Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De la question kurde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 13 Sep 2012 - 23:54

Citation :

Irak/pétrole : le Kurdistan irakien et Bagdad trouvent un accord

jeudi 13 septembre 2012 - 22h34

La région autonome du Kurdistan et le gouvernement irakien, en conflit sur l’exploitation des hydrocarbures, sont parvenus à un accord jeudi, aux termes duquel Erbil accepte d’exporter 200.000 barils de pétrole par jour, a-t-on appris auprès de responsables. En avril, le Kurdistan, qui réclame de Bagdad 1,5 milliard de dollars d’arriérés de paiement, avait décidé de suspendre ses exportations de pétrole, puis les avait reprises au mois d’août. Le 1er septembre, la région autonome avait annoncé la poursuite de ses exportations jusqu’au 15 septembre. Mais jeudi, les gouvernements de Bagdad et d’Erbil sont parvenus à un accord lors d’une réunion organisée dans le bureau du vice-Premier ministre Roz Nouri Chawis, a indiqué un responsable du gouvernement irakien sous couvert d’anonymat. Aux termes de cet accord, la région du Kurdistan exportera 200.000 barils de pétrole par jour et une commission mise en place par les deux parties aura pour tâche de solder les comptes auprès des compagnies pétrolières étrangères qui travaillent au Kurdistan, a ajouté cette source. Un responsable du gouvernement régional du Kurdistan a confirmé la teneur de cet accord. Le 4 septembre dernier, Bagdad avait menacé le Kurdistan de soustraire 3 milliards de dollars aux fonds qui lui sont alloués, si la région autonome ne comblait pas le manque à gagner engendré par sa décision de suspendre ses exportations de pétrole. Les relations entre Erbil et le gouvernement fédéral se sont considérablement dégradées ces derniers mois en raison de différends sur les contrats pétroliers et des revendications territoriales. Le Kurdistan a signé des dizaines de contrats pétroliers avec des compagnies étrangères sans l’approbation de Bagdad, qui exige que ce type de négociations passe à travers son ministère du Pétrole et considère illégal tout contrat conclu en dehors de ce circuit. (AFP).
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: De la question kurde   Dim 7 Oct 2012 - 17:13

Interview de Barzani, un homme très sournois

Citation :
President Masoud Barzani does not mince his words. No doubt his past as military leader and Peshmerga (armed fighter) has determined his preference for direct action. But he is also capable of considerable political diplomacy. Never in the history of the Kurdish people have the conditions been so favourable for the emergence of an independent state. But, he says, “although this natural right is what our people want, self-determination can come only through peaceful means and dialogue”.

L'Essentiel: How extensive has the repression of the Kurdish people in Iraq been?

Masoud Barzani: Repression of the Kurdish people goes back a long way, but the situation deteriorated after the First World War. It became systematic. It went up several gears to reach its full horror under Saddam Hussein, when he conducted his “Anfal” military campaigns. A figure of 182,000 victims is currently accepted by the international community. Five thousand people were killed in the chemical bombardment of Halabja alone, four thousand in chemical attacks on the rest of Kurdistan. Fifty thousand Peshmerga martyrs fell in the struggle against the regime, and 200,000 were wounded.

L'Essentiel: As leader of the Kurdistan Democratic Party (KDP), you signed an electoral agreement in 2004 with the other major party, the Patriotic Union of Kurdistan (PUK), of which the President of the republic of Iraq, Jalal Talabani, also a Kurd, is a member. What is your assessment of this agreement from a political point of view?

Masoud Barzani: We are firm believers in the need for coexistence and cooperation between Kurdish forces. We have experienced a civil war – between our two parties – but that is now in the past; we have moved on. To ensure the defense of an autonomous Kurdistan, cooperation between the KDP and the PUK is essential. One of the most important aspects of this agreement is that, while preserving the distinct identity of each party, it enables us to speak with a single voice, that of the Kurdish people. The results are evident everywhere: we are experiencing an economic boom, the construction industry is flourishing, and we have security.

L'Essentiel: And where the functioning of institutions and democracy are concerned, what progress has been made since you were elected to the presidency by parliament in 2006?

Masoud Barzani: We are still in the early stages. Much remains to be done and we admit that we are inexperienced where governance is concerned. We are in the process of building our institutions as set out in the constitution and establishing a separation of powers between parliament, the courts and the executive. Another of our objectives is to guarantee individual freedoms. We are proud of the fact that there are no political prisoners in Kurdistan. We are encouraging the emergence of representative organizations within civil society. There are currently 1,300 non-governmental organisations, a considerable number in a country as small as ours.

L'Essentiel: As you see it, what difference was there between the 2006 elections – when you were elected President by the Parliament – and the Kurdish presidential elections of July 2009?

Masoud Barzani: Between these two elections, there was no change in the attributes of presidential power, which are in any case set out in our constitutional law. When I was asked to run for the Presidency, I told Parliament and the parties that I was willing to do so if the election was to be by universal suffrage. But if the President was to be elected by Parliament, I would prefer someone else to run in my place. I needed to know exactly how much support I had from the people, not just from members of Parliament. I wanted to know what percentage of people were for and against my election. The members of Parliament who vote for you are constrained by various obligations, which is not true of the people. I needed the legitimacy that comes from the people.

L'Essentiel: What measures are you taking to ensure that the younger generation, who are an essential component of civil society, can achieve the living conditions and cultural standards of developed countries?

Masoud Barzani: Ours is a very young society, with 59% of the population under 25 years of age. It is therefore our duty to educate them and give them the chance of a better life in the years ahead. They are the future of Kurdistan. We now have seventeen universities, in which education is free of charge. Thanks to our scholarship programme, 5.000 Kurdish students so far have had the opportunity to continue their curicculum abroad. Some of them are studying in France. We have a system for providing finance and small loans to our Youth who want to set up their own businesses. Once they have received their diploma, students are paid a benefit until such time as they find work. We encourage students to go into the private sector and take care to ensure that their salaries are in line with those of civil servants.

L'Essentiel: A problem has arisen recently between you and the central Iraqi government over oil production. Mr Hussein Shahristani, the minister for oil resources in Baghdad, reacted somewhat aggressively to the signature of separate contracts between the total Group – which has acquired 35% of the Marathon Oil Group’s production licence – and the government of autonomous Kurdistan. How has this affected relations between you and the Federal republic of Iraq?

Masoud Barzani: We have not overstepped our constitutional prerogatives. One of the principles of the Iraqi constitution is that oil and gas resources belong to each and every Iraqi. This principle is widely supported. In February 2007, we agreed to a joint project concerning oil and gas resources. This project contains an appendix giving us the possibility to sign oil contracts if by May 2007 the draft text hasn’t been adopted by Parliament. The other argument to the effect that what we are doing is unconstitutional or illegal, or not within our powers, is unrealistic. It is illogical to believe that Exxon Mobil, Gazprom, Chevron or Total would get involved in a disputed territory (Kurdistan – ed.), where they are not entitled to exploit oil resources. It is public knowledge that Kurdistan’s oil production policy has been a success. Meanwhile, the minister responsible for oil production in Iraq has failed in his task. All he is doing is showing his hostility towards the Kurds. He would do better to concentrate on the electricity supply in Iraq.

L'Essentiel: Differences with the central government are increasing. You have many times called on the Iraqi government to respect article 140 of the Constitution (referendum on the attachment of Kirkuk to Kurdistan – ed.). What is the current situation?

Masoud Barzani: One of the most important matters still to be decided on and worked out within Iraq is indeed this article of the Iraqi constitution. In agreeing to this article, we had no doubt about Kurdistan’s vocation to remain autonomous within the framework of the law. We believed, and continue to believe that this article can be implemented with international support. We thought, and still think, that the Kirkuk region should be reattached to Kurdistan. This article is about a normalisation: a population census and referendum. We have never claimed a right to impose our own solutions where the application of this article is concerned. The people of the Kirkuk region should be free to decide their destiny in a referendum. But, unfortunately, the Iraqis have done little to put this article into effect. They are procrastinating. We believe that the application of this article is also in the interests of Iraq.

L'Essentiel: We are currently seeing a strengthening of the sense of Kurdish identity in Syria, with some Kurds fleeing to autonomous Kurdistan to escape the fighting. Do you think that an Iraq-type solution might be applicable in Syria? Would you be in favour in the longer term to the reunification of the two Kurdish entities?

Masoud Barzani: The situation of the Syrian Kurds is different, because they have been deprived even of citizenship. They have not been treated as citizens of their country. And the process of Arabisation began much earlier, in the early 1960s. Many children have been obliged to attend Arab schools. Each part of the Kurdish people has its own specific circumstances and characteristics. The solutions for the different areas in which they live must therefore be different, too. They need to be in keeping with the realities of the countries in which the Kurds live. We cannot export our Iraqi model to Syria, nor anywhere else. But there must be a framework which gives Syrian Kurds the same rights as Kurds have acquired in Iraq. We are helping them to develop an orderly and unique political discourse, without imposing solutions. Where the reunification of Syrian Kurdistan with the autonomous Kurdish region of Iraq is concerned, it is not on our current agenda. But in the future, who knows? It is the right of every nation to want to be reunited. A natural right, that can only be claimed through peaceful ways and dialogue.

L'Essentiel: Are you training Syrian Kurd fighters?

Masoud Barzani: There are between 10,000 and 15,000 Kurdish refugees from Syria in Kurdistan. Many of them are young men. It is true that some of them have received training. They have not been trained for attack, but for defense. The regions where they live have no system of defense, and they need to be able to preserve them from chaos.


L'Essentiel: On 2 August, the head of the Turkish diplomatic service, Ahmet Davutoglu, visited Iraqi Kurdistan. How do you reconcile your solidarity with the Kurds living in Turkey and your growing cooperation with Ankara? What is your position regarding the Kurdistan Workers’ Party (PKK), which is carrying on a guerrilla war on your neighbour’s territory.

Masoud Barzani: We have never wanted the situation in our relation with Turkey to deteriorate. Unfortunately, Turkish policy towards us has been previously bordering on provocation and denial for years. Intimidation, bellicose acts. We do not accept such language, whatever quarter it comes from. It was not our policy, but theirs. But there has been a spectacular turn-around in the Turkish approach. When the Turkish Prime Minister Recep rdogan went to Diyarbakir and stated that it was true that Turkey had a problem with the Kurds of this country but that there must be a peaceful solution to the “Kurdish problem”, for me this was a move in the right direction. In March 2011, the Prime Minister came to Erbil and declared that the days when Kurds were denied their rights were over. From an economic point of view, our relations have really taken off and we now have the opportunity to further develop this cooperation.

Where the situation in Turkey is concerned, we uphold the rights of Kurds in that country. But we believe that the change in Turkish policy can be used to achieve further progress in the recognition of these rights. The PKK’s strategy of armed combat is no longer necessary. We neither accept nor support it. We are against this war and this violence. There is now an opportunity for the Kurdish members of the Turkish Parliament to make their influence felt. The opposition can be transformed into peaceful demonstrations in city streets, the Parliament and elsewhere. There is no need for violence. We have told the Kurdish political leaders that they should resolve the problem by peaceful means.

L'Essentiel: What is your position on the continuation of Iran’s nuclear programme?

Masoud Barzani: Iran is an important player in the region. We share a vast border. We maintain normal relations with Iran. But that does not necessarily mean we agree with everything they do. Where their nuclear programme is concerned, we would prefer it if there was no programme, neither in Iran nor elsewhere. We do not know exactly what their programme consists in. Moreover, we do not know how capable they are of controlling such a programme and, since Chernobyl, everyone knows how the smallest technical problem can lead to a regional catastrophe. We also know, like everyone else, that a programme of this kind may well trigger a war.

L'Essentiel: You visited the White House last April. What did you and President Obama discuss?

Masoud Barzani: I met President Obama and Vice-President Biden. The main purpose of the meeting was to discuss the situation in Iraq and Kurdistan, and our relations with the USA. It was important for us to know their view of the situation, whether they supported us, and what their position was vis-à-vis particular politicians. They confirmed that they supported the whole political process in Iraq, and the application of the constitution. They confirmed their commitment to the development of an autonomous Kurdistan. Naturally, we raised the issue of our dispute with Prime Minister al-Maliki concerning the problems associated with Kirkuk. President Obama reaffirmed that he wanted us to find a solution in the framework of Article 140 of the Constitution, and he wanted a relaxation of tension between the parties. He was seeking détente. We reaffirmed that we had done nothing that was not in conformity with the Constitution and that our dispute was not about this point. As you know, President Obama has already sent an emissary (Tony Blinken, National Security adviser to US vice-President Joe Biden – ed.) To progress this dossier. But the solution can only be an “Iraqi-style” one. Where the problem of Kirkuk is concerned, there is no way anyone can impose solution, neither we ourselves nor anyone else. Article 140 is very clear on this point. To break this rule would be to open the way to other eventualities. All options would then be on the table.

L'Essentiel: What of your relationship with President François Hollande?

Masoud Barzani: As you know, President François Mitterrand and his wife Danielle gave us loyal support, in particular when the UN established the exclusion zone in 1991 (Resolution no. 688). Relations between our two countries were extraordinarily positive at that time. We had no direct relations with President Chirac, though we were in touch with some of his ministers, such as the Minister of the Interior at the time, Nicolas Sarkozy. With President Hollande, whom I met four or five times when he was leader of the Socialist Party, I have excellent personal relations. I would like to visit France, which for us is one of the countries to which we pay most attention. We would like to deepen our relations. In 2010, I met President Sarkozy in France, in the company of my very good friend, Bernard Kouchner. For me, it was a very warm relationship.

L'Essentiel: How do you view Russian foreign policy in the region and the blocking tactics Russia, together with China, have adopted in the Un Security Council with regard to Syria?

Masoud Barzani: Historically, there has always been an understanding between Russia and China on certain matters, in opposition to the Western counties. These are very different schools of diplomatic thinking, and there is a struggle for international influence between them. I cannot say which school is right and which is wrong. But, as we see it, the people living in our region may become victims of this struggle.

L'Essentiel: Is the law you have passed to encourage foreign investment and the establishment of large companies the same as the law adopted in Baghdad?

Masoud Barzani: Our law on foreign investment is very significant in this respect, extremely favourable to foreign investors. Many large multinational companies are interested in the advantages we offer. Some have already taken the plunge and others will soon follow, because we are experiencing remarkable economic development. Our law is different from the law adopted in Baghdad.

L'Essentiel: How far would you be prepared to go if the central government in Iraq fails to respect the constitutional arrangements agreed between the autonomous region of Kurdistan and the central authorities?

Masoud Barzani: If we found that the constitution was being violated, or emptied of meaning, or not applied, we would not be able to live under such a system. We cannot live under a dictatorial regime in Iraq!

L'Essentiel: These have been the years of “Arab springs” in the region. But, following these events, we have seen the rise of Salafist and Islamist groups, which have destabilised these countries. Knowing that the American presence in Iraq will not last for ever, what sort of army do you envisage in the future for Kurdistan to defend the country against terrorist groups or external threats?

Masoud Barzani: Our philosophy and strategic doctrine are based on the concept of defense. We will never attack anyone. Never. According to the Iraqi constitution, we are entitled to have our own army to defend us. We have trained our Peshmergas to become the basis of this new defense force. They are ready for any future eventuality.

L'Essentiel: If you were to make a wish for the future of Kurdistan, what would it be? Autonomy? Prosperity? Independence?

Masoud Barzani: All three (laughter).

http://www.krp.org/english/articledisplay.aspx?id=HCm1GdUZniI=

_________________
Site perso : http://defense-turque-infos.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: De la question kurde   Mer 10 Oct 2012 - 14:45

MUST-SEE, reportage emouvant d'aljazeera english sur les veterans des TSK traumatises par le conflit avec le PKK, ca m'a fait penser a full metal jacket...



Revenir en haut Aller en bas
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: De la question kurde   Mer 26 Déc 2012 - 23:28

Citation :

Le Kurdistan, en conflit avec Bagdad, stoppe ses exportations pétrolières

mercredi 26 décembre 2012 - 15h46


Le Kurdistan irakien a décidé de quasi cesser ses exportations pétrolières tant que Bagdad n’aura pas procédé au versement d’un arriéré de paiement de près de 300 millions de dollars, a déclaré mercredi le porte-parole de cette région autonome.

Nous avons envoyé une lettre au gouvernement et lui avons demandé de payer, mais il refuse, a affirmé Safin Dizai, en assurant que le gouvernement central devait 350 milliards de dinars irakiens (environ 291,6 millions de dollars) à la région autonome du Kurdistan.

Les exportations se limitent désormais à 5.000 barils de pétrole par jour (b/j), loin des 100.000 b/j de ces derniers mois, et les compagnies reprendront leurs exportations de brut quand le gouvernement aura payé, a précisé M. Dizai.

Le Kurdistan irakien avait déjà suspendu ses exportations de pétrole en avril pour réclamer de Bagdad 1,5 milliard de dollars d’arriérés de paiement, avant de les reprendre en août.

En septembre, la région autonome avait annoncé s’être engagée par contrat avec le gouvernement irakien à exporter 140.000 b/j jusqu’à la fin du mois puis 200.000 b/j jusqu’à la fin 2012. En contrepartie, Bagdad devait verser à la région une avance de 1.000 milliards de dinars (833 millions de dollars).

Selon un porte-parole du gouvernement, Bagdad a payé 650 milliards de dinars au Kurdistan et attend des documents sur le paiement fait aux compagnies pétrolières pour débloquer les 350 milliards de dinars restants, mais le Kurdistan réclame que l’argent soit versé avant de fournir les documents.

Les relations entre Erbil et le gouvernement central se sont considérablement dégradées ces derniers mois en raison de revendications territoriales et de différends sur les contrats pétroliers.

Le Kurdistan a signé des dizaines de contrats pétroliers avec des compagnies étrangères sans l’approbation de Bagdad, qui considère comme illégal tout contrat n’ayant pas été négocié sous l’égide du ministère du Pétrole. (AFP).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la question kurde   Mar 1 Jan 2013 - 15:37

Le Pkk a subit de très grande perte en 2012...

Perte du coté turc:

- 31 policiers (forces spéciales comprise)
- 132 militaires (gendarmerie comprise)

Perte du Pkk:

- 438 terroristes tués
- 8 000 terroristes capturés
- 193 terroristes se sont rendus aux forces de l'ordre

Citation :
La Turquie discuterait d'un désarmement avec le chef du PKK



Des responsables des services de renseignement turcs ont discuté de la perspective d'un désarmement des séparatistes kurdes avec Abdullah Öcalan, le dirigeant kurde emprisonné depuis 1999, rapporte le quotidien turc Hürriyet lundi 31 décembre. Ces informations ont été confirmées dans l'après-midi de lundi par Yalçin Akdogan, principal conseiller politique du premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.
"Ce sont les services de renseignement qui sont en pourparlers avec lui [...]. L'objectif est le désarmement du PKK [Parti des travailleurs du Kurdistan, interdit]. Tout dialogue en ce sens qui peut aboutir à un arrêt des violences est soutenu par le gouvernement", a déclaré Yalçin Akdogan sur la chaîne de télévision d'information NTV.

Ankara a entamé ces derniers mois des discussions avec le chef historique du PKK dans le but de mettre un terme au mouvement de grève de la faim observé par des centaines de ses partisans dans les prisons turques. Le conseiller du premier ministre a estimé qu'"Ocalan était toujours l'acteur principal" pour régler le conflit kurde qui perdure depuis 1984, tout en émettant un doute sur son influence sur les quelque 2 000 militants retranchés dans le nord de l'Irak, d'où ils attaquent la Turquie.

Les directeurs de l'agence des renseignements turque (MIT) ont rencontré Ocalan le 23 décembre pendant quatre heures pour travailler à l'élaboration d'une déclaration sur la fin du conflit dans les premiers mois de l'année 2013, rapporte Hürriyet.

UN DÉPÔT DES ARMES AU PRINTEMPS ENVISAGÉ

"Obtenir que le groupe dépose les armes était le point principal figurant dans l'agenda des négociations, écrit Hürriyet, sans toutefois préciser ses sources. Si l'objectif est atteint, le PKK, qui a stoppé ses opérations à cause de l'arrivée de l'hiver, déposerait les armes au printemps."

Mais M. Akdogan, qui est aussi député du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), au pouvoir, s'est voulu "réaliste" et a estimé que l'arrêt des combats entre les forces turques et les rebelles n'était pas pour demain. Il a cependant insisté sur le fait que l'usage de la force "ne suffit pas pour en finir avec le PKK", qui a engagé une lutte armée contre les forces d'Ankara il y a près de trente ans.

Ocalan aurait, quant à lui, déclaré qu'il devait être mis en relation directe avec le PKK et que ses conditions de détention s'étaient améliorées. De telles négociations auraient été impensables il y a encore quelques années. Des contacts récents se sont révélés tendus, certains membres de l'opposition nationaliste ayant fermement condamné toute idée de négociation.

Abdullah Ocalan, surnommé parfois "Apo" ("l'Oncle"), est emprisonné à Imrali, une île de la mer de Marmara, depuis son arrestation en 1999. Le PKK, considéré comme une organisation "terroriste" par Ankara, les Etats-Unis et l'Union européenne, est tenu par le gouvernement central pour responsable de la mort de plus de 40 000 personnes depuis qu'il a pris les armes pour obtenir l'autonomie des Kurdes de Turquie.

Les rebelles ont d'abord revendiqué l'indépendance du Sud-Est anatolien, peuplé en majorité de Kurdes, avant d'évoluer vers une demande d'autonomie régionale. En parallèle au dialogue amorcé avec Ocalan, l'armée turque continue de combattre les rebelles, a précisé M. Akdogan, qui a fait état de 10 rebelles abattus lundi à Lice, dans le Sud-Est anatolien. Une précédente tentative de négociation avec le PKK en 2009 avait échoué.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/12/31/la-turquie-discuterait-d-un-desarmement-avec-le-chef-du-pkk_1811616_3214.html
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: De la question kurde   Mar 1 Jan 2013 - 16:15

pas une belle stat pour commencer le nouvel an Baybars,allah irhem (RIP) tous ces victimes,ils avaient tous une famille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la question kurde   Mar 1 Jan 2013 - 16:36

C'est une guerre Yakuza, donc les morts seront les conséquences de cette guerre, que le plus fort gagne..

Sinon, cette région (Kurdistan/Anti-Zagros/Anti-Taurus) est très accidentée, voici des photos de la frontière irako-irano-turque:















Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: De la question kurde   Mar 1 Jan 2013 - 16:39



soldat loup gris Laughing

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la question kurde   Mar 1 Jan 2013 - 16:40

Heureusement qu'il n'est pas un officier, il serait surement en prison.. What a Face

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la question kurde   Mar 1 Jan 2013 - 18:07

46 terroristes viennent d'être tués pendant les bombardements de l'armée de l'air turque le 22 décembre, 10 autres avaient été tués hier..

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la question kurde   Mar 8 Jan 2013 - 21:09

Citation :
Turquie et Kurdes seraient parvenus à un accord-cadre

ISTANBUL (Reuters) - Les autorités turques et le chef emprisonné des rebelles kurdes, Abdullah Öcalan, sont parvenus à un accord-cadre sur les modalités de règlement d'un conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984, rapporte mardi le quotidien Radikal.

Selon ce journal, considéré comme une source fiable sur les questions kurdes, cet accord est le fruit de négociations directes entre des responsables des services de renseignement (MIT) et Abdullah Öcalan dans sa prison sur l'île d'Imrali, où le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est détenu depuis sa capture en 1999.

Le règlement du conflit s'effectuerait en quatre étapes et aboutirait à un désarmement des rebelles et à une reconnaissance accrue des droits de la minorité kurde, essentiellement installée dans le sud-est de la Turquie.

D'après Radikal, les combattants du PKK cesseraient dans un premier temps les hostilités. Ils se retireraient ensuite du territoire turc, ce qui ouvrirait la voie à des négociations sur leur désarmement. L'étape finale serait qu'ils déposent définitivement les armes.

Abdullah Öcalan va rédiger quatre lettres dans lesquelles il exposera sa vision d'une solution au conflit kurde, toujours selon Radikal, qui ne cite pas ses sources.

Ces missives seront adressées au Parti Paix et Démocratie (BDP), principal représentant des Kurdes au Parlement d'Ankara, aux commandants du PKK dans le nord de l'Irak, à l'Europe, où se trouvent de nombreux militants kurdes, et à la population turque.

En échange, le plan prévoit la libération de milliers de détenus accusés de liens avec le PKK. Des réformes constitutionnelles vont aussi être engagées pour lever les obstacles à l'enseignement de la langue kurde, renforcer le pouvoir des administrations locales et modifier la définition de la nationalité, qui passera de citoyens turcs à citoyens de Turquie.

REVENDICATIONS LIMITÉES

Aucune confirmation officielle de ce projet n'a pu être obtenue.

Les revendications d'Abdullah Öcalan semblent limitées puisqu'elles ne contiennent aucune référence à un Kurdistan indépendant, ni au concept de fédération ou encore à celui d'"autonomie démocratique" avancé par certains responsables kurdes.

Le chef de file du BDP a salué ces avancées, en particulier l'initiative gouvernementale de discuter avec le chef du PKK.

"Rencontrer Öcalan (...) est une initiative correcte, elle est logique et appropriée", a dit Selahattin Demirtas aux parlementaires de son parti à Ankara. "La paix en Turquie peut uniquement débuter avec cette initiative", a-t-il ajouté en exigeant que son parti soit associé aux discussions.

Malgré cet optimisme prudent, les violences se poursuivent entre l'armée turque et les rebelles kurdes.

Quatorze combattants kurdes et un militaire turc sont ainsi morts durant la nuit lors d'un accrochage à la frontière entre l'Irak et la Turquie, ont dit les autorités locales.

Le conflit entre le PKK et l'Etat turc s'est traduit essentiellement par des combats dans les régions montagneuses de Turquie bordant l'Irak, l'Iran et la Syrie mais aussi des attentats dans les grandes villes du pays.

Malgré l'hostilité d'une grande partie des Turcs à l'égard du PKK, qualifié d'"organisation terroriste" par Ankara, l'Union européenne et les Etats-Unis, le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, est soucieux de mettre fin aux violences liées à la rébellion kurde, notamment en vue de sa possible candidature à l'élection présidentielle en 2014.

En dix années au pouvoir, le chef du gouvernement islamo-conservateur a déjà renforcé les droits de la minorité kurde, qui représente environ 20% des 75 millions d'habitants de la Turquie.

Recep Tayyip Erdogan minimise cependant les concessions qu'il serait disposé à accepter pour mettre fin au conflit. Il a par avance exclu la libération d'Abdullah Öcalan ou son placement en résidence surveillée ainsi qu'une amnistie générale.

LE PKK VEUT RENCONTRER ÖCALAN

Dans sa cellule, Abdullah Öcalan n'a pas pu voir ses avocats depuis seize mois, même s'il a pu rencontrer des responsables politiques kurdes.

Principale formation d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP, laïque) a apporté son soutien au processus de paix tout en réclamant la collaboration de toutes les forces représentées au Parlement pour tenter de parvenir à une solution.

Le chef de file du Parti du mouvement nationaliste (MHP) a en revanche vivement critiqué les discussions avec le "monstre d'Imrali".

"Le Premier ministre Erdogan a franchi un palier et posé l'ancre du gouvernement dans le port sanglant du terrorisme séparatiste", a dit Devlet Bahceli devant son groupe parlementaire.

Chef du PKK dans le nord de l'Irak, Murat Karayilan a pour sa part affiché sa prudence et réclamé un accès direct à Abdullah Öcalan.

"Les forces armées (du PKK) sont l'élément fondamentalement important. Pour cette raison, nous devons avoir un dialogue direct avec le chef", a-t-il dit dans une interview à une agence de presse proche de la rébellion. "Il y a le problème de convaincre la structure de commandement dans son sens large et les combattants, pas seulement la direction."

Avec Ayla Jean Yackley, Gulsen Solaker et Seyhmus Cakan; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Gilles Trequesser

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130108.REU4540/turquie-et-kurdes-seraient-parvenus-a-un-accord-cadre.html
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9325
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 10:56

Citation :
Trois militantes kurdes assassinées à Paris

Qualifiant ces "assassinats" d'"insupportables", le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, est arrivé sur place peu après 9 heures.

Trois femmes kurdes ont été retrouvées mortes dans la nuit de mercredi à jeudi, dans les locaux d'une association de la communauté kurde à Paris dans le 10e arrondissement, a-t-on appris de sources concordantes.
Qualifiant ces "assassinats" d'"insupportables", le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, est arrivé sur place peu après 9 heures.

Sur les trois victimes, l'une était Fidan Dogan, 32 ans, permanente du centre d'information du Kurdistan, a déclaré le directeur du centre, Leon Edart, responsable de la Fédération des associations kurdes de France (Feyka). Elle était également la représentante en France du Congrès national du Kurdistan, a précisé dans un communiqué diffusé sur place la Feyka. Selon la fédération, les deux autres victimes sont Sakine Cansiz, présentée comme "une des fondatrices du PKK" (Parti des travailleurs du Kurdistan, interdit en Turquie) et Leyla Soylemez, une "jeune activiste".

Interrogé sur une éventuelle motivation politique à ces meurtres, Manuel Valls s'est refusé à tout commentaire. "Trois femmes ont été abattues, tuées, sans doute exécutées. C'est un fait grave, d'où ma présence. C'est tout à fait inacceptable", a déclaré le ministre à la presse. "Soyez assurés de la détermination des autorités françaises", a-t-il dit, insistant sur sa volonté de "faire toute la lumière sur cet acte tout à fait insupportable" commis "dans ce quartier, dans ce centre d'information du Kurdistan, dans le 10e arrondissement où beaucoup de Kurdes résident". "Je suis aussi venu exprimer ma compassion à l'égard des proches de ces trois femmes. Beaucoup de gens connaissaient la présidente du centre d'information" kurde, Fidan Dogan, une des trois victimes, a encore dit le ministre.

UNE EXÉCUTION ?

Selon le récit de M. Edart, mercredi à la mi-journée, les trois femmes étaient seules dans les locaux du centre d'information, situé au premier étage et pourvu d'un digicode et de sonnettes, dans cet immeuble du 147, rue Lafayette. En fin d'après-midi, un membre de la communauté a essayé en vain de les joindre. Il a tenté de se rendre sur place, mais n'avait pas les clés et n'a pu entrer immédiatement. Selon la Fédération des Kurdes de France, des amis inquiets se sont alors rendus sur place. Ils auraient vu des traces de sang sur la porte qu'ils auraient alors défoncée. Ils ont découvert les trois corps vers 1 heure du matin, selon cette source.

Deux des femmes auraient été tuées d'une balle dans la nuque, la troisième présentant des blessures dans le ventre et au front, selon la fédération. Sur l'immeuble, aucune plaque ne signale la présence du centre d'information du Kurdistan. D'après Leon Edart, les victimes auraient peut-être ouvert la porte à leur(s) assassin(s). "La scène peut laisser penser qu'il s'agit d'une exécution, mais l'enquête devra éclaircir les circonstances exactes de ce drame", a précisé une source policière.

La section antiterroriste du parquet de Paris est saisie. Elle a confié l'enquête à la sous-direction antiterroriste et à la section antiterroriste de la brigade criminelle de la police judiciaire.

"NOUS SOMMES TOUS DU PKK !"

Dès l'annonce de ces assassinats connus, des centaines de Kurdes se sont rassemblés devant l'immeuble, scandant "Elles ne sont pas mortes", "Nous sommes tous du PKK !", "Turquie assassin, Hollande complice !", et agitant des drapeaux à l'effigie du chef emprisonné des rebelles kurdes, Abdullah Öcalan.

La communauté kurde est régulièrement l'objet de l'intérêt de la justice française dans des dossiers de financement du PKK, via des extorsions de fonds ou la levée d'"impôt révolutionnaire". Ces assassinats surviennent au moment où, selon des médias turcs mercredi, Ankara et Abdullah Öcalan se sont mis d'accord au cours de récentes discussions sur le principe d'un arrêt des hostilités qui durent depuis 1984. Selon ces sources, cet accord prévoit, en plusieurs étapes, la suspension des attaques du PKK dès le mois de mars, en échange d'une réforme de l'Etat turc destinée à accroître les droits de la minorité kurde.

Les Kurdes représentent une population de plus de 150 000 personnes réparties sur tout le territoire français avec une forte concentration en Ile-de-France, en Alsace, en Lorraine et dans les Bouches-du-Rhône, selon une étude réalisée en 2006 par Rusen Werdi, experte de l'Institut kurde de Paris. Elle est formée de près de 90 % de Kurdes de Turquie. On compte environ 6 500 Kurdes iraniens et 4 800 Kurdes irakiens. Le reste est formé de Kurdes de Syrie, du Liban et des ex-républiques soviétiques du Caucase.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/01/10/trois-femmes-kurdes-tuees-d-une-balle-dans-la-tete-a-paris_1814768_3224.html

PGM
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 11:16

reglement de compte entre kurdes ou les loups gris..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages : 12861
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 11:18

Hummm alors que la veille Erdogan discutait de manière officiel avec Abdullah Öcalan d'une feuille de route pour en finir avec cette guerre Rolling Eyes ! Très louche tout ça, surement un coup d'une cellule ultra nationaliste des service secret contre tout rapprochement avec les Kurdes ....

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9325
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 11:25

ou bien élimination des éléments les plus intransigeants du mouvement. Pour préparer le terrain a un désarmement, on se débarasse des ultras.
nota: c'est à Paris que l'on trouve les kurdes les plus ultras.
sans doute reglement interne au mouvement. Pas évident pour TRE de donner le feu vert pour des assassinats en France.

PGM
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages : 12861
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 11:28

Oui cette piste est logique aussi! Le problème c'est que médiatiquement l'agitation se fera envers la Turquie Evil or Very Mad

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 12:29

Selon moi il y a plusieurs hypothèses.

1 - Un coup de l'état profond turc par le biais de cellule dormante du MIT en France (loup gris "gladio", Agent infiltré au sein du Pkk) qui voudrait provoqué le Pkk et donc la fin des négociations.
2 - affontrement interne au Pkk. Du aux négociations ou des intérêts propres aux groupes.

C'est louche. J'ai peur que ces assassinats se répandent si les négociations avancent.
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages : 12861
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 14:18

Citation :
Kurdes tuées : un lien avec les négociations de paix

Le corps de trois militantes kurdes ont été découverts cette nuit, à Paris, alors que des négociations se déroulent entre le gouvernement turc et Abdullah Öcalan, le leader du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Istanbul

L'une des trois femmes assassinées à Paris au Centre d'information du Kurdistan, Sakine Cansiz, était un des membres fondateurs du PKK, le mouvement séparatiste créé par Abdullah Öcalan en 1978 à Fis, un village dans le sud-est turc.

Cette triple exécution intervient à un moment clé dans le conflit qui dure depuis 1984 entre Ankara et le Parti des travailleurs du Kurdistan. Les autorités turques ont reconnu discuter avec le chef de la guérilla kurde qui purge une peine d'emprisonnement à vie sur l'île d'Imrali, en mer de Marmara. Le MIT, les services de renseignements turcs, ont été mandatés fin décembre par le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan auprès d'Abdullah Öcalan pour tenter de mettre fin au conflit. Mardi, les médias ont annoncé qu'un accord-cadre aurait été trouvé. Le plan, qui n'a été confirmé par aucune des deux parties, prévoirait un repli des combattants présents en Turquie vers l'Irak dès le mois de mars et un exil des cadres du mouvement en Europe en échange d'une libération de prisonniers et de réformes en faveur des 15 millions de Kurdes de Turquie.
Une histoire jalonnée de règlements de compte

Il ne fait guère de doute que les meurtres à Paris ont un lien avec ces pourparlers qui réveillent les espoirs de paix au sein des populations kurde et turque fatiguées par la guerre civile qui a déjà fait 45.000 morts mais qui ravivent aussi les tensions. «Cela ressemble à une lutte interne, ce type d'incidents s'est déjà produit dans le passé, a déclaré ce matin Hüseyin Celik, vice-président du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir. Certaines personnes peuvent chercher à faire dérailler le processus en cours, il faut être extrêmement prudent.»

L'histoire de l'organisation autonomiste est jalonnée de règlements de compte en interne, surtout dans les années 1990, mais il s'agissait surtout de dissidents qui contestaient la stratégie d'Abdullah Öcalan. Une autre piste possible mène vers les cellules clandestines de l'extrême droite nationaliste turque, notamment vers les Loups Gris, et des groupuscules mafieux au sein de l'État qui sont toujours actifs en Europe. Ils sont responsables de milliers de disparitions non élucidées de Kurdes dans les années 1990 au cours de la guerre menée par l'État dans le sud-est du pays. En Turquie, le Parti pour une action nationaliste (MHP) est opposé aux pourparlers.

http://www.lefigaro.fr/international/2013/01/10/01003-20130110ARTFIG00556-kurdes-tuees-un-lien-avec-les-negociations-de-paix.php

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Zipkin
Caporal
Caporal


messages : 118
Inscrit le : 13/10/2012
Localisation : dans les airs
Nationalité : Turquie

MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 15:42

Ces 3 femmes n'ont certainement pas été tué par le MIT ou les Loups. Dans notre culture, on n' assassine pas les femmes et les enfants.

3 suspects possible à mon sens. Le mossad, le BND, ou les services iraniens.

Les terroristes auraient ouvert elles mêmes la porte au tueur. IL se peut que se soit aussi un réglement de compte sur fond financier ou de drogue.

Le mieux étant de faire confiance aux services français pour faire la lumière sur cette affaire.
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9325
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 16:08

Citation :
Le mossad, le BND, ou les services iraniens

Et les motifs ?
L'Iran est a exclure : d'autres chats a fouetter en ce moment. D'autant que George Ibrahim Abdellah (qui purge une peine de 20 ans en France) va être remis en liberté conditionnelle dans quelques jours...
Le BND : l'exécution sur le sol français est exclue de la part de services allemands
Le Mossad : why ?

Je pense que l'enquête ira vite, car ce local etait surveillé par la DCRI. Depuis aout dernier, le petit monde Kurde est étroitement surveillé pour cause de réglements internes sur la cote marseillaise :

Citation :

Récemment - 29 août 2012 - un commando de 5 terroristes du PKK, 4 venant des Bouches-du-Rhône et 1 d'Allemagne, avaient ainsi prévu l'assassinat d'un homme d'affaire d'origine kurde vivant dans le département du VAR qui refusait de se soumettre au racket du PKK.

L'homme ne doit la vie qu'à l'intervention de la police antiterroriste française, qui a arrêté 3 terroristes après une filature depuis Marseille, les deux autres étant arrêtés après une course sur l'autoroute A8


http://marcheturque.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/09/09/un-commando-terroriste-du-pkk-tente-d-assassiner-un-homme-d.html

La proximité de l'une des victime avec Ocalan, ne doit pas relever du hasard. Ceux qui vivent de l'etat de belligérance, n'ont jamais interet à la paix. C'est le cas de nombre de mouvements de "liberation".

PGM
Revenir en haut Aller en bas
Zipkin
Caporal
Caporal


messages : 118
Inscrit le : 13/10/2012
Localisation : dans les airs
Nationalité : Turquie

MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 16:30

Le pkk est implanté en Europe avec la benediction du BND. Sakine Cansiz était responsable du pkk pour l' Europe. Si cette femme est morte c'est que le BND ne l'a pas protégé.

Le timing pour Israel et l' Iran qui font partie des pays qui ne veulent pas que la Turquie résolve son problème de terrorisme, comme l' Allemagne.

Il ne faut pas se focaliser uniquement sur celui qui a appuyé sur la détente mais plutôt regarder qui a un interet pour faire tuer ces personnes. Je pense que certains milieux veulent réorganiser le pkk en Europe et évincer ceux qui sont proche de Öcalan qui accepte la paix à priori.


Pour une fois qu'une barbouserie pouvant impliquer autant de services étrangers arrive en France, j'ai hâte que les services de police et d' antiterrorisme français élucident cet acte de violence.

Revenir en haut Aller en bas
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: De la question kurde   Jeu 10 Jan 2013 - 22:16

Citation :
Revenir en haut Aller en bas
Zipkin
Caporal
Caporal


messages : 118
Inscrit le : 13/10/2012
Localisation : dans les airs
Nationalité : Turquie

MessageSujet: Re: De la question kurde   Ven 11 Jan 2013 - 7:50

Selon certains médias turcs, Sakine Cansiz a été exécuté sur ordre de Murat Karayilan.

Elle aurait signé son arrêt de mort , lorsqu'elle a eu des contacts avec l' Etat turc au mois de novembre dernier, en catimini , sans prévenir Karayilan.

Elle aurait été convoqué par lettre au centre d' information kurde de Paris, pour soi disant y rencontrer des cadres dirigeants du pkk. En faite c'était un piège.

C'est un commando de 3 personnes qui auraient abattue ces terroristes. Ce sont les victimes qui ont donné l' accès aux locaux, en ouvrant une première porte avec digicode et une deuxième avec interphone.

http://www.turkiyegazetesi.com.tr/haberdetay.aspx?NewsID=31247#.UO-zrOTK6So
Revenir en haut Aller en bas
veritas
1ere classe
1ere classe


messages : 59
Inscrit le : 23/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France

MessageSujet: Re: De la question kurde   Ven 11 Jan 2013 - 10:35

Zipkin a écrit:
Selon certains médias turcs, Sakine Cansiz a été exécuté sur ordre de Murat Karayilan.

Elle aurait signé son arrêt de mort , lorsqu'elle a eu des contacts avec l' Etat turc au mois de novembre dernier, en catimini , sans prévenir Karayilan.

Elle aurait été convoqué par lettre au centre d' information kurde de Paris, pour soi disant y rencontrer des cadres dirigeants du pkk. En faite c'était un piège.

C'est un commando de 3 personnes qui auraient abattue ces terroristes. Ce sont les victimes qui ont donné l' accès aux locaux, en ouvrant une première porte avec digicode et une deuxième avec interphone.

http://www.turkiyegazetesi.com.tr/haberdetay.aspx?NewsID=31247#.UO-zrOTK6So

Bonjour,

Oui cela ressemble à des crimes fratricides, les nationalistes jusqu'au boutismes Turcs, type Les Loups, se garderaient bien de faire cela en France ou en Allemagne aujourd'hui car perdant du terrain en Turquie ils seraient bien fou de perdre un futur terrain de replis en U.E.

Les mouvances Kurdes en Europe recèlent de biens étranges officines et intérêts qui ressemblent souvent à une mafia ( obligations de cotiser à des fonds, recels, extorsions, kidnappings et parfois meurtres), en précisant bien sur qu'il existe aussi d'authentiques pacifiques mouvements honnêtes Kurdes bien sur en Europe.


Citation :
nota: c'est à Paris que l'on trouve les kurdes les plus ultras.

Je me permet de te dire qu'en France ce sont au contraire des enfants de coeurs par rapport à ceux de Hambourg et d'autres ville d’Allemagne voir même un peu de Norvège ou Danemark, crois moi.
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: De la question kurde   Ven 11 Jan 2013 - 20:18

Zipkin a écrit:
Le pkk est implanté en Europe avec la benediction du BND. Sakine Cansiz était responsable du pkk pour l' Europe. Si cette femme est morte c'est que le BND ne l'a pas protégé.
oui le BND coopere avec eux et les a soutenu par le passé,je sais pas ce qui en est actually mais dans ce domaine on ne coupe pas une liaison aussi vite

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De la question kurde   Aujourd'hui à 4:54

Revenir en haut Aller en bas
 
De la question kurde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» question visite maison avant signature
» question sur les cases du relevé 24
» Une future maman a une question a 100$ pour la CSQ
» Une question pour vos enfants
» question bricolage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: