Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Rafale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 29, 30, 31
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20334
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Le Rafale   Jeu 26 Jan 2017 - 22:17

Citation :
Qatar orders helmet-mounted display systems for its new Rafale fighter jets

Read news from Defence Blog at Flipboard.com | Subscribe to the newsletter from Defence Blog

Jan 26, 2017


© Swingwing / Defens'Aero



On January 24, 2017, from the airport of the company Dassault Aviation had been performed the new series of flights of the built for Qatar Air Force fighter Dassault Rafale – the two-seater Rafale DQ (serial number DQ01).

According to defens-aero.com and after observing the photographs, the Qatar Air Force decided to equip itself with the sight of new helmet-mounted display systems. The system called Targo 2 and developed by Israel’s Elbit Systems.

The Targo solution enables pilots to plan, rehearse, fly and debrief using their personal helmets, providing them with increased situational awareness, safety levels and operational abilities. Targo is available in a stand-alone configuration or fully integrated with the aircraft’s avionics, including the Embedded Virtual Avionics (EVA™) training solution.

Rafale fighter jets for Qatar significantly differ from those of the Air Force of France and Egypt, therefore, they will undergo extensive and continuous testing program.

The contract amounting to 6.3 billion euros was signed on May 4, 2015, and foresees the delivery of 24 fighter aircraft Dassault Rafale (18 single-seat Rafale EQ and six two-seater Rafale DQ) to Qatar, as well as missiles air-to-air MICA IR, MICA EM, and Meteor. It also envisages the supply of cruise missiles SCALP-EG and guided bombs, GBU, and AASM. Qatar Air Force should receive the first fighter Rafale in mid-2018 as the pace of deliveries will be one plane per month.



http://defence-blog.com/news/qatar-orders-helmet-mounted-display-systems-for-its-new-rafale-fighter-jets.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20334
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Le Rafale   Mar 7 Fév 2017 - 19:24

Citation :
Futures surprises pour le Rafale ?


7 février 2017/Actualité Stratégie et politique


Serions-nous à la veille — ou l’avant-veille — de deux nouveaux contrats exports pour le Rafale ? Si Dassault Aviation n’a nullement communiqué sur le sujet, c’est le rapprochement stratégique et industriel de deux de ses plus fidèles clients (l’Inde et les Emirats Arabes Unis) qui pourrait en être la conséquence la plus immédiate.

La visite en Inde du prince héritier d’Abou Dhabi, Cheikh Mohamed al-Nayan, invité d’honneur du «Republic Day», le 26 janvier, s’est conclue par la signature d’un partenariat stratégique, du renforcement de l’accord de renseignement déjà initié, ainsi que la signature de douze autres MoU dans les domaines cyber, pétrolier, maritime, BTP, R&D, mais surtout de défense.

Depuis sa visite aux EAU en 2015, Narendra Modi cherche à rapprocher les deux BITD autour de programmes communs. Si le gouvernement indien a proposé à Abou Dhabi son missile BrahMos et plusieurs plateformes navales, il serait déjà parvenu à obtenir le contrat de maintenance du système sol-air Pantsir.

Mais surtout le ministre indien des Affaires étrangères, Amar Sinha a déclaré, lors de sa conférence de presse de mardi dernier, que le Rafale serait un parfait exemple de coopération industrielle avec les EAU, qui cherchent à remplacer leurs Mirage 2000-9 et restent l’un des prospects exports les plus sérieux pour l’acquisition d’une soixantaine de Rafale. Mais ils veulent également développer leur industrie de défense.

Or, le partenaire de Dassault pour le Rafale en Inde, le groupe Reliance, vient de signer un MoU portant sur la production et la maintenance de «plateformes militaires» avec le groupe émirati EDIC, dirigé désormais par l’ancien PDG de Thales, Luc Vigneron, un proche de Charles Edelstenne.

Si le «workshare» sur le Rafale Inde est certes bouclé entre Dassault-Reliance et HAL, le 27 janvier, le ministère indien de la Défense a lancé une RFI dans le cadre d’un appel d’offres pour l’acquisition de 57 avions de combat destinés à ses futurs porte-avions. Les principaux candidats seraient le JSF et le F-18 américains, le Mig-29 K, russe dont l’Indian Navy dispose de deux escadrons, et le Rafale Marine.

Les chances américaines sont minces, puisque à chaque fois que l’Inde est entrée en guerre, le Congrès a immédiatement déclaré un embargo sur les pièces détachées. Quant aux Russes, même s’ils ont l’avantage d’avoir déjà formé les pilotes de l’aéronavale, la décision de l’Indian Navy d’opter pour la technologie CATOBAR tout temps (catapultage) pour leur prochain porte-avions «Vishal» rend l’acquisition du Mig-29K impossible dans l’état actuel de son développement. Reste donc à être patient.

http://www.ttu.fr/futures-surprises-rafale/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20334
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 22 Mar 2017 - 22:38

Citation :
22 mars 2017 | Par Yann Cochennec

Dassault Rafale : le go au nouveau standard F4



Un Rafale de la force Chammal © EMA/MinDef



Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a décidé, lors du comité ministériel des investissements du 20 mars, d'autoriser le lancement des premiers travaux pour le développement du nouveau standard F4 de l'avion de combat Dassault Rafale.

"Ce standard, intégrant le retour d'expérience des opérations, doit permettre de renforcer les capacités du Rafale à évoluer seul ou en coalition. Les développements vont porter notamment sur des améliorations des modes de travail en réseau, sur l'évolution des capteurs et leur intégration", souligne le communiqué du ministère de la Défense.

Le standard F4 "prévoit également la prise en compte des évolutions attendues des missiles, de la motorisation et l'intégration de nouvelles capacités. Les premiers avions entièrement équipés de ce standard devraient être mis en service dès 2025 et certaines fonctionnalités seront disponibles dès 2023". Ce qui signifie qu'une première version du standard F4 succèdera dès 2023 au standard F3R qui doit être qualifié en 2018.

Une bonne nouvelle pour les forces et les industriels. Ce n'est pas la seule. Le comité ministériel des investissements souligne également que "le lancement d'une future tranche de Rafale devra être décidé dans la prochaine LPM pour répondre aux besoins de l'armée de l'air". Comme un écho aux propos récents de Patricia Adam, présidente de la Commission de la Défense nationale et des forces armées.

"Je me réjouis également que le ministère de la Défense rappelle la nécessité de poursuivre l'acquisition de Rafale, au delà de la 4ème tranche actuellement en production, afin de répondre principalement aux besoins de l'armée de l'Air. Ce socle national consolidé confortera les atouts de notre avion pour les futurs marchés export", a commenté Eric Trappier, le président de Dassault Aviation.

http://www.air-cosmos.com/dassault-rafale-le-go-au-nouveau-standard-f4-92035
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20334
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Le Rafale   Mar 2 Mai 2017 - 17:45

Citation :
Armée de l'air

f]Kivoikoi] Vous l'avez tous trouvé, au milieu de ses semblables !

Il s'agissait bien de notre Rafale Solo Display dans sa toute nouvelle livrée conçue par Régis Rocca, qui ravira certainement le public tout au long
de la saison des meetings 2017.
Nous me manquerons pas de vous rappeler les dates et les lieux des différentes présentations.



PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20334
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Le Rafale   Lun 19 Juin 2017 - 22:26

Citation :
La mise au point du standard F3-R de l’avion Rafale tient les délais


Posté dans Forces aériennes, Industrie par Laurent Lagneau Le 19-06-2017




Conformément à la feuille de route qui avait été donnée à Dassault Aviation, Thales et MBDA ainsi qu’aux équipes de la Direction générale de l’armement (DGA), le standard F3-R du Rafale devrait être qualifié en 2018 et entrer en service quelques mois plus tard.

En effet, dans un communiqué diffusé ce 19 juin, la DGA souligne que les campagnes d’intégration des deux équipements majeurs du F3-R, à savoir le missile air-air longue portée METEOR et le pod de désignation TALIOS, se sont déroulées conformément au calendrier prévu.

Ainsi, le dernier tir réel de la campagne d’intégration du missile METEOR « s’est déroulé avec succès sur le site de Biscarrosse de DGA Essais de missiles. » Et la DGA de préciser que « réalisé contre une cible aérienne située à très grande distance et suivi aussitôt d’un tir simulé de missile MICA contre un autre objectif, ce tir est représentatif des nouvelles capacités rendues possibles par l’association du METEOR et du radar RBE2 AESA [à antenne active, ndlr] longue portée du Rafale. »

S’agissant du pod TALIOS, développé par Thales, il a récemment fait l’objet d’une avant-dernière campagne de validation d’aptitude opérationnelle au centre DGA Essais en vol d’Istres. Cette dernière prévoyait « plusieurs scénarios […] permettant de couvrir le large spectre d’utilisation du capteur, dont un exercice de support de troupes au contact de l’ennemi et la poursuite de cibles mobiles ». Et cela dans différents types d’environnement (rural, urbain, maritime, montagne).

« Ces essais ont permis d’apprécier la remarquable fidélité de l’extraction des coordonnées de cibles au sol et la grande qualité des images produites, qui va au-delà des nacelles existantes en termes de résolution et de finesse d’image », fait valoir la DGA.

Le contrat portant sur le développement du standard F3-R du Rafale avait été notifié à Dassault Aviation le 30 décembre 2013. Outre l’intégration du missile METEOR et du pod TALIOS, il prévoit une version à guidage terminal laser de l’Armement Air Sol Modulaire (AASM) de Sagem, adapté aux cibles mobiles, ainsi que des améliorations portant sur le système de navigation, les liaisons de données, le radar RBE2 à antenne active et le système de guerre électronique SPECTRA (Système de Protection et d’Évitement des Conduites de Tir du Rafale).

Pour autant, le Rafale n’aura pas fini d’évoluer par la suite. Le 20 mars dernier, à l’issue d’un comité ministériel des investissements, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, avait en effet donné son feu vert au développement du standard F4 du Rafale.

Cette évolution de l’avion de combat de Dassault Aviation doit permettre de « renforcer » ses capacités « à évoluer seul ou en coalition », en prenant en compte des « évolutions attendues des missiles, de la motorisation » et en intégrant de « nouvelles capacités. »

http://www.opex360.com/2017/06/19/la-mise-au-point-du-standard-f3-r-de-lavion-rafale-tient-les-delais/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20334
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Le Rafale   Mer 5 Juil 2017 - 22:03

Citation :
5 juil. 2017 | Par Emmanuel Huberdeau

Vers le Rafale F4


Les contours du standard F4 du Rafale sont en cours de discussion. © C.Cosmao



Alors même que le standard F-3R du Rafale est en cours de qualification, la DGA, les armées et les industriels ont lancé les réflexions sur le standard F4, attendu à l’horizon 2025. Objectif, s’adapter à l’évolution des menaces pour l’appareil qui restera la pierre angulaire du système de combat aérien futur des armées françaises.


Article publié initialement dans le numéro 2552 "Spécial Bourget" de Air & Cosmos du 15/06/2017.

Depuis son entrée en service en 2001 dans les armées, le Rafale n’a cessé d’évoluer. Les standards F1 à F3 ont correspondu à la montée en puissance progressive de l’appareil, devenu toujours plus polyvalent. Le standard F3-R apportera un premier gain capacitaire majeur. Ces évolutions permettent au chasseur de Dassault Aviation de rester en pointe et d’être considéré comme l’un des meilleurs appareils de combat du monde. Mais les menaces et le contexte géopolitique évoluent et il faut donc continuer à faire progresser le Rafale pour qu’il reste toujours pertinent au-delà de 2025. Ce sera l’objet du standard F4 dont les premiers travaux de développement ont été lancés en mars 2017 par le ministère de la Défense.

Standard F3-R.
Avant même d’évoquer le standard F4, il est utile de revenir sur le standard F3-R, dont la qualification est prévue pour 2018. Cette nouvelle version comprend notamment les deux évolutions capacitaires majeures que sont le missile air-air Meteor et le pod de désignation laser de nouvelle génération Talios. Le reste des évolutions est essentiellement logiciel. L’ambition générale est le maintien des capacités d’entrée en premier aussi bien dans un contexte national qu’interallié.
Le Meteor va révolutionner les capacités air-air du Rafale. Celui-ci disposait déjà de capacités de détection longue portée avec le radar RBE2 AESA, mais ne jouissait pas de capacité d’engagement à de telles distances, le missile Mica étant une arme moyenne portée. Le Meteor permettra au Rafale d’engager, dans certaines conditions, des cibles se trouvant à une centaine de kilomètres. C’est bien l’association du radar RBE2 AESA et du Meteor qui conféreront au Rafale F3-R une capacité actuellement unique au monde. Le Meteor développé par MBDA est un missile à statoréacteur offrant une poussée continue et modulable. Cette particularité permet au missile d’optimiser sa consommation de carburant en fonction de la distance et de l’altitude de sa cible. Cinq tirs d’essai du Meteor ont eu lieu depuis le Rafale dans le cadre de la campagne d’intégration du missile. Selon la DGA, tous ces essais ont été couronnés de succès. Le dernier tir a eu lieu début avril 2017. Il a permis de valider le plein fonctionnement du missile dans le cadre d’un scénario complexe avec engagement d’une cible à longue distance, réaffectation de cible durant le vol et engagement simulé d’autres armements.
La campagne d’intégration du pod Talios développé par Thales est également en cours. Il remplacera le Damocles actuellement employé par les forces engagées en opérations. Selon Thales, le pod Talios sera le premier système à couvrir l’ensemble du spectre des missions allant du renseignement à l’acquisition et la poursuite de cibles. La haute résolution du pod et la possibilité de voir la situation en couleurs facilitera le travail des équipages. Pour aider les pilotes, Thales a également développé le mode Permanent Vision, qui permet d’intégrer l’image saisie par le pod au sein d’une cartographie numérique. L’équipage peut ainsi situer avec certitude et rapidité la zone couverte par la nacelle. Plusieurs indicateurs visuels apporteront en temps réel des informations complémentaires sur la situation tactique. Le gabarit du Talios est proche de celui du pod Damocles, ce qui facilite son intégration sur Rafale.
Outre l’intégration de ces équipements, le standard F3-R comprend la mise en place d’un système automatique pour éviter les collisions avec le sol (AGCAS, Automatic Ground Collision Avoidance System), l’amélioration du radar RBE2 AESA, du système de guerre électronique Spectra, du pod Reco NG et de la centrale inertielle. Le Rafale Marine sera équipé d’une nacelle de ravitaillement en vol baptisée Narang.

Evolution des menaces.
Afin d’entamer leurs réflexions sur le standard F4, les utilisateurs du Rafale (armée de l’Air et Marine nationale), la DGA et les industriels se sont appuyés sur le retour d’expérience des opérations conduites ces dernières années et sur l’évolution constatée ou attendue des systèmes d’armes dans le monde entier.
Il ressort des opérations conduites en Afghanistan, en Libye, au Sahel et au Levant la nécessité pour les appareils occidentaux de disposer d’une large gamme d’effets militaires pour pouvoir s’adapter aux objectifs assignés. Il faut parfois frapper des objectifs durcis nécessitant des armes puissantes, mais il convient aussi de pouvoir limiter ou contrôler les effets de l’armement dans des zones densément peuplées afin de maîtriser le risque de dommages collatéraux. Les opérations récentes ont également été marquées par les fortes élongations. Les Rafale ont dû opérer directement depuis la métropole lors des opérations en Libye ou encore depuis les Emirats arabes unis vers l’Irak durant l’opération Chammal. Ces opérations ont également démontré la nécessité d’un fort niveau d’interopérabilité avec nos alliés. Dans les deux cas, les réseaux d’échanges sont essentiels. Il faut pouvoir partager rapidement des informations avec ses partenaires, quelle que soit leur position, afin de pouvoir s’insérer dans une coalition.

Conflits futurs.
Ces retours d’expérience sont importants et seront pris en compte pour le développement du standard F4, mais ils ne concernent qu’un type de conflit. Il s’agit majoritairement d’affrontements asymétriques ou dissymétriques où la maîtrise de l’espace aérien est acquise ou peu contestée. Les états-majors français s’attendent à devoir évoluer à l’avenir dans des milieux de moins en moins permissifs, notamment dans le cadre des opérations d’entrée en premier sur un théâtre auxquelles elles doivent pouvoir faire face seules ou en coalition. On constate en effet une prolifération des moyens dits de « dénis d’accès » tels que les systèmes de défense sol-air. Certains systèmes ont des performances annoncées en termes de portées et de mobilité qui peuvent inquiéter les armées occidentales. De nombreux pays se sont aussi équipés de chasseurs modernes russes, américains ou européens eux-mêmes dotés d’armement air-air performants. De nouveaux acteurs comme la Chine et l’Inde développent et exportent leurs propres systèmes. Les aviateurs et les marins s’attendent donc à devoir, dans l’avenir, évoluer dans des espaces où la supériorité aérienne sera de moins en moins acquise et où il faudra le cas échéant se battre pour l’obtenir et la conserver. En effet, la supériorité aérienne est essentielle dans tout conflit moderne. Elle permet tout simplement de conserver la liberté d’action des forces aériennes, navales et terrestres.
Pour cela, il faut s’appuyer sur les acquis actuels, c’est-à-dire l’expérience du personnel et le niveau technologique, notamment du Rafale, et développer de nouvelles capacités. Les armées veulent notamment renforcer leurs capacités de suppression et destruction des défenses sol-air ennemies. Les chasseurs devront aussi être capables de survivre et d’effectuer leurs missions dans cet environnement hautement contesté. Les appareils devront pouvoir détecter, positionner, identifier et détruire les menaces en l’espace de quelques minutes.
Autre nécessité, la maîtrise et le partage de l’information. La capacité à communiquer avec tous les acteurs du champ de bataille (au sens large), quelle que soit la distance, et ce de manière rapide (ou différée) et sécurisée, sera probablement l’une des clefs des conflits à venir. Cette capacité doit s’appliquer aussi bien à un cadre franco-français que dans le cadre d’une coalition. Le combat collaboratif va se développer de plus en plus fortement. Tous les véhicules devront donc pouvoir communiquer et être mis en réseau.

Quatre axes de développement.
En se basant sur ces conclusions, les armées, les industriels et la DGA ont entamé, il y a trois ans, une réflexion sur les contours du prochain standard du Rafale. Des plateaux ont été organisés pour réunir des représentants des armées, de la DGA et de l’industrie, et des réunions ont eu lieu au sein des différents organismes. Les discussions ont commencé avec des brainstormings et devront conduire au final à la notification du contrat fin 2018. Nous sommes donc à l’heure actuelle encore dans une phase de négociation et les grandes orientations annoncées actuellement pourraient évoluer. Pour l’heure, le standard F4 du Rafale est imaginé autour de quatre grands axes : la connectivité, les capteurs, l’armement et le soutien.
La connectivité en premier lieu est au cœur des capacités de combat collaboratif du Rafale F4. Elle devrait comprendre le remplacement des systèmes radio actuellement employés par le Rafale. Les nouvelles radios s’appuieront sur de nouvelles formes d’ondes aéronautiques (FO3D). L’emploi de radio logicielle dans le cadre du programme Contact devrait permettre au Rafale de disposer d’une liaison de données souveraine plus sécurisée que l’actuelle L-16. L’introduction de communications satellites (Satcoms) est aussi envisagée. Le Rafale pourrait être doté d’une capacité Syracuse IV qui lui permettra de s’affranchir des distances et d’être plus réactif. Rien n’a cependant encore été arrêté, notamment sur la qualité de service attendue.
Plus de connectivité veut aussi dire plus de vulnérabilité dans le domaine cyber. L’architecture du système de combat pourrait donc être modifiée pour faire face à ce type de menace. Comme les systèmes d’information, le Rafale pourrait bénéficier d’une architecture en couche. L’objectif serait notamment de pouvoir faire cohabiter deux liaisons de données sécurisées et d’accueillir des SNA (Système de navigation et d’attaque) complémentaires. Ces modifications concerneront en grande partie les logiciels, le SNA du Rafale étant déjà bien structuré. Les capteurs seront aussi au cœur du développement du standard F4 du Rafale. Un viseur de casque pourrait être intégré. Ce système est très attendu par les pilotes aussi bien pour les missions d’attaque au sol (notamment en appui aérien), que pour le combat air-air. Il permet notamment de désigner rapidement une cible, partager une information précise dans un contexte dense, de la transmettre au système de combat, dont l’équipier. Le viseur de casque permet donc aux équipages de travailler plus rapidement et plus efficacement. Il redonne aussi toute sa place à un capteur souvent décisif, l’œil humain.

Capteurs.
Le radar RBE2 AESA devrait lui aussi être amélioré, notamment dans son emploi en air-sol (cartographie radar très haute résolution, poursuite de cibles mobiles au sol). Le décodeur IFF du Rafale pourrait aussi être optimisé afin d’améliorer les capacités d’identification. L’optronique secteur frontal (OSF) pourrait également faire l’objet d’amélioration, en particulier en ce qui concerne la voie infrarouge.
Enfin le standard F4 pourrait voir évoluer le système de guerre électronique Spectra, qui est déjà l’un des principaux atouts du Rafale. Les capacités de détection du système pourraient être accrues avec une extension des bandes de fréquence pour traiter l’arrivée, à l’horizon 2030, sur les théâtres de nouvelles menaces fonctionnant en hautes ou en basses fréquences. Les capacités de leurrage électromagnétique et infrarouge du Rafale pourraient aussi être améliorées.

Armement.
Tous ces capteurs sont essentiels à l’engagement, tout comme l’armement du Rafale qui évoluera lui aussi. L’appareil pourra ainsi emporter le missile de croisière Scalp rénové dont le développement a été confié à MBDA en février 2017 par la France et le Royaume-Uni. Le missile air-air Mica sera remplacé par le Mica de nouvelle génération. Le Meteor devrait lui aussi déjà évoluer.
L’un des chantiers majeurs de la rénovation concernera l’AASM. Cet armement très apprécié en opération devrait bénéficier d’une nouvelle version baptisée Block 4. Le but est double. D’une part, réduire les coûts en développant un nouveau kit de propulsion et quelques composants clés, sans porter atteinte aux performances connues. D’autre part, étendre vers le haut le spectre capacitaire avec une augmentation de portée, des améliorations de performances des autodirecteurs ainsi qu’une diversification des charges emportées (1 000 et 500 kg). Pour rappel, le couple Rafale-AASM permet de frapper simultanément plusieurs cibles à de grandes distances, (bien supérieures à celles atteintes avec les kits de guidage GBU).
Des réflexions sur l’évolution du soutien du Rafale ont également été intégrées dès les premières discussions à propos du standard F4. Il s’agit d’une démarche essentielle de la conception de tout nouveau standard. Si la maintenance est aujourd’hui bien maîtrisée par l’armée de l’Air et la Marine nationale, l’objectif est de poursuivre cette dynamique. Chaque sous-ensemble sera donc étudié afin d’observer son évolution.
Les outils de recueil, analyse et diagnostic des pannes devraient ainsi être optimisés afin de les identifier plus rapidement et plus finement. Les mégadonnées pourraient faire leur entrée maîtrisée dans le système de maintenance. Mais un élément ne changera pas : le besoin de disposer de personnel bien formé et expérimenté. Si les pannes les plus fréquentes et les moins importantes peuvent être diagnostiquées de façon automatique, les pannes les plus complexes devront toujours être analysées par les mécaniciens. Le moteur compte pour 50 % environ de la disponibilité d’un avion de chasse. Le M-88 devrait donc faire l’objet d’évolutions (voir p. 89).

Discussions en cours.
Tous ces éléments seront fixés dans les mois à venir à l’issue des discussions en cours. L’objectif étant de lancer en 2018 le développement du standard F4. Celui-ci devrait être déclaré opérationnel en 2025, mais certaines fonctionnalités pourraient être disponibles à partir de 2022. L’armée de l’Air et la DGA chercheront à garder une flotte homogène et à établir une feuille de route claire, notamment pour les industriels. Autre certitude, le Rafale restera la pierre angulaire du système de combat futur de l’armée de l’Air.

http://www.air-cosmos.com/vers-le-rafale-f4-97283
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Rafale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Rafale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 31 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 29, 30, 31
 Sujets similaires
-
» L'achat de Rafale ou de F18 évoque au Royaume-Uni
» premier contrat pour le rafale
» L'aviation embarquée (Rafale, Super Etendard, etc...)
» Premier tir d’évaluation d’un missile ASMP-A par un Rafale
» Le Rafale lâche ses premiers Meteor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Aviation militaire-
Sauter vers: