approfondis, tendant à une véritable intégration pour certains d'entre eux (Pays-Bas notamment). Et pour de nombreux observateurs, ce concept va se révéler être un rouleau compresseur en faveur des intérêts industriels germaniques. C'est un "instrument stratégique qui pourrait servir puissamment les intérêts de l'industrie allemande", a confirmée Jean-Charles Larsonneur.

Pourquoi ? Selon Antoine Bouvier, cité dans le rapport du député, l'interpénétration des enjeux capacitaires et opérationnels est profonde. Ainsi, les États partenaires de l'Allemagne ont souscrit l'engagement de porter au standard le plus élevé leurs capacités des chars de combat, ce qui constitue une "formidable opportunité pour KMW ". Cette opportunité est par nature d'autant plus grande que l'intégration des capacités militaires concernées est poussée. Ainsi, l'armée de terre néerlandaise ne pourrait désormais plus être déployée sans la Bundeswehr, tant leur intégration capacitaire est profonde. L'Allemagne, dans ce schéma, tient un rôle d'intégrateur des capacités européennes. Cette ambition s'appuie sur des ressources budgétaires à la hausse : augmentation de 34,3 milliards d'euros en 2016 à 42,9 milliards en 2019 (soit 1,31% du PIB).


"Le concept de nation-cadre se constitue de fait comme le pilier européen de l'Alliance ‒ aux yeux d'Américains, mieux vaut voir l'Europe de la défense se constituer dans un cadre de l'OTAN, bien connu, plutôt que dans des constructions européennes moins maîtrisées par eux", a expliqué Jean-Charles Larsonneur dans son rapport.

Le SCAF en danger?

Un accord politique a été trouvé au plus haut niveau le 13 juillet 2017, formalisé par des lettres d'intention au printemps 2018. Il est convenu que la France aura un rôle prééminent dans la conduite du programme SCAF. Symétriquement, il est entendu que l'Allemagne en aura un dans la conduite du projet de char du futur tout comme elle a obtenu le leadership sur le futur drone MALE européen. Selon Jean-Charles Larsonneur, les industriels français et allemands ne disposent toujours pas d'un cadre réglementaire, ne serait-ce que pour échanger des informations. "Il ressort de mes travaux que la DGA attend des réponses de son équivalent allemand", a-t-il révélé.


"Il est donc urgent de poser des jalons aussi irréversibles que possible dans la coopération franco-allemande, tant que le contexte politique le permet", a-t-il affirmé.

Jean-Charles Larsonneur est inquiet sur la coopération franco-allemande. "La coopération franco-allemande présente en ce moment quelques signes de flottement", a-t-il estimé à l'Assemblée nationale. Il a cité en exemple la décision des Allemands de décliner la proposition française de développer en commun un missile européen pour le nouveau standard du Tigre, au profit d'un missile israélien, le Spike, comme l'avait révélé La Tribune. Mais selon Antoine Bouvier, le nouveau Spike LR2 n'est qu'au début de son développement et comporte donc des risques technologiques. "Le choix des Allemands pour une joint venture entre Rafael, fabricant israélien du Spike, et RheinMettall ‒ dont le rôle dans ce programme ne paraît d'ailleurs pas être dominant ‒ ne s'explique donc pas principalement par des considérations techniques", a précisé le rapport du député du Finistère.
Le concept de nation-cadre permet également à l'Allemagne d'avancer discrètement ses pions dans le domaine des sous-marins. Après avoir fait céder la Norvège (membre du FNC), Berlin tente désormais de séduire la Pologne et les Pays-Bas en vantant un cluster européen sous-marin sous tutelle allemande. Ce qui marginaliserait clairement la France en Europe. En février 2017, la Norvège a commandé quatre U-212 et doit développer avec Berlin un partenariat à vocation mondiale dans le domaine des missiles mer-mer et des systèmes de traitement de l'information. La décision d'Oslo d'interrompre l'appel d'offres et de choisir une évolution du sous-marin en service dans la Marine allemande dans le cadre d'une coopération opérationnelle et industrielle renforcée, risque de faire tâches d'huile en Europe... La France est en danger.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/cooperations-dans-l-armement-la-france-peut-elle-vraiment-faire-confiance-a-l-allemagne-1-3-795987.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMar 6 Nov 2018 - 16:37

Citation :
La France et l'Allemagne se disputent le leadership de la défense de l'Europe (2/3)

Par Michel Cabirol            |    06/11/2018, 6:56  |  1317  mots

Industrie de defense Française - Page 28 10b34
La stratégie de l'Allemagne pour dominer l'Europe en matière de défense est cohérente et efficace (Crédits : Reuters)

     
Europe de la défense ou défense de l'Europe ? Alors que l'Europe de la défense peine à émerger, la défense de l'Europe trace son sillon chez la plupart des pays européens. Et la France s’époumone à tenter de suivre l'Allemagne.


En dépit de l'entente cordiale affichée entre les deux pays, la France et l'Allemagne se livrent à une véritable guerre souterraine pour prendre le leadership de l'Europe de la défense. Si Paris joue à fond cette carte (la mauvaise?), Berlin mise avant tout par tradition, pragmatisme, voire opportunisme, sur l'OTAN et pourquoi pas de temps en temps sur l'Europe de la défense. La ministre de la Défense allemande a été très claire début septembre lors de sa visite à Paris dans le cadre de la 16ème Université d'été de la défense consacrée à l'autonomie stratégique de l'Europe. Tout en félicitant la France de son projet d'Initiative européenne d'intervention (IEI), Ursula von der Leyen avait rappelé qu'une "analyse objective de la situation stratégique conduit également à la conclusion que l'OTAN reste indispensable pour la défense collective et la sécurité de l'Europe". L'Allemagne a pleinement saisi le concept de nation-cadre ("Framework Nation Concept"- FNC) élaboré par l'OTAN à partir de 2012.

Tout est dit. L'Europe de la défense reste l'affaire de l'OTAN, donc indirectement de Washington. Tout comme l'Allemagne, qui n'a pas encore de culture d'autonomie stratégique, de nombreux pays qu'ils soient au sud, au nord ou à l'est de l'Europe, n'ont aucun état d'âme ni de regret à sous-traiter leur sécurité aux Etats-Unis. A l'Europe de la défense, ils préfèrent la défense de l'Europe, via l'OTAN. Résultats, les choix sur des programmes majeurs de souveraineté nationale en Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark, en Italie et au Royaume Uni en faveur du F-35 ainsi qu'en Suède, en Pologne et en Roumanie pour le système de défense aérien Patriot sont bien là pour rappeler la triste réalité d'une Europe de la défense marginalisée. Voire méprisée. Ainsi, la Suède est capable en l'espace d'une semaine d'acquérir le Patriot au détriment d'une offre européenne (France et Italie) moins chère, puis de signer une notification conjointe sur la coopération structurée permanente (CSP) en matière de défense de l'Europe. Pour la Suède, c'est le beurre et l'argent du beurre...

Paris relance la coopération franco-allemande

L'Europe de la défense reste donc une chimère poursuivie par la France principalement. Ce qui ne doit pas l'empêcher de continuer à ancrer cette vision chez ses voisins et au-delà mais en restant réaliste, c'est-à-dire en protégeant ses intérêts technologiques, industriels et politiques (dissuasion). Comme le fait d'ailleurs l'Allemagne avec beaucoup de succès. "Par principe autant que par souci d'économies", a estimé le député LREM du Finistère Jean-Charles Larsonneur, la loi de programmation militaire (LPM) prévoit que de nombreux programmes seront conduits en coopération avec certains des partenaires européens de la France, notamment avec l'Allemagne : système de combat aérien futur (SCAF), programme du char du futur, le Main Ground Combat System (MGCS), drone MALE européen, avions de patrouille maritime PATMAR du futur... Avec le Royaume-Uni, la France poursuit le système de lutte anti-mines futur (SLAMF) et le futur programmes de missiles FMAN et FMC (missiles de croisière).

La France, qui tente de profiter de Donald Trump à la tête des Etats-Unis pour faire avancer l'idée d'Europe de la défense, doit absolument profiter de cette double fenêtre pour avancer avec l'Allemagne tout en préservant ses intérêts. En dépit de son tropisme transatlantique, Berlin a donné son accord pour rejoindre Paris sur ces programmes. Par opportunisme ou pragmatisme ? "L'autonomie stratégique ne signifie pas se détourner de quelque chose, mais être libre de se tourner vers quelque chose : vers l'Union européenne de défense, a expliqué Ursula von der Leyen. L'Union européenne de défense constitue le bon choix pour renforcer la capacité d'action de l'Europe". A suivre.

L'Initiative européenne d'intervention de la France

Au vu des résultats peu probants de la France, sa vision de l'Europe de la défense a semble-t-il fait long feu pour contrer l'Allemagne, qui profite à plein du concept de nation-cadre de l'OTAN (FNC). Emmanuel Macron a tenté de casser la dynamique en lançant en septembre 2017 l'Initiative européenne d'intervention. L'IEI vise à favoriser l'émergence d'une culture stratégique européenne et à développer des coopérations opérationnelles pragmatiques, pour faciliter la mise en place d'une réponse coordonnée et rapide aux menaces et défis sécuritaires auxquels l'Europe est confrontée. L'IEI est "un forum indépendant de tout cadre institutionnel, tout en contribuant aux efforts de l'Union Européenne et de l'OTAN visant à renforcer la défense européenne", a expliqué Paris. Entre la défense européenne et l'Europe de la défense, la France a-t-elle déjà capitulé?

La ministre des Armées, Florence Parly, recevra mercredi pour la première fois depuis le lancement de l'IEI le 25 juin 2018, les ministres de la défense et des représentants des États participants. Cette première réunion ministérielle réunira les 9 pays membres - Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, France, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni. Elle sera suivie dès le 9 novembre par les premières discussions militaires de l'IEI, les Military European Strategic Talks (MEST), qui se tiendront entre les États-majors des Armées concernées. Cette initiative tardive lancée par la France pourra-t-elle concurrencer le concept otanien du FNC, véritable cheval de Troie pour l'industrie d'armement allemande? Pas sûr...

L'Allemagne a pris de l'avance

L'Allemagne a déjà pris de l'avance pour fédérer les pays européens de l'OTAN autour d'elle en mutualisant des capacités (logistiques, amphibies, sol-air, navales, etc) et en suscitant des feuilles de route très ciblées : drone, centres de commandement et de contrôle Air (C2), etc... Une stratégie cohérente et efficace qui débouche souvent en Europe sur des ventes de matériels allemands, des partenariats industriels et des développements communs. Une stratégie qui est d'ailleurs vitale pour l'Allemagne qui s'impose des contraintes à l'exportation vers des pays tels que l'Arabie Saoudite, le Qatar.... Cette stratégie porte déjà ses fruits. C'est le cas en Norvège (sous-marins), aux Pays-Bas, en Lituanie et en Slovénie (Boxer) ou encore en Pologne (en gestation). Ainsi, la Brigade d'infanterie mécanisée "Iron Wolf" des forces armées lituaniennes, qui a été équipées de Boxer, a rejoint une division de l'armée allemande.


"Les États partenaires de l'Allemagne ont souscrit l'engagement de porter au standard le plus élevé leurs capacités des chars de combat, ce qui constitue une « formidable opportunité pour KMW », a démontré Jean-Charles Larsonneur dans son rapport sur l'Equipement des forces et de la dissuasion. Cette opportunité est par nature d'autant plus grande que l'intégration des capacités militaires concernées est poussée ; or l'armée de terre néerlandaise ne pourrait désormais plus être déployée sans la Bundeswehr, tant leur intégration capacitaire est profonde. L'Allemagne, dans ce schéma, tient un rôle d'intégrateur des capacités européennes.
Dans ce contexte peu favorable pour la France, très souvent inexistante en matière d'exportations en Europe à l'exception du contrat de blindés en Belgique, le lancement en novembre 2017 d'une Coopération Structurée Permanente (CSP) pourrait être l'occasion d'un rééquilibrage des positionnements entre la France et l'Allemagne en Europe. Ce cadre permanent de coopération en matière de défense permettra aux États membres qui le souhaitent et qui le peuvent de développer conjointement des capacités de défense, d'investir dans des projets communs ou de renforcer l'état de préparation opérationnelle et la contribution de leurs forces armées. A la France de convaincre...

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/la-france-et-l-allemagne-se-disputent-le-leadership-de-la-defense-de-l-europe-2-3-796192.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMar 6 Nov 2018 - 21:01

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMer 14 Nov 2018 - 21:52

Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
Modérateur
Modérateur
FAR SOLDIER

messages : 5625
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Nowhere
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena30
Industrie de defense Française - Page 28 Ambass10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMer 14 Nov 2018 - 22:37

Ça m'étonnerait pas qu'il y est une délégation des FAR parmis ces 15 délégations . Je l'avait déjà dit, mais il est nécessaire pour les FAR d'acquérir un ATGM guidé par TV récent, pour contrer le shtora sur T-90 algérien, il va être fatal. Un vrai besoin sur le terrain pour casser du char, la réponse adéquate au shtora.

_________________
Industrie de defense Française - Page 28 20190556
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMar 20 Nov 2018 - 21:31

Citation :
Le futur avion de combat européen va décoller industriellement en janvier 2019

Par Michel Cabirol | 20/11/2018, 18:46 | 586 mots

Industrie de defense Française - Page 28 13a1012
Berlin et Paris vont lancer le développement de deux démonstrateurs en juin 2019 (avion et moteur). (Crédits : DR)


La France et l'Allemagne sont tombées d'accord pour lancer l'avion de combat de sixième génération. Airbus et Dassault Aviation vont signer un contrat sur des études d'architecture et de conception du futur système de systèmes. En outre, Paris et Berlin signeront en juin au Bourget deux contrats de démonstrateurs (avion et moteur) sous leadership français (Dassault et Safran).


Décollage imminent du futur avion de combat européen. La France et l'Allemagne se sont mises d'accord pour entamer les études d'architecture et de conception du futur programme SCAF (Système de combat aérien du futur), le futur avion de combat de sixième génération sous le leadership de la France. Une première pierre importante car jusqu'ici aucune étude commune n'avait été lancée par les deux pays. La France avait quant à elle lancé des premières études portant sur l'architecture générale du SCAF.

Berlin et Paris vont également lancer le développement de deux démonstrateurs en juin 2019 (avion et moteur). Ce qui est une véritable bénédiction pour Dassault Aviation. Car l'avionneur a un besoin urgent de donner de la charge de travail à ses bureaux d'études. La Direction générale de l'armement (DGA) sera l'agence contractante pour les trois contrats.


"Nous sommes en train de proposer l'architecture la plus adéquate pour répondre aux menaces", a expliqué mi-octobre à l'Assemblée nationale le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Philippe Lavigne.

Un contrat sous leadership conjoint Dassault et Airbus

Cet accord a été validé lundi à Bruxelles par les deux ministres - Florence Parly et Ursula von der Leyen - à l'issue d'une réunion qui a mis sur les rails de façon effective et d'une manière ferme le programme SCAF, a précisé le cabinet de la ministre. Paris et Berlin ont réussi à définir le contenu technique du programme, le calendrier ainsi que l'organisation industrielle. Cette étude servira à déterminer ce que sera précisément le système de systèmes, notamment l'avion et son escorte de drones qui serviront à leurrer les défenses adverses et à donner de l'allonge aux missions, la connectivité des plateformes. Le délégué général pour l'armement Joël Barre a d'ailleurs souligné dans une audition à l'Assemblée nationale que ce système constituait la partie du programme la plus difficile à définir, car elle n'a guère de précédent.

Dans ce cadre, les deux pays vont lancer en janvier - ce qui est d'ailleurs extrêmement ambitieux - un contrat d'études d'architecture et de conception de SCAF d'une durée de deux ans sous un leadership conjoint Dassault Aviation et Airbus. Thales sera également sur la photo... Dassault Aviation et Airbus devront faire aussi de la place à l'électronicien français, qui est considéré comme le champion européen de la connectivité et du système de systèmes. Par ailleurs, la France et l'Allemagne ont également convenu de signer au salon du Bourget (17-23 juin) deux contrats portant sur le développement de deux démonstrateurs : l'un sur l'avion, sous leadership de Dassault Aviation avec comme sous-traitant Airbus, l'autre sur le moteur sous leadership Safran avec comme sous-traitant le motoriste allemand MTU.

Ces trois contrats ne vont pas épuiser toutes les problématiques technologiques du SCAF. Ainsi, Paris et Berlin devront par ailleurs lancer des études sur les senseurs, les radars et la guerre électronique...

L'Espagne va rejoindre le programme

L'Espagne, qui a demandé à être observateur, va rejoindre le programme SCAF, une fois que celui-ci sera stabilisé. D'ici à la fin de l'année, les espagnols vont rejoindre l'accord de haut niveau (HL Coord), qui avait été signé entre la France et l'Allemagne en avril à Berlin. Enfin, Madrid devrait signer au premier trimestre une lettre d'intention pour participer au programme SCAF.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/le-futur-avion-de-combat-europeen-va-decoller-industriellement-en-janvier-2019-798120.html
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
Alloudi

messages : 7409
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena28Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena23

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeVen 30 Nov 2018 - 7:09

Citation :

Notification à MBDA du programme MICA NG



La Direction Générale de l’Armement (DGA) à notifié à MBDA le marché d’acquisition du missile MICA NG. Par ailleurs 300 MICA actuellement en service bénéficieront d’une rénovation pyrotechnique.

Le contrat d’acquisition de 567 missiles MICA NG a été attribué le 6 novembre à MBDA. Le nouveau missile doit être livré à partir de 2026, il remplacera le MICA actuellement employé sur Rafale et Mirage 2000-5 (Et prochainement sur Mirage 2000D rénové). La DGA indique que ce contrat concernera aussi Thales, Safran et Roxel pour les autodirecteurs et la propulsion.  

Si le MICA NG devrait conserver la même forme aérodynamique, la même masse et le même centre de gravité que le MICA, il devrait cependant être profondément modifié explique MBDA. Le MICA NG sera adapté à de nouvelles menaces avec des signatures radar et infrarouge réduites (Tel que des drones). Il restera cependant aussi adapté aux cibles plus classiques tel que les avions de combat et les hélicoptères.

Selon MBDA : « l’autodirecteur infrarouge (du MICA NG) utilisera un capteur matriciel procurant une sensibilité accrue et l’autodirecteur électromagnétique utilisera une antenne à émetteurs modulaires actifs (AESA - Active Electronically Scanned Antenna) permettant des stratégies intelligentes de détection ». MBDA prévoit aussi d’augmenter la quantité de poudre (Propergol) emportée grâce à une réduction du volume occupé par les systèmes électronique, ce qui permettra d’accroitre la portée du MICA NG : «  un nouveau propulseur à double impulsion permettra ainsi de redonner de l’énergie au missile en fin de vol afin d’augmenter sa manœuvrabilité et sa capacité d’interception de cibles situées à grande distance. » Le maintien en condition opérationnel du MICA NG sera aussi améliorée grâce à des capteurs internes permettant de suivre l’état de santé du missile.

La rénovation pyrotechnique de 300 MICA permettra à ces missiles de rester en service jusqu’en 2030.

http://www.air-cosmos.com/notification-a-mbda-du-programme-mica-ng-116997




Citation :
ACTUALITÉ

Thales dévoile un radar 4D AESA pour petits bâtiments



Publié le 23/10/2018 par Vincent Groizeleau

Cette nouveauté est présentée comme une première mondiale. A l’occasion de l’ouverture du salon Euronaval, ce mardi, Thales dévoile le NS50. Ce nouveau radar 4D à antenne active, dédié à la surveillance aérienne et de surface, ainsi qu’à la conduite de tir, est spécialement conçu pour les plateformes de petite taille, typiquement des patrouilleurs. « Grâce à son architecture innovante, la nouvelle gamme de radars à balayage électronique de Thales permet aux opérateurs de bénéficier d’une amélioration considérable de leurs capacités. Non seulement de capacités adéquates en azimut, portée et élévation (3D), mais aussi de capacités d’analyse approfondie des signaux Doppler de l’objectif. Et ce, durant la coordination des artilleries sur la cible (4e dimension) lors de chaque balayage. Cela permet des capacités de détection air et surface, et des performances de suivi et de classification considérablement améliorées, comparativement aux radars 3D et surtout 2D », affirme l’électronicien.

Le NS80 est un radar à balayage électronique multifaisceaux à deux axes offrant une portée allant jusqu’à 180 kilomètres. Ce radar qui opère en bande X s’intègre aux systèmes d’auto-défense les plus récents, comme les nouveaux systèmes d’approvisionnement en munitions et les missiles actifs à courte-moyenne portée. Les fonctions de prise en charge des armements génèrent des données de suivi 4D de grade militaire, pour les canons du navire ou le système de missiles actifs, permettant des engagements anti navires de surface ou antiaériens efficaces dès le début des opérations.

Thales insiste également sur le coût du NS50, accessible aux marines dont les budgets sont contraints, mais aussi sur la numérisation de ce système, avec une architecture logicielle évolutive qui peut être facilement actualisée.

Après les sonars BlueWatcher et Captas-1, le groupe continue donc de travailler sur l’équipement des petits bâtiments, qui représente aujourd’hui un marché considérable.

https://www.meretmarine.com/fr/content/thales-devoile-un-radar-4d-aesa-pour-petits-batiments

_________________
Gloire à nos aieux  Industrie de defense Française - Page 28 Icon_sal
Industrie de defense Française - Page 28 Marche10
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeSam 1 Déc 2018 - 23:09

Citation :
Rheinmetall-KMW: inquiétudes sur la coopération franco-allemande dans les blindés

30 Novembre 2018 à 10h57



Officiellement tout va bien. Le souhait de l’allemand Rheinmetall d’acquérir Krauss Maffei Wegman (KMW), l’autre industriel de l’armement terrestre d’outre-Rhin, ne changerait à la donne, alors que KMW est désormais associé au Français Nexter, au sein de KNDS.

« Nous avons en effet été informés il y a plusieurs semaines, tant par les sociétés que par nos interlocuteurs gouvernementaux allemands, de l’intérêt de Rheinmetall pour un rapprochement avec KNDS, y compris sur le plan capitalistique. Au titre du pacte d’actionnaire chez KNDS, une telle évolution nécessite en tout état de cause l’accord du gouvernement français co-actionnaire de KNDS, la France a donc les moyens de préserver ses intérêts. Nous accueillons néanmoins favorablement ces intentions, et des échanges ont été engagés ces dernières semaines entre les industriels et les gouvernements concernant des éventuels schémas de rapprochement ou de partenariat entre les entreprises françaises et allemandes du secteur, dans le même esprit que celui qui avait prévalu lors de la création de KNDS entre Nexter et KMW » explique-t-on au ministère des armées, interrogé par l’Opinion.

Reste néanmoins un sérieux problème : le déséquilibre franco-allemand que ce rachat provoquerait. KMW et Nexter, aujourd’hui réunis au sein de KNDS pèsent le même poids : 0,95 milliard (dollars) et 0,98 (dollars) selon le dernier rapport du Sipri, mais Rheinmetall est beaucoup plus gros, 3,26 milliards. On passerait donc dans le rapport franco-allemand de 1 à 1 à 1 à 5. Petit changement...

Cette vente - qui semble souhaitée par la famille Wegman, propriétaire de KMW - intervient alors que de nombreux doutes s’expriment, de part et d’autre du Rhin sur le succès de l’opération KNDS.

Surtout, elle s’inscrit dans un contexte plus large de la relation politique franco-allemande. Paris et Berlin se sont mis d’accord pour construire ensemble le Système de combat aérien du futur (Scaf) et le char du futur (MGCS) : le premier sous leadership français et le second sous leadership allemand. Cela interroge donc sur la place de Nexter dans un tel projet. Au delà, l’armée de terre semble réticente à se mettre entre les mains d’un fournisseur majoritairement allemand et préfèrerait garder « ses » industriels nationaux, au premier rang desquels Nexter.

La partie ne fait que commencer et elle est compliquée par le fait que les entreprises allemandes sont privées et qu’au moins deux ministères gèrent ce sujet outre-Rhin, celui de la Défense mais également celui de l’Economie.

https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/rheinmetall-kmw-inquietudes-cooperation-franco-allemande-dans-blindes-170429
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeVen 7 Déc 2018 - 17:26

Citation :
Pourquoi Thales peut être soulagé d'avoir vendu quatre satellites espions à la Corée du Sud

Par Michel Cabirol            |    07/12/2018, 11:38  |  507  mots

Industrie de defense Française - Page 28 13a918
Thales Alenia Space a vendu à la Corée du Sud quatre satellites d'observation radar. (Crédits : Thales Alenia Space)

     
Cinq ans après avoir lancé sur fonds propres son programme de satellite d'observation radar (Earth-Observer SAR) destiné à l'exportation, Thales Alenia Space a enfin signé son premier contrat.  


C'est un très beau coup commercial qu'a réalisé Thales Alenia Space (TAS) en Corée du Sud en vendant quatre satellites d'observation radar pour un montant estimé, selon nos informations, à 250 millions d'euros. D'abord parce qu'il a soufflé le contrat au nez et à la barbe à son meilleur rival Airbus, qui a fait longtemps la course en tête à Séoul. Surtout  parce que TAS Italie vend pour la première fois son petit satellite d'observation radar Earth-Observer SAR (un satellite radar à synthèse d'ouverture pesant 700 kg environ), lancé à Rome mi-2013 sur fonds propres pour le marché export. On pourrait dire enfin... Car un premier contrat pour ce programme était attendu depuis 2016, voire 2015.

Cette constellation sera utilisée par les autorités coréennes pour des "applications de surveillance, d'intelligence et de contrôle de zones d'intérêts spécifiques par l'acquisition d'images haute résolution", a expliqué TAS dans son communiqué. Très clairement, des satellites espions... Expert européen en imagerie radar de haute résolution, la société franco-italienne avait déjà fourni les instruments radar du satellite d'observation sud-coréen Kompsat 5.

Signature de deux contrats

Dans ce cadre, TAS, société conjointe entre Thales 67% et Leonardo 33%, a signé deux contrats, l'un avec la Korean Aerospace Industries (KAI) et l'autre avec Hanwha Systems Corporation (HSC), pour développer une constellation de quatre satellites d'observation radar haute résolution appelée Korea "425 Project" pour le compte de l'agence en charge des programmes de défense en Corée ADD (Agency for Defence Development).

Les deux contrats prévoient une coopération technique entre TAS et les entreprises coréennes, notamment KAI. D'ailleurs, certains savoir-faire requis pour développer des satellites radar à synthèse d'ouverture (SAR) seront transférés progressivement aux entreprises coréennes "avec une implication maximale de leur part dans la production du quatrième satellite de la constellation, leur permettant ainsi de croître de manière significative dans le domaine de la conception et du développement des systèmes d'observation de la Terre", a expliqué TAS dans son communiqué. Ainsi à terme, les sud-coréens deviendront de féroces concurrents aux constructeurs européens.

Héritage de Cosmo-Skymed

Ces satellites sont l'héritage de la maîtrise d'œuvre du système spatial dual italien d'observation radar Cosmo-Skymed, constellation composée de quatre satellites. En 2014, TAS avait obtenu de l'Agence Spatiale Italienne (ASI) une nouvelle tranche du financement pour le programme COSMO-SkyMed nouvelle génération, comprenant deux satellites d'Observation radar de la Terre.
Les sud-Coréens bénéficieront de nouvelles technologies développées par TAS : Dancing Satellite, qui permet au satellite après un "mouvement de déhanché" grâce à un rotor rotatif de se recaler et optimiser la performance de ses sondeurs, et d'une nouvelle antenne d'un diamètre de cinq mètres, qui déploiera dans l'espace ces 24 pétales. L'agilité est, selon TAS "l'atout principal nécessaire pour mener à bien les missions dévolues à cette nouvelle génération de satellites haute résolution".

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/pourquoi-thales-peut-etre-soulage-d-avoir-vendu-quatre-satellites-espions-a-la-coree-du-sud-799934.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeJeu 13 Déc 2018 - 18:08

Citation :
 La France reste le 4e vendeur d’armes au monde

Actualités  Alain Henry de Frahan  10 décembre, 2018  


Toujours très attendu, le classement annuel des plus grandes entreprises de défense du SIPRI (l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm) révèle qu’en 2017, les entreprises américaines, avec 57% des ventes, ont dominé ce Top 100, ne baissant que de 1% par rapport à 2016. Les entreprises russes, avec 9,5%, ont grimpé à la seconde place, suivies de très près par les britanniques avec 9%. La France, avec 5,3%, s’est classée quatrième. La Chine n’est pas classée*.

Industrie de defense Française - Page 28 13a10d15
Le CAESAR de Nexter constitue l’un de ses produits phares et contribue efficacement au classement de la société
dans le Top 100 du SIPRI (Photo : Forces Operations)



Les ventes d’armes et de services à caractère militaire  s’élèvent à 398,2 milliards de dollars en 2017, selon les nouvelles données sur l’industrie d’armement mondiale rendues publiques ce jour par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). Un total supérieur de 2,5 % à celui de 2016 et représentant une augmentation de 44 % depuis 2002 (première année où des données pouvant être comparées ont été rendues disponibles ; les chiffres ne comprennent pas les données sur la Chine car elles sont à la fois méconnues et invérifiables). Il s’agit de la troisième année consécutive d’augmentation des ventes d’armes du Top 100.

Commençons par ce qui n’est pas une surprise : avec 42 sociétés en 2017, les entreprises basées aux États-Unis ont continué de dominer le Top 100 en 2017. Prises dans leur ensemble, les ventes d’armes des entreprises américaines ont augmenté de 2,0 % en 2017, pour atteindre 226,6 milliards de dollars, soit 57% du total des ventes d’armes du Top 100. Cinq entreprises américaines figurent dans le Top 10 en 2017. « Les entreprises américaines bénéficient directement de la demande actuelle en armes du Ministère américain de la Défense », souligne Aude Fleurant, directrice du programme Armes et Dépenses militaires du SIPRI. Lockheed Martin demeure le premier producteur d’armes au monde en 2017, avec des ventes qui s’élèvent à 44,9 milliards de dollars.

Et « en face » des Américains ? Les ventes d’armes combinées des entreprises russes représentent 9,5 % du total des ventes du TOP 100, propulsant la Russie au second rang du Top 100 des plus grands producteurs d’armes en 2017. Cette position était occupée par le Royaume-Uni depuis 2002. Prises dans leur ensemble, les ventes d’armes des 10 entreprises russes figurant dans le Top 100 ont augmenté de 8,5 % en 2017, pour atteindre 37,7 milliards de dollars. « Les entreprises russes ont enregistré une augmentation significative de leurs ventes d’armes depuis 2011 », explique Simon Wezeman, chercheur principal au programme Armes et Dépenses militaires du SIPRI. « Cela correspond à l’augmentation des dépenses en achat d’armes par la Russie pour la modernisation de ses forces armées ».

Remarquons qu’en 2017, une entreprise russe figure pour la première fois dans le Top 10 depuis que le SIPRI publie cette liste annuelle. « Almaz-Antey, qui était déjà la plus grande entreprise de production d’armes de Russie, a augmenté ses ventes de 17 % en 2017, pour atteindre 8,6 milliards de dollars », précise Alexandra Kuimova, assistante chercheuse au programme Armes et Dépenses militaires du SIPRI.

Et en Europe ? Les ventes d’armes combinées des 24 entreprises d’Europe occidentale figurant dans le Top 100 ont augmenté de 3,8 % en 2017, pour atteindre 94,9 milliards de dollars, soit 23,8 % du total du Top 100. En 2017, le Royaume-Uni demeure le plus grand producteur dans la région, avec un total de ventes d’armes s’élevant à 35,7 milliards de dollars ; sept entreprises britanniques figurent dans le Top 100. Les ventes d’armes combinées des entreprises britanniques sont de 2,3 % supérieures à celles de 2016, une augmentation due en grande partie à l’augmentation des ventes d’armes de BAE Systems, Rolls-Royce et GKN. BAE Systems, qui figure au quatrième rang du Top 100, est le plus grand producteur d’armes du Royaume-uni. Ses ventes d’armes ont augmenté de 3,3 % en 2017, soit 22,9 milliards de dollars.

Quelques autres développements méritent d’être mentionnés. Primo, les ventes d’armes des entreprises turques ont augmenté de 24 % en 2017. « Cette augmentation importante reflète les ambitions de la Turquie de développer son industrie d’armement afin de répondre à sa demande croissante en armes et devenir moins dépendante des fournisseurs étrangers », précise Pieter Wezeman, chercheur principal au programme Armes et Dépenses militaires du SIPRI.

Secundo, les ventes d’armes des quatre entreprises indiennes figurant dans le Top 100 totalisent 7,5 milliards de dollars en 2017, soit 1,9 % des ventes d’armes du Top 100.

Tertio, les ventes des 15 plus grandes entreprises manufacturières classées par le Global Fortune 500 totalisent 2.311 milliards de dollars en 2017, soit 10 fois le total des ventes d’armes des 15 plus grands producteurs d’armes (231,6 milliards de dollars) en 2017, et près de 6 fois plus que le total des ventes d’armes combinées du Top 100.

Thales est la première société française à apparaître dans le classement : avec 9 milliards USD d’armement sur 17,8 milliards de ventes au total, elle se classe 8ème du Top 15, gagnant une place par rapport à 2016. Aucune autre société française n’apparaît dans ce peloton de tête. Il faut aller jusqu’à la 19ème place pour trouver l’entreprise française suivante : Naval Group, qui a gagné quatre places par rapport à 2016. A la 33ème place, avec un gain d’une place, on trouve Safran. Ensuite, CEA, à la 46ème place (deux places perdues), puis Dassault Aviation Groupe qui, à la 50ème place, en a gagné onze ! A la 83ème place, Nexter en a gagné quatre. De fait, les résultats du systèmier-intégrateur français restent dissociés de ceux de son partenaire au sein de KNDS, l’allemand Krauss-Maffei Wegmann. Pas d’autres sociétés françaises dans le Top 100 mais elles y restent à six, comme en 2016.


* La base de données du SIPRI sur l’industrie d’armement a été créée en 1989. Pour l’instant, elle comprend des données sur les grandes firmes situées dans des pays d’Europe occidentale, y compris l’Union soviétique. Cependant, la version actuelle contient des données depuis 2002, dont celles sur des entreprises en Russie. Les entreprises chinoises ne sont pas comprises dans la base de données par manque d’informations disponibles qui permettraient d’effectuer une estimation raisonnable des ventes d’armes réalisées depuis 2002.
Les « Ventes d’armes » sont définies par le SIPRI comme comprenant les ventes de biens et services à caractère militaire à des clients du secteur militaire, incluant aussi bien les ventes sur le marché intérieur qu’à l’export. Sauf indication contraire, les données sont calculées en termes réels. Toutes les évolutions, entre 2016 et 2017, sont basées sur la liste des entreprises classées en 2017 (par exemple, la comparaison annuelle est effectuée entre les mêmes ensembles de sociétés).
La base de données du SIPRI sur l’industrie d’armement, qui offre un ensemble de données plus détaillées pour la période 2002-17, est disponible sur le site Internet du SIPRI : www.SIPRI.org


http://forcesoperations.com/la-france-reste-le-4e-vendeur-darmes-au-monde/  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeLun 17 Déc 2018 - 21:09

Citation :
Thales : Les premiers essais en vol d’une antenne « active » de communication par satellite sont concluants

Posté dans Forces aériennes, Technologie par Laurent Lagneau Le 17-12-2018


Industrie de defense Française - Page 28 13a1025

Afin de pouvoir disposer d’un lien permanent entre des avions de combat et les structures de commandement pour accélérer les échanges et la prise de décision, la Direction générale de l’armement [DGA] a confié à Thales le soin de développer une antenne « active » compacte dans le cadre d’une « étude amont ».

L’objectif est ainsi d’établir des communications sécurisées à haut débit sur de longues élongations, via des satellites militaires et/ou civils. Le tout dans un environnement « extrême ».

C’est ainsi que Thales a mis au point l’antenne active « Antares-LP [LP pour Low Profile], laquelle permet des communications en bande Ka au travers de satellites souverains ou commerciaux.

Les premiers essais de cette antenne « active » ont récemment été réalisés à Cazaux, avec un avion banc d’essai de division « Essais en vol » de la DGA. Et, selon Thales, ils ont été un « succès ».

Industrie de defense Française - Page 28 13a9b25

« Ces essais, réalisés dans un environnement réel, illustrent la performance de la technologie miniaturisée en bande Ka compatible avec le milieu aéronautique. Ils démontrent la maîtrise acquise et la crédibilité des solutions de connectivité intelligentes, compatibles avec Syracuse IV, le réseau satellitaire souverain français », fait valoir l’industriel, via un communiqué diffusé ce 17 décembre.

« L’antenne active optimise la compacité facilitant de fait l’intégration sur l’aéronef tout en améliorant la résilience du produit, et apporte de meilleures performances pour la connectivité en vol. De plus, Antares-LP apporte aux clients une couverture globale et réduit les coûts opérationnels des forces armées », explique encore Thales, qui parle de la concrétisation d’une « technologie innovante ».

Cette antenne Antares-LP permet de disposer d’un débit de 20 Mbit/s. D’une masse inférieure à 45 kg, elle repose notamment sur une technique « unique » d’atténuation l’angle d’inclinaison (Skew Angle Mitigation) garantissant un haut débit partout dans le monde », lit-on dans la description qu’en fait Thales sur son site Internet.

Photo : DGA Essais en vol

http://www.opex360.com/2018/12/17/thales-les-premiers-essais-en-vol-dune-antenne-active-de-communication-par-satellite-sont-concluants/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeLun 17 Déc 2018 - 23:08

Citation :
17 déc. 2018 |Par Yann Cochennec

Nouveau tir d'essai du missile MBDA Sea Venom-ANL

Industrie de defense Française - Page 28 13a10e18
Le missile MBDA Sea Venom-ANL avant impact sur cible. © DGA



MBDA et la DGA viennent de réaliser un nouveau tir d'essai du missile antinavire léger Sea Venom-ANL qui équipera à terme le futur Airbus Helicopters HIL et l'AW159 Wildcat de la Royal Navy.


Le programme franco-britannique de missile antinavire léger Sea Venom-ANL conçu et développé par MBDA vient de franchir une nouvelle étape avec un nouveau tir d'essai qui a permis "de confirmer la capacité d'accrochage avant tir du Sea Venom-ANL, l'opérateur utilisant les images provenant de l'autodirecteur à infrarouge du missile pour désigner la cible avant le tir". L'essai s'est déroulé au centre d'essai de l'Ile du Levant depuis un hélicoptère d'essai Dauphin de la DGA. Le missile de MBDA peut être tiré depuis un large éventail de plateformes mais il sera d'abord utilisé sur l'AW159 Wildcat de la Royal Navy, puis sur le futur hélicoptère interarmées léger (HIL) français qui s'appuie sur l'Airbus Helicopters H160. Le démarrage des essais de qualification du missile est prévu pour 2019, indique MBDA.

Le Sea Venom-ANL est un missile rasant de 120 kg. Il est conçu pour permettre aux forces navales de traiter un large spectre de menaces : patrouilleurs rapides, corvettes et cibles côtières. Il peut être tiré à la fois en mode accrochage avant tir (LOBL) et accrochage après tir (LOAL), "grâce à la transmission de données bidirectionnelles et à l'autodirecteur à imagerie qui permet à l'opérateur de contrôler l'engagement, d'ajuster le point de visée, de sélectionner une nouvelle cible ou encore d'abandonner la mission si nécessaire".

http://www.air-cosmos.com/nouveau-tir-d-essai-du-missile-mbda-sea-venom-anl-118317
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
Adam

messages : 2863
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena31Industrie de defense Française - Page 28 Ambass10
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMar 18 Déc 2018 - 15:41

Defense News a écrit:

France’s Naval Group eyes Brazil as hub for its regional submarine business


RIO DE JANEIRO – The Brazilian navy launched its first domestically produced attack submarine on Friday, a move that French boat designer Naval Group hopes will lead to additional sales in the region.

The new vessel, named the Riachuelo, is a copy of Naval Group’s Scorpene-class submarine, though slightly bigger, at 1,870 tons, to enable more crew and longer range. The submarine program’s objective is protecting the vast resource-rich waters all along the country’s coastline, dubbed the Blue Amazon, outgoing Brazilian President Michel Temer told an audience at the launch ceremony at Itaguai naval base outside Rio de Janeiro. Defense News attended the launch and accepted airfare and accommodations from Naval Group.

The Riachuelo, considered roughly 80 percent complete at this point, is the first product of the Brazilian navy's $8.9 billion Prosub program. She is scheduled to begin sea trials next summer. Three identical, diesel-propelled boats are slated to follow by 2023, based on a technology-transfer contract with the French shipbuilder. A joint venture between Naval Group and local construction conglomerate Odebrecht, named ICN, assembles the boats at the new Itaguai submarine shipyard built for the program.

The real prize for the Brazilian navy, however, will only come afterwards. Beginning in the mid-2020s, the country’s military wants to start building what Naval Group chief HervéGuillou calls the “ultimate ambition” – a program of nuclear-powered submarines.

Design work for the first nuclear submarine is already underway, with the French shipbuilder providing “assistance,” as a company brochure puts it, and the Brazilian navy in a more prominent role. The sea service here will manage all aspects of the power plant development, for example.

“Brazil is absolutely critical for Naval Group and other European players to be present here,” Guillou told reporters at Naval Group’s Rio de Janeiro office. That’s because European countries, even those spending two percent of GDP on defense, a NATO-wide objective, are unable to match the growth rate of South America’s expected military spending, he said.

The foray into Brazil and other emerging markets offers the opportunity for “critical mass” to help bridge dips in demand at home, according to Guillou.

The French shipbuilder already has its eyes on another target, Poland, which the CEO said he wants to similarly develop into a submarine hub for regional navies. European rival shipyards Saab and Thyssenkrupp Marine Systems are also in the running for that country’s program, however, each with local work-share ambitions of their own.

Friday's launch ceremony ended with Temer and his successor, far-right President-elect Jair Bolsonaro, jointly pressing a large red button initiating the machinery for lowering the Riachuelo into the water.

“Brazil has a vocation for peace and is building its submarine not to threaten anyone or unsettle the calm of international waters,” Temer was quoted as saying in a local Reuters report. “Brazil is building submarines because a nation with more than 7,000 kilometers of coastline cannot do without tools to defend its sovereignty and it marine riches,” he said.

Bolsonaro had no speaking part in the ceremony.

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeJeu 20 Déc 2018 - 21:37

Citation :
Comment la Roumanie veut faire perdre à tout prix Naval Group au profit de Damen

Par Michel Cabirol            |    20/12/2018, 11:52  |  799  mots

Industrie de defense Française - Page 28 13a9b32
La corvette Gowind de Naval Group va-t-elle accoster en Roumanie? (Crédits : Naval Group)

     
Pour des raisons obscures, la Roumanie tente désespérément de faire gagner le néerlandais Damen aux dépens de Naval Group... qui a gagné l'appel d'offre. Paris est prêt à monter au créneau pour défendre l'offre du groupe naval.


Naval Group pourrait très certainement perdre un appel d'offres portant sur la vente de quatre corvettes Gowind qu'il a pourtant gagné en Roumanie, selon des sources concordantes. Comment est-ce possible ? Le gouvernement roumain, qui devrait annoncer la sélection d'un fournisseur le 12 janvier prochain, roule depuis longtemps pour Damen, associé au chantier roumain Galati, dont 49% du capital est détenu par le groupe naval néerlandais, aux côtés de l'Etat roumain (51%). C'est notamment le cas d'un des hommes les plus puissants de Roumanie, le président social-démocrate de la Chambre des députés Liviu Dragnea, qui fait et défait les gouvernements.

Mais un très, très gros grain de sable a enrayé le processus tel que l'imaginait Bucarest : Naval Group, en coopération avec le chantier roumain SNC, a présenté à la mauvaise surprise des autorités roumaines début décembre lors de l'ouverture des enveloppes, l'offre la plus performante en terme de prix pour quatre corvettes Gowind fabriquées en Roumanie : 1,2 milliard d'euros, contre 1,25 milliard pour Damen et 1,34 milliard pour Fincantieri. Une vraie douche glaciale pour Bucarest, qui a déjà dû annuler en 2016 un processus d'acquisition de quatre corvettes pour des irrégularités de procédure commises en faveur de Damen.

Trouver une raison pour faire tomber Naval Group

Pour la Roumaine, le résultat de début décembre fait désordre. D'autant que des révélations de la presse roumaine sur la corruption supposée de Damen ont fleuri dans de nombreux articles ces dernières semaines. Pour le gouvernement, toute la question est de trouver une parade pour attribuer de façon légale le contrat à Damen et d'habiller cette décision par des artifices. D'où certaines manœuvres (audit, examen prolongé du dossier...) pour faire tomber Naval Group ou, au mieux, enliser le dossier et donc éviter ainsi une victoire du groupe naval français.

A Paris, cette situation et ces comportements qui ont franchi la ligne blanche, exaspèrent au plus haut niveau. D'ailleurs, il est prévu, selon nos informations, que Florence Parly appelle son nouvel homologue Gabriel Les, nommé le 20 novembre dernier à la place de Mihai Fifor, un opposant de Liviu Dragnea. Une discussion qui arrive au bon moment puisque le nouveau ministre de la Défense roumain a annoncé le 3 décembre, au cours d'une émission politique sur B1TV,  que la décision du gouvernement serait dévoilée le 12 janvier prochain. La ministre des Armées devrait rappeler à Bucarest que la France est très attachée aux règles de droit international. En Roumanie, l'ancien président Traian Băsescu (2004-2014), a accusé le 20 novembre, via son compte Facebook, Liviu Dragnea, de vouloir influer sur l'appel d'offre.

La France est-elle un partenaire pour la Roumanie?

En 2008, la France et la Roumanie ont conclu un partenariat stratégique. Partenariat qui a été réaffirmé à plusieurs reprises, et encore récemment. Lors de la visite du président roumain à Paris le 27 novembre, Klaus Iohannis, les deux pays, dans un contexte d'instabilité croissante de notre environnement stratégique, ont expliqué que "le renforcement de la coopération dans le domaine de la défense continuera de représenter une priorité, sur la base des engagements assumés par les deux pays dans le cadre de l'UE et de l'OTAN et en soutien des objectifs du partenariat stratégique UE-OTAN".  En outre, le président de la République, Emmanuel Macron, est allé en Roumanie les 24 et 25 août 2017.

L'affaire des corvettes rappelle également un autre dossier compliqué, qui s'est éclairci ces dernières semaines : Airbus Helicopters. Bucarest a baladé depuis deux ans le constructeur de Marignane tout en draguant ouvertement en parallèle, l'américain Bell, alors que la Roumanie a noué une coopération de près de 50 ans avec Airbus Helicopters, Les Roumains s'étaient d'ailleurs rendus en mars aux Etats-Unis, qui ont deux bases militaires en Roumanie. Plus précisément, ils étaient allés au siège social de Bell à Fort Worth, au Texas, puis à l'usine du constructeur américain à Amarillo, et, enfin, au camp Pendleton pour discuter avec les Marines du Viper. Selon nos informations, les Roumains auraient fait machine arrière.

Car les données du dossier sont claires : soit Bucarest achète des hélicoptères au constructeur franco-allemand pour faire tourner la chaîne d'assemblage de l'hélicoptère de transport H215 à Ghrimbav inaugurée en août 2016 en présence de François Hollande, soit cette dernière est fermée et transférée dans un autre pays. Avec cette chaîne d'assemblage, la Roumanie pourrait entrer dans le cercle restreint des pays qui maîtrisent la fabrication d'un hélicoptère (France, Etats-Unis, Russie, Chine, Italie, Inde, Grande-Bretagne)...

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/comment-la-roumanie-veut-faire-perdre-a-tout-prix-naval-group-au-profit-de-damen-801703.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeJeu 27 Déc 2018 - 18:44

Citation :
L'Argentine a sauvé les exportations de Naval Group en 2018

Par Michel Cabirol            |    27/12/2018, 9:51  |  491  mots

Industrie de defense Française - Page 28 13a10b37
En dépit des difficultés financières de l'Argentine, trois banques ont fait le pari d'accorder un financement à
Buenos Aires pour financer quatre patrouilleurs Gowind : Crédit Agricole Corporate and Investment Bank,
Natixis et la banque espagnole Santander (Crédits : Marine nationale)

     
En dépit de nombreuses campagnes commerciales engagées, Naval Group n'a gagné qu'un seul contrat à l'exportation en 2018 dans le domaine des constructions neuves (classe Gowind). Alors que l'Argentine s'orientait fin 2017 vers des navires espagnols, elle s'est finalement payée quatre patrouilleurs Gowind pour 319 millions d'euros.


Un sur quatre. Pour le moment. Sur quatre campagnes portant sur la vente de corvettes ou patrouilleurs de la famille Gowind (Argentine, Emirats Arabes Unis, Roumanie et Egypte), qui pouvaient déboucher sur une décision en 2018, Naval Group a décroché un succès de haute lutte en Argentine. D'ailleurs, on en sait un peu plus sur les modalités et le financement du programme de la marine argentine "Projet de relance de la capacité de patrouille maritime navale" pour améliorer la surveillance de la zone économique exclusive (plus de 138 milles nautiques carrés). Le montant du contrat s'élève très précisément à 319,034 millions d'euros.

En dépit des difficultés financières de l'Argentine, trois banques ont fait le pari d'accorder un financement à Buenos Aires pour financer quatre patrouilleurs Gowind construits par Naval Group, dont L'Adroit, selon nos informations : Crédit Agricole Corporate and Investment Bank, Natixis et, plus surprenant, la banque espagnole Santander. Faut-il rappeler que l'Espagne était fin 2017 tout près de faire capoter l'accord entre la France et l'Argentine. Finalement, l'Etat français et Naval Group ont su remettre en selle le projet tricolore. La construction des trois patrouilleurs neufs générera surtout de la charge aux sites de Kership (Lanester et  Concarneau).

Roumanie, Emirats Arabes Unis et Egypte...

Dans les trois autres campagnes, Naval Group reste bien placé mais les incertitudes ne sont pas encore toutes levées... Par exemple, en Roumanie, Naval Group a gagné l'appel d'offres en présentant l'offre la mieux-disante mais le gouvernement roumain, qui roule pour Damen, associé au chantier roumain Galati, fait tout pour faire gagner le chantier néerlandais. Bucarest doit annoncer une décision le 12 janvier : sélection d'un chantier naval, report ou annulation. En Egypte, Naval Group reste toujours en course pour la vente de deux corvettes Gowind supplémentaires en dépit du contrat signé entre ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS) et Le Caire pour la fourniture de quatre frégates Meko.
Enfin, aux Emirats Arabes Unis, les négociations passent pas des hauts et des bas. Ce qui est très courant dans ce pays du Golfe, où les négociations sont habituellement très longues et très dures. Lors de sa venue à Paris fin novembre, le prince héritier d'Abu Dhabi et vice-commandant suprême des Forces armées des Emirats Arabes Unis (EAU), Cheikh Mohammed Bin Zayed Al Nahyan, a critiqué à l'occasion d'un dîner offert par le Premier ministre Edouard Philippe Naval Group, qui négocie la vente de deux corvettes Gowind (plus deux en option). Au dernier jour de sa visite présidentielle dans ce pays du Golfe en novembre 2017, Emmanuel Macron avait annoncé ce projet de contrat, après une série d'entretiens avec Cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyane. Le PDG de Naval Group Hervé Guillou est allé mi-décembre aux Emirats Arabes Unis pour relancer avec succès les négociations. A suivre...

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/l-argentine-a-sauve-les-exportations-de-naval-group-en-2018-802206.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeLun 7 Jan 2019 - 20:45

Citation :
7 jan. 2019 |Par Yann Cochennec

Le chiffre d'affaires de Dassault va encore progresser en 2018

Industrie de defense Française - Page 28 15a120  
Le Qatar a transformé en commandes fermes ses 12 options sur le Dassault Rafale. © Dassault Aviation



Dassault Aviation ne donnera ses résultats financiers pour l'année 2018 que le 28 février prochain mais la hausse des livraisons de Rafale se traduira par une nouvelle progression du chiffre d'affaires.


Avec 12 avions de combat Rafale livrés en 2018, dont neuf à l'export; le chiffre d'affaires de Dassault Aviation devrait une nouvelle fois progresser en 2018. En 2017, le chiffre d'affaires de Dassault Aviation avait fait un bond de 34% à un peu plus de 4,8 Md€ avec neuf livraisons d'avions de combat Rafale dont huit à l'export. S'ajouteront pour 2018 la livraison de deux Rafale Marine rétrofités au standard F3. Ces livraisons de Rafale permettront de largement compenser la baisse des livraisons de jets d'affaires Dassault Falcon, soit 41 exemplaires livrés contre 49 en 2017. Néanmoins, le début d'éclaircie dans le segment des jets d'affaires observé en 2017 s'est confirmé l'année dernière avec 42 Falcon vendus, après prise en compte des dernières annulations sur le Falcon 5X. En 2017, 38 Falcon avaient été vendus (après annulation sur trois Falcon 5X). L'année 2016 a été celle du creux de la vague avec 21 ventes. Ce regain de prises de commandes sur les jets d'affaires associé à la commande d'une nouvelle tranche de 12 Rafale par le Qatar se traduira par une nette remontée des prises de commandes en 2018 après qu'elles aient été divisées par trois en 2017 : 3,16 Md€ contre 9,56 Md€ en 2016.

http://www.air-cosmos.com/le-chiffre-d-affaires-de-dassault-va-encore-progresser-en-2018-118967  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMar 8 Jan 2019 - 19:34

Citation :
Elno et Hutchinson embarquent sur les LTTV belges

Actualités Nathan Gain 8 janvier, 2019


Les français Elno et Hutchinson ont récemment intégré le programme belge « Light Troop Transport Vehicle » (LTTV), qui vise à renouveler une partie des véhicules du SO Regt de la Composante Terre belge.

Industrie de defense Française - Page 28 13a971
Un visuel 3D du futur LTTV des forces spéciales belges (Crédit photo: Jankel)



Petit rappel. Le 28 mars 2018, le britannique Jankel décrochait un contrat de 67M€ pour la production de 199 véhicules LTTV et 175 kits de mission. Destinés aux forces spéciales, ces véhicules seront livrés entre 2019 et 2021 et remplaceront une flotte de camions Unimog en service depuis les années 1990. Depuis lors, cette PME du Surrey n’a pas chômé et aura franchi le cap de 2019 en fanfare en attribuant une volée de contrats, notamment au profit de la BITD française.

Spécialiste de la communication en milieu sévère, Elno remportait le 2 janvier une commande évaluée à 1M€ pour équiper tous les LTTV avec son intercom digital Elips. Un choix loin d’être anodin, ce dernier ayant déjà été sélectionné en 2016 dans le cadre du rétrofit des MPPV Dingo 2 de la Composante Terre. Coïncidence ou non, l’Elips est également l’intercom retenu pour équiper les Jaguar et Griffon des programmes Scorpion et CaMo.

Le même jour, la filiale britannique du groupe français Hutchinson, Hutchinson Defense and Mobility, remportait un marché pour la livraison d’un millier de systèmes Run-Flat R20. Une fois installés sur les pneumatiques du LTTV, ces éléments en caoutchouc permettront à celui-ci de couvrir une distance de 100 km avec un pneu crevé, sur tout type de terrain.

Ces deux contrats font notamment suite à une commande de 7M€ attribuée début décembre à la société britannique Rygor Commercials pour la livraison de 60 Unimog 5000, châssis sélectionné pour le programme LTTV. Le modèle U5000 n’a évidement pas été choisi au hasard, car il correspond à celui utilisé pour développer le MPPV Dingo 2, en service depuis 2006 au sein de la Composante Terre. Cette rationalisation des châssis facilitera grandement le MCO des deux flottes tout en générant des économies substantielles au profit de la Défense belge.

Après avoir accumulé un certain retard, le dossier relatif à l’acquisition de l’armement de bord des LTTV devrait se concrétiser cette année. Un contrat évalué à 4M€ et pour lequel FN Herstal se place logiquement en pôle position.

Reste, enfin, à résoudre l’épineuse question des kits de blindage, source d’inquiétude pour les opérationnels concernés. Selon une source parmi ceux-ci, le LTTV, trop « léger », ne serait pas adapté pour répondre efficacement aux modes opératoires employés par les groupements terroristes au Sahel. L’apparition d’un armement lourd et plus sophistiqué, de même que la prolifération des IED, rendent en effet l’utilisation de ce type de plateforme particulièrement périlleuse dans cette région.

http://forcesoperations.com/elno-et-hutchinson-embarquent-sur-les-lttv-belges/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeLun 14 Jan 2019 - 19:56

Citation :
Dassault Aviation lance un défi aux entreprises innovantes pour la maintenance future de ses avions

Posté dans Technologie par Laurent Lagneau Le 14-01-2019


Industrie de defense Française - Page 28 13a10e38

En matière d’innovation, la mode est aux « défis » proposés aux jeunes entreprises innovantes [start-up] et aux centres de recherche. Ainsi, la Marine nationale, le Centre d’expertise aérienne militaire [CEAM] de l’armée de l’Air, la Direction générale de l’armement [DGA] et, plus récemment, l’Agence de l’innovation de Défense, ont lancé de telles initiatives, parfois sous la forme de « hackathon », c’est à dire en réunissant des experts pour trouver des solutions à problème donné dans un temps limité.

Les entreprises de base industrielle de défense françaises ne sont pas en reste. Ainsi en est-il de Dassault Aviation, qui vient d’ouvrir les inscriptions à son « Innovathon Dassault Aviation Startup Challenge », dont le premier prix est un chèque de 8.000 euros [il est aussi prévu un « prix du coup de coeur », doté de 2.000 euros].

Organisé à Bordeaux les 7 et 8 février prochains, ce défi s’adresse aux jeunes pousses technologiques françaises. Ces dernières auront à plancher pendant 24 heures pour trouver « les solutions les plus innovantes » en matière de maintenance. Un domaine qui sera l’un des axes de travail pour le standard F4 du Rafale, dont le contrat de développement a officiellement été notifié ce 14 janvier.

Cet « innovathon » concerne plusieurs technologies, dont l’impression 3D, pour fabriquer des pièces et des outillages à la demande avec le concours de plateformes collaboratives, le Big Data et l’intelligence artificielle, pour faciliter et accélérer le traitement des pannes complexes par la « maîtrise des données », la maintenance prédictive, la robotique, pour assister les techniciens, l’Internet des objets [IoT] ou encore le « training » [qui consiste à développer des formations techniques performantes].

Industrie de defense Française - Page 28 13a10d49

Cette liste n’est pas exhaustive : en effet, assure Dassault Aviation, « les candidats peuvent proposer leurs propres idées » lors de leur inscription, laquelle ne prend que deux minutes.

Pour s’inscrire : https://dassault-aviation-startup-challenge.bemyapp.com/

http://www.opex360.com/2019/01/14/dassault-aviation-lance-un-defi-aux-entreprises-innovantes-pour-la-maintenance-future-de-ses-avions/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMar 22 Jan 2019 - 15:43

Citation :
Exportations d'armes : une année en trompe l’œil pour la France en 2018

Par Michel Cabirol | 22/01/2019, 6:00 | 440 mots

Industrie de defense Française - Page 28 00b311
Airbus Helicopters a finalisé en 2018 trois grandes commandes, dont une seule a été mise en vigueur


Le cru 2018 des exportations d'armes françaises aurait pu être très bon et atteindre la barre des 10 milliards d'euros. Ce ne sera finalement pas le cas : plusieurs grands contrats signés l'an dernier n'ont pas été mis en vigueur. Ils seront inscrits en 2019 dans le carnet de commandes des groupes concernés.


Le ministère des Armées n'est pas passé loin d'une superbe année 2018 en termes d'exportations d'armes. Le montant aurait pu approcher voire atteindre la barre des 10 milliards d'euros. Mais plusieurs grands contrats signés en 2018 n'ont finalement pas pu être mis en vigueur (acompte versé) : c'est le cas des blindés en Belgique, des hélicoptères NH90 en Espagne et Caracal en Hongrie, ou encore, mais à un degré moindre, des quatre patrouilleurs en Argentine.


"Sur l'export 2017, nous avons fait un peu moins de 7 milliards (d'euros de prises de commandes, ndlr), et sur 2018 nous prévoyons à peu près la même chose", avait estimé le Délégué général pour l'armement (DGA), Joël Barre lors d'une conférence de presse tenue début novembre. Il aura in fine raison.

Seulement deux grands contrats en 2018

En 2018, Airbus Helicopters a finalisé trois grandes commandes (Qatar, Hongrie et Espagne). Mais seul le contrat signé au Qatar portant sur la vente de 28 NH90 et 16 Ecureuil (H125) a été mis en vigueur. Le montant total de cette commande s'élève à plus de 3 milliards d'euros, dont un peu plus de 1,5 milliard revient à Airbus Helicopters. Le Qatar a également mis en vigueur l'achat de 12 Rafale à Dassault Aviation (1,1 milliard d'euros). Soit environ 2,5 milliards dans les filets de l'industrie de défense française. En revanche, MBDA, qui habituellement contribuait aux exportations d'armes de la France, a disparu ou presque des écrans radars en 2018. Enfin, Arquus (ex-Renault Trucks Defense) a gagné un contrat au Koweït portant sur la fourniture de 300 véhicules blindés Sherpa pour 270 millions d'euros.

En outre, le montant des exportations françaises est consolidé autour d'un socle de contrats inférieurs à 200 millions d'euros, qui constitue la partie stable et récurrente de la performance des entreprises françaises à l'exportation. Un socle qui peut être estimé entre 3,5 et 4 milliards bon an, mal an.

Des grands contrats en attente de versement d'acompte

En revanche, Nexter a obtenu une importante commande en Belgique (véhicules blindés Jaquar et Griffon pour 1,5 milliard d'euros), qui n'a pas encore été mise en vigueur, selon nos informations. Le Parlement français doit encore voter une loi pour que ce contrat soit effectif. La commande de 23 NH90 version TTH (1,5 milliard d'euros) de la part de l'Espagne attend elle aussi une mise en vigueur. Ce serait une question de jours. C'est le cas également des 16 hélicoptères multirôles H225M (environ 500 millions d'euros) vendus en fin d'année par Airbus Helicopters à la Hongrie et des quatre patrouilleurs placés par Naval Group en Argentine (319 millions d'euros). L'année 2019 débute très bien....

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/exportations-d-armes-la-france-pourraient-avoir-atteint-la-barre-des-10-milliards-d-euros-en-2018-804614.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeDim 27 Jan 2019 - 18:27

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMar 5 Fév 2019 - 17:30

Citation :
La France et l'Allemagne vont notifier le premier contrat du SCAF à Dassault et Airbus

Par Michel Cabirol            |    05/02/2019, 6:56  |  644  mots

Industrie de defense Française - Page 28 00b827
La France et l'Allemagne vont financer à parts égales un contrat de 65 millions d'euros sur deux ans octroyé à
Dassault Aviation et Airbus pour définir l'architecture et le concept du programme SCAF. (Crédits : DR)

     
Paris et Berlin vont notifier un premier contrat de 65 millions d'euros sur deux ans à Dassault Aviation et Airbus qui permettra de déterminer l'architecture et le concept du programme SCAF. Par ailleurs, Safran et MTU vont sceller leur alliance pour développer le moteur de l'avion de sixième génération.


Au-delà des déclarations d'intention et des annonces, la France et l'Allemagne veulent montrer au monde entier que l'avion de combat européen du futur (Système de combat aérien du futur ou SCAF) est un programme qui décolle. Moins de trois mois après l'annonce de son lancement, Paris et Berlin vont notifier mercredi lors d'une visite des deux ministres de la Défense, Florence Parly et son homologue allemande Ursula von der Leyen sur le site de Safran à Gennevilliers, le premier contrat du programme SCAF à Dassault Aviation et à Airbus. Les deux pays vont financer à parts égales 65 millions d'euros sur deux ans pour définir l'architecture et le concept du programme.

Les deux ministres vont également officialiser le partenariat industriel entre Safran et l'allemand MTU, qui vont motoriser l'avion de combat de sixième génération dans le cadre du programme SCAF. Un accord industriel pour expliquer qui fait quoi pour la motorisation de l'avion de combat sur le principe des compétences des deux motoristes. Ce sera donc Safran en tant qu'architecte du design et des performances du moteur qui pilotera le programme alors que MTU prendra le manche pour gérer les services et la maintenance du moteur (MCO). Avec son savoir-faire et ses compétences acquis sur le M88, qui pousse le Rafale, le motoriste tricolore sera le responsable des parties chaudes du moteur ainsi que des turbines haute pression.

Un Programme étude amont de 115 millions d'euros

Pour renforcer et consolider les compétences sur les parties chaudes d'un moteur, la France va en outre notifier à Safran un programme d'études amont (PEA) baptisé Turenne 2 d'un montrant de 115 millions d'euros. C'est le premier contrat lié à un moteur d'avion de combat obtenu par Safran depuis le lancement du M88. Tout l'enjeu pour le motoriste sera de bien maîtriser les parties chaudes du moteur et d'en augmenter de façon significative la poussée par rapport au M88 du Rafale (7,5 tonnes de poussée). Car l'avion de combat, qui sera au centre du programme SCAF, sera plus lourd et plus gros que le Rafale.

Ces études pourront peut-être servir à améliorer les performances de l'actuel moteur du Rafale. Augmenter la poussée du moteur entraîne de facto une hausse significative de la température du moteur. Par exemple, la température du M88 grimpe jusqu'à 1.850 degrés. Le ministère des Armées vise 2.000 degrés en 2024, puis 2.100 degrés pour le SCAF. Or, les aubes de turbine fondent à cette température. A Safran de trouver de nouveaux alliages (nickel ? céramique ?) capables d'encaisser ces températures extrêmes. Les deux ministres vont inaugurer une fonderie d'une nouvelle génération, et plus largement la plateforme de recherche sur les aubes de turbines avancées.

Augmenter la poussée du Rafale ?

Pour Safran, ce PEA est du pain béni... Le motoriste plaide depuis des années pour une augmentation de la poussée du Rafale, qui s'est alourdi au fil du temps, mais sans jamais avoir eu gain de cause. Surtout, le motoriste s'inquiétait du maintien des compétences dans le domaine de l'aviation de combat. Avec la notification du PEA, l'industriel a obtenu une première satisfaction même si rien n'est décidé sur une amélioration du M88 à ce stade, explique-t-on dans l'entourage de la ministre.
La poussée du M88 peut déjà passer de 7,5 tonnes à plus de 8 tonnes - entre 8 et 8,3 tonnes - sans toucher aux entrées d'air, donc sans toucher à l'avion, simplement en travaillant sur le moteur. Soit une augmentation d'une dizaine de pourcentages. Au-delà, (9 tonnes), la modernisation du moteur passerait par une modification plus structurelle du Rafale. Pour l'entourage de la ministre, cette équation doit s'étudier et selon le ratio amélioration des performances et coût, il décidera ou d'une modernisation du M88.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/la-france-et-l-allemagne-vont-notifier-un-premier-contrat-scaf-a-dassault-et-airbus-806266.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMer 6 Fév 2019 - 0:05

Citation :
Sécurité des sites sensibles : Une PME française autorisée à faire voler son drone de surveillance 100% autonome

par Laurent Lagneau · 5 février 2019


Industrie de defense Française - Page 28 00b637

En janvier, l’Agence de l’innovation de Défense [AID] a lancé un défi aux ingénieurs, entreprises innovantes et autres industriels afin d’améliorer la protection des bases aériennes, notamment dans les domaines de la surveillance par drone, la biométrie, l’intelligence artificielle, le big data, etc… Sans doute que le drone Skeyetech, développé par Azur Drones, y aurait sa place.

Doté de deux caméras, dont une haute définition avec un zoom x20 et une thermique 640×480 avec un zoom digital x4, afin de permettre l’identification, de jour comme de nuit, d’une personne à plusieurs centaines de mètres, cet octocoptère peut voler à 80 km/h pour une autonomie de 25 minutes, y compris sous la pluie et avec des vents de 50 km/h.

Jusque-là, ce drone, dont le développement a demandé trois ans de travail, n’a rien d’exceptionnel. Sauf qu’il est totalement autonome, c’est à dire qu’un « télépilote » n’est pas nécessaire pour le mettre en oeuvre.

« Grâce à son intelligence artificielle [propriétaire], il peut décoller automatiquement, voler de manière sécurisée (calculs de trajectoire), puis atterrir avec précision sur sa base », explique Drone Azur. Aussi, son utilisation « ne requiert aucune formation des équipes de sécurité au télépilotage », ces dernières pouvant « suivre ou commander les missions du drone, de façon très simple, directement depuis le VMS [Video Management System] », poursuit le constructeur. Et cela, via des communications chiffrées.

Seulement, les scénarios prévus par la réglementation française en vigueur reposent tous sur un drone piloté à distance. D’où la décision « inédite » que vient de rendre la Direction générale de l’aviation civile [DGAC] en autorisant le Skeyetech à voler en France, au-dessus des sites privés, hors vue directe, de jour comme de nuit et en agglomération, pourvu que cela se fasse sous la supervision d’un téléopérateur.

« Ce téléopérateur étant dispensé des formations normalement exigées pour les télépilotes [arrêté DGAC du 18 mai 2018], le système Skeyetech peut être opéré directement par un agent de sécurité, pour déclencher des missions de levées de doutes ou des rondes préprogrammées », souligne Azur Drone.

« Azur Drones ouvre des marchés aujourd’hui freinés par la complexité du déploiement des drones standards. Contrairement aux solutions télépilotées, nos drones sont très simples à utiliser, disponibles 24h/24, précis et fiable », a fait valoir, dans un communiqué, Jean-Marc Crépin, le Pdg de l’entreprise girondine.

Pour convaincre la DGAC, le Skeyetech ne manquait pas d’arguments étant donné que ses composants essentiels [moteur, électronique, sources d’alimentation, etc] ont tous été doublés, voire triplés. Et il est en outre doté d’un parachute pyrotechnique et d’un système de geo-caging. Qui plus est, ce système, c’est à dire le drone et sa station d’accueil, est muni d’un logiciel de maintenance prédictive permettant de détecter le moindre risque de panne.

Intégré à un réseau de capteurs, le Skeyetech peut décoller automatiquement [et en moins de 20 secondes] pour reconnaître une zone ou faire un point de situation en cas d’alerte. Par rapport à une « patrouille humaine », cela prendre cinq fois moins de temps. Il est également possible de le programmer pour effectuer des rondes régulières ou des missions de surveillance ponctuelles.

Autre avantage de ce drone : il est en mesure de surveiller des endroits difficiles d’accès et d’éliminer les « angles morts ». Enfin, par rapport à une caméra fixe, il est beaucoup plus difficile à neutraliser.

http://www.opex360.com/2019/02/05/securite-des-sites-sensibles-une-pme-francaise-autorisee-a-faire-voler-son-drone-de-surveillance-100-autonome/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 27272
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 28 Unbena32Industrie de defense Française - Page 28 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 28 Unbena25Industrie de defense Française - Page 28 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 28 Cheval10Industrie de defense Française - Page 28 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 28 Medail10

Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitimeMer 6 Fév 2019 - 18:55

Citation :
06.02.2019

Notoriété et longévité ne suffisent plus, Technam en quête de visibilité industrielle



Industrie de defense Française - Page 28 Techn10

Technam, "l'optimiseur de véhicules", va gaillardement sur ses 32 ans d'existence. Une belle longévité dont se félicite Dominique Croizat, l'un des trois fondateurs et actuel président de la société de Lambesc.

Technam vient de terminer un volet du programme "Recamp" au profit de l'EMA qui équipe les FS françaises et des forces d'alliés africains ; il vient aussi de livrer divers clients tant civils que militaires. Mais la visibilité manque.

C'est en tout cas la conviction de Dominique Croizat qui ne peut se contenter de commandes épisodiques ou d'études comme le VTMR (voir ci-dessous), un "véhicule de transport multi-rôles qui peut embarquer dix fantassins:

Industrie de defense Française - Page 28 Tech10

Le président de Technam voudrait bien plus de visibilité, pour lui et ses quelque 50 employés. La charge de production est assurée jusqu'en octobre prochain mais "il faut espérer d'autres commandes dans les deux mois qui viennent".

Dominique Croizat souhaiterait, pour être plus serein, pouvoir compter sur des programmes pérennes, "disons sur trois exercices et pas sur trois mois. Cela nous permettrait de mieux structurer nos moyens humains et matériels et de développer de nouveaux produits". Des produits comme le MassTech T4 simple cabine, d'un PTAC de 5,5 tonnes (ci-dessous):

Industrie de defense Française - Page 28 Tec10

Ce produit s'apparente à une camionnette tactique de type TRM2000.

On se souviendra que le TRM2000 est entré en production en 1982 et que la LPM 2019-2025 en prévoit le remplacement. La LPM annonce en effet l'arrivée de 7020 véhicules de mobilité tactique et logistique, dont quelques centaines de véhicules légers. Des véhicules que Technam se verrait bien développer et produire.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/02/05/technam-en-quete-de-visbilite-industrielle-20011.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Industrie de defense Française - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 28 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Industrie de defense Française
Revenir en haut 
Page 28 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29, 30, 31  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Autres Systemes d´armes-
Sauter vers: